Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

CONCLUSION

La crise des idéologies et l'idéologie de la crise. Les chassés-croisés idéologiques et la recherche de la "Troisième voie" en France et en Allemagne

Hans Manfred Bock

Texte intégral

1S'il est vrai que nous vivons à l'heure actuelle, en France et en Allemagne, une profonde crise des idéologies sur fond de crise économique persistante, ainsi qu'une déstabilisation du système international, il n'y a rien de surprenant à ce que le regard se porte sur la période de l'Entre-deux-guerres. A cette époque-là, à partir de 1929, les effets de la crise économique mondiale s'étaient joints à la remise en question du système international instauré par le traité de Versailles et au scepticisme concernant le système des valeurs et les pratiques politiques du socialisme et du libéralisme. C'est ainsi que des idéologies et des concepts jusque-là marginaux faisaient leur apparition au centre des discours politiques ou que de nouvelles idéologies voyaient le jour, prétendant intégrer certains éléments du libéralisme ou du socialisme dans une nouvelle synthèse qui serait au-delà de ces traditions, tout en montrant une troisième voie comme issue à la crise.

  • 1 Pour le rôle d'intermédiaire dans les deux directions d'Armin Mohler et d'Alain de Benoist cf. Cla (...)
  • 2 Cf. à titre d'exemple Wolfgang KOWALSKY : Kulturrevolution ? Die Neue Rechte im neuen Frankreich u (...)
  • 3 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE : Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement (...)

2Aujourd'hui, il se forme, de nouveau, en France et en Allemagne, dans le contexte de la montée du chômage, de la déstabilisation internationale résultant de la disparition, en 1989/90, de l'antagonisme Est-Ouest et de la fin présumée du socialisme, un néo-conservatisme agressif qui prétend pouvoir offrir une perspective au-delà du socialisme et du libéralisme. Dans les quinze dernières années, le courant des idées "révolutionnaires-conservatrices" passa, généralement au sein de la mouvance de la Nouvelle Droite, de la France vers l'Allemagne, contrairement à la période de l'Entre-deux-guerres qui avait plutôt connu le phénomène inverse1. Des spéculations historiques sur les échanges et les relations entre la Nouvelle Droite française et allemande ainsi que sur leurs précurseurs n'ont pas manqué de fleurir ici et là, souvent à partir de connaissances insuffisantes2. Les travaux de pionniers sur les "non-conformistes" en France et sur la "Révolution conservatrice" en Allemagne sont réédités, et les textes provenant des deux tendances de l'Entre-deux-guerres recommencent à circuler3. Symptômes sûrs que la crise des idéologies que nous vivons actualise l'idéologie de la crise et de la troisième voie au-delà du socialisme et du libéralisme.

  • 4 Armin MOHLER, op. cit., vol. 2, p. 7.

3Toutes ces observations justifient amplement la tentative de soumettre à une analyse plus précise les chassés-croisés idéologiques entre la gauche et la droite, en France et en Allemagne, dans les deux décennies de l'Entre-deux-guerres. Les études réunies dans ce volume peuvent contribuer à une telle tentative. Certaines de ces études résument les connaissances déjà disponibles et les discutent sous un nouvel éclairage. D'autres exploitent de nouvelles sources. Aucune des contributions n'a été conçue dans l'intention "d'apporter de l'aide aux intellectuels de droite" comme cela a été déclaré explicitement dans un ouvrage de référence sur la "révolution conservatrice"4. Néanmoins, c'est — conformément aux règles du travail scientifique — à la fin et non au début de l'argumentation des articles de ce volume que l'on trouve un jugement sur les phénomènes politiques et idéologiques qui ont été étudiés.

  • 5 Cf. pour la discussion allemande surtout le livre récent de Stefan BREUER : Anatomie der Konservat (...)

4Parmi les questions qui se posent après la lecture des études rassemblées dans ce livre, ne seront relevées et approfondies ici, en guise de conclusion, que celles qui touchent directement à une comparaison entre la France et l'Allemagne, rendue possible par les travaux du colloque de Bordeaux. Il faut mettre au centre de ces questions le problème crucial de méthode, c'est-à-dire la question de savoir si l'on peut subsumer les différents phénomènes (personnes, organisations, revues), qui en France et en Allemagne ne se positionnent ni à gauche ni à droite et proclament "une troisième voie", sous un même concept (Fascisme, Révolution conservatrice, Nouveau Nationalisme, Non-conformisme, Esprit des années trente), sans négliger, pour autant, leurs différences. Cette discussion a été déclenchée en Allemagne par les travaux d'Armin Mohler, en France par les livres de Zeev Sternhell5.

  • 6 Stefan BREUER, op. cit., p. 47.

