Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 7. Clubs, manifestations sportives et identités territoriales : quelles redéfinitions ?

L’affirmation d’une identité régionale lors des rencontres sportives : les « ultras » du football en France

Nicolas Hourcade

Texte intégral

Public, club et sentiment d’appartenance

1Dans le cadre de la réflexion menée lors de ce colloque sur le sport de haut niveau en région, nous voudrions centrer notre intervention sur l’un des acteurs, le public, élément indispensable d’un sport conçu comme un spectacle. Plus particulièrement, nous nous intéressons à la manière dont ce public manifeste à l’occasion des matches de football – le plus populaire des sports – son appartenance locale et régionale.

2Le club de football est souvent perçu comme le porte-drapeau de la communauté dans laquelle il est installé, que celle-ci soit un village, un quartier, une ville, une région ou une nation ; ses rencontres offrent dès lors l’occasion d’exprimer une appartenance commune et une identité collective. Les exploits des clubs de petites villes en Coupe de France déchaînent l’enthousiasme dans leur localité : des milliers de supporters se déplacent alors pour suivre leur équipe. Au niveau national, les succès de l’équipe de France dans des compétitions majeures, comme la Coupe du Monde ou l’Euro, ont porté dans les rues un grand nombre de Français (parmi lesquels des gens s’intéressant peu, d’ordinaire, au football). En temps normal, ce sont les clubs de l’élite (de première et de deuxième division) qui mobilisent le plus de supporters passionnés, leurs victoires suscitant de grandes célébrations populaires.

  • 1 E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, 1912, Paris, PUF, 1990, p. 610.
  • 2 Contrairement à ce que prétend un peu rapidement la sociologie critique du sport qui, dans (...)

3Ainsi, il est courant de constater que les matches de football, particulièrement les rencontres au sommet qui touchent un vaste public tant au stade qu’en dehors, permettent « d’entretenir et de raffermir, à intervalles réguliers, les sentiments collectifs » : en ces occasions, les individus « réaffirment en commun leurs communs sentiments », pour reprendre les expressions célèbres d’E. Durkheim1. Autrement dit, le match de football fournit à la communauté l’occasion de sentir son unité et d’affirmer son identité. Les résultats de l’équipe peuvent alors influer sur le moral du public. Si le titre de champion 1998 du R.C. Lens n’a pas fait oublier à ses supporters les difficultés économiques et sociales de la région ou les différences sociales2, il leur a mis du baume au cœur.

4Le club de football, pour peu qu’il obtienne des résultats, est donc fréquemment considéré comme un symbole de la communauté. Pourtant, accéder à un tel statut ne va pas de soi. C’est le fruit d’une coproduction, d’un travail qui engage plusieurs acteurs, lesquels s’influencent mutuellement : les joueurs et les dirigeants qui s’efforcent de réaliser de bonnes performances et d’enraciner leur action dans un territoire, le public qui manifeste son attachement envers l’équipe, les médias qui accordent au club une attention particulière et lui confèrent ainsi une audience importante, les mondes politique et économique qui trouvent un intérêt à s’impliquer dans le club. Ces actions sont interdépendantes. Le club tente de s’affirmer comme l’incarnation de la communauté afin de recevoir du soutien, tant populaire qu’institutionnel et financier. En contrepartie, la ville et la région tirent des bénéfices des résultats du club en termes d’image, de retombées économiques ou de renforcement de la cohésion sociale. Mais, pour que cela fonctionne, il est nécessaire qu’un public suffisamment nombreux se reconnaisse dans le club et lui accorde une certaine importance.

  • 3 P. Yonnet estime que ce qu’il appelle le sport spectacle se fonde principalement sur l’inc (...)
  • 4 M. Genty, “Les Girondins de Bordeaux, porteurs d’identité régionale ?”, in L’identité régi (...)

5Ce lien parfois très fort entre le public et le club est à mettre en relation avec l’origine géographique des spectateurs. Si certains choisissent de soutenir un club en fonction de sa manière de jouer ou des résultats qu’il obtient, le principal ressort du supportérisme, particulièrement du supportérisme fervent, est bien l’identification à l’équipe du cru3. Par exemple, nous savons que le public des Girondins de Bordeaux vient d’abord de Bordeaux et de sa communauté urbaine, mais aussi, plus largement, de la Gironde et des départements proches, spécialement lors des rencontres importantes. L’intérêt pour ce club touche tout le grand Sud-Ouest, c’est-à-dire l’Aquitaine et les départements charentais4 ; les fans des Girondins habitant d’autres régions sont relativement peu nombreux, et ils sont souvent originaires du Sud-Ouest. La plupart des autres clubs français, à de rares exceptions près comme Marseille ou Saint-Étienne, attirent également un public essentiellement local et régional.

  • 5 C. Bromberger, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard, 1998. Sur (...)
  • 6 F. Coulomb et P. Duret, “L’intégration à la cité par le spectacle sportif, étude comparée (...)
  • 7 L. Porcher, “Enjeux interculturels”, Communications, n° 67, 1998, p. 105-116.

6Comment le club représente-t-il la communauté ? C. Bromberger souligne que le football fait plus que classer les appartenances : il les met en évidence, il les « dit », à travers le style de jeu (qui se construit comme propre à la communauté en se distinguant du style des autres équipes), et la composition de l’équipe (qui tend à refléter, de manière plus ou moins nette, la composition sociale de la communauté)5. Ainsi, le style « indéterminé et fluctuant » du Paris S.G. expliquerait en partie la faible adhésion populaire que ce club rencontrait, il y a quelques années, en banlieue parisienne6. D’autre part, la libéralisation du marché des transferts à l’intérieur de la Communauté Européenne a induit un bouleversement de la composition des équipes, qui comptent dans leurs rangs de moins en moins de joueurs locaux et même nationaux. Malgré cela, L. Porcher note que les supporters demeurent attachés et fidèles au club local : ils « délèguent leur territoire » à des joueurs extérieurs7. Pourtant, dans certains cas, le public manifeste son mécontentement contre cette évolution, comme à Barcelone, où les « socios » reprochaient à l’entraîneur néerlandais Van Gaal d’écarter les footballeurs catalans au profit notamment de joueurs de sa nationalité.

7Dans cette communication, nous reprenons ces réflexions générales dans un cas bien précis. En effet, nous essayons d’analyser l’affirmation d’identités locales ou régionales dans les stades de football français, en étudiant des supporters particuliers et démonstratifs, les « ultras », qui sont précisément ceux qui mettent le plus en avant ces identités.

Qui sont les « ultras » et que représentent-ils ?

8Alors qu’un supportérisme actif (tant en ce qui concerne la ferveur que le nombre de supporters) s’est développé tôt dans des pays comme l’Angleterre, l’Espagne ou l’Italie, il faut attendre, en France, les années 1970 pour que des supporters commencent à jouer véritablement un rôle de « douzième homme ». Á partir des années 1980, des supporters d’un nouveau type occupent le devant de la scène. Parmi eux, nous pouvons distinguer deux tendances principales. D’une part, les ultras, d’inspiration italienne, qui s’organisent en groupes structurés planifiant le soutien à l’équipe. Chaque groupe affiche ses banderoles, des meneurs lancent les chants par mégaphone, des spectacles colorent la tribune à l’entrée des joueurs sur le terrain... D’autre part, les hools (contraction du terme hooligans), qui prennent pour modèle les bandes qui se sont développées principalement en Angleterre puis en Europe du Nord, et qui s’investissent moins dans le soutien à l’équipe que dans la confrontation physique avec leurs homologues des bandes adverses. Toutefois, la violence n’est pas le fait des seuls hools, les ultras y ont aussi recours. Mais pour eux, elle ne constitue qu’un moyen d’action parmi d’autres, alors que la pratique des hools s’organise autour de cette violence.

