Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

IV - MÉDIATIONS

Benjamin et Bataille Rencontre(s) franco-allemande(s) à la recherche d'une autre discursivité

Gerhard Rupp

Texte intégral

I. INTRODUCTION

  • 1 Lettre de Benjamin à M. Horkheimer, Paris, 15.12.1939. Gesammelte Schriften (=GS). Ed. R. Tiedeman (...)

Je n'ai pas besoin de vous dire combien je me sens attaché à la France, tant par mes relations que par mes travaux. Rien au monde, pour moi, ne pourrait remplacer la Bibliothèque nationale. De plus, je n'ai qu'à me féliciter de l'accueil que j'ai trouvé en France dès 1923 ; de la bienveillance des autorités aussi bien que du dévouement de mes amis1.

1C'est par ces mots dans une lettre à Horkheimer écrite en 1939 que Benjamin révèle l'importance qu'a revêtue dans sa vie et dans son œuvre la France et plus particulièrement Paris.

2Dans cette explication il faut retenir que Benjamin cherche à adoucir la réalité brutale de l'exil dans lequel il a végété dix années durant. Cette réalité déprimante, il essaie de la surmonter par un effort toujours renouvelé d'ériger une image utopique du Paris du passé. Paris lui permet l'accès – même si ce n'est que par l'écrit — aux lieux et aux catégories centrales de l'histoire de la civilisation, ou de son archi-histoire qu'est le xixe siècle.

  • 2 Cf. ibid., GS V/2, 1180.

3Benjamin rencontre Bataille dans les années trente dans ce lieu hautement significatif, allégorique pour Benjamin, qu'est la Bibliothèque nationale, l'univers des livres — la Bibliothèque qui, pour Benjamin, signifie le cosmos, l'univers, la vie (comme pratique de l'écriture), l'amour et la mort2. C'est ici que Bataille, alors bibliothécaire, fournit à Benjamin les livres dont il a besoin pour ses études. Il ne s'agit pas du simple droit d'accès, la fréquentation de la Bibliothèque nationale lui permet d'être reçu dans une certaine élite. Cela vient du fait que les livres qui lui sont les plus chers et les plus précieux pour sa recherche, ce sont des livres interdits, obscènes, dont il a besoin par exemple pour son essai sur Eduard Fuchs. Stephan Lackner raconte :

  • 3 Cf. PUTTNIES, Hans, SMITH, Gary. Benjaminiana. Gieβen : Anabas Verlag 1991, 192.

Sein Stolz war es, mich in die Geheimnisse der Bibliothèque Nationale einzuführen. So zeigte er mir auch "l'enfer", die sogenannte Hölle, wo als pornographisch angesehene Bücher unter Verschluβ gehalten und nur wohllegitimierten Gelehrten vorgelegt wurden. Mit unschuldigem Blinzeln wies er eines Tages auf ein unscheinbares Haus neben der Bibliothek hin, in dessen Eingang gerade ein dürrer, graubärtiger Herr mit hohem Stehkragen verschwand. "Das ist das Spezialbordell für die Habitués der Bibliothèque Nationale", behauptete er. Wir besichtigten es nicht3.

4Pour caractériser la rencontre entre Benjamin et Bataille, je propose le terme d'intraculturalité. Je préfère intraculturalité à interculturalité puisqu'il s'agit d'un mouvement dans un seul sens qui part de l'Allemagne et qui aboutit à l'étranger, d'une migration dans le pays classique d'exil qu'est la France.

5Ce concept vaut pour le cas de Walter Benjamin. Il visite Paris et sa Bibliothèque nationale dès 1925. Mais ce n'est pas un simple passage géographique de Berlin à Paris, il s'agit d'un changement topologique et même épistémologique. Benjamin quitte Berlin et l'autobiographie de son enfance pour accéder avec Paris à l'historiographie de la modernité universelle.

