Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

III - RÉSEAUX

Ambition, argent et protestation

Remarques sur un phénomène d'extrémisme dans la France de l'Entre-deux-guerres

Klaus-Jürgen Müller

Texte intégral

  • 1 PLUMYÈNE Jean et LASIERRA René, Les Fascismes français, Paris : 1963, p. 9.
  • 2 C'est ce que montre par exemple la formule polémique forgée par Jürgen Habermas, "le fascisme de g (...)

1"En France on est toujours, ou l'on a été, le fasciste de quelqu'un"1. Au moyen de ce paradoxe, Jean Pluymène et René Lasierra, auteurs de l'un des premiers ouvrages sur le fascisme français, ont voulu indiquer à la fois le caractère politico-polémique et le caractère totalement problématique du concept français de fascisme2.

  • 3 Sur ce point, voir généralement les travaux de Wolfgang Wippermann, Faschismustheorien. Zum Stand (...)
  • 4 KOCKA Jürgen, in : Totalitarismus und Faschismus. Eine wissenschaftliche und politische Begriffsko (...)

2Effectivement, il suffit de considérer la recherche internationale sur le fascisme en général et sur le fascisme français en particulier pour voir à quel point le concept de "fascisme" convient mal pour décrire et expliquer ce que l'on appelle phénomènes fascistes en France3. Même un défenseur du concept général de fascisme aussi engagé que Jürgen Kocka admet que l'on a de "grandes difficultés" avec ce concept. Son application à des exemples autres que l'exemple italien ou allemand mène — nous dit Kocka — facilement à des extensions abusives aux contours mal définis4.

  • 5 Cf. RÉMOND René, Les Droites en France, Paris : 1982, MACHEFER Philippe, Ligues et Fascismes en Fr (...)
  • 6 Cf. à ce propos l'essai remarquable de Philippe Burrin, La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery. (...)

3Les doutes sur l'utilité de ce concept se multiplient encore dès qu'on essaie de l'appliquer aux phénomènes français de l'Entre-deux-guerres. C'est ce que montre jusqu'à maintenant la recherche sur le sujet5. Aussi n'a-t-il pas encore été possible de se mettre d'accord sur la question de savoir si oui ou non les phénomènes en question ont été vraiment "fascistes". A ce jour, les résultats de la recherche autorisent plutôt à conclure que les analyses et les définitions de la théorie du fascisme ne sont guère susceptibles de rendre compte des phénomènes français6.

  • 7 Cf. aussi les développements critiques de Bernd Martin sur la valeur d'un concept de fascisme plus (...)
  • 8 Cf. sur ce point Klaus-Jürgen Müller, "French Fascism and Modernization" in JCH 11 (1976), p. 75-1 (...)

4Ne vaudrait-il pas mieux tirer de ces faits la conclusion qui s'impose et tenter plutôt d'étudier empiriquement ces phénomènes et de les expliquer avec d'autres approches méthodiques7. Peut-être une analyse partant de l'examen de la structure politique et sociale des "mouvements" et des groupements en question et s'interrogeant sur leur fonction dans le système républicain de gouvernement pourrait-elle mener plus loin. Dans le cadre de cet exposé, il n'est naturellement pas possible de décrire en détail une telle approche méthodique8. L'essai a déjà été tenté ailleurs. On se bornera ici à tester cette méthode structurelle et fonctionnelle, pour ainsi dire de façon exemplaire, sur un groupe traité le plus souvent de façon sommaire dans la littérature mais fréquemment qualifié de "fasciste". En outre, cette approche renonce expressément à une analyse phénoménologique, car il est peu intéressant de voir des indices du caractère fasciste dans certains signes extérieurs comme par exemple les allures militaires (uniformes, drapeaux, défilés) ou la violence politique, le culte du chef ou certains rituels déterminés. Ces sortes de paraphernaux se rencontrent aussi dans des groupes qui n'ont rien à voir avec le fascisme ; ce sont des accessoires dans le goût du temps, modes d'expression, dans le domaine politique et social, d'une époque dans laquelle des millions d'hommes avaient, durant la Première Guerre mondiale, vécu et intériorisé des comportements sociaux, des rituels de groupes et des relations personnelles de type militaire. Ce qui avait contribué à marquer notablement l'image de la vie politique dans l'Europe de l'Entre-deux-guerres ; mais cela ne nous apprend rien sur les contenus.

  • 9 SOUCY Robert, French Fascism : The First Wave 1924-1933, New Haven et Londres : 1986.
  • 10 C'était une invention du Canard Enchaîné (cf. Milza, p. 146).

5Le groupe "Solidarité Française" qui, pendant un bref laps de temps, connut un grand succès et une activité importante, constitue en quelque sorte la transition entre les mouvements extrémistes de droite des années vingt comme les "Jeunesses patriotes" et le "Faisceau", pour Soucy9 "the first wave of fascism", et ceux des années trente comme par exemple le P.P.F. de Doriot, les "Croix-de-Feu" du Colonel de La Rocque et les "Francistes" de Bucard. La plupart du temps, ce groupe à la vie relativement brève — 1933-1936 — n'est mentionné que comme un phénomène insignifiant, marginal, comme une créature née des ambitions politiques du parfumeur et magnat de la presse François Coty. Les membres en auraient été recrutés dans le lumpenproletariat parisien et dans le milieu nord-africain — d'où le sobriquet de "Sidilarité Française"10. La pauvreté de sa doctrine n’aurait été masquée que par la violence et les rodomontades. Elle n’aurait dû une importance passagère qu'à l'adhésion temporaire de quelques brillants intellectuels tels Thierry Maulnier et Jean-Pierre Maxence.

  • 11 MACHEFER, p. 14 s., RÉMOND, p. 207, et Jean PLUMYENE et R. LASSIERA, p. 55 ss.
  • 12 MILZA, p. 146 ss.

6Les spécialistes sont divisés sur l'appréciation du caractère "fasciste" de ce groupe politique : comment pourrait-il en être autrement ? Quelques historiens pensent qu'il s'est contenté d'imiter le fascisme dans ses rites et ses signes extérieurs11 ; d'autres par contre sont d'avis que, chez les prétoriens de Coty, on rencontre directement un phénomène de fascisme français12. Pareilles divergences en disent plus sur les problèmes de méthode dans la recherche sur le fascisme que sur le phénomène lui-même. Les archives disponibles depuis peu permettent cependant d’affirmer que ce mouvement justement est à bien des égards significatif de l'extrémisme français de l'époque. Il constitue en effet un symptôme des déficits du système républicain de gouvernement révélés par les conséquences de la crise économique mondiale ainsi que des modifications de sa base socio-économique.