  • 8 O. Galland, “Un nouvel âge de la vie”, Revue française de sociologie, XXXI, 1990, p. 529-5 (...)
  • 9 A. Ehrenberg, “La rage de paraître”, Autrement, n° 80, 1986, p. 148-158.

9S’il existe des différences entre ces deux modes de supportérisme, les ultras et les hools se distinguent nettement du reste du public. D’abord, par leur âge. Dans leur grande majorité, ces supporters sont des « post-adolescents » : ils appartiennent au « nouvel âge de la vie » mis en évidence par O. Galland8, c’est-à-dire qu’ils ont entre 16 et 25 ans, les plus anciens étant un peu plus âgés Les autres associations de supporters réunissent, quant à elles, des personnes de tous âges. Ensuite, par leur façon de soutenir leur équipe. Ils s’efforcent de se distinguer, par leur attitude, leur gestuelle, leurs chants, leur manière de s’habiller, des autres supporters, qu’ils considèrent comme des « bouffons ». Ils « spectacularisent » leur supportérisme, en organisant des animations dans les tribunes en créant des mouvements de foule ou des incidents : ils sont animés par ce qu’A Ehrenberg a appelé la « rage de paraître »9. Enfin, ils s’efforcent de mener leurs actions de manière autonome, ce qui se concrétise notamment par une indépendance revendiquée par rapport aux dirigeants du club de football et aux associations officielles de supporters inféodées au club.

  • 10 P. Mignon, La société du samedi : supporters, ultras et hooligans. Etude comparée de la Gr (...)
  • 11 Un fanzine est un petit journal autoproduit par les supporters.
  • 12 On parle de mouvement ultra, comme de mouvement hip-hop ou techno par exemple, pour désign (...)

10Les ultras et les hools s’approprient un espace du stade (on les trouve généralement derrière les buts, dans les virages) et y créent leur propre pratique : ils considèrent le supportérisme comme une fin en soi10. Entre ces militants des stades une seconde compétition s’est engagée, parallèlement à celle qui met aux prises les clubs de football, avec ses propres règles et ses propres enjeux. Une communauté d’expérience s’est progressivement constituée entre eux à partir des relations plus ou moins conflictuelles entre les groupes, de l’apparition de fanzines11, de magazines ou de sites internet spécialisés, et du développement de réseaux de correspondance. Par conséquent, ces supporters extrêmes sont passionnés, d’une part, par le football et par leur club (certains le sont plus que d’autres), et, d’autre part, par leur groupe et par ce qu’ils appellent le « mouvement »12 ultra ou hooligan, c’est-à-dire par ce qu’ils sont eux-mêmes.

  • 13 Sur les ultras et les hools français, et sur leurs différences avec les autres types de su (...)

11En France, la tendance ultra est la plus répandue : la présence de hools est limitée à quelques villes, dont Paris où le nombre des éléments durs varie, selon les époques, entre 200 et 500. En revanche, chaque club a son (ou ses) groupe (s) ultra(s), de plus ou moins grande ampleur : une cinquantaine de personnes dans des villes moyennes où l’équipe n’obtient pas de résultats exceptionnels ; entre 200 et 800 supporters dans les principaux clubs. Les associations les plus importantes sont celles dont les membres bénéficient d’une réduction sur les abonnements à l’année au stade : ainsi à Marseille, les deux principales, le Commando Ultra et les South Winners, possèdent environ 5 000 adhérents (cependant, le nombre de ceux qui sont considérés comme membres actifs par les responsables eux-mêmes est plus proche de ce qui existe ailleurs, même si c’est à Marseille que le mouvement ultra est le plus développé). Ces modes de supportérisme sont essentiellement masculins (la part de filles oscille entre 5 et 20 % selon les groupes ultras, et elle est très faible parmi les bandes de hools) ; les personnes qui s’y engagent sont en grande majorité des jeunes blancs (avec quelques exceptions, comme la tribune parisienne Auteuil et, surtout, certains groupes marseillais), et leurs origines sociales sont diversifiées13.

  • 14 Par conséquent, le terme ultras, sans guillemets, renvoie à ceux qui s’inspirent de l’Ital (...)

12Du fait de leur prédominance dans notre pays, ce texte est centré sur les ultras. Mais, comme, malgré des divergences, les pratiques des ultras et des hools présentent des similitudes, la plupart des analyses développées ici s’appliquent également aux hools. Pour ne pas surcharger notre propos, nous entendrons par « ultras », l’ensemble de ces supporters extrêmes, ultras et hools14. Nous nous demandons donc ici comment les « ultras » se saisissent des identités collectives que le club de football véhicule. En quoi ont-ils une attitude différente du reste du public ? Que signifie leur revendication, souvent emphatique, d’une appartenance locale et régionale ? Se contentent-ils de mettre en avant une identité collective déjà là où participent-ils à la construction de cette identité ?

Des identités locales et régionales fortement affirmées

  • 15 Roazhon est le nom breton de Rennes. Le “kop” est le nom donné au secteur où se regroupent (...)

13Quand on étudie ces groupes « ultras » un peu partout en France, on est frappé par leur affirmation récurrente d’une identité collective, locale ou régionale. Cette affirmation se marque d’abord dans les noms des groupes, qui font souvent référence à la ville ou à la région par l’utilisation d’expressions locales ou du nom ancien (notamment romain) de la ville : Bad Gones et Lugdunum’s Lions à Lyon, Gavroches et Lutèce Falco à Paris, Roazhon Celtic Kop15 (RCK) à Rennes, Marseille Trop Puissant et Fanatics Massalia à Marseille, Ultras Occitans à Toulouse... Elle transparaît ensuite dans l’utilisation fréquente d’emblèmes, de blasons ou simplement des couleurs de la ville ou de la région sur les drapeaux, les banderoles, les gadgets réalisés par les groupes. Lors des animations d’avant-match, des emblèmes ou des monuments de la ville sont régulièrement représentés : Arc de Triomphe et Tour Eiffel à Paris, croix marseillaise et Notre-Dame de la Garde à Marseille, blason de la ville et Pont de Pierre à Bordeaux... Les chants, les discours et les textes produits par les « ultras » sont également souvent chargés de référence à la ville ou à la région. Parfois, ils utilisent des expressions en langue régionale ou en dialecte local. Dans certains cas, comme à Marseille (notamment aux Winners), ils vont jusqu’à réclamer l’indépendance de leur ville ou de leur région. Il arrive aussi que des groupes participent à des manifestations politiques liées à l’identité régionale : les Ultramarines bordelais ont pris part à une manifestation en faveur de la reconnaissance des langues régionales (avec une banderole « Ultras Bordèu »), des membres du RCK rennais se joignent fréquemment à des défilés ou des commémorations en faveur de la cause bretonne...

  • 16 Les extraits d’entretiens ou de textes produits par les “ultras” sont en italiques.
  • 17 F. Dubet, “Sur les bandes de jeunes ", Cahiers de la sécurité intérieure, n° 5, 1991, p. 8 (...)

14Tous les « ultras » se disent « fiers d’être... (marseillais, parisiens, lillois, nantais, manceaux...) » et ils se présentent, en conséquence, comme les garants de l’honneur de leur club et au-delà de leur ville et de leur région. « Un ultra, c’est quelqu’un qui est fier de porter ses couleurs, qui est fier de sa ville, qui ne doit pas avoir honte de dire d’où il est » (entretien avec un ultra bordelais16). Nous pourrions donc reprendre ce que dit F. Dubet à propos des bandes de jeunes17, et affirmer que la logique de ces groupes « ultras » peut être qualifiée de « nationaliste » dans la mesure où ils s’identifient à un territoire, leur tribune et plus largement leur ville, dont ils se perçoivent comme les défenseurs.

