Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Chapitre 1. Conférences introductives

Les « configurations » sportives en Europe et le sport de haut niveau : premières analyses

Jean Camy

Texte intégral

1Les analyses que nous voudrions présenter ici correspondent au début d’un travail de comparaison entre les « systèmes sportifs » en Europe.

2Le concept de « modèle sportif européen », promu par la Commission Européenne, met en évidence, au-delà de différences entre les pays qui composent l’Union Européenne, un ensemble de points communs. Ceux-ci permettent de distinguer le sport de l’Europe occidentale de la forme qu’il présente en Amérique du Nord (ou plus exactement aux États-Unis d’Amérique), dans les pays « socialistes » ou bien dans les pays du tiers-monde. On pourrait ainsi retrouver dans ces pays le même ancrage fort dans la « société civile », qu’il s’exprime par une proportion élevée de pratiquants dans la population (50 % ou davantage) ou par le rôle majeur joué par les associations dans son organisation, les mêmes financements publics importants (de 15 à 40 %) mais jamais dominants (les ménages restent les premiers financeurs du sport), la même cohabitation d’acteurs économiques et sociaux aux statuts différents (associations, entreprises marchandes, services publics), souvent conflictuelle mais sans occultation d’aucun d’entre eux.

  • 1 Le concept de « configuration » joue un rôle majeur dans l’œuvre de Norbert Elias. Avec un sens dif (...)

3Cependant cette unité relative ne saurait cacher des différences qui reposent sur des histoires singulières. Nous voudrions présenter ici une première esquisse des « configurations »1 sportives qui ont peu à peu émergé dans ces pays.

4Nous identifierons tout d’abord quelques-uns des indicateurs qui permettent de les construire ; nous décrirons ensuite ce qui nous semble les caractériser en propre ; nous tenterons enfin d’en illustrer l’impact sur l’organisation nationale du sport de haut niveau.

I. Les éléments constitutifs des configurations sportives européennes

1. La dimension culturelle des différences sportives entre les pays européens

5Le sport revendique l’universalité à la différence des jeux traditionnels dont il est issu. Ceux-ci s’enracinent et se spécifient dans les communautés singulières qui les promeuvent. Pour sa part le sport se veut à la mesure de l’humanité tout entière, identique à lui-même sur l’ensemble de la planète. La normalisation des espaces et l’uniformité des règles apparaît moins comme l’expression d’une mise au pas que comme la revendication assumée d’une façon d’être exemplaire. L’idéologie d’une grande bourgeoisie triomphante et conquérante ne s’est pourtant pas inscrite de façon indifférenciée dans l’histoire des pays européens. Nés en Angleterre les sports modernes n’ont pas trouvé partout le même accueil.

6Les pays nordiques conservent encore la trace de la tradition suédiste et les gymnastiques y restent solidement implantées. L’Allemagne et les pays d’Europe centrale sont demeurés sensibles à l’esprit du « turnverein ». Quant aux pays du sud de l’Europe, le sport y est resté longtemps marginal tout comme les gymnastiques d’ailleurs.

7Davantage encore que la singularité des « cultures physiques » ce sont les formes de construction du lien social qu’elles génèrent qui caractérisent les différents espaces nationaux. L’associationnisme sportif prend des formes différentes en Allemagne, où, héritier du « turnverein », il rassemble la communauté locale toute entière, pratiquants et non pratiquants, et dans les pays nordiques où l’associationnisme volontaire et son corollaire, le bénévolat, représentent un véritable idéal social, que dans les pays du sud européens où la tradition associative est récente et peu développée. La spécificité française d’une citoyenneté affranchie de la communauté est également perceptible.

8Les avatars de l’histoire contemporaine, le nazisme et le fascisme d’abord, le communisme ensuite, ont fortement pesé sur les usages sociaux qui ont été faits du sport dans les pays concernés. Selon les cas il en reste, dans une perspective de rupture, une conception anti-étatique renforcée (cas de l’Allemagne), ou bien, sans évoquer vraiment une continuité, une confiance renouvelée dans les pouvoirs publics (cas de l’Espagne ou de la Grèce par exemple).

9Dans un travail comparatif remarquable, portant sur les sportifs de haut niveau de différents pays européens, Charles Suaud et Jean-Michel Faure ont mis en évidence les différences de statut des champions et leur inscription différente dans la société. Ils opposent ainsi le modèle « culturel » allemand pour qui l’excellence sportive est une modalité de l’excellence sociale, où le champion est l’expression du corps social, le modèle « politique » français pour qui le sportif est le produit d’un système éducatif public, le modèle « entrepreneurial » britannique ou suisse où le champion est d’abord un « self made man ».