6En exil à Paris dès juin 1933, il devient médiateur de la culture allemande. Cela sous deux formes : il propose (parmi bien d'autres articles) des conférences sur la littérature allemande contemporaine et il travaille avec les traducteurs de ses livres et de ses essais, avec Jean Selz et Pierre Klossowski. La traduction se révèle comme une mise à l'épreuve de l'interculturalité : d'une part, sur le plan des "contenus" et des traditions, une orientation profonde vers la France, et d'autre part, sur le plan concret de la langue et de l'articulation, une adhérence à l'allemand. Jean Selz, le traducteur de "L'Enfance à Berlin", raconte :

  • 4 Jean Selz sur Benjamin dans Über Walter Benjamin. Frankfurt : Suhrkamp 1968, 45-46. Cf. a. FULD, W (...)

In diesem Sommer [1932] las mir Benjamin seine Kindheitserinnerungen vor. Er übersetzte während des Lesens, und seine Französischkenntnisse waren so gut, daβ ich oft den jähen Gedankensprüngen zu folgen vermochte. Dennoch blieben mir einige Stellen dunkel, weil er für gewisse Ausdrücke und Wörter die französische Entsprechung nicht finden konnte. Das brachte mich auf den Gedanken, die Berliner Kindheit ins Französische zu übertragen, wobei er mir mit subtilen, präzisen Erklärungen half. Die Arbeit war mühsam und schwierig. Pierre Klossowski, der später ebenfalls mit Benjamin zusammengearbeitet hat (an der Übersetzung des Essays Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit), weiβ, was für philologische Angstzustände er seine Übersetzer durchstehen lieβ. Denn Benjamin lieβ auch nicht die kleinste Sinnesabweichung zu. Und wenn man ihm beibrigen muβte, daβ es ein Wort, das er gern verwendet hätte, im Französischen einfach nicht gab, brachte er einen mit seiner Bestürzung und Traurigkeit in schmerzliche Verwirrung. Stundenlang diskutierten wir über ein Wort, über ein Komma [...]4.

  • 5 Cf. VON SCHAUKAL, Richard : Besprechung (Marcel Proust, Die Herzogin von Guermantes. Übers, v. W. (...)

7Je tiens à souligner ce point pour montrer qu'il n'y a pas eu simple passage à la culture et à la civilisation française chez Benjamin, mais un vrai travail de confrontation qui s'est déroulé implicitement, sur le plan de l'articulation et surtout de la traduction. La difficulté d'un tel travail apparaît par exemple dans les lourdeurs de sa traduction de Proust5. La constellation intertextuelle s'exprime ici par la contrainte des faits, linguistiques et 'muets' en l'occurrence. Il s'agit ici d'un processus latent, tout autre que le débat ouvert et manifeste entre les exilés de même nationalité, p.ex. entre Benjamin et Brecht ou Benjamin et Bloch.

8Tout autre est par contre le cas de la relation entre Benjamin et Georges Bataille. Ce que l'on sait, c'est que Benjamin a fréquenté assez régulièrement les conférences publiques organisées par le Collège de Sociologie fondé par Bataille, Caillois et Leiris en 1935. En 1939 Benjamin doit organiser dans le cadre de ce Collège un congrès de philosophie qui n'aura pas lieu à cause du début de la Deuxième Guerre mondiale. Lorsque Benjamin, fuyant les nazis, quitte Paris en 1940, c'est — encore un signe muet mais significatif — à Bataille qu'il confie ses manuscrits comme s'il voulait les rapporter au lieu d'où ils émanaient.

9Sur les rencontres quotidiennes qui se passaient entre Benjamin, Bataille et Pierre Klossowski, ce dernier raconte :

  • 6 KLOSSOWSKI, Pierre. Lettre sur Walter Benjamin. Mercure de France, 1952, Nr. 315, 456-57.

