Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 5. Conférences introductives

Le pool Européen interrégional du sport

Raymond Claude

Texte intégral

I. Généralités

1La coopération transfrontalière entre la Sarre, la Lorraine et le Luxembourg, région appelée « Sarre-Lor-Lux » a une longue tradition et est basée sur un accord entre les gouvernements français, allemand et luxembourgeois daté du 16 octobre 1980. Selon son premier article, le but de l’accord est d’améliorer la coopération transfrontalière, notamment dans les domaines administratif, technique, social, économique et culturel. L’accord reste suffisamment vague pour laisser une large marge de manoeuvre dans le choix de sujets à aborder par organes créés dans le cadre de la coopération Sarre-Lor-Lux.

2La Rhénanie-Palatinat, surtout les régions de Trêves et du Palatinat Occidental, ainsi que la Wallonie, la province de Luxembourg et la Communauté germanophone de la Belgique, ont rallié ces régions d’origine.

3De sorte qu’aujourd’hui on parle de la « Grande Région » et non plus de la Sarre-Lor-Lux.

4Du point de vue géographique, la Grande Région est formée par un ensemble délimité à l’ouest, au nord et à l’est par des massifs de moyenne montagne et plus largement ouvert vers le sud. À l’exception du Grand-Duché de Luxembourg, pays souverain, les autres composantes de la grande Région occupent une situation périphérique par rapport à leurs pays respectifs.

5Les composantes de la Grande Région partagent un passé industriel fortement marqué par les activités minières et sidérurgiques.

6La Grande Région peut être délimitée ainsi : le Grand-Duché de Luxembourg, la Sarre et en Rhénanie-Palatinat les « Regierungsbezirke » de Trêves et du Palatinat Occidental ainsi que le « Landkreis » de Birkenfeld, la Lorraine avec ses départements de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et des Vosges, la Wallonie, la province de Luxembourg et la Communauté germanophone de Belgique.

« Dans la construction d’une Europe unie, le rôle des régions frontalières est capital parce qu’elles font figure de moteurs de cette construction. Ces régions sont comparables à des sortes de laboratoires où peuvent être testées avant leur mise en application plus large des formes nouvelles de coopération, de cohésion et de micro-intégration. » (Livre blanc sur les régions frontalières et l’intégration européenne, Assemblée des Régions d’Europe, 1992).

II. Les échanges sportifs dans la grande région

7Une des priorités essentielles de la Grande Région est l’aménagement et le renforcement de la « relation transfrontalière ». Il s’agit de faire naître le sentiment d’appartenir à une seule communauté, même séparée par des frontières historiques.

8Le sport peut et doit être un facteur essentiel de cette intégration interrégionale, d’ailleurs les relations au niveau sport, entre les fédérations, les clubs, collectivités locales et établissements d’enseignement ont toujours existé, de manière informelle et souvent spontanée, sans faire partie d’un programme officiel.

9Des actions bilatérales dans le domaine du sport, faisant partie de programmes d’accords culturels entre deux pays, ont lieu périodiquement. Dans ce contexte il faut citer la semaine sportive et culturelle franco-luxembourgeoise pendant les années quatre-vingt, qui a eu lieu pendant 6 années et qui concernait essentiellement la Lorraine et le Grand-Duché de Luxembourg. Le but de ces semaines était de préfigurer l’Europe en favorisant des événements transfrontaliers et de mettre en contact les différents partenaires du sport. Cet événement connut un grand succès pour les premières éditions mais s’est essoufflé progressivement. Le besoin d’associer d’autres partenaires régionaux et de donner d’autres orientations à ces semaines s’est vite fait sentir. Dans ce sens on peut dire que les expériences de ces semaines ont été utiles et ont servi de modèle à la collaboration interrégionale du sport.

III. Le pôle européen interrégional du sport

10En vue de continuer et d’intensifier les échanges transfrontaliers existant dans la Grande Région, la création du Pool Européen Interrégional du Sport s’imposait. Celui-ci se propose de favoriser la collaboration interrégionale entre les instances responsables du sport aussi bien du côté gouvernemental que non-gouvernemental. L’idée du Pool s’est développée à partir d’un besoin collectif d’améliorer les prestations de services des différentes organisations sportives régionales et nationales. Elle est le reflet d’une politique visant l’intégration du citoyen dans une Europe commune par le sport.