  • 13 Les développements suivants se fondent d'une part sur l'excellente thèse (non publiée) de Alfred K (...)

7Pour porter un jugement historique conformément à l'approche méthodique proposée plus haut, nous analyserons Solidarité Française (citée désormais en abrégé S.F.) sous deux aspects : nous étudierons d'abord les groupes dirigeants, leurs objectifs et leur stratégie politique et ensuite la structure de l'ensemble des militants13.

  • 14 Sur J.P. Maxence et Th. Maulnier (élu en 1964 à l'Académie Française), cf. Henry COSTON, Dictionna (...)

8A l'intérieur de la direction de S.F. on distingue trois groupes : le premier peut être laissé de côté dans le cadre de la question qui nous occupe, encore que ce soit précisément toujours celui que l'on invoque pour ranger S.F. dans la catégorie "fasciste", car il attira tout de suite l'attention des contemporains par ses comportements bruyants et violents. C'est le groupe des aventuriers politiques et des anciens soldats, tel Jean Renaud, ancien officier de la coloniale, secrétaire général du mouvement aussi ambitieux que borné. Leur fonction consistait à mobiliser et organiser la troupe des adhérents, ils avaient la responsabilité des comportements paramilitaires. Ils ne décidaient pas des contenus ni des objectifs politiques. En deuxième lieu, il y avait le groupe des intellectuels engagés tels J.P. Maxence et Thierry Maulnier14 qui, par leurs activités journalistiques, contribuèrent à forger, à titre transitoire uniquement, le profil d'agitateur du mouvement. Mais ce ne sont pas des représentants typiques de S.F. qu'ils ne rejoignirent qu'à partir du printemps 1934. Ils étaient de ces intellectuels activistes qui, à la recherche d'une base sociale pour leurs idées parfois très proches du fascisme ou du national-socialisme, allaient d'un groupe politique à l'autre. L'odyssée de J.P. Maxence, passé de S.F. au P.P.F. puis à la révolution nationale de Pétain, en est l'illustration caractéristique. Une analyse de l'univers mental de ces "non-conformistes" révèle sans doute le célèbre "esprit des années trente" mais en rien le profil politique des groupes dans lesquels ils s'engagèrent successivement.

  • 15 Né à Ajaccio en 1874 sous le nom de Spoturno, mort à Paris en 1934 ; en 1931 il avait été élu mair (...)
  • 16 KUPFERMAN, p. 167.
  • 17 Il soutint les candidats du Front National par sa presse ; mais les candidats purement "cotyistes" (...)
  • 18 Cf. KUPFERMAN, p. 167 ; liste des groupes politiques soutenus ou fondés par Coty, p. 245 ss.
  • 19 Il écrivit régulièrement dans Le Figaro à partir de 1932, et pendant quelque temps s'engagea total (...)
  • 20 Dans sa thèse, Kupferman a décrit et analysé en détail toutes ces activités de Coty.

9Dans ce contexte, le parfumeur et tsar de la presse François Coty et son cercle15 sont d'une importance primordiale. L'initiative de la fondation de S.F. est partie de Coty au début de 1933 ; après sa mort au cours de l'été 1934, le mouvement ne devait pas tarder à retomber dans l'insignifiance politique. Coty fonda S.F. après l'échec de toutes ses tentatives précédentes pour se procurer une base nombreuse capable d'assurer le triomphe de ses ambitions politiques. Dès lors, S.F. devait être son instrument de puissance. N'avait-il pas déjà fait à de multiples reprises des tentatives dans le même sens ? En 1921, il avait été candidat à un siège au Sénat, mais sans succès. Plus tard, il essaya, au moyen d’un soutien financier massif à de nombreux groupes politiques — entre autres l'Action Française, le Faisceau, les Croix-de-Feu et quelques associations d'anciens combattants —, de trouver une base nombreuse pour ses idées politiques. On dit que c'est lui qui aurait ainsi porté de La Rocque à la tête des Croix-de-Feu16. En 1928, il avait tenté, au moyen d'une grande campagne de presse, de lancer une sorte de croisade internationale contre le bolchevisme : "La croisade des patries". Sans aucun succès. En 1929, il fit une nouvelle tentative pour réunir autour de ses idées politiques une masse importante avec un "Manifeste des contribuables". En 1932, il s'efforça — également sans succès — de faire élire des candidats grâce à un soutien financier et à des articles de presse17. Des aventuriers et des arrivistes politiques nombreux se firent pousser par lui mais l'abandonnèrent devant les échecs ou lorsqu'ils eurent réussi à prendre leur indépendance. C'est bien pourquoi Kupferman, son biographe, écrit que Coty a essayé année après année de fonder une nouvelle organisation, le plus souvent sur les ruines de la précédente18. Pour ses journaux, il a réussi à recruter seulement quelques auteurs connus comme Georges Bernanos19 et des intellectuels comme Maulnier et Maxence (déjà mentionnés), sans que ceux-ci toutefois partagent entièrement ses idées20.

  • 21 Cf. à ce propos KUPFERMAN, ch. 5 et 6.

10Cet homme essayait de réaliser ses ambitions politiques manifestement irrépressibles de toutes les manières imaginables en utilisant pour cela sa fortune considérable et les moyens de puissance que représentaient ses journaux. Depuis la fin des années vingt, il avait bâti un empire de presse comprenant plus de 53 journaux. Les pièces maîtresses en étaient Le Figaro acheté par lui dès 1922, et le journal populaire destiné aux masses, L'Ami du peuple21. A partir de 1927 il fit du Figaro un journal nettement polémique, ce qui lui valut de lourdes pertes financières ; avec L'Ami du Peuple, le "journal à deux sous", il fonda en 1928 une feuille de boulevard aussi populaire que démagogique et dont le tirage grimpa, entre 1928 et 1930, de 700 000 à 1 million d'exemplaires. Elle avait pour mission d'introduire ses idées politiques chez les "petites gens".

11Au début de 1933, les astres parurent lui être favorables. L'évolution de la situation politique intérieure promettait une résonnance importante à ses deux idées politiques centrales et d'abord à son anticapitalisme populiste, caractérisé par une distinction démagogiquement noircie entre le "capitalisme pillard de la haute finance internationale" et le "capitalisme productif du travail national".