15Cette affirmation identitaire est plus marquée chez les « ultras » que chez les autres supporters, lesquels restent essentiellement centrés sur le soutien au club de football. Même à Rennes, où le public apprécie les slogans et drapeaux bretons, le RCK se distingue nettement par sa rhétorique régionaliste. Si certains supporters plus traditionnels les ont imités depuis, les « ultras » ont été les premiers, en France, à afficher avec vigueur leur identité locale ou régionale. Cependant, cette revendication identitaire n’était pas présente à l’origine du mouvement « ultra » : elle s’est affirmée progressivement. Á leurs débuts, dans les années 1980, les « ultras » affirmaient essentiellement un soutien indéfectible au club et s’efforçaient d’implanter dans les tribunes leur nouveau mode de supportérisme. Des emblèmes locaux ou régionaux apparaissaient certes çà et là mais ils n’étaient pas revendiqués avec force. Du fait de l’implantation progressive du mouvement « ultra » en France, de la volonté des jeunes Français de se rapprocher des supporters étrangers qu’ils idéalisaient, et du développement d’une idéologie « ultra », la revendication d’une identité locale ou régionale est devenue plus importante. L’observation par les supporters français de ce qui se faisait à l’étranger, notamment l’imitation des ultras italiens (lesquels ont facilement pris appui sur le campanilisme, historiquement plus fort et demeuré plus vivace qu’en France, pour donner un sens aux rivalités entre les clubs des différentes villes), a joué un rôle crucial dans ce processus. L’idéologie « ultra », en se développant s’est saisie de ce mode de justification de l’action des stades ; les emblèmes et les discours sur l’identité locale et régionale sont dès lors devenus plus fréquents.

Club, ville, région :

16À partir de ce constat, plusieurs problèmes se posent quand on cherche à interpréter la nature exacte et la signification de cette mobilisation d’identités locales et régionales.

17Tout d’abord, quelle distinction et quelles relations les « ultras » établissent-ils entre leur club, d’un côté, et les identités collectives qu’ils revendiquent, celles de leur ville et de leur région, de l’autre ? Le club et la communauté locale et régionale semblent, dans leur esprit, fortement imbriqués. Les « ultras » affirment aimer à la fois leur club, leur ville et leur région ; d’ailleurs, dans leurs discours, ils passent souvent de l’un à l’autre comme sur cette couverture d’un numéro du fanzine bordelais, Le Bordeluche déchaîné, où les armes de la ville étaient représentées et accompagnées du slogan suivant : « L’amour d’un club, d’une ville, d’une région ». S’il est clair qu’ils soutiennent le club beaucoup plus que les joueurs (« Le club compte plus que les joueurs pour moi. Ce qui compte, c’est Bordeaux, les titres, le palmarès »), il est en revanche difficile de dissocier le club et la ville (« les Girondins, Bordeaux, c’est la même chose pour moi »), particulièrement quand, comme à Marseille, le club fait partie intégrante de la culture locale. Cependant, l’attachement au club reste globalement premier, d’autant que certains « ultras », comme nous le verrons, sont peu intéressés par l’affirmation d’une identité locale.

  • 18 Ce qui était le cas à l’époque où nous avons mené l’enquête.
  • 19 Nom du drapeau breton.
  • 20 N. Roumestan, Les supporters de football, Paris, Anthropos, 1998, p. 155.

18Surtout, il est difficile de séparer identités locale et régionale. Les deux vont de pair, l’un des éléments étant plus accentué dans certains cas. À Marseille, c’est le localisme qui est avant tout évoqué par les ultras ; ensuite, certains rappellent que Marseille est la capitale de la Provence. À Rennes, c’est l’identité bretonne qui est première, la référence à Rennes venant après. Généralement, passer d’un registre à l’autre ne pose guère de problèmes. Cela se complique parfois quand des clubs d’autres villes peuvent revendiquer la même identité régionale et entrer en rivalité avec le club soutenu. Cette question se pose avec acuité pour les membres du RCK rennais. Quand les Guingampais jouent la finale de la Coupe de France, doit-on les soutenir par solidarité bretonne, comme le prône une partie du RCK, ou doit-on encourager leur adversaire (Nice en l’occurrence), par antipathie pour Guingamp, petit club qui est suspecté d’être protégé par Le Graët (alors président de la Ligue Nationale de Football), et qui fait de l’ombre au Stade Rennais, comme le pense une majorité de membres ? Ces derniers (tout en reconnaissant à demi-mot que ce qui les énerve le plus, c’est que Guingamp ait de meilleurs résultats que Rennes18) reprochent aux Guingampais d’être des « ploucs », et de n’être « même pas capables de mettre un Gwenn-ha-du19 à l’endroit », donc d’être de mauvais ambassadeurs de la Bretagne. De la même manière, faut-il prôner le rattachement de Nantes et de la Loire-Atlantique à la région Bretagne ou dénier aux Nantais, avec une certaine mauvaise foi, le droit de se considérer comme bretons ? N. Roumestan montre que la Provence évoquée par les Winners marseillais se limite souvent aux Bouches-du-Rhône et est donc « plus restreinte que la région historique et administrative, entre autres parce que l’ennemi toulonnais fait partie du département voisin également provençal »20. Quand deux clubs revendiquent la même appartenance régionale, les « ultras » des deux camps se présentent, chacun de leur côté, comme les plus authentiques défenseurs de l’identité régionale. Les Ultras Occitans toulousains considèrent que les Montpelliérains n’ont aucune légitimité pour arborer la croix occitane ; lors du derby lorrain, Messins et Nancéiens affirment être les principaux représentants de la région (d’où des slogans du type « la Lorraine est seulement grenat » en référence aux couleurs du F.C. Metz) ou revendiquent d’autres découpages territoriaux (nous avons entendu les ultras messins chanter « Moselle indépendante »).

Identités régionale, nationale et politique

  • 21 Sur la politisation des “ultras” ses incertitudes, ses ambiguïtés, sa distance au champ po (...)
  • 22 F. Dubet, et D. Martucelli, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998, p. 233.

19L’affirmation d’une identité locale peut s’accompagner d’un fort sentiment national, comme à Paris, Lyon ou Saint-Étienne. Des groupes exhibent le drapeau français, à côté des armoiries de leur ville ou de leur région. Cet affichage du drapeau national renvoie souvent à une problématique politique, la plupart des groupes qui arborent de manière récurrente le drapeau tricolore étant marqués à droite. La politisation des « ultras » français est sommaire : soit les groupes sont politisés et leurs idées sont systématiquement extrémistes et « anti » (anti-immigrés d’un côté, anti-fascistes de l’autre), soit ils sont apolitiques parce que personne ne s’intéresse à ce sujet ou parce que les idées des membres sont variées21. Dans ce contexte-là, la revendication d’une identité nationale se limite aux groupes d’extrême droite : elle consiste essentiellement en une défense d’une identité perçue comme menacée par des individus vivant sur le sol national et conçus comme étrangers, en une lutte identité contre identité22.

  • 23 Ainsi, les Magic Fans, plutôt marqués à droite (même s’ils cherchent à atténuer cette imag (...)
  • 24 P. Mignon, La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998.

