Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

III - RÉSEAUX

Tradition contre-révolutionnaire et socialisme national : le Parti Français National-Communiste 1934-19391

Andreas Wirsching

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Véronique Mosbah d'avoir relu le texte et d'avoir ainsi amélioré la version f (...)
  • 2 ROUX Georges, Révolution. Paris : 1934, p. 102.
  • 3 CLÉMENTI Pierre, Qu'est-ce que le National-Collectivisme ? Paris : 1938 (deuxième édition 1940). A (...)

1Le Parti Français National-Communiste, mouvement à l'appellation étrange mais au "programme curieusement typique des tendances jeunes" selon un publiciste de l'époque,2 a été fondé au lendemain des événements du 6 février 1934. Dès le début de son activité, le nouveau groupe se voulait une force réconciliatrice et mobilisatrice du peuple français face à un système parlementaire rejeté comme corrompu et dépassé. Ainsi, le gouvernement de "trêve" de l'ancien président de la République Doumergue fut ressenti par le P.F.N.C. comme une trahison des aspirations légitimes des anciens combattants venant aussi bien de la gauche (A.R.A.C.) que de la droite.3

2Durant une certaine période, l'activité politique du P.F.N.C. semble s'être exprimée au sein d'un mouvement ami, dénommé "Francisme", concurrent du mouvement Bucard et présidé par Henry Coston qui avait d'ailleurs repris la publication du célèbre journal antisémite La Libre Parole en 1930. En septembre 1934, le fondateur du P.F.N.C., Pierre démenti, devint directeur politique de ce journal en même temps que président du "Francisme". Après la désagrégation du groupe à la suite d'un désaccord entre les dirigeants, démenti transforme La Libre Parole en organe du P.F.N.C.

  • 4 CLÉMENTI, La troisième paix, p. 109.
  • 5 Ibid., p. 55 ss. et 124.
  • 6 Ibid., p. VI.

3Suit une période plus ou moins silencieuse, durant laquelle les fondateurs du parti se retirent dans une ferme abandonnée en Corse pour expérimenter la formule assez en vogue à l'époque du retour à la terre.4 L'été 1936, le P.F.N.C. réapparaît dans la vie politique parisienne, cette fois-ci déclaré à la Préfecture de Police et muni d'un nouvel organe du parti, le bi-mensuel Le Pays Libre. On peut donc regarder Le Pays Libre comme l'héritier et le successeur de La Libre Parole dont la publication était désormais abandonnée. Ce n’est que pendant la période de Vichy, le P.F.N.C. s'étant reconstitué comme parti collaborateur, qu'une page intitulée "La Libre Parole" figurait dans les éditions du Pays Libre pour des raisons de propagande. Pendant la guerre, démenti devint un des organisateurs parisiens de la "Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme" (L.V.F.) dont il fit lui-même partie en 1943.5 Après la Libération, s'étant réfugié à l'étranger, démenti fut condamné à mort par contumace en 1948.6

4L'idéologie du P.F.N.C. était, il est vrai, fort hétérogène et ses racines fort disparates. Mais d'un autre côté, elle se concentrait autour de quelques points bien précis qui peuvent être résumés de la manière suivante : antilibéralisme, antimarxisme, antisémitisme et une certaine idée, à la fois vague et emphatique, d'une communauté nationale renouvelée.

  • 7 Georges BATAULT, "Principes Nationaux-Communistes", Le Pays Libre, 20 mars 1937 ; Robert VALLERY-R (...)

5Tout d'abord, on peut facilement identifier dans la pensée du P.F.N.C. un important élément traditionaliste et contre-révolutionnaire. La Grande Révolution de 1789 est maintes fois dénoncée comme étant à l'origine d'un processus de corruption ne privilégiant qu'une poignée de profiteurs, en l'occurrence la bourgeoisie qui aurait su se camoufler sous le titre trompeur de "tiers état". En brisant — tel est le raisonnement du P.F.N.C. — les vieux cadres corporatifs qui garantissaient du moins une certaine protection aux ouvriers et aux artisans, la Révolution a livré le peuple laborieux aux entreprises capitalistes naissantes. Au lieu d'un ordre moral, basé sur l'insistance sur des devoirs réciproques et un "bien commun", la Révolution a instauré le régime d'une prétendue "liberté" qui n'était que "la liberté de la misère" : la liberté "pour la presse vénale", "pour le politicien-démagogue", pour le juif usurier et le commerçant spéculateur.7

6Dès lors, la Révolution n'a pas seulement permis mais même imposé un individualisme outrancier dont les résultats inéluctables étaient la décomposition morale de la société et l'excitation permanente et haineuse des uns contre les autres.

