Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 7. Clubs, manifestations sportives et identités territoriales : quelles redéfinitions ?

Terrains d’identité et d’altérité : les « coupes d’Europe » de football

Andy Smith

Texte intégral

  • 1 L’enquête consiste à ce jour en soixante-dix entretiens d’entre une et trois heures effect (...)
  • 2 Pour une critique de l’approche dominante, voir A. Smith, “L’espace public européen : une (...)

1Ce texte fait état d’une enquête sociologique en cours sur le rapport entre l’Europe, le sport et le territoire. Plus exactement, ce projet tente d’observer, d’une part, la représentation du territoire de personnes qui suivent le football et le rugby et, d’autre part, de comprendre la manière dont la formation de l’Union européenne déstabilise cette représentation. En s’appuyant sur des entretiens et une méthodologie d’enquête adaptée1, la thèse défendue ici est que l’appartenance à ces différents espaces n’implique pas la même intensité. Plus fondamentalement, elles ne sont pas du même ordre. Certes, les représentations sociales des grandes régions, de la nation et de l’Europe complètent la définition des identités collectives. Mais elles le font en se confrontant au socle de l’identité collective : les pratiques sociales propres à un territoire. Avant d’esquisser quelques résultats de ma recherche dans cette perspective, il convient de préciser comment un tel changement d’optique repose sur une conceptualisation plus forte de l’identité collective, de l’altérité et de leurs inter-connexions que celle employée dans la plupart des études de l’intégration européenne2.

L’Europe des pratiques sociales

2Afin de problématiser le fait de s’intéresser à un sport comme une pratique sociale révélatrice de la territorialité, il convient tout d’abord d’établir une approche de la question de l’appartenance sociale.

Territoire et quotidiennetés

  • 3 B. Poche, « Le groupe territorial et son identité. Le lien social au-delà de la crise du p (...)

3En ce qui concerne le concept de l’identité, il est fort salutaire de rappeler l’approche développée par B. Poche. Selon cet auteur, les identités collectives relèvent d’un « principe de socialité » et constituent « un phénomène sociologique d’auto-définition (d’auto-référence) qui n’est pas réductible, ni à des critères objectifs, ni à la représentation que se font les individus concernés du monde extérieur, mais qui en revanche dépend de la représentation que les même individus donnent d’eux-mêmes »3. Comme nous le verrons plus loin, les entretiens menés dans un tel esprit montrent effectivement que la « socialité » que vivent les personnes interrogées n’est pas un produit de la simple sociabilité ou de découpages cartographiques de l’espace. Pour la plupart des personnes interviewées, et surtout pour ceux qui n’appartiennent pas à l’élite, la représentation sociale de leur territoire est inséparable de l’importance qu’ils attachent à leur quotidienneté, dont le fait de suivre le football ou le rugby. En cela les représentations du territoire ressemblent plus à des compositions qui émergent, qui s’entretiennent et qui évoluent « par le bas », qu’à une construction imposée « par le haut » par les acteurs politiques et / ou la société civile.

  • 4 Ch. Taylor, Sources of the Self, London, Macmillan, 1989. « The question is spontaneously (...)

4Dans une telle perspective, il convient de prendre la mesure de l’intensité des représentations et des pratiques recensées. Suivre le football a forcément un sens particulier pour chacun de nos interviewés. Ce sens pourrait s’interpréter au travers d’une analyse des trajectoires personnelles, entrée en matière plutôt psychologique. Sans nier l’intérêt de telles approches, je m’intéresse d’abord aux formes de socialisation qui conditionnent le sens accordé au football, et notamment sa dimension collective. Plus globalement, c’est ici qu’une problématisation du rapport entre individus et territoire devient indispensable pour l’étude de l’intégration européenne. Contrairement aux postulats de nombreux politologues, ce rapport est essentiellement composé de pratiques sociales qui, selon des modes divergents, participent à la circonscription de l’espace en définissant les représentations de soi-même (selfness) et d’autrui (otherness). Une telle perspective a des conséquences concrètes, par exemple sur la construction des grilles d’entretien. Lors de mes entretiens, la question classique « d’où venez-vous ? » a presque toujours suscité des réponses courtes et banales inscrites dans une représentation purement cartographique de l’espace. En revanche, conduits dans une perspective voisine de celle de Ch. Taylor4, mes entretiens ont permis d’approfondir une double question : « quels lieux vous sont importants ? » et « où vous sentez-vous chez-vous ? ». En incitant les interviewés à retracer leurs trajectoires sociales, cette entrée en matière a été plus riche d’enseignements sur les manières dont ils se situent sociologiquement entre leurs lieux de vie quotidienne et l’Europe.

