Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 3. État-mouvement sportif : quelles régulations ?

Introduction

Jean Dumas

Texte intégral

1À partir et à propos du sport de haut niveau quelles sont les interventions de l’État ? Quelles sont ses configurations dans sa rencontre avec le mouvement sportif lui-même en quête permanente d’adaptation à ce haut niveau de la réussite compétitive ?

2Afin de répondre à ces questions il est indispensable d’interroger les institutions publiques dans leur évolution, telles qu’elles reflètent cet « État au concret » sur un domaine bien précis, au moins dans l’apparence des mots : quoi de plus évident, en effet, que l’implication des pouvoirs nationaux dans toutes les facettes, organisationnelles autant que sociales, de la compétition de haut niveau. Encore faut-il s’efforcer de préciser de quoi il est question exactement tant les modalités de l’intervention peuvent être imbriquées. Nous sommes, en effet, dans le domaine de l’entrecroisement entre le « haut niveau », « l’international », le « professionnel », le « spectacle » même, autant de qualificatifs qui amènent des interventions publiques, qui les justifient.

3Essayer de dénouer cet écheveau de justifications croisées, trouver les valeurs de la raison d’État, tel est l’objectif de cet atelier. Deux fortes interventions sur les modalités françaises des constructions des politiques l’ouvrent avec les propos de deux connaissances-praticiens, mais aussi chercheurs participant aux travaux menés autour de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine : ancien Directeur régional de la Jeunesse et des Sports, J.P. Loustau-Carrère définit l’architecture générale des interventions de l’État tandis que Francis Le Dû, Inspecteur Principal de la Jeunesse et des Sports et ancien directeur du C.R.E.P.S. de Talence présente la configuration spatiale évolutive des établissements s’occupant du sport de haut niveau. Et pour esquisser le recul que permet la réflexion comparative, la communication de S. Marivoët donne la situation portugaise en tant qu’élément de réflexion sur un apprentissage étatique mené sur une période plus brève.

4Ainsi s’esquisse un cadrage, il produit un riche ensemble d’informations, mais il ouvre en même temps sur un large champ de réflexion tenant à la fois à l’approfondissement du domaine sportif lui-même mais aussi à l’étude de l’État dans une de ses configurations administratives les plus particulières.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540