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid. ; Germain CHEROUNAUD, "Les poisons de l'économie", Le Pays Libre, 20 avril 1937.
  • 10 Louis HEREL, "Notre communisme", Le Pays Libre, septembre 1936.

7C'est ce rejet de "l'individualisme obligatoire pour tous"8 qui explique, dans une large mesure, la dénomination du P.F.N.C. Les notions de "communisme" et de "collectivisme" sont entendues comme l'antithèse des aspects libéraux et individualistes apportés par la Révolution. Par contre, le "national-communisme" n'a rien à voir avec le marxisme. Pour le P.F.N.C. le principe de la lutte des classes provient inévitablement du régime matérialiste et individualiste issu de la Révolution. Dans une société libérale et capitaliste dont les caractéristiques sont le désir d'enrichissement et l'exploitation, les hommes sont perpétuellement dressés les uns contre les autres. Par conséquent, le marxisme, avec la théorie de la lutte des classes à sa base, a tout intérêt à maintenir le cadre libéral existant. Le marxisme ou le bolchevisme veulent donc avant tout sauver les conceptions individualistes de 1789, alors que les défenseurs du capitalisme sont contents de constater que le marxisme ne peut rien sans le capitalisme.9 Quant à l'ouvrier, peu lui importe que son usine appartienne à un Etat soviétique ou à une société anonyme.10

  • 11 Pierre CLÉMENTI dans Revue hebdomadaire, année 46, vol. III (mars 1937), p. 491.

8Dans la doctrine du P.F.N.C., capitalisme et marxisme ne sont donc que deux manifestations d'un même mal, à savoir l'ordre libéral avec son complément politique, le système parlementaire. Voici sur ce thème les mots du fondateur du parti : "La lutte des classes est obligatoire dans le cadre du libéralisme. Le chômage aussi. Ce sont les résultats des réflexes du producteur en proie à la concurrence. Or le chômage est une ignominie et la lutte des classes devient un crime contre la Patrie. Il faut donc remplacer le libéralisme, et supprimer la raison d'être de l'agitateur."11

  • 12 Georges BATAULT, "Principes Nationaux-Communistes", Le Pays Libre, 20 avril 1937.
  • 13 Georges BATAULT, "Définition du National-Communisme", Le Pays Libre, 20 février 1937 et "Principes (...)

9Reconnaissant dans la Révolution française le point de départ d'une décadence dévastatrice, le national-communisme s'efforce néanmoins de donner aux mots clés de 1789 une nouvelle signification, basée à la fois sur des traditions prérévolutionnaires et sur de vagues analyses des problèmes sociaux contemporains. Dans cette perspective, c'est avant tout la notion de "fraternité" qui doit prévaloir sur les conceptions abstraites de "liberté" et d’"égalité". C'est pourquoi les nationaux-communistes demandent que les mots "Liberté" et "Égalité" soient effacés des frontons des édifices publics et que seul le mot "Fraternité" y reste.12 "Fraternité", cela signifie un sentiment de solidarité venant d'un "principe universel d'amour" qui lie les hommes entre eux malgré toutes les passions contraires qui peuvent momentanément les séparer. C'est dans le cadre de cette place prioritaire de la "fraternité" que doit être appliquée toute conception de la "liberté" et de l’"égalité". Ces mots restent des notions abstraites et socialement vides tant qu'ils ne sont pas limités par l'observation d'un ordre naturel s'appuyant sur les devoirs sociaux et la reconnaissance des inégalités naturelles.13 Le P.F.N.C. oppose donc au rationalisme du xixe siècle et à l'idée des droits de l'homme une conception qui a certaines ressemblances avec le courant spiritualiste des années trente.