  • 5 B. Poche, L’espace fragmenté. Eléments pour une analyse sociologique de la territorialité, (...)
  • 6 Je reprends à mon compte ici la défintion du « sens social » de M. Augé : « le sens direct (...)

5Toutefois, problématiser l’identification à un territoire et à ses pratiques sociales ne peut pas être séparé de l’étude des représentations de ce qui leur est externe : l’altérité. Loin de nier la portée des contacts croissants entre les peuples de l’Europe sous l’angle de la sociabilité, il convient de préciser l’altérité comme un concept analytique qui incite à étudier la densité des rapports interculturels. Une première clarification, fondamentale, concerne la notion de « frontière » et de sa contribution aux divisions mentales de l’espace. Comme en témoigne l’intérêt pour le football d’autres pays exprimé par mes interviewés, les frontières nationales n’ont jamais été des barrières à la communication entre différents groupes sociaux. Plutôt, il faut les considérer, à l’instar de B. Poche, comme des « disjonctions ». Plus précisément, « l’effet de frontière ne correspond pas (en tout cas ne correspond pas d’abord) à une séparation, mais à la reconnaissance, sur un nombre considérable de points qu’il ne faut pas se hâter d’appeler de détail, que les mêmes références ne signifient pas la même chose, que les objets n’ont pas le même contenu de sens »5. Pour ne donner qu’un exemple rapide de ma position sur ce point, si les « objets » en jeu dans le football professionnel (championnats, équipes, joueurs...) semblent familiers à la plupart des interviewés français et anglais, le « sens social »6 d’un club, et notamment de son rapport au territoire, reste le plus souvent quelque chose d’étrange. Plus exactement, celui qui suit le football et le rugby reconnaît les pièces du « puzzle » qui composent le déroulement de ce sport dans d’autres pays, mais il lui manque des « lunettes » pour pouvoir le saisir dans sa totalité.

Suivre le sport, une pratique sociale

6Afin de saisir la production et les effets de ces « lunettes », le chercheur a besoin de terrains d’études pertinents lui servant de prismes révélateurs, d’une part, et qui l’obligent à pratiquer une méthodologie rigoureuse, d’autre part. Ces deux raisons motivent mon choix d’étudier la dimension européenne des sports de spectacle sous l’angle de leurs spectateurs. Loin d’être un simple acte de divertissement, suivre un club de football ou de rugby est abordé comme une pratique sociale qui participe à l’expression, à l’entretien et aux évolutions des représentations du territoire, tout en les révélant.

  • 7 Ch. Bromberger, Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Napl (...)
  • 8 Ici la définition suivante de B. Poche sera appliquée : « le groupe est fondé par sa produ (...)
  • 9 Le spectacle n’est donc pas simplement un « quest for excitement » fonctionnel (N. Elias e (...)

7Comme les travaux d’éthnologie de Ch. Bromberger l’ont récemment souligné7, regarder et suivre les spectacles sportifs relève de pratiques qui contribuent à la construction par les individus de leur intelligibilité du monde et notamment de la place du territoire8. Il faut dès lors prendre au sérieux ce que Bromberger identifie comme « l’écart paradoxal entre la futilité d’un jeu et l’intensité des passions qu’il suscite »9. En invoquant une ethnologie des passions, Bromberger montre que « ces passions collectives, loin d’écarter de l’essentiel, le révèlent brutalement et désignent, grossissent, voire anticipent des lignes de force qui traversent le champ social » (p. 5). Dans un ouvrage riche d’enseignements et d’aperçus, l’auteur développe le questionnement suivant : « que cherchent à mettre en forme ces passionnés ? Quels sont les mécanismes, les significations, les modalités spécifiques de l’adhésion à l’objet du spectacle ? » (p. 7).

  • 10 Bromberger, op. cit., 1995, p. 196. Cet auteur se demande, par exemple, « pourquoi notre s (...)

8Il s’agira également dans cette enquête de repérer le rôle que peut jouer le sport dans une sociabilité structurante et ceci selon deux périodicités. D’une part, au moment des matchs (au stade ou par voie de télé-diffusion), et d’autre part comme sujet de communication qui intervient dans un espace-temps moins structuré. Par conséquent, il s’agira dans un premier temps de partir du témoignage de l’individu dans sa vie quotidienne pour construire de façon analytique son « monde » et le rôle qu’y jouent les spectacles sportifs. Mon questionnement rompt alors avec celui de Bromberger en mettant en avant une entrée en termes de territorialité. Au fond, je suis moins intéressés par « la fascination qu’exerce le football »10, ou qu’exercent d’autres sports, et plus interpellé par la question des formes d’intercommunication et d’identification qui se nouent ou se développent autour du sport.

