Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 7. Clubs, manifestations sportives et identités territoriales : quelles redéfinitions ?

Le surf, vecteur d’identité régionale en Aquitaine : entre pratiques de loisirs et compétitions internationales

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1Le surf en Aquitaine est devenu en trente ans un vecteur d’identité régionale largement utilisé par les collectivités locales et les médias pour valoriser une région qui se veut en harmonie avec les éléments naturels. Cette valorisation a été facilitée par l’organisation de compétitions internationales sponsorisées par les firmes économiques et les pouvoirs politiques.

2Par rapport à d’autres sports professionnels, le surf présente la caractéristique de s’inscrire d’abord dans une pratique de loisirs, puis d’utiliser des épreuves internationales et la venue de sportifs étrangers de haut niveau pour bonifier son image. Un processus d’organisation de compétitions locales est cependant à l’œuvre depuis quelques années grâce à la création de la Fédération française de surf dont le siège national est installé à Hossegor, à la reconnaissance de la discipline par le Comité national de sport de haut niveau, à la mise en place de sections sport-études et à l’inscription des meilleurs surfeurs sur une liste de sportifs de haut niveau.

I. La promotion du surf en Aquitaine

  • 1 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, 1995.

3Le développement récent des sports de glisse sur la Côte Aquitaine, et en particulier du surf et des dérivés, a modifié les modes d’usage du littoral. Ces pratiques, pour la plupart importées et diffusées en France depuis trente ans, se sont imposées par rapport aux sports traditionnels normés et standardisés dans le temps et l’espace. Elles se caractérisent par un nouveau rapport au corps, à la nature et aux autres, et bénéficient d’une valorisation croissante. Soutenus par les collectivités locales, par les promoteurs de matériel et l’espace, par les institutions, le surf et ses dérivés transforment les représentations et les réalités des stations océanes1.

1. Une nouvelle perception de la mer

4Les représentations de la mer n’ont cessé d’évoluer depuis le xviiie siècle où, après une longue période de répulsion inspirée par les grèves sans attrait, s’est éveillé un désir collectif de rivage. La plage est alors associée à des rêves où l’individu, confronté aux éléments, contemple avec un regard neuf les paysages marins. La bourgeoisie urbaine délaisse le thermalisme pour se tourner vers les stations balnéaires dans une perspective d’abord hygiénique puis ludique.

  • 2 C. Pociello, Les cultures sportives, Paris, PUF, 1995.

5À la contemplation de l’océan succèdent les premières baignades et les jeux de plage alors que sur les plans d’eau intérieurs ou dans les baies protégées le nautisme fait de plus en plus d’adeptes. Les étapes du déploiement des pratiques nautiques depuis les clubs réservés jusqu’à la démocratisation des dériveurs légers ont été étudiées par ailleurs2 et il convient d’insister ici sur les changements récents des pratiques liés à l’apparition des nouveaux sports de glisse.

  • 3 G. Lacroix, Les activités de pleine nature et le thème de la glisse, Thèse, Paris VII, 198 (...)

6Ces pratiques font partie d’un ensemble connaissant une forte diffusion en France depuis les années soixante-dix et que l’on désigne par l’expression générique de « sports californiens »3. Il s’agit en particulier pour les bords de mer du surf et de planche à voile ; mais aussi de la planche à roulettes (skate-board) et du vol libre (delta-plane) et de leurs multiples dérivés. Ces sports exploitent des énergies extérieures au corps (vagues, vent, pentes...) extraites des éléments naturels et exigeant une nouvelle gestualité fondée sur le traitement d’informations pertinentes et le pilotage d’engins sans gouvernes. Ils nécessitent un nouveau rapport du corps à la nature qui valorise la spontanéité, l’imagination et la liberté.

  • 4 Notes sur l’histoire du surf, Fédération Française du Surf, 1996.

7Cette diversification des lieux sportifs correspond à des changements où les pratiques traditionnelles se déprécient socialement. Les agents économiques et notamment les fabricants d’équipements, de matériel et de vêtements sportifs amplifient cette dévalorisation par le biais de la publicité qui suscite la demande et modèle les goûts. On assiste à un glissement vers un hédonisme consommatoire lié à des pratiques informelles plus libres et plus auto-organisées. Pour les pratiquants des sports de glisse et en particulier pour ceux qui ont acquis un bon degré technique, le qualificatif de « sport libre » a des résonances multiples4.