2. La dimension politico-juridique des configurations sportives nationales

10Parmi les indicateurs que nous avons choisis pour caractériser cette dimension, j’évoquerai tout d’abord la présence du sport dans la Constitution du pays considéré. Trois pays européens, l’Espagne, la Grèce et le Portugal font mention du sport dans leur Constitution.

11On pourrait prendre en compte également l’existence d’une loi sur le sport. C’est ce que l’on observe par exemple en France, en Espagne, en Belgique, au Portugal et en Grèce.

12On peut enfin s’intéresser à la façon dont les états centraux s’investissent de façon directe dans la gestion du sport. L’existence d’un ministère dédié au sport caractérise la France (Jeunesse et Sports) et le Luxembourg (Éducation physique et Sports). Dans tous les autres pays le département ministériel qui gère le sport est rattaché à un grand ministère (Éducation, Culture, Intérieur, etc.). Les effectifs de fonctionnaires d’État constituent également un indicateur intéressant : on peut ici comparer les 6 000 fonctionnaires du ministère de la Jeunesse et des Sports français avec leurs vingt collègues britanniques ou leurs trois collègues danois.

13Évidemment l’organisation du sport dans les pays de l’Union européenne traduit en partie le degré de décentralisation que l’on y observe. Les pays à structure fédérale, comme l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni (depuis 1998), l’Italie, confient une grande part des responsabilités publiques en matière de développement et de gestion du sport aux régions et aux communes.

3. La dimension économique des configurations sportives nationales

14Pour caractériser les pays de l’Union Européenne d’un point de vue économique, nous prendrons d’abord comme critère la part du financement public dans l’ensemble du financement du sport. On peut voir grâce au travail réalisé par Wladimir Andreff sur le financement du sport en Europe, que parmi les pays de l’Union Européenne, le Danemark et la France sont ceux qui ont le plus haut niveau de financement public du sport. À l’inverse, le Royaume-Uni et l’Italie sont ceux où les financements publics sont proportionnellement les plus faibles.

15On peut également s’intéresser à la façon dont se répartissent les financements publics entre financements d’État et financements des collectivités territoriales. L’Allemagne et le Royaume-Uni sont les pays où la contribution relative des États est la plus faible par rapport à celle des collectivités territoriales. À l’inverse, l’Italie (à cause du système national de loterie) et la France sont ceux où la contribution relative des États est la plus forte.

16Le cas du Danemark est intéressant à commenter dans la mesure où il cumule le plus haut niveau de financements publics du sport en Europe et une très faible présence institutionnelle des pouvoirs publics (trois fonctionnaires rattachés au ministère de la Culture seulement pour gérer le sport au niveau de l’État danois). Cela montre que le seul critère du montant du financement public ne suffit pas pour caractériser un modèle sportif national mais qu’il faut aussi s’intéresser à la façon dont il accompagne et justifie un dispositif de contrôle administratif et politique.

II. « Systèmes sportifs » nationaux et « configurations sportives » dans les pays de l’union européenne

17La progressive professionnalisation du sport depuis le début des années soixante accompagnant une augmentation massive de la pratique, une diversification des formes de pratiques et une intégration symbolique sous le vocable du sport d’un nombre croissant d’activités physiques, s’est faite autour de trois pôles qui ont un poids différent selon les pays européens :

  • un pôle public, représenté par les états et par les collectivités territoria les. Il s’agit moins ici de souligner la part des financements publics dans le financement du sport que d’observer la façon dont les pouvoirs publics envisagent leur rôle dans le développement du sport. Ils considèrent que le sport est une affaire publique qui doit être largement déterminée par les États (ou par leurs substituts régionaux dans les pays à structure fédérale), voire que l’État doit être directement associé à sa mise en œuvre ;

  • un pôle marchand qui s’est renforcé lors des vingt dernières années autour du sport spectacle d’un côté et des loisirs et du tourisme sportif de l’autre. Ce pôle s’est développé dans les interstices créés par la croissance très forte de ces deux domaines. Les incertitudes stratégiques du mouvement sportif associatif et des pouvoirs publics à leur égard ont facilité ce mouvement. Le sport marchand dans sa forme spectaculaire s’est développé autour de quelques grands sports qui représentent à eux seuls l’essentiel de l’activité (football, formule 1, basket-ball, cyclisme, tennis...) il s’exprime de façon particulièrement vigoureuse dans les plus grands pays européens. Dans sa version touristique et de loisirs, le sport marchand s’est développé surtout autour des activités aquatiques et nautiques, du fitness, des sports d’hiver, des activités de pleine nature ;

  • un pôle associatif en évolution, c’est-à-dire s’adaptant de façon plus ou moins délibérée à plusieurs types de pressions s’exerçant sur lui :

    1. celle des membres dont le statut glisse de celui d’adhérents vers celui de consommateurs de plus en plus exigeants sur la qualité du service rendu, dans un contexte de concurrence accrue par le ralentissement de la croissance de la pratique.

