Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 7. Clubs, manifestations sportives et identités territoriales : quelles redéfinitions ?

Supporters ultras et violences : les différences entre football et basket-ball à partir de l’exemple Aquitaine

Dominique Bodin

Texte intégral

1En France deux sports possèdent un supportérisme actif et organisé : le football et le basket-ball. L’apparition des supporters Ultras n’est pas une étape neutre dans le paysage sportif français. Elle correspond à la professionnalisation de ces sports, à la nécessité de remplir et d’animer les stades et les salles à la multiplication des rencontres internationales et aux modèles que les supportérismes anglais et italiens, au football, grecs au basket-ball, ont fournis.

2Si le football a incidemment, parfois volontairement, suscité l’apparition des supporters Ultras, il s’agit d’une réelle politique dans le cas des clubs de basket-ball. Les supporters Ultras, quel que soit le club ou le sport qu’ils soutiennent, s’identifient très fortement à leur ville et à leur région, plus encore qu’à l’équipe elle-même. Ce n’est pas seulement l’équipe qui gagne ou qui perd, ce sont les valeurs régionales qui sont mises en exergue par les résultats acquis dans les divers championnats.

3À partir de ce ciment commun, comment dès lors expliquer que les supporters du football peuvent avoir recours à la violence tandis que leurs homologues du basket-ball prônent la convivialité entre supporters.

4Au-delà des hypothèses et des clichés couramment répandus : problèmes sociaux, déculturation du public du football, basket-ball sport de connaisseurs... ces phénomènes de violences s’inscrivent dans une sorte d’espace social interstitiel où l’absence de relations entre clubs et clubs de supporters a permis l’émergence de comportements incontrôlés. L’âge des supporters de football joue pour beaucoup dans le manque de reconnaissance ou de concertation avec les dirigeants. Tandis que les supporters de basket-ball et les supporters âgés du football (CCS marseillais, Violets toulousains...) revendiquent les bonnes relations qu’ils entretiennent avec les clubs, les autres supporters, souvent âgés de moins de 25 ans se plaignent du manque de reconnaissance, voire du mépris qu’affichent à leur égard les dirigeants sportifs.

5Si notre propos se limite ici à l’exemple Aquitaine à travers les supporters de l’Élan Béarnais de Pau-Orthez pour le basket-ball, et de ceux des Girondins de Bordeaux pour le football, notre secteur d’investigation en matière de supportérisme et de conduites agonistiques des supporters est beaucoup plus vaste puisque nous avons travaillé ces trois dernières années sur 7 sites de recherche :

Tableau 1 – Sites de recherche

Basket-Ball

Football

Rugby

Volley-Ball

CSP Limoges
Elan Béarnais

Girondins de Bordeaux
Olympique de Marseille
Toulouse FC

CABBG

JSA Bordeaux

6En France deux sports possèdent un supportérisme actif et structuré : le basket-ball et le football, bien que quelques tentatives sporadiques d’organisation apparaissent dans le rugby où encore dans le hockey sur glace. Ces groupes de supporters fonctionnent dans leur grande majorité selon le modèle italien appelé encore ultra que P. Broussard (1990) définissait comme un soutien inconditionnel à l’équipe fait de « spectacle (fumigènes, confettis, drapeaux géants...), d’organisation (cartes de membres, réunions) mais aussi parfois de violence » (p. 347).

7S’il existe quelques associations de fait de supporters au rugby, nous n’avons pas trouvé trace d’association officielle, ayant déposé des statuts, entretenant des rapports administratifs avec les clubs et bénéficiant d’aides diverses de ceux-ci et ce tant au volley-ball qu’au rugby.

8Les clubs de supporters recensés émanent donc tous du basket-ball et du football avec des différences quantitatives en nombre de clubs et en nombre d’adhérents considérables. Ainsi, au 31/3/98 le basket-ball en Pro A et en Pro B comptait 19 clubs de supporters regroupant 1 000 adhérents au total. Dans le football de première et de seconde division 98 clubs et 28 300 adhérents étaient recensés à la même période.

  • 1 Au début de cette nouvelle saison, les clubs de supporters marseillais auraient vu en moyenne leur (...)

9En terme de supportérisme organisé ces deux sports offrent donc une disparité et des disproportions importantes. Hormis au CSP Limoges où cohabitent deux entités au sein d’un même club, chaque association de basket-ball ne possède qu’un groupe de supporters dont la moyenne des effectifs avoisine 50 éléments. Le football fait figure de phénomène en affichant jusqu’à 14 associations au sein d’un même club – le PSG – et regroupant à l’Olympique de Marseille 10 000 adhérents.1 En première division seuls 4 clubs possèdent une association unique de supporters : Auxerre, Bastia, Guingamp et Monaco.

  • 2 Les supporters ne sont-ils pas en effet le douzième ou le sixième homme, celui qui fait pression su (...)

10L’apparition et la structuration des clubs de supporters n’est pas une étape neutre dans le paysage sportif français. Elle correspond à la professionnalisation de ces sports, à la nécessité de remplir et d’animer les stades et les salles2, à la multiplication des rencontres internationales et aux modèles des supportérismes anglais et italiens au football, grecs au basket-ball.

  • 3 L’image traditionnellement associée au football est celui d’un “sport populaire” avec toutes les dé (...)

11Dans les années cinquante à soixante, le football connaît une baisse de fréquentation des stades du fait de l’extension des loisirs et de l’apparition ou de la démocratisation de pratiques plus individuelles. Pour répondre à ce problème, les dirigeants, qu’ils soient anglo-saxons ou français optèrent alors pour une professionnalisation des joueurs, une spectacularisation du jeu et une amélioration du confort des stades, entraînant l’apparition de nouveaux publics, plus hétérogènes, voire moins connaisseurs. Le football n’est plus seulement une question de valeurs, ou un sport de classe3, il devient aussi un spectacle : « le football n’est plus seulement un point de vue sur la vie, il est aussi une distraction, une consommation, un spectacle parmi d’autres avec une clientèle plus hétérogène sur le plan sociologique » (Ehrengerg, op. cit., p. 56).

