Version classiqueVersion mobile

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 1. Conférences introductives

Sport de haut niveau associatif et sport professionnel, quelle frontière ? quelle complémentarité ?

Pierre Guichard

Texte intégral

1C’est vers la fin des années 1880 que les structures d’un sport amateur se sont mises en place avec l’établissement de règles de jeu et l’instauration de calendriers et de rencontres. L’organisation, au plan local, s’est faite selon un processus libéral par la classe dite dominante.

2Par contre, la gestion du sport amateur au plan national a été longue à s’établir.

3Ce sont les promoteurs des sports qui parvenaient, d’une manière générale, à en assurer l’autofinancement, essentiellement par le biais de cotisations et de dons.

4Une administration sportive s’est développée dans notre pays vers les années 1930, face à un mouvement sportif en crise confronté à des difficultés de croissance, une absence de démocratisation et déjà, la surenchère dans les sports professionnels. L’État est intervenu en mettant en place des institutions plus fortes et plus proches de la base. C’est ainsi que les premières fédérations sportives verront le jour, chargées de développer les pratiques sportives tout en sanctionnant celles considérées comme contraire à l’intérêt général : le professionnalisme et la violence par exemple. Un système de subvention se mettait en place, les reconnaissances d’utilité publique étaient attribuées.

5Quelque 120 ans plus tard, le modèle français aboutissait à la reconnaissance d’une centaine de fédérations sportives délégataires, représentatives de quelque 130 000 associations, plus de 12 millions de pratiquants licenciés animés par environ 2 millions de bénévoles. Mais, tout ce parcours a été marqué par l’étroitesse des relations entre les sportifs, les spectateurs, les médias et le monde économique.

6Certaines disciplines ont attiré le public dès leur origine. La presse les a accompagnées. Au début du siècle, une dizaine de journaux étaient spécialisés dans le cyclisme. Cette dynamique a été exploitée par les directeurs des journaux mais aussi les gestionnaires de stades ou d’événements sportifs.

7L’imbrication entre le sport, les hommes d’affaires, les notables et les clubs date de la Troisième République. Dans l’excellent rapport de recherche pour le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) de décembre 1996 intitulée « Pratiques, spectacles et professionnalisme de sports » on peut lire :

« le Paris-Rouen créé par le Vélocipède Illustré a permis de consacrer un coureur anglais, James Moore, qui utilise une machine spécialement préparée par le constructeur J. Suriray pour ce type d’épreuve. Inventeur du roulement à billes, puis de la roue libre, Suriray s’aide du champion Moore pour vendre des bicyclettes. Les enjeux économiques sont tels que les coureurs et leur entourage sont payés pour préparer les courses qui attirent de plus en plus de spectateurs. Tous les moyens sont bons pour s’assurer du succès (prise de produits pharmaceutiques, coups bas à l’adversaire, tricherie...). »

8Lors du Paris-Clermont-Ferrand, la Maison Dunlop lance un procès à Michelin en l’accusant d’avoir fait placer des clous afin de montrer la facilité de réparation de leurs pneumatiques.

9En 1890, en Europe, les grandes équipes de football étaient très souvent dirigées par de puissants patrons du monde des affaires qui offraient parfois aux meilleurs éléments des conditions d’entraînement telles qu’on pouvait quasiment les assimiler à des sportifs professionnels.

10Certaines entreprises attachent leur nom à des équipes. D’autres utilisent le sport pour promouvoir leur nom. Différents exemples sont cités.

11Dans certains événements sportifs, les spectateurs peuvent parier sur un concurrent afin de rendre le spectacle plus prenant. Le pari mutuel est instauré en France en 1868. C’est un véritable succès.

12C’est la croissance des clubs sportifs, au niveau local, qui les a incités à revendiquer la possibilité de gérer librement leurs disciplines. Des formules interclubs, inter-régionales se sont mises en place avec des règles sportives souvent proches de celles qui existent aujourd’hui. Une autorité reconnue a été nécessaire pour les faire respecter, pour désigner des arbitres, pour homologuer des résultats, pour sanctionner. Les comités départementaux et régionaux se développèrent avant les fédérations nationales. Le développement des rencontres internationales a posé la question de l’harmonisation des règles. Il a fallu plusieurs dizaines d’années pour reconnaître différentes instances internationales, notamment pour le football, le rugby, le cyclisme.

