Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 2. Problématiques, états des lieux

Sport professionnel et politiques sportives publiques : deux logiques antinomiques

Pierre Chifflet

Texte intégral

1Dans la démarche théorique de la sociologie des organisations, l’individu est conçu comme possédant une marge de manœuvre, une liberté, une autonomie, qui lui permettent de faire des choix en fonction de sa position dans un groupement, c’est un acteur stratégique (Crozier et Friedberg, 1977 ; Bernoux, 1985). Le concept d’acteur peut être étendu à un groupe, qui devient un acteur collectif considéré momentanément comme homogène dans ses objectifs et stratégies.

2Parfois le groupement est formalisé et on parle alors d’organisation (un club par exemple) avec statut, organigramme, budget, règlement, adhérents, etc. Inversement, on peut repérer un réseau d’acteurs et considérer qu’il s’agit d’une « action organisée », c’est-à-dire d’un espace social dans lequel individus ou groupes ont un projet commun (Friedberg, 1993). Dans les deux cas, se sont mises en place des règles formelles et / ou des règles tacites, structurant les échanges (coopérations ou conflits), en fonction desquelles les acteurs développent leurs stratégies. Mais, le concept de stratégie ne signifie pas projet conscient et clair, il signifie que pour chaque acteur existe une « logique » repérable après coup, qui tout en correspondant à l’utilisation de solutions avantageuses, s’explique par l’intérêt de l’acteur. Cet intérêt n’est pas toujours utilitariste, il peut être identitaire (recherche d’une valorisation de soi) ou groupal (comportements partagés). Donc, si l’analyse stratégique explique le fonctionnement collectif à l’aide de facteurs conjoncturels et locaux, c’est-à-dire spécifiques à chaque situation, elle doit prendre en compte les valeurs ou idéaux qui servent de références, conscientes ou inconscientes, aux acteurs pour entreprendre leurs actions. Les travaux de Boltanski et Thévenot (1991) montrent que la justification des actions, par les acteurs eux-mêmes, se réfère à des systèmes de valeurs, ou « mondes ». Chacun de ces systèmes d’idéaux enclenche la définition d’objectifs particuliers et influence les stratégies mises en place. Il y a ainsi production de comportements et d’actions qui ne sont logiques que par rapport aux valeurs reconnues comme fondamentales par chaque acteur. Si les valeurs appartiennent à des « mondes » différents, il ne peut y avoir d’ententes entre les acteurs, sauf après création d’un compromis mettant à plat les valeurs pour en reconstruire de nouvelles. Les conflits ne peuvent être analysés en terme de crises ou de déviances, ils sont plus simplement significatifs de la présence de deux systèmes de valeurs non compatibles.

3Dans le domaine du sport, les valeurs de référence de chacun peuvent être diverses et même contradictoires. La mise en évidence de quelques-unes des références majeures à partir desquelles agissent les acteurs du sport permet d’entrevoir quels sont les principes d’action qui structurent leurs stratégies. Bien entendu, il est rare qu’un acteur du sport se réfère à un seul système de valeurs ; chacun peut se référer à une forme de mélange puisque l’univers sportif français produit beaucoup de « valeurs brouillées ». L’essai de clarification des systèmes de valeurs ou « idéaux types » permet cependant d’avancer dans la connaissance des principes d’action des acteurs du sport et des principes de fonctionnement qui en découlent.

4Dans l’évolution récente (les deux dernières décennies), des références divergentes de celle du système fédéral traditionnel sont devenues des composantes des stratégies organisationnelles dans le sport. Elles n’expliquent pas, à elles seules, la totalité des choix stratégiques et des comportements des acteurs du sport, mais elles participent à la restructuration de son mode d’organisation et de son fonctionnement traditionnel. Par rapport au système français du sport de haut niveau, deux types de références, originales par rapport à l’univers fédéral « classique » sont étudiés ici, dans la perspective de repérer les logiques d’actions de ceux qui agissent ou interviennent : la référence au service public qui guide les politiques sportives publiques et la référence à la logique managériale qui guide l’action des acteurs commerciaux du sport professionnel.

La référence première : l’univers fédéral

5L’analyse de l’organisation du sport français montre qu’elle s’est construite, jusqu’en 1960, sur la base de règles fédérales formelles, dépendant de pratiques organisées sur un mode officiel associatif. De cette évolution est né un univers sportif fédéral qui, en reprenant la démarche utilisée pour les univers religieux par Hervieu-Léger (1996), peut être défini comme reposant sur quatre dimensions partagées : communauté, culture, éthique, émotion.