9En somme, selon mon approche du territoire et des pratiques sociales, suivre le football et / ou un club ne se réduit pas au seul acte d’aller au stade. Au contraire, il renvoie à des échanges quotidiens producteurs du « monde » de l’interviewé, monde fait de représentations de « son » ou « ses » équipes et de leur territoires, mais aussi de celles d’autres espaces.

L’Europe au prisme du sport : résultats provisoires

  • 11 Il s’agit de trois compétitions de club : la Ligue des Champions, la coupe de l’UEFA (Unio (...)

10Créées au milieu des années 1950, les compétitions européennes de football se déroulent annuellement selon des règles stabilisées11. Mon étude conserve aux représentations de ces épreuves vécues par mes interviewés, représentations abordées sous la forme d’un rapport à trois entre compétitions européennes, joueurs étrangers et intérêt pour le football d’autres pays d’Europe. Dans ce texte, je limite l’analyse au premier élément de ce triptyque dans l’objectif d’explorer les sentiments suscités, les comparaisons faites avec les compétitions nationales et les représentations du territoire qui les accompagnent.

Suivre les matchs « européens » : entre passion, intérêt et curiosité

11Les coupes d’Europe sont universellement valorisées par mes interviewés pour deux séries de raisons. La première, plutôt fonctionnaliste, concerne « le niveau du jeu » des matchs européens. Bien que certains supporters se soient empressés de souligner que les matchs européens ne sont pas toujours plus techniques ou plus engagés que ceux de leur championnat national, il n’empêche qu’une première réponse spontanée à la question « qu’est-ce qui vous intéresse dans les matchs européens ? » sous-entend souvent que ces rencontres sont « supérieures ».

12Un premier prolongement de cette idée concerne « l’enjeu » des matchs européens, notamment pendant les phases finales des tournois. Rappelons qu’en principe les coupes d’Éurope sont des exercices éliminatoires où, suite à des matchs « aller » et « retour », il y a forcément des gagnants et des perdants. Cette caractéristique tend forcément à accentuer l’intérêt porté à certains matchs, intérêt qui s’intensifie dans le cas des « belles affiches » opposant des clubs prestigieux tels que le Real Madrid et l’Inter de Milan.

13Un deuxième prolongement de l’idée de jeu supérieur s’attache aux matchs européens comme étant des moyens de comparaison entre le « niveau » national et européen. John, 57 ans supporter de Wolves, dit par exemple aimer : « voir nos joueurs et nos équipes se mesurer par rapport aux leurs, voir si nous avons appris des choses et si nous pouvons tenir notre rang ». L’emploi du terme « nous » ici est fréquent. Signalons simplement que de nombreux interviewés se sentent représentés par les clubs de leur nation, mais que ce phénomène renvoie autant à leur curiosité qu’à des formes d’identification. L’importance accordée à la comparaison renvoie néanmoins à une deuxième série de raisons, plus profondes, pour s’intéresser aux rencontres européennes : leurs différences par rapport aux matchs nationaux.

14À un premier niveau la notion de différence s’apparente à un engouement pour l’étrange, pour la nouveauté, elle ressemble donc à la découverte. Roger, 50 ans supporter d’Aston Villa, souligne « j’aime la technique des joueurs, ainsi que la qualité et le tempo du jeu qui est plus lent que le nôtre et ce n’est pas une critique, leur jeu est différent ». Pour sa part, Marc, 40 ans supporter du F.C. Bordeaux, souligne que « la coupe d’Europe, c’est vraiment la fête, une dimension festive supplémentaire, un piment de plus ».

  • 12 Les commentateurs de Canal+ tombent moins souvent dans ce travers, suivant ainsi l’exemple (...)

15Pour les supporters qui vont voir les matchs européens au stade, la notion de différence est relativement claire. Bien entendu, les matchs européens se regardent plus souvent à la télévision. Sur cet aspect, une question posée aux interviewés concernant leur manière de suivre ces matchs permet d’aborder le rapport entre allégeance à « leur » club et les sentiments ressentis pour d’autres qui partagent leur nationalité. Or, contrairement aux idées véhiculées, notamment en France, par les journalistes de TF1, d’Antenne 2 et de FR3, suivre les équipes françaises pour un Français ou celles de l’Angleterre pour un Anglais n’a rien d’automatique12. Plus exactement, agir comme tel n’est qu’un choix parmi trois types de comportements recensés dans notre enquête. Une première catégorie de téléspectateur suit en effet les équipes de son pays sans que l’allégeance ressentie soit particulièrement forte. Une deuxième catégorie se déclare plus intéressée par « le jeu » et donc a tendance à suivre les équipes proposant un style « plaisant ». Pour cette catégorie de téléspectateurs, composée souvent de personnes qui pratiquent ou qui ont pratiqué eux-mêmes le football, les matchs européens offrent une diversité particulièrement savoureuse de techniques et de styles. Enfin, il existe une troisième façon de regarder les matchs européens à la télévision qui ne renvoie ni à l’origine nationale des équipes, ni à la qualité du jeu, mais à des rapports inter-villes étroitement liés à une histoire infra-nationale, histoire à laquelle participent pleinement les rivalités footballistiques. Composée de supporters inconditionnels d’un club, cette catégorie de téléspectateurs soutiendra le plus souvent les équipes étrangères confrontées aux rivaux de son propre pays. Par exemple, Marc, 40 ans, supporter de Bordeaux, déclare prendre un plaisir particulier à regarder l’Olympique de Marseille ou le PSG perdre en coupe d’Europe. D’ailleurs, il précise que lorsqu’il va au stade pour voir les Girondins de Bordeaux jouer dans les mêmes compétitions, il n’y va pas selon une logique d’affiliation nationale (« je n’y vais pas pour vanter ma nationalité », me dit-il).