Je l'avais rencontré à l'époque où je participais aux agglutinations Breton-Bataille peu avant d'"acéphaler" avec ce dernier, toutes sortes de choses que Benjamin suivait avec autant de consternation que de curiosité. Bien que Bataille et moi fussions alors en opposition avec lui sur tous les plans [sic !], nous l'écoutions avec passion. Il y avait dans ce marxisant ou plutôt ce criticiste à outrance un visionnaire disposant de toute la richesse des images d'Isaïe [...]. Il attendait la libération totale de l'avènement du jeu universalisé au sens de Fourier pour lequel il avait une admiration sans borne [...]6.

10Ce récit nous transmet d'importants éléments pour caractériser le rapport entre Benjamin et Bataille. Klossowski nous explique d'abord les différences qu'il y a eu entre les intellectuels par la dénomination péjorative de "marxisant ou plutôt criticiste à outrance". Mais ce qui vient après se révèle plus lourd de portée. En caractérisant Benjamin de "visionnaire disposant de toute la richesse des images d'Isaïe [...] qui attendait la libération totale de l'avènement du "jeu universalisé au sens de Fourier", Klossowski rapproche Benjamin implicitement du domaine de travail de Bataille. On s'aperçoit donc ici d'une convergence de deux esprits qui ne peut être caractérisée en termes d'influence, mais plutôt de "congénialité". Dans l'œuvre de Benjamin cette congénialité sert de catalyseur pour transformer son écriture en jeu, c'est-à-dire en une pratique qui n'obéit plus à l'économie ni linguistique, ni marchande.

11Il y a trois domaines de rencontre entre Benjamin et Bataille :

  1. Benjamin et Bataille s'efforcent de formuler le principe qui anime notre civilisation et d'en présenter une vue fondamentale au lecteur. Ils vont au-delà de la sphère de la production et ils étudient l'ébullition de la vie où circulent les marchandises. Pour illustrer ce point je vais esquisser l'importance de la redécouverte du potlatch par Bataille qui a – entre autres – 'influencé' Benjamin.
  2. Dans cet effort d'archi-histoire, Benjamin et Bataille élaborent une écriture à images dialectiques, signifiante au sens plein. Pour illustrer ce point, je vais évoquer la présence de quelques réminiscences de Bataille dans les Passages de Paris de Benjamin.
  3. Benjamin a été fortement inspiré par l'idée du potlatch bataillien comme principe d'expression ; mais il ne l'a pas repris seulement comme contenu, il l'a mis à l'œuvre, cela est devenu — plus encore que chez Bataille qui ne fait que le prêcher — une pratique culturelle. Pour illustrer ce point, je vais esquisser l'importance du collage dans l'écriture de Benjamin.

1. Le Potlatch

12Le point de départ pour Bataille c'était, en 1925, la lecture de l'"Essai sur le don, forme archaïque de l'échange" de Marcel Mauss. C'est pour lui la base de sa Notion de dépense qu'il publie en 1932. La découverte de la dépense, de la perte comme principe originaire de notre civilisation, s'oppose au principe optimiste d'acquisition, à l'appropriation (bourgeoise) de la nature et surtout à l'idée du progrès qui y est liée. Il donne comme exemple :

  • 7 BATAILLE, Georges. La part maudite précédé de La notion de dépense. Paris : Ed. de Minuit, 1967, p (...)

[...] le luxe, les deuils, les guerres, les cultes, les constructions de monuments somptuaires, les jeux, les spectacles, les arts, l'activité sexuelle perverse (c'est-à-dire détournée de la finalité génitale) représentent autant d'activités qui [...] ont leur fin en elles-mêmes7.

13La découverte de ces formes de dépenses remonte à l'époque féodale ou même à l'époque préhistorique où le principe de l'adéquation n'est pas encore valable. Bataille nous fait voir ce que l'histoire a refoulé depuis et ce qui fonde néanmoins les relations sociales qui sont créées, elles, par le don. Le don est conçu comme perte : perte de l'objet offert et perte de l'autre qui se voit obligé et humilié par cette destruction à laquelle il ne peut même pas répondre, du moins pas du même coup. Le don s'avère être un outil pour s'imposer comme maître d'une situation sociale : en tant qu'expression du sujet, le don ressemble à l'écriture ou au livre et même à la bibliothèque. C'est ici le point de rencontre avec Benjamin.