  • 22 Surtout A.N.-F7 : 13.042 (comptes rendus mensuels 1931-1936) ainsi que 12.962 (comptes rendus 1930 (...)

12Au début de 1933, la politique de rigueur du gouvernement (plan Cheron) avait soulevé de vives protestations et entraîné des manifestations de la part d'associations corporatistes comme celles des anciens combattants, des paysans, du petit commerce et des petites entreprises. Au cours du premier semestre de 1933, des dizaines de milliers de personnes manifestèrent leur mécontentement dans des réunions de protestation. Ce mouvement de protestation d'abord apolitique se politisa de plus en plus au cours de l'année. Il attira énormément de monde. Les rapports préfectoraux22 montrent que les retraités et les bénéficiaires de l'aide sociale ressentaient de plus en plus durement les effets de la crise économique. Un grand réservoir d'adhérents potentiels paraissait ainsi disponible. Selon les calculs de Coty, les français victimes de la crise devaient être sensibles à son anticapitalisme populiste. Ils pouvaient être mobilisés grâce aux moyens financiers dont il disposait et au pouvoir de sa presse, puis organisés dans S.F.

  • 23 Sur le problème de la réforme institutionnelle et l'évolution de sa discussion, cf. Jean GICQUEL e (...)

13De même, la conjoncture paraissait favorable au triomphe du deuxième élément central de ses idées politiques, la réforme de l'Etat. Et il n'était pas le seul à cultiver l'idée d'une telle réforme23.

  • 24 Cf. PROST, vol. 3, chap. 6.

14Depuis la fin de la guerre, la discussion sur les insuffisances du système parlementaire existant, sur le "régime des assemblées", s'était beaucoup intensifiée. Les associations d'anciens combattants étaient à la tête de cette discussion sur la réforme, sans que pour autant leurs convictions républicaines puissent être mises en doute — comme l'a démontré Antoine Prost dans son ouvrage monumental24. Depuis 1928, en raison de la crise économique, ils avaient à nouveau attisé la discussion sur la réforme institutionnelle. L'inadaptation de la politique de déflation mise en œuvre par le gouvernement et le parlement, et pour finir les événements du 6 février 1934 lui donnèrent un grand retentissement, un dynamisme et une urgence accrus. Presque toutes les "familles politiques" y participèrent, à l'exception des opposants de principe au système tels que communistes, royalistes et ultras d'extrême-droite. Aussi ne peut-on nullement considérer les idées de réforme institutionnelle comme un signe indicateur de fascisme.

15Essentiellement, ce débat était centré autour de trois problèmes : renforcer l'exécutif, discipliner le parlement et réduire le monopole des partis. Il s'agissait donc de moderniser davantage et d'améliorer l'efficacité du système politico-social, d'accroître la participation politique, mais absolument pas de détruire la république démocratique. Certes il ne fallait pas non plus négliger l'apparition occasionnelle, dans le débat, d'idées et d'exigences radicales, mais ce n'était là le plus souvent que l'expression d'une escalade d'ordre tactique et polémique.

16Avec ses deux idées centrales auxquelles venait s'ajouter un anticommunisme militant, Coty répondait donc tout à fait aux tendances dominantes de l'heure. C'est là un fait dont le plus souvent il n'a pas été tenu compte par des chercheurs dont la perspective était trop exclusivement centrée sur le "fascisme".

  • 25 Reproduit aussi chez Kupferman.
  • 26 De façon caractéristique, il ne voyait en Hitler que l'ennemi du bolchevisme.

17Le 7 février 1933, Coty fit une nouvelle tentative pour réaliser ses idées politiques. Il publia dans L'Ami du Peuple un appel à la fondation de S.F.25 Dans un développement très confus, il exposait que les forces de l'antibolchevisme avaient déjà triomphé dans de nombreux Etats européens : Grande-Bretagne, Italie, Allemagne hitlérienne26, mais aussi Belgique, Roumanie, Suisse et Pologne, à la seule exception de la France qu'il qualifiait de dernier bastion des "forces du mal" bolcheviques. La haute finance internationale, "commanditaire directe de la révolution bolchevique", aurait déjà entraîné la France une première fois dans la guerre. Maintenant l'aveuglement de ses politiciens lui ferait courir un nouveau danger. En même temps il se défendait avec insistance du reproche d'antisémitisme, affirmant que les juifs "aussi étaient depuis longtemps tout autant victimes du mal que nous dénonçons".

  • 27 Reproduit chez Kupferman, p. 207-215, dans L'ami du Peuple du 24 mars 1933 et dans le Figaro du 3 (...)
  • 28 Kupferman a calculé, sur la base de données fournies par la presse de S.F., un nombre de 315 000 a (...)
  • 29 Par exemple le 28 juin 1933 à la Salle Wagram, sous la présidence du général de réserve Niessel, a (...)
  • 30 Cf. les rapports détaillés des Renseignements Généraux in A.N.-F 7 : 13 238.

18Le 24 mars 1933, il présenta à grand bruit un "programme de réforme institutionnelle" détaillé. Il le fit publier dans la presse et afficher sur les murs de nombreuses villes27. S.F. enregistra d'emblée un grand nombre d'adhésions. Dans l'espace de trois mois, il y eut plusieurs dizaines de milliers d'inscriptions28. Son calcul : mettre l'angoisse de l'avenir chez les "gens en colère" et leur espoir de changement au service de ses propres ambitions, avait manifestement réussi. Même pendant les mois d'été, S.F. parvint à réunir plusieurs milliers de participants pour de grandes manifestations — un indice de l'atmosphère de mécontentement régnant dans le pays29. A l'automne 1933, Coty lança une nouvelle campagne de propagande. Il fit imprimer à plus de 200 000 exemplaires une brochure contenant son programme de réforme. Entre octobre et décembre 1933 il fut distribué dans de nombreuses manifestations de masse à des fins d'agitation30.