20Les groupes français qui affirment le plus ouvertement et le plus fortement leur identité régionale sont soit apolitiques, soit de gauche (en ce sens qu’ils se réclament antifascistes), d’autant que leur revendication identitaire s’appuie fréquemment sur une critique d’un système français perçu comme excessivement centralisé. Les groupes plus ou moins marqués à droite (la situation varie selon les époques) sont fiers d’être parisiens, lyonnais ou stéphanois ; s’ils ne refusent pas l’identité locale, celle-ci est atténuée par l’affirmation de l’identité nationale (et apparaît essentiellement lors de rencontres exceptionnelles comme les derbies, c’est-à-dire les matches entre clubs proches géographiquement)23. En France, on ne trouve pas de groupes « ultras » ouvertement marqués à l’extrême droite et fortement régionalistes. De tels groupes auraient pu se développer à Marseille, mais l’antifascisme des Winners ne l’a pas permis. Nous n’avons donc pas d’équivalent dans notre pays de la situation barcelonaise où tous les groupes s’affichent avec force catalans mais où certains sont d’extrême gauche et d’autres d’extrême droite. Il est certes possible de dire que, à Paris, la différence entre les tribunes Boulogne et Auteuil témoigne de deux manières de concevoir et de construire l’identité parisienne24, mais la force de l’identité locale n’y est pas comparable à celle qui se manifeste à Barcelone, à Marseille ou même à Bordeaux. Tout au plus pouvons-nous constater la présence, au sein de groupes apolitiques et revendiquant leur identité locale ou régionale, de personnes ayant des opinions politiques différentes et, par conséquent, des perceptions plus ou moins divergentes de ces identités, comme c’est le cas à Rennes au RCK.

Des revendications différentes selon les groupes

21Comme les lignes précédentes le laissent entendre, l’importance et la force de l’affirmation locale et régionale varient selon les groupes.

22Dans beaucoup de villes, la mobilisation d’emblèmes locaux vise simplement à rappeler la particularité du groupe, son enracinement local et régional, sans que la rhétorique régionaliste soit fortement développée. Au Havre, les ultras locaux, les Barbarians, utilisent les couleurs normandes, et revendiquent comme principal adversaire Rouen, ville rivale historiquement et politiquement mais non sportivement (puisque le club de Rouen ne fait pas partie de l’élite). Cette situation est également celle que nous avons rencontrée à Mulhouse, à Saint-Étienne (auprès des Magic Fans) ou, dans une certaine mesure, puisque la situation y est très particulière, à Paris.

  • 25 D’autant que le terme “ultra” renvoie dans leur esprit à l’autre grand groupe marseillais, (...)

23Dans d’autres villes, le discours localiste ou régionaliste est très présent. Quand on discute avec des ultras marseillais ou rennais, on est frappé par la rapidité avec laquelle le thème localiste survient dans les conversations, par la fréquence des références à cette identité locale et par l’accent qui y est mis (alors que c’est un sujet abordé de manière plus secondaire dans les autres groupes). Significativement, les Winners insistent beaucoup plus sur la particularité marseillaise de leur groupe que sur leur appartenance au mouvement ultra25.

  • 26 Référence à un slogan humoristique : “Du foin pour nos vaches, la Gascogne indépendante”.

24Dans l’entre-deux, à Bordeaux par exemple, nous trouvons des groupes qui affirment leur identité régionale, sans considérer toutefois cela comme un thème fondamental. Comment présentent-ils leur point de vue ? Les Ultramarines expliquent bien leur position dans un article de leur fanzine datant de mars 1999 et présentant l’esprit du groupe : « Autre caractéristique bien connue (...), notre régionalisme. En cela que nous sommes beaucoup plus attachés aux emblèmes de notre ville et de notre région qu’à ceux de notre pays. Nous avons par le passé sorti de nombreux gadgets et matériels avec le lion d’Aquitaine ou les armoiries de la ville ; nous continuons cette année dans la même voie. Sans prôner l’indépendance de l’Aquitaine (du foin pour nos vaches...26), nous militons cependant pour la gloire de notre région et de notre ville simplement par amour que nous ne ressentons pas forcément pour toutes les autres régions de France. Nous ne sommes également pas des grands défenseurs du drapeau français, sans doute car nous sommes d’une génération où celui-ci a mille fois été sali bien qu’il ait repris des couleurs grâce à la victoire des Bleus et de ces Djorkaeff, Zidane, Karembeu ou Thuram ».

  • 27 Contrairement à certains membres des Ultramarines.
  • 28 Cette expression locale pourrait être traduite, à un niveau de langage équivalent, par « ç (...)

25L’autre groupe ultra bordelais, les Devils, adopte une position relativement similaire. Interrogés à ce sujet, plusieurs membres actifs expliquent : « Sauf erreur on est bien de Gascogne. Les drapeaux qu’on affiche sont le symbole de notre identité. À partir de là, sur un plan plus politique, ça permet d’affirmer qu’on est avant tout Aquitaines, gascons, plus qu’adeptes du centralisme parisien, voire français pour certains. Mais ça va pas jusqu’à l’affirmation, que je considère d’ailleurs comme une esbroufe de la part des Marseillais, de leur Provence. – De l’indépendance ? – Ouais. Pour moi, ça date d’une dizaine d’années, de la rivalité avec le PSG dans le championnat français, alors qu’il y a 20 ans, les Marseillais, ils s’en branlaient de la Provence indépendante. (…) – C’est la revendication d’une identité. On est attaché à nos racines et elles ne sont pas au nord-est de la France. – Et on a la plus belle région du monde (rires). (...) – Le rouge et le jaune, ça pète trop avec le marine et le blanc (rires) (...) – On ne prend pas de cours de gascon27. – Ça serait cool de parler gascon ; les autres ne nous comprendraient pas. Mais, bon, ça daille28 de faire l’effort de l’apprendre. – Et ça abuse si tout le monde parle son patois local. (...) – C’est pas très important, alors ? – Ben, disons que c’est pas le truc qui nous obsède le plus. Ça nous paraît logique de bâcher des drapeaux qui affirment notre origine. (...) C’est dans le foot qu’on peut se revendiquer anti-parisiens, plus que dans la vie sociale, quoique... C’est là qu’on peut combattre le jacobinisme. C’est quand même les Parisiens qui ont guillotiné les Girondins et pas le contraire. (...) Avant tout, on est tous supporters des Girondins, et puis on est habitants de Bordeaux et Aquitaines ». Au cours de cette discussion, certains ultras témoignaient d’une connaissance de l’histoire de leur région très nettement supérieure à celle de la plupart des jeunes Bordelais (ce qui transparaît peu dans les propos rapportés ici). Il apparaissait aussi nettement que tous n’accordent pas la même importance à ce thème.

Nature de l’affirmation identitaire

S’inscrire dans une tradition

26Les « ultras » français cherchent à inscrire leur action dans la lignée de l’histoire de leur club mais aussi de leur ville ou de leur région. Ainsi, ils sont désormais (ce n’était pas le cas à leurs débuts) viscéralement attachés au maillot et à l’emblème de leur équipe. Les « ultras » bordelais et parisiens, par exemple, se sont opposés, dans les années 1990, aux dirigeants de leur club qui ne respectaient pas, selon eux, les couleurs et les emblèmes historiques du club, alors qu’ils n’étaient guère attentifs à cela dans la précédente décennie. Dans leurs fanzines, ils rappellent les moments importants de l’histoire de leur club, en consacrant des pages à des matches du passé (c’est le cas des Barbarians havrais) ou à des anciens joueurs (comme le Commando Ultra marseillais) qu’ils n’ont, dans beaucoup de cas, pas connus. Les groupes les plus anciens relatent également leur propre histoire pour que les nouvelles générations d’« ultras » s’inscrivent dans les traces de leurs prédécesseurs (ce qui n’empêche pas toujours les tensions entre « jeune » et « vieille » gardes).

