Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport de hauts niveaux. Sport professionnel en région(s)

 | 
André Menaut
, 
Martine Reneaud

Présentation générale

André Menaut

Texte intégral

L’avenir du sport de haut niveau et du sport professionnel : l’éthique ou le marché ?

  • 1 Je tiens à la remercier et à souligner le travail extraordinaire qu’elle a accompli, non s (...)
  • 2 Equipe d’Accueil 498. Vie Sportive : Tradition, Innovation, Intervention.

1Lorsqu’en 1998 Martine Reneaud1 et moi-même décidâmes d’organiser ce colloque, nous pensions introduire une sorte de pause pour structurer le flux des travaux conduits en particulier par le Laboratoire « Vie Sportive Locale » que dirige Martine Reneaud au sein de notre équipe de recherche2.

2Il s’agissait sur la base d’études comparatives portant sur les Régions Aquitaine/Euskadi/Navarre d’aborder de manière pluri et interdisciplinaire l’ensemble des problématiques du sport de haut niveau et du sport professionnel à partir du thème original de la Vie Sportive en Région(s).

3La méthode que nous avons adoptée depuis dix ans, utilisée à l’occasion de ces rencontres vise à rapprocher d’une manière directe la formation et la recherche universitaire des réalités sociales (et sociétales) en faisant appel aussi bien à des universitaires et à des chercheurs de différentes origines scientifiques qu’à des acteurs institutionnels du monde associatif et économique. Ces confrontations et ces débats permettent de dresser un état des travaux et des situations concrètes et tracent des perspectives d’actions notamment dans le domaine des formations et de la recherche en STAPS.

4Très vite nous nous sommes rendus compte qu’au-delà de la seule dimension symbolique de la proximité de l’an 2000, l’année 1999 nous semblait être à plusieurs titres une année importante.

5Tout d’abord l’extraordinaire vitalité du phénomène sportif en cette fin de siècle ne se dément pas ; ce qui n’est pas sans incidences sur les formations de la filière STAPS.

6Par ailleurs, pour les chercheurs et les acteurs du sport de haut niveau et du sport professionnel, cette année 1999 offre l’occasion de faire le point sur une quinzaine d’années de transformations institutionnelles liées dans notre pays au processus de décentralisation dans la mesure où la déconcentration technique et administrative de la politique nationale du sport de haut niveau a croisé la régionalisation politique.

7Dans le même temps, un nouvel ordre sportif européen émerge « en accéléré » après l’Arrêt Bosman rendu par la Cour de Justice des Communautés Européennes le 15 décembre 1995.

8En affirmant que le sport est une activité économique comme les autres cette décision a fait sauter le verrou du particularisme sportif en introduisant un certain désordre dans le monde en apparence bien tranquille du sport. Cette déstructuration du modèle historiquement articulé autour du système des fédérations nationales qui semble vouloir donner un cadre au sport européen, risque de le livrer en réalité au libre jeu de la concurrence et de l’économie de marché. Toutefois dans le document de travail proposé en septembre 1998 par la Commission – relayé par « l’unité sport » de la Direction Générale X – présentant sa politique en matière de sport, celle-ci reconnaît que le sport n’est pas uniquement une activité économique, à tout le moins qu’il est différent, par sa nature même, d’autres activités économiques et qu’il fait partie intégrante de l’identité européenne. Cette fonction sociale a été soulignée dans la déclaration relative au sport annexée en octobre 1997 au traité d’Amsterdam récemment ratifié par la France. Au terme d’une vaste consultation basée sur ce document de travail dont il sera fait état à l’occasion des Assises Européennes du Sport en mai 1999 à Olympie, la Commission fera des propositions concernant le développement futur du sport en Europe et un rapport en sera donné au Conseil Européen des Chefs d’État et de Gouvernements à Helsinki en décembre 1999.

9Ainsi donc cette année 1999 si elle est occasion de décisions pour les relations entre le sport et l’Europe, le sera naturellement pour l’organisation du sport en France.