    2. celle des autorités publiques, locales en particulier, qui rationalisent de plus en plus leur politique d’aide directe ou indirecte et imposent aux associations de justifier l’intérêt de ces aides pour satisfaire aux orientations politiques qui les légitiment.

18Les quinze pays de l’union européenne ont eu des histoires propres et présentent aujourd’hui des systèmes sportifs où la place des trois pôles que nous venons d’évoquer s’équilibre de façon différente. Ajoutons que le processus de professionnalisation (entendue au sens anglo-saxon de rationalisation) qui est présent partout oblige à reconstruire en permanence cet équilibre.

19Affrontés à ce défi commun mais différemment organisés pour y faire face, les pays de l’union européenne pourraient être décrits en référence à des ensembles dont ils se rapprochent plus ou moins.

  • une première configuration que l’on pourrait qualifier de « bureaucratique » où le secteur public, en particulier les États jouent un rôle essentiel dans la définition et la mise en œuvre de la politique sportive. La France nous servira d’exemple pour illustrer cette configuration ;

  • une seconde configuration pourrait être qualifiée d’« entrepreneuriale » c’est-à-dire que même si elle connaît un mouvement sportif associatif vigoureux et une participation publique non négligeable, c’est un processus de rationalisation et d’ajustement systématique à la demande qui structure l’offre. Cette demande n’est évidemment pas exclusivement, ni même principalement, marchande. Mais partout elle commande la reconstruction de l’offre. Le Royaume-Uni nous paraît illustrer parfaitement ce type ;

  • enfin une troisième configuration que l’on appellera « missionnaire » perdure en Allemagne avec une résistance forte d’un mouvement sportif associatif très profondément ancré dans la vie locale, qui connaît comme ailleurs une crise grave mais qui n’a laissé au marché qu’un espace d’expression relativement réduit et où la puissance publique, même si elle s’intéresse de plus en plus au sport, reste encore politiquement modeste.

20Comme on peut le constater, dans aucun de ces cas il n’y a de réponse laissant aux forces du marché un espace complètement ouvert. Mais la question essentielle est bien celle de la cohérence globale du système avec des effets centrifuges qui s’exercent dans les secteurs du sport spectacle, des loisirs et du tourisme sportif et, de façon moins aisément perceptible, dans un ensemble que nous avons appelé le sport auto-organisé. Il faut aussi évoquer les difficultés rencontrées par le mouvement sportif pour assurer la gouvernance du sport. Que ce mouvement soit représenté par le Comité international olympique (ou son émanation européenne les Comités olympiques européens) ou par les fédérations internationales (rassemblées dans les confédérations européennes) il semble rencontrer des problèmes insurmontables pour contrôler le sport professionnel désireux d’autonomiser ses profits, quand il ne se transforme pas purement et simplement en organisateur de spectacle. Par ailleurs, son intérêt pour les sports loisirs et pour le tourisme sportif a toujours été limité, laissant ainsi le champ libre aux entrepreneurs privés. Comme toutes les organisations missionnaires il répète inlassablement un message sans mesurer les changements à l’œuvre.

21Les enjeux de la commercialisation du spectacle sportif, comme ceux de l’intégration européenne, ont été sous-estimés voire ignorés. Une démocratie parfois approximative et des dirigeants fragiles déstabilisent encore plus ce mouvement. Même dans les pays où la tradition n’est pas à l’interventionnisme des pouvoirs publics, ceux-ci se montrent de plus en plus présents pour prendre en charge des problèmes comme par exemple celui du dopage. Communauté de problèmes et diversités des conditions et des formes d’organisation pour y faire face, telle pourrait être résumée la situation du sport européen.