  • 4 En France nous appelons aujourd’hui ces emplacements “virages”, en raison de la forme annulaire de (...)

12C. Bromberger (1995) en comparant des photographies et des documents audiovisuels de l’époque, constate également ce phénomène et estime que nous devrions parler de « juvénilisation du public » pour évoquer l’accaparement, par un public beaucoup plus jeune, des places qui étaient jusqu’alors dénommées « populaires »4, en raison du prix et par voie de conséquence des catégories sociales qui fréquentaient ces emplacements.

13La modification sociologique du public et l’occupation des « virages » par un public juvénile résultent de l’autonomisation de la jeunesse à partir du début des années soixante. Le football n’est plus une « consommation familiale », le stade n’est plus un lieu où l’on vient en famille et sous contrôle parental. L’autonomisation de la jeunesse a permis le regroupement et l’investissement des « virages », places les moins chères du stade, par un public plus jeune, lui aussi issu des classes populaires. Cet accaparement du stade par les jeunes supporters, avec l’introduction de leurs « sous-cultures », l’apport de rites, d’habitudes et de motivations distincts de ceux des adultes, participent de l’apparition d’une nouvelle forme de soutien à l’équipe plus actif, plus engagé et plus inconditionnel pouvant déboucher parfois sur des actes violents.

De la passion à la violence

14Mais, la question qui nous intéresse plus particulièrement dans le cadre du supportérisme est de savoir : comment des gens animés parla passion d’un sport pouvaient « parfois » devenir violents ?

  • 5 Nous préférons utiliser les termes de violences et de déviances à celui de hooliganisme défini comm (...)

15Pour comprendre et analyser les phénomènes de violences et de déviances5 des supporters, nous avons eu recours à une étude comparative, méthode justifiée très tôt par E. Durkheim pour qui il n’existe « qu’un moyen de démontrer qu’un phénomène est cause d’un autre, c’est de comparer les cas où ils sont simultanément présents et absents, et de rechercher si les variations qu’ils présentent dans ces différentes combinaisons de circonstances témoignent que l’un dépend de l’autre » (1895, p. 124).

16Sept enquêtes de terrain et de nombreux contacts avec les leaders des groupes de supporters ont permis de faire remplir 2 402 questionnaires par les supporters et les spectateurs et de réaliser 131 entretiens auprès des membres des noyaux durs, des dirigeants, des policiers... Les enquêtes à l’intérieur des stades ont été réalisées par des équipes de 6 à 18 personnes, en fonction, du nombre de spectateurs potentiels et du nombre d’entrées à « filtrer ».

17Notre propos dans cette intervention n’est pas d’analyser la composition sociologique des publics, les relations intergroupes, les statistiques officielles ou encore l’influence du spectacle sportif sur le comportement des publics... autant de thèmes que nous avons développés par ailleurs. Mais, il s’agit ici de distinguer les passions de ces différents supporters et les relations que ces derniers entretiennent avec les dirigeants de clubs.

Des passions distinctes et différenciées

18L’analyse des discours sur la genèse des passions permet de distinguer quatre modèles de supportérisme :

  • convivial : le basket-ball,

  • technico-convivial : le rugby,

  • spectacle et famille : le volley-ball,

  • passionnel : le football.

19Cette analyse oppose les fans du football à ceux des autres sports, séparant les supporters en fonction de leur âge : les « jeunes » du football et les « vieux » du basket-ball, du rugby et du volley-ball. L’observation des catégories d’âges des groupes de supporters nous permet en effet de constater que si seulement 28 % des supporters du basket ont moins de 25 ans, ils sont 61,7 % de la même catégorie d’âge au football.

Tableau 2 – Catégories d’âge des supporters du basket et du football

Tableau 2 – Catégories d’âge des supporters du basket et du football

La différence des répartitions entre ‘basket-ball’ et ‘football’ est très significative
(chi2 = 68,14, 1-p = > 99,99 %).

20Mais elle oppose également la volonté de voir « gagner » son équipe à la « convivialité » ; la « passion » au « spectacle ».

Le modèle convivial du basket-ball

21À l’image des directives et des valeurs prônées par les clubs de supporters du basket-ball et de l’UNCSB, nous avons un modèle qui associe la recherche du plaisir, la convivialité entre ses membres mais également la convivialité avec les supporters adverses. À la question « Quelles relations entretenez-vous avec les supporters adverses ? », les supporters de l’Élan Béarnais répondent très bonnes et très amicales :

Très bonnes, avec Cholet on fait la fête, avec Paris on s’amuse, avec Villeurbane c’était très bien. On fait la fête après le match, ou on se retrouve, ou on discute même avant le match, ils viennent nous voir et puis après pendant le match on est supporter, on est supporter, je le vois comme cela [...] le but c’est de supporter une équipe et de partager un même plaisir, une même passion, le basket et d’en parler et de faire la fête ensemble parce qu’on a la même passion. On fait la fête ensemble, on se retrouve ensemble. (PO. JY, p. 1).

22La quasi-totalité des entretiens du basket-ball à Pau-Orthez fait apparaître une unicité en matière de valorisation des rapports avec les adversaires. Phénomène de groupe ? Directive des dirigeants avant les entretiens ? Exagération ? Rien de tout cela puisque la grille d’entretien n’était pas connue de manière préalable ; de surcroît la réception par les Orthéziens des quelques supporters dijonnais lors de notre enquête par questionnaire est venue confirmer ces propos de convivialité. Il s’agit bien de valeurs prônées par les dirigeants et les membres de chaque groupe au plus haut niveau de pratique de ce sport. Valeurs totalement absentes du football professionnel où les supporters sont séparés, parqués, et reconduits après les matches directement hors de la ville et des stades.

23Le hasard dans la venue au supportérisme caractérise de surcroît fortement ce modèle. Il ne s’agit pas d’une transmission patriarcale et initiatique mais des circonstances qui ont conduit un jour ces supporters à assister à un spectacle plaisant, motivant et convivial dont la qualité et l’ambiance les a incités à faire perdurer l’expérience.