  • 31 Reproduit dans L'Ami du Peuple du 14 mars 1933 ; cf. aussi A.N.-F 7 : 13 238.
  • 32 Cf. KUPFERMAN, p. 219.
  • 33 A.N.-F 7 : 13 238, rapport de police du 24 mars 1934 sur une réunion qui s'était tenue la veille à (...)
  • 34 Nombreux extraits de journaux et rapports de police sur les réunions de S.F. aux A.N.-F 7 : 13 238

19L'esprit et le contenu de ces manifestations se révèlent dans les "ordres du jour" qu'elles adoptaient, le plus souvent par acclamation. Citons par exemple celui du 24 août 1933 à Paris : "[...] 600 Français et Françaises réunis le 25 août 1933 [...] à Paris dénoncent devant l'opinion française les méfaits des politiciens, adversaires de l'épargne populaire et de la sécurité nationale ; refusent de reconnaître les engagements internationaux acceptés dans un but de parti et contraires aux besoins du peuple français ; et invitent tous les citoyens indépendants à se joindre à eux pour imposer une indispensable réforme de l'Etat"31. Parallèlement on demandait par exemple dans tous les discours de 1933 un contrôle direct des députés, ces "requins de l'épargne", par le peuple32. Dans l'ordre du jour d'une manifestation qui s'était tenue à Metz le 23 mars 1934, il était dit que S.F. n'était ni un groupe politique ni un quelconque parti, mais "[...] une association de bons Français qui fera son possible pour débarrasser la République de toute la pourriture qui est le gouvernement actuel"33. Le même son de cloche se faisait entendre dans beaucoup d'autres réunions ainsi que dans les articles de presse qui accompagnaient cette campagne34.

20Une analyse du contenu de toutes ces déclarations ainsi que du programme de réforme de l'Etat révèle deux éléments déterminants : 1° : avec l'introduction du vote des femmes, le programme anticipait une institution de la IVe République, et avec l'idée d'un exécutif présidentiel fort, d'une réduction du rôle du parlement et l'introduction du plébiscite, il contenait déjà des éléments de la constitution de la Ve République. 2° : il ne s'agissait nullement — comme le montrent les citations ci-dessus — d'un refus de la république, de la démocratie et du parlementarisme, mais plutôt d'un "antiparlementarisme de circonstance", expression d'une attitude protestataire envers une classe politique incapable de maîtriser la crise.

21Compte tenu du personnage central de la direction politique — François Coty — ainsi que de ses objectifs et de sa stratégie politique, S.F. n'était donc en rien un groupe qui puisse être décrit à l'aide de concepts tels que "fascistoïde" ou même "fasciste". D'un côté, elle était indubitablement un instrument au service des ambitions politiques d'un homme ; mais d'un autre côté, elle était plus que cela, et à un double titre : d'abord, elle appartenait au mouvement de réforme de l'Etat et pour cette raison elle exprimait le déficit de modernisation du système politique de la IIIe République ; ensuite, elle exprimait la protestation économique et sociale de certains groupes sociaux. Sur ces deux points, elle attire l'attention sur un déficit de participation de la "stalemate society" ("société bloquée").

22Cette constatation peut être confirmée et même élargie par une analyse du second aspect, la structure de l'ensemble des militants. Nous étudierons donc la statistique sociale des militants établie à partir des archives de la police (cf. tableau).

  • 35 Cf. Henri DUBIEF et Philippe BERNARD, The Decline of the Third Republic 1914-1938, p. 193, ainsi q (...)

23C'est au sein de S.F. que, par rapport aux autres mouvements étudiés (Action Française, Jeunesses Patriotes, Faisceau), la France traditionnelle des groupes sociaux pré-industriels avait la représentation la plus faible (au total 43 %). Cependant, à l'intérieur de cette catégorie, la classe moyenne paysanne ressortait nettement avec 22 % ; sa représentation était presque deux fois plus élevée que dans l'Action Française pourtant très représentée dans les zones rurales. Ainsi s'exprimait l'indignation paysanne face à la dégradation rapide de la situation économique et à l'incapacité du gouvernement à régler ce problème. A partir de 1930, on avait assisté à une chute brutale des prix des produits agricoles. Ainsi le prix d'un demi-quintal de blé était passé, entre 1929 et 1935, de 184 à 74 F, celui de l'hectolitre de vin, de 154 à 64 F35. Les paysans étaient donc — rubriques 1 - 4 de la statistique — le groupe social le plus durement touché. Manifestement, c'est la raison pour laquelle de nombreux éléments de ce groupe se sont tournés vers S.F. qui fonda en conséquence une filiale appelée "Solidarité Paysanne". Les plus radicaux parmi les paysans se tournèrent néanmoins plutôt vers les organisations protestataires paysannes qui virent le jour à ce moment-là, par exemple la "Défense Paysanne" de Dorgères ou le "Front Agraire". S.F. coopéra parfois avec ces mouvements dans des manifestations protestataires, essentiellement pour ne pas être doublée sur sa gauche par cette concurrence. La partie la plus modérée de la paysannerie exprima au contraire sa protestation en soutenant le mouvement des Croix-de-Feu, dans la base sociale duquel elle était presque aussi fortement représentée que dans S.F.

  • 36 Sur ce point : MÜLLER, "Protestation-Modernisation-Intégration", p. 484 ss. Le "Faisceau" était, i (...)
  • 37 Il faut certes tenir compte également du "mouvement migratoire" résultant à la fin des années ving (...)
  • 38 Chez les "Croix-de-Feu" aussi, ces groupes étaient fortement représentés, par exemple les employés (...)
  • 39 Cf. Annuaire statistique vol. 48, 1932.

24Un tableau sans ambiguïté, bien que différencié, ressort de la statistique des militants de S.P. en ce qui concerne les groupes appartenant à la société moderne industrielle et de services. Les couches supérieures de ces groupes — industriels, ingénieurs, cadres — n'étaient pas du tout représentées dans S.F. Ces catégories préféraient sans doute alors les mouvements du "Redressement" et du "Faisceau"36, plus ambitieux sur le plan intellectuel. Mais les couches sociales inférieures du même groupe — petits employés, fonctionnaires subalternes — étaient bien représentées au sein de S.F. avec 13 %, même si elles l'étaient mieux encore dans le Faisceau ou les Jeunesses Patriotes37. C'étaient là les groupes sociaux eux aussi les plus touchés par le chômage et la politique de déflation38. Dans la fonction publique, de toute façon mal payée dans ses catégories les plus basses, les traitements n'avaient jamais été augmentés entre 1919 et 1930. Il faut signaler en outre le rôle joué justement par l'énorme augmentation quantitative dans les services39.