III. Des configurations sportives aux systèmes du sport de haut niveau dans les pays de l’union européenne

22Nous avons privilégié jusqu’à présent l’analyse globale des systèmes sportifs. Ce type d’approche, s’il nous donne des informations utiles, ne garantit pas nécessairement le fait que les « sous-systèmes » qui les composent fonctionnent à l’unisson. Les « systèmes sportifs » nationaux, à l’image du sport dans les sociétés occidentales, voient cohabiter des institutions et, plus encore, des fonctionnements répondant à des préoccupations différentes. Même si l’unité du sport n’a jamais existé depuis l’apparition des sports modernes au Royaume-Uni, le terme « sport » a fini par recouvrir des modalités de pratiques relevant initialement de mouvements différents sinon concurrents (les « gymnastiques » par exemple) lorsque le mouvement sportif ne les a pas tout simplement absorbées (« sportivisation » de la gymnastique et des « arts académiques » par exemple). Cela conduit les analystes contemporains du sport à évoquer un phénomène de « diversification » des pratiques sportives qui correspond en partie au phénomène mentionné ci-dessus mais aussi au foisonnement d’initiatives innovantes quant aux nouvelles activités mobilisées (« nouveaux sports »). Cela correspond aussi à la diffusion du sport auprès de populations peu concernées jusqu’alors (femmes, personnes âgées, adultes de milieux populaires, etc.).

23Tout en sachant qu’il s’agit là d’une simplification sans doute abusive, nous avons regroupé les pratiques sportives contemporaines en quatre grandes catégories (nous excluons de notre analyse les pratiques « d’éducation physique » obligatoires dans les cursus scolaires) :

241) Tout d’abord ce que nous avons appelé le « sport spectacle » c’est-à-dire l’ensemble des pratiques qui font appel à la prestation de sportifs pour la plupart professionnels. Ce « sport spectacle » (que l’on pourrait aussi appeler « sport professionnel ») vit pour l’essentiel des ressources que génèrent ces manifestations, directement ou par l’intermédiaire des médias et des sponsors.

25Cette forme d’activité n’est pas nouvelle ; elle a été associée à la naissance du sport moderne dans sa dimension la plus populaire, même si le mouvement sportif associatif s’est construit contre elle, en s’efforçant de la disqualifier. Le changement tient à l’extraordinaire croissance de l’activité des médias, qui ont non seulement conservé mais mieux encore accru leur intérêt pour les spectacles sportifs, apportant des ressources sans cesse croissantes à cette activité. Le mouvement sportif associatif a beaucoup de mal à gérer cette croissance vertigineuse, hésitant entre rejet, désir de contrôle ou de substitution, à l’image du changement radical d’attitude du Comité International Olympique vis-à-vis du professionnalisme depuis une vingtaine d’années.

26L’énorme visibilité de cette catégorie d’activités sportives fait oublier la relative modestie de ce qu’elle représente dans l’économie du sport (moins de 10 % de l’ensemble des dépenses) et même de l’emploi sportif (environ 50 000 emplois en équivalent temps plein, soit à peine 6 à 7 % de l’ensemble des emplois de la branche sport) (toutes les données présentées sont extraites du rapport « Sport et Emploi en Europe », N. Le Roux et al, 1999.)

272) Nous avons appelé la seconde catégorie de pratiques sportives, le « sport de compétition ». Elle est directement l’héritière du sport moderne né dans les collèges anglais. Elle a été conçue à l’origine comme une forme d’éducation pour des jeunes gens appartenant aux classes dirigeantes. Elle s’est progressivement émancipée de cet objectif pour représenter une forme d’expérience sociale particulière, porté par un mouvement associatif très puissant et dont la réussite tient sans doute en partie aux ambiguïtés qu’elle entretient avec son origine éducative.

28La « crise », perçue comme telle en tout cas par la plupart des dirigeants sportifs, tient sans doute moins à ce que l’on évoque le plus souvent, c’est-à-dire une crise de l’associationnisme en général (crise démentie par les statistiques), qu’à la difficulté rencontrée par les mouvements sportifs associatifs nationaux pour se situer par rapport à d’autres acteurs du sport, les entrepreneurs de spectacles ou de loisirs sportifs par exemple, ou les pouvoirs publics nationaux ou territoriaux.

29Si l’on se place à l’échelle de l’Union Européenne nous pouvons estimer à plus de 50 millions le nombre des adhérents de ces associations sportives et à 15 à 20 millions le nombre de ceux qui se livrent, de façon régulière, à une activité sportive compétitive. Quant au nombre de bénévoles qui encadrent ces pratiquants, on l’estime à près de 10 millions pour l’ensemble de l’Union européenne.

303) La troisième catégorie de pratiques que nous avons appelées « sports loisirs » est une catégorie plus ambiguë comme le terme de « loisirs » lui-même. Il désigne des activités d’entretien physique, de recherche d’une sociabilité accompagnant la mise en jeu « sportive » du corps ou la découverte de la nature, etc.