24Enfin, si ces supporters viennent pour gagner – mais, qui viendrait d’ailleurs à une compétition pour perdre, que l’on soit joueur ou simplement spectateur, la victoire est toujours envisagée quelle que soit la difficulté d’obtention, de manière privilégiée à la défaite – mais, s’il y a désir de gagner ce n’est cependant pas à n’importe quel prix. La victoire doit être acquise avec une certaine éthique, en privilégiant même le beau jeu au résultat.

25Pour organisé qu’il soit cette forme de supportérisme est vraisemblablement un prétexte ; il y est souligné moins souvent que dans le cas du football l’attachement profond au club, ou à l’équipe. On fait pression sur l’équipe adverse et sur l’arbitre pour voir son équipe gagner, mais, l’important une fois le match terminé est de recevoir les autres. Il y a ici une convivialité attachée à l’âge : je reçois chez moi et je suis reçu en retour.

Le modèle passionnel : le football

Des passions exacerbées

26Dans cette forme de supportérisme tout est passion et engagement : passion pour le sport, pour le club, amour exacerbé de la ville. Les groupes arborent sur leurs bâches et leurs insignes les armoiries de la ville, de la région, des devises – « fiers d’être marseillais » mais, aussi « occitanie » –, les locaux sont tapissés de photos des tifos mais également des monuments et des rues porteurs de l’histoire de ces métropoles. Ces supporters sont là avant toute chose pour encourager leur équipe, par tous les temps, de tous les temps, quel que soit le match, l’importance de l’enjeu, ou la division dans laquelle le club évolue. Ils ne viennent pas à un spectacle, ils viennent pour voir leur équipe gagner.

27Les joueurs n’ont pas pour ces supporters l’importance qu’on leur prête habituellement, ils sont avant toute chose considérés comme des mercenaires. Certains sont stigmatisés, malgré le fait que leurs compétences techniques et leur aura soient reconnues, car, ils sont simplement empreints d’une appartenance régionale et d’une culture sportive rivale en ayant évolué et en ayant acquis ses lettres de noblesse chez l’ennemi héréditaire. Il en va ainsi de J.-P. Papin à Bordeaux qui ne sera jamais vraiment accepté par les supporters :

Lui comme J.P.P. quand il était à Marseille ! Mais lui, c’était plutôt lié à sa personnalité, c’était le joueur phare de Marseille ! Donc, quand Marseille, club qu’on n’aime pas par dessus tout, on n’aime pas le joueur phare ! À Bordeaux, vous avez fini par l’adopter ? Le public l’a adopté... mais beaucoup ne l’ont pas adopté et ne l’adopteront jamais. (GB. DS6, p. 13).

28Ce qui importe à ces supporters c’est le club et la victoire. La réussite du club est leur réussite car, s’ils ne s’identifient pas tous obligatoirement à l’équipe, ils ne font qu’un avec le club représentant la ville et porteur de leurs espoirs et de leurs passions. Le niveau sportif de celui-ci et ses résultats ont davantage que dans les autres sports suscité les vocations de supporters.

Être plus qu’un supporter : être ultra

  • 6 Nous l’écrivons sciemment en deux parties pour insister sur les proportions exceptionnelles de l’in (...)

29Mais, ce qui différencie certainement plus encore les supporters du football de ceux que l’on considère comme tels dans les autres sports est l’engagement en tant qu’ultra. Il ne s’agit plus d’une passion ordinaire, elle devient à ce niveau extra-ordinaire6, empiète sur le temps libre, sur les études et même sur le travail.

30Être ultra c’est vivre une passion débordante, un style de vie et la marque de l’appartenance à une communauté spécifiée. Ici on ne parle plus de convivialité, les ultras parlent du groupe, de leur groupe, le comparant aux autres et le différenciant des autres, de la culture de ce groupe et de la solidarité de ses membres. Être ultra, c’est une passion commune et communautaire. C’est mettre en place des tifos et soutenir inconditionnellement une équipe, ce n’est plus seulement la passion du sport qui est en jeu, c’est la passion pour le club, c’est l’investissement de soi et du groupe pour que le club réussisse et réussir veut dire gagner : gagner sportivement au détriment de l’autre club mais, gagner également à l’encontre des groupes ultras rivaux. La compétition est duale, elle a lieu sur le terrain mais également dans les tribunes. Les supporters veulent être les meilleurs, réaliser les plus beaux tifos, être les plus âpres à chanter, à soutenir et à encourager l’équipe, les plus nombreux à se déplacer, prolongeant ainsi, ou cherchant à participer à la victoire sur le terrain.

Le refus du dialogue avec les supporters adverses : choix délibéré de recourir à la violence ou nécessité de se différencier ?

31Autre caractéristique très importante de ce modèle : l’absence totale de convivialité envers les adversaires. Il n’est effectivement pas question de les recevoir pas plus qu’il n’est envisagé de discuter avec eux que ce soit avant, pendant ou après le match.

32Certes, les services de sécurité séparent et isolent, nous y reviendrons, mais s’ils séparent et isolent c’est qu’il était auparavant question de tout autre chose que d’un philosophé sur l’objet sport comme peuvent le faire les supporters du basket-ball, du rugby ou du volley-ball. Aux commentaires pragmatiques, stratégiques de ces derniers répond un affrontement en bonne et due forme, une sorte de guérilla urbaine entre supporters adverses qui se rencontrent en ville.

33Ces faits et ces propos ne sont pas sans nous rappeler avec insistance ceux d’E. Weil (1996) pour qui deux possibilités s’offrent aux hommes : le dialogue et la violence, le dialogue n’étant autre chose que la négation de la violence. Pour lui les hommes « acceptent le dialogue, parce qu’ils ont déjà exclu la violence » (p. 25). Pour P. Ricœur (1998) le fait même d’entrer « dans le discours, c’est sortir de la violence » (p. 313).

34Est-ce à dire que les supporters Ultras ne l’ont pas exclue ? Ou bien encore que la violence fait partie intégrante et intégrée du supportérisme comme le suggère ce supporter toulousain ?