8Ce sont des sports libres par rapport à l’espace ; ils refusent le balisage et revendiquent des espaces vierges et sans limites. Libres par rapport au temps : ils souhaitent choisir l’heure et la durée des pratiques en rejetant les programmes contraignants ou trop organisés. Libres par rapport aux risques : ils acceptent d’en prendre pour acquérir progressivement la capacité d’évaluer leur engagement. Libres enfin par rapport aux individus : ils souhaitent s’affranchir des contraintes institutionnelles et profiter de l’observation sur le tas et de l’apprentissage dans un groupe de pairs.

9Ce dernier point caractérise les processus identitaires propres aux loisirs qui s’appuient sur des groupes affinitaires et de nouvelles territorialités. L’élément facilitant est alors l’accroissement de la mobilité quotidienne de fin de semaine et de petites vacances qui favorise un processus de délocalisation. Les facilités de communication, l’attrait des zones maritimes suscitent le déplacement des citadins investissant la nature, support d’activités.

10Ces tendances qui se sont amplifiées durant les années quatre-vingt trouvent un exutoire exceptionnel sur la Côte Aquitaine dont les espaces naturels correspondent aux attentes alors que les effets de surpopulation se font sentir sur nombre de côtes urbanisée. Elles expliquent le succès du surf comme pratique mais aussi comme soutien publicitaire pour valoriser une région, ses stations et son littoral.

2. L’émergence du surf en région

11Les origines du surf sont encore peu connues et il est difficile de situer dans le temps les débuts de cette pratique. Il est convenu d’admettre qu’elle s’est développée dans le Pacifique et en particulier dans les îles Hawaï. Le capitaine Cook décrit en 1770 des scènes locales où les indigènes se déplacent au moyen d’une planche sur des vagues qui les propulsent sur le rivage. À la fin du xixe siècle le surf, pratiqué par quelques Américains, devient un sport et se répand d’abord en Californie puis en Australie à partir de 1915. Les progrès techniques, permettant la construction de planches légères et performantes, favorisent progressivement sa diffusion.

  • 5 J.-P. Augustin & coll, Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Talence, Éditions d (...)

12Si l’on en croit certains témoignages5, les premières tentatives de surf en France auraient eu lieu sans grand succès à la fin des années trente sur la Côte Basque. Les débuts véritables se situent à partir de 1956 où Peter Viertel, surfeur et scénariste de Hollywood, s’installe à Biarritz pour adapter à l’écran le livre d’Hemingway The sun also shines. Séduit par les vagues de cette côte, il fait venir des planches de Californie et initie ses amis locaux à cette pratique. Un petit groupe divulgue le sport, favorisant ainsi la création des premiers clubs. En septembre 1959 le Waikiki surf est ouvert à Biarritz ; en 1962 la France est représentée pour la première fois au championnat du monde qui a lieu au Pérou et en mars 1964 la Fédération française de surf riding est créée. L’Aquitaine devient un centre d’attraction pour les surfeurs étrangers, principalement américains et australiens qui apportent avec eux des films, des revues, des photos, des techniques et des planches.

13La progression est rapide après 1970 et s’accentue à partir de 1980. Le nombre de clubs est multiplié par 5 et celui des licenciés par près de 10. Les pratiquants sont estimés à 40 000 mais aucune statistique ne permet de préciser avec rigueur leur nombre tant les lieux et les heures d’exercices sont divers et difficilement contrôlables. Longtemps limité à la période estivale, le surf est pratiqué actuellement toute l’année par une minorité d’initiés grâce au port de combinaisons isothermiques.

  • 6 A. Loret, Génération glisse, Paris, Éd. Autrement, 1995.

14Une autre tendance est à la multiplication des dérivés du surf avec en particulier le body board, petite planche sur laquelle on surfe couché (plus de 100 000 planches vendues en France en 1996), le body surf, le knee board et le skim board. Un comptage effectué à 9 moments de la journée du 9 août 1992 sur les plages de Lacanau, lors d’un dimanche ensoleillé, a permis de dénombrer 723 planches de surf et 373 body board6. Le nombre d’engins sur l’eau progresse de 9 heures à 15 heures 30 où il passe par un maximum de 160 surfs et 134 body board puis décroît jusqu’à 21 heures. Ce premier comptage (largement dépassé en 1999) présente l’avantage de mesurer les flux de pratique lors d’une journée de grande affluence mais ne dit rien des niveaux et des temps de pratique qui varient considérablement selon les individus. Des recherches devront se multiplier pour une évaluation plus fine. Il reste évident que la progression des adeptes du surf et de ses dérivés est très forte depuis quelques années ; elle pose de nouveaux problèmes de zones de navigation et de sécurité.