31Cet ensemble de pratiques mobilise plus de 150 millions de citoyens de l’Union Européenne, dont une partie (25 à 30 millions) dans le cadre des associations sportives dont nous avons parlé ci-dessus, une partie dans des entreprises à statut marchand (sans doute au moins 50 millions) et une partie en dehors de tout système d’adhésion formelle.

32Même s’il s’agit, de très loin, du pôle le plus important par le nombre de personnes concernées, le nombre d’emplois directs générés (400 à 500 000 emplois en équivalent temps plein pour l’ensemble de l’Union européenne), l’activité économique directe ou induite qui lui correspond, il s’agit d’un secteur qui ne présente pas de visibilité claire, faiblement légitime au sein du mouvement sportif associatif, peu pris en compte par les pouvoirs publics.

334) Nous évoquerons pour terminer tout ce que l’on a appelé le « sport adapté », reprenant un terme qui désigne l’ensemble des pratiques sportives utilisées pour l’intégration de populations présentant des besoins particuliers (immigrés, accidentés, handicapés, jeunes ou personnes âgées en situation ou en risque d’exclusion).

34Le « sport » est un facteur de plus en plus important au service de ces objectifs sociaux, particulièrement dans les pays anglo-saxons et Scandinaves. Cette catégorie d’activités sportives est difficile à mesurer car elle repose sur des acteurs multiples (majoritairement associatifs mais aussi publics) et les recouvrements existant avec les loisirs sportifs ne simplifient pas les comptes. Nous avons estimé de 10 à 15 millions le nombre de personnes concernées dans l’Union européenne et à un peu moins de 100 000 le nombre d’emplois équivalent temps plein correspondant.

35Les « sous-systèmes » que nous avons identifiés présentent une certaine autonomie par rapport à l’ensemble du système sportif, autonomie s’appuyant principalement sur les secteurs institutionnels dominants dans chacun d’entre eux : entreprises du sport professionnel pour le premier, mouvement sportif associatif pour le second, entreprises de loisirs sportifs (« association de loisirs sportifs ») pour le troisième, associations d’insertion pour le quatrième. Le degré et la forme de cette autonomie vont dépendre de la « configuration » dans laquelle s’inscrit l’organisation du sport des pays concernés.

36De façon globale on peut dire que la « configuration entrepreneuriale » favorise une autonomie maximale entre les sous-systèmes. C’est ce que l’on observe au Royaume-Uni où le sport professionnel (comme le loisir sportif marchand) dispose des marges de manœuvre les plus importantes. La forme de régulation qui est mise en avant repose sur l’intervention d’autres acteurs, celle des partenaires sociaux, situation originale dans le contexte européen même si on voit émerger ce nouvel acteur dans plusieurs pays (Pays-Bas, Suède, France).

37À l’inverse, la « configuration bureaucratique » favorise une intégration administrée de ces sous-systèmes, intégration qui fait de l’État l’arbitre de cet équilibre. Dans le cas de la France il a été historiquement construit sur une alliance entre les services publics et un mouvement sportif largement dépendant de l’État. Le rééquilibrage relatif que l’on observe actuellement au profit du « sport insertion » (fédérations affinitaires, secteur socioculturel, etc.) ne remet pas en cause cet équilibre fondamental qui suppose par ailleurs un contrôle du secteur marchand.

38Quant à la « configuration missionnaire », elle assure la prééminence de l’idéologie sportive associative dans l’ensemble du système, sans pour autant garantir l’intégration effective et la régulation organisée des relations entre ses différentes composantes

39Dans ces différents contextes, qu’observe-t-on en ce qui concerne le sport de haut niveau ?

40Nous l’avons dit en commençant, l’autonomie relative de chacun des sous-systèmes permet théoriquement la cohabitation au sein d’une même configuration de choix différents pour chacun des sous-systèmes. En première approximation, l’étude n’étant qu’à ses débuts, on observe néanmoins une relative cohérence entre la logique générale présente dans les configurations étudiées et celle que l’on retrouve dans le sport de haut niveau.

41Cela se traduit dans le cadre de la « configuration entrepreneuriale » par la domination du marché du spectacle sportif sur la production du sport de haut niveau. Les sports à fort impact médiatique sont les seuls qui bénéficient de ressources importantes. Les sports à faible impact médiatique sont « abandonnés » à une initiative associative faiblement soutenue financièrement et en personnel par le secteur public. Cela entraîne, en particulier dans les grandes épreuves internationales comme les Jeux olympiques, où voisinent des sports très pratiqués, à très forte audience, et des sports « confidentiels », des résultats relativement médiocres lorsque l’on additionne les médailles (une médaille en football est équivalente à une médaille en cyclisme sur piste ou en escrime).