5Si le phénomène politique "ni droite ni gauche" peut être considéré comme un objet spécifique relevant de l'histoire des idéologies et des mentalités, qui touche, certes, au Fascisme, au National-Socialisme ou à d'autres mouvements apparentés de l'Entre-deux-guerres, mais qui n'est cependant pas, de par son étendue et son caractère, identique à ces mouvements-là, alors, les approches globalisantes et réductrices de la théorie du fascisme ne sont guère opérationnelles pour sa discussion comparative. Des travaux de recherche récents tentent justement de faire apparaître la spécificité du phénomène idéologique "ni droite ni gauche". Dans certains pays européens ce phénomène était, durant les deux décennies de l'Entre-deux-guerres, beaucoup plus répandu sur le plan socio-culturel que les mouvements fascistes, alors même qu'il avait moins de succès que les mouvements de masse fascistes sur le plan du recrutement et de la mobilisation politique. Stefan Breuer, par exemple, ne voit pas la caractéristique principale de la "révolution conservatrice" dans les thèmes et motifs de ses programmes et discours politiques, mais plutôt dans une structure sous-jacente de ceux-ci : "Il existe, en effet, une telle structure sous-jacente, une mentalité, qui nous permet de délimiter dans un contexte générationnel l'unité particulière d'une génération caractérisée par une autre stratégie de pensée et d'action politique que celle des groupements libéraux, sociaux-démocrates ou communistes. Seulement, les facteurs essentiels et unificateurs ne se trouvent pas là où Mohler les localise, à savoir dans la vision du monde basée sur l'éternel retour. Ces facteurs se trouvent, bien au contraire, dans cette combinaison de visions apocalyptiques, de l'attrait pour la violence et du culte de la communauté virile ("Männerbündlertum") qui s'est avérée pour nous essentielle. Et cette combinaison est beaucoup plus répandue que ne le suggère la définition restreinte de Mohler"6.

  • 7 Philippe BURRIN, op. cit., p. 26.

6Philippe Burrin, en discutant les thèses de Sternhell sur le "fascisme français", arrive à la même constatation d'une mentalité générationnelle particulière et d'une unité créée par celle-ci dans la diversité. L'auteur parle d'une "nébuleuse fascistoïde comprenant plusieurs cercles" : "D'abord, une zone centrale de noyaux de condensation, dans laquelle il faut placer des éléments comme le fascisme, le Parti populaire français (PPF) ou le Rassemblement national populaire (RNP). Ensuite, une zone de fascisation, avec un dégradé, où l'on peut inclure certains éléments du phénomène ligueur et de l'extrême droite, comme la Jeune Droite incarnée par un Thierry Maulnier. Enfin, une vaste zone périphérique où l'on peut inscrire les éléments manifestant une attraction vers le fascisme ou une influence médiate de celui-ci, tous éléments refusant de se définir comme des fascistes : c'est ici qu'il faut situer les hommes et les mouvements portant 'l'esprit des années 30', les 'non-conformistes' au sens large, comme certains jeunes radicaux, les néo-socialistes, le doriotisme première manière, tandis que sur les franges extérieures on pourrait placer les personnalistes des groupes Esprit et l'Ordre nouveau"7.

  • 8 Ainsi la tendance prédominante dans les travaux d'Armin Mohler.
  • 9 Il y a deux contributions capitales à la discussion sur le rôle précurseur des "conservateurs révo (...)

7Les "non-conformistes" des années trente en France sont donc classés ici, de la même manière que Stefan Breuer parlant des "Révolutionnaires conservateurs", dans la zone périphérique plus large entourant le phénomène central fasciste. Cette distinction entre les "non-conformistes", ou les "révolutionnaires conservateurs" d'un côté et le fascisme de l'autre, entraîne des conséquences importantes sur le plan politique et méthodologique. Sur le plan politique, parce qu'elle permet à la Nouvelle Droite d'insister sur le caractère jeune et historiquement non-compromis de ce réservoir d'idées8. Pour leurs opposants la question se pose, dans ces conditions, de savoir de quelle manière et dans quelle mesure cette idéologie "ni droite ni gauche" a favorisé la prise de pouvoir des Nationaux-Socialistes,9 ou pourquoi ses représentants en France, jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, n'ont pas pu renforcer leurs positions politiques. Du point de vue méthodologique, la distinction entre "non-conformistes" ou "révolutionnaires conservateurs" et fascisme signifie que les hypothèses formulées, jusqu'à présent, par la recherche comparative sur le fascisme, ne seraient pas directement applicables. Pour avancer dans la discussion sur la spécificité du phénomène "ni droite ni gauche", il faut alors faire le rapprochement entre les "non-conformistes" et les "révolutionnaires conservateurs" sur une base solide de connaissances et de réflexions méthodologiques ; cette discussion vient seulement de commencer. Les éléments nécessaires pour une telle étude comparative ont été fournis lors du colloque de Bordeaux, encore que le défi comparatiste lui-même n'ait pas été directement relevé.

8C'est pour cette raison que l'on tentera ici de tirer quelques conclusions des études de cas allemands et français réunies dans ce volume. On peut distinguer quatre perspectives comparatives. Il y a d'abord la question des analogies que l'on retrouve, en France et en Allemagne, dans les biographies, les ébauches idéologiques et les groupes des protagonistes de la troisième voie au-delà du socialisme et du libéralisme. De telles analogies pouvaient (mais ne devaient pas nécessairement) conduire à des prises de contacts transfrontalières entre groupements allemands et français. La question se pose donc de savoir s'il y a eu des activités concrètes permettant des rencontres entre les représentants des révolutionnaires conservateurs en Allemagne et des non-conformistes en France. Comme troisième perspective de la discussion comparative, il faut faire entrer en ligne de compte les correspondances d'idées dans les tendances politiques et idéologiques apparentées des deux pays. Dans ce contexte, il est particulièrement intéressant de savoir quelles observations récurrentes relatives à la crise et à son issue se trouvaient au premier plan. Enfin, une autre sorte d'influence réciproque apparaît quand on s'interroge sur le transfert idéologique. Là, il ne s'agit pas de la réception immédiate et évidente d'idées, mais d'emprunts aux précurseurs historiques ou porte-parole actuels de l'idéologie de la troisième voie dans le pays voisin et de leur intégration dans un discours principalement dominé par les intérêts et problèmes du pays récepteur.