  • 13 Comme en témoignent les « fanzines » rédigés par les supporters de clubs participant aux c (...)

16Pour résumer, de manière schématique, les émotions suscitées par les matchs de coupe d’Europe, deux points doivent être signalés. Premièrement, sauf exception, ces matchs sont surtout vécus comme des rencontres ponctuelles qui ne s’inscrivent pas dans une longue histoire de confrontations régulières et historicisées. Par conséquent, il faut se méfier des analyses hâtives relevant les effets « positifs » de contact entre supporters de clubs de nationalité différents. Même en mettant de côté le cas rare des supporters violents pour lesquels ces rencontres sont tout sauf amicales, le contenu des échanges directs entre supporters reste superficiel à cause des barrières de langue et de culture13. Toutefois, ce trait classique des formes plus habituelles de tourisme ne doit pas occulter des échanges plus subtils. Certains prennent une forme symbolique, tels que le troc d’écharpes et d’autres « gadgets ». Mais l’échange peut également consister en un plus grand intérêt pour le club adverse, son football, et par cette voie le mode de vie, des supporters opposés.

  • 14 M. Augé, op. cit., 1994, p. 84.

17D’ordre méthodologique, la deuxième remarque appelée par ce paragraphe concerne la manière dont on analyse les spectacles et le fait d’être spectateur. Composés de clubs et de joueurs d’une multiplicité de pays et vécus essentiellement par le canal de la télévision, les effets du spectacle sur les modes de sociabilité européens sont foncièrement ambivalents et indécis. Plus exactement, le lointain devient moins étrange, mais ce n’est pas pour autant que le téléspectateur se sent plus impliqué. Assez souvent il manque de clés pour se sentir partie prenante de l’événement. Autrement dit, le match observé n’a pas pour lui de « sens social »14, notion essentielle pour comprendre l’impact complexe de l’intégration européenne sur l’identité et l’altérité.

Le rapport entre compétitions nationales et européennes

  • 15 Ce qui résume brutalement l’approche dominante du sport aux États-Unis.
  • 16 Depuis un avis de la Cour de Justice Européenne en 1995 (« l’arrêt Bosman »), les clubs de (...)
  • 17 Au moment où j’ai conduit la plupart de mes interviews, la version la plus précise de cett (...)

18Étant donné le grand intérêt suscité par les matchs européens, un néophyte serait en droit de se demander pourquoi les clubs d’Europe n’approfondissent pas ces tournois en mettant en place un véritable championnat européen ? En effet, si l’on abordait le football sous un angle fonctionnaliste (« le spectateur préfère le football du plus haut niveau »), en considérant les clubs comme des entités déterritorialisées et les supporters comme de simples spectateurs-consommateurs15, maintenir un système combinant tournois nationaux et européens ne constituerait rien moins qu’une aberration et un refus de la « modernité ». Dans la réalité, les matchs de football ont un sens justement parce que malgré le « métissage » des équipes16, les clubs restent attachés à un territoire et à une histoire bien spécifiques, tendance qui ne se comprend qu’à travers la prise en compte de l’épaisseur sociologique du rapport aux supporters. Lors de mes entretiens, une double question a permis d’approfondir ce lien, relativisant par là-même la signification accordée aux coupes européennes : quelles sont les compétitions les plus importantes pour vous ? » ; « comment recevez-vous la proposition, embryonnaire et spéculative17, de l’éventuelle formation d’une « Super ligue européenne » ?