42Dans le cadre de la « configuration bureaucratique », on se trouve dans une situation de « sport d’état ». Des disciplines sportives qui ne pourraient exister au plus haut niveau sans cela, sont soutenues à bout de bras par des moyens publics importants, financiers et en personnel. L’ensemble des sportifs de haut niveau sont dans une relation contractuelle avec l’État.

43Dans la « configuration missionnaire », le sport de haut niveau reste largement sous la tutelle du mouvement sportif associatif. Même si celui-ci bénéficie de moyens publics importants, il n’y a pas d’intervention directe de l’État dans la conduite de la politique sportive. L’idée de voir des fonctionnaires définir et participer à la préparation des sportifs de haut niveau apparaît comme une idée contre nature chez nos voisins allemands. L’absorption de la République Démocratique Allemande par la République Fédérale d’Allemagne, si elle a apporté un nombre important de compétiteurs de haut niveau, contribuant sans doute aux résultats honorables de ce pays dans les grandes compétitions internationales, n’a fait que renforcer l’idée d’une autonomie du mouvement sportif à l’égard de l’État.

44On peut néanmoins observer, dans tous les pays à tradition « libérale », des évolutions dans les rapports entre les États et le mouvement sportif. Le « sport de haut niveau » n’est d’ailleurs pas étranger à cette évolution. En effet, c’est bien souvent la présence d’une dimension économique manifeste, s’apparentant tout à fait à d’autres activités de services marchands, qui interroge particulièrement les États du nord de l’Europe sur les véritables missions du sport. Le nouveau contrat signé en 1998 entre le gouvernement suédois et le mouvement sportif de ce pays est tout à fait révélateur de cette évolution. Pour la première fois l’État propose (impose ?) au mouvement sportif des objectifs comme condition de sa contribution et il exclut toute aide apportée dans ce contexte au sport de haut niveau. Quatre perspectives essentielles sont évoquées : l’égal accès des femmes et des hommes à la pratique sportive, l’accueil équitable des minorités ethniques, la lutte contre la discrimination raciale, la promotion de l’insertion sociale par le sport, .... On voit que le contrat oriente les activités sportives vers des objectifs qui, s’ils ne sont pas absents de certains discours, sont loin d’être au centre des préoccupations quotidiennes du mouvement sportif.

45J’aborderai pour terminer le rôle des régions dans la politique du sport de haut niveau en Europe.

46Il faut évidemment rappeler tout d’abord que la notion de région ne recouvre pas les mêmes réalités dans des pays à structure fédérale et dans des pays centralisés. Si nous voulons tester l’hypothèse d’un sport de haut niveau régional, il est intéressant de partir du cas des pays où le fédéralisme est le plus développé. Nous prendrons comme exemple le cas de la Belgique, celui de l’Allemagne et de l’Espagne.

47Nous laisserons de côté pour le moment la situation du Royaume-Uni qui vient tout juste de mettre en place un fédéralisme donnant beaucoup d’autonomie aux « régions », à la fois parce qu’il s’agit de régions très inégales économiquement et démographiquement (l’Angleterre représente 75 % de l’ensemble à elle toute seule) et parce que ses effets sur le sport de haut niveau ne se font pas encore sentir.

48Les trois exemples évoqués sont intéressants parce que le mouvement sportif a adopté des positions relativement différentes dans ces pays.

49En Belgique, où toute la réalité du pouvoir et des ressources relève des gouvernements communautaires (Wallonie et Flandres), où la quasi-totalité des fédérations sportives ont été scindées en fédérations flamandes et wallonnes à la demande des gouvernements, le mouvement sportif résiste à la pression des politiques pour tenter de continuer à gérer le sport de haut niveau à l’échelon fédéral. La puissance et la forte autonomie financière du Comité Olympique Interfédéral Belge (l’un des trois plus riches d’Europe avec un budget proportionnellement dix fois supérieur à celui de son homologue français) restent un frein important à toute « régionalisation » du sport de haut niveau.

50Dans un contexte différent la situation aboutit à des effets comparables en Allemagne où le sport de haut niveau est sous le double contrôle de la « Confédération allemande des sports » (DSB) et, pour la préparation des Jeux olympiques, du Comité Olympique Allemand. Les lânder manifestent très peu d’intérêt pour le sport de haut niveau et se concentrent sur le « sport pour tous » et le sport scolaire.