6La dimension communautaire recouvre l’idée d’appartenance à un même ensemble humain, avec un double corollaire pour le sport fédéral : le marquage visible de « l’état de sportif » et l’implication nécessaire dans le sport réglementé. L’état de sportif se qualifie par l’utilisation du même type de lieux de rencontres : stades, gymnases, piscines, etc., pour des manifestations locales, nationales ou internationales, et du même type d’organisations fédérales nationales et internationales, qui contrôlent chaque sport institutionnalisé. L’implication entraîne l’acceptation que le sport fédéral crée une communauté moderne proposant une sociabilité originale et spécifique. Le modèle sportif envisagé est conçu comme un processus facilitant le façonnage de l’universalisation d’une valeur transcendant les particularismes locaux. C’est dans cette perspective que le mouvement sportif mobilise toujours une référence presque mystique à un sport idéalisé qui l’a amené, pendant près d’un siècle, à vouloir révéler aux hommes une fraternité sportive qu’ils ignorent. Les acteurs se référant à l’univers fédéral vivent ainsi dans le sacré et font semblant d’oublier la politique et l’économie. Si la réalité est souvent celle de la concurrence et de la rivalité, les discours de l’associativité fédérele transmettent constamment, dans l’imaginaire collectif, le message de l’unanimité et de la communauté universelle

7La dimension culturelle s’appuie sur l’assimilation de savoir-faire et comportements qui construisent une mémoire commune et produisent des repères particuliers. Par l’importance de ses lieux (stades, gymnases, piscines, etc.) et ses moments originaux (entraînements, compétitions, etc.), le processus sportif a de nombreuses occasions de transmettre sa culture. Cependant, si la dimension culturelle est souvent évoquée, elle n’est jamais réellement précisée. Dans les discours, elle semble référée à un mixage de significations synthétisées dans la notion de culture sportive. Mais, contrairement à d’autres composantes de la culture comme l’art, dans lequel les formes et les couleurs sont universelles, le sport fédéral a des drapeaux et des frontières. Il lui est ainsi difficile de se proclamer une culture universelle, d’autant que la valorisation du record, ou de la performance enregistrée, le rapproche plutôt de la technique dans le sens où chaque performance s’efface sous la nouvelle. Si concrètement, ses références à l’efficacité et au rendement, dans une production normalisée, le positionnent comme une entreprise de rationalisation des comportements, et l’éloignent fréquemment de la liberté créatrice, l’idée que toute activité sportive est la manifestation d’une culture spécifique est toujours proclamée, à condition que l’activité sportive soit celle du sport fédéral. C’est en acceptant cette réalité première comme point de départ, qu’a été fondée l’autonomie et, au-delà, le pouvoir et la responsabilité du mouvement sportif.

8La dimension éthique est construite sur les valeurs de l’olympisme : effort, volonté, performance, dépassement de soi, record. Celles-ci sont issues de la position philosophique des créateurs du sport de performance moderne qui l’ont synthétisée en quelque sorte dans une référence magique : l’éthique du sport. Cette position sous-entend que la pratique du sport normé et institutionnalisé est susceptible de produire des hommes nouveaux. Cette référence éthique est reprise dans chaque fédération sportive, partagée unanimement et diffusée de façon incantatoire dans les discours, inaugurations, remises de prix, articles de presse, etc. Cette position consiste à faire sienne l’idée qu’une normalisation technique sert de modèle opératoire pour une éthique universelle. Mais cette éthique a été transformée par les dirigeants sportifs en une moralisation. Il s’agit là d’un glissement de sens idéologique majeur qui consiste à transférer au social ce qui est de l’ordre de l’individu. En effet, l’éthique qui est une forme de philosophie personnelle est devenue une morale publique. De ce qui était présenté comme un engagement particulier du compétiteur, les chantres du sport fédéral ont fait une vertu moralisante. Ce n’est plus le sportif qui est porteur d’une éthique, c’est la pratique sportive qui est devenue une morale sociale. La conséquence en est que le sport fédéral est paré de toutes les qualités. En effet, le discours du système fédéral consiste à répéter que le sport se suffit à lui-même, et que ses effets n’ont nul besoin d’être mesurés. La logique de non évaluation des actions et d’autojustification conduit à présenter le sport comme une réponse à tous les problèmes sociaux et individuels : santé et efficacité corporelle, beauté, développement moral, socialisation, formation à la citoyenneté, confraternité, xénophilie... et de présenter la pratique sportive comme fondatrice d’un comportement particulier défini comme étant « l’esprit sportif ».

9L’univers fédéral crée ainsi sa légitimité par la production d’un discours idéologique transcendant la réalité. Des arguments-alibis sont utilisés régulièrement et abandonnés lorsqu’ils ne peuvent plus servir. Après la violence, l’argent, puis le dopage, il s’agit toujours de définir le sport comme en lutte contre des fléaux venus de l’extérieur, et de le présenter comme le bien luttant contre le mal, (issu de la « mauvaise » société), grâce à l’ordre fédéral qui est le garant de l’éthique sportive.