  • 10 Philippe BURRIN, La dérive fasciste, op. cit.
  • 11 Cf. Wilfried RÖHRICH : Robert Michels. Vom sozialistisch-syndikalistischen zum faschistischen Cred (...)
  • 12 Cf. à ce propos les observations de Marieluise Christadler dans son essai introductif à : Marielui (...)
  • 13 Cf. Louis DUPEUX : Stratégie communiste et dynamique conservatrice. Essai sur les différents sens (...)

9Les analogies dans le domaine idéologique "ni droite, ni gauche" apparaissent très clairement, sous l'angle de la comparaison franco-allemande, dans les biographies de transfuges ou de renégats passant de la Gauche à la Droite et tentant d'associer certains éléments des deux camps dans une nouvelle synthèse. Prises sous cet aspect, les biographies de Georges Valois, Gustave Hervé, Raymond Abellio et Ernst Niekisch, présentées dans ce volume, sont particulièrement instructives. Le va-et-vient caractéristique que l'on y trouve, entre l'espoir dans l'émancipation, ou dans la transformation sociale et les conceptions autoritaires ainsi que nationalistes, était le résultat, le plus souvent, en France et en Allemagne, des expériences de la crise du mouvement ouvrier faites par ces auteurs ; elles les amenaient au révisionnisme idéologique et les conduisaient à la marginalisation. Ce passage entre la Gauche et la Droite, que Burrin a démontré en prenant des exemples marquants du radicalisme, de la SFIO et du PCF des années trente,10 ne peut pas être considéré comme une particularité de l'histoire politique française. On trouve, en Allemagne, comme exemples illustrant une telle évolution qui a son point de départ dans le mouvement ouvrier et qui passe de la crise au révisionnisme pour se rapprocher, de façon temporaire ou durable, du fascisme, les biographies de l'éminent sociologue Robert Michels, de l'écrivain Paul Ernst ou du représentant syndicaliste August Winnig11. Pour discuter de ces biographies de transfuges ou de renégats dans une perspective comparative, il semble utile de revenir sur l'histoire des organisations du mouvement ouvrier en France et en Allemagne. Il faudrait vérifier, par exemple, si en raison du plus faible degré d'intégration des différents courants, avant et après la fondation de la SFIO en 1905, et en raison de la plus grande proximité du socialisme français par rapport au radicalisme bourgeois, la disposition au révisionnisme et à la mobilité politique n'a pas été dans le socialisme français généralement plus forte par rapport aux organisations plus monolithiques du SPD et des Syndicats libres en Allemagne12. Une telle comparaison ne serait fructueuse que pour la période précédant l'accession des Nationaux-Socialistes au pouvoir en 1933. Durant la période ultérieure, en France, les motifs des passages spectaculaires des transfuges de la gauche à la droite étaient nombreux, sous la double influence de la crise économique et de l'attraction exercée par les régimes fascistes en Europe. En Allemagne, au contraire, la persécution des représentants des organisations ouvrières sous le Troisième Reich soudait ceux-ci et les immunisait contre la "dérive fasciste". Il semble que le national-bolchévisme, qui apparaissait dans différents contextes politiques de la République de Weimar et qui était sociologiquement situé à la charnière du mouvement ouvrier et du camp bourgeois, resta en Allemagne une variante très particulière du phénomène "ni droite ni gauche"13. Bien qu'il y ait eu aussi en France, pendant les années trente, des synthèses ad hoc, réunissant des éléments de la stratégie communiste et de l'idéologie nationaliste, il y manquait la motivation de la politique étrangère, qui assurait aux idées national-bolchéviques leur présence éparse mais durable, sous la République de Weimar. La virulence des idées national-bolchéviques y était nourrie par les contacts de celles-ci avec le révisionnisme omniprésent dirigé contre le Traité de Versailles. Comme le montre dans cet ouvrage l'étude sur le Parti français national-communiste, les éléments nationalistes et antisémites de son programme étaient le fruit de la constellation de la politique intérieure très particulière de la France des années 1930.

  • 14 Cf. le livre peu connu, mais essentiel de Wolfgang R. KRABBE : Gesellschaftsveränderung durch Lebe (...)
  • 15 Cf. l'analyse récente de Christophe PROCHASSON : Les intellectuels, le socialisme et la guerre 190 (...)
  • 16 Cf. à ce sujet les articles de Winfried MOGGE, Jürgen REULECKE et Hans MOMMSEN dans Thomas KOEBNER (...)
  • 17 Stefan Breuer (op. cit., p. 25 sq.) discute les caractéristiques "générationnelles" de la Konserva (...)
  • 18 Cf. à ce sujet la thèse indispensable de Dieter TIEMANN : Deutsch-französische Jugendbeziehungen d (...)
  • 19 L'étude comparative de ces différences entre la bourgeoisie allemande et française dans l'Entre-de (...)
  • 20 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 11.
  • 21 Michel WINOCK : Les générations intellectuelles, in : Vingtième Siècle, 1989, no 22, p. 26 parle d (...)
  • 22 Cf. Dieter TIEMANN, op. cit., p. 96-136.