2. L'écriture allégorique

14On retrouve les retentissements du potlatch chez Benjamin sur le plan des énoncés aussi bien que sur le plan de l'écriture.

15D'abord, l'idée du potlatch aide à prendre conscience de ce qui est essentiel en l'homme : ce n'est pas l'échange, mais le don. On retrouve cette idée dans l'orgie. Benjamin, d'accord sur ce point avec Eduard Fuchs, cite la description de ce dernier :

  • 8 FUCHS, Eduard. Geschichte der erotischen Kunst II. München : 1923, 283. Citation de Benjamin GS II (...)

Man muβ sich darüber klar sein, daβ die Orgie zu dem [...] gehört, was uns vom Tier unterscheidet. Das Tier kennt im Gegensatz zum Menschen die Orgie nicht [...] Das Tier wendet sich vom saftigsten Futter und von der klarsten Quelle ab, wenn sein Hunger und Durst gestillt sind, und sein Geschlechtsdrang ist meist auf ganz bestimmte kurze Perioden des Jahres beschränkt. Ganz anders der Mensch, vor allem der schöpferische Mensch. Dieser kennt den Begriff des Genug überhaupt nicht8.

16L'orgie ne reprend pas tous les éléments du potlatch archaïque, mais elle nous rappelle un élément essentiel de la créativité humaine. Création, culture, dépense — tout cela repose sur les mêmes analyses de la sphère de la distribution, c'est-à-dire de la marchandise qui ne saurait pas être réduite à son prix. Le passage que je vais citer pourrait facilement émaner de la plume de Bataille :

  • 9 GS V/1, 466 [J 80, 2, J 80 a, 1].

Wie die Ware zum Preis kommt, das läβt sich nie ganz absehen [...] Ganz ebenso ergeht es dem Gegenstand in seiner allegorischen Existenz. Es ist ihm nicht an der Wiege gesungen worden, zu welcher Bedeutung der Tiefsinn des Allegorikers ihn befördern wird [...] In der Tat heiβt die Bedeutung der Ware : Preis, eine andere hat sie, als Ware, nicht. Darum ist der Allegoriker mit der Ware in seinem Element. Als Flaneur hat er in die Warenseele sich eingefühlt ; als Allegoriker erkennt er im ‘Preisetikett', mit dem die Ware den Markt betritt, den Gegenstand seiner Grübelei - die Bedeutung - wieder. Die Welt, in der diese neueste Bedeutung ihn heimisch macht, ist keine freundlichere geworden. Eine Hölle tobt in der Warenseele, die doch scheinbar ihren Frieden im Preise hat9.

17On ne peut pas se contenter ni du prix ni du marché, si l'on s'aperçoit de tout ce qui est couvert par l'étiquette : c'est l'enfer qui se révolte justement contre tout cela. Voilà une "image dialectique", c'est-à-dire une allégorie de cette plus-value cachée dans la marchandise, de l'énergie constante et croissante que le capitalisme cherche à dominer par l'universalisation de l'échange d'équivalents. Benjamin découvre — tout comme Bataille — le luxe de la sphère de la distribution :

  • 10 GS V/l, 93 et 134 [a 4,1, C 1,6].

Zum erstenmal in der Geschichte beginnen, mit der Gründung der Warenhäuser, die Konsumenten sich als Masse zu fühlen (Früher lehrte sie das nur der Mangel). Damit steigert sich das circensische und schaustückhafte Element des Handels ganz auβerordentlich [...].
Paris ist in der sozialen Ordnung ein Gegenbild von dem, was in der geographischen der Vesuv ist. Ein drohendes, gefährliches Massiv, ein immer tätiger Herd der Revolution. Wie aber die Abhänge des Vesuv dank der sie deckenden Lavaschichten zu paradiesischen Fruchtgärten wurden, so blühen auf der Lava der Revolutionen die Kunst, das festliche Leben, die Mode wie nirgend sonst10.