Tableau 1 – Clubs de surf et pratiquants en 1975 et 1992 en Aquitaine

Tableau 1 – Clubs de surf et pratiquants en 1975 et 1992 en Aquitaine

Tableau 2 – Surf et body board à Lacanau le 9 août 1992

Tableau 2 – Surf et body board à Lacanau le 9 août 1992

II. Compétition internationale et identité régionale

15L’image du surf en Aquitaine a été renforcée par l’organisation depuis 1979 d’une compétition internationale, le Lacanau Pro. L’objectif des organisateurs est de rassembler chaque année les surfeurs de l’Association des surfeurs professionnels (ASP, l’équivalent de l’ATP en tennis), pour une rencontre médiatique qui soit un événement de la saison. En 1986 l’objectif est atteint avec la présence de 120 professionnels, de la presse nationale et internationale et de plus de 100 000 spectateurs. Des enquêtes sur le public de l’épreuve donnent des éléments sur l’impact de la manifestation et sur ses retombées pour le tourisme local et régional. Face au succès du Lacanau Pro, les villes de Biarritz et d’Hossegor se sont inscrites sur le circuit des compétitions internationales de l’ASP, si bien que les trois étapes européennes du Mondial surf se déroulent en août et septembre sur le littoral Aquitaine.

16Ces manifestations ne sont possibles qu’avec le support financier des sponsors qui sont généralement des entreprises de matériel et de vêtements spécialisées pour le surf et ses dérivés. L’enquête sur le Lacanau Pro établit que les trois premiers sponsors de la manifestation de 1989 sont effectivement les premiers à bénéficier de l’impact publicitaire (Quiksilver, 326 citations ; Poivre blanc, 315 citations ; Docksides, 269 citations). L’événement résulte de la volonté d’un club et des synergies qu’il crée entre les entreprises de sponsors, les médias et les collectivités locales. La stratégie de communication associe le journal Sud-Ouest qui couvre largement les manifestations, la presse nationale (Libération, Le Monde...) et la presse spécialisée (Surf Session, Surf Mag et Wind…), les radios, en particuliers NRJ et les télévisions, sont présentes sur le site.

17Les collectivités locales sont également concernées par la promotion du surf et le Conseil régional d’Aquitaine s’est engagé depuis 1990 dans le soutien des activités de glisse. Trois raisons officielles expliquent ce choix. L’idée d’abord de renforcer l’attraction de la Côte en valorisant le contexte géographique et climatique qui fait de ce littoral un espace privilégié. La volonté ensuite de favoriser les entreprises locales qui sont engagées dans le florissant marché de la glisse ; plus d’un tiers des PME du secteur surf s’est déjà implanté dans le Sud-Ouest et l’ensemble du commerce et du tourisme local bénéficie de ce marché. Enfin, l’image empreinte de liberté, de bien-être et de respect de l’environnement véhiculée par le surf est jugée profitable à la région en même temps qu’elle constitue un exemple pour la jeunesse. La Fédération française de surf, installée à Hossegor, a proposé un Plan surf pour l’Aquitaine qui a obtenu le soutien du Conseil régional pour la formation des cadres et pour le développement du surf dans les milieux scolaires et universitaires.

18La Fédération française de surf rappelle dans son rapport d’activités de 1998 l’historique des filières de haut niveau : de 1974 à 1984, création des sections de Sport-études ; de 1984 à 1995, création des Centres permanents d’entraînement et de formation (CPEF) ; le 30 juin 1994, le Centre national du sport de haut niveau (CNSHN) favorise la création des pôles de formation à Biarritz, à La Réunion et à la Guadeloupe. Labellisé le 27 juin 1995, le pôle de Biarritz compte 16 athlètes pour la saison 1998-1999 et se donne cinq objectifs principaux : optimiser le suivi scolaire, améliorer le suivi médical, préparer les championnats d’Europe, intégrer le bodyboard au collectif et finaliser le projet de construction d’une structure sur la côte des Basques avec l’aide de la mairie de Biarritz. Quatre athlètes classés Élites du pôle France ont obtenu de bons résultats au championnat du monde au Portugal en 1998, confirmant l’engagement du surf Aquitaine dans la perspective du sport de haut niveau.

Clubs de surf et stations surf en 1992

Clubs de surf et stations surf en 1992

Cartographie : J. P. AUGUSTIN – CESURB

1. Le surf et les discours énonciateurs

  • 7 J.-P. Augustin, J.-P. Callède, Sport, relations sociales et action collective, Talence, Éd (...)