10La dimension émotionnelle, ressentie lors des compétitions par les pratiquants, les spectateurs et les dirigeants, crée le sentiment d’appartenir à un groupe fusionnel, à une pensée commune, à une esthétique partagée. Pour renforcer et ancrer ces émotions, des thèmes, des idées, des formes sont mises en scène comme repères majeurs. Ainsi, les commentaires sportifs mettent toujours en exergue, en tant que figure rhétorique obligatoire, le thème du courage des sportifs. Ainsi, les drapeaux, les hymnes et les décorations viennent structurer des moments particuliers devant favoriser l’expression d’une émotion collective pour la performance accomplie. De même, la mise en valeur de certains gestes sportifs (tirs au but par exemple) a pour objectif de capter l’attention et de signaler des événements propices à l’émotion. Depuis toujours, le sport fédéral est constitué d’une composante technique et d’une composante spectaculaire, mais les tenants du modèle fédéral se réfèrent toujours à la composante technique de la manifestation sportive comme valeur esthétique. Ce sont les gestes techniques et la performance motrice qui doivent déclencher les réactions émotionnelles et représentent la véritable valeur du sport. En quelque sorte, l’émotion est liée à la culture sportive.

11Les dirigeants fédéraux, mais aussi les entraîneurs et les compétiteurs, qui se réfèrent à l’univers fédéral, ont donc des objectifs liés à leurs idéaux :

  • normaliser la pratique sportive en privilégiant les critères des organismes internationaux ;
  • développer et promouvoir un sport valorisant l’effort corporel et la performance ;
  • présenter les projets fédéraux comme un processus de socialisation universelle ;
  • créer une culture fédérale et des relations prégnantes au sein de chaque fédération ;
  • dévaloriser les pratiques de loisir et les communautés locales qui s’opposent à l’idée de communauté universelle.

12Et les stratégies privilégiées sont faciles à repérer :

  • organiser l’autonomie sportive en instituant un pouvoir sportif fédéral qui peut standardiser les règles, les catégories, les compétitions, etc. ;
  • construire un monde « clos », qui cherche à privilégier le droit sportif avant le droit public, à construire une sociabilité particulière, à préférer les parcours initiatiques au sein de la fédération, à se méfier des compétences externes, à maintenir les règles fondatrices, à favoriser les récits mythifiants, etc. ;
  • assimiler la notion de service public à celle d’action fédérale, en faisant admettre que l’offre sportive des clubs et des fédérations est en elle-même la réponse au besoin social attendu par les citoyens.

La référence au service public complémentaire de l’univers fédéral

13Face au système de valeurs et au principe de fonctionnement de cet univers fédéral, la référence à l’intérêt collectif et au service public est présente, en France, depuis le début des années soixante. Elle est celle qui explique les prises de position et les actions des élus politiques et des agents de l’État. Bien entendu cette référence majeure est reprise par d’autres acteurs du sport, dès lors que leur propre intérêt rejoint celui des pouvoirs publics. Les valeurs mises en avant sont proches de celles de l’univers fédéral et se situent donc aussi dans le « monde civique ». La différence essentielle est l’ancrage national de la dimension communautaire. En quelque sorte le sport est d’abord français et ne devient mondial que par nécessité de confrontation avec d’autres peuples. Pour les pouvoirs publics, il est d’intérêt collectif puisqu’il concerne la représentation de la nation, la citoyenneté, la formation, la santé, etc. On peut donc lui attribuer un rôle de service public sans préciser quel service chaque fédération doit fournir. Car la notion de service public n’est pas facile à définir.

14En France, elle a certainement une connotation plus affective et sociale que dans d’autres pays. C’est pourquoi, on lui attribue un double sens : l’organisme qui produit un service d’intérêt général, ou la mission d’intérêt général confiée à un organisme. Dans le premier sens, on met l’accent sur le statut et le responsable, et on risque la confusion avec la notion de secteur public (certaines banques, par exemple, peuvent appartenir au secteur public, c’est-à-dire être contrôlées statutairement par l’État, sans assumer une fonction de service public). Dans le second sens, on met l’accent sur la mission et le destinataire, et on risque la confusion avec la notion de service non marchand assimilé à l’idée de gratuité ou de coût minimisé à l’extrême. Le sport fédéral, régi officiellement par des associations libres, relèverait plutôt du second cas (l’article 16 de la loi du 16 juillet 1984 attribue aux fédérations une mission de service public), mais les obligations locales d’intérêt général n’ont jamais été réellement précisées.

15De fait, les fédérations sont à la fois privées et publiques, ce qui les met à l’abri des options gouvernementales, tout en leur conservant une situation de monopole. Deux facteurs semblent expliquer la stabilité de leur statut et de leur mission depuis les années soixante (période faste du rôle de l’État par voie directe ou par délégation de mission). D’une part, les fédérations sportives, regroupées au sein du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), sont perçues comme une forme de superstructure à monopole naturel : pourquoi aider d’autres organismes alors que le système fédéral est là ? Pourquoi remettre en cause un modèle qui fabrique tellement de symbolique que même le sport international hautement commercialisé est encore géré selon ce modèle ? D’autre part, les fédérations sportives se moulent à la perfection dans le modèle français de la puissance publique à la fois centralisatrice et protectionniste : pourquoi remettre en cause un modèle qui produit des normes de comportement (effort, morale, réglementation, etc.) conformes aux attentes des responsables d’un État ?