  • 14 Germain CHEROUNAUD, "Communisme !", Le Pays Libre, 20 juin 1937.
  • 15 NORMAND, op. cit.
  • 16 Louis HEREL, "Notre communisme", Le Pays Libre, septembre 1936. Voir aussi la proposition de Pierr (...)
  • 17 Dans les écrits du P.F.N.C. les références à Jules Vallès, Proudhon, Sorel et Blanqui sont fréquen (...)
  • 18 "Pourquoi national-communisme", Le Pays Libre, octobre 1936.

10Là aussi la notion de "communisme" employée par le P.F.N.C. revêt sa signification. Dans la mesure où toute association humaine, toute société doit impérativement être fondée sur une idée de "communauté", le communisme est "vieux comme le monde".14 Etroitement liée aux traditions particulières d'un peuple donné, toute conception de "communisme" n'est possible que dans le cadre de la communauté nationale. C'est pourquoi, dans la pensée du P.F.N.C., communisme et nationalisme ne sont en rien des idées contradictoires mais au contraire des compléments nécessaires. Dès lors, le national-communisme français se considère d'une part comme étant l'héritier des meilleures traditions du moyen âge par exemple pour ce qui touche à l'organisation communale des villes, aux biens communaux des villages et au caractère familial de la propriété.15 D'autre part, évoquant une communauté idéale où chaque individu participerait à la propriété et au territoire national,16 l'idéologie du P.F.N.C. présente également des éléments utopiques se nourrissant de la lecture des socialistes français comme Proudhon, Blanqui, et Lucien Deslinières.17 En revanche, Marx et les marxistes ont selon le P.F.N.C. "volé" le titre de "communisme" aux vrais socialistes nationaux français et lui ont substitué une signification internationaliste trompeuse.18

  • 19 CLÉMENTI, La troisième paix, p. 109.
  • 20 Guillain de BENOUVILLE, Le Pays Libre, 20 avril 1937.
  • 21 Mathieu DEGEILH, "Libérons le syndicalisme", Le Pays Libre, 5 avril 1937. Voir également Louis HÉR (...)

11Si l'on en croit le fondateur du mouvement, c'est bien la question sociale qui aurait été à la base de la création du P.F.N.C.19 Conformément à ses conceptions de "fraternité", le national-communisme préconise un ordre social fondé sur la solidarité de tous les membres de la communauté. Face à une situation qui est marquée par l'exacerbation progressive entre les gros capitalistes et le prolétariat, le national-communisme estime être la seule force capable de réconcilier et de réunir la nation. Alors qu'il faut éclairer et ramener les "cœurs volés" des communistes,20 toute idée de lutte des classes est violemment écartée et tout droit de grève doit être supprimé. En revanche, il faut éviter qu'une telle démarche ne favorise à nouveau l'égoïsme exploiteur des capitalistes. Le P.F.N.C. préconise donc le noyautage nationaliste de la C.G.T., la persistance des syndicats ouvriers non-politiques et l'épuration des bolchevistes et des socialistes qui ne veulent faire du syndicalisme qu’"un instrument de guerre civile".21

  • 22 Guillain de BENOUVILLE, Le Pays Libre, 20 avril 1937.
  • 23 Louis HEREL, "L'orientation du P.F.N.C.", Le Pays Libre, 20 février 1937.

12A l'égard du patronat le P.F.N.C. souligne avant tout la fonction sociale du chef d'entreprise. Mais pour que ce dernier puisse remplir un rôle adéquat, il faut d'abord un changement de l'ordre économique. Alors que dans le système libéral existant tout commerçant ou industriel qui observerait une telle "loi morale" serait inévitablement conduit à la ruine, le national-communisme vise au rétablissement d'un ordre moral qui lie toute activité économique à l'obéissance à quelques principes moraux et mutualistes.22 Dans le cadre d'un national-communisme ainsi appliqué, le patron sera animé par ce sentiment de solidarité et de devoir social dont il a déjà été question. Par conséquent, il sera possible "de faire comprendre à ceux qui détiennent les capitaux et les propriétés du pays qu'ils ont des devoirs à remplir envers ceux qui travaillent... [et] que tout bien a été créé par un travail collectif et qu'en conséquence les droits de la propriété doivent être subordonnés aux nécessités vitales du pays".23

  • 24 L.D., "Problème économique et social", Le Pays Libre, 5 juillet 1937.
  • 25 Mathieu DEGEILH, "Servir !", Le Pays Libre, 5 mai 1937.
  • 26 Pierre CLÉMENTI dans Revue hebdomadaire, année 46, vol. III (mars 1937), p. 492.