STRUCTURE SOCIALE CHEZ LES MILITANTS DES MOUVEMENTS D'EXTRÊME DROITE

STRUCTURE SOCIALE CHEZ LES MILITANTS DES MOUVEMENTS D'EXTRÊME DROITE

*Renseignements tirés de Eugen WEBER, "Action Française, Royalism and Reaction in the Twentieth Century".

  • 40 Cf. Le rapport de police de février 1935, qui enregistre un afflux important de jeunes (A.N.-F 7 : (...)

25Cependant il est tout à fait frappant que, par rapport aux autres groupes analysés, les couches sociales les plus touchées par la crise et la politique déflationniste représentent ici près d'un tiers des militants (32 %) : retraités, rentiers, sans profession. Si l'on ajoute les ouvriers et les fonctionnaires subalternes ou les petits employés, les couches sociales économiquement plus faibles représentent 57 % des militants de S.F. À quoi s'ajoute un élément important, le fait que S.F. comptait un nombre élevé de jeunes adhérents : près de 78 % des militants avaient moins de 35 ans et 43,5 % même moins de 25 ans. C'était — on peut se permettre d'interpréter ainsi les 14 % de "sans profession" de la statistique reproduite ici — en majorité de jeunes chômeurs40.

26La classe moyenne ouvrière et les paysans avaient encore d'autres possibilités d'expression d'une protestation radicale organisée. Mais, pour les catégories qui viennent d'être mentionnées, il ne restait par contre guère que S.F. comme organe de transmission politique de leur protestation. Si l'on additionne tous les groupes importants ici : classe moyenne rurale et urbaine, 36 % ; employés, petits fonctionnaires et ouvriers, 25 % ; ainsi que rentiers, retraités etc., 32 %, on arrive à un total de 93 %. C'est dire que la quasi-totalité des militants se recrutait dans les groupes sociaux les plus touchés par la crise et les mesures de lutte contre la crise.

  • 41 Un orateur du congrès des corporations du 30 juin 1935 (A.N.-F : 13.239, c.r. du 1-7-35) disait pa (...)

27C'étaient précisément les couches sociales qui se sentaient de moins en moins bien représentées par les partis qui avaient jusqu'alors défendu leurs intérêts socio-économiques. Elles trouvaient dans la S.F. non seulement une plate-forme pour leur engagement protestataire, mais elles attendaient aussi des projets de réforme institutionnelle du mouvement de Coty, des remèdes énergiques. C'est pourquoi la direction du mouvement s'efforça de répondre à ces attentes dans ses activités et son agitation. Ainsi coopéra-t-elle avec la direction de la Ligue des contribuables ; ainsi prit-elle des contacts avec des organisations paysannes ainsi qu'avec les organisations des petites entreprises du commerce et de l'industrie ; ainsi fut fondée une ligue de défense des épargnants, ainsi exigea-t-elle un "Etat nouveau" soutenu par les ouvriers, les paysans et la petite bourgeoisie. Se référant aux idées de 1789, elle exigea l'émancipation du petit peuple vis-à-vis des incapables qui dirigeaient alors la République, "pariant donc sur un républicanisme loyal contre des députés corrompus et égoïstes41. C'est là sans nul doute que se trouve l'explication de l'afflux massif des adhérents pendant un certain temps.

  • 42 C'est sans doute l'une des grandes raisons pour lesquelles Coty a intégré S.F. au cartel du "Front (...)
  • 43 Cf. A.N.-F 7 : 13.238, rapport du 27-7-1933.
  • 44 Cf. Les rapports de police sur le sujet (différends entre les rédacteurs de l'Ami du Peuple et Jea (...)
  • 45 AN-F : 13.238, rapport du 13-12-1933.
  • 46 En dehors de Jean Renaud, ce sont avant tout deux membres de la direction, Vinceguide et Fromentin (...)
  • 47 C'est à ce moment-là que commença le recrutement de Nord-Africains dans la grande banlieue parisie (...)
  • 48 Jacques Ditte rejoignit d'abord les Francistes de Bucard, à partir de 1940 il travailla pour Pétai (...)
  • 49 Sur l'ensemble de ces problèmes, cf. la description détaillée de Kupferman, ch. 10 et 12, ainsi qu (...)
  • 50 A.N.-F 7 : 13 238, rapport du 24-4-1934.