16C’est ce qui explique que le pilotage du sport fédéral par l’État a eu pour conséquence de créer une culture de service public au sein du mouvement sportif. Ainsi, une représentation de l’État à la fois protecteur et responsable est présente à plusieurs niveaux : chez les dirigeants fédéraux nationaux qui attendent de l’État les moyens humains et matériels de représenter la France ; chez les cadres techniques qui ont créé un système d’éducation sportive dont les « éducateurs » doivent être certifiés par l’État ; chez les responsables politiques locaux qui, imaginant le sport réglementé comme une solution très adaptée aux problèmes d’éducation, de socialisation et citoyenneté, de santé, etc., financent une grande partie des coûts de pratique (installations, subventions).

17Pour ce qui concerne le haut niveau sportif, c’est la notion de représentation nationale qui explique l’action des pouvoirs publics : les résultats internationaux positifs seraient le signe évident de la grandeur nationale. Cette ambition a réellement pris de l’importance lorsque la rivalité internationale entre pays socialistes et pays occidentaux incita les États à intervenir dans le domaine sportif. Dans les pays « socialistes » le sport est alors normalement étatisé et souvent inscrit comme priorité dans les Constitutions. Dans les pays à économie libérale ou mixte, le sport devient une préoccupation gouvernementale et reçoit des aides multiples. Malgré la réalité politique, qui a montré depuis que les victoires sportives internationales n’étaient pas corrélées positivement avec le développement social, culturel, économique et politique d’une société (cf. la RDA, la Roumanie, la Chine et même le cas français avec des résultats sportifs flatteurs – nombreuses médailles aux J.O. de 1996, victoire en Coupe du monde de football en 1998 – dans une période marquée par des déséquilibres sociaux importants : chômage, drogue, violences urbaines...).

18Malgré ce constat, la représentation nationale dans les championnats régis par le système fédéral ou le C.I.O. reste une priorité pour les gouvernants français. Il est donc logique que les composantes de l’univers fédéral soient respectées et prises en compte comme références dans la définition des actions publiques, avec toutefois la volonté de privilégier la représentation nationale avant la communauté sportive internationale. Les dimensions culturelles, éthiques et émotionnelles du sport normalisé et réglementé par les fédérations internationales et nationales restent au centre des discours et des interventions du Ministère chargé des sports. Elles sont contenues dans la notion « d’exception sportive » que la ministre de la Jeunesse et des Sports défend publiquement en 1999.

19L’objectif est clair : le sport de haut niveau doit rester sous le contrôle du mouvement sportif (Fédérations nationales et Comité Olympique) agréé, contrôlé et aidé par l’État. Les stratégies mises en place depuis plusieurs décennies restent stables :

  • aides prioritaires des collectivités publiques aux organismes sportifs « représentatifs », c’est-à-dire les fédérations et les clubs ;
  • création et financement de filières d’accès à l’élite : sport-études, centres d’entraînement, puis maintenant pôles ; et soutien du sport de haut niveau : listes ministérielles de sportifs, contrats d’objectifs avec les fédérations, constructions d’équipements de prestige, aides en personnels ;
  • caution de l’État pour l’organisation de manifestations internationales,
  • maintien du monopole fédéral et refus d’une gestion séparée du sport professionnel.

20Le modèle dominant est donc celui du système fédéral contrôlé par les pouvoirs publics. Il est centralisé, avec des modalités pratiques imposées par des textes réglementaires et des financements publics, dont le maître d’œuvre est le Ministère chargé du sport, alors qu’une partie du sport de haut niveau se professionnalise.

Les références managériales du sport professionnel

21Dans le sport professionnel, les références mises en avant sont celles du spectacle et surtout celles du « télé-spectacle » (l’image diffusée) au détriment de la composante technique (la performance motrice réalisée). Les idéaux se situent dans le « monde marchand » et la concurrence est le moteur des actions entreprises. Si on reprend les composantes de l’univers fédéral, on observe ici des divergences notoires.

22La composante communautaire est minimisée à l’extrême. Elle n’est pas détruite trop vite pour que le public retrouve les références habituelles du sport fédéral. Mais, elle ne constitue pas la base des objectifs et des modalités de fonctionnement. Chaque sportif professionnel et chaque club professionnel agit d’abord en fonction de ses intérêts propres. Ce sont la notoriété et l’image individuelles qui sont privilégiées et non le partage et la coopération.

23Les deux composantes éthique et culturelle ne sont pas immédiatement rejetées. Pour les acteurs du sport professionnel, la symbolique du sport fédéral et olympique est une dimension à utiliser. D’ailleurs, la naissance du sport professionnel en France s’est réalisée dans le cadre des fédérations. Mais le sport professionnel, s’il a commencé par utiliser les manifestations fédérales (championnats), crée peu à peu ses propres manifestations pour les rentabiliser directement (tournois, meetings, masters, rallyes, courses-aventures, raids...). L’éthique et la culture fédérale tendent alors à être remplacées par les références à l’efficacité et l’originalité.

