Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 7. Clubs, manifestations sportives et identités territoriales : quelles redéfinitions ?

Introduction

Michel Jamet

Texte intégral

Le spectacle sportif ou la mise en scène des identités

1Les spectateurs d’un match de football ou de basket, d’une compétition de surf ou de décathlon, en direct, ou par le biais de la télévision, « prennent parti » le plus souvent. Ce parti pris peut-être circonstanciel, occasionnel, il ne vaut alors que pour la durée d’un spectacle. Il est durable pour les passionnés, les « supporters », ceux qui s’investissent, se mobilisent, se reconnaissent, s’identifient à un sportif, une équipe, un club et en font un symbole d’appartenance de « leur » ville, « leur » région, « leur » pays.

2Comment s’établissent ces processus d’identification ? En quoi le sport, certains sports plus que d’autres, favorisent-ils cette dynamique ? Les communications de J.-P. Augustin, A. Smith, N. Hourcade, D. Bodin apportent des réponses à ces questions.

3En mettant l’accent sur les stratégies de valorisation de la région Aquitaine par le surf, J.-P. Augustin met en exergue la capacité des organisations à s’appuyer sur des symboles de modernité sportive : l’autonomie, la liberté, l’investissement des espaces naturels, l’esthétique des gestes et des corps, évocateurs de vacances et de loisirs. Dans cette optique le surf, avec ses événements médiatiques et ses modes d’organisation, participe de la construction d’une identité régionale inscrite dans une logique de concurrence économique entre des régions à vocation touristique.

4A. Smith pose la question de la construction territoriale des identités à travers le sport. En quoi le spectacle sportif, en l’occurrence du football, participe-t-il de la « représentation que les individus donnent d’eux-mêmes », éventuellement de la connaissance des autres ?

5Des résultats provisoires de l’enquête en cours, il ressort un attachement marqué des spectateurs à un « territoire », qui peut être local (la ville), régional, national (le championnat) ; l’Europe étant perçue comme une entité politique ou économique, étrangère au sentiment d’appartenance. Dans cette configuration, les compétitions européennes sont déconnectées d’une identité européenne introuvable. La principale crainte des supporters face à l’éventualité d’une « super-ligue » européenne serait la perte de référence à « leur » territoire d’appartenance (local, régional, national).

6N. Hourcade place le sentiment d’appartenance au cœur de son analyse en cherchant à décrypter les fondements de l’affirmation identitaire des supporters de football, plus spécifiquement des groupes « ultras ». Ces groupes plutôt constitués de jeunes hommes blancs (ce qui implique des exceptions) ont progressivement construit une revendication identitaire où la Ville et / ou la Région occupent une place centrale à travers la double réappropriation de symboles traditionnels (drapeaux, couleurs, slogans) et de l’histoire, « retravaillée » pour légitimer les oppositions avec les autres groupes. Dans cette logique, la violence des « ultras » – celle des « hools » est plus systématique – est comprise comme un moyen d’action parmi d’autres.

7Pour D. Bodin, la violence est au cœur du supportérisme en football, contrairement à celui du basket qui reste essentiellement convivial. Comment expliquer cette différence ? En quoi est-elle révélatrice d’intégrations différenciées ?

8Tout comme N. Hourcade, D. Bodin souligne l’importance de la classe d’âge (moins de 25 ans) qui caractérise le noyau dur du supportérisme en football. Par comparaison, les supporters en basket sont significativement plus âgés. Alors que les premiers affirment leur autonomie et ne sont pas considérés comme interlocuteurs véritables par des dirigeants qui les instrumentalisent plus qu’ils ne le reconnaissent, en basket existe un système très serré de contrôle social des supporters par des dirigeants de clubs et des supporters qui partagent le même souci : que ce sport reste un affrontement réglé aux limites du terrain et du temps de la compétition, pour se terminer par des rites d’échanges, éventuellement festifs.

9La violence en football résulterait donc d’une coupure dans les relations sociales entre dirigeants sportifs et supporters tiraillés entre le désir d’affirmation (la rage de paraître) et celui d’intégration. En somme la violence en football témoignerait d’un déficit d’intégration sociale qui aurait ses sources dans les difficultés d’insertion par le travail, alors que le supportérisme convivial en basket correspondrait à la pérennité de mécanismes d’intégration communautaires.

10Ainsi, à la lumière de ces contributions, les processus d’identification à des sportifs, à des équipes, à des clubs semblent procéder de l’articulation de dynamiques individuelles et institutionnelles. Les individus se reconnaissent dans la proximité (spatiale, culturelle) ; l’attachement des supporters au club « local » en étant la forme la plus évidente. Les institutions s’appuient sur ce socle pour élargir ces processus d’identification aux autres spectateurs réguliers ou occasionnels et tendent à les instrumentaliser.

11Pourquoi certains sports plus que d’autres ? Le football plutôt dans les grands centres urbains, le basket plutôt dans des villes moyennes ? L’analyse historique des implantations différenciées peut, sur ce plan, apporter des éclairages essentiels. Mais ces implantations étant établies, la construction des grandes mises en scène sportives, avec le support décisif de la télévision a donné à certains sports, au football en premier lieu, une visibilité telle qu’ils ont pu devenir un théâtre privilégié d’expression, éventuellement d’exacerbation, des identités (juvéniles, locales, régionales, nationales, voire ethniques...).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540