28Mais le tragique pour Coty, ce fut que, juste au moment où il aurait pu, grâce à l'accroissement important du nombre de ses adhérents à la fin de 1933, acquérir une importante influence politique, son empire de presse commenca à s'effondrer et à connaître des problèmes financiers42. Il ne fut pas moins décevant pour lui de constater qu'il y avait au sein de S.F. des forces qui avaient d'autres ambitions que les siennes. Le compte rendu d'une manifestation de masse du 27 juillet 1933 à Paris montre de façon exemplaire ces dissensions politico-idéologiques. Le délégué de S.F. à la jeunesse s'en était pris violemment — tout à fait dans l'esprit d'un antiparlementarisme de circonstance — à l'incompétence de la classe politique et parlementaire ; à l'opposé, un autre orateur, membre du directoire, contesta le système parlementaire républicain lui-même : "Ce ne sont pas seulement les hommes qui sont responsables, mais le régime qu'il faut remplacer !"43. Ainsi venaient toujours se mêler aux modèles d'agitation de S.F. des éléments qui ne correspondaient en rien aux idées de Coty. Ces divergences de fond étaient révélatrices de la grande hétérogénéité de la composition politique du mouvement. C'était d'ailleurs le cas pour d'autres ligues du même genre. Après les événements de février 1934, cette hétérogénéité joua un rôle décisif. En raison de ses problèmes financiers personnels, Coty vit S.F. lui échapper de plus en plus. Avec la perte du pouvoir de décision sur les organes de presse — il perdit Le Figaro dès 1933 — il vit disparaître son influence au dehors et, à l'intérieur du mouvement, son action décisive. Déjà auparavant, il y avait eu des luttes pour le pouvoir au sein de la direction44. Cependant, jusqu'alors Coty avait toujours réussi à empêcher les agitateurs de triompher. Dans les "ordres du jour" proposés aux votants à la fin des réunions, jusqu'à la fin de 1934 on ne vit jamais paraître de formules radicalement hostiles au régime. Il y était toujours question d'"une union de tous les Français autour d'un programme solide et définitif de réforme de l'Etat"45. Mais un changement se produisit après février 1934. Ces rivalités internes se firent dès lors de plus en plus vives. Après la mort de Coty en juillet 1934, elles marquèrent complètement le destin de S.F. Désormais, le refus de principe du système de république parlementaire commença à dominer dans les mots d'ordre de S.F. et se substitua aux idées de réforme institutionnelle de Coty46. Un changement de l'équipe dirigeante s'accompagna d'une dénaturation des idées de Coty. Le secrétaire général Jean Renaud réussit à se hisser à la présidence du mouvement47. Ce qui entraîna le départ des champions des idées réformatrices, de la protestation socio-économique des "petites gens" et des xénophobes adeptes du protectionnisme comme par exemple les frères Ditte48. Il y eut de nombreuses scissions et de nombreuses démissions. La saignée parut d'abord compensée par l'arrivée du groupe de tendance intellectuelle et financière mené par l'industriel lorrain Louis Mouilleseaux. A sa suite, Jean-Pierre Maxence et son beau-frère Robert Francis adhérèrent eux aussi au mouvement. Ils tentèrent — non sans succès au début — d'exploiter le mythe Coty et de profiter du canal de S.F. pour diffuser leurs idées dans le public. Très vite Maxence devint directeur de l'importante 15e section (Seine) et surtout chef de la propagande. Il organisa dans les semaines qui suivirent plus de deux cents manifestations en province. Bien que présente à toutes les manifestations des ligues de l'été 34 à l'été 35, S.F. ne put enrayer son déclin. Les activités du groupe Maxence-Mouilleseaux entraînèrent d'autres démissions49, des changements permanents dans l'équipe de direction, mais surtout une sensible radicalisation politico-idéologique. Dès lors on constate une propagande extrémiste de droite, voisine du national-socialisme sur le plan idéologique, où, à l'anticapitalisme populiste antérieur se mêlaient des notes antisémites et anti-franc-maçonnes toujours plus nombreuses. Ainsi Fromentin polémiquait-il, en référence au scandale Stavisky, contre le "judaïsme bancaire" qui spoliait les épargnants, poursuivant sur le mode sanguinaire : "Nous exécuterons tous ceux qui mettront des entraves aux aspirations nationales". Vinceguide, son rival à l'intérieur du mouvement, essaya de lui damer le pion en expliquant que la phase révolutionnaire était désormais atteinte et qu'on n'hésiterait pas à répondre par la violence aux projets de révolution de gauche du front commun50. Il n'était plus question de rassembler tous les Français de bonne volonté ni de promouvoir une réforme institutionnelle. De plus en plus, la propagande était marquée par une hostilité sans nuance au régime, l'antisémitisme et la haine des francs-maçons. La radicalisation s'accompagna d'une baisse vertigineuse du nombre des adhérents, que ne réussit pas à freiner la tentative de mise sur pied d'une communauté d'action avec l'Action Française les Jeunesses Patriotes et le groupe Démocratie Nouvelle.

  • 51 A.N.-F 7 : 13 238, rapport du 24-4-1934.

29Certes une grande manifestation commune fut réalisée, mais elle fut justement l'occasion de faire apparaître les oppositions politico-idéologiques51. En décembre 1935, Mouilleseaux démissionna, ce qui permit à Renaud de consolider sa position à la tête du mouvement mais pas d'empêcher les démissions massives5. Le décret de décembre 1935 du gouvernement Laval, interdisant tous les groupes paramilitaires, amena de nouvelles défections. L'interdiction des ligues, le 18 juin 1936, en finit définitivement avec le petit groupe d'extrémistes qui restait encore dans S.F.

30Pour nous résumer : il est possible de démontrer, par l'exemple de Solidarité Française, qu'une analyse structurelle et fonctionnelle de ce type de rassemblements extrémistes peut tout à fait permettre une compréhension et une explication précises au plan historique ; il n'est nullement nécessaire d'avoir recours à un concept de fascisme en fin de compte toujours très problématique, quelle que soit la définition que l'on puisse en donner.

31Les rassemblements comme S.F. étaient symptomatiques d'une situation nationale difficile et reflétaient en même temps les insuffisances du système politico-social. Ce système, le "régime des assemblées", avait parfois du mal à réagir de façon souple et efficace à ces situations complexes. S.F. fut le porte-parole de la protestation de couches sociales ayant parfois le sentiment que leurs intérêts socio-économiques n'étaient plus défendus par le "régime des assemblées". S.F. leur promettait de réorganiser sur le plan politique la représentation d'intérêts sociaux et économiques. Leur protestation se rassembla autour des idées de réforme constitutionnelle de Coty. Pour ces catégories, l'élément de modernisation qui s'exprimait dans ces idées réformatrices constituait plutôt, eu égard à leurs aspirations socio-économiques, une perspective instrumentale, alors qu'elles étaient au centre des ambitions politiques de Coty.

32Leur protestation, qui était une demande de participation, qui, au regard des changements socio-économiques douloureux, réclamait une intégration fondée sur de nouvelles bases, ne s'écartait finalement pas de la tradition républicaine de la France, en dépit de la propagande faite par un petit nombre d'intellectuels. C'est pourquoi elle n'exigeait pas la suppression du système, mais sa réforme. Vouloir coller l'étiquette de fascisme à ce type de phénomènes historiques complexes, c'est essayer d'étiqueter, mais non pas expliquer de façon satisfaisante.

33En conclusion, Solidarité Française constitue un phénomène faisant apparaître premièrement l'absence de représentation de certains intérêts socio-économiques et sa conséquence, le mouvement de protestation des catégories de la population socialement les plus faibles et les plus touchées par la crise ; deuxièmement la tentative de François Coty pour mettre ce mouvement de protestation au service de ses ambitions politiques : conquête du pouvoir et idées réformatrices, essentiellement par la mise en œuvre de ses moyens financiers.

Notes

1 PLUMYÈNE Jean et LASIERRA René, Les Fascismes français, Paris : 1963, p. 9.

2 C'est ce que montre par exemple la formule polémique forgée par Jürgen Habermas, "le fascisme de gauche".

3 Sur ce point, voir généralement les travaux de Wolfgang Wippermann, Faschismustheorien. Zum Stand der gegenwärtigen Diskussion, Darmstadt : 1980 (4e éd.) ; du même auteur, Europäischer Faschismus im Vergleich 1922-1982, Francfort/Main ; Wolfgang Wipperman ainsi que H.U. Thamer, "Faschistiche und Neofaschistische Bewegungen", Darmstadt : 1977.