10La deuxième perspective comparative résultant du rapprochement entre la "révolution conservatrice" en Allemagne et les "non-conformistes" en France évoque les contacts directs entre ces deux milieux politiques et intellectuels. En s'interrogeant sur les origines de ces milieux, fortement marqués dans les deux pays par la génération de la guerre et la première génération d'après-guerre, il faut tenir compte des causes sociales et historiques très particulières des deux côtés. En Allemagne, il y avait déjà eu, au sein de la société wilhelmienne, dans les deux générations d'avant-guerre, des mouvements contestataires antibourgeois, qui avaient trouvé leur expression dans la "Lebensreformbewegung" ("mouvement pour la réforme de la vie") où prédominait un caractère apolitique14. Parmi ces mouvements sectoriels, c'était surtout le mouvement de la jeunesse qui constituait un facteur actif empêchant la bourgeoisie allemande, traditionnellement très divisée, de parvenir à un consensus politique et culturel comme c'était le cas de la bourgeoisie française. En France, l'affaire Dreyfus avait donné naissance à la catégorie sociale des intellectuels républicains qui, eux, se rallièrent, après la guerre mondiale, de plus en plus, aux partis démocrates et aux associations pacifistes, renforçant ainsi le consensus républicain15. Les impulsions contestataires antibourgeoises du mouvement de la jeunesse en Allemagne se radicalisèrent pendant et après la guerre mondiale. Elles aboutirent, au cours des années 1920, à la conception du "Bund" (communauté des jeunes) qui opposait un projet alternatif bien ambigu à la société bourgeoise16. Contrairement à la France, la bourgeoisie allemande, peu homogène du point de vue idéologique, déjà avant la guerre, entra sous l'effet de la défaite, de l'inflation et de la crise économique mondiale, dans une crise de conscience endémique. Le mouvement de la jeunesse, dans sa phase "bündisch" des années vingt, faisait partie de cette crise de conscience et il servait de caisse de résonnance aux idées de la "révolution conservatrice"17. C'est dans ce milieu politique et intellectuel "ni droite ni gauche" que l'on recherchait des contacts directs avec l'étranger18. En France, on ne connaissait ni les effets corrosifs socio-culturels de la "Lebensreform" ou du mouvement de la jeunesse19 ni le choc de la défaite et de l'inflation, qui avaient attisé en Allemagne la conscience de la crise de la civilisation bourgeoise. Ici, les bouleversements que connut la conscience bourgeoise commencèrent à agir brusquement, lors du passage aux années 1930. On a décrit ces "années tournantes" comme "un temps de bouleversements aussi bien dans le domaine des structures économiques, des institutions et des idéologies politiques que dans celui des créations de l'esprit"20. Dans ces années qui marquent le début de la perte de confiance en soi de la bourgeoisie française, les représentants de la génération de la guerre et de l'après-guerre gagnèrent en influence. Ils avaient, de façon typique et à la différence de la génération des jeunes intellectuels en Allemagne, leur point d'appui à l'intérieur des partis politiques et des associations déjà existants ; ils commencèrent à s'y profiler comme "non-conformistes"21. C'était entre une partie de cette génération révolutionnaire-conservatrice en Allemagne et du mouvement d'opposition des non-conformistes en France que se créa un espace d'interaction transfrontalière relativement intense. Elle prit, à partir de 1930, des formes concrètes avec les rencontres du "Cercle du Sohlberg" (souvent analysées) et, à partir de 1931, avec la fondation du Comité d'entente de la jeunesse française pour le rapprochement franco-allemand22. Cette interaction entre des groupements de jeunes intellectuels en France et en Allemagne est présentée sous un éclairage nouveau dans les articles sur le Cahier de revendications de la NRF, sur le groupe autour de la revue Plans et dans l'étude sur les relations d'Alexandre Marc avec Paul L. Landsberg.

  • 23 À propos de la Jeune Droite cf. Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 37-78 ; pour les Jeunes (...)
  • 24 Pour plus de détails cf. Alice Gräfin HARDENBERG, op. cit., p. 23 sq.
  • 25 Armin MOHLER, op. cit., p. 130-166.
  • 26 La question de savoir si la pensée raciale était une caractéristique dans la Konservative Revoluti (...)
  • 27 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit. p. 183. Cf. aussi Stefan BREUER, op. cit., p. 49-59 à propos (...)
  • 28 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 185 sq. Stefan BREUER, op. cit., p. 78 sq.
  • 29 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 189 sq. Stefan BREUER, op. cit., p. 96 sq.
  • 30 Stefan BREUER (op. cit., p. 86 sq.) donne une multitude d'exemples trouvés dans les publications d (...)
  • 31 Cf. Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 317 sq. : La mission de la France.
  • 32 Stefan BREUER, op. cit., p. 104 sq.
  • 33 Loubet del Bayle a négligé quelque peu les idées prospectives des non-conformistes relatives à la (...)