51Le cadre de l’Espagne est plus complexe, dans la mesure où les revendications « nationalistes » de certaines composantes pèsent fortement sur l’organisation du sport de haut niveau, même si, théoriquement, c’est le gouvernement central et le Comité Olympique Espagnol qui en sont responsables. La pression la plus forte vient sans doute de la Catalogne qui compte dans sa population une bonne partie des champions espagnols. Le gouvernement catalan a créé et finance le Centre le plus performant pour la préparation et le suivi des sportifs de haut niveau (à San Cugat, près de Barcelone). Les tensions ont été particulièrement fortes au moment des Jeux olympiques de Barcelone et il n’est pas sûr que les Catalans acceptent durablement de se fondre au sein de l’équipe espagnole.

52Pour résumer, même dans les pays ayant une structure fédérale forte, le sport de haut niveau « régional » reste tout à fait marginal. Quant à une « régionalisation » du sport de haut niveau, sous la forme d’une répartition des sports entre les régions, elle correspond à une logique de planification peu envisageable dans les pays à structure fédérale. Cette démarche apparaîtrait paradoxalement plutôt comme l’expression d’un pouvoir central fort.

53L’état actuel d’avancement de nos travaux nous interdit de présenter une véritable conclusion. Disons simplement qu’au sein de l’ensemble relativement singulier que représente l’Union Européenne, quant on le compare aux États-Unis d’Amérique et aux pays du tiers-monde par exemple, existe une diversité profondément ancrée dans les histoires particulières des mouvements sportifs nationaux. Le concept de « configuration » nous a permis de repérer quelques lignes de force caractérisant ces différences. Nous avons appelé « configurations entrepreneuriales », « configurations bureaucratiques » et « configurations missionnaires » les trois figures caractéristiques que nous avons rencontrées dans ces pays. Il est vraisemblable que le processus d’intégration européenne qui est en marche aboutisse à un rapprochement de ces configurations sans que l’on perçoive, à moyen terme au moins, leur disparition.

Bibliographie

Bibliographie

ANDREFF W., NYS J.F., Économie du sport, , Paris, P.U.F., 1986 , 127 p., Que sais-je ?, 2294.

ANDREFF W., Un nouveau secteur économique : le sport, Problèmes politiques et sociaux, 581, Paris, La Documentation française, 1988.

——————, Économie politique du sport, Paris, Dalloz, 1989.

ANDREFF W. et al, Les enjeux économiques du sport en Europe : financement et impact économique, Conseil de l’Europe, Paris, Dalloz, 1995.

ANDREFF W., The Future of Sport in Europe. Communication au 5ème forum des Instituts de Sciences du Sport, Jyvâskylâ, 3-6 septembre, 1999.

ARNAUD P., Genèse des politiques sportives : le cas français, Revue Juridique et Économique du Sport, 48, 1998, 95-104.

BOURG J.F., Dualisme et rapport salarial dans le sport professionnel, Analyse économique du sport, Paris, P.U.F., 1998.

CAMY J., BOUCHOUT, Les métiers du sport, Assises nationales des métiers du sport, Issy-les-Moulineaux, 1991.

CAMY J., LE ROUX N., L’emploi dans le secteur et la filière du sport en Europe : situation et perspectives, Atti del congreso « Il diploma e la laurea in educazione fisica nella realta professionale attuale e nelle prospettive future », Svoltosi 23-11-97, ISEF Lombardia, 1998, 27-37.

C.C.P.R. (1990), The Organisation of Sport and Récréation in Britain, C.C.P.R., Additional note, 1997.

CLEARING HOUSE, Les structures du sport en Europe : situation dans les pays du Comité pour le développement du sport du Conseil de l’Europe, Clearing House, CDDS, Conseil de l’Europe, 1992.

—————————, Les structures du sport en Europe : situation dans les pays du Comité pour le développement du sport du Conseil de l’Europe, nouvelle édition, Clearing House, CDDS, Conseil de l’Europe, 1997.

CONSEIL DE L’EUROPE, Le rôle social du sport dans la société : santé, socialisation, économie, Conseil de l’Europe, 1995.

COOKE A., The Economies of Leisure and Sport, Routledge, 1994, 264 p.

COOPERS and LYBRAND, L’impact des activités de la Communauté Européenne sur le sport, DG X/Commission Européenne, 1994, 117 p.

DELVERT J.M., Les aménagements apportés à la police des éducateurs sportifs, Revue Juridique et Économique du Sport, 47, juin 1998, 85-91.

DESROSIERES A., La politique des grands nombres, Paris, La Découverte, 1993.