13Le raisonnement du P.F.N.C. est donc nourri par un optimisme social qui nie la possibilité de véritables conflits économiques et sociaux-structurels. De ce point de vue, chaque entreprise constitue en fait une sorte de "famille professionnelle" animée par la responsabilité mutuelle et la conscience des devoirs réciproques24. Cet optimisme permet aussi d'exclure de cet ordre économique quasi familial ceux qui ne se conforment pas volontairement à ces lois prétendument "naturelles" : c'est pourquoi le P.F.N.C. préconise l'expropriation pure et simple des propriétaires qui font de leurs biens "un usage antisocial, c'est-à-dire anti-national"25. Ainsi "le temps viendra où il sera possible de constituer le front de l'ouvrier et du patron contre leur ennemi commun : le capitaliste"26.

  • 27 Programme du Gouvernement du P.F.N.C. (du 7 février 1934), Le Pays Libre, 5 janvier 1937 (souvent (...)

14La conception politique résultant de telles réflexions économiques visait à une économie fortement dirigée. Alors qu'en principe la propriété privée n'est pas remise en question, le trait le plus caractéristique du programme de gouvernement du P.F.N.C., à la vérité très rudimentaire, est son étatisme à outrance. Entre autres un gouvernement national-communiste supprimerait l’exportation des capitaux, centraliserait le commerce extérieur, partagerait le travail entre tous les membres de chaque profession, fixerait des prix maxima ainsi que des salaires minima et contrôlerait "rigoureusement l'application de ces mesures en détruisant les saboteurs, les spéculateurs et les concussionnaires, après leur avoir fait rendre gorge"27.

  • 28 Pierre CLÉMENTI, Qu'est-ce que le National-Collectivisme ?, Paris : 1938 (deuxième édition 1940), (...)
  • 29 Le Pays Libre, 5 janvier 1937.

15Dans la mesure où le P.F.N.C. propose la délégation du pouvoir à un seul parti, il révèle évidemment des tendances totalitaires. Pour Pierre démenti, "l'instauration de ce régime en France serait un retour pur et simple à notre meilleure et à notre plus ancienne Tradition". A la suite de la suppression complète du parlementarisme, "caricature ploutocratique de la Démocratie", "le Parti unique doit être le système nerveux du pays"28. Selon le programme de gouvernement déjà cité, c'est donc le parti, avec sa "conception héroïque de la vie sociale", qui unifiera les syndicats, rénovera l'armée, épurera la magistrature et clarifiera l'administration.29

  • 30 Cf. Pierre BIRNBAUM, Un mythe politique : la "République juive" de Léon Blum à Pierre Mendès-Franc (...)
  • 31 NORMAND, Le National-communisme résumé en six points.
  • 32 M.G., "La nation juive", Le Pays Libre, octobre 1936.
  • 33 Louis HEREL, "L'Orientation du P.F.N.C.", Le Pays Libre, 20 février 1937.
  • 34 Georges BATAULT, "Antisémitisme et National-Communisme", Le Pays Libre, 5 juin 1937.