11Il faudra garder à l'esprit les origines sociales et historiques très différentes en France et en Allemagne, lorsqu'on procède à l'analyse du discours de la crise développé par les "révolutionnaires conservateurs" et par les "non-conformistes". Les origines très hétérogènes du discours de la crise d'un côté et de l'autre du Rhin, laissent supposer, à première vue, que leurs contenus doivent présenter plus de différences que de ressemblances. Dans la perspective chronologique, la convergence de "l'idéologie de la crise" en France et en Allemagne atteignit vraisemblablement son point culminant dans les années allant de 1927/28 à 1933/34. En France, s'annonça, à partir de 1927/28, une nouvelle conscience politique dans la jeune génération, par exemple par la Jeune Droite, qui se constitua comme opposition au sein de l'Action française, et par les Jeunes Turcs à l'intérieur du Parti radical23. En Allemagne, à la même époque, le mouvement de la jeunesse "bündisch" vécut l'apogée de son histoire, en tant qu'organisation, par la constitution de la "Deutsche Freischar" au niveau du Reich24. Si l'on considère les générations des jeunes révoltés de ces années comme la base sociale de "l'idéologie de la crise", il est alors aisé de fixer la fin de la période de convergence des deux mouvements. Dans les années 1933-34, les protagonistes principaux des rencontres des jeunes avec la France (Abetz, Bran, Eschmann e.a.) se laissèrent récupérer par les Nationaux-Socialistes. En France, les événements du 6 février 1934 contraignirent, par la suite, de plus en plus, les jeunes intellectuels à prendre position pour ou contre le fascisme. Même pour les six années où la convergence de "l'idéologie de la crise" était relativement nette il est difficile de comparer une grande partie des groupes porteurs de la Révolution conservatrice en Allemagne avec les "non-conformistes" en France. Si l'on accepte la distinction de Mohler qui propose cinq composantes de la Révolution conservatrice,25 alors les éléments "völkisch", national-révolutionnaires et contestataires ruraux ("Landvolk") apparaissent, d'avance, comme des phénomènes spécifiques qui ne peuvent pas entrer dans une comparaison franco-allemande. On pourrait donc, en première ligne, faire le rapprochement entre la composante des Jeunes conservateurs ("Jungkonservative") et celle du mouvement de la jeunesse "bündisch" de la Révolution conservatrice avec l'exemple français. Encore faut-il retenir chez les Jeunes conservateurs et dans le mouvement de la jeunesse "bündisch" une empreinte plus nette de la pensée nationaliste que chez les non-conformistes. On pouvait voir concrètement cette différence, partout, lors des rencontres franco-allemandes du Cercle du Sohlberg ; elle était due au révisionnisme intrinsèque des jeunes Allemands en matière de politique extérieure26. Abstraction faite de cette différence, il reste, aussi bien du côté français que du côté allemand, un grand nombre d'idées récurrentes et d'arguments comparables reflétant la conscience d'une génération politique et intellectuelle et sa perception de la crise. Il y avait, par exemple, l'idée emphatique de la volonté de rénovation propre à cette génération et qui visait de façon prioritaire la transformation spirituelle et non pas le changement matériel de la société et de la politique. La mentalité de la remise en question et du refus de la situation existante était partagée par les révolutionnaires conservateurs et les non-conformistes. La caractérisation suivante de l'attitude générale des non-conformistes vaut aussi, pour l'essentiel, pour les jeunes révolutionnaires conservateurs en Allemagne : "Dégoût, rupture, refus, révolte, tels sont les mots qui revenaient le plus souvent dans leurs publications, exprimant la réaction commune qui fut à l'origine de leurs recherches"27. L'ordre international d'après-guerre, instauré par le Traité de Versailles, fut refusé, de façon à peu près identique28. Les partis politiques en place, ainsi que le système parlementaire qu'ils soutenaient, furent, d'une manière générale, rejetés29. En relation avec la critique des structures de la politique intérieure, se déployèrent, en quantité et qualité comparables, les arguments relatifs aux effets dissolvants, mécaniques et atomisateurs du libéralisme et du socialisme. D'une manière analogue, du côté français et du côté allemand, on appela de ses vœux une nouvelle synthèse, une solution "organique" à la crise de la civilisation. Des deux côtés, des idées néo-corporatistes jouèrent un certain rôle dans ces projets de solution à la crise. Cependant, alors que pour la révolution conservatrice, l'idée de la renaissance "völkisch" de la nation, liée à l'idéologie de la biologie des races, prenait une place centrale,30 il prévalait, chez les "non-conformistes", l'idée traditionnelle du nationalisme français revendiquant une mission politique et culturelle universelle pour la France31. Pour ce qui est de l'ordre nouveau international et (surtout) européen, les auteurs de la Révolution conservatrice mettaient au centre de leur réflexion l'idée du "Reich", qui attribuait à l'Allemagne le rôle de puissance hégémonique en Europe, sinon à l'échelle mondiale32. On perçoit, dans la discussion des "non-conformistes", aussi bien un rejet du nationalisme intégral qu'un rejet de l'internationalisme ; la troisième voie, sur laquelle on réfléchissait, semble avoir été tracée en direction d'une Europe fédérée33. Finalement, le bilan de l'analyse comparative de "l'idéologie de la crise" chez les révolutionnaires conservateurs et les non-conformistes (et le bilan de la lecture des études de cas réunies dans ce recueil) conduit à la conclusion que la plupart des parallélismes d'idées sont repérables sur le plan du rejet des structures existantes de la société et de la politique, tandis que les visions de l’avenir divergent nettement, dans les deux pays, selon leurs traditions sociales et leur culture politique.