4 KOCKA Jürgen, in : Totalitarismus und Faschismus. Eine wissenschaftliche und politische Begriffskontroverse. Colloque de l'Institut d'histoire contemporaine du 24 novembre 1978, Munich/Vienne : 1980, p. 43.

5 Cf. RÉMOND René, Les Droites en France, Paris : 1982, MACHEFER Philippe, Ligues et Fascismes en France 1919-1939, Paris : 1974 (Dossier Clio) ; STERNHELL Zeev, Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Paris : 1983 ; MILZA Pierre, Les Fascismes, Paris : 1985.

6 Cf. à ce propos l'essai remarquable de Philippe Burrin, La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery. 1933-1945. Paris : 1986. A partir des réflexions de Pierre Milza, l'auteur cherche à élaborer une définition personnelle du fascisme, voir aussi mon propre compte rendu de cet ouvrage : Klaus-Jürgen Müller, "Fascistes de gauche ?", in Francia 17/3 (1990), p. 170-191.

7 Cf. aussi les développements critiques de Bernd Martin sur la valeur d'un concept de fascisme plus large, in VjHZG 29ème année, (1981), no 1, p. 48-73.

8 Cf. sur ce point Klaus-Jürgen Müller, "French Fascism and Modernization" in JCH 11 (1976), p. 75-107, et du même auteur, "La droite française et le fascisme en France 1924-1932", in Industrielle Gesellschaft und Politisches System, Dirk Stegmann et al., éd., Bonn : 1978, p. 413-430, ainsi que : "Protestation-Modernisation-Intégration. Remarques sur le problème des phénomènes fascistes en France 1924-1934 (avec de nombreux documents)", in Francia, 8, 1981, p. 465-523.

9 SOUCY Robert, French Fascism : The First Wave 1924-1933, New Haven et Londres : 1986.

10 C'était une invention du Canard Enchaîné (cf. Milza, p. 146).

11 MACHEFER, p. 14 s., RÉMOND, p. 207, et Jean PLUMYENE et R. LASSIERA, p. 55 ss.

12 MILZA, p. 146 ss.

13 Les développements suivants se fondent d'une part sur l'excellente thèse (non publiée) de Alfred KUPFERMAN, François Coty journaliste et homme, thèse de doctorat Paris-Sorbonne 1965, d'autre part sur les archives de la police française aux Archives Nationales (=A.N.), série F 7 : 13.238 et 13.239 et celles de la Préfecture de Police (=P.P.) P.P. 346.

14 Sur J.P. Maxence et Th. Maulnier (élu en 1964 à l'Académie Française), cf. Henry COSTON, Dictionnaire de la politique française, Paris : 1967, vol.1, p. 684 ou 678, ainsi que STERNHELL, passim, surtout ch. 7, et le témoignage personnel de J.P. MAXENCE, Histoire de dix ans 1927-1937. Paris : 1937.

15 Né à Ajaccio en 1874 sous le nom de Spoturno, mort à Paris en 1934 ; en 1931 il avait été élu maire de sa ville natale.

16 KUPFERMAN, p. 167.

17 Il soutint les candidats du Front National par sa presse ; mais les candidats purement "cotyistes", les hommes de son entourage, comme par exemple Jacques Ditte et Henri Lauridan, ne réussirent pas à réunir plus de 8 % des voix sur leurs noms (cf. KUPFERMAN, p. 173).

18 Cf. KUPFERMAN, p. 167 ; liste des groupes politiques soutenus ou fondés par Coty, p. 245 ss.

19 Il écrivit régulièrement dans Le Figaro à partir de 1932, et pendant quelque temps s'engagea totalement pour Coty. Cf. KUPFERMAN, p. 160 ss.

20 Dans sa thèse, Kupferman a décrit et analysé en détail toutes ces activités de Coty.

21 Cf. à ce propos KUPFERMAN, ch. 5 et 6.

22 Surtout A.N.-F7 : 13.042 (comptes rendus mensuels 1931-1936) ainsi que 12.962 (comptes rendus 1930-33).

23 Sur le problème de la réforme institutionnelle et l'évolution de sa discussion, cf. Jean GICQUEL et Lucienne SFEZ, Le problème de la réforme de l'Etat en France depuis 1934, Paris : 1965, et Antoine PROST, Les Anciens combattants et la société française 1914-1939, Paris : 1977, vol. 3, ch. 6 : La réforme de l'Etat, ainsi que KUPFERMAN, p. 207 ss.

24 Cf. PROST, vol. 3, chap. 6.

25 Reproduit aussi chez Kupferman.

26 De façon caractéristique, il ne voyait en Hitler que l'ennemi du bolchevisme.

27 Reproduit chez Kupferman, p. 207-215, dans L'ami du Peuple du 24 mars 1933 et dans le Figaro du 3 avril 1933.

28 Kupferman a calculé, sur la base de données fournies par la presse de S.F., un nombre de 315 000 adhérents à la fin de 1933 ; cela paraît exagéré. Les rapports de police (P.P. 364) en indiquent pour novembre 1935 environ 60 000, dont le tiers seulement paye une cotisation. En tenant compte des défections qui se sont produites à partir du printemps, on pourrait estimer environ au double leur nombre à la fin de 1933. Même pour 1935, le nombre indiqué n'est pas négligeable, sachant que le P.C.F. comptait alors 80 000 membres (cf. Claude WILLARD, Geschichte der französischen Arbeiterbewegung, Francfort/Main-New York : 1981, p. 147). D'après Kupferman, p. 202, S.F. avait atteint en décembre 1933 son maximum d'adhérents ; selon les calculs de la police (A.N.-F 7 : 13 238) ce fut en février 1934.

29 Par exemple le 28 juin 1933 à la Salle Wagram, sous la présidence du général de réserve Niessel, avec 4 000 participants, et le 26 juillet 1933 à Vincennes avec 11 000 participants (A.N.-F : 13 238, rapport de police du 29 juin 1933).