DUBAR C., La socialisation, Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin (2ème ed.), 1996, 272 p.

DUMAZEDIER J., Vers une civilisation du loisir, Paris, Seuil, 1962, coll. Points.

EUROPEAN GUIDES COMMISSION, Plateforme communautaire des conditions d’accès et d’exercice pour la profession de guide de haute montagne, Chamonix, SNG, 1989.

GRANOVETTER M., « Les institutions économiques comme constructions sociales : un cadre d’analyse », Analyse économique des conventions, Paris, P.U.F., 1994.

GRATTON C., TAYLOR P., Sport and Leisure : an Economie Analysis. E & FN SPON, London, Chapman and Hall, 1985.

HALBA B., Économie du sport, Paris, Economica, 1997, 111 p.

HEINEMAN K., SCHUBERT M., Der Sportverein, Schorndorf, Verlag Karl Hofmann, 1994.

HENLEY CENTRE FOR FORECASTING, The Economie Impact and Importance of Sport in the UK Study, London, The Sports Council, 1986.

——————————————————, The Economic Impact and Importance of Sport in the UK Study, London, The Sports Council, 1990.

HORCH H.D., On the Socio-Economics of Voluntary Organisations. Voluntas, 5, 1994, 219-230.

IRLINGER P. et al, Les pratiques sportives des français, Paris, INSEP, 1985.

KESENNE S., L’affaire « Bosman » et ses implications sur le sport professionel. Problèmes Économiques, 2503, 1997, 6-10.

KINNAIRD B., British Ski Instructors Kept off Alpine Slopes, BASI, November 7, 1996.

LE ROUX N. et al, L’emploi et le sport en Europe, Rapport pour la Commission Européenne (DG X), Document accessible sous forme électronique (en 9 langues) sur le site de la Commission Européenne, 1999.

LE ROUX N., CAMY J., Étude préliminaire à la constitution d’un Observatoire Européen des Professions du Sport, Rapport d’étude, Convention MJS/EZUS, 1995, 149 p.

———————————, Nomenclature européenne des activités économiques sportives et en relation avec le sport, Barcelone, Édition du R.E.I.S.S./O.E.P.S., 1997, 51 p.

——————————, Nomenclature européenne des professions du sport et en relation avec le sport, Barcelone, Édition du R.E.I.S.S./O.E.P.S., 1997, 90 p.

LOIRAND G., Rapport sur la formation et l’emploi des éducateurs sportifs dans les pays de la Loire, DRJS des pays de la Loire/LERSCO, Université de Nantes, 1991, 182 p.

——————, Une difficile affaire publique : une sociologie du contrôle de l’État sur les APS et sur leur encadrement professionnel, Thèse de Doctorat, Université de Nantes, 1996.

MENARD C., L’économie des organisations, Paris, La Découverte, 1995, 125 p.

MENDRAS H., L’Europe des Européens, Sociologie de l’Europe occidentale, Paris, Gallimard, 1997, 417 p., Folio/actuel.

MIEGE C., Le sport européen, Paris, P.U.F., 1996, 127 p., Que sais-je ? 3083.

MINTZBERG H., The Structuring of Organisations. Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall, 1979.

OCDE, L’avenir du travail et des loisirs, Paris, OCDE Poche, 1995, 135 p.

PESCANTE M., « Les différents modèles européens de législation sportive », La législation sportive en Europe, Rome, ACNOE/AENOC, 1993.

POCIELLO C., Le futur comme nouvelle forme d’enjeu. In Sport et pouvoirs au XXe siècle, Presses Universitaires de Grenoble, 1994, 139-176.

PRIMAULT D., & ROUGER A., Économie du sport professionnel : entre solidarité et concurrence, Revue Juridique et Économique du Sport, 39, 1996, 33-49.

RAMANANTSOA B., THIERRY-BASLE C., Organisations et fédérations sportives, Paris, PUF, 1987.

SPORTS COUNCIL, A Digest of Sports Statistics for the UK, Sports Council, 3rd ed., 1991.

————————————, People in Sport – Fact sheet, Londres, 1992.

————————————, Useful Facts and Figures for Sport, Londres, Central Policy Unit, Feb., 1994.

———————————, Trends in Sports Participation, Fact sheet, Londres, 1994.

———————————, Valuing Volunteers in UK Sport, A Sports Council Survey into the Voluntary Sectorin UK Sport, 1996, 160 p.

Notes

1 Le concept de « configuration » joue un rôle majeur dans l’œuvre de Norbert Elias. Avec un sens différent il est utilisé dans le champ du management par le sociologue des organisations Henry Mintzberg.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540