  • 34 Cf. ibid., p. 263 sq.
  • 35 A ce sujet des exemples abondants sont donnés par Stefan Breuer, op. cit., p. 70-78.
  • 36 Ibid., p. 93.

12Les courants de réception d'éléments théoriques, venant de France et récupérés par la Révolution conservatrice ou venant d'Allemagne et accueillis par les non-conformistes, constituent un genre particulier de chassés-croisés idéologiques transfrontaliers. Dans ce transfert idéologique transnational, qui contribua à l'élaboration de "l'idéologie de la crise", il fut repris, en règle générale, des éléments de la pensée philosophique ou politique du pays voisin, qui furent intégrés dans le système de raisonnement correspondant aux traditions et problèmes du pays récepteur. Les exemples les plus marquants illustrant la modification que subit le sens des éléments théoriques par le transfert d'une culture nationale à l'autre se trouvent, pour ce qui concerne l'idéologie "ni droite ni gauche", dans la critique de la civilisation d'inspiration antidémocratique et dans la théorie raciale. Les maîtres à penser de la critique de la civilisation moderne étaient pour les révolutionnaires conservateurs et la génération des non-conformistes Friedrich Nietzsche et Georges Sorel. Un examen attentif des textes de Carl Schmitt met en évidence, dans ce volume, la réception cachée et la discussion de quelques concepts centraux de la théorie de Georges Sorel par l'auteur allemand ; il prouve en même temps l'importance des influences de la pensée de Georges Sorel chez les protagonistes intellectuels de la droite et de la gauche dans l'Allemagne de l'Entre-deux-guerres. D'autre part, la grande influence, en sens inverse, de la critique de la civilisation de Friedrich Nietzsche en France n'a pas besoin d'être prouvée, bien que les voies et les variations de la réception de Nietzsche en France exigeraient des études plus poussées. Le rôle que jouait la pensée de Nietzsche dans l'idéologie des non-conformistes n'est jusqu'à présent reconnaissable que dans les grandes lignes. Il semble que Nietzsche y eût été considéré à la fois comme interprète lucide des tendances à l'atomisation sociale dans la civilisation moderne, et comme la victime de celles-ci34. Le thème des systèmes techniques comme caractéristiques essentielles de la civilisation moderne était l'objet de discussions, aussi bien dans les revues Plans et Die Tat que dans la pensée d'Ernst Jünger35. L'interaction entre la fragmentation croissante du groupe socio-professionnel des ingénieurs, vecteurs de l'évolution technique, et leur ouverture grandissante à "l'idéologie de la crise" et aux idées de la troisième voie, est démontrée dans cet ouvrage, à partir de l'exemple allemand. Les études sur Georges Vacher de Lapouge et sur la réception de la théorie des races du Comte Joseph Arthur de Gobineau en Allemagne, qui se trouvent dans ce volume, donnent des exemples du transfert idéologique entre la France et l'Allemagne dans l'Entre-deux-guerres. Dans le premier cas, celui de Vacher de Lapouge, on voit clairement quels étaient, en France, les facteurs sociaux, culturels et politiques qui ont empêché l'eugénisme de s'imposer. C'est ainsi que la diffusion des idées d'un auteur resta limitée dans son pays d'origine, alors que sa pensée servait dans le Troisième Reich de point de référence de la politique raciale. Dans l'étude de cas sur le Comte Gobineau on perçoit que sa doctrine raciale avait été adoptée, de façon surprenante, dès la fin du xixe siècle, et que cette réception avait préparé, à long terme, la diffusion du discours sur le racisme biologique. Dans les deux cas, cependant, la question reste posée de savoir si, et dans quelle mesure, la composante de la "biologie des races" fut intégrée dans l'idéologie de la Révolution conservatrice et des non-conformistes. Pour ce qui est de la Révolution conservatrice, Mohler voit cette composante plutôt comme un phénomène marginal quelque peu bizarre, rattaché à la tendance "völkisch". Une autre thèse se dessine, à ce sujet, dans la recherche récente et plus critique, à savoir "que la révolution conservatrice était beaucoup plus fortement contaminée par la pensée raciste que certains de ses défenseurs (et même certains de ses adversaires) ne veulent l'admettre"36.

  • 37 Ibid., p. 182
  • 38 Ibid.
  • 39 Il n'est pas étonnant que Stefan Breuer ne connaisse pas le livre de Jean-Louis Loubet del Bayle s (...)