18Les allusions au cirque, à la révolution, à l'art, à la mode montrent clairement à quel point ces descriptions sont proches des caractéristiques du potlatch données par Bataille.

19Or, il n'y a pas seulement des rapports sur le plan des contenus mais aussi sur celui de la méthode. La correspondance la plus étroite avec le potlatch bataillien se trouve dans la théorie de l'expression. Chez Benjamin, toute la richesse empirique de la vie sociale dépasse largement la notion de pur reflet :

  • 11 GS V/l, 495-496 [K 2,5k] Cf. a. ibid. 573, [N 1a,6].

Der Überbau ist der Ausdruck des Unterbaus. Die ökonomischen Bedingungen, unter denen die Gesellschaft existiert, kommen im Überbau zum Ausdruck ; genau wie beim Schläfer ein übervoller Magen im Trauminhalt, obwohl er ihn kausal "bedingen" mag, nicht seine Abspiegelung sondern seinen Ausdruck findet. Das Kollektiv drückt zunächst seine Lebensbedingungen aus. Sie finden im Traum ihren Ausdruck und im Erwachen ihre Deutung11.

20On retiendra d'abord l'image tout à fait pessimiste d'un ventre trop plein qui cause une dépression après un repas délicieux. En plus, le terme de Ausdruck rappelle l'armature méthodologique qu'avance Freud pour l'interprétation des rêves où il faut faire passer les significations primaires par plusieurs médiations qui les transforment. Et toujours dans le même passage Benjamin évoque le moment qui nous donne l'accès à la connaissance : c'est le réveil où l'on commence à deviner, à interpréter. Il faut insister sur ce point que le réveil est fondé dans ce processus infini de signifiance qu’est l'expression. Le réveil a deux sens : c'est la prise de conscience de l'interprète, et c'est l'acte de réveiller l'autre, le lecteur, pour qu'il sorte lui aussi du rêve et de l'obscurité de la nuit. On a bien remarqué dans la critique les parallèles qu'entretient le réveil avec le geste propre au théâtre épique de Brecht qui nous rend méconnaissable le monde, pour nous le faire mieux comprendre. Mais le réveil conserve aussi son premier sens qui fait de lui l'outil principal de toute connaissance parce qu'il faut toujours sortir des routines quotidiennes pour se rendre compte des significations des choses. Cela est surtout vrai pour toute connaissance historique, le souci majeur de Benjamin qui étudie le Paris du xixe siècle :

  • 12 GS V/l, 491 [K 1,2].

Und in der Tat ist Erwachen der exemplarische Fall des Erinnerns : der Fall, in welchem es uns glückt, des Nächsten, Banalsten, Naheliegendsten uns zu erinnern. Was Proust mit dem experimentierenden Umstellen der Möbel im morgendlichen Halbschlummer meint, Bloch als das Dunkel des gelebten Augenblicks erkennt, ist nichts anderes als was hier in der Ebene des Geschichtlichen, und kollektiv, gesichert werden soll. Es gibt Noch-nicht-bewuβtes-Wissen vom Gewesenen, dessen Förderung die Struktur des Erwachens hat12.

21Cette "structure du réveil" s'avère comme une notion absolue qu'il ne faut jamais renier au profit de systématisations préétablies telles que l'idée de progrès (humaniste, socialiste). De la même manière dont Freud s'est méfié des dictionnaires de symboles du rêve à un seul sens fixé une fois pour toutes, Benjamin nous révèle la nécessité de prouver, chaque jour qu'on se réveille, la validité des concepts déjà trop longtemps utilisés qui ne servent que de clichés et qui, de ce fait, obscurcissent la vérité au lieu de l'éclairer. C'est pourquoi il se méfie aussi de toute clarté ou de toute univocité qui supprime les multiples significations profondes. S'il s'exprime lui-même de plus en plus volontiers à l'aide d'images, de métaphores ou d'allégories, ce n'est pas seulement à cause de ses racines juives qui remontent à la tradition de l'Ancien Testament, mais c'est pour échapper encore une fois à tout ce qui réduit la force signifiante de l'expression.

