Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

IV - MÉDIATIONS

Benn, Jünger et la France 1920-1940

Albert Betz

Texte intégral

  • 1 Carl SCHMITT, Glossarium. Aufzeichnungen der Jahre 1947-1951, Berlin : 1991, S. 99 (Eintragung v. (...)
  • 2 A.a.O., S. 297 (8.2.1950).
  • 3 A.a.O., S. 269(16.9.1949).

1Carl Schmitt, dans son "Glossaire" récemment publié, dit de Gottfried Benn qu'il est "l'authentique Allemand de la période entre 1919 et 1938". Dans la suite de ces lignes écrites peu d'années après la guerre, il distingue Benn de ses "pâles et ambitieux imitateurs", de sorte qu'on doit se demander à quelle éminente valeur révélatrice correspond cette "authenticité". Manifestement à celle-ci : Benn offre l'illustration exemplaire de la crise des intellectuels bourgeois allemands pendant l'Entre-deux-guerres1. Ceux qui comptent, ce sont aux yeux de Schmitt, tout naturellement, ceux qui sont restés en Allemagne, pas les émigrants. Dans le petit nombre des "survivants" — il veut sans doute dire ceux qui ont encore une mission à remplir dans l'Allemagne d'après la catastrophe, malgré leur engagement dans l'"éveil" de 1933 — il compte Benn, Heidegger et lui-même. Ses notes reflètent encore un profond ressentiment à l'égard du quatrième nom, celui de l'auteur qui lui était pourtant, à l'époque, le plus proche de tous : Ernst Jünger2. Voyant comment Jünger se met en scène rétrospectivement dans Strahlungen et Heliopolis, deux ouvrages parus en 1949, Schmitt remarque sarcastiquement : "Entre-temps, il [Jünger] s'est décerné à lui-même la croix pour le Mérite dans la lutte contre Hitler"3.

2Tous ces représentants de la droite intellectuelle ambitionnèrent, avant et/ou après 1933, d'être des guides spirituels dans leur pays et, à ce titre, se compromirent à des degrés divers ; ils ont en commun un certain nombre de traits, qu'on peut brièvement résumer comme suit :

  • l'appartenance au spectre de la "révolution conservatrice", qui emprunte ses mythes et ses mots d'ordre à Nietzsche et à Spengler ;
  • la polarisation sur le concept de "décision", sous la forme d'un décisionnisme politique chez Schmitt, esthétique chez Benn, philosophique chez Heidegger, à la fois guerrier et esthétique chez Jünger ;
  • le nihilisme, qu'ils prétendent en même temps combattre ;
  • la conception de la "volonté de puissance" comme loi fondamentale de l'être, comme métaphysique politique positive tournée vers ce monde-ci4 ;
  • l'hostilité envers la modernité issue des Lumières, avec ses conceptions de l'histoire et du progrès ;
  • le refus des "Idées de 1789" centrées sur les Droits de l'Homme5 ;
  • l'aversion tant contre le libéralisme que contre ce qui constitue à leurs yeux son pendant, le marxisme ;
  • le refus catégorique de ce couplage théorique central pour tant d'intellectuels exilés des années trente, celui de la sociologie et de la psychanalyse, de Marx et de Freud ; et enfin pour terminer cette brève énumération sur un point quasi positif :
  • le sentiment d'appartenir à une élite ascétique en un temps de crise profonde, de rapide délabrement des normes et des valeurs. Karl Löwith a parlé du "mode de pensée catastrophique" de cette génération, visant par là leur extrémisme philosophique. "Origine", "fin", "exception", "situation-limite" : les concepts et les expressions désignant des états ultimes deviennent courants et presque "normaux" dans une époque où l'effondrement guette la société. Certains désirent cet effondrement, comme une catharsis nécessaire et purificatrice6.
  • 7 BETZ, a.a.O., S. 18.