11Les travaux du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport ont largement servi de point d’appui et de modèle à la création du Pool. Les objectifs du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport sont de promouvoir la connaissance et la convergence des formations, la coopération et les échanges tant au niveau de la formation que de la recherche, ainsi que l’adaptation des formations aux impératifs économiques et sociaux. En ce qui concerne la formation, les objectifs du Pool sont identiques dans la grande Région à ceux du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport. On pourrait dire que certaines idées ou certains projets développés dans le cadre du Réseau Européen des Instituts de Sciences du Sport sont réalisés et expérimentés sur le terrain dans la Grande Région.

1. Situation géographique du pool européen interrégional du sport

12Le Pool Européen Interrégional du Sport occupe plus ou moins la situation géographique de la Grande Région sauf la Wallonie : la Lorraine, la Communauté germanophone de la Belgique, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre, le Grand-Duché de Luxembourg.

13La partie francophone de la Belgique faisait partie dès le départ, lors des premières consultations, du groupe fondateur du Pool Européen Interrégional du Sport, mais ne voulait pas participer une organisation officielle constituée juridiquement. Elle ne s’est pas retirée mais participe de manière informelle aux travaux du Pool Européen Interrégional du Sport.

2. Les partenaires du pool européen interrégional du sport

14La Lorraine est représentée par : la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports de Lorraine, le Comité Régional Olympique et Sportif de Lorraine, la Faculté du Sport de Nancy, le Centre Régional d’Éducation Populaire et du Sport de Lorraine.

15La Communauté germanophone de la Belgique est représentée par le Ministère de la Direction générale de la Belgique germanophone.

16La Rhénanie-Palatinat est représentée par la Confédération Régionale du Sport (Landessportbund Rheinland-Pfalz), le Ministère de l’Intérieur et du Sport, l’Académie Européenne du Sport de Trêves.

17La Sarre est représentée par la Fédération Régionale du Sport (Landessportbund Saar), le Ministère de l’Intérieur, l’Institut Supérieur des Sciences du Sport de l’Université de la Sarre

18Le Grand-Duché de Luxembourg est représenté par le Ministère de l’Éducation Physique et des Sports, le Comité Olympique et Sportif luxembourgeois, l’École Nationale de l’Éducation Physique et des Sports.

3. Structures et organisation du mouvement sportif des différents partenaires

19Une des conditions essentielles de la réussite d’un projet de collaboration interrégionale est d’identifier les partenaires et acteurs potentiels, de bien connaître les structures et organisations du mouvement sportif de ces différents partenaires.

a) L’Allemagne

20L’administration autonome du Sport en Allemagne dépend d’institutions qui sont régies par le Comité Olympique National (NOK) et de la Confédération du Sport Allemand (DSB, Deutscher Sportbund).

21Si les devoirs du NOK sont déterminés par la Charte Olympique, ceux du DSB sont de l’ordre de la promotion des activités sportives, de l’encouragement du sport de compétition et de la représentation des sports au sein des autorités fédérales publiques. Les relations entre le NOK et le DSB sont très étroites s’agissant des activités sportives de haut niveau.

22Dans le contexte de la structure fédérale de l’Allemagne, la souveraineté de la culture étant aux mains des régions, il existe à côté du DSB et des fédérations nationales des confédérations régionales (Landes Sportbund) et des fédérations régionales.

L’administration publique

23Le gouvernement allemand influence très peu le fonctionnement sportif, son rôle se situe essentiellement au niveau des aides financières pour le DSB et pour les fédérations nationales. Par contre les gouvernements des seize régions « Lânder » interviennent davantage au niveau du sport de masse, des activités de loisir, du sport à l’école et dans les universités, des installations et des équipements, des subventions pour les clubs et les fédérations régionales, ceci toujours selon le principe de la subsidiarité.

b) La Communauté germanophone de la Belgique

24L’organisation du sport en Belgique s’articule, à l’image du système politique et administratif, comme un système politique et administratif très complexe, comprenant trois communautés autonomes distinctes. Le Comité Olympique International Belge (COIB) regroupe et représente le mouvement sportif belge dans son entité même si sur le plan gouvernemental une grande partie de l’organisation du sport retombe sous la compétence des trois communautés : wallonne, flamande et germanophone. Chaque communauté adopte une politique sportive autonome dans sa propre région de sorte que de nombreuses fédérations se sont scindées en deux, voire trois fédérations.

25Tout comme les autres communautés, la Communauté germanophone intervient à titre subsidiaire en attribuant des subsides de fonctionnement pour la formation des cadres sportifs et des jeunes talents et pour la construction d’infrastructures sportives.

c) La France

26L’organisation du mouvement sportif comprend, outre les structures fédérales (club, ligue, fédération), les collectivités locales et le Comité National Olympique et Sportif Français et ses services « déconcentrés » régionaux.