10En effet le contexte de la construction européenne n’est pas sans conséquence sur l’organisation du sport en France, d’autant qu’on nous promet une nouvelle loi sur le sujet, dont plusieurs avant-projets ont circulé depuis 1997. Le représentant du Ministère de la Jeunesse et des Sports, Monsieur Joël Delplanque nous donnera probablement les grandes lignes du dernier avant-projet ; quel qu’il soit, ce texte aura à répondre d’une façon ou d’une autre à la plupart des questions de société en la matière : professionnalisme, vie associative, dopage, violence, commercialisation, éthique, rôle de l’État, des collectivités territoriales, du mouvement sportif...

11Cet ensemble d’éléments de réflexion constitue ainsi l’arrière-plan des différentes problématiques qui vont structurer les débats de ce colloque.

12La première question est de savoir si, compte tenu de la prégnance du paradigme de l’économie de marché, il peut y avoir un sport de haut niveau qui ne soit pas professionnel ? Le CIO y a déjà répondu dans les années 1980 en abolissant la distinction entre sport amateur et sport professionnel et en autorisant le « parrainage » commercial des jeux.

13À tout le moins, les changements institutionnels et les mutations culturelles, économiques et technologiques qui sont intervenues depuis quinze ans imposent que nous nous posions cette question et que nous essayions d’y répondre.

14La deuxième question procède du constat de l’évolution dans l’organisation du sport en Europe et de ses conséquences au plan national.

15Ce changement est rendu nécessaire par les développements les plus récents dans les années quatre-vingt-dix qui ont fait notamment apparaître le système de compétition fermé.

16À la structure hiérarchique pyramidale dont la base était constituée par les clubs sportifs et qui plaçait au sommet, les institutions européennes et mondiales, se substitue progressivement sous le double impact de l’économie de marché accentuée par les médias et de la construction européenne, un modèle ayant la forme d’une hiérarchie enchevêtrée où les centres de décision, s’entremêlent, voire s’opposent provoquant ainsi une dérégulation qui entretient un certain désordre. Or quand on connaît l’emprise de l’État dans notre pays sur toutes les formes instituées de pratiques sportives, ce qui explique que dans une continuité idéologique plus illusoire que réelle, le professionnalisme sportif a toujours été tenu en laisse, quels nouveaux types de régulation sinon de contrôle vont se mettre en place ou émerger entre les clubs professionnels, les instances fédérales et les différents niveaux des institutions politiques ?

17Doit-on abandonner le système sportif à sa seule régulation et à son seul pilotage ?

18Le marché ne sera-t-il pas dans cette hypothèse le seul et unique pôle d’attraction ?

  • 3 Le Secrétaire Général de l’UEFA, G. Aigner, reconnaît lui-même que les médias sont les vra (...)

19D’autre part la propriété des droits de retransmission des événements sportifs est devenu un enjeu financier majeur ces dernières années3.

20Quels en sont les propriétaires, les clubs ou les fédérations ? Certains considèrent que la vente collective de ces droits serait un moyen de maintenir un équilibre entre les grands et les petits clubs. Les fédérations dans cette situation négocient les droits à la manière de n’importe quelle société commerciale. La question qui se pose alors est de savoir si les fédérations peuvent être à la fois des organes de régulation et des entités commerciales ? Les clubs professionnels comme les clubs de la base de la pyramide actuelle pensent que leurs intérêts ne sont plus représentés convenablement dans la mesure où une trop grande partie des ressources va aux organisateurs et les miettes aux participants. D’où la tendance d’un côté, au regroupement des clubs les plus riches, comme par exemple le G7 du foot français, ou le « Club Europe », ou encore la super league européenne et d’un autre côté la lente agonie des clubs de niveau inférieur qui se trouvent privés des ressources financières qui, selon le principe de solidarité si souvent proclamé, devraient leur être attribuées.