19Tant en France qu’en Angleterre, la réponse à la première question a été unanime : la compétition la plus importante reste le championnat national. Nombreux sont ceux qui comme Cécile, 23 ans supporter du F.C. Bordeaux, apprécient la durée de cette forme de compétition et la forme d’adhésion qu’elle inspire : « le championnat veut dire aussi être là pas seulement pour les grands moments. On a le sentiment de gravir quelque chose avec eux ». L’attachement aux championnats nationaux se comprend enfin par le rapport qu’il engendre et entretient entre clubs de différentes divisions. Les supporters de Birmingham City, de WBA, de Coventry et des Wolves, par exemple, n’ont pas été concernés directement par les matchs européens depuis les années 1960 et 1970. Leur année de football est plutôt marquée par des luttes perpétuelles pour la promotion ou pour éviter la relégation. En gesticulant vers le ciel, Andrew par exemple, 33 ans, supporter de WBA, résume de manière laconique sa représentation des compétitions européennes par la formule suivante : « pour moi, tout ça se passe là-haut ! ».

  • 18 Par exemple, Dave, 40 ans, supporter d’AstonVilla, critique fortement la décision prise pa (...)

20Mais les supporters de clubs non impliqués dans les coupes d’Europe sont très loin d’être les seuls à s’opposer à un championnat européen permanent. À part un ou deux téléspectateurs qui suivent le football surtout à travers ses « événements », et qui accueilleraient donc chaleureusement l’idée de rencontres multipliées entre grands clubs européens, les personnes interviewées préféraient retenir l’équilibre actuel entre tournois européens et nationaux, voire le revoir en faveur des derniers18. Une première motivation de cette résistance est la crainte qu’une Super ligue fausserait la logique aléatoire de tout sport. Didier, 29 ans supporter du F.C. Bordeaux, défend cet argument avec force : « ça consacrerait une dérive de l’esprit du sport... on est quand même attaché aux valeurs du sport. C’est irrévérentiel (sic) ! »

21La référence au pouvoir des chaînes de télévision sous-tend en fait une triple critique de la proposition d’une Super ligue : elle avantagerait les « clubs à pognon », la direction du sport serait concédée aux diktats de l’audimat et on éloignerait le football encore plus des supporters qui vont au stade. Ce n’est pas le lieu pour approfondir les défis de politique publique posés par une telle forme d’européanisation des tournois de football. Pour mon propos il est plus intéressant de noter qu’accroître le nombre de matchs européens n’est pas forcément une manière d’intensifier un intérêt pour l’Europe et pour les territoires qui la composent. Dans cette perspective, Richard, 32 ans, supporter de Birmingham City, rappelle que « les matchs européens sont si spéciaux parce qu’ils sont uniques » et conclut que si ces matchs « deviennent la norme, les gens s’intéresseront moins ». Ancien combattant des premières rencontres européennes des années 1950, Peter, 71 ans supporter de Wolves, souligne pour sa part qu’à cette époque-là « les matchs étaient vraiment exotiques. Aujourd’hui c’est plutôt la routine ».

22Bien entendu, en tant que chercheur il ne me revient pas de défendre l’équilibre actuel entre les compétitions nationales et européennes. Toutefois, mon enquête permet d’affirmer qu’à l’instar d’autres domaines de l’intégration européenne, en mettant en cause les valeurs et les visions du monde ancrées sur des territoires, l’application des principes du marché tend fortement à éloigner le citoyen de l’idée même de « l’Europe ». En effet, la notion même d’équilibre national-européen mériterait d’être pensée davantage sous l’angle de la territorialité et des relations interculturelles.

Pièces du jeu : villes, régions et Europe

  • 19 Op. cit., p. 27.

23Une deuxième partie de mes entretiens offre des éléments empiriques qui nous poussent à développer une telle problématique. Comme prévu au départ de l’enquête, la question classique « d’où venez-vous ? » a presque toujours suscité des réponses courtes et banales inscrites dans une représentation purement cartographique de l’espace. En revanche, formulée dans une perspective voisine de celle de Ch. Taylor19, la double question « quels lieux vous sont importants ? » et « où vous sentez-vous chez-vous ? » ont été plus riches d’enseignements sur les manières dont les interviewés se situent sociologiquement entre leurs lieux de vie quotidienne et l’Europe. Faute d’avoir approfondi les représentations de la nation recensées dans mes entretiens, elles ne seront pas traitées ici. Signalons tout de même que celles-ci sont souvent frappées d’ambivalences et d’ambiguïtés.

Représentations de « chez-soi »

24En effet, en dépit de tout ce qui a été dit et écrit sur la force des identités nationales, un résultat marquant de mon enquête est le degré d’identification des interviewés à leur lieu d’origine et de vie, engagement qui se nourrit dans bien des cas du rapport entre sentiment d’appartenance territoriale et allégeance à leur club de football.

25Au moins pour ce qui concerne les « Midlands », en Angleterre cet attachement local se focalise surtout sur les villes. Par exemple, John, 57 ans, supporter des Wolves, dit sans hésitation « Je suis de Cannock et de Wolverhampton. Pour moi c’est un lien très fort. Il me définit ». Kevin, 30 ans, est encore plus catégorique : « Coventry d’abord et c’est tout. Pour moi être anglais ne signifie pas grande chose et être européen rien du tout ».