24La composante émotionnelle est présente quant à elle, mais sous une forme totalement remaniée. En effet, avec le développement du spectacle télévisuel, le sport fédéral est de plus en plus donné à voir comme un spectacle fétichiste. Le téléspectateur n’a nul besoin de code particulier pour le comprendre, puisque ce n’est pas l’essentiel de l’acte sportif (la composante technique comme signe de la transcendance de l’athlète) qui est transmis, commenté, magnifié, mais un spectacle. Le commentaire, peu enclin à l’analyse rigoureuse qu’elle soit technique, stratégique ou esthétique, est partisan. Il privilégie l’image des compétiteurs, mais une image arrangée pour coller à un particularisme construit autour d’une anecdote, d’un comportement passé, d’une histoire. Il s’agit de faire adhérer le public à une cause particulière, celle d’une vedette ou d’un club. Le compétiteur est envisagé comme un produit attractif par sa dimension symbolique, et la manifestation sportive ne peut être réussie que par la prise en charge des entrepreneurs de spectacle.

25Ce processus accorde un pouvoir important dans l’organisation du sport à des acteurs autrefois absents ou secondaires : les médias et spécialement la télévision, les sponsors et autres financeurs, les organisateurs de spectacles sportifs, les intermédiaires, les agences de marketing, les vedettes du sport professionnel, les téléspectateurs des chaînes cryptées.

26Si les acteurs prépondérants changent, les objectifs changent aussi puisque les références d’action ne sont plus les mêmes. Le sport professionnel vise l’instrumentalisation du système fédéral pour produire un spectacle, ce qui a pour conséquence, à chaque fois, la valorisation médiatique d’une manifestation sportive et non du sport en général. Mais cet objectif n’est pas le seul, il est accompagné d’un objectif nouveau : la rentabilisation des investissements financiers. Les stratégies mises en place sont alors conséquentes :

  • renforcer la valeur marchande de la manifestation en la présentant comme un spectacle exceptionnel. Pour cela, deux niveaux sont visés, celui des compétiteurs et celui de la manifestation par l’intermédiaire d’un marketing adapté. Au niveau des compétiteurs, une image spécifique est créée et développée soit pour l’athlète, soit pour le club (cas des sports collectifs) en utilisant, suivant les cas, l’esthétique (tenue personnalisée, coiffure, bijoux, colifichets, couleurs, etc.), l’érotisme (cf. le beach volley féminin), le psychologique (rôles de bon, de méchant, de fort, de râleur, de déviant social...), l’histoire personnelle (enfance difficile, ennuis permanents...), la légende (les « verts » de Saint-Étienne), etc. ;
  • occuper la place pour gagner la concurrence. Le système de l’exclusivité est absolu soit pour des contrats de retransmission télévisée, soit pour l’utilisation de l’image du champion ou du club, soit pour l’utilisation de la notoriété de la manifestation ;
  • développer des compétences entrepreneuriales de plus en plus sophistiquées, avec mise en place de logistiques d’accompagnement comme le « merchandisisme » (vente de produits identifiés à une vedette ou un club et servant à créer une forme d’idolâtrie renforçant la valeur marchande des champions) ou le marketing d’événements, etc.

27De ce fait, les principes de fonctionnement diffèrent puisque le droit du travail (contrats, métiers, fiscalisation, etc.) est prioritaire par rapport aux réglementations sportives, puisque les succès sportifs sont perçus comme une plus-value financière, puisque le nombre de téléspectateurs, et donc les recettes, est plus important que la valeur technique de la compétition. Le système des compétitions (championnats avec qualifications) contrôlé par les fédérations nationales est remplacé par l’organisation de compétitions fermées : ligues professionnelles, meetings, circuits professionnels. Les admissions aux compétitions sont gérées par des accords contractuels plutôt que par le hasard ( !) des résultats sportifs conjoncturels. La hiérarchie des organismes employant des sportifs professionnels est stabilisée dans la durée : clubs professionnels, Team, Écuries, etc.

L’antinomie des logiques d’action du sport professionnel et des politiques publiques

28Après avoir mis en évidence les caractéristiques des références d’actions des acteurs publics d’une part, des acteurs du sport professionnel d’autre part, il est possible d’analyser maintenant les oppositions fondamentales.