22Benjamin et Bataille se sont accordés sur l'importance de l'archi-histoire, mais ils lui ont attribué des valeurs différentes. Pour Benjamin, la découverte préhistorique est une pratique culturelle qui par l'actualisation du passé influence le présent.

3. La pratique culturelle

23Ce n'est que par l'actualisation que l'on arrive à bien voir la persistance de structures profondes qui façonnent le déroulement de l'histoire dans sa profondeur. Ces structures profondes ne sont pas des archétypes fixes dans le sens de Jung, mais des "images dialectiques" :

  • 13 GS V/l, 576-577 [N 2 a, 3].

Nicht so ist es, dass das Vergangene sein Licht auf das Gegenwärtige oder das Gegenwärtige sein Licht auf das Vergangene wirft, sondern Bild ist dasjenige, worin das Gewesene mit dem Jetzt blitzhaft zu einer Konstellation Zusammentritt. Mit anderen Worten : Bild ist die Dialektik im Stillstand. Denn während die Beziehung der Gegenwart zur Vergangenheit eine rein zeitliche, kontinuierliche ist, ist die des Gewesnen zum Jetzt dialektisch : ist nicht Verlauf, sondern Bild [,], sprunghaft.-Nur dialektische Bilder sind echte (d.h. nicht archaische) Bilder ; und der Ort, an dem man sie antrifft, ist die Sprache. Erwachen13.

24On remarquera dans cette citation l'accord de Benjamin avec Bataille dans ce que la connaissance ne peut se fonder que sur l'apparition d'une "constellation" qui éclaire la vérité (historique) d'un phénomène, c'est-à-dire son appartenance au passé et au moment étrangement isolé où il "surgit". Mais Benjamin insiste clairement sur le fait que cette constellation-image ne repose pas sur des archétypes (bien qu'il existe le danger bien évidemment que le potlatch en devienne un). L'historiographie selon Benjamin est elle-même un processus toujours en action, et qui plus est, elle est politiquement orientée vers la réalisation de buts marxistes opposés aux courants officiels soit sociaux-démocrates, soit staliniens c'est-à-dire profondément compromis par le pacte Staline-Hitler en 1939. Après le réveil, l'historiographe se tient sur ses gardes. Benjamin continue assez clairement :

  • 14 GS V/l, 587 [N 7,2].

Entscheidend ist weiterhin, dass der Dialektiker die Geschichte nicht anders denn als eine Gefahrenkonstellation betrachten kann, die er, denkend ihrer Entwicklung folgend, abzuwenden jederzeit auf dem Sprunge ist14.

25Regarder l'histoire avec la présupposition de dangers imminents, voilà certainement une attitude profondément pessimiste mais compréhensible dans l'Entre-deux-guerres où vit Benjamin. Et c'est là une différence profonde par rapport au travail de Bataille. Ce qui distingue Benjamin de Bataille, c'est le concept de la transition de l'état actuel, pervers, vers un avenir libéré. Ici, Bataille s'est contenté d'une critique purement négative. Nulle part Bataille ne prévoit la nécessité d'une action politique.

26Tout autre est la position de Benjamin. D'une part, dans L'œuvre d'art à l'époque de sa reproduction mécanisée, il rejette l'idée de l'esthétisation de la politique par les fascistes :

  • 15 GS 1/2, 738-739.

Fiat ars, pereat mundus, dit la théorie totalitaire de l'Etat qui, de l'aveu de Marinetti, attend de la guerre la saturation artistique de la perception transformée par la technique [...]. Voilà où en est l'esthétisation de la politique préparée par les doctrines totalitaires. Les forces constructives de l'humanité y répondent par la politisation de l'art15.

  • 16 BENJAMIN, Walter. "Sur le concept d’histoire". Les Temps Modernes, oct. 1947, 634.