13Il a surtout fallu régler deux questions essentielles. La question de l’amateurisme et la reconnaissance d’instances internationales par les cinq continents.

14Les structures d’un sport amateur se mettent en place vers 1880 alors que déjà le sport a commencé à s’organiser. En 1888, le Baron Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux olympiques, crée le Comité pour la Propagation des Exercices Physiques dans l’Éducation. L’Union Sportive Française des Sports Athlétiques (USFSA), créée en 1889 par Georges de Saint Clair, proche collaborateur du Baron, exclura les professionnels. Mais l’USFSA n’a pas les moyens de sa politique et elle lutte pour une cause qui est loin de faire l’unanimité dans le milieu sportif : l’amateurisme. Pour garder son influence sur les sports qui se sont structurés, l’USFSA fait des concessions et reconnaît différents groupements professionnels. En 1896, elle est contrainte de signer un traité avec l’Union vélocypédique de France établissant les conditions dans lesquelles les compétitions « amateurs » et « professionnelles » doivent se dérouler. Pierre de Coubertin s’emploie surtout à obtenir la reconnaissance des pouvoirs publics. L’USFSA est reconnue d’utilité publique par l’État en 1912 mais elle a peu de moyens pour éviter la formation de groupements dissidents. De 1920 à 1925, 12 fédérations sont créées.

15Cette période est marquée par un renforcement de l’État et une autonomisation du sport spectacle. Des relations existent entre les deux mondes mais des fonctionnements indépendants s’installent. Entre 1920 et 1940 de nombreux dirigeants sportifs réaffirment leur position contre le professionnalisme, interdisent la rémunération des athlètes mais acceptent les remboursements de frais. C’est le début d’une longue période où règne l’amateurisme marron alors que l’amateur était défini comme « celui qui pratique le sport ou participe à des compétitions par amour du sport, sans recevoir pour sa participation un prix en espèces ou une rétribution et sans en tirer ou chercher à en tirer moyens d’existence ».

16Le pouvoir fédéral s’en est trouvé renforcé mais des circuits parallèles se sont développés avec la participation d’athlètes radiés. Les exhibitions se sont multipliées.

17Les dirigeants fédéraux étaient partagés, certains étant favorables au professionnalisme.

18Après la Libération, la part de l’État ne fera que croître dans le domaine de l’éducation physique et sportive. Le Conseil National des Sports sera la structure favorisant le dialogue avec le mouvement sportif, à l’image de ce qui se fait aujourd’hui avec le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). Les fédérations sportives utilisent la délégation de pouvoir pour asseoir une légitimité et garder le contrôle du sport de haut niveau qui à tendance à leur échapper au fur et à mesure que les profils engendrés par le spectacle sportif attirent des partenaires privés qui se positionnent en concurrents.

19Les fédérations productrices d’audiences ont renoncé à protéger et à maintenir la pratique dite amateur. Cette situation à quelques nuances près, est aujourd’hui étendue à l’ensemble du sport national et international.

20Cet historique, admirablement développé par Anne Marie Waser et Bernard Allain, sous la direction de Monique de Saint Martin, nous amène naturellement à nous interroger sur les définitions du sport ou sportifs dits « amateurs » ou « professionnels » et, sans doute, sur cette nuance du sport dit « spectacle ».

21Doit-on être considéré comme un professionnel uniquement si l’on bénéficie d’un statut de joueur professionnel, si un lien de dépendance est constaté avec l’employeur, si l’on tire un profit pour une participation sportive ? Oui, mais dans ce cas, que dire de certains sportifs qui tirent des ressources substantielles souvent d’origines différentes (clubs, État, collectivités, sponsors), sans entrer dans la première catégorie ? ou de tel autre totalement « détaché » par son administration ou son employeur puisqu’il bénéficie d’une convention d’emploi de sportif de haut niveau et qui aura par ailleurs d’autres ressources ?