30 Cf. les rapports détaillés des Renseignements Généraux in A.N.-F 7 : 13 238.

31 Reproduit dans L'Ami du Peuple du 14 mars 1933 ; cf. aussi A.N.-F 7 : 13 238.

32 Cf. KUPFERMAN, p. 219.

33 A.N.-F 7 : 13 238, rapport de police du 24 mars 1934 sur une réunion qui s'était tenue la veille à Metz.

34 Nombreux extraits de journaux et rapports de police sur les réunions de S.F. aux A.N.-F 7 : 13 238.

35 Cf. Henri DUBIEF et Philippe BERNARD, The Decline of the Third Republic 1914-1938, p. 193, ainsi que : Pierre BARRAL, Les Agrariens Français de Meline à Pisani, Paris : 1966 et Gordon WRIGHT, "Révolution rurale en France". The Peasantry in XXth Century, Stanford : 1964.

36 Sur ce point : MÜLLER, "Protestation-Modernisation-Intégration", p. 484 ss. Le "Faisceau" était, il est vrai, déjà en déclin à cette époque-là.

37 Il faut certes tenir compte également du "mouvement migratoire" résultant à la fin des années vingt de la décadence du "Faisceau" à partir de 1929 environ. S.F. en a sûrement profité elle aussi, même si ce n'est que dans une faible proportion en raison du caractère intellectuellement plus évolué des adhérents du "Faisceau".

38 Chez les "Croix-de-Feu" aussi, ces groupes étaient fortement représentés, par exemple les employés avec 20 %. Dans S.F. se rassemblaient manifestement les représentants les plus radicaux de cette catégorie professionnelle. Concernant la structure sociale des Croix-de-Feu ou du P.S.F., l'organisation qui lui a succédé, cf. Philippe MACHEFER, "Le parti social français" in : Edouard Daladier chef du gouvernement, sous la direction de René Rémond, et Jeanine Bourdin, Paris : 1977, ainsi que Else BIERENDEMPFEL, Die Bewegung der Feuerkreuzler (Croix-de-Feu) in Frankreich, Diss. phil. Iéna : 1938 : 23 % de paysans, 18 % d'ouvriers, 34 % d'employés du commerce et de l'industrie, 25 % de professions libérales, rentiers et retraités.

39 Cf. Annuaire statistique vol. 48, 1932.

40 Cf. Le rapport de police de février 1935, qui enregistre un afflux important de jeunes (A.N.-F 7 : 13.238).

41 Un orateur du congrès des corporations du 30 juin 1935 (A.N.-F : 13.239, c.r. du 1-7-35) disait par exemple : "Le peuple des travailleurs arrachera des mains des profiteurs les actions des grandes entreprises". Cf. également l'article de l'Ami du Peuple du 7.5.35 (P.P. 346), dans lequel on lit : "Les ouvriers et classes moyennes sont les sacrifiés d'un régime frappé de décrépitude, de sénilité et de mort !" Et dans le no 12 (10-11-34), du Journal de la Solidarité Française : "A bas les voleurs, à bas Herriot ! A bas les radicaux, à bas cette députaille d'affaires !" Les ordres du jour mis aux voix lors des manifestations étaient également caractéristiques.

42 C'est sans doute l'une des grandes raisons pour lesquelles Coty a intégré S.F. au cartel du "Front National" fondé par Taittinger, dans lequel les Jeunesses Patriotes et les Volontaires Nationaux — deux mouvements conservateurs, mais pas extrémistes de droite du reste — se réunirent brièvement avec S.F.

43 Cf. A.N.-F 7 : 13.238, rapport du 27-7-1933.

44 Cf. Les rapports de police sur le sujet (différends entre les rédacteurs de l'Ami du Peuple et Jean Renaud et Fromentin) : A.N.-F 7 :13 238, par exemple celui du 28-9-1933. Un membre de la direction de L'Association des Travailleurs Français" remarqua alors brutalement que cette association ne pouvait avoir qu'une "durée éphémère" puisqu'elle était dirigée par des gens comme Renaud et Fromentin, "choisis parmi les plus cons qui pouvaient se trouver à l'Ami du Peuple" (ibid.).

45 AN-F : 13.238, rapport du 13-12-1933.

46 En dehors de Jean Renaud, ce sont avant tout deux membres de la direction, Vinceguide et Fromentin, qui conduisirent le changement d'orientation politico-idéologique : cf. A.N.-F 7 : 13 238, rapport de police du 13-3-1934. Antérieurement, ils avaient déjà essayé de diffuser leur antiparlementarisme fondamental dans S.F. Cf. cet exemple de la démagogie de Vinceguide dans le rapport de police du 24-8-1933 (A.N.-F 7 : 13.238) : "il critique le régime républicain que Bismarck nous a donné !"

47 C'est à ce moment-là que commença le recrutement de Nord-Africains dans la grande banlieue parisienne, un événement qui a été souvent souligné par les historiens. Voici ce que dit à ce sujet un rapport de police qui résume la situation (A.N.-F 7 : 13.238) de mai 1934 (sans indication du jour) : Premièrement, ce recrutement de Nord-Africains avait commencé dans le cadre du Front National conjointement avec les Jeunesses Patriotes ; et deuxièmement l'initiative en revenait aux Jeunesses Patriotes et non à S.F. La raison en aurait été la nécessité d'opposer des troupes auxiliaires aux rouges au cas où se serait formé un front rouge. Les Jeunesses Patriotes auraient à l'époque recruté environ 150 Nord-Africains. Ce sont les Jeunesses Patriotes et non S.F. qui auraient créé et déclaré à la police dès novembre 1933 un "foyer nord-africain". S.F. aurait réussi jusqu'en mai 1934 à recruter en gros 100 Nord-Africains et à mettre sur pied une brigade nord-africaine sous le commandement d'anciens officiers de spahis (A.N.-F 7 :13.238) ; les Jeunesses Patriotes de leur côté auraient organisé 18 groupes mobiles de 50 hommes chacun dans la grande banlieue parisienne.

48 Jacques Ditte rejoignit d'abord les Francistes de Bucard, à partir de 1940 il travailla pour Pétain comme rédacteur de La France au travail, plus tard au "Commissariat aux affaires juives" de sinistre mémoire.

49 Sur l'ensemble de ces problèmes, cf. la description détaillée de Kupferman, ch. 10 et 12, ainsi que les rapports de police à partir d'avril 1934 aux A.N.-F 7 : 13 238.

50 A.N.-F 7 : 13 238, rapport du 24-4-1934.

51 A.N.-F 7 : 13 238, rapport du 24-4-1934.

Table des illustrations

Titre STRUCTURE SOCIALE CHEZ LES MILITANTS DES MOUVEMENTS D'EXTRÊME DROITE