26Mes interviewés français, au moins dans le cas des Bordelais, oscillent plus entre une identification à la ville et à la région que leurs homologues d’outre-Manche. Notons, toutefois, que la « région » dont ils parlent n’est pas forcément celle des découpages politico-administratifs. Qualifiant « les Girondins » de Bordeaux comme une équipe « régionale », la définition de Céline par exemple, 23 ans, recouvre un territoire étendu d’où viennent les supporters de son équipe (« grosso modo les départements de la Gironde, de la Dordogne, et des Landes », dit-elle). Pour sa part, Marc, 40 ans, définit sa région très précisément comme : « une zone qui longe l’Aquitaine à 100 km de la côte. Ce qui unit ce territoire, c’est la façon dont on conçoit les choses, et notamment les loisirs, les temps libres, les fêtes. Le sport en fait partie ». Marc conclut cette définition en disant que, bien sûr, il est aussi français, mais qu’il ressent peu de points communs avec « les gens du nord », un « nord » qui pour lui d’ailleurs « commence en Charente ». En effet, il pense partager plus d’éléments de son mode de vie avec des Espagnols qu’avec les habitants d’une partie importante de la France.

27Les témoignages d’autres Bordelais permettent de préciser ce sentiment d’appartenance régionale. Pour revenir aux propos de Céline, « sa » région s’appuie non seulement sur son club de football mais aussi sur « le vin, la gastronomie, la cuisine, les traditions, bref un mode de vie ». Pour elle, d’ailleurs, la France est à la fois « une prolongation de cette appartenance » et un lieux d’ancrage qu’elle dit ne pas « revendiquer de la même manière » que sa région.

28Encore une fois, cette enquête ne permet pas de trancher sur l’importance relative ni des identités citadines ou régionales, ni de la contribution du football à leur formation et entretien. Mais elle me conduit à affirmer avec une certaine conviction que l’intensité des identifications territoriales est plus forte à ce niveau qu’à celui de la nation ou de l’Europe. De même, si les interviewés évoquent volontiers les pratiques sociales qu’ils ont en commun avec d’autres habitants de leur ville ou de leur région, ils se représentent les pratiques d’autres parties de leur nation et de pays d’Europe sur le mode de l’étrange et de la différence.

Représentations de « l’Europe »

29Il convient de clore ce bref examen en présentant quelques images de l’Europe recueillies. En évitant délibérément d’orienter les réponses par une question sur la « construction européenne », et après avoir passé environ une heure avec mes interlocuteurs, il leur a été demandé de décrire leur représentation de « l’Europe » et de réagir au terme « européen ».

30On ne s’étonnera pas qu’une première série de réponses traite l’Europe et l’Union Européenne comme synonymes. Malgré mes précautions techniques, très vite de nombreux interviewés se rangent « pour » ou « contre » l’Union européenne en adoptant les catégories d’analyse véhiculées par la presse et la télévision. Souvent ce glissement se fait selon un mode rapide, voire réactif. Par exemple Roger, 50 ans et supporter de Birmingham City, se presse de déclarer « je suis ‘un’ européen. Nous aurions dû y être dès le départ et je suis pour l’union monétaire maintenant. Il n’y a pas d’alternative ». Ceux qui se prononcent « contre » l’Union Européenne emploient tout aussi souvent ce genre de formule. Kevin, 30 ans, de Coventry, déclare que « la seule Europe avec laquelle je suis d’accord est l’Europe du football ».

31D’autres interviewés développent plus longuement cette assimilation entre l’Europe et l’Union Européenne. Ted par exemple, 50 ans, supporter de Stoke, souligne la dimension essentiellement politique de l’intégration Européenne : « Pour moi un Européen est implicitement quelqu’un du continent. L’Europe c’est une affaire de différentes nationalités. C’est un projet politique ».

32Un troisième type de réaction souligne les atteintes portées aux territoires d’appartenance existant. Jean, 62 ans, supporter des Wolves, dit avec regret qu’elle préférerait conserver son « identité. Par exemple, je n’aime pas qu’on me demande de rendre mon passeport britannique. Ca me donnait un sens d’être d’ici ». Ce type de formulation est souvent accompagné par des phrases sur l’Union Européenne telles que « mais je ne la comprends pas suffisamment » ou « on n’a pas été formé pour ça. On n’a pas les informations », phrases révélatrices des représentations de qui est, et de qui n’est pas, compétent pour « parler de l’Europe ».