Pour eux, c’est quand même une façon de supporter, de défendre l’honneur de leur équipe ; parce que des hooligans, il y en a dans les autres équipes, ces hooligans ils jettent des pierres, ils jettent des piles, ils frappent... quand on va dans leurs villes, et quand ils viennent à Toulouse, ils se comportent mal ! Ils viennent pour casser, pour s’imposer, pour insulter, pour provoquer. Ils veulent défendre l’honneur de leur ville, donc la réputation, la bagarre, et puis aussi, je pense que c’est une manière d’agir sur l’équipe... (TFC2, p. 4).

35À moins que la violence soit une partie intégrative et initiatique de certains groupes de supporters, un moyen d’être accepté dans certains groupes et de faire ses preuves dans un contexte hostile.

36Quelles qu’en soient les raisons, l’absence de dialogue est réelle. Mais, n’est-ce pas une nécessité vitale aux relations inter et intragroupes ? La proximité identitaire de ces différentes communautés développe un désir et une nécessité de s’opposer et de se distinguer : l’identité de chaque groupe se construisant et se renforçant dans cette opposition et par l’identité négative projetée sur l’autre. « Ainsi très souvent l’identité « se pose en s’opposant ». La violence accompagne dans certains cas l’affirmation identitaire : bandes de banlieues, groupes de supporters sportifs, communautés ethniques. » (Lipiansky, 1995, p. 21).

37À l’inverse le dialogue produirait un nivellement du supportérisme qui ne serait plus une « passion partisane ». Parler, discuter, dialoguer et échanger induit une reconnaissance de l’autre, le fait qu’il peut avoir raison, qu’il n’a pas forcément tort, que je n’ai pas en tant que supporter une nécessité vitale à m’opposer à lui, que je peux partager le même avis. Le recours à la violence c’est un moyen de se distinguer des autres mais aussi d’assurer la prééminence de son groupe sur les communautés rivales.

38C’est dans ce cadre qu’il faut concevoir l’absence de convivialité envers les supporters adverses, l’impossibilité de dialoguer avec eux car, le recours au discours reviendrait à nier une existence groupale différenciée. Nous sommes obligés de remarquer qu’à l’inverse les supporters du basket-ball, qui parlent de convivialité, évoquent en fait très peu l’importance de leur propre groupe.

En l’absence de rite carnavalesque la partie n’est pas terminée

39Pour B. Jeu (1977) la compétition ne prend vraiment fin non pas au coup de sifflet final, mais à l’occasion de rites qui marquent la fin du sacrifice qui vient de se jouer : échange de maillots, banquets et libations. C’est la communion des adversaires qui marquent vraiment la fin de la rencontre en abolissant temporairement et métaphoriquement la hiérarchie sportive.

40Ces rites carnavalesques sont l’aboutissement même de la compétition. Il n’existe pas de compétition de quelque niveau que ce soit sans banquet, sans soirée finale dans les compétitions internationales où les plus humbles se retrouvent associés aux têtes couronnées qui, l’espace d’une soirée, sont redevenues de simples mortels. Ils sont le moyen de retrouver ou de recréer un plaisir fusionnel qui d’ennemis nous font devenir un. Ces rites perdurent sur nos terrains au basket-ball, au rugby et au volley-ball mais, pas au football. Ne pas participer aux libations est porteur de toute une symbolique. Dans notre expérience professionnelle nous avons été parfois (rarement) été amené à assister à cette scène qui consiste pour les joueurs et les spectateurs à marquer leur désaccord avec l’équipe adverse, l’arbitrage et le résultat.

41Cette désunion et cette mésentente remettent le résultat en cause : le match n’est pas fini, le résultat n’a pas été acquis logiquement ou honnêtement.

42Ne faut-il pas concevoir le manque de convivialité revendiquée par les supporters du football comme une volonté de ne pas voir le résultat du match entériné ? Ne faut-il pas concevoir dans ce cas l’absence de convivialité et le recours à la violence par les supporters du football comme une volonté de poursuivre le match en dehors des tribunes pour remettre en cause l’ordre établi ? S’il n’y a pas volonté délibérée de ne pas organiser ou de ne pas participer aux libations, leur absence marque de toutes les façons l’infinitude de la compétition.

43Dès lors comment concevoir l’encagement des supporters, leur séparation par maints filets, grillages et cordons policiers ? Ces précautions, en dehors bien souvent d’une quelconque nécessité compte tenu du faible nombre de supporters en déplacement, ne renforcent-elles pas l’impossibilité à fusionner ?

44L’absence d’organisation festive de la part des supporters, mais également des dirigeants, ne participe-t-elle pas à l’établissement d’une mésintelligence et donc au recours à des comportements déviants ou violents de la part de ces supporters qui n’entendent pas que le match se termine dans ces conditions et espèrent encore changer la destinée de la rencontre.

Un supportérisme exacerbé et égocentrique

  • 7 Au sens éthologique du terme.

45Pour l’ensemble des raisons que nous venons d’évoquer ce modèle de supportérisme est passionnel. Passionnel au sens phénoménologique du terme, par l’excitation mimétique due au spectacle sportif, par l’appartenance à une foule, où l’on peut donner libre cours à ses émotions. Le supportérisme est une forme d’évasion et d’exutoire aux tensions sociales. Mais, il est passionnel également au sens du crime passionnel tel que le définit R. Dufour-Gompers « quand la passion [amoureuse] est présente avec ses ingrédients de trahison, jalousie, aveu, abandon, colère, réactions disproportionnées et incontrôlées, passage à l’acte impulsif [...] » (op. cit., p. 96), lorsque les clubs de supporters par l’usage de conduites agonistiques7, se concurrencent, s’opposent, recherchent l’hégémonie territoriale dans les tribunes... et quelquefois s’affrontent.

46Mais, il s’agit également d’un supportérisme incidemment ou volontairement égocentrique. On peut effectivement se demander quel est finalement l’objet primordial de la passion des Ultras au football : le sport, le club, l’équipe ou le groupe ?