29Le premier constat est que la logique publique utilise les mêmes valeurs que l’univers fédéral, alors que le sport professionnel s’en démarque fortement. Le mode de sport qui a été développé par les fédérations et le système olympique a été repris comme modèle par les pouvoirs publics pour développer une politique sportive. Cette concordance a été rendue facile par la présence d’un objectif commun : la représentation nationale par champions interposés, même lorsque les champions sont des professionnels. Mais pour cela, les collectivités publiques adoptent le principe du lien indissociable entre le fonctionnement du sport professionnel et le fonctionnement du sport de masse. En considérant qu’il n’y a qu’un degré quantitatif et non une rupture fondamentale entre les valeurs véhiculées par le sport amateur de haut niveau et le sport professionnel, elles engagent un pari, celui d’adopter comme base politique de leur action l’idée d’une « exception sportive » dans le domaine du sport international professionnel. Dans cette position, existe l’acceptation que le sport de compétition professionnel représente in fine une valeur d’intérêt général et de bien public au point qu’il doit être contrôlé par les pouvoirs publics, parce qu’il ne serait qu’une forme extrême du sport fédéral.

30Cette position est la conséquence des modalités d’apparition et développement du sport professionnel en France et en Europe. En effet, c’est au sein même du sport fédéral que le professionnalisme a été créé. Il commence au moment où les spectateurs, troisième acteur d’une manifestation sportive, deviennent ceux qu’il faut considérer en premier. Tant que les sportifs mettent en priorité leurs performances ou celles de l’adversaire, la composante motrice et technique, interne au sport en quelque sorte, est la référence constitutive. Dès que les spectateurs deviennent l’intérêt premier, la référence constitutive du sport change. C’est le spectacle qui est prioritaire, et pour le mettre en valeur il faut du temps, tout son temps, soit comme compétiteur, soit comme organisateur. Le professionnalisme devient inévitable. Certes, on a connu longtemps des organisateurs « amateurs » contrôlant des sportifs professionnels, comme dans le football et le cyclisme. Mais il s’agissait d’un professionnalisme artisanal et alimentaire, alors qu’avec l’accentuation de l’importance du télé-spectacle, c’est un professionnalisme d’investissement et de plus-value qui s’est développé. Ce processus n’est pas dû seulement aux acteurs commerciaux extérieurs au système fédéral et olympique, il est le produit du système lui-même. En effet, sans la mise aux enchères des droits télévisés et la recherche des contrats de sponsorisme les plus avantageux financièrement (quels que soient l’objectif et le profil du sponsor), les fédérations et le Comité International Olympique (C.I.O.) auraient pu conserver sans difficultés ce qu’ils considèrent être leur éthique du sport. Car, c’est bien le C.I.O., (et avant lui certaines fédérations en ce qui les concernait), qui a gommé de la Charte olympique le terme « amateur » pour accueillir les sportifs les plus notoires. Ce qui a permis ensuite de vendre au plus offrant soit les droits de retransmission télévisée des J.O., soit l’image de l’emblème olympique (les anneaux). Si le mouvement olympique avait respecté ce qu’il tend à faire admettre comme une exception sportive, c’est-à-dire une activité humaine non tributaire d’enjeux économiques, il lui suffisait de ne pas entrer dans le principe de la plus-value financière attachée à un spectacle, et d’accepter le principe de seulement rentabiliser l’effort sportif à son coût « normal ». Ce n’est pas la voie qui a été choisie puisque la composante spectaculaire des compétitions est devenue le support du développement médiatique et de la concurrence, modifiant l’ordre des valeurs dans le sport.

31Ainsi, le sport professionnel, qui utilise au départ les manifestations construites par l’univers fédéral (Jeux olympiques, Championnats du Monde, rencontres internationales, championnats nationaux de l’élite), repose sur un autre système de valeurs : la composante communautaire s’efface devant la référence au particulier (athlète ou club) et la composante émotionnelle est utilisée dans sa dimension spectaculaire pour banaliser les repères et satisfaire les foules dans un but de profit économique. En multipliant les compétitions pour « prendre rang » dans la concurrence médiatique entre fédérations et en exacerbant la valeurs des champions et des records, le système fédéral a produit le principe du sport dans lequel l’athlète ou le club est considéré comme devant atteindre à tout prix la notoriété. De ce principe, a surgi le « métier » de sportif de haut niveau qui, dès que les conditions économiques le permettent, se transforme en profession. Les acteurs commerciaux profitent à l’évidence de cette évolution et tendent à la renforcer parce que leurs intérêts rejoignent ceux des premiers intéressés : les vedettes et les clubs professionnels.

32Cette divergence d’idéaux est à la base d’objectifs et de stratégies différents comme on peut le constater lorsqu’on observe les problèmes de fonctionnement apparus dans les années quatre-vingt-dix, qui opposent entre eux les sportifs professionnels, les clubs utilisant des joueurs professionnels, et les fédérations.