3Les manifestations de l'irrationalisme ne peuvent trouver terrain plus favorable, et les esprits sont portés aux solutions politiques extrêmes, prêts à se livrer à un pouvoir autoritaire ou totalitaire. La "mobilisation totale" et l'"Etat total" deviennent après 1930 des notions centrales pour la droite, qui, malgré toutes les rivalités et les contradictions, partage la conviction qu'il faut en finir le plus vite possible avec le système tant méprisé de la République de Weimar ; son credo est que l'énergie révolutionnaire nécessaire pour sortir de la crise ne peut être tirée que de sources nationales7. L'ennemi est ici l'internationalisme, avec ses deux visages (et ses deux foyers, entre lesquels l'Allemagne risque d'être prise en tenaille) : à l'Ouest, les "ploutocraties" bourgeoises, avec lesquelles la haute bourgeoisie allemande n'a que trop composé, menacent de saigner le pays ; à l'Est, c'est le chaos qui guette l'Allemagne, si le bolchevisme s'empare du pouvoir par des voies révolutionnaires. La révolution conservatrice à laquelle aspirent ces milieux doit au contraire être nationale et sociale, elle doit surmonter les différences entre droite et gauche et aboutir à la création d'un nouvel Etat – ou d'un nouveau (troisième) Reich –, au-delà du libéralisme et de la démocratie.

  • 8 Arthur MOELLER VAN DEN BRUCK, Das dritte Reich, Berlin : 1923, S. 64.
  • 9 Carl SCHMITT, Der Begriff des Politischen, Berlin : 1927.
  • 10 Zit. n. d. 4.Auflage, Berlin : 1979, S. 70 f.

4La formule répandue : "Le libéralisme est la ruine des peuples" avait été forgée en 1923 par Moeller van den Bruck dans son livre Le troisième Reich8 qui avait pris une signification programmatique. Le libéralisme était pour lui synonyme de déclin, d'auto-décomposition, de décadence. Il n'y avait ensuite plus qu'un petit pas à franchir pour identifier le libéralisme au traité de Versailles ; c'est ce dont s'acquitta brillamment le juriste Carl Schmitt dans son livre La notion de politique (1927)9, en offrant des définitions commodes qui ne tardèrent pas à réapparaître, légèrement adaptées à leurs systèmes métaphoriques respectifs, sous la plume d'écrivains comme Benn et Jünger. La corde antibourgeoise vibre à travers tout cet écrit. La République de Weimar, accordée "par la grâce de Versailles", porte en elle le poison libéral. Le libéralisme, résume Schmitt, se meut "dans la polarité caractéristique et toujours renouvelée de deux sphères hétérogènes : la morale et l'économie, l'esprit et les affaires, la culture et les richesses". Son essence est l'individualisme. Le concept politique de lutte se mue "dans la pensée libérale en 'concurrence' du côté de l'économie, en 'débat' du côté de l'esprit (...). L'Etat devient Société (...). La structure idéologique du traité de Versailles correspond très précisément à la bipolarité décrite ci-dessus : phraséologie éthique et calcul économique"10. C'était fournir une base argumentative aux pensées de revanche intérieure et extérieure de la droite nationaliste. De telles idées étaient accessibles aussi bien aux écrivains qu'aux politiciens d'orientation nationaliste — et à Hitler lui-même, batteur de tambour démagogue qui dut sa victoire triomphale lors des élections de septembre 1930 à ses menées agitatrices contre le traité de Versailles ; il n'avait eu qu'à simplifier grossièrement et à radicaliser les arguments proposés par Schmitt, en leur apportant une puissante charge d'antisémitisme. Il va sans dire que la bonne vieille image de la France comme l'"ennemie héréditaire" de qui l'on ne pouvait assez se défier trouvait sa place toute prête dans ce tableau.

5Tel est, rapidement esquissé, le cadre historique et intellectuel dans lequel se meuvent Benn et Jünger ; il faut maintenant examiner quels contacts les deux écrivains eurent avec la France avant 1940, et quelle image leurs écrits donnent de la constellation franco-allemande pendant l'Entre-deux-guerres.

6Le point de départ empirique de cette enquête pourra être fourni par les différents séjours qu'ils firent l'un et l'autre dans le pays voisin ; Ernst Jünger, d'abord.

7D'après son propre témoignage, c'est un échange scolaire qui fut à l'origine de son premier voyage en France, aux environs de Saint-Quentin, en 1909. Peu avant la Première Guerre mondiale, il quitta le lycée pour rejoindre la Légion étrangère française ; l'expérience dura six mois, et le conduisit d'abord à Marseille, puis en Afrique du Nord, à Sidibel-Abbès. Fin 1916, il est promu au grade de sous-lieutenant et participe aux combats en Champagne et sur la Somme. En 1925, il atterrit, dans l'un des premiers avions, au Bourget. En 1931, il s'arrête à Paris en revenant d'un séjour aux Baléares. Il est à nouveau mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale ; promu capitaine, il entre en France — cette fois, derrière les troupes de première ligne. De 1941 à 1944, il fait partie de l'état-major du commandant militaire de Paris.