13Ces quelques notes comparatives, relatives aux études bien documentées et riches en informations de ce livre, tentent de démontrer que la comparaison entre la Révolution conservatrice en Allemagne et les non-conformistes en France, dans la période allant de la fin des années 1920 jusque vers le milieu des années 1930, apparaît tout à fait significative et féconde. Ce rapprochement apparaît significatif parce qu'il fait ressortir plus nettement les différences et les ressemblances dans la version allemande et française de "l'idéologie de la crise" et il permet de poser la question de leurs causes. Il est fécond pour la recherche, parce que la comparaison fait naître de nouvelles questions, que l'on peut transférer de l'exemple d'un pays à celui de l'autre. On a récemment écrit, et cela à juste titre, que la discussion autour de la Révolution conservatrice avait souffert, jusqu'à présent, du fait "qu'elle était, en dépit des affirmations contraires, profondément centrée sur l'Allemagne et intimement liée à l'idéologie du "Sonderweg" ("destin national particulier") allemand"37. La discussion, qui a à peine commencé, mais qui serait souhaitable, sur "la possibilité de comparer la Révolution conservatrice avec des phénomènes analogues dans d'autres pays du même niveau de développement",38 est ouverte par ce livre. Encore faut-il savoir ce que l'on veut et peut comparer39. Cela présuppose surtout une coopération interdisciplinaire et internationale, qui, elle, est, dans le domaine des sciences humaines et sociales, toujours liée à beaucoup de difficultés. Les études rassemblées dans cet ouvrage doivent être comprises comme une tentative visant à surmonter cette double barrière et à donner une impulsion innovatrice à une discussion comparative qui s'impose.

Notes

1 Pour le rôle d'intermédiaire dans les deux directions d'Armin Mohler et d'Alain de Benoist cf. Claus LEGGEWIE : Der Geist steht rechts. Ausflüge in die Denkfabriken der Wende, Berlin : 1987, p. 187 : Muss man Mohler verbrennen ? Ein Besuch beim Vordenker der Neuen Rechten. Comme publication récente, discutant d'une manière très critique la nouvelle tentation d'une partie de l'opinion publique en Allemagne par les idées de la "révolution conservatrice", cf. le livre de l'auteur chrétien-démocrate Friedbert PFLÜGER : Deutschland driftet. Die Konservative Revolution entdeckt ihre Kinder, Düsseldorf : 1994.

2 Cf. à titre d'exemple Wolfgang KOWALSKY : Kulturrevolution ? Die Neue Rechte im neuen Frankreich und ihre Vorläufer, Opladen : 1991.

3 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE : Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris : 1987. Il s'agit de la nouvelle édition du livre qui a paru sous le même titre aux Editions du Seuil en 1969. Armin MOHLER : Die Konservative Revolution in Deutschland 1918-1932. Ein Handbuch, Darmstadt : 1989. Ce livre est issu d'une thèse qui a été soutenue à Bâle en 1949 ; il s'agit de la troisième édition, la quatrième étant en préparation à la Wissenschaftliche Buchgesellschaft de Darmstadt.

4 Armin MOHLER, op. cit., vol. 2, p. 7.

5 Cf. pour la discussion allemande surtout le livre récent de Stefan BREUER : Anatomie der Konservativen Revolution, Darmstadt : 1993. Pour la discussion française cf. d'abord Zeev STERNHELL : Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Paris : 1983. Parmi les multiples critiques que ce livre a déclenchées en France cf. Michel WINOCK : Fascisme à la française ou fascisme introuvable ?, in : Le Débat, 1983, no 25, p. 35-44 ; Shlomo SAND : L'idéologie fasciste en France, in : Esprit, 1983, no 8-9, p. 149-160 ; Serge BERSTEIN : La France des années 30 allergique au fascisme. A propos de Zeev Sternhell, in : Vingtième Siècle, 1984, no 2, p. 83-94 ; Jacques JULLIARD : Sur un fascisme imaginaire : à propos d'un livre de Zeev Sternhell, in : Annales ESC, 1984, vol. 39, no 4, p. 849-861. Cf. aussi la réplique de Zeev Sternhell dans l'édition révisée et complétée de son livre, Zeev STERNHELL : Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Bruxelles : 1987. Un très bon résumé de la discussion française sur les thèses de Sternhell se trouve dans Philippe BURRIN : La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, Paris : 1986, p. 25 sq.

6 Stefan BREUER, op. cit., p. 47.

7 Philippe BURRIN, op. cit., p. 26.

8 Ainsi la tendance prédominante dans les travaux d'Armin Mohler.

9 Il y a deux contributions capitales à la discussion sur le rôle précurseur des "conservateurs révolutionnaires" par rapport au national-socialisme ; ces deux ouvrages sont totalement différents par leurs approches méthodologiques, mais ils se complètent en quelque manière. Le livre de Sontheimer se situe dans la tradition de l'histoire des idées politiques tandis que la thèse volumineuse de Theweleit emprunte ses concepts à la psychanalyse et à l'histoire des mentalités ; elle est fort discutée dans la communauté scientifique. Cf. Kurt SONTHEIMER : Antidemokratisches Denken in der Weimarer Republik. Die politischen Ideen des deutschen Nationalismus zwischen 1918 und 1933, München : 1962. Klaus THEWELEIT : Männerphantasien, Frankfurt/Main : 1977, 2 vol.