16Dans une large mesure, la période de l'Entre-deux-guerres avec ses signes totalitaires a été caractérisée par le besoin profond d'imputer tous les maux politiques et sociaux à certains groupes sociaux spécifiques et bien désignés. Avec sa négation de toute possibilité de conflits sociaux structurels, la moralisation de la politique et de l'économie nécessitait plus ou moins logiquement ce principe d'imputation et de culpabilisation morale. Le P.F.N.C. ne fait pas exception et se place dans le courant antisémite assez répandu en France pendant les années trente30. Comme c'est le cas pour d'autres mouvements de l'époque, le national-communisme utilise l'antisémitisme comme une sorte de passe-partout pour la compréhension et l'interprétation du processus de décadence nationale ressentie ainsi que pour la mobilisation souhaitée des forces prétendument "saines" de la nation. De ce point de vue, les juifs seraient à l'origine du prétendu processus de décadence et la Révolution de 1789 — "œuvre de puissances étrangères" — ne serait donc que le résultat d'un lent "enjuivement" de la France depuis la Renaissance31. En tant que "nation errante"32 seuls les juifs auraient intérêt à la décomposition de la vie sociale des nations par des conceptions internationalistes. Le P.F.N.C. dénonce donc "l'intoxication de la classe ouvrière par les doctrines marxistes... inventées par un juif ... propagées et mises en action par des juifs"33. Mais si le P.F.N.C. identifie le marxisme et le bolchevisme aux juifs, il assimile également les juifs à cet autre "internationalisme", celui de la bourgeoisie capitaliste et du capital financier. Ce sont donc les juifs qui seraient responsables des deux maux principaux de la nation : l'exploitation capitaliste et la lutte des classes. Face à cette double menace, l'antisémitisme ne serait qu'"un réflexe instinctif de défense"34.

  • 35 KINGSTON, S. 41.

17Par conséquent, le statut du P.F.N.C. exclut catégoriquement toute adhésion des juifs au parti. Dans un Etat organisé selon les principes nationaux-communistes les juifs seraient privés de la nationalité française et soumis à un régime particulier. Allant plus loin, le P.F.N.C. réclame aussi l'émigration forcée des juifs et leur domiciliation à un endroit approprié. Ici, la référence au modèle de l'Allemagne nazie est évidente. Cela s'accorde bien avec le fait que, selon la police, Clémenti aurait fréquemment reçu du courrier d'Allemagne35.

18En tant que groupuscule politique éphémère, le P.F.N.C. ne joue certainement pas un rôle important dans la vie politique française de l'époque. Mais en ce qui concerne son antisémitisme, il fait partie d'un milieu extrémiste beaucoup plus large, enraciné avant tout à Paris et, après la prise du pouvoir du Front populaire, non sans influence réelle. C'est l'existence de ce milieu antisémite qui a, par exemple, permis le succès sensationnel de Bagatelles pour un massacre de Céline. L'antisémitisme de cette période, dont le P.F.N.C. faisait partie, était beaucoup plus que la seule recherche d'un bouc émissaire. Il était une véritable idéologie mobilisatrice pour la mise en œuvre d'une solution politique et économique au-delà du système libéral et de toute conception de lutte des classes.

  • 36 Robert VALLERY-RADOT, "Le Peuple redemande son Ame", Le Pays Libre, 20 mai 1937.
  • 37 Cf. l'introduction de Mathieu Degeilh dans : Les Juifs en U.R.S.S., Paris : 1935.
  • 38 Cf. le précis biographique, en fait apologétique, de François VALLERY-RADOT, "Un adversaire loyal (...)
  • 39 Zeev STERNHELL, Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France, 2ème édition Bruxelles : 198 (...)
  • 40 Voir par exemple Le Pays Libre, octobre 1936 ; Choc, 19 mai 1938.