21Il importe de savoir si les fédérations gérées comme des sociétés tout en ayant une mission de service public et de promotion du sport sont encore à même de s’acquitter de ces deux tâches sachant qu’elles reçoivent aussi de l’argent public ? Est-ce encore justifié ? Comment alors les aides publiques devraient-elles être attribuées au sport ? Quel rôle de régulation l’État doit-il jouer dans ces évolutions ? La modestie à laquelle il est contraint et / ou qu’il s’impose est-elle de nature, à permettre, au moyen d’une nouvelle législation, à la fois de faire jouer au sport une mission de service public contribuant à la cohésion sociale, à l’éducation, à la santé, de le considérer comme un lieu de vie associative forte et de culture authentique et en même temps de respecter les directives européennes en matière de concurrence par exemple ?

22Les quelques problèmes évoqués ci-dessus auxquels nous aurions pu ajouter ceux posés par la multipropriété et l’acquisition des clubs par des grands groupes du secteur des médias révèlent l’énorme fossé existant entre le monde réel du sport et les cadres réglementaires actuels. La future loi permettra-t-elle de le combler ? ou faudra-t-il se tourner vers d’autres solutions ? vers d’autres stratégies apportant plus de souplesse quand on aura redéfini clairement les règles du jeu et les compétences respectives des acteurs public et privé ?

23Cette recomposition nécessaire ne pourrait-elle venir d’initiatives loco-régionales ? En effet la troisième question que nous souhaitons aborder est de savoir comment, au-delà des redéfinitions juridiques des règles du jeu tant au plan national qu’européen, s’articulent en région, les compétences des différents acteurs.

  • 4 N’a-t-on pas entendu utiliser par des élus locaux l’expression « haut niveau à la campagna (...)

24Dans l’état actuel de la réglementation, le sport de haut niveau et le sport professionnel relèvent d’un domaine de cogestion entre l’État et le mouvement sportif ; il relève donc d’une compétence centralisée. Les Collectivités Territoriales sont seulement invitées à apporter leur concours à l’élaboration et à la mise en œuvre de cette politique publique. Ainsi les Conseils Régionaux et Conseils Généraux s’y investissent à des fins essentiellement de promotion et de communication. Malheureusement les différents échelons de décision interviennent à l’intérieur d’un flou juridique tel que de nombreux effets pervers apparaissent au sein de la territorialisation du sport d’élite. L’étude des actions des Régions et des Départements permet de mettre en évidence des dysfonctionnements tels qu’une réinterprétation fréquente de la définition officielle de « l’excellence sportive »4, une tendance pour les unes et les autres à élaborer des politiques redondantes, ou au mieux à utiliser ce secteur pour accroître le caractère souvent conflictuel entre Régions et Départements.

25La défaillance du système réglementaire fait apparaître plutôt un certain désordre qu’une mise en synergie des ressources. Le cas Aquitaine remarquablement étudié par Marina Honta dans sa thèse, rend compte de ces dysfonctionnements. En outre, à ce désordre loco-régional s’ajoutent les revendications tout aussi désordonnées des instances du mouvement sportif local, notamment des clubs, quand ils cherchent à construire « l’excellence sportive ». La plupart du temps le point de déséquilibre est lié aux problèmes du financement des clubs.

26On peut s’étonner à cet égard que l’Association des Maires de France (AMF) se soit déclarée tout récemment favorable au maintien du principe des subventions des communes aux clubs sportifs professionnels au moment même où doivent s’appliquer à plein les lois Pasqua de 1994. On sait que cette attribution, unique en Europe, de subventions publiques (État et / ou Collectivités Locale et Territoriale) au sport professionnel aux dépens du sport amateur est contraire aux règles communautaires. Seule l’idée que le sport professionnel assure une fonction éducative de service public, justifie de telles pratiques.

