Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 3. État-mouvement sportif : quelles régulations ?

Conclusion

Jean Dumas

Texte intégral

Enseignements : des confirmations aux surprises

1Un intérêt soutenu de l’État pour un domaine marqué tant en France qu’au Portugal par une vigoureuse accélération réglementaire, financière, organisationnelle : la démonstration est éclatante et confirme ce que le sens commun, éclairé de toute l’actualité sportive, a établi toutes ces dernières années. Mais sur ces bases générales le détail de l’investigation apporte des éléments de cadrage qui ne vont pas sans quelques surprises, ni sans quelques interrogations. Ainsi, dans une approche stricte de science politique et administrative, avec ce sport de haut niveau objet général du colloque, on paraît traiter d’un objet de l’action publique aussi évident qu’insaisissable.

2À la suite de J.P. Loustau-Carrère il paraît essentiel de retenir que la catégorie juridique « sport de haut niveau » constitue un ensemble vide, sans propriétés positives expressément définies. Cadre, ou mieux enceinte de référence, elle est peuplée par ses sujets (l’athlète, le cadre technique) ou, plus souvent, définie comme résultat d’opérations distinctives telles que la compétition internationale, nationale... voire, récemment, régionale ou encore l’entrée dans le monde professionnel. Autant dire que le haut niveau n’existe pas en soi mais seulement au regard d’opérations ou d’opérateurs.

3Prudent et pragmatique, l’État semble suivre et canaliser, légitimer aussi, coordonnant les institutions sportives spécifiques, tenant compte du double jeu des réglementations internationales propres au monde sportif et du développement différencié des marchés au sens le plus économique du terme.

4Étrange domaine, en effet, que celui où l’essentiel de la norme n’est pas le produit de l’action publique légitimée mais sort de systèmes professionnels très définis, s’arrogeant un pouvoir de réglementer sur des bases de stricte auto-reproduction. Dans cet état, le « haut niveau » réglementaire apparaît bien comme le résultat constaté de régulations qui font tantôt appel à des normes internationales qui fixeraient un niveau absolu, tantôt à des nécessités internes d’organisation et donc à des niveaux relatifs, susceptibles d’être négociés selon les échelles spatiales des besoins.

5Et que dire enfin, toujours au regard de la règle, de cette relation quasi tautologique établie entre le haut niveau et le professionnalisme, ce qui plonge l’intervention publique dans le déchirement profond des justifications normatives ou morales. Quelle conciliation établir entre le domaine de l’intervention économique, c’est-à-dire de la régulation d’un marché parmi d’autres, et la légitimation d’une exemplarité tirée de la mise en scène de l’exploit dans ses retentissements internationaux ? Alors se mêlent, un peu au gré des moments, l’exemplarité éducative, la défense de l’identité nationale adossées au double souci de la mise en oeuvre d’un droit social point trop dérogatoire et de la régularité de spectacles pouvant mobiliser des masses humaines exceptionnelles.

6Avec F. Le Dû se fait plus directement la rencontre avec cette diversité territoriale déjà évoquée à propos d’une éventuelle régionalisation de l’élite selon de possibles directives territoriales d’action. Le début des années 1980 est en effet marqué d’une double exigence de changement pour le ministre de la Jeunesse et des Sports : la décentralisation, perspective générale pour toute l’administration française et, plus spécifiquement, la nécessité de recentrer les C.R.E.P.S. qui perdent leur fonction de formation des enseignants qui est transférée au Ministère de l’Éducation nationale. Cette double inscription va être le fil directeur de modifications structurelles qui vont mettre en présence le sport de haut niveau et la construction d’une administration territoriale organisée.

7Quinze années d’évolution pragmatique, l’élaboration du Schéma directeur de 1994, l’évaluation nationale de 1998, constituent cette marche à l’adaptation administrative rendue délicate par la nécessité de gérer la conjonction d’une rencontre entre les héritages historiques (des sites anciens, une géographie des implantations), le poids des fédérations (des implantations et des structures différenciées), la stratégie d’organisation propre à l’administration soucieuse de s’inscrire dans un mouvement général de réorganisation territoriale et d’émergence du fait régional.

8Le tableau présenté est d’une étonnante complexité, la multiplicité des sites et des désignations étant, à l’évidence, le produit d’arbitrages multiples entre des logiques contradictoires : 5 établissements publics nationaux, 23 C.R.E.P.S. (mais toutes les régions ne sont pas concernées), 140 pôles France, 271 pôles Espoirs. À l’évidence, la tension entre recherche de l’équité sociale et réalisation de l’équité spatiale est extrême et illustre parfaitement le thème général de ce colloque. Les embarras administratifs d’un Ministère soucieux de développement reflètent la difficulté, théorique et pratique, à mouler le dégagement d’une élite sportive sur un espace administratif marqué par l’émergence du fait régional qui, égalitaire par structure, s’accommode assez mal de l’extrême diversité des traditions et exigences d’activités sportives qui se posent différemment la question du dégagement d’un haut niveau de pratique.

9Le cas portugais évoqué par Salomé Marivoët est significatif des questions inévitablement rencontrées par un état démocratique dès lors qu’il rencontre les exigences du sport moderne ; en cela, et parce qu’il est très ramassé dans le temps, il souligne, par comparaison, les structures françaises qui sont l’objet principal de ces rencontres.

10Ainsi, à partir de 1974, y a-t-il d’abord la reconnaissance d’une séparation entre l’État et la société civile qui passe, pour ce qui est du sport (mais aussi des activités culturelles et sociales) par la reconnaissance du fait associatif dans ses caractères habituels (dans la double tradition anglo-saxonne et française) d’indépendance décisionnelle d’un milieu dirigeant assis sur le bénévolat. L’apprentissage vient de la nécessaire prise en charge de données largement imposées par l’ouverture internationale du pays : sport de haut niveau, professionnalisation de certaines pratiques, statut des dirigeants. Avec quelques déséquilibres on voit se constituer, à la manière française, un triangle du pouvoir entre l’État, le mouvement sportif, les collectivités locales, ces dernières semblant moins impliquées que dans d’autres pays.

11Au terme de cet atelier quelques grands traits des relations État-mouvement sportif ont pu être dégagés. On se trouve, presque paradoxalement, face à un domaine d’évidence de politiques publiques organisées dont la précision se trouve précisément limitée par cette évidence même. Évidence démocratique d’une autonomie associative renforcée par ses implications internationales, évidence d’une pratique de masse mais dégageant les conditions d’émergence d’une élite contrainte par un professionnalisme nécessaire à la spécialisation, évidence de la rencontre avec des pouvoirs locaux de plus en plus concernés par le double jeu sportif de la participation au lien social et à l’identité territoriale : dans ces conditions l’État est producteur de régulations et d’ajustements d’autant plus pragmatiques, qu’au moins dans le cas français, l’émergence régionale introduit des modifications substantielles dans la hiérarchie des compétences.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540