Des supporters qui s’identifient plus fortement que les autres à la région, à la ville, au club et à l’équipe

47Lorsque les supporters des autres sports évoquent la coupure entre le match, les tensions liées au jeu et la possibilité de parler avec le public adverse, nous devons également associer ces propos à l’objet de la passion.

48Les supporters de football sont plus fortement attachés à la région, à la ville, au club ou à l’équipe que ceux des autres sports. Les exemples fourmillent tout au long de nos entretiens :

En premier, c’est soutenir mon équipe, mon club, parce que c’est là que je suis né, c’est Bordeaux et rien d’autre, donc c’est les Girondins à fond ! Ensuite, c’est pour la région, et le foot, pour moi, il n’y a que ça dans la vie ! (GB. FR10, p. 1).

... ça représente... un honneur de représenter sa ville déjà, d’encourager sa ville, son club. Bon, on est quand même la 4ème ville française, donc supporters de la 4ème ville française c’est... c’est quelque chose de particulier. (TFC3, p. 1).

49L’inscription dans le supportérisme ultra ne se fait pas à une période neutre de la vie. Elle correspond à ce moment particulier de l’adolescence, temps de rupture avec la famille, d’intégration sociale et de construction sociale de l’identité en tant qu’adulte. Identité qui doit se comprendre dans « la dualité de sa définition même : identité pour soi et identité pour autrui » (Dubar, 1995, p. 110). Être supporter ultra, supporter de la quatrième ville française, du premier club à avoir gagné une coupe d’Europe, permet de se construire une identité positive tant pour soi que pour le regard des autres.

  • 8L’identification est la forme la plus originaire du lien affectif à un objet” (Freud, 1921, p. 170 (...)

50Il y a bien une identification8 très forte des supporters du football à la région, à la ville, au club, à l’équipe. Identification que l’on retrouve au demeurant chez tous les jeunes qui s’inscrivent davantage dans un sport en début de saison lorsque celui-ci a connu des résultats exceptionnels, valorisés et valorisants. Identification peut-être plus présente et permanente dans le football qui exalte la méritocratie et le fait, à travers la réussite des joueurs, d’origine sociale souvent modeste, en reprenant les propos d’Ehrenberg (1991) que « n’importe qui peut devenir quelqu’un ».

51Lorsque club, région, groupe de supporters ne font plus qu’un, lorsque les supporters sont à ce point identifiés au club et à l’équipe qui gagne ou qui perd, il est impossible de conserver la « distance au rôle » revendiquée dans les autres sports. La défaite de l’équipe devient la défaite du groupe et de chacun des individus qui le compose. La frustration engendrée par le résultat ne peut que se traduire par un passage à l’acte dans le classique schéma frustration-agression qu’il importe cependant de recontextualiser pour le comprendre.

52Ce modèle se différencie ainsi profondément des autres par la genèse de ses passions : l’exacerbation et l’égocentrisme de cette forme de supportérisme, l’identification à cet ensemble région-ville-club-équipe, la volonté de voir gagner l’équipe et les rivalités intergroupes s’opposent ainsi à la distance au rôle, à l’esthétisme et à la convivialité prônés par ceux qui sont déjà insérés socialement, dissociant « jeunes » et « vieux » supporters.

Le rôle des dirigeants sportifs dans la genèse des conduites agonistiques

53Mais, comment expliquer le passage à l’acte ? Au-delà des hypothèses et des clichés couramment répandus : problèmes sociaux, déculturation du public du football... Ces phénomènes de violences s’inscrivent avant toute chose dans une sorte d’espace interstitiel où l’absence de relations entre clubs et clubs de supporters a permis l’émergence de comportements incontrôlés. L’âge des supporters joue pour beaucoup dans le manque de reconnaissance ou de concertation avec les dirigeants. Tandis que les supporters du basket-ball et les supporters « âgés » du football (CCS marseillais, Violets toulousains...) revendiquent les bonnes relations qu’ils entretiennent avec les clubs, les autres supporters souvent âgés de moins de 25 ans se plaignent du manque de reconnaissance voire du mépris qu’affichent à leur égard les dirigeants sportifs.

  • 9 Il faut remarquer que dans tous les clubs, il arrive aux supporters de faire grève lorsque les résu (...)

54Mais, ce soutien sans faille9 au club et à l’équipe se double très souvent d’une volonté d’indépendance vis-à-vis du club. Cette détermination est d’autant plus forte que ces derniers leur ont dénié toute reconnaissance, comme ce fut le cas à Bordeaux avec C. Bez, ou lorsque ces supporters sont issus de quartiers difficiles et défavorisés comme c’est le cas pour les South Winners. Cette indépendance est à considérer dès lors comme un désir de revanche, un désir de réussite contre le système ou contre la vie, un moyen de prouver que l’on est capable d’exister, de concevoir et de réussir des actions envers et contre tous.

55Si les supporters organisés du basket-ball, ou les Violets toulousains revendiquent quant à eux de fortes relations avec le club et les dirigeants, il faut y voir là encore un effet de l’âge. Ces supporters plus vieux, insérés socialement acceptent des contraintes, un consensus, alors qu’à l’opposé ces jeunes supporters n’ont qu’un désir celui de la liberté et de l’indépendance au moment du sortir de la vie adolescente et de l’entrée dans la vie adulte. Les normes, les contraintes, les contrats souvent ressentis comme autant de compromissions sont à l’opposé des désirs d’autonomie de ces publics juvéniles.

56Quand bien même accepteraient-ils de collaborer avec les clubs, il n’est pas certain, comme nous l’avons évoqué précédemment, que ces derniers en aient toujours le souhait. Les supporters du football sont doublement marginalisés, socialement parfois mais également par les clubs qu’ils soutiennent.

57L’appartenance à un groupe de supporters induit des jugements de valeur : il s’agit d’une passion malsaine, les fautes et les crimes commis en son nom sont présents dans tous les esprits et, c’est de plus un public juvénile ou populaire. Pour toutes ces raisons les supporters ne peuvent pas être pour les dirigeants du football professionnel des interlocuteurs valables.