27En ce qui concerne le secteur public, l’organisation du sport français est confiée principalement au Ministère de la Jeunesse et des Sports qui dispose de services extérieurs régionaux et départementaux ainsi que d’établissements publics.

d) Le Grand-Duché de Luxembourg

28Le Comité Olympique et Sportif Luxembourgeois (COSL) est l’organisme représentatif au plan national que le Gouvernement, en application de la loi sportive du 26 mars 1976, considère comme organisme central représentant l’ensemble du mouvement sportif privé.

29Les structures administratives de l’action publique intervenant essentiellement dans la politique sportive sont principalement celles du Ministère de l’Éducation Physique et des Sports.

30L’École Nationale de l’Éducation Physique et des Sports est un établissement public qui intervient essentiellement dans la formation des personnes impliquées dans le sport et dans la formation des jeunes sportifs de talent.

4. Analyse comparative

31L’analyse de l’organisation du sport en France, en Allemagne, en Belgique et au Luxembourg fait ressortir que dans tous ces pays les pouvoirs publics sont plus ou moins fortement engagés dans le sport. Leurs compétences se retrouvent aux niveaux national, régional et local. Cependant, c’est sur ce point que les caractéristiques communes s’épuisent déjà.

32L’organisation du sport dans les pays est caractérisée par le partage de pouvoirs, de prérogatives de décision et d’influence informelle basée sur une culture traditionnelle. Le sport, élément authentique de ce processus traditionnel, a de ce fait pu développer des structures d’organisation et de formation fort différentes.

33Le rôle des gouvernements respectifs dans l’organisation du sport varie nettement d’un pays à l’autre.

34Ainsi, en France le pouvoir central marque fortement de son empreinte toute l’organisation du sport. Il est par conséquent très présent à tous les niveaux décisionnels. C’est également en France que le sport est le plus réglementé à travers la législation.

35Au Luxembourg et en Belgique nous pouvons constater que les responsabilités des pouvoirs publics et des organisations non-gouvernementales s’équilibrent et fonctionnent selon le principe de subsidiarité.

36C’est en Allemagne que le rôle du gouvernement et son influence sur la politique sportive sont les plus faibles.

37La parfaite connaissance des structures hiérarchiques, des systèmes de fonctionnement, des personnes responsables dans chaque région ainsi que des résistances politiques ou autres sont des pré-requis indispensables à toute initiative de collaboration interrégionale et pour la définition et la proposition d’un plan opérationnel pouvant être adopté par tous les partenaires. Ces enjeux de pouvoir varient en fonction des régions et peuvent être de nature différente :

  • la centralisation du pouvoir décisionnel. Ceci implique une dépendance assez forte des régions vis-à-vis du pouvoir central que constitue l’État en France malgré la volonté de décentralisation constatée les dernières années ;
  • la rivalité certaine entre les différentes régions d’un même pays, par exemple les Lânder en Allemagne ;
  • l’existence d’une situation particulière au sein d’une même région : nous sommes ici en présence d’une cohabitation de deux confédérations du sport, à savoir celle de la Rhénanie-Palatinat et celle de la Rhénanie ;
  • la collaboration entre universités et instituts non universitaires.

5. Les objectifs du pool européen interrégional du sport

38Une Charte arrêtant les objectifs du Pool Européen Interrégional du Sport a été signée en septembre 1996 à Trêves par les autorités sportives gouvernementales et non gouvernementales des régions concernées. Elle concerne les points suivants :

  1. Élaboration de programmes communs pour les formations et reconnaissance mutuelle des diplômes.
  2. Coopération dans les secteurs du sport de haut niveau, de masse et de loisirs ; la formation initiale et continue des dirigeants d’associations ou de fédérations sportives.
  3. Coopération dans le secteur du sport de haut niveau visant à des échanges d’entraîneurs et à une collaboration entre les centres.
  4. Information réciproque et échange de matériel didactique. Échange de chargés de cours et de stagiaires.
  5. Rencontres et consultations régulières en vue de la coordination générale et de la préparation des différents projets.

39Les avantages de cette collaboration interrégionale sont multiples et pertinents :

  • donner une dimension européenne à la formation sportive de la Grande Région ;
  • l’organisation peut mettre en commun des compétences pour améliorer la qualité des formations par la collaboration entre universités et instituts non universitaires. Les centres de formation de haut niveau peuvent échanger leurs expériences et travailler en commun pour assurer un meilleur encadrement des sportifs de haut niveau ;
  • il est possible d’organiser des formations communes dans différentes disciplines afin de réaliser des économies budgétaires et pour éviter d’organiser des formations propres avec un nombre restreint de candidats ;
  • l’introduction de nouvelles formations de niveau élevé dans la Grande Région et que les différents partenaires auraient des problèmes à organiser eux-mêmes ;
  • informer les citoyens de la Grande Région des manifestations sportives existantes afin de favoriser l’échange transfrontalier et d’éviter que des manifestations similaires soient organisées au même moment dans une autre région.