22Alors, la définition dépend-t-elle du lieu de pratique ? On serait l’un ou l’autre en fonction du fait que l’on appartiendrait à une association loi de 1901 ou à une structure ayant un statut professionnel ? Nous pouvons constater aujourd’hui, comme par le passé, que certains sportifs de haut niveau ont des ressources bien plus importantes que certains professionnels.

23Ou bien l’amateurisme concerne-t-il uniquement le secteur géré par les bénévoles ?

24Nous ne nous étendrons pas sur la récente notion de sport « promotionnel » qui ne concerne que quelques centaines d’athlètes et qui varie d’un sport à l’autre et qui voudrait être un trait d’union entre l’amateurisme et le professionnalisme.

25Le professionnalisme peut-il se définir comme la fin d’un processus qui a abouti non seulement à un autofinancement de la pratique mais aussi à la généralisation de recettes, de gains ainsi qu’à l’organisation des joueurs en syndicats ou d’unions autonomes par rapport aux fédérations, aux organisateurs et sponsors afin d’obtenir la maîtrise de l’activité ?

26Dans la terminologie, la notion de « sport amateur » semble être remplacée par celle du sport de « haut niveau ». Dans les deux cas, il est fait référence à l’excellence sportive, qu’il s’agisse des athlètes qui ne sont que quelques milliers, ou des compétitions de référence, et des méthodes de préparation.

27La notion de sport de haut niveau est apparue dans les années 1960 avec la mise en place de la « Délégation générale à la préparation olympique », dirigée par le Colonel Crespin. Il s’est agi d’un investissement lourd de l’État pour compenser la faiblesse de la préparation constatée dans les fédérations : les résultats des Jeux olympiques de Rome sont restés un événement marquant.

28La loi Mazeaud de 1975 fait apparaître les premières bases juridiques avec la prise en compte par l’État de la qualité d’athlète de haut niveau, avec les premières notions de promotion sociale et la création du Fonds National d’Aide aux Sportifs de Haut Niveau qui deviendra le FNDS.

29La circulation de plus en plus importante de l’argent a amené le Comité International Olympique (CIO) à modifier la charte olympique dans les années 1970-80, au point que le terme « amateur » finira par disparaître.

30La loi Avice de 1984 stipule que

« le développement des activités physiques et sportives et du sport de haut niveau incombe à l’État et au mouvement sportif, avec le concours des collectivités territoriales, des entreprises, de leurs institutions sociales. L’État, en liaison avec le mouvement sportif assure au sportif de haut niveau les moyens de se perfectionner dans sa discipline et veille à son insertion professionnelle ».

31La loi de 1992, parallèlement à des mesures d’ordre social et fiscal, confie à la Commission Nationale Sport de Haut Niveau (CNSHN) le soin d’élaborer une charte du sport de haut niveau fondée sur les règles déontologiques des sportifs de haut niveau.

32C’est ainsi qu’un dispositif considéré aujourd’hui comme un véritable modèle par de très nombreux pays étrangers, s’est mis en place avec notamment :

  • la reconnaissance des sports et des sportifs de haut niveau avec des compétitions de référence ;
  • des filières de haut niveau assurant la permanence, l’équilibre, la rigueur, la cohérence.

33Le dispositif du sport de haut niveau français est très attentif à l’insertion sociale des athlètes en offrant des conditions de formation et d’intégration sociale.

34Ce qui précède prouve l’étroite relation, son inter-pénétration confuse entre les deux sphères.

35La loi fait d’ailleurs, tout à la fois, référence aux sportifs et au sport de haut niveau ainsi qu’au professionnalisme. C’est aussi un sujet de réflexion : l’un ne peut pas être l’autre ou l’un est-il l’autre ?

36Sport associatif et sport professionnel : quelle frontière ? quelle complémentarité ?

37Comme nous l’avons démontré, l’intervention des pouvoirs publics a été nécessaire pour plusieurs raisons.

38La situation économique du secteur professionnel a amené le législateur à prévenir les dérapages en incitant les clubs à mieux se structurer et les fédérations à exercer un meilleur contrôle sur ceux-ci. C’est ainsi que, d’une manière générale, une tendance se dégage pour maintenir la gestion du sport professionnel sous l’égide des fédérations.