19Le surf, plus que d’autres sports, a souvent été présenté comme une pratique anti-institutionnelle relevant d’un désir d’émancipation6, mais, là aussi, les enquêtes de terrain, l’analyse des questionnaires montrent les risques d’excès d’interprétation. L’histoire du surf rappelle à la fois l’importance des discours énonciateurs dans sa constitution, discours repris par les médias, les pouvoirs et les agents économiques, et la logique institutionnelle qui le conduit à devenir une discipline sportive à part entière organisant des compétitions et réclamant son inscription aux Jeux olympiques. Cette histoire ouvre la réflexion à des pratiques révélatrices de sens et de signification7.

20Ce qui fait la force du surf, plus que le fait de nager ou de se baigner, c’est qu’il est porteur de sens car il est un geste-discours qui allie performance et esthétisme. Il peut être perçu comme une épure des sports de glisse puisqu’il se joue dans un mouvement perpétuel où la vague et sa pente ne sont jamais les mêmes. Dans une société où tout se complexifie, où les valeurs se transforment et se recomposent, où l’ordre et le désordre s’entremêlent, la figure symbolique du surfeur oscillant sans cesse entre l’équilibre et la chute, apparaît comme une thématique étonnante. Ainsi se constitue un dispositif scénique où les vagues sont la scène, la mer le décor, la plage à la fois les coulisses et les tribunes, rappelant le théâtre avec la frontalité de la scène et les regards tournés vers l’océan. Ce décor en grandeur naturelle offre des signifiants rejoignant les thèmes classiques de la symbolique humaine, notamment ceux de la vie et du passage, intégrant de surcroît les attributs du sacré, le mystère, la pureté, voire la peur. Il ne s’agit pas de verser dans la célébration, de faire fonctionner le mythe, mais de donner à voir comment se construit concrètement un espace à la fois social, géographique et symbolique qui pose, à terme, des questions d’organisation et d’aménagement.

  • 8 J.-P. Augustin, A. Garrigou, Le rugby démêlé, Bordeaux, Le Mascaret, 1985.
  • 9 Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, op. cit., 1994.

21Sans aucun doute la pratique du surf peut-elle être opposée à celle des sports collectifs : pour ces derniers, c’est un processus emblématique d’identification communautaire8 fondé sur le club, le stade et la communauté locale qui est déterminant alors que pour les sports de glisse il est possible de mettre en lumière un processus symbolique d’individuation territoriale fondé sur les discours énonciateurs, la diversité des modalités de pratiques et les agrégations sociales éphémères9. Mais ces différences ne s’inscrivent pas nécessairement dans une « révolution des sports ».

22Le surf porté par une popularité croissante, soutenu par les collectivités locales, garant de marchés prometteurs pour les entreprises, devient un vecteur du dynamisme local et le processus de surfurbia, déjà bien installé sur la côte californienne, est en cours de constitution sur la côte Aquitaine. La soi-disant « contre-culture surf », si elle a représenté aux États-Unis pour quelques minorités, un moment de résistance au style de vie américain, est aujourd’hui complètement intégrée par une société de consommation elle-même largement diversifiée, et la discipline s’impose à la fois comme une pratique de loisir de masse et comme un sport ayant ses règles institutionnelles, ses écoles, ses fédérations, ses championnats et ses lieux d’élection.

Notes

1 J.-P. Augustin, Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, 1995.

2 C. Pociello, Les cultures sportives, Paris, PUF, 1995.

3 G. Lacroix, Les activités de pleine nature et le thème de la glisse, Thèse, Paris VII, 1984.

4 Notes sur l’histoire du surf, Fédération Française du Surf, 1996.

5 J.-P. Augustin & coll, Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Talence, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992.

6 A. Loret, Génération glisse, Paris, Éd. Autrement, 1995.

7 J.-P. Augustin, J.-P. Callède, Sport, relations sociales et action collective, Talence, Éd. de la MSHA, 1995.

8 J.-P. Augustin, A. Garrigou, Le rugby démêlé, Bordeaux, Le Mascaret, 1985.

9 Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, op. cit., 1994.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Clubs de surf et pratiquants en 1975 et 1992 en Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/20097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 2 – Surf et body board à Lacanau le 9 août 1992
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/20097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Clubs de surf et stations surf en 1992
Légende Cartographie : J. P. AUGUSTIN – CESURB
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/20097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Professeur des Universités, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 – Centre d’Etude des Espaces Urbains (CESURB) Bordeaux – Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search