  • 11 Gottfried BENN, Gesammelte Werke, Wiesbaden : 1959 ff., Bd. I, S. 27 f.
  • 12 A.a.O., S. 65.

8Gottfried Benn, ayant connu, comme Jünger, l'esprit militaire de l'empire prussien, découvrit Paris et la France — surtout le Sud-Ouest — dans les années vingt, au cours de quelques brefs séjours (il avait passé la plus grande partie de la Première Guerre mondiale à Bruxelles, comme médecin militaire de l'arrière). Il a décrit dans deux articles, "Paris" (1925) et "Frankreich und wir" ("La France et nous") (1930), ce qu'il aimait dans la France, la rigueur formelle et le lustre. Le premier de ces textes est une déclaration d'amour à la "ville-diadème" ; Benn, venant du Berlin morne et gris de l'après-guerre, décrit avec une parfaite admiration le mélange de frivolité et de charme aristocratique qu'il découvre dans la capitale française, et constate avec satisfaction l'absence de tout sentiment "anti-allemand"11. Dans son article de 1930, Benn, dont la mère est suisse romande, plaide pour un rapprochement franco-allemand : "Le Français et l'Allemand peuvent décider de vivre politiquement ensemble avec plus de raison que jusqu'à présent"12. Il recommande aux uns et aux autres "d'apprendre la langue et de visiter le pays" de leurs voisins, afin de surmonter le sentiment d'"étrangeté" qui, d’après lui, les sépare (comme une différence "inscrite dans leur nature et matérialisée au cours de l'histoire"). Encore au mois de décembre 1932, répondant à une enquête lancée par la Literarische Welt de Berlin sous le titre : "Paix sur la terre", il déclare placer ses espoirs dans une "alliance militaire forte, une alliance bétonnée et blindée avec la France".

  • 13 Vgl. : Jürgen SCHRÖDER, Gottfried Benn. Poesie und Sozialisation, Stuttgart : 1978, S. 155.
  • 14 G. BENN, GW, Bd. IV, S. 159.

9Qu'en est-il des influences littéraires ? Benn n'a jamais caché que la "poésie moderne" dont il se réclame prend sa source en France (Baudelaire, Verlaine, Rimbaud). Il sait aussi que c'est dans Paludes de Gide qu'il a trouvé l'exigence d'une "prose absolue", et que plusieurs de ses essais (notamment son texte sur "Le monde dorien")13 s'inspirent — pour ne pas dire plus — de la Philosophie de l'art d'Hippolyte Taine. Benn fut toute sa vie un grand compilateur, qui était aussi adroit que Brecht à s'approprier des matériaux étrangers (et) qui savait aussi donner à ses montages un ton particulier, plus exactement : un vernis d'un éclat métallique. On trouve dans son autobiographie Double vie la formule rédemptrice à laquelle correspond ce procédé : "Le style est supérieur à la vérité, il porte en lui la preuve de l'existence"14.

  • 15 G. BENN, GW, Bd. I, S. 414.

10Dans son "Adresse à Heinrich Mann" (en qui il voit un héritier de Flaubert), Benn fait un éloge enflammé de la rigueur artistique, "des formes travaillées, de la figure" ; tout ce texte, écrit en 1931, est une sorte d'hymne à la latinité15. Jusqu'en 1932, il oppose cet idéal au "flou" germanique, aux forces bruissantes et imprécises qui n'ont pas été coulées dans une "expression" et une "forme" cristalline. Il se ravisera dès l'année suivante, et trouvera ailleurs le génie créateur : dans le principe "nordique".

11La France, inversement, connaît-elle Benn ? Guère. Seuls quelques-uns des poèmes expressionnistes auxquels il devait sa célébrité ont paru en 1928 dans la Revue Européenne publiée par Valéry Larbaud et Edmond Jaloux.