33La prise de pouvoir des joueurs de tennis en 1991 (à l’image de ce qui existait pour le golf) par l’intermédiaire de leur syndicat, l’ATP, qui organise depuis l’ensemble des tournois du circuit professionnel sans le contrôle de la fédération internationale, est un exemple marquant de l’évolution en cours. Ce sont les joueurs professionnels et des organisateurs privés qui gèrent le « spectacle tennis » sans qu’il soit possible d’affirmer que ce sport ait perdu son « éthique ». On constate un processus similaire dans les circuits professionnels de la plupart des « nouveaux » sports qui intègrent la compétition dans leur développement (surf et snowboard en sont les exemples les plus marquants). De même, lorsque la fédération internationale d’athlétisme s’associe avec une agence de marketing et un sponsor mondial pour organiser un circuit de meetings, elle entérine le principe de manifestations spectaculaires pour lesquelles les vedettes médiatisées sont invitées, en dehors de tous critères fédéraux (sélection nationale, qualification, etc.).

34L’arrêt Bosman du 15 décembre 1995 de la Cour de justice des Communautés Européennes, relatif au quota d’étrangers et à la circulation des joueurs dans l’espace européen, consacre la liberté contractuelle des joueurs professionnels de sports collectifs, en ne considérant pas que le sport est une activité différente des autres, au sein de laquelle une réglementation restrictive pourrait exister. Un autre exemple récent de la logique commerciale s’opposant à la logique fédérale a été donné en 1998 par la tentative des « grands clubs » européens du football professionnel de créer une « Super ligue » privée, dans laquelle ils seraient assurés de participer pendant au moins 3 ans. La mise en échec du projet a été obtenue par l’Union Européenne de football en acceptant de privilégier dans ses Coupes d’Europe les « grands clubs », c’est-à-dire ceux possédant les plus gros budgets et pouvant attirer les médias, les sponsors, les annonceurs et les contrats. On peut rappeler également les oppositions entre l’Union Européenne et la Fédération internationale de football pour, à travers le développement de manifestations (Coupe du Monde des nations contre Coupe d’Europe des clubs), récupérer les retombées économiques du spectacle football. On peut aussi mentionner les processus commerciaux développés par les villes candidates pour l’organisation des Jeux olympiques.

35Ce ne sont là que quelques exemples parmi les nombreuses oppositions qui se développent entre système fédéral et clubs ou athlètes, tous motivés par l’envie de conquérir la liberté d’organiser leur propre carrière en vue de bénéficier des retombées financières (contrats par les athlètes ou les clubs contre contrats par les fédérations pour les droits télévisés ou les sponsorisations). Cette antinomie entre les « valeurs » constitutives de l’univers fédéral et celles du modèle professionnel est telle qu’on assiste régulièrement à des procès judiciaires entre acteurs se référant à des idéaux divergents. L’exemple opposant une judoka belge à sa fédération est démonstratif de cette rupture entre deux logiques d’action irréductibles l’une à l’autre. Le recours de Christelle Deliège, judoka belge, devant la Cour de justice de l’Union Européenne, contre la réglementation sportive exigeant une sélection de la fédération nationale pour concourir dans une compétition internationale, vise à éliminer le principe des représentations nationales (quotas par fédération) au bénéfice de la seule valeur des athlètes. La judoka accuse ainsi les instances fédérales de ne pas lui avoir permis d’obtenir la notoriété que sa valeur intrinsèque, au vu de la concurrence internationale, lui aurait permis d’obtenir (et de la monnayer ensuite). Si la Cour européenne lui donnait raison (jugement prévu au printemps 1999), le pouvoir des fédérations s’effacerait immédiatement devant le pouvoir des athlètes, puisque ce serait le niveau de performance intrinsèque de chacun qui devrait être pris en compte pour être retenu dans les compétitions internationales et non la sélection par fédération.

Conclusion

36Sans la protection légale et réglementaire assurée en France par l’État qui défend le monopole fédéral, et sans la reconnaissance, encore de fait à la fin du xxe siècle, accordée par les États aux instances internationales du sport que sont les Fédérations sportives internationales et le Comité International Olympique, les acteurs du sport professionnel auraient acquis leur autonomie. Mais en dehors de la lutte d’influence que peuvent se livrer les acteurs du sport professionnel et les fédérations, l’analyse de la situation montre qu’une séparation s’établit entre sportifs de haut niveau et sportifs professionnels. Ces derniers bénéficient des lois du marché qui leur assurent revenus et notoriété. Par contre les sportifs amateurs de haut niveau ne bénéficient que d’aides modestes et perdent peu à peu l’accès à la notoriété nationale et internationale. Le champion ne retient l’attention que des spécialistes de son sport ou d’un public restreint composé de dirigeants, de journalistes et de passionnés du sport. Il est peu présent dans les médias et peut de moins en moins servir les objectifs de notoriété qu’en attendent les collectivités publiques.