19Pour conclure, j'aimerais poser la question qui est à l'origine de notre problématique. S'agit-il, dans le cas du P.F.N.C., d'un mouvement de droite ou de gauche ? Dans quelle mesure faisait-il partie du chassé-croisé idéologique qui peut être observé au sein de tant de mouvements politiques de l'époque ? Pour le P.F.N.C., quant à lui, la réponse était simple et semble confirmer le titre de notre colloque : "Droite ? gauche ? Ces mots n'ont plus de sens. En ont-ils jamais eu un ? C'est un de ces mots de politicien parlementaire qui fausse les problèmes et les perspectives"36. D'ailleurs, ce qu'on sait de l'itinéraire politique de quelques membres du parti confirme cette position du "ni droite, ni gauche". Parmi les dirigeants du parti, l'ancien secrétaire de cellule communiste Mathieu Degeilh37 se trouvait aux côtés de l'ancien chef de section de l'Action Française Robert Vallery-Radot38 et du futur député gaulliste Guillain de Benouville. Pourtant, ce qui semble prévaloir dans la pensée du P.F.N.C., c'est le rejet violent de toute la tradition rationaliste et individualiste issue des Lumières et de la Révolution française. Le national-communisme s'inscrit donc dans une tradition contre-révolutionnaire, catholique, intégriste, bien établie en France pendant le xixe siècle. Le P.F.N.C. associe à cette tradition la notion d'un "socialisme" national et corporatif, basé sur le respect de la propriété individuelle et sur l'accentuation des fonctions sociales des entrepreneurs, qui s'oppose au socialisme internationaliste. Comme c'est le cas pour d'autres mouvements politiques de l'époque, par exemple pour celui de Georges Valois et de Gustave Hervé, c'est précisément cette fusion du courant contre-révolutionnaire avec la tradition socialiste française du xixe siècle, qui est à la base de l'idéologie du P.F.N.C. Si l'on accepte la proposition de Zeev Sternhell, selon laquelle c'est principalement une synthèse socialiste-nationale qui aurait engendré l'idéologie fasciste39, et si l'on tient compte des critères généralement acceptés, on peut qualifier le P.F.N.C. de parti carrément fasciste, ce mouvement étant à la fois antidémocratique, anticommuniste, antisémite et même raciste, hiérarchique et d'un nationalisme violent. En outre, malgré sa relative insignifiance, on y trouve également des tendances paramilitaires40.

20Mais que l'on qualifie le fascisme de phénomène venant de droite ou qu'on lui attribue certains éléments de gauche, les mouvements fascistes ont toujours visé — et partiellement réussi — à s'emparer des thèmes classiques de la gauche ; le travail, le sort de l'ouvrier, le mieux-être social etc. ont été des sujets dont la discussion et la propagande n'étaient plus le monopole de la gauche dans l'Entre-deux-guerres. D'une manière plus générale, il me semble que c'est principalement là que les notions traditionnelles de "droite" et de "gauche" deviennent dépassées et que se dégagent les différents chassés-croisés idéologiques dont il est question dans cet ouvrage.

Notes

1 Je tiens à remercier Véronique Mosbah d'avoir relu le texte et d'avoir ainsi amélioré la version française.

2 ROUX Georges, Révolution. Paris : 1934, p. 102.

3 CLÉMENTI Pierre, Qu'est-ce que le National-Collectivisme ? Paris : 1938 (deuxième édition 1940). Après l'armistice de 1940, l'appellation du parti fut modifiée en Parti Français National-Collectiviste. On trouve un résumé de l'histoire du parti dans Henry COSTON, Dictionnaire de la politique française, Paris : 1967, p. 797-798. Cf. Pierre CLÉMENTI, La troisième paix, Fribourg (Suisse) : 1949, p. 107 ss. Les détails les plus précis sont présentés dans le rapport de police "La Propagande anti-juive" de juillet 1939. Archives de la Préfecture de Police, Ba 1812, édité par Paul KINGSTON, Antisemitism in France during the 1930s, Hull : 1983. Voir surtout p. 39-44.

4 CLÉMENTI, La troisième paix, p. 109.

5 Ibid., p. 55 ss. et 124.

6 Ibid., p. VI.

7 Georges BATAULT, "Principes Nationaux-Communistes", Le Pays Libre, 20 mars 1937 ; Robert VALLERY-RADOT, "Le Procès de 89 est jugé", Le Pays Libre, 5 juin 1937 ; Alain NORMAND, Le National-Communisme résumé en six points, Paris : 1939 (janvier).

8 Ibid.

9 Ibid. ; Germain CHEROUNAUD, "Les poisons de l'économie", Le Pays Libre, 20 avril 1937.

10 Louis HEREL, "Notre communisme", Le Pays Libre, septembre 1936.

11 Pierre CLÉMENTI dans Revue hebdomadaire, année 46, vol. III (mars 1937), p. 491.

12 Georges BATAULT, "Principes Nationaux-Communistes", Le Pays Libre, 20 avril 1937.

13 Georges BATAULT, "Définition du National-Communisme", Le Pays Libre, 20 février 1937 et "Principes Nationaux-Communistes", Le Pays Libre, 5 avril et 5 mai 1937.