6. Structure organisationnelle du pool européen interrégional du sport

a) Statut juridique

40Dans le cadre de la création du Pool, la question sur la forme d’organisation à adopter a donné lieu à beaucoup de discussions pendant les réunions préliminaires. Au départ, tout le monde était d’accord sur le principe que l’organisation choisie devrait être une structure souple, adaptée aux circonstances particulières et jouant de la souplesse des individus et de l’absence de hiérarchie trop formalisée.

41Cependant le Pool Européen Interrégional du Sport a très vite dû gérer des fonds budgétaires propres et de ce fait a dû se donner un statut juridique spécifique :

  • le 11 novembre 1996 a été signée la Charte de la création du Pool Européen Interrégional du Sport à Trêves ;
  • en 1998 les statuts du Pool Européen Interrégional du Sport ont été déposés à Luxembourg de sorte que le siège juridique se trouve à Luxembourg.

b) Forme d’organisation

42Le Pool Européen Interrégional du Sport est géré par un Conseil d’administration constitué de 4 représentants par région, deux représentants des autorités sportives gouvernementales et non gouvernementales, un représentant d’une université et d’un représentant d’un institut non universitaire. Un bureau exécute les travaux réguliers et ponctuels. Des groupes d’experts sont constitués pour les différents projets à élaborer et en cours.

c) Activités du Pool Européen Interrégional du Sport

43Il faut pour le moment distinguer 3 grandes lignes de projets :

44Les projets communs concernant les partenaires du Pool et réalisés en commun par tous :

• La formation continue pour entraîneurs de haut niveau

45Une première formation sur le renforcement musculaire a été réalisée, une deuxième est en préparation pour fin 1999. Il s’agit d’une formation très poussée qui s’adresse aux entraîneurs des différentes disciplines sportives et qui est encadrée par des experts régionaux mais également d’autres pays de l’UE. Afin d’éviter une trop grande généralisation et par là-même un appauvrissement et une dilution des contenus, les travaux sont organisés par groupes de disciplines sportives. La formation comprend quatre modules dont les objectifs sont les suivants :

  • théorie de la musculation, pour une préparation physique à partir de la musculation ;
  • entraînement de la force spécifique : fondements et applications pratiques ;
  • réflexions théoriques, observations empiriques et renseignements concernant le renforcement musculaire dans le sport et la réhabilitation ;
  • planification de l’entraînement de la force.

46Chaque module a une durée de 18 heures, démarre le vendredi à midi et se termine le dimanche à midi. La formation est validée par la présentation d’un mémoire personnel dans les disciplines respectives des candidats. En cas de réussite ils reçoivent un certificat délivré par le Pool.

• Formation au management du sport

47Cette formation de 6 modules, organisés les week-ends et d’une durée totale de 120 unités d’enseignement, est reconnue, tout comme le précédent projet, mutuellement par les institutions partenaires du Pool. Les objectifs des 6 modules sont les suivants :

  • les structures sportives européennes ;
  • la gestion des ressources humaines et les techniques d’animation ;
  • le marketing d’un club et d’une fédération ;
  • la publicité et les relations publiques au service du sport ;
  • les manifestations sportives et l’utilisation de l’informatique au service des acteurs sportifs ;
  • la coopération et le subventionnement au niveau européen.

48Il faut signaler tout comme pour la formation précédente, que les modules sont organisés dans différentes villes de la Grande Région et dans les langues allemande ou française, en fonction du lieu d’organisation.

Les projets bi-ou trilatéraux :

49De nombreux projets sont initiés dans le cadre du Pool, mais concernent seulement deux ou trois partenaires. Ces projets sont gérés de manière autonome par les partenaires concernés.

La communication externe et interne :

50En vue de coordonner les activités et événements sportifs de la Grande Région et, de cette manière, d’éviter le double emploi et dans un souci de rationalisation, il faut améliorer l’échange d’information entre les partenaires. En outre il faut rendre accessible cette information aux citoyens de la Grande Région pour favoriser l’échange transfrontalier. Le Pool est en train de développer un projet qui consiste à :

  • ouvrir les publications régionales aux autres partenaires ;
  • faire mieux connaître le Pool Européen Interrégional du Sport dans la région sous forme de dépliant et publication dans la presse écrite et parlée ;
  • développer des Web-pages dynamiques ouvertes aux différents acteurs régionaux ;
  • promouvoir des organisations régionales en donnant le label du Pool Européen Interrégional du Sport aux organisateurs.