33Enfin, d’autres interviewés distinguent plus volontairement les dimensions politiques et sociologiques de l’intégration européenne. Cécile, par exemple, 23 ans, supportrice du F.C. Bordeaux, adopte spontanément un langage scientifique : « l’Europe c’est une entité à laquelle on ne peut pas dire qu’on appartient ». Implicitement, l’appartenance à un territoire est distinguée de l’assujettissement à un ordre politique. Toutefois, la nature analytique de cette citation constitue l’exception plutôt que la règle. Le terme d’« Europe » incite la plupart des interviewés à disserter en mélangeant les ordres et les registres d’analyse. Bien entendu, ce phénomène n’est guère nouveau et existe au niveau national et infra-national. Comme en témoignent les expressions aussi imprécises que « l’Europe sociale » et « l’Europe du citoyen » ; il n’empêche que le changement d’échelle qu’implique l’intégration européenne semble accentuer cette façon de raisonner. Raison de plus pour mettre mon matériel empirique au service d’une réflexion sur un certain nombre de controverses scientifiques dans l’objectif de développer des schémas d’interprétation plus pertinents.

  • 20 Une analyse similaire est avancée sous le titre de l’Europe lointaine” dans M. Abélès, En (...)
  • 21 S. Wragg, « On the Continent : Football in the Sociéties of North-West Europe », in S. Wra (...)

34En somme, étudier les représentations sociales sous l’angle de l’identité et de l’altérité, nous fait revenir de manière inéluctable sur la force des « pratiques sociales » et sur l’inscription sociale du politique. En dépit de tout ce qui s’écrit sur le rapprochement des habitudes sociales en Europe et les connaissances de l’autre véhiculées par les médias, la familiarité entre peuples de l’Europe mérite toujours d’être relativisée. En effet, et sans vouloir faire une extrapolation abusive, il me semble que ce rapport entre le familier et l’étrange constitue l’élément central de l’altérité européenne20. De toute manière, cette interprétation pourrait servir d’hypothèse pour l’étude approfondie des rapports interculturels. Une telle problématisation me semble encore plus nécessaire à une époque où les intérêts politiques des élites sociales, ainsi que les intérêts économiques des médias, poussent à proposer au contraire une vision a-culturelle des contacts entre les peuples de l’Europe, phénomène général dont le sport constitue une illustration saisissante. Comme l’écrit S. Wragg, « potentiellement – à travers la télévision et la globalisation – le football européen risque de rompre en partie ses liens avec le territoire et sa culture en le faisant entrer dans le monde de l’Eurovision »21. Si la recherche en sciences sociales n’a évidemment pas à prendre position sur les aspects politiques d’une telle tendance, elle peut, et à mon avis elle doit, en formulant des questions plus pertinentes participer au combat contre cette réduction de « l’Europe » à un simple jeu d’intérêts aseptisé.

Notes

1 L’enquête consiste à ce jour en soixante-dix entretiens d’entre une et trois heures effectués auprès de personnes s’intéressant de plus ou moins près au football et au rugby. En Angleterre, mes interviewés habitent tous la région des Midlands. Mes entretiens en France ont été ciblés sur le Bordelais et sur la région de Montpellier. Sur l’approche adoptée voir A. Smith, “Etrangers héroïques et territoires : Eric Cantona, l’Angleterre et la France”, in E. Ritaine, dir., Le territoire au miroir de l’itinéraire, Bordeaux, Cahiers du CERVL, 1998. Précisons enfin que ce texte fait surtout référence aux entretiens auprès de ceux qui suivent en priorité le football.

2 Pour une critique de l’approche dominante, voir A. Smith, “L’espace public européen : une vue (trop) aérienne”, Critique internationale, automne 1998, n° 2.

3 B. Poche, « Le groupe territorial et son identité. Le lien social au-delà de la crise du politique », in N. Marouf, dir., Identité-Communauté, Paris, l’Harmattan, 1995, p. 85.

4 Ch. Taylor, Sources of the Self, London, Macmillan, 1989. « The question is spontaneously phrased by people in the form who am I ? But this can’t necessarily be answered by giving name and genealogy. What does answer this question for us is an understanding of what is of crucial importance to us » (p. 27).

5 B. Poche, L’espace fragmenté. Eléments pour une analyse sociologique de la territorialité, Paris, l’Harmattan, 1996, p. 215.

6 Je reprends à mon compte ici la défintion du « sens social » de M. Augé : « le sens directement prescrit ou indirectement signifié des relations entre les uns et les autres », in Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994, p. 84.

7 Ch. Bromberger, Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995.

8 Ici la définition suivante de B. Poche sera appliquée : « le groupe est fondé par sa production d’une intelligibilité commune, et cette intelligibilité est d’abord celle qui s’applique à son rapport à son propre contexte, c’est-à-dire au monde englobant, dont le monde matériel est un élément indissociable. Le rapport entre monde social et monde matériel passe par la problématique du langage, et (...) c’est là la structure fondamentale au paradigme de la représentation » (...) B. Poche définit en conséquence la représentation sociale comme « l’ensemble des langages, des formes, des catégories symboliques, créées et émises en permanence par un groupe social pour décrire, signifier et catégoriser son environnement, ainsi que lui-même » (op. cit., 1996, p. 182).