39Il était important d’assurer la représentation nationale, sachant que le sport professionnel regroupe l’élite sportive. Or, celle-ci est le vivier des équipes nationales. À ce niveau, il est essentiel que l’État conserve une maîtrise suffisante du système, en laissant au pouvoir fédéral une autorité suffisante sur le secteur professionnel. C’est ainsi que les « ligues professionnelles » sont mises sous l’autorité rapprochée de la fédération (article 20 du décret N°85 236 du 13 février 1985 modifié relatif aux statuts types des fédérations sportives). Le dispositif s’applique aux fédérations gérant un secteur professionnel et délivrant une licence professionnelle mais d’autres ont adopté volontairement cette « structuration » (Fédération Française de Basket-Ball, Fédération Française de Volley-Ball).

40Des dispositions sont prises en ce qui concerne la législation et la moralisation de la profession d’intermédiaire du sport : cette activité est reconnue, définie ainsi que les conditions de son contrôle. Certaines fédérations, comme la Fédération Française d’Athlétisme (FFA), ont adopté un régime plus contraignant que celui en vigueur au niveau national.

41Rappelons que les règles de compétitions amateurs ou professionnelles sont, d’une manière générale, édictées par le pouvoir sportif international et respectées sur le territoire national par le contrôle des fédérations.

42Il est constaté, au quotidien, que le sport associatif joue un rôle majeur dans le développement de la pratique du sport dans le pays, état et collectivités locales l’ayant favorisé.

43Dans les clubs, généralement utilisateurs d’équipements municipaux, on passe de l’initiation à différentes formes de pratiques spécialisées sous l’autorité d’éducateurs brevetés d’État, formés par celui-ci et le mouvement sportif, clubs dirigés par des bénévoles.

44Tout un dispositif est mis en place pour assurer un perfectionnement par le biais des filières de haut niveau, précédemment citées, avec le soutien et l’intervention de l’État, des fédérations nationales et, de plus en plus souvent, des collectivités. Je n’omettrai pas, bien sûr, de citer les centres de formation de certains clubs professionnels.

45C’est, en règle générale, l’élite de ces sportifs de haut niveau qui, dans la majorité des cas, alimentera les clubs professionnels. Ce sont ces mêmes sportifs professionnels qui composeront, dans bien des cas, nos différentes équipes nationales.

46Au regard de ce qui précède, on pourrait effectivement continuer à se poser la question de savoir si la pratique amateur aura fait le sport professionnel ou si ce dernier n’aura pas produit la première ?

47Nous pouvons constater qu’un jeu de rôle aura installé l’interrelation suivante :

  • les entreprises de spectacles ont à concilier les intérêts des spectateurs, des téléspectateurs, des entreprises qui sponsorisent le sport, des annonceurs et des acteurs que sont les athlètes ;
  • les agents des sportifs sont dans une logique de rentabilisation des joueurs en terme aussi bien de moyens financiers que d’image ;
  • les sportifs, quel que soit leur statut, se battent pour une amélioration de celui-ci ;
  • le pouvoir fédéral a le devoir de développer sa discipline et de défendre les règles et, bien sûr, de veiller à l’intégrité des sportifs.

48Chacun, en interne, mais aussi dans l’inter-relation, est dans une situation de conciliation. Cette conciliation peut amener à des concessions lourdes de conséquences. Je citerai, à titre d’exemple et sans développer ce chapitre, la surcharge des calendriers sportifs toujours pour de bons motifs, avec ses conséquences sur le dopage.

49Dans les années 1980, avec l’arrivée de la télévision, une transformation des disciplines les plus télégéniques est constatée avec une recherche du spectaculaire, du rôle prééminent du commentateur.

50Le sport doit devenir un spectacle pour capter son public. Le système fédéral tente, avec des succès divers, de devenir télégénique. Une conciliation est recherchée entre le pouvoir fédéral garant des principes éthiques et de la représentation nationale tandis que le secteur commercial est dans une logique de rentabilité économique. On peut constater aujourd’hui que la distinction entre amateurs et professionnels est abolie et les athlètes concourent aujourd’hui pour des titres et, s’ils le peuvent, pour de l’argent.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search