27Surtout, ils relisent l’histoire locale ou régionale afin de conférer un sens à leurs actions actuelles. Ainsi, dans leur fanzine, les Winners marseillais retracent l’histoire de leur cité : « Marseille fut la première ville créée en France. Elle fut fondée par des marins grecs venus de la cité de Phocée (Turquie actuelle). (...) Ainsi naquit Massalia en 600 avant Jésus Christ. (...) Cette ville libre et prospère, terre d’accueil, toujours tournée vers la mer d’où elle est née, ignorait les barbares du nord. (...) Ce n’est qu’en 536 après J.C. que Marseille tombe sous la domination des Francs qui l’annexent au royaume qu’ils ont constitué au nord. Se comportant comme de véritables barbares, les Francs devront lutter pendant plusieurs siècles contre Marseille, la rebelle. Mais en 739, Charles Martel, alors roi des Francs, mettra notre ville à feu et à sang. Comme aujourd’hui, nos ennemis viennent du nord... ». De son côté, la Brigade Sud de Nice (BSN), dont les textes des banderoles sont souvent écrits en dialecte local, affirme : « A Paris, on n’aime pas trop que s’expriment les particularismes régionaux. C’est ce particularisme que nous entendons cultiver à la BSN car l’histoire de notre ville est riche d’une autonomie jalousée. Ni française, ni italienne dit-on, la cité de Nice a sa propre identité et la BSN marche sur les traces de ses valeureux ancêtres » (Sup Mag, n° 20, p. 161). Ces exemples montrent comment les « ultras » mettent l’accent sur la continuité entre leur action présente et l’histoire de la ville. Ils insistent ainsi sur ce qui leur est propre, sur ce qui les différencie des autres, comme en témoigne cet historique de la région « à travers sa langue » proposé par un ultra bordelais dans un des fanzines locaux : « Nos ancêtres étalent tous gaulois mais Jules César, après avoir battu Vercingétorix, notait, à cause de la langue et des coutumes différentes, que la Garonne séparait les Gaulois des Aquitains. Donc que déjà, nous n’étions pas tout à fait aussi gaulois que le laissent supposer les manuels d’histoire ».

Des identités retravaillées

  • 29 Sur l’identité bretonne, et sur les identités collectives dans le monde moderne de manière (...)

28Les exemples pris ici montrent bien que les identités collectives auxquelles les « ultras » se référent ne vont pas de soi. Elles ne sont pas déjà là. D’abord, parce que les différences culturelles qu’ils mettent en avant se sont largement effacées au cours du vingtième siècle. Ces identités sont donc méconnues des personnes de leur âge : les jeunes bretons du RCK doivent apprendre une culture qui ne leur a pas ou peu été transmise. Ils lisent des livres d’histoire, qu’ils se prêtent entre eux. Les plus érudits enseignent des rudiments historiques aux autres. Certains tentent d’apprendre la langue. Dans leurs propos, l’idée d’un apprentissage de la culture est très prégnante. L’identité culturelle locale et régionale est ici choisie, elle n’est pas (sauf cas exceptionnel) héritée29.

  • 30 Á lui seul, le titre indique bien la volonté d’inscription dans une histoire “longue de 26 (...)
  • 31 N. Roumestan, op. cit., p. 156.

29Ensuite, parce que ces identités sont reconstruites, retravaillées. Ils prennent dans l’histoire régionale les épisodes qui les intéressent, qui s’accordent le mieux avec leurs actions et représentations présentes. Dans un numéro de Massalia 260030, magazine consacré aux supporters marseillais et réalisé par des ultras, il est expliqué comment calculer la date en fonction de l’année de fondation de Marseille et non plus de la naissance du Christ. Pour cela, il faut déterminer un jour de l’an marseillais qu’ils fixent arbitrairement au 26 mai, date à laquelle l’OM a remporté la Coupe d’Europe en 1993... Comme le remarque N. Roumestan, à propos de la perception de la Provence, « la « version » des Winners n’est pas en totale harmonie avec l’histoire de la ville »31. Les ultras marseillais, comme d’autres, relisent et réécrivent leur histoire de la manière qui les arrange le plus. Ce bricolage identitaire s’accompagne de nombreuses incertitudes : par exemple, beaucoup d’ultras bordelais font mal la différence entre la Gascogne, la Guyenne et l’Aquitaine et ne connaissent pas les limites exactes de ces régions. Ces hésitations ne sont pas anecdotiques : elles montrent que cette revendication d’identité locale repose sur une appropriation, voire une reconstruction, par les « ultras » eux-mêmes de cette identité et que celle-ci n’est pas toujours approfondie (ils se disent Aquitaines, provençaux ou bretons sans toujours savoir précisément à quoi cela correspond).

30Il apparaît ainsi clairement que cette identité locale ou régionale vient aussi du bas : elle n’est pas seulement imposée d’en haut par le club ou les élus. Les « ultras » prennent d’ailleurs souvent leurs distances avec les définitions institutionnelles. Ainsi, les ultras bordelais arborent les couleurs traditionnelles de l’Aquitaine (jaune et rouge) et non pas celles de la région administrative moderne (vert et bleu).

  • 32 Dont nous citons les derniers vers : “Ils boivent de l’eau, on la mélange au pastaga / Ils (...)

31L’affirmation identitaire des groupes « ultras » varie significativement selon la force de la revendication identitaire dans leur ville ou leur région. Il n’est guère étonnant que, parmi les groupes que nous avons étudiés, ce soient les ultras marseillais et rennais qui affichent le plus vigoureusement leur particularisme. Mais, ces groupes ne se contentent pas de reproduire une identité qui leur serait extérieure. D’abord, parce que la revendication identitaire est souvent plus forte chez les « ultras » que dans la société locale. Ensuite (et c’est le point fondamental), parce que, s’ils reprennent parfois le discours des groupes régionalistes, ils font leur propre bricolage en se servant d’éléments historiques divers, ce qui leur permet d’intégrer leur action de supporters dans une tradition historique large. Enfin, de façon plus marginale, parce qu’ils contribuent, à leur manière et à leur niveau, à la défense et à la construction de l’identité locale. Les Ultramarines ont entrepris des actions avec une association défendant la culture occitane. Le RCK prête fréquemment son Gwenn-ha-du (« c’est le plus grand qui existe ») pour des manifestations, et ses membres participent à des commémorations qui ne réunissent qu’une poignée de militants bretons. Á Marseille, les ultras ont joué un rôle important dans l’affirmation positive d’une différence marseillaise, en lien avec des groupes musicaux proches d’eux (les musiciens du Massilia Sound System sont membres du Commando Ultra, dont ils affichent les couleurs lors de leurs concerts). Le fameux poème « Marseille, c’est pas la France »32 rédigé par un membre des Winners a connu un franc succès dans la ville. Les « ultras » peuvent ainsi contribuer, du fait de la médiatisation du football et des tribunes des stades, à la visibilité des revendications identitaires.

Plus qu’une identification à un club de football

  • 33 P. Yonnet, op. cit., p. 83.

32Ainsi, les « ultras » ne se contentent pas de s’identifier à une équipe de football et de la considérer comme représentative de la communauté locale ou régionale. Ils produisent leur propre identité collective (celle de leur groupe ou de leur tribune) et leur propre idéologie qui affirme souvent une identité locale ou régionale combative. Ils ne délèguent donc pas vraiment leur identité aux joueurs : ils ont juste besoin que l’équipe joue pour pouvoir exister, eux, dans les tribunes. Contrairement à ce qu’écrit P. Yonnet, ils ne font pas que « réaffirmer l’existence d’un groupe » ; il arrive même qu’ils fassent le « lit des avant-gardes »33. Via le football, certains supporters apprennent l’histoire de leur région et développent des revendications localistes.

