Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 6. Quelles initiatives, quelles coordinations ?

Introduction

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Dans un contexte qui voit l’Europe se construire progressivement, à la charnière du xxe et du xxie siècle, il est utile d’analyser le rôle tenu par les Régions en matière de politiques sportives et / ou de soutien au sport. En effet, ces entités territoriales sont de taille conséquente. Ainsi l’Aquitaine s’étend sur 41 309 kilomètres carrés et regroupe trois millions d’habitants. Si la région apporte son soutien au sport de haut niveau, on voit aussi se dessiner une dynamique intrarégionale, y compris en matière de pratiques sportives. Le département s’impose comme unité territoriale de référence dont il importe de caractériser les modalités d’intervention en matière d’aide au sport. À une autre échelle, en France, les régions frontalières – telle l’Aquitaine, encore – peuvent être amenées à engager des formes de coopération ou d’échange, hors Hexagone, avec les « régions » des pays limitrophes. À terme, par cette dynamique interrégionale, elles pourraient acquérir une certaine spécificité, d’autant que des affinités linguistiques, sportives et / ou culturelles sont quelquefois bien établies de longue date.

2Dans sa communication, Patrick Bayeux propose un cadre de référence analytique visant à identifier les politiques sportives engagées par les Régions, à les caractériser et, le cas échéant, à les comparer les unes aux autres. À ce jour, certains critères permettent de distinguer des situations plutôt contrastées : par exemple le nombre d’agents affectés au domaine de l’action sportive en Région, les solutions privilégiées en matière d’individualisation du sport ou la complémentarité de celui-ci par rapport à d’autres secteurs (tourisme, culture, éducation...). À l’avenir, la multiplication des études localisées permettra de voir dans quelle mesure les options retenues par les Régions marquent des éléments de convergence ou bien des spécificités tranchées.

3Les deux autres contributions envisagent des niveaux d’articulation encore peu étudiés. Marina Honta s’interroge à propos de l’articulation – possible mais, de fait, inexistante – entre la Région et les Départements, à partir de l’exemple Aquitaine. Dans certains cas, le soutien aux sportifs et sportives de haut niveau constitue une aide Cumulée du conseil régional et du conseil général. Là, les sportifs ne sont soutenus que par une seule des deux collectivités. Ailleurs, le soutien aux clubs l’emporte sur l’aide aux personnes... Bien évidemment, il est peut-être encore trop tôt pour esquisser des conclusions systématiques. Les différences observables d’un département à un autre pourraient s’expliquer en partie par l’adoption de solutions transitoires ou par des urgences définies en matière d’action publique par telle ou telle collectivité. Il ne s’agit pas nécessairement d’une discordance ou d’un dysfonctionnement. Les travaux portant sur les politiques de la culture montrent des caractéristiques analogues. L’action culturelle est conduite sans concertation et sans coopération particulière entre les collectivités territoriales. Pour autant, il serait impropre de parler d’un manque de coordination, et l’expérience acquise garantit la « rationalité », la complémentarité et l’efficacité des dispositifs à l’œuvre. Par ailleurs, les efforts consentis en matière d’aide au sport de haut niveau, au regard des enveloppes budgétaires globales, conduisent nécessairement à relativiser l’impact du constat établi. Marina Honta risque l’expression de « secteur résiduel », s’agissant du soutien accordé à l’excellence sportive, avec un geste – politique – dont la signification a surtout valeur symbolique.

4La troisième – et dernière – contribution, présentée par Sophie Herrera-Cazenave, se donne à lire comme une ébauche d’analyse comparée de la répartition des compétences sportives, appréhendée au niveau des collectivités locales, d’une part au sein de la Région Aquitaine, d’autre part dans le cadre de la Communauté Autonome Basque, en Espagne. Dans le second cas, la liberté d’administration doit être mise en perspective avec le « morcellement » géographique de la puissance étatique ; dans le premier, le transfert des compétences à des échelons territoriaux de proximité suppose un État centralisé. Sophie Herrera-Cazenave s’interroge : est-il possible de trouver dans chacun des deux types régionaux étudiés des solutions à des problèmes rencontrés dans l’autre ? On peut penser aussi que des critères comme les taux de pratique appliqués aux variables socio-démographiques habituelles, les grilles d’équipements sportifs et la part d’athlètes sélectionné(e)s au titre du sport de haut niveau (Jeux olympiques, championnats d’Europe ou du Monde, etc.), rapportés aux budgets engagés, apporteront des éléments de réponse complémentaires, en termes d’analyse comparée approfondie.

Auteur

Chargé de Recherche au Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) – Groupe d’Etude des Méthodes d’Analyses Sociologiques (GEMAS) – Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search