27D'autre part, il essaie de formuler, toujours par le biais d'une métaphore théologique équivoque, la possibilité d'un espoir, si faible et si indéterminé qu'il soit, d'un espoir qui découle de la seule pratique qui lui est restée, celle de l'adepte du matérialisme historique qui lui se saisit de la constellation dans laquelle son époque est entrée avec telle époque passée. Il fonde ainsi un concept du présent comme "temps actuel" dans lequel sont logés des éclats du "temps messianique"16.

28Je résume les trois domaines de la rencontre intraculturelle entre Benjamin et Bataille :

  1. Benjamin a été porté par Bataille vers un champ de recherche (la richesse infinie de l'ébullition des phénomènes dont il faut retenir les traces) qui a été quitté par les courants officiels et de droite (Heidegger, Jung) et de gauche (Aragon, Brecht, Adorno). Sur ce plan, Benjamin partage beaucoup de positions avec Bataille sans se borner comme celui-ci à une perspective tournée vers l'arrière qui laisse l'avenir presque indéterminé. Chez Bataille, de l'analyse du potlatch résulte une critique négative du présent, il n'en découle aucun projet émancipateur.
  2. Loin de rester de ce côté négatif de l'analyse, Benjamin nous propose la possibilité d'un espoir qui ne saurait être formulé que dans le domaine esthétique, c'est-à-dire à l'aide de métaphores, d'allégories. C'est là ce qui est spécifique du travail d'adaptation de l'inspiration bataillienne par Benjamin : c'est la recherche d'une écriture (et d'une pratique culturelle) qui elle promet toujours un changement. Encore une fois : rien de pareil chez Bataille qui n'a connu presqu'aucun changement après sa rencontre avec Benjamin. En ce sens cette rencontre reste à sens unique.
  3. Benjamin a été fortement inspiré par l'idée du potlatch bataillien comme principe d'expression mais il ne l'a pas repris seulement comme pur contenu, il l'a mis en œuvre, cela est devenu — plus encore que chez Bataille qui ne fait que le prêcher — une pratique : une pratique de connaissance (le réveil) et une pratique d'expression (le collage, le choc) et une pratique culturelle. L'écriture de Benjamin se veut acéphalée comme celle de Bataille, c'est-à-dire objective, documentaire, sans sujet érigé au milieu des matériaux qui parlent pour eux-mêmes :
  • 17 GS V/l, 595 [N 11,3]. Cf. a. ibid. 572 [N 1,10].

Das Geschehen, das den Historiker umgibt und an dem er teil hat, wird als ein mit sympathetischer Tinte geschriebener Text seiner Darstellung zu Grunde liegen. Die Geschichte, die er dem Leser vorliegt, bildet gleichsam die Zitate in diesem Text und nur diese Zitate sind es, die auf eine für jedermann lesbare Weise vorliegen. Geschichte schreiben heiβt also Geschichte zitieren. Im Begriff des Zitierens liegt aber, daβ der jeweilige historische Gegenstand aus seinem Zusammenhange gerissen wird17.

29Le collage intertextuel des choses auquel procèdent les Passages de Paris, c'est le dernier effort et la dernière possibilité de se saisir des phénomènes à l'aide de l'écriture, c'est-à-dire avec des mécanismes traditionnels de distanciation et de prise de conscience séparés du vécu.

30Benjamin a pressenti que son écriture sera elle-même affectée de ce qu'il a regretté, c'est-à-dire de la perte de l'aura qui, elle, sera remplacée par la violence physique et par la guerre comme ultime perfection et comme achèvement de la Révolution et de l'Haussmannisation de Paris. Quatre ans après son suicide tragique, c'est, en 1944, Ernst Jünger qui incarne cet accomplissement de l'histoire :

  • 18 JÜNGER, Ernst. Strahlungen. Tagebücher III. Werke Bd. 3. Stuttgart : 1949, 280.