27Le diagnostic de ce désordre territorial va de pair avec une réelle prise de conscience des difficultés chez les acteurs (Agents de l’État et dirigeants du mouvement sportif) mais l’ébauche d’une amélioration du dispositif n’est pas encore réalisée. Pourtant il est clair qu’une régulation du système doit être imposée. Une des voies possibles de réduction de ces dysfonctionnements est de permettre par la voie législative une déconcentration accrue du sport d’élite et ainsi, une mise en synergie des actions, des initiatives, et des compétences territoriales en favorisant par exemple un principe de subsidiarité active ou celui de contractualisation. Autrement dit il s’agit d’organiser la territorialisation de l’excellence sportive aboutissant ainsi à sa propre décentralisation.

28Pourquoi aussi ne pas prendre en compte les expériences originales qui sont tentées ici ou là dans les politiques sportives des Régions ou des Eurorégions, ou par certains clubs ?

29Bref cet aspect comparatif constitue un autre élément de réflexion de ce colloque dont je viens d’esquisser les grandes thématiques. Le chantier que nous vous proposons d’ouvrir consiste surtout à considérer l’objet « excellence sportive » sous l’angle des relations Régions-État-Europe comme un moyen d’analyse des dynamiques économiques, sociales et culturelles de portée politique plus générale.

  • 5 Je voudrais remercier tout particulièrement J. Dumas, P. Dubosq, J.-P. Callède, J.-P. Augu (...)

30Nul doute que la qualité des intervenants et des communicants retenus par le Comité Scientifique, au sein duquel nos collègues de la MSHA et du CERVL ont joué un rôle important5, non seulement permette de poser clairement les problématiques en apportant des éléments de restructuration du système mais aussi propose des stratégies innovantes et des moyens d’intervention, en particulier en repensant la question des formations.

31Mais une telle entreprise nécessite un partenariat et une logistique : je voudrais tout d’abord remercier pour leur patronage le Ministère de l’Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie, le Ministère de la Jeunesse et des Sports et le Comité National Olympique et Sportif Français. Remercier aussi pour leur concours le Conseil Régional d’Aquitaine et son Président A. Rousset, le Président du Conseil Général de la Gironde Monsieur P. Madrelle représenté par S. Dutil, la Mairie de Bordeaux, le Recteur de l’Académie de Bordeaux Monsieur J.-M. Monteil, l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 et son Président le Professeur J. Reiffers toujours attentif à notre champ disciplinaire, Monsieur J. Majoufre Président du Comité Régional Olympique et Sportif Aquitaine et la Délégation Aquitaine du CNFPT. Remercier enfin pour leur soutien, Sports et Territoires, La Lettre de l’Économie du Sport, Les Éditions Législatives, le journal Sud-Ouest et France 3 Aquitaine, ainsi que tous les intervenants.

32Pour rendre compte de la problématique générale et des enjeux latents et / ou manifestes qui s’y rapportent, je partirai du cas exemplaire, offert par l’intention annoncée en août 1998 par Rupert Murdoch de racheter le club mythique de Manchester United.

33La chaîne de TV B Sky B dont Murdoch possède 40 % du capital, est prête à payer un milliard de dollars (soit un peu moins d’un milliard d’Euros) pour l’acquérir.

34Le comité directeur du Manchester United a déjà approuvé cette vente qui n’attend plus que l’agrément du Ministère du Commerce. C’est donc à l’État britannique de jouer les arbitres puisque quant il s’agit de l’acquisition de clubs donc de concentration d’entreprise, la Commission Européenne de la Concurrence (DG IV) n’intervient que si le chiffre d’affaires dépasse 5 milliards d’Euros. Or la victoire électorale des Travaillistes ayant été favorisée par les journaux de Rupert Murdoch, on pouvait penser que le gouvernement de Tony Blair serait enclin à la mansuétude. Mais outre la démission du Ministre du Commerce britannique, M. Peter Mandelson, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le sport, de nouveaux éléments politiques et sociétaux sont apparus incitant les travaillistes à utiliser la puissance d’un sentiment populaire hostile à toute nouvelle marchandisation du sport, contre les journaux de Rupert Murdoch lesquels auraient quelques difficultés à justifier les ambitions prédatrices de leur propriétaire.