12Quant à Jünger, il subit après 1918 d'abord l'influence d'un seul auteur français, Maurice Barrès, qui lui sera un maître en nationalisme — en vertu du principe qu'il faut apprendre même de ses ennemis. Son "culte du moi", qui formulait pour ainsi dire un programme d'éducation décadent orienté vers un individualisme hautement raffiné, son "culte de la revanche" ultérieur, c'est-à-dire son nationalisme anti-allemand culminant dans une mystique héroïco-romantique du sang, dans le culte de la terre et des morts, son attachement à une communauté irrationnelle des individus, bref : son culte du moi étendu à l'échelle nationale fut repris par Jünger et intégré dans les catégories héritées de Nietzsche et de Spengler. Ces ingrédients, ajoutés au concept de l'"élémentaire" derrière lequel se cachait le "dionysiaque" nietzschéen — version prussienne — produisirent un mélange rhétorique explosif.

13Ce qui distingue Jünger des jeunes auteurs d'inspiration purement nationaliste (moins, toutefois, dans sa production journalistique que dans ses récits teintés de fiction, comme la nouvelle de 1923 — récemment parue en traduction française — "Lieutenant Sturm" ou "Le cœur aventureux" de 1929), c'est un contraste spécifique entre les passages martiaux et héroïques, relatant des expériences extrêmes avec une ivresse froide et artificielle, et la distance artistique affichée vis-à-vis de cette sphère, dans l'attitude du dandy nonchalant ou du rêveur romantique cherchant refuge dans l'imaginaire. Par certains aspects, "Le cœur aventureux" se rattache au surréalisme et à André Breton ; dans "Lieutenant Sturm", c'est la référence à des auteurs décadents comme Huysmans qui permet à l'auteur de se distancier de la sphère militaire dans laquelle évoluent les jeunes officiers.

  • 16 Ernst JÜNGER, "Die totale Mobilmachung" in Krieg und Krieger, Berlin : 1930, S. 27.

14Jünger atteint, sur le plan théorique, un nouveau seuil qualitatif avec son essai de 1930, "La mobilisation totale". Le sang et la machine, le mythe et la technique se trouvent ici unis sous le signe du concret. Le mythe le plus ancien, le plus archaïque — selon lequel la volonté agissante ne peut surmonter les contradictions de la raison que par le sang, la violence, la destruction —, ce mythe s'associe à la technique la plus moderne, comme résultat du travail concret, dans la "relation productive" d'"énergies dynamiques". Jünger trouve là le principe d'une réaction contre l'"abstraction" croissante du "capitalisme et [du] socialisme", écrit-il, "et la circulation de masses d’individus déracinés", écrit-il, "et la circulation de masses d'argent non moins déracinées présupposent toutes deux la même attitude abstraite"16.

15Les "énergies dynamiques" dégagées par le mélange explosif du mythe et de la technique doivent être résolument transformées en force de combat : la mobilisation "a pour but la domination". La question de la vérité ou de la morale s'évanouit comme une abstraction privée de sens. Le problème du sens est subordonné à la décision pratique, à la lutte.

  • 17 E. JÜNGER, Der Arbeiter. Herrschaft und Gestalt, Hamburg : 1932, S. 13.

16Son texte idéologique principal, Le Travailleur, doit être lu comme une polémique contre les "Idées de 1789". Il y déclare d'entrée de jeu que ce n'est pas le "contrat social" de Rousseau, mais l'"ordre militaire" prussien17 qui doit fonder l'Etat de l'avenir. Dans cette organisation "d'acier", l'Etat et l'Armée se confondront en dernière instance. Au monde inorganique, figé, muséal, mort, du bourgeois s'oppose la "figure" du Travailleur qui, soustrait à toutes les contradictions de classe, s'unit dynamiquement à la technique, et sur le mode héroïco-guerrier façonne le "paysage-atelier" d'aujourd'hui et le "paysage planifié" de demain. Jünger, dans ce tableau, radicalise certains thèmes centraux de la philosophie de la vie, opposant comme deux pôles extrêmes l'économie morte du libéralisme bourgeois et la technique vivante du Travailleur, mais aussi la paix morte du monde bourgeois et la lutte vivante comme "expérience intérieure".

17Cette figure du Travailleur, sorte de version modernisée du combattant du front, devait être le fruit de l'intensification de l'intelligence technocratique et de l'extirpation des survivances humanistes qui faisaient obstacle à l'action décisionniste. L'esprit bourgeois, la morale, les libertés individuelles appartenaient à une époque "révolue", l'époque libérale précisément, qui, selon Jünger, n'avait heureusement jamais connu en Allemagne le développement qu'elle avait eu en France ; Jünger, en datant sa préface de "Berlin, le 14 juillet 1932", indiquait déjà aux initiés à qui le gant était jeté : c'était bien un anti-quatorze juillet qu'il avait voulu signer.