Ambiguïtés et ambivalence des relations entre supporters et dirigeants au football

58À l’âge de l’entrée dans la vie adulte, à la période de l’autonomisation de la jeunesse correspond une motivation parmi ces publics juvéniles à gagner, à réussir et à jouer un rôle très important et valorisant dans la victoire de l’équipe, une identification très forte à l’équipe et au club. C’est dans cette période transitoire de la vie, qui voit des jeunes passer du statut d’adolescents respectueux des contraintes familiales au rôle social d’adulte qu’ils joueront quelques années plus tard, que s’inscrit tout à la fois la volonté de participer à la grande aventure du supportérisme, de réaliser des actions distinctes des adultes mais également les excès inhérents aux rivalités sportives et groupales. Le stade est un espace de liberté dans lequel ces jeunes viennent s’extérioriser, crier une joie de vivre ou exprimer une rage d’être, voire un désir de paraître. C’est très certainement un des derniers espaces tolérés de débridement des émotions, des affects et des pulsions.

59Ces propos nous ramènent inexorablement vers le déni de reconnaissance mais également d’encadrement de ces jeunes supporters par les instances du football qui ne se sont en fait occupées ou intéressées à eux qu’à partir du moment où ils pouvaient poser un problème non pas d’ordre public mais en reprenant les propos de S. Roche (1996) « d’ordre en public », à un moment où l’image du football pouvait être ternie par les événements violents qui se donnaient à voir dans ou à proximité de nos stades. Cette réflexion axiologique met en exergue la complexité d’une situation où s’opposent la nécessité pour le football d’assumer l’engouement qu’il a suscité – volontairement et / ou involontairement – auprès de ces publics juvéniles et la revendication de ces jeunes supporters à une complète autonomie vis-à-vis des dirigeants.

60Deux mondes s’affrontent : les possesseurs du pouvoir décisionnel et financier, représentants de l’ordre établi et de la classe bourgeoise et ceux souvent issus des classes populaires qui revendiquent la passion pour le football et opposent l’aide qu’ils apportent à l’équipe par leurs animations et leur soutien inconditionnel à une simple logique commerciale. Les clubs possèdent en fait deux présidents : le détenteur du capital et un « un président parallèle » qui comme le suggère P. Broussard rappelle que le football appartient aussi à ses spectateurs.

  • 10 Dans les travaux de F. Thrascher sur la délinquance juvénile à Chicago, les gangs de jeunes, avant (...)

61Nous inspirant des propos de F. Thrascher sur les gangs10 de Chicago, et en remplaçant le mot « gang » par supportérisme, nous pensons que le supportérisme « est une réponse à la désorganisation sociale. Il offre un substitut à ce que la société ne parvient pas à donner et protège des comportements déplaisants et répressifs. Il comble un manque et offre une échappatoire » (Thrascher, in Coulon, 1994, p. 59).

  • 11 Le taux de chômage en France en pourcentage de la population active est passé de 3,7 % en 1975 à 11 (...)

62La période où le supportérisme se développe en France – durant les années quatre-vingt-quatre-vingt-dix correspond à une situation économiquement difficile où le chômage va sans cesse croissant, tout comme l’inflation, et où les jeunes sont en proie à de vives inquiétudes concernant leur insertion sociale11. Lorsque ces jeunes supporters parlent de leur inscription dans le monde des ultras comme un moyen d’évasion et un exutoire, ces propos viennent ainsi corroborer totalement ceux de F. Thrascher.

63Le supportérisme offre à l’origine un dérivatif aux tensions sociales et une forme de réussite sociale pour des jeunes confrontés aux incertitudes liées à leur insertion professionnelle ou à leur promotion sociale.

64En cherchant à attirer un public plus nombreux afin d’augmenter les recettes, en professionnalisant davantage ce sport, en mettant en œuvre des équipes de plus en plus compétitives, le football a fort logiquement drainé un public en nombre croissant et de plus en plus passionné. Lorsque ces groupes se sont organisés, les instances dirigeantes du football n’ont pas su, car ce n’était pas leur objet, n’ont pas voulu, car ce sujet n’entrait pas en compte dans leurs finalités, ou s’y sont pris trop tard pour gérer les passions qu’elles ont de fait créées et suscitées. Les dirigeants ont géré l’activité sportive et les retombées économiques mais, pas les effets pervers négatifs dont ils se sont déchargés de toute responsabilité.

65Même s’ils n’ont pas obligatoirement, ni même directement, suscité la mise en place d’une quelconque forme de supportérisme, ils ont laissé un vide social et ont permis à ce phénomène de se développer seul et de s’organiser sans concertation, sans aide, sans communication mais aussi sans repères et sans limites. Cette situation pose d’autant plus problème, que ces supporters étaient composés dès l’origine essentiellement de jeunes qui comme le fait remarquer O. Galland non seulement sont plus permissifs en matière de normes sociales que leurs aînés mais, « condamnent beaucoup moins souvent des comportements déviants ou inciviques [...] » (1998, p. 27).

66Alors désorganisation sociale, vide social utilisés par ces jeunes supporters ou émanation de certains clubs ? Dans certains cas, les rapports de police vont jusqu’à faire état du laxisme des dirigeants devant l’apparition des formes les plus violentes de supportérisme au sein de leur club :

Les responsables du PSG m’apparaissent dépassés et effrayés par cette évolution que leur laxisme et leur mercantilisme a passablement encouragée dans le passé [...] (Contrôleur général Rouibi, op. cit, . p. 4).

67Certains supporters du football vont plus loin et voient même une réelle connivence entre quelques dirigeants de clubs, qu’ils ne nomment pas, et des groupes qui s’avèrent recourir plus souvent que d’autres à la violence.

68Cette remarque semble trouver un écho favorable dans le rapport du contrôleur général Rouibi qui note que : « [...] les responsables de la sécurité dans les clubs sont partagés le plus souvent entre des objectifs contradictoires. Sensibilisés par les risques de débordements que représentent les éléments hooligans, ils admettent volontiers que toute équipe de football a besoin de ce type de supporters pour « mettre la pression » sur les joueurs. » (op. cit., p. 39).