9 Le spectacle n’est donc pas simplement un « quest for excitement » fonctionnel (N. Elias et B. Dunning, The Quest for Excitement. Sport and Leisure in the Civilising Process, Oxford, Blackwell, 1986), puisque l’attitude partisane « est en soit une condition nécessaire qui fonde l’intérêt dramatique de la confrontation » (Bromberger, op. cit., 1995, p. 110). Cette attitude comporte trois niveaux : « faire fonctionner à plein l’émotion en devenant soi-même acteur (passer de ‘ils’ à ‘nous’) ; affirmer une ou plusieurs appartenances ; adhérer à une nébuleuse singulière de valeurs qui incarnent à travers un style qui leur est propre « son » équipe et « ses » joueurs préférés » (op. cit., 1995, p. 111).

10 Bromberger, op. cit., 1995, p. 196. Cet auteur se demande, par exemple, « pourquoi notre société se passionne-t-elle pour ce genre particulier d’affrontement collectif codifié ? » (op. cit., p. 15) « Quelles sont les « propriétés du jeu et comment se manifestent-elles ? » (p. 111).

11 Il s’agit de trois compétitions de club : la Ligue des Champions, la coupe de l’UEFA (Union Européenne de football associatif) et la coupe des vainqueurs des coupes nationales. Au total, entre six et neuf clubs français et anglais participent chaque année à ces épreuves.

12 Les commentateurs de Canal+ tombent moins souvent dans ce travers, suivant ainsi l’exemple de leurs homologues britanniques. Par exemple, pendant une victoire écrasante de Manchester United contre Feyenoord en novembre 1997, un commentateur de Channel 5 a même déclaré, « bien sûr, nous savons bien que tous nos téléspectateurs ne suivent pas forcément les équipes anglaises ! » Il n’en reste pas moins que la sélection des matchs diffusés ou commentés est toujours dominée par le critère national.

13 Comme en témoignent les « fanzines » rédigés par les supporters de clubs participant aux coupes européennes, un match « à l’extérieur » offre peu d’occasions pour investir les pratiques classiques de tourisme. L’itinéraire du voyageur moyen est plutôt dominé par les tours de bars, autre manière de découvrir l’étranger et qui n’empêche pas, bien au contraire les contacts avec les habitants locaux (voir notamment le Fanzine « The Holy Trinity » qui raconte en détail la campagne d’Aston Villa de 1997-98 : Bordeaux, Bilbao, Bucarest et Madrid).

14 M. Augé, op. cit., 1994, p. 84.

15 Ce qui résume brutalement l’approche dominante du sport aux États-Unis.

16 Depuis un avis de la Cour de Justice Européenne en 1995 (« l’arrêt Bosman »), les clubs de la Communauté ne subissent plus aucune limite sur le nombre de joueurs étrangers qu’ils peuvent sélectionner. Par conséquent, il est devenu commun que plus de la moitié de l’effectif d’un grand club se compose d’étrangers. Ce qui contribue à rendre un peu floue l’expression de « clubs nationaux »...

17 Au moment où j’ai conduit la plupart de mes interviews, la version la plus précise de cette spéculation concernait la création d’un ligue de 16 à 18 « grands clubs » qui se rencontreraient selon un rythme hebdomadaire. Selon la rumeur de l’époque, notons simplement que la qualification pour cette ligue aurait vraisemblablement été effectuée non pas sur mérite mais par invitation, d’une part, et que d’autre part les clubs de l’est de l’Europe en auraient été exclus. Source : L’Équipe du 26.8.98.

18 Par exemple, Dave, 40 ans, supporter d’AstonVilla, critique fortement la décision prise par l’UEFA en 1997 d’ouvrir la Ligue des champions aux clubs placés deuxième dans leur championnat national : « ce tournoi doit rester celui des champions, non pas une compétition pour les seconds dans les pays où il y a beaucoup de paraboles satellites ».

19 Op. cit., p. 27.

20 Une analyse similaire est avancée sous le titre de l’Europe lointaine” dans M. Abélès, En attente d’Europe, Paris, Hachette, 1996.

21 S. Wragg, « On the Continent : Football in the Sociéties of North-West Europe », in S. Wragg, dir., Giving the Game away. Football, Politics, and Culture on Five Continents, Leicester, Leicester University Press, 1995, p. 122.

Auteur

Chargé de recherches à la Fondation Nationale des Sciences Politiques. Centre d’Etudes et de Recherche sur la Vie Locale (CERVL) – Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.