18Après 1933, Jünger est dégoûté par le caractère plébiscitaire et pseudo-démocratique du "redressement national" — qu'il attendait plutôt, pour sa part, d'un putsch et d'une dictature militaire —, et il se retire dans la province allemande pour se consacrer à son travail d'écrivain. Ce n'est qu'en 1940 qu'il entrera à nouveau en contact avec la France.

  • 18 Zit. nach P.U. HOHENDAHL, Benn - Wirkung wider Willen, Frankfurt/M. : 1971, S. 152.

19Gottfried Benn, vers 1930, n'avait pas rassemblé un groupe autour de lui, comme Jünger avait pu le faire : il était resté jusque-là un poète lyrique et un essayiste dont l'œuvre, d'un esthétisme très exclusif, n'était admirée que par un petit cénacle de connaisseurs, aux yeux de qui il incarnait la plus haute exigence littéraire. Klaus Mann, notamment, était enthousiasmé par ce mélange d'ivresse lyrique et de précision verbale : "Il est exact dans l'ivresse, scientifique dans l'extase". En 1931, alors que Benn se trouvait entraîné malgré lui dans des querelles idéologiques avec certains auteurs communistes, Klaus Mann le situait toujours "radicalement à gauche" de l'éventail politique, mais il le mettait déjà en garde : "Si vous — G. Benn — bafouez en tant que poète les idéaux de gauche, vous laissez ceux de droite gagner toujours plus de terrain. Vous ne voulez pas, mais vous le faites quand même"18.

  • 19 Joachim VAHLAND, Gottfried Benn. Der unversöhnte Widerspruch, Heidelberg : 1979, S. 57.

20Klaus Mann avait plusieurs raisons de ranger Benn à gauche. Sa langue lyrique, depuis ses premiers poèmes expressionnistes jusqu'à ses chatoyants montages verbaux, en faisaient un représentant de l'avant-garde radicale. Il avait en outre, comme médecin, parfois pris position sur des questions très concrètes ; c'est ainsi qu'en 1928 dans son compte rendu du livre de Victor Margueritte, Ton corps est à toi, la vive condamnation du § 218 apparut comme la preuve de son engagement. Il n'était cependant pas aisé de discerner l'ambivalence qui caractérise l'ensemble de son œuvre, le passage permanent "entre la critique radicale de la réalité et l'observation neutre des phénomènes, entre l'exigence morale d'une conscience engagée et l'abstention personnelle devant le monde réel"19. En 1933, Benn proteste de "n'avoir jamais été de gauche".

  • 20 G. BENN, GW, Bd. 1, S. 442, 448 ; Bd. IV, S. 248.

21Immédiatement après la transmission du pouvoir aux nationaux-socialistes au début de 1933, Benn déploie une importante activité publique, avec deux allocutions à la radio berlinoise, qu'il fera ensuite publier dans la presse quotidienne puis dans un recueil d'essais : L'Etat nouveau et les intellectuels et Réponse aux écrivains émigrés. Il y déclare, en visant la France, que l'histoire a ses tournants, se comporte non pas démocratiquement, mais "élémentairement. Elle ne passe pas aux urnes, mais projette un nouveau type biologique..." Le libéralisme en déroute cherche à se dissimuler derrière la liberté de pensée. C'est justement à celle-ci qu'il faut maintenant renoncer. "Au profit de qui ? Réponse : de l'Etat !" Cela implique qu'on "fasse le vide dans certains milieux de premier plan" : il n'y a plus de place pour "les héros de l'esprit, pour les animaux héraldiques de la République" (Benn vise ici, entre autres, Heinrich et Thomas Mann), pour tous ces représentants de la "démocratie". Les émigrants – Benn les apostrophe comme "amateurs de civilisation et troubadours du progrès occidental" — doivent à présent comprendre que la conception rationaliste, humaniste et progressiste de l'homme "a fait faillite" et que c'est la vision métaphysique, irrationnelle qui a triomphé ("irrationnel signifie proche de la création, capable de création") : "Comprenez donc enfin, sur les rivages de votre mer latine, que les événements d'Allemagne n'ont rien à voir avec de quelconques subtilités politiques (...) l'histoire est en mutation et un peuple veut se prendre en main". C'est pourquoi l'homme "doit subir une greffe au pied, car il est plus ancien que la Révolution française, il comporte plus de stratifications que ne le pensaient les Lumières". "Une race de maîtres ne peut s'élever que sur des prémisses terribles et violentes. Problème : où sont les barbares du xxe siècle (Nietzsche) ? Tout cela, l'époque libérale et individualiste l'avait complètement oublié..."20.