69Exagérés ou pas, ces propos montrent la difficile position d’un mouvement qui s’est développé de manière quasi exponentielle en l’espace de 15 années de 1984 à 1998 et des rôles multiples que peuvent jouer les dirigeants sportifs allant dans certains cas jusqu’à intervenir auprès des policiers pour minimiser les affaires et favoriser l’abandon des poursuites. Les dirigeants du football oscillent ainsi toujours entre mépris des supporters et l’aide qu’ils apportent, par peur bien souvent des lazzis, des quolibets, des insultes et des incidents possibles, à ces mêmes supporters.

Une gestion contractualisée du supportérisme au basket-ball

70À ce niveau tout oppose en fait le basket-ball et le football. Au basket, quel que soit le club sportif les dirigeants entendent travailler avec les supporters. Il s’agit bien d’une contractualisation des relations.

71L’Élan Béarnais n’est pas un exemple isolé en ce domaine. Le club entend aider et favoriser l’action de ses supporters mais, également les contrôler afin de prévenir tout incident ou débordement. Le premier élément de cette étroite relation et intégration réside dans le siège des Los Peones incluse dans le palais des sports. Ces relations contractuelles sont confirmées tout à la fois par le président des supporters et par le directeur sportif du club :

Le président Seillant ou moi-même on fait enlever la moindre banderole virulente, moi, je veille en permanence de toute façon à ce qu’il n’y ait pas de débordements, c’est clair. (Président des Los Peones, L. S, p. 4).

  • 12 Président de l’Élan Béarnais.
  • 13 Chargés de la sécurité et du contrôle des spectateurs à l’intérieur de la salle et reconnaissables (...)

Nous leur fournissons un local, là dans la halle de sports au milieu de nos installations, nous les aidons à organiser leurs déplacements, à obtenir les meilleurs tarifs, à organiser leurs fêtes, les joueurs vont les voir, nous favorisons les contacts entre eux, nous leur faisons des tarifs spéciaux. Ce que nous attendons d’eux en contrepartie, c’est clair, c’est un soutien sans faille à l’équipe, une animation de la salle etc. mais, nous veillons dans tous les cas à ce qu’il ne se passe strictement aucun incident, c’est très clair entre le Président Seillantt12 et L. S, nous ne pouvons pas nous le permettre, la salle, vous le verrez c’est un chaudron, si nous laissions faire cela pourrait être très dangereux, explosif, ce n’est pas comme au foot, au basket, vous êtes là au-dessus des joueurs, des arbitres, le Kop des supporters est au-dessus de l’entrée des joueurs et arbitres, mais aussi pour une certaine éthique... Alors, nous faisons très attention, et ils sont prévenus tous les avantages que nous leur octroyons disparaîtront s’il y avait des problèmes. Nous avons mis en place pour pallier ceux-ci les bérets rouges13, vous les verrez lors du prochain match. (Directeur sportif de \’Élan Béarnais, G. B, p. 2).

72La même configuration existe avec les Violets toulousains, représentatifs dans les groupes de supporters de la catégorie qui ne participe pas ou peu aux affrontements, à savoir : des liens très étroits avec le club, même si le TFC n’aide pas financièrement ou matériellement ses groupes de supporters, mais, également une appartenance à l’équivalent dans le football de l’UNCSB.

73Cette contractualisation des relations n’est-elle pas rendue possible d’une part, par l’âge de ces supporters qui acceptent de rentrer dans un rôle et un compromis social tout autant qu’ils gardent par rapport à l’événement sportif une « distance au rôle » et d’autre part, par la reconnaissance des dirigeants de ces supporters socialement « acceptables », intégrés, et par voie de conséquence des interlocuteurs non pas privilégiés mais tout au moins respectables ?

74Ces différentes relations, que l’on peut qualifier de contractuelles, tant au sens moral qu’écrit, semblent être un élément modérateur du comportement des supporters, mais n’existent pas dans les autres clubs et clubs de supporters étudiés quand bien même certains délégués à la sécurité remarquent que tout se passe mieux lorsqu’ils « gèrent » eux-mêmes les déplacements de leurs supporters. L’établissement de relations entre les clubs et les ultras, susceptibles de modérer l’apparition des incidents et de modifier le comportement belliqueux de certains supporters, sont cependant dans beaucoup de clubs de 1ère division parcellaires ou inexistantes du fait de l’âge des fans et du crédit que les dirigeants leur accordent d’une part – « de nombreux présidents, mais aussi la plupart des responsables de ces respectables associations de supporters qui ne représentent qu’eux mêmes, ne considèrent d’ailleurs pas ces jeunes comme des interlocuteurs valables » (Broussard, op. cit., p. 210) – mais, aussi de l’inconstance des supporters en partie due au fait qu’aucune relation contractuelle véritable n’est instaurée.

75Nous pouvons dire sans nous tromper que les relations supporters-dirigeants de clubs au football ressemblent davantage à une navigation à vue qui cherche à se prémunir d’incidents divers que d’une politique de concertation qui consisterait à considérer les supporters comme d’authentiques interlocuteurs favorables au développement des clubs. Le football change d’objet et n’est vraisemblablement plus seulement un sport, ni même un spectacle sportif où les spectateurs peuvent réellement participer à, et être concerné par, son devenir, il est aujourd’hui autre chose, dépassant la simple praxis, et voit s’accentuer la distanciation entre les clubs, les joueurs et le public à qui il est demandé de plus en plus souvent de payer, de s’asseoir et de se taire, certains dirigeants oubliant à tort peut-être « à force de concentrer leur attention sur les revenus publicitaires et les droits de retransmissions télévisées, à force d’assurer en priorité leur propre promotion [...] qu’après tout le football appartient aussi à ces « cochons de payants » que sont les spectateurs » (Broussard, op. cit., p. 211).

Bibliographie

Bibliographie

BECKER H.S., (1963), Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, édition 1985.