33L’amour du club (souvent sincère) est le support sur lequel se construit une culture juvénile qui s’éloigne de significations étroitement sportives. Par conséquent, les « ultras » peuvent encourager avec ferveur des footballeurs qui ne sont pas du cru. Ils préfèrent certes les joueurs locaux, mais ce qu’ils attendent surtout c’est que le joueur « mouille le maillot », c’est-à-dire qu’il fasse preuve des mêmes qualités que celles qu’ils revendiquent (être fidèle, fier, combatif, donner le meilleur de soi) et qu’il respecte les supporters. De la même manière, le style de jeu de l’équipe ne semble pas avoir pour eux une importance cruciale. Ce qui compte, c’est qu’il y ait une équipe locale et que, si possible, elle ait une histoire et obtienne des bons résultats.

34Si les « ultras » construisent leur propre monde, le football n’est pas neutre pour autant. En inscrivant chaque club dans un réseau d’oppositions, il facilite la prise de conscience d’une identité commune et d’une différence avec l’autre. Le football met en scène les différences et offre des tribunes (les gradins des stades) pour permettre leur expression ; c’est pour cela que, comme le souligne un membre des Devils, il est plus aisé de s’opposer au centralisme parisien dans le monde du football qu’ailleurs. Il est probable que, parmi les jeunes « ultras » qui affirment aujourd’hui une identité locale, peu y seraient arrivés sans le football.

Signification de cette affirmation identitaire

Etre prudent dans l’interprétation

35Pourtant, il importe de ne pas surcharger de sens cette affirmation identitaire. L’emphase propre aux « ultras » fait que ceux-ci mobilisent tout ce qu’ils peuvent (en l’occurrence les appartenances) pour s’affirmer, et qu’ils prétendent pousser à l’extrême les sentiments classiques des supporters. La ville et la région offrent d’autres emblèmes que ceux du club, ce qui permet de varier les spectacles ou les gadgets. L’affirmation d’une identité locale débouche, dans des cas extrêmes, sur une revendication d’indépendance. De plus, l’imitation des ultras italiens a aussi, nous l’avons souligné, joué un rôle. Et, il leur paraît amusant de créer le FLA (Front de Libération de l’Aquitaine) ou de chanter comme les Lutèce Falco « Paris, Ile-de-France, Indépendance », parce que cela fait preuve d’une distance vis-à-vis de soi-même et parce que cela permet aussi de se moquer de ceux qui réclament sérieusement l’indépendance. D’où, les critiques apportées, par exemple, au RCK par d’autres supporters rennais ou par des dirigeants : leur revendication identitaire serait folklorique ou artificielle (« Moi, je le parle le breton, alors ils n’ont pas de leçon à me donner »).

36En outre, l’attachement à la ville et à la région est très variable selon les individus au sein d’un même groupe. Cet attachement est parfois sincère et fort (la famille de ceux qui sont dans ce cas est généralement installée depuis plusieurs générations dans la région) : « Avant tout, j’extériorise mon chauvinisme et ma fierté de ma ville. Quand je gueule “Bordeaux ! », j’ai des frissons... Je me considère comme un représentant de ma ville » nous expliquait un ultra bordelais. Certains « ultras » s’intéressent plus que d’autres à l’histoire et à la culture locale et développent plus la rhétorique régionaliste. Et, parmi eux, la nature et le sens de l’affirmation identitaire sont également variables. Par exemple, certains ultras marseillais affirment avec force qu’ils ne se sentent pas français, alors que d’autres insistent simplement sur leur particularisme et demandent une plus grande reconnaissance de celui-ci.

  • 34 C’est généralement le cas de ceux qui ne sont pas originaires de la région. Les sections e (...)

37Inversement, d’autres « ultras » manifestent leur peu d’intérêt pour ce thème34. « Je suis de Bordeaux, j’aime bien la ville, mais ils abusent avec leur Gascogne, ils me saoulent à foutre du rouge et du jaune partout » ; « C’est nul comme ville Bordeaux, c’est bourgeois, ça bouge pas. J’aimerais bien partir ailleurs plus tard. (...) Je vais pas au stade pour chanter l’amour de ma ville... ». Ces « ultras » trouvent que la revendication identitaire est plaquée. Leur objectif est seulement que leur groupe soit reconnu pour sa force ou son originalité dans la compétition interne aux « ultras » : nul besoin de rhétorique régionaliste ou politique, disent-ils en substance.

38De plus, il faut avoir conscience que les groupes « ultras » sont hiérarchisés. La parole la plus immédiatement perceptible est celle des meneurs, des idéologues du groupe, qui tiennent des propos assez différents de ceux de la base, et qui développent plus fréquemment des analyses justificatrices élaborées de leur pratique : ils font donc plus souvent référence à la culture locale ou régionale. En somme, il ne faut ni minimiser ni exagérer l’importance de ces revendications identitaires.

Se construire une identité et une cause

  • 35 Les ultras lensois, les Tigers, prennent leurs distances avec les supporters locaux qui dé (...)

39À différents niveaux, cette affirmation identitaire permet de se construire une identité propre, de se définir, notamment en se différenciant des autres. D’une part, en se distinguant des autres supporters locaux en affichant une identité qu’ils ne mettent pas en avant ou en la manifestant différemment d’eux35. D’autre part, et plus profondément, en se situant par rapport aux supporters d’autres clubs, en se définissant par opposition à eux : « Ils sont français. Nous sommes marseillais » écrivent les Winners ; « Non nous ne sommes pas marseillais » chantent les ultras parisiens d’Auteuil ; « Provence décadence. France nous on t’aime » ont inscrit sur une banderole géante les Bad Gones lyonnais. La distinction se marque aussi dans la manière d’affirmer son attachement local : demander l’indépendance c’est de « l’esbroufe », nous ne sommes pas comme les Marseillais, affirment les Devils bordelais.

  • 36 P. Mignon, “Faire corps : supporters ultras et hooligans dans les stades de football”, Com (...)

40Cette quête identitaire est caractéristique du mouvement « ultra ». Comme l’a montré A. Ehrenberg, ces jeunes sont travaillés par la passion d’eux-mêmes, par la volonté d’exister socialement. Ils construisent d’abord leur propre identité sociale, celle d’ » ultra ». Ensuite, chaque groupe s’efforce d’affirmer son originalité (« C’est important d’avoir une identité de groupe ») à l’intérieur de ce mouvement. Dans leur grande majorité, les « ultras » sont à un âge où ils cherchent à s’affirmer, à construire leur identité, d’autant que celle-ci, O. Galland l’a souligné, n’est plus donnée. Dans ce cadre-là, les identités collectives servent de ressources pour se forger une identité ; elles contribuent à la construction de ce que P. Mignon appelle une « cause »36.

41Par conséquent, comme le note C. Bromberger, à une époque où les identités s’étiolent, elles s’affichent avec virulence dans les stades : c’est qu’il est nécessaire de rechercher des différences pour justifier la forte opposition entre supporters adverses. Mais, c’est aussi la preuve de l’importance, du sérieux, que les « ultras » accordent à leur pratique : pour eux, elle dépasse le simple cadre du club et du football, elle n’est donc pas seulement un jeu ou un loisir. Les « ultras » sont, à leur manière, des militants, pour la gloire de leur club et de leur groupe. Mais, il leur arrive aussi parfois de défendre des causes extérieures au football et à la compétition « ultra » (par exemple, pour les Ultramarines bordelais, antifascisme, affirmation d’une identité régionale, lutte pour la légalisation des drogues douces, ou recherche d’actions sociales), ce qui les conduit alors à une forme d’engagement politique, pour l’instant largement embryonnaire.

Quelle identité ?