37Face à cette évolution, de nombreux dirigeants sportifs, et parfois politiques, parlent de crises ou de dérives, alors qu’il s’agit de la conséquence de deux logiques de fonctionnement antinomiques. Les stratégies des fédérations, relayées par certains gouvernements, consistent à tenter de sauvegarder le principe des représentations nationales d’une part, et à maintenir d’autre part un contrôle sur les sportifs et les clubs professionnels. Inversement, les stratégies des acteurs du sport professionnel consistent à obtenir une autonomie totale pour organiser des manifestations sportives dont la référence première est la notoriété, et ceci en répartissant des rôles de vedettariat entre un nombre limité de compétiteurs. Les conflits sont nombreux parce qu’on est en présence d’une lutte d’influence pour acquérir ou conserver le pouvoir de décision et in fine bénéficier des retombées financières. L’évolution en cours ne soulève pas des problèmes d’adaptation des fédérations, elle met en évidence une rupture complète avec les principes de fonctionnement de l’univers fédéral.

38Si la logique professionnelle s’impose, ce sont les athlètes et les clubs qui seront porteurs de notoriété. Il deviendra difficile aux collectivités publiques de s’associer à cette notoriété non « rattachée » à un territoire. Seules quelques grandes villes, dont un club professionnel portera le nom, pourront bénéficier des retombées médiatiques. Quant aux États, et aux Régions qui s’associent depuis une décennie au soutien du sport de haut niveau, ils doivent réellement se poser la question de leur politique sportive du sport de haut niveau. Car, au vu des « valeurs » sociales dominantes dans la société française et européenne de la fin du xxesiècle, qui sont celles du profit, de la satisfaction urgente, de l’individualisation, il paraît inévitable de voir se développer, au cours des prochaines décennies, un autre modèle sportif que le modèle communautaire fédéral.

Bibliographie

Bibliographie

AMAR M., Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rebellions 1944-1958, Grenoble, P.U.G., 1987.

AMBLARD H., BERNOUX P., HERREROS G. et LIVIAN Y.-V., Les nouvelles approches sociologiques des organisations, Paris, Le Seuil, 1996.

ANDREFF W., NYS J.F., L’économie du sport., Paris, P.U.F., 1994, collection « Que sais-je ? ».

AUGUSTIN J.-P., GARRIGOU A., Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux, Le Mascaret, 1985.

BAILLON J., CERON J.-P., L’essor du golf. Un parcours à risque, Grenoble, P.U. G, 1991.

BERNOUX P., La sociologie des organisations, Paris, Le Seuil, 1985.

BOLTANSKI L., THEVENOT L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

BOURG J.F., GOUGUET J.J., Analyse économique du sport, Paris, P.U.F., 1998.

CALLÈDE J.-P., L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987.

CHAPPELET J.L., Le système olympique, Grenoble, P.U.G., 1991.

CHAZAUD P., Le sport dans la commune, le département et la région, Paris, Dunod, 1989.

CHIFFLET P., The Supply of Sports in France, from Centralisation to Division, in Sociology of Sport Journal, vol 12, n° 2, juin. Human Kinetics Publishers, Inc. Champaign, 1995.

, Valeurs sportives et stratégies organisationnelles, in Management et sport, Lausanne, Comité International Olympique, 1996.

CLÉMENT J.P., DEFRANCE J., POCIELLO C., Sport et changement culturel au XXe siècle, Grenoble, P.U.G., 1995.

Col. Sciences sociales et sport. États et perspectives. S.F.S.S. et Université de Strasbourg 2, 1988.

Col. Sport et changement social, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987.

CROZIER M., FRIEDBERG E., L’acteur et le système, Paris, Le Seuil, 1977.

EHRENBERG A., Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

Étude CNFPT, Les politiques des villes, Paris, 1992.

Étude CNFPT, Les services des sports des villes de plus de 5 000 habitants, Paris, 1990.

FRIEDBERG E., Le pouvoir et la règle, Paris, Le Seuil. 1993.

HERVIEU-LÉGER D., Les identités religieuses en Europe, Paris, La Découverte, 1996.

HONTA M., Politique(s) et administration(s) du sport de haut niveau en région : la territorialisation inachevée ? Thèse pour le Doctorat de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, 1999.

LAVILLE J.L., SAINSAULIEU R., Sociologie de l’association. Des organisations à l’épreuve du changement social, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

LE DÛ F., RENEAUD M., Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ? Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998.

LORET A., sous la dir. de, Sport et management. De l’éthique à la pratique, Paris, Revue EPS, 1995, 2ème édition.

MIÈGE C., Les institutions sportives, Paris, PUF, 1993, collection « Que sais-je ? ».

OLLIVIER B., L’acteur et le sujet. Vers un nouvel acteur économique, Paris, Desclée de Brouwer, 1995.

PAILLOU N., Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

RAMANANTSOA B., THIERRY-BASLÉ C., Organisations et fédérations sportives. Sociologie et management, Paris, P.U.F., 1989.

RENEAUD M., ROLLAN F., Tennis, pratiques et société, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995.

SAINSAULIEU R., L’identité au travail, les effets culturels de l’organisation, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, Dalloz, 1977.

WASER A.M., Sociologie du tennis. Genèse d’une crise (1960-1990), Paris, L’Harmattan, 1995.

YONNET P., Systèmes des sports, Paris, Gallimard, 1998.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search