22Aux yeux de Benn, les écrivains français — en tout cas des collègues aussi célèbres que Gide et Valéry — sont les représentants tardifs et insignifiants d'une civilisation exténuée. Dans l'Italie fasciste, au contraire, Marinetti avait su imprimer sa marque spirituelle au nouvel Etat, grâce à sa puissance créatrice et à son "élan vital" poétique. La tentative entreprise dans le IIIe Reich pour unir l'art et le pouvoir semblait avoir déjà largement réussi en Italie, où L'homme nouveau" était en train de voir le jour.

  • 21 A.a.O. (Bd. IV), S. 108.
  • 22 G. BENN, Briefe an F. W. Oelze 1932-1945, Wiesbaden : 1977, S. 244.

23On sait que les efforts de Benn pour se rapprocher du national-socialisme se soldèrent par un fiasco. Vers le milieu des années trente, abandonnant son cabinet berlinois, il se retire dans la Reichswehr en qualité de médecin militaire ; lors de l'ouverture des hostilités, il est attaché comme médecin au ministère de la Guerre. "En 1940", écrit-il dans le récit autobiographique Double vie, "j'étais installé dans un bureau de la Bendlerstrasse, Quartier Général (...) la célèbre rue où Keitel, Fromm et Canaris avaient leurs services"21. Il ne reste alors plus rien des espérances que le nouvel Etat lui avait inspirées en 1933, plus rien de ses rêves de mutation biologique et d'avènement d'un homme nouveau ; dans une lettre adressée à F. W. Oelze en octobre 1940, il parle avec dégoût de cet "immondice absolu". Benn s'efforce de donner à son cynisme une orientation productive : il envoie à son ami un poème écrit sur le rythme d'une valse musette parisienne et intitulé Valse d'automne. Il utilise à cet effet un formulaire du "ministère de la Défense nationale, Bruxelles", qu'il appelle ironiquement "un témoignage de notre victoire et de notre pénétration économique des peuples"22.

24En 1940, dix ans après avoir lancé l'idée d'une "mobilisation totale", Ernst Jünger entre pour la deuxième fois en France, cette fois comme capitaine de la Wehrmacht. Il suit, avec son bataillon, l'avance des troupes de première ligne, ce qui lui laisse suffisamment de loisir pour mener des "chasses subtiles" et tenir un journal dans lequel il note ses observations, dans la perspective d'une publication prochaine.

  • 23 E. JÜNGER, Gärten und Strassen, Frontbuchausgabe, Berlin : 1942, S. 170.

25Dans Jardins et routes, il se trouve à la date du 18 juin 1940 une note dans laquelle Jünger, plein d'autosatisfaction, rapporte à son propre travail de préparation idéologique (dans Le Travailleur) le rapide effondrement de la France dans la guerre éclair lancée par Hitler. Il consigne une conversation avec des officiers français prisonniers : "En les interrogeant sur les causes de cet effondrement si subit, j'appris qu'ils l’attribuaient aux attaques des bombardiers en piqué. La liaison, l'arrivée des réserves et la transmission des ordres s'en étaient trouvées empêchées dès le commencement, après quoi les armées avaient été taillées en morceaux par les armes rapides, comme à coups de tranchet. A leur tour, ils me demandèrent si je pouvais définir les causes de notre succès : je répondis que je le regardais comme une victoire du Travailleur, mais il me sembla qu'ils ne comprenaient pas le vrai sens de ma réponse. C'est qu'ils ignoraient les années que nous avons vécues depuis 1918 et leurs enseignements, recueillis comme en des creusets brûlants"23.

26Revenons pour finir sur la question gauche/droite, sur la question de la signification politique des mouvements littéraires d'avant-garde. Si on les considère globalement comme une tentative pour identifier et surmonter, avec des moyens artistiques, l'aliénation et la réification du monde moderne, les deux pôles ont en commun l'innovation verbale et la résistance contre le statu quo libéral, capitaliste.