10 Philippe BURRIN, La dérive fasciste, op. cit.

11 Cf. Wilfried RÖHRICH : Robert Michels. Vom sozialistisch-syndikalistischen zum faschistischen Credo, Berlin : 1972. Wilhelm RIBHEGGE : August Winnig. Eine historische Persönlichkeitsanalyse, Bonn/Bad Godesberg : 1973.

12 Cf. à ce propos les observations de Marieluise Christadler dans son essai introductif à : Marieluise CHRISTADLER (dir.) : Die geteilte Utopie. Sozialisten in Frankreich und Deutschland, Opladen : 1985, p. 11-24.

13 Cf. Louis DUPEUX : Stratégie communiste et dynamique conservatrice. Essai sur les différents sens de l’expression "National-bolchévisme" en Allemagne sous la République de Weimar, Paris : 1976. Otto Ernst SCHÜDDEKOPF : Linke Leute von rechts. Die nationalrevolutionären Minderheiten und der Kommunismus in der Weimarer Republik, Stuttgart : 1960.

14 Cf. le livre peu connu, mais essentiel de Wolfgang R. KRABBE : Gesellschaftsveränderung durch Lebensreform. Strukturmerkmale einer sozialreformerischen Bewegung im Deutschland der Industrialisierungsperiode, Göttingen : 1974.

15 Cf. l'analyse récente de Christophe PROCHASSON : Les intellectuels, le socialisme et la guerre 1900-1939, Paris : 1993.

16 Cf. à ce sujet les articles de Winfried MOGGE, Jürgen REULECKE et Hans MOMMSEN dans Thomas KOEBNER, Rolf-Peter JANZ, Frank FROMMLER (ed.) : "Mit uns zieht die neue Zeit". Der Mythos Jugend, Franfurt/Main : 1985.

17 Stefan Breuer (op. cit., p. 25 sq.) discute les caractéristiques "générationnelles" de la Konservative Revolution. Les résultats de ses recherches confirment cette hypothèse.

18 Cf. à ce sujet la thèse indispensable de Dieter TIEMANN : Deutsch-französische Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn : 1969, et Alice Gräfin HARDENBERG : Bündische Jugend und Ausland, thèse non publiée, München, 1966.

19 L'étude comparative de ces différences entre la bourgeoisie allemande et française dans l'Entre-deux-guerres sera tentée dans mon article intitulé : "Kulturelle Eliten in den deutsch-französischen Gesellschaftsbeziehungen der Zwischenkriegszeit", dans : Rainer HUDEMANN, George-Henri SOUTOU (dir.) : Les élites en France et en Allemagne aux 19ème et 20ème siècles, Bonn : 1994 (sous presse).

20 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 11.

21 Michel WINOCK : Les générations intellectuelles, in : Vingtième Siècle, 1989, no 22, p. 26 parle de la "génération de la crise" et il en esquisse le portrait.

22 Cf. Dieter TIEMANN, op. cit., p. 96-136.

23 À propos de la Jeune Droite cf. Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 37-78 ; pour les Jeunes Turcs du Parti radical cf. Serge BERSTEIN : Histoire du Parti radical, Paris : 1982, vol. 2, p. 94-125.

24 Pour plus de détails cf. Alice Gräfin HARDENBERG, op. cit., p. 23 sq.

25 Armin MOHLER, op. cit., p. 130-166.

26 La question de savoir si la pensée raciale était une caractéristique dans la Konservative Revolution sera discutée vers la fin de cet article.

27 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit. p. 183. Cf. aussi Stefan BREUER, op. cit., p. 49-59 à propos des objets qui étaient au centre de la critique des partisans de la Konservative Revolution.

28 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 185 sq. Stefan BREUER, op. cit., p. 78 sq.

29 Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 189 sq. Stefan BREUER, op. cit., p. 96 sq.

30 Stefan BREUER (op. cit., p. 86 sq.) donne une multitude d'exemples trouvés dans les publications des principaux auteurs de la Konservative Revolution.

31 Cf. Jean-Louis LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 317 sq. : La mission de la France.

32 Stefan BREUER, op. cit., p. 104 sq.

33 Loubet del Bayle a négligé quelque peu les idées prospectives des non-conformistes relatives à la politique extérieure dans son chapitre "Propositons pour un ordre nouveau", op. cit., p. 327 sq. Pour les idées plutôt vagues d'un "fédéralisme européen" propagé par "Esprit" et "L'ordre nouveau" cf. ibid., p. 364 sq.

34 Cf. ibid., p. 263 sq.

35 A ce sujet des exemples abondants sont donnés par Stefan Breuer, op. cit., p. 70-78.

36 Ibid., p. 93.

37 Ibid., p. 182

38 Ibid.

39 Il n'est pas étonnant que Stefan Breuer ne connaisse pas le livre de Jean-Louis Loubet del Bayle sur les "non-conformistes" qui, pourtant, constitue un excellent outil pour l'analyse comparative que l'auteur appelle de ses vœux. Cette ignorance réciproque des travaux de recherche dans le domaine de l'histoire contemporaine et des sciences politiques effectués dans l'autre pays est toujours la règle, malgré les efforts déployés, de part et d'autre, pour encourager la coopération franco-allemande dans ce domaine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540