Paris, 27 mai 1944. Alarme, Überfliegungen. Vom Dache des "Raphael" sah ich zweimal in Richtung von Saint-Germain gewaltige Sprengwolken aufsteigen, während Geschwader in groβer Höhe davonflogen. Ihr Angriffsziel waren die Fluβbrücken. Art und Aufeinanderfolge der gegen den Nachschub gerichteten Maβnahmen deuten auf einen feinen Kopf. Beim zweiten Mal, bei Sonnenuntergang, hielt ich ein Glas Burgunder, in dem Erdbeeren schwammen, in der Hand. Die Stadt mit ihren roten Türmen und Kuppeln lag in gewaltiger Schönheit gleich einem Kelche, der zu tödlicher Befruchtung überflogen wird. Alles war Schauspiel, war reine von Schmerz bejahte und erhöhte Macht18.

31Ce n'est plus le regard scrupuleux du collectionneur de chiffons. C'est la perspective d'en haut, souveraine, qui mesure le terrain pour l’occuper et pour le sauver. C'est la fin d'une écriture 'plurielle' qui envisage la formation d'une communauté et c'est le début d'une écriture magistrale. En ce sens, c'est le début et le modèle d'une modernité où la participation et l'idée de chassés-croisés culturels au sens fort ne se trouvent plus.

Notes

1 Lettre de Benjamin à M. Horkheimer, Paris, 15.12.1939. Gesammelte Schriften (=GS). Ed. R. Tiedemann. Frankfurt : Suhrkamp, 1982 ff. Bd. V/2, 1180.

2 Cf. ibid., GS V/2, 1180.

3 Cf. PUTTNIES, Hans, SMITH, Gary. Benjaminiana. Gieβen : Anabas Verlag 1991, 192.

4 Jean Selz sur Benjamin dans Über Walter Benjamin. Frankfurt : Suhrkamp 1968, 45-46. Cf. a. FULD, Werner : Walter Benjamin. Zwischen den Stühlen. München : Hanser 1979, 237 et PUTTNIES, Hans, SMITH, Gary : Benjaminiana, 29.

5 Cf. VON SCHAUKAL, Richard : Besprechung (Marcel Proust, Die Herzogin von Guermantes. Übers, v. W. Benjamin und Franz Hessel). Literarischer Handweiser, Bd. 67, Nr. 12 (1930/31), 753 : " [Citation de la traduction de Benjamin :] Kam aber die Herzogin zum Diner, hütete sich die Prinzessin, ihre ständigen Gäste da zu haben ; sobald man vom Tische aufstand, schloβ sie ihre Tür, damit nur ja keine weniger erwählten Besucher erschienen, welche [...] " Man kann nicht behaupten, daβ es ein Verdienst sei, einem Zauberer wie Proust den "Inhalt" nachzustümpern." (Cit. d'après Benjaminiana, 111).

6 KLOSSOWSKI, Pierre. Lettre sur Walter Benjamin. Mercure de France, 1952, Nr. 315, 456-57.

7 BATAILLE, Georges. La part maudite précédé de La notion de dépense. Paris : Ed. de Minuit, 1967, p. 33.

8 FUCHS, Eduard. Geschichte der erotischen Kunst II. München : 1923, 283. Citation de Benjamin GS II, 496 ff.

9 GS V/1, 466 [J 80, 2, J 80 a, 1].

10 GS V/l, 93 et 134 [a 4,1, C 1,6].

11 GS V/l, 495-496 [K 2,5k] Cf. a. ibid. 573, [N 1a,6].

12 GS V/l, 491 [K 1,2].

13 GS V/l, 576-577 [N 2 a, 3].

14 GS V/l, 587 [N 7,2].

15 GS 1/2, 738-739.

16 BENJAMIN, Walter. "Sur le concept d’histoire". Les Temps Modernes, oct. 1947, 634.

17 GS V/l, 595 [N 11,3]. Cf. a. ibid. 572 [N 1,10].

18 JÜNGER, Ernst. Strahlungen. Tagebücher III. Werke Bd. 3. Stuttgart : 1949, 280.

Auteur

Université de Düsseldorf

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540