27Pour Benn et Jünger, il était entendu que l'avant-garde esthétique n'était nullement tenue de s'allier à la gauche politique. Cette évidence ne leur parut pas ébranlée par la détérioration de leurs rapports avec un IIIe Reich qui ne s'intéressait pas le moins du monde aux écrivains d'avant-garde et qui ne se montrait même pas disposé à les utiliser à des fins politiques. Le lyrisme ésotérique pour Benn, le réalisme magique pour Jünger offraient des possibilités de refuge dans une sphère purement formelle, possibilités qu'ils exploitèrent avec plus ou moins de bonheur ; mais toujours — en dehors de leurs flambées d'extrême nationalisme — ils gardèrent un œil tourné du côté de la France, où l'autonomie esthétique de la littérature était traditionnellement beaucoup plus solidement garantie qu'en Allemagne.

28L'exigence de totalité de l'art est d'une tout autre nature pour ces auteurs — qui, à leurs propres yeux, n’étaient ni de gauche ni de droite, mais qui se trouvaient de facto à droite — que pour la plupart des écrivains orientés à gauche qui seront contraints à l’exil dans les années trente, car les premiers sont fidèles à une conception irrationaliste du monde et de l'histoire, à caractère mythique ou biologique, issue des courants de pensée du tournant du siècle.

29Le pathos nietzschéen de la vie, le penchant pour un esthétisme élitaire, une haine profonde pour la démocratie et une aspiration aristocratique au commandement, tout cela les poussa à s'opposer aux auteurs d'inspiration humaniste qui formaient l'aile gauche de l'avant-garde, et pour lesquels le progrès devait être indissolublement artistique et politique.

Notes

1 Carl SCHMITT, Glossarium. Aufzeichnungen der Jahre 1947-1951, Berlin : 1991, S. 99 (Eintragung v. 15.2.1948).

2 A.a.O., S. 297 (8.2.1950).

3 A.a.O., S. 269(16.9.1949).

4 Vgl. : Endre KISS, "Die Stellung der Nietzsche-Deutung bei der Beurteilung der Rolle und des Schicksals Martin Heideggers im Dritten Reich" in : D. PAPENFUSS/O. PÖGGELER (Hg.), Zur philosophischen Aktualität Heideggers, Frankfurt/M. : 1991, S. 425 ff.

5 Albrecht BETZ, Exil und Engagement. Deutsche Schriftsteller im Frankreich der dreiβiger Jahre, München : 1986, S. 17 f.

6 Vgl. : Norbert BOLZ, Auszug aus der entzauberten Welt. Philosophischer Extremismus zwischen den Weltkriegen, München : 1989, S. 98 ff.

7 BETZ, a.a.O., S. 18.

8 Arthur MOELLER VAN DEN BRUCK, Das dritte Reich, Berlin : 1923, S. 64.

9 Carl SCHMITT, Der Begriff des Politischen, Berlin : 1927.

10 Zit. n. d. 4.Auflage, Berlin : 1979, S. 70 f.

11 Gottfried BENN, Gesammelte Werke, Wiesbaden : 1959 ff., Bd. I, S. 27 f.

12 A.a.O., S. 65.

13 Vgl. : Jürgen SCHRÖDER, Gottfried Benn. Poesie und Sozialisation, Stuttgart : 1978, S. 155.

14 G. BENN, GW, Bd. IV, S. 159.

15 G. BENN, GW, Bd. I, S. 414.

16 Ernst JÜNGER, "Die totale Mobilmachung" in Krieg und Krieger, Berlin : 1930, S. 27.

17 E. JÜNGER, Der Arbeiter. Herrschaft und Gestalt, Hamburg : 1932, S. 13.

18 Zit. nach P.U. HOHENDAHL, Benn - Wirkung wider Willen, Frankfurt/M. : 1971, S. 152.

19 Joachim VAHLAND, Gottfried Benn. Der unversöhnte Widerspruch, Heidelberg : 1979, S. 57.

20 G. BENN, GW, Bd. 1, S. 442, 448 ; Bd. IV, S. 248.

21 A.a.O. (Bd. IV), S. 108.

22 G. BENN, Briefe an F. W. Oelze 1932-1945, Wiesbaden : 1977, S. 244.

23 E. JÜNGER, Gärten und Strassen, Frontbuchausgabe, Berlin : 1942, S. 170.

Auteur

Université d’Aix-la-Chapelle

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540