BODIN D., « Sport et violences : le hooliganisme en France », Sport, numéro spécial 165/166, avril 1999.

_________, Le hooliganisme en France : vérités et mensonges, Paris, ESF, 1999.

BOURDIEU P., Comment peut-on être sportif in Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984.

BROMBERGER C., Le match de football : ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1995a.

BROUSSARD P., Génération supporter : enquête sur les ultras du football, Paris, Robert Laffont, 1990.

CHANGEUX J.-P., RICOEUR P., Ce qui nous fait penser : la nature et la règle, Paris, Odile Jacob, 1998.

COULON A., (1992), L’école de Chicago, Paris, PUF, 2ème édition 1994.

DUBAR C., La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 1995.

DUFOUR-GOMPERS R., Dictionnaire de la violence et du crime, Toulouse, ERES, 1992.

DURKHEIM E., (1895), Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 9ème édition 1997.

EHRENBERG A., Le culte de la performance, Paris, Calmann-Levy, 1991.

GALLAND O., « Les valeurs de la jeunesse », Sciences Humaines, n° 79, 1998, p. 26-29. IRLINGER P., LOUVEAU C., METOUDI M., Les pratiques sportives des Français, Paris, INSEP, 1988.

JEU B., Le sport, l’émotion, l’espace, Paris, Vigot, 1977.

LIPIANSKY E.M., « Comment se forme l’identité des groupes », in La logique des communautés, Sciences Humaines, n° 48, 1995, p. 18-21.

OGIEN A., Sociologie de la déviance, Paris, Armand Colin, 1995.

POCIELLO C., Les cultures sportives, Paris, PUF, 1995.

____________, Sports et société, approche socioculturelle des pratiques, Paris, Vigot, 1981.

ROCHE S., La société incivile : qu’est-ce que l’insécurité ? Paris, Editions du Seuil, 1996.

ROUIBI N., (1989), Colloque sur la sécurité et la violence dans les stades lors de manifestations sportives, Ministère de l’Intérieur, mise à jour du 15 février 1994.

WEIL E., Logique de la philosophie, Paris, Vrin, 1996.

Notes

1 Au début de cette nouvelle saison, les clubs de supporters marseillais auraient vu en moyenne leur effectif se multiplier par 1,5.

2 Les supporters ne sont-ils pas en effet le douzième ou le sixième homme, celui qui fait pression sur l’adversaire et dont se servent les dirigeants ? Pour ne pas prendre l’exemple du football, nous retiendrons celui du basket-ball à Pau-Orthez où les “ends " sont occupés par les Los Peones qui agitent des drapeaux lors des lancers francs.

3 L’image traditionnellement associée au football est celui d’un “sport populaire” avec toutes les déclinaisons que nous pouvons donner à ce terme. Notre but n’étant pas de faire une sociologie des pratiques sportives, nous renvoyons le lecteur aux ouvrages de P. Bourdieu (1984), de P. Irlinger et a/ (1988), ou encore aux travaux sur la distribution sociale des pratiques de C. Pociello (1981, 1995).

4 En France nous appelons aujourd’hui ces emplacements “virages”, en raison de la forme annulaire de nos stades, alors que les anglais dénomment ceux-ci “ends”, c’est-à-dire l’extrémité de leurs stades qui sont chez eux rectangulaires et les belges “sides”,

5 Nous préférons utiliser les termes de violences et de déviances à celui de hooliganisme défini comme étant une violence exercée délibérément, d’une manière organisée, structurée et préméditée. Le hooliganisme est ainsi très proche dans sa définition de celle donnée par R. Dufour-Gompers pour le « crime organisé qui exige préparation, réflexion, infiltration, collaboration... » (1992, p. 94). Cette définition réductrice permet en effet d’écarter un grand nombre d’exactions commises par les supporters en France et de déclarer qu’il n’existe pas en France de hooliganisme.

6 Nous l’écrivons sciemment en deux parties pour insister sur les proportions exceptionnelles de l’investissement de chaque ultra dans cette forme de supportérisme. Investissement qui ne prend souvent fin comme le font remarquer les supporters qu’en se mariant et en s’insérant dans le monde du travail.

7 Au sens éthologique du terme.

8L’identification est la forme la plus originaire du lien affectif à un objet” (Freud, 1921, p. 170).

9 Il faut remarquer que dans tous les clubs, il arrive aux supporters de faire grève lorsque les résultats sont mauvais, que les joueurs ne se battent pas ou que la politique du club en matière de recrutement surtout est considérée comme mauvaise. Les supporters dans ce cas ne chantent pas et n’encouragent pas l’équipe.

10 Dans les travaux de F. Thrascher sur la délinquance juvénile à Chicago, les gangs de jeunes, avant de devenir des groupements délinquants, sont des regroupements d’adolescents solidaires qui recourront à la délinquance et aux actes violents en se déplaçant et en se trouvant confrontés avec des groupes de même nature. Ce qui présente en fait de grandes similitudes avec les groupes de supporters, si ce n’est que ces derniers pour leur grande majorité recourent de temps à autre à des actes ou des comportements déviants et ne deviennent que très rarement des groupes dont la délinquance est l’unique objectif.

11 Le taux de chômage en France en pourcentage de la population active est passé de 3,7 % en 1975 à 11,1 % en 1993 (Source INSEE, enquête emploi 1993). Le taux de chômage des jeunes de 16 à 25 ans était de 21 % de la population active en 1994, et de 10 % de l’ensemble de la population de 16 à 25 ans-jeunes scolarisés ou non – (INSEE première, n° 323, juin 1994).

12 Président de l’Élan Béarnais.

13 Chargés de la sécurité et du contrôle des spectateurs à l’intérieur de la salle et reconnaissables à leurs bérets basques.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Catégories d’âge des supporters du basket et du football
Légende La différence des répartitions entre ‘basket-ball’ et ‘football’ est très significative(chi2 = 68,14, 1-p = > 99,99 %).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/20106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Docteur en STAPS – Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique – Université Victor Segalen Bordeaux 2. Laboratoire Cognition et phénomènes collectifs – UPRES 498 – Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search