42L’affichage d’identités locales et régionales par les « ultras » renvoie plus à la volonté d’une reconnaissance par la société de particularismes culturels dans un pays où ils sont niés par l’idéologie républicaine qu’à une revendication politique illusoire d’autonomie ou d’indépendance régionale. À leur niveau, ils témoignent d’une aspiration qui apparaît dans notre société à se construire personnellement à partir d’identités collectives reconnues dans l’espace public.

43Cette identité régionale est-elle fermée ou ouverte ? Est-elle un signe de repli sur soi ou peut-elle s’accompagner d’une ouverture sur le monde moderne ? Bien évidemment, il n’est pas possible de généraliser. Comme nous l’avons vu, des membres aux opinions politiques différentes cohabitent parfois dans un même groupe et, par conséquent, il est logique de retrouver parmi les « ultras » des conceptions variées voire opposées d’une même identité. Certains se réfugient manifestement dans une identité défensive, qui les conduit à s’opposer à d’autres groupes dans l’espace social et, par exemple, à perpétrer des agressions racistes autour du Parc des Princes. Pourtant, il nous semblerait restrictif de ne voir dans la pratique « ultra » que la défense sectaire d’une identité menacée.

  • 37 Sur ces différents points : A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, (...)
  • 38 Ainsi, les affrontements entre “ultras” serbes et croates étaient particulièrement violent (...)

44Contrairement à ce que certains estiment, le mouvement « ultra » ne nous paraît pas être seulement un mouvement régressif ou archaïque. Par bien des aspects, il est même profondément moderne : les « ultras » sont convertis au culte de la performance, ils cherchent à être les acteurs de leur propre vie, et ils savent utiliser avec une efficacité certaine les médias37. Certes, ils se définissent en discréditant l’autre, et ils n’hésitent pas à s’affronter violemment ; mais, sauf cas exceptionnel, ils ont des contacts avec leurs rivaux et souvent ils les respectent. Il y a une marge entre, d’une part, la volonté d’avoir des adversaires pour construire une cause et, par conséquent, l’affirmation d’une opposition à l’autre, et, d’autre part, l’incapacité à dialoguer avec lui. Se battre avec un autre groupe peut témoigner de la haine éprouvée à son égard38 ; cela peut aussi signifier qu’il est reconnu comme adversaire valable (avec lequel il est possible de discuter après coup de la réussite de la « baston »).

  • 39 M. Wieviorka, “Trois réponses à la déstructuration des sociétés nationales”, in J.-P. Saez (...)

45Dans certains cas, l’affirmation identitaire renvoie à un rejet fort de l’autre et à un repli de l’individu et du groupe sur lui-même. Dans d’autres cas, les « ultras » considèrent leurs homologues des groupes adverses comme des rivaux mais pas comme des ennemis. M. Wieviorka constate une « déstructuration des sociétés nationales », c’est-à-dire une dissociation des registres du social, du politique et du culturel. Selon lui, certains répondent à cette situation par la violence ou la crispation sur une identité régionale ou nationale défensive, alors que d’autres parviennent, de manière plus ou moins nette, à articuler les différents registres et à concilier l’affirmation d’une identité collective, l’acceptation de la modernité, et la construction d’une subjectivité propre, ce qui suppose de reconnaître l’autre comme acteur39. On retrouve ces types de position, ainsi que différentes attitudes intermédiaires, au sein du mouvement « ultra ». Il est délicat de dire quelle tendance prédomine. Quoi qu’il en soit, il importe de noter que leur affirmation d’une identité locale ou régionale ne relève pas forcément du repli tribal.

46Nous pouvons également nous demander pourquoi les « ultras » mobilisent des identités territoriales et non pas des identités sociales, de classe notamment. À part une vague opposition sociale entre « nous », situés dans les virages et représentants du « peuple », et « eux », les dirigeants, les occupants des tribunes officielles, en somme, les « bourgeois », qui tirent les ficelles, introduisent toujours plus d’argent dans le football et veulent tuer tout supportérisme actif (et donc forcément populaire), l’analyse par les « ultras » de leur pratique en termes de rapports sociaux est assez limitée. Il n’y a pas l’équivalent en France de la revendication d’une culture ouvrière du football qui existe en Angleterre. Aucun groupe français, contrairement à certains groupes italiens, n’arbore des emblèmes prolétariens. Certes, en France, les cultures de classes se sont moins développées que dans d’autres pays. Mais, il convient également de noter qu’aucune ville française ne compte deux clubs de haut niveau, situation qui conduit parfois les supporters étrangers à mobiliser des identités sociales puisqu’il leur est alors impossible de se distinguer territorialement. Par ailleurs, il est difficile de revendiquer une identité sociale quand les groupes sont hétérogènes socialement et quand les individus sont en train d’essayer de construire leur identité professionnelle puisqu’ils sont encore étudiants ou en début de carrière ou qu’ils connaissent la précarité ou le chômage. Et puis, comme le constatait un membre du RCK rennais, une identité de classe n’est pas forcément valorisante (« Je sais pas pourquoi pour certains gens, ça fait pas bien de dire que tu viens d’un milieu ouvrier. Ils se font une idée sur toi, t’es un pauvre type, et ça, ça ne me plaît pas ») ; or les « ultras » cherchent à susciter le respect.

Conclusion

47La revendication identitaire des « ultras » dans les stades de football ne consiste donc pas tant en la reproduction d’une identité collective déjà là (et qui s’exprimerait dans le club), qu’en la production d’une identité collective permettant de donner un sens à leur activité de supporters. Ce phénomène s’inscrit dans un mouvement plus large d’affirmation d’identités culturelles dans notre pays, qui s’explique en partie par la peur de l’uniformisation culturelle et par les limites d’une logique d’intégration à la société passant essentiellement par la citoyenneté.

  • 40 La principale différence vient de ce que les jeunes issus de l’immigration sont souvent co (...)

48Sous certains aspects, l’attitude des « ultras » nous paraît assez proche de celle de jeunes issus de l’immigration. Comme ces derniers, les « ultras » affirment de manière ostentatoire une identité que tous ne maîtrisent pas toujours parfaitement et qu’ils ont partiellement reconstruite. Ils se proclament Ultramarines Tigers ou Magic Fans comme d’autres affichent leur appartenance à telle ou telle cité. Ils se disent Aquitaines comme d’autres se disent algériens ou turcs. Pour les jeunes blancs, majoritaires dans les rangs des « ultras », l’identité régionale est une ressource potentielle (comme pour d’autres, la référence au pays d’origine40) permettant de se doter d’une identité culturelle sans sombrer nécessairement dans une affirmation ethnique.

49Ainsi, la pratique des « ultras », et c’est aussi en cela qu’elle est moderne, est à l’articulation de deux phénomènes : l’internationalisation et la localisation (comme le dit L. Porcher à propos du sport). Ils font partie d’un mouvement international, interculturel, puisque la culture « ultra » se construit à partir d’emprunts à différentes traditions du supportérisme. D’où une ouverture vers l’extérieur qui se concrétise par des contacts amicaux avec des « ultras » d’autres pays. Et, dans le même temps, ils affirment une identité locale, ils cherchent à attacher cette pratique universelle (ou en tout cas fort répandue en Europe et en Amérique du Sud principalement) à un territoire.

Notes

1 E. Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, 1912, Paris, PUF, 1990, p. 610.

2 Contrairement à ce que prétend un peu rapidement la sociologie critique du sport qui, dans une volonté légitime de porter un regard critique sur l’objet sportif, a tendance à caricaturer ses propres analyses. On citera par exemple : J.-M. Brohm et M. Perelman, Le football, une peste émotionnelle. Planète des singes, fête des animaux, Paris, Les Editions de la Passion, 1998.

3 P. Yonnet estime que ce qu’il appelle le sport spectacle se fonde principalement sur l’incertitude et la recherche d’identification : P. Yonnet, Système des sports, Paris, Gallimard, 1998.

