Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 8. Clubs, sportifs, médias : quelles stratégies ?

Introduction

Pierre Duboscq

Texte intégral

1Qu’on la considère au niveau de l’individu, du « club » ou de l’institution mondiale dite « olympique », l’histoire contemporaine des pratiques sportives semble être mêlée de plus en plus étroitement au mouvement de marchandisation du monde. Si quelque esprit aventureux, voici un siècle, avait imaginé possible une pareille association, qui en écho n’aurait crié au contresens ou pire, au barbarisme ? Et en quelques années, pourtant, sous nos yeux, l’affaire est dans le sac. Les quatre communications qui suivent analysent précisément ce passage, vers le registre de l’économie marchande, d’une activité qui, longtemps, était restée confinée à un système où les seuls profits légitimes étaient d’ordre symbolique. Désormais il faut compter avec l’industrie de l’image pour diriger le mouvement, établir la règle interne, ordonnancer le déroulement du moindre événement sportif, comme si les cours du temps et de la Bourse détournaient les foules ivres de sport du stade de Coubertin.

2Il y a place, en effet, pour de nouvelles figures, pour de nouveaux entrepreneurs et pour l’attribution de toutes sortes de rôles et de statuts – donneurs d’ordre, sous-traitants, façonniers, salariés (sous CDD), consommateurs lambda, etc. Pour autant que de nouvelles valeurs soient introduites au travers de l’espace sportif, elles n’y sont ni distribuées, ni reproduites, ni accumulées de façon homogène. Le sport, le sport de compétition encore mieux, se prêtent à la concurrence. Arnaud Valière montre que si un quart des pongistes français de haut niveau parviennent à vivre de leur art professionnellement, le sentiment qui prévaut parmi eux a la saveur amère d’une certaine marginalité, dont est jugée responsable la médiocrité de leur médiatisation audiovisuelle. L’explication ultime est-elle à chercher du côté de Jean-Bernard Moles ? Celui-ci explique comment le fossé se creuse, entre les STPA (pour Sports Télévisés Porteurs d’Audlence) et les autres disciplines, dont l’avenir au mieux est incertain. Si maintenant on adopte la typologie proposée par Olivier Nier, qui ordonne les acteurs sportifs dans un continuum les conduisant d’un état présumé originel, celui de la structure associative, jusqu’à la dimension monopolistique à laquelle peut prétendre un acteur inscrit sur un marché, la place du Tennis de Table est encore proche de l’origine de ce qu’on entend par « les sports modernes ».

3Que dire alors de la trajectoire décrite par Frédéric Paquet ? Elle concerne la section Rugby du Stade Français-CASG entre 1992 et 1998 et désigne un objet perché à l’opposé du précédent. Le dirigeant de club y est engagé dans une démarche « entrepreneuriale », qui assure le développement d’un projet planifié sur une durée minimale, doté des moyens matériels et humains (finances, joueurs, encadrement) à la fois nécessaires, suffisants et adaptés à la poursuite d’objectifs redéfinis par étapes annuelles. Curieusement, l’ennemi, c’est la prise de risque ! Le succès de l’entreprise provient aussi de l’utilisation optimale de tout l’espace juridique et réglementaire issu du cadre législatif français. L’expérience est certes concluante et elle montre que la transition est possible, même si elle peut emprunter plusieurs voies. Ainsi, procédant à l’examen comparatif des évolutions de cinq clubs européens, Olivier Nier relève les conditions dans lesquelles l’instauration d’une coupe du Monde de rugby a pu donner comme « un coup d’accélérateur à la commercialisation du jeu à XV », révélant au passage « l’incompatibilité entre un véritable amateurisme et les exigences du sport de haut niveau » en matière de spectacle : très vite les nouveaux statuts du club et du joueur requièrent la « transformation de l’association en société et du bénévole en salarié » ainsi que l’aménagement d’une articulation entre les « acteurs porteurs d’un ethos entrepreneurial et les acteurs porteurs d’un ethos associatif ». Tous les clubs subissent des pressions similaires en provenance du « macro-système rugby »– nous dirons à bon droit qu’ils subissent une même discipline – et ils adoptent des réponses différentes, en fonction desquelles l’auteur les classe dans ce « continuum (reliant) la cité éthique à la cité marchande ». En réalité, et ce propos rejoint celui de Frédéric Paquet, les réponses s’expriment « dans les formes de pouvoir utilisées par les acteurs dominants des clubs » au point que nous assistons « moins à une disparition des enjeux éthiques et socioculturels, qu’à une re-formulation de ceux-ci, à partir des pressions économiques et politiques externes ».

4Au centre de son observation Jean-Bernard Moles considère le face à face du système des sports et d’un système économique constitué par les « networks télé ». Ces derniers ont su capter une place précieuse entre toutes, en assurant à destination d’une masse croissante de téléconsommateurs le commerce du spectacle sportif. Déjà la possession de « l’image ne suffit plus : seule l’audience paie » et la priorité en terme de transmission d’image est donnée aux spectateurs des « pays porteurs d’audience ». Plus largement « les stratégies de conquête financière ont des effets sur le système organisationnel et le système des compétitions » quand elles ne s’accompagnent pas de la « mainmise sur les clubs phares de holdings, networks et équipementiers ». Les exemples abondent, dirait-on... au point qu’on n’en distingue aucun.

5Une question demeure. Sans doute le fonctionnement et les acteurs du domaine sportif sont-ils en passe de glisser sous la houlette des marchands d’image. Mais doit-on redouter une massification des esprits dès lors que la majorité des téléspectateurs abonnés à une « Chaîne du Cinéma » se gavent de transmissions de rencontres de football en guise de « dramatiques » ? S’il devait en être ainsi gageons qu’en retour il y aurait de l’avenir pour le « sumo » ici, « la barra navarra » où il se doit, de tant d’autres jeux partout où il se peut, tant il n’est pas exclu que la mondialisation ne sonne le réveil des mouvements sociaux et tant il est vrai que ceux-ci, à leur tour, sont producteurs d’entropie, de désordre, autant dire créateurs de liberté.

Auteur

Directeur de recherches au C.N.R.S., T.I.D.E. – Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) – Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search