51Le rôle du Pool Européen Interrégional du Sport n’est pas de remplacer les partenaires régionaux, de ce fait les actions communes initiées et organisées par les 5 partenaires doivent être ciblées et le niveau doit être plus élevé que celui que les différents partenaires peuvent offrir isolément.

52Le rôle du Pool Européen Interrégional du Sport est de promouvoir, d’initier, d’échanger et d’informer. Coordinateur et intégrateur, il peut jouer un rôle important dans le développement du sport dans la Grande Région et ceci à tous les niveaux.

d) Budget du Pool Européen Interrégional du Sport

53Les fondateurs du Pool Européen Interrégional du Sport sont partis du principe que cette organisation devrait être viable sans apport de financement européen. D’ailleurs avec l’abolition du programme Eurathlon et la difficulté de pouvoir entrer en tant que sport dans le programme Interreg, ce principe de l’autofinancement s’est justifié pleinement. Il faut distinguer entre :

  • la gestion du Pool : les frais administratifs concernent les frais normaux de gestion et l’engagement à temps partiel d’une secrétaire administrative et technique qui assiste le bureau. Les frais encourus sont payés par la cotisation versée par les différentes régions membres (1 500 Euro/année) et des apports financiers supplémentaires de certaines régions ;
  • la gestion des projets communs : les frais de déplacement et d’hébergement des candidats sont à leur charge quitte à ce qu’ils se fassent rembourser une partie de leurs frais par les autorités sportives de leurs régions d’origine. Les frais d’organisation des modules, environ 2 200 Euro par module, sont à la charge des instituts organisateurs ;
  • la gestion de projets bi-trilatéraux : les frais sont à charge des organisateurs ;
  • les frais de communication : les frais de réalisation des Web-pages sont pris en charge par des fonds Interreg dont dispose l’Académie européenne du sport de Trêves et l’École Nationale de l’Éducation Physique et des Sports de Luxembourg.

54La garantie de la survie du Pool Européen Interrégional du Sport est donnée par le principe de son autofinancement. Ceci ne veut pas dire que ponctuellement il ne soit pas fait appel à des financements européens, mais il faut savoir que puisque le sport ne figure pas dans le Traité d’Amsterdam, il est difficile d’entrer dans des programmes européens.

IV. Analyse des caractéristiques actuelles du pool

55Le Pool Européen Interrégional du Sport a une courte existence de 3 années et on peut en tirer les premières conclusions. La spécificité du Pool Européen Interrégional du Sport implique une parfaite connaissance et maîtrise des forces et faiblesses de l’organisation pour pouvoir intégrer ces paramètres dans la planification ultérieure.

56À l’heure actuelle nous sommes en mesure d’identifier les points faibles suivants de l’organisation :

  • l’investissement considérable des acteurs dans le Pool, étant donné que celui-ci ne correspond pas à leurs attributions principales et par conséquent prioritaires. Le poste de secrétaire employée à temps partiel ne constitue qu’une solution intermédiaire ;
  • les difficultés linguistiques existantes, à savoir la compréhension mutuelle de l’allemand et du français ;
  • les déficiences encore existantes au niveau de la communication interne permettant un fonctionnement optimalisé à l’intérieur de l’organisation ;
  • les défaillances au niveau de la communication externe qui devraient se résoudre au courant des prochaines années et permettre de développer les activités du Pool dans la Grande Région.

57Les points forts à relever sont les suivants :

  • la dimension européenne présente un potentiel de développement manifeste ; de ce fait le projet fait figure de précurseur d’un mode nouveau et exemplaire de collaboration dans le domaine du sport entre les États membres de l’UE ;
  • la dynamique interne, vu le caractère innovateur du Pool, constitue un catalyseur puissant ;
  • la souplesse avec laquelle l’organisation fonctionne, permet une adaptation facile et rapide à un environnement qui est en évolution constante ;
  • l’indépendance financière par rapport aux financements européens garantit sa survie financière.

Auteur

Professeur des Universités, Directeur de l’Ecole Nationale de l’Education Physique et des Sports – Coordinateur et fondateur du Pool Européen Interrégional du Sport – Secrétaire général du réseau Européen des Instituts des Sciences du Sport – Luxembourg.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search