4 M. Genty, “Les Girondins de Bordeaux, porteurs d’identité régionale ?”, in L’identité régionale, CNRS, 1991, p. 273-280. M. Genty y analyse les données collectées par S. Bournac et H. Guépéroux, Ballon sonde sur Lescure, IUT “Tech de Co”, 1987. Les enquêtes ultérieures menées à l’IUT confirment ces résultats. Par ailleurs, les recherches conduites en France attestent d’une hétérogénéité sociale du public, la composition des diverses tribunes variant (moins cependant que ce que l’on croit spontanément) selon l’origine sociale. Les clubs touchent donc un public large, issu de toutes les couches sociales, majoritairement masculin toutefois, même si l’intérêt que portent les femmes au football s’accroît.

5 C. Bromberger, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard, 1998. Sur la question spécifique des identités, on pourra se reporter à C. Bromberger, “Football : la passion partisane ", Sciences Humaines, hors série n° 15, décembre 1996 – janvier 1997, p. 23-25.

6 F. Coulomb et P. Duret, “L’intégration à la cité par le spectacle sportif, étude comparée du football à Marseille et à Paris”, Revue française des affaires sociales, n° 2, 1997 p 215-224.

7 L. Porcher, “Enjeux interculturels”, Communications, n° 67, 1998, p. 105-116.

8 O. Galland, “Un nouvel âge de la vie”, Revue française de sociologie, XXXI, 1990, p. 529-551.

9 A. Ehrenberg, “La rage de paraître”, Autrement, n° 80, 1986, p. 148-158.

10 P. Mignon, La société du samedi : supporters, ultras et hooligans. Etude comparée de la Grande-Bretagne et de la France, Paris, IHESI, 1993, p. 6.

11 Un fanzine est un petit journal autoproduit par les supporters.

12 On parle de mouvement ultra, comme de mouvement hip-hop ou techno par exemple, pour désigner les centres d’intérêts, les réseaux, les manières de penser et d’agir, de ceux qui sont concernés par cette activité.

13 Sur les ultras et les hools français, et sur leurs différences avec les autres types de supportérisme (chaque groupe se rapprochant plus ou moins de ces types), on nous permettra de renvoyer à N. Hourcade, “La France des ’ultras’ ”, Sociétés et Représentations, n° 7, 1998, p. 241-261.

14 Par conséquent, le terme ultras, sans guillemets, renvoie à ceux qui s’inspirent de l’Italie, alors que celui d’“ultras” en italiques et avec des guillemets, englobe ultras et hools.

15 Roazhon est le nom breton de Rennes. Le “kop” est le nom donné au secteur où se regroupent les supporters les plus fervents, en référence à une tribune du stade d’Anfield Road à Liverpool.

16 Les extraits d’entretiens ou de textes produits par les “ultras” sont en italiques.

17 F. Dubet, “Sur les bandes de jeunes ", Cahiers de la sécurité intérieure, n° 5, 1991, p. 83-94.

18 Ce qui était le cas à l’époque où nous avons mené l’enquête.

19 Nom du drapeau breton.

20 N. Roumestan, Les supporters de football, Paris, Anthropos, 1998, p. 155.

21 Sur la politisation des “ultras” ses incertitudes, ses ambiguïtés, sa distance au champ politique : N. Hourcade, “L’engagement politique des supporters ‘ultras’ français”, Politix, n° 50, 2000, p. 107-125.

22 F. Dubet, et D. Martucelli, Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998, p. 233.

23 Ainsi, les Magic Fans, plutôt marqués à droite (même s’ils cherchent à atténuer cette image et revendiquent désormais leur apolitisme), affichent leur appartenance à Saint-Etienne sans excès. Parmi les membres des Magic Fans que nous avons rencontrés, celui qui affirmait avec le plus de virulence son attachement à la ville était l’un des rares à être ouvertement de gauche (mais nous n’avons pas discuté avec suffisamment de personnes pour en tirer trop d’enseignements). L’autre groupe stéphanois, les Green Angels, dit avoir une sensibilité de gauche et recouvre les murs de Saint-Etienne de l’inscription “Forez Libre

24 P. Mignon, La passion du football, Paris, Odile Jacob, 1998.

25 D’autant que le terme “ultra” renvoie dans leur esprit à l’autre grand groupe marseillais, le Commando Ultra, avec lequel ils ont souvent été en conflit.

26 Référence à un slogan humoristique : “Du foin pour nos vaches, la Gascogne indépendante”.

27 Contrairement à certains membres des Ultramarines.

28 Cette expression locale pourrait être traduite, à un niveau de langage équivalent, par « ça craint ». En somme, cela demanderait trop d’efforts d’apprendre le gascon.

29 Sur l’identité bretonne, et sur les identités collectives dans le monde moderne de manière générale, on pourra lire avec profit l’ouvrage de R. Le Coadic et la postface de M. Wieviorka : R. Le Coadic, L’identité bretonne, Rennes, PUR, 1998.

30 Á lui seul, le titre indique bien la volonté d’inscription dans une histoire “longue de 26 siècles

31 N. Roumestan, op. cit., p. 156.

32 Dont nous citons les derniers vers : “Ils boivent de l’eau, on la mélange au pastaga / Ils se caguent. On craint dégun / Ils sont quelconques. Nous sommes olympiens / Ce sont des robots. Nous sommes des hommes / Ils sont français. Nous sommes marseillais”.

33 P. Yonnet, op. cit., p. 83.

34 C’est généralement le cas de ceux qui ne sont pas originaires de la région. Les sections extérieures au département du club affirment fréquemment une double appartenance : à la région de leur club et à leur région d’origine. Ainsi, les sections savoyardes de groupes “ ultras” affichent le drapeau rouge et blanc de la Savoie.

35 Les ultras lensois, les Tigers, prennent leurs distances avec les supporters locaux qui développent une culture qui ne leur paraît guère valorisante, comme en témoigne cet extrait de leur fanzine Rugir : “Notre mouvement ne peut se limiter au seul milieu des tribunes, il y a aussi une vie à côté du football. Nous prônons une mentalité, une manière de vivre, le club est le porte-drapeau de la région et nous le représentons dans de nombreux stades. Pourtant une récente enquête a exposé la situation sanitaire en France, la région Nord-Pas-de-Calais accumule les récompenses au niveau de l’alcoolisme, de la mortalité et cela dans le mauvais sens du terme. Voici donc le bilan qui accable notre région. Même si on reconnaît aux Nordistes certaines qualités comme la sympathie, le courage dans un environnement social, économique et même climatique dur, il y a aussi de gros points négatifs : la picole, le niveau culturel, etc. Et il est clair qu’il existe un bon échantillon dans la tribune “Secondes””

36 P. Mignon, “Faire corps : supporters ultras et hooligans dans les stades de football”, Communications, op. cit., p. 45-58.

37 Sur ces différents points : A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

38 Ainsi, les affrontements entre “ultras” serbes et croates étaient particulièrement violents au tournant des années 1990 ; ils ont annoncé la guerre en ex-Yougoslavie à laquelle de nombreux “ultras” ont participé activement.

39 M. Wieviorka, “Trois réponses à la déstructuration des sociétés nationales”, in J.-P. Saez, Identités, cultures et territoires, Paris, Desclée de Brouwer, 1995, p. 69-77.

40 La principale différence vient de ce que les jeunes issus de l’immigration sont souvent contraints d’affirmer une identité du fait de l’expérience du racisme alors que les jeunes blancs sont plus libres dans leur choix.

Auteur

Doctorant en Sociologie – UFR des Sciences de l’Homme – Université Victor Segalen Bordeaux 2.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search