35En effet les Reds fondés en 1878 par un groupe de « cheminots » perdent petit à petit leur public ouvrier (qui préfère l’autre Club Manchester City malgré son petit budget et le fait qu’il évolue en D2) remplacé par les occupants fortunés des loges. Or le football restant une passion forte dans l’ancien pays noir, Manchester United en s’éloignant des gens du cru, en se coupant de ses racines perd un peu de son âme et dilapide son patrimoine culturel. Ainsi face au laxisme – ou au manque de courage – des fédérations nationale, européenne ou internationale, la révolte viendra d’ailleurs : des supporters qui font déjà savoir en Angleterre qu’ils n’apprécient guère d’être considérés comme les clients d’une machine à vendre des produits dérivés.

  • 6 Notons que depuis lors, à la surprise générale, notamment celle des milieux médiatiques et (...)

36Ils rappellent ainsi qu’un match de football n’est ni une rencontre de catch, ni une partie de monopoly, mais d’abord un authentique événement culturel6.

37Ceci me conduit à formuler la position selon laquelle les structures régulatrices associatives – clubs, ligues, fédérations – ressortissent à une autre espèce de biens sociaux, distincts des simples biens d’usage et de capital. Alors que la signification de ceux-ci s’épuise dans l’acte de consommation et correspond à des fonctions spécifiques, ce qui qualifie un patrimoine c’est, au contraire, la richesse potentielle attachée à ce bien.

38Le patrimoine ne se conçoit pas seulement comme un stock de ressources économiques mais aussi comme un ensemble de ressources identitaires à la fois matérielles et symboliques. On gère un capital pour l’accroître, on gère un patrimoine pour le transmettre.

39Par ailleurs cette notion d’identité qui unit les pratiques sportives met aussi en jeu celles d’appartenance et de participation. Ce n’est pas en recherchant le toujours nouveau ou le dernier gadget que l’individu comblera son obsession identitaire. Ce n’est pas en multipliant les produits et les pratiques qu’il retrouvera l’authenticité de l’être et réglera le problème du Sens. Si être ne saurait se réduire à « en être », il y participe. Alors s’élabore une véritable culture. Et c’est du côté d’une pratique sportive engagée et productrice plutôt que consommatrice que l’expérience psychologique et historique transforme l’appartenance en identité et l’identité en participation.

40L’expérience sportive entendue comme mise en pratique d’une motricité singulière représente sans doute une des formes de résistance possible aux intégrismes de toute sorte.

41Ayant toujours pensé que la politique c’est d’abord le refus de la fatalité, j’affirme ici que tout est encore possible.

Notes

1 Je tiens à la remercier et à souligner le travail extraordinaire qu’elle a accompli, non seulement pour la réalisation de ce colloque mais aussi pour bien d’autres actions.

2 Equipe d’Accueil 498. Vie Sportive : Tradition, Innovation, Intervention.

3 Le Secrétaire Général de l’UEFA, G. Aigner, reconnaît lui-même que les médias sont les vrais maîtres du jeu et qu’à la prochaine offensive du groupe Media-Partners, l’UEFA aura d’énormes difficultés pour s’opposer une fois encore à la création d’une super league sous la forme d’un système de compétition fermé.

4 N’a-t-on pas entendu utiliser par des élus locaux l’expression « haut niveau à la campagnarde » ?

5 Je voudrais remercier tout particulièrement J. Dumas, P. Dubosq, J.-P. Callède, J.-P. Augustin, C. Sorbets.

6 Notons que depuis lors, à la surprise générale, notamment celle des milieux médiatiques et financiers, le gouvernement britannique a dit non le 9 avril 1999 au rachat de Manchester United par BSKyB.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540