14 Germain CHEROUNAUD, "Communisme !", Le Pays Libre, 20 juin 1937.

15 NORMAND, op. cit.

16 Louis HEREL, "Notre communisme", Le Pays Libre, septembre 1936. Voir aussi la proposition de Pierre démenti d'une "titularisation" progressive des ouvriers, Revue hebdomadaire, année 46, vol. III (mars 1937), p. 492.

17 Dans les écrits du P.F.N.C. les références à Jules Vallès, Proudhon, Sorel et Blanqui sont fréquentes. Voir par exemple : "Pourquoi national-communisme", Le Pays Libre, octobre 1936 ; Robert VALLERY-RADOT, "Le Peuple redemande son Ame", Le Pays Libre, 20 mai 1937 ; Henri de FRECHAMPT, "En relisant Proudhon", Le Pays Libre, 20 juin 1937 ; Dans son petit ouvrage "Qu'est-ce que le national-collectivisme ?" p. 17, Pierre démenti se réclame de l'amitié personnelle du révisionniste du marxisme Deslinières. Cf. La troisième paix, p. 67.

18 "Pourquoi national-communisme", Le Pays Libre, octobre 1936.

19 CLÉMENTI, La troisième paix, p. 109.

20 Guillain de BENOUVILLE, Le Pays Libre, 20 avril 1937.

21 Mathieu DEGEILH, "Libérons le syndicalisme", Le Pays Libre, 5 avril 1937. Voir également Louis HÉREL, "L’Arbitrage des Conflits du Travail", Le Pays Libre, 20 janvier 1937 ; Mathieu DEGEILH, "Il faut une minorité nationale dans la C.G.T.", Le Pays Libre, 20 février 1937, et "Pour un syndicalisme constructif", Le Pays Libre, 20 mars 1937.

22 Guillain de BENOUVILLE, Le Pays Libre, 20 avril 1937.

23 Louis HEREL, "L'orientation du P.F.N.C.", Le Pays Libre, 20 février 1937.

24 L.D., "Problème économique et social", Le Pays Libre, 5 juillet 1937.

25 Mathieu DEGEILH, "Servir !", Le Pays Libre, 5 mai 1937.

26 Pierre CLÉMENTI dans Revue hebdomadaire, année 46, vol. III (mars 1937), p. 492.

27 Programme du Gouvernement du P.F.N.C. (du 7 février 1934), Le Pays Libre, 5 janvier 1937 (souvent publié).

28 Pierre CLÉMENTI, Qu'est-ce que le National-Collectivisme ?, Paris : 1938 (deuxième édition 1940), p. 14. Voir aussi Le Pays Libre, août 1936.

29 Le Pays Libre, 5 janvier 1937.

30 Cf. Pierre BIRNBAUM, Un mythe politique : la "République juive" de Léon Blum à Pierre Mendès-France, Paris : 1988 ; Ralph SCHOR, L'antisémitisme en France pendant les années trente, Bruxelles : 1992.

31 NORMAND, Le National-communisme résumé en six points.

32 M.G., "La nation juive", Le Pays Libre, octobre 1936.

33 Louis HEREL, "L'Orientation du P.F.N.C.", Le Pays Libre, 20 février 1937.

34 Georges BATAULT, "Antisémitisme et National-Communisme", Le Pays Libre, 5 juin 1937.

35 KINGSTON, S. 41.

36 Robert VALLERY-RADOT, "Le Peuple redemande son Ame", Le Pays Libre, 20 mai 1937.

37 Cf. l'introduction de Mathieu Degeilh dans : Les Juifs en U.R.S.S., Paris : 1935.

38 Cf. le précis biographique, en fait apologétique, de François VALLERY-RADOT, "Un adversaire loyal de la Maçonnerie : Robert Vallery-Radot (1885-1970)", dans : Politica Hermetica, no 4 (1990), p. 126-139.

39 Zeev STERNHELL, Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France, 2ème édition Bruxelles : 1987 ; Zeev STERNHELL, Mario SZNAJDER, Maia ASHÉRI, Naissance de l'idéologie fasciste, Paris : 1989, p. 215 ss.

40 Voir par exemple Le Pays Libre, octobre 1936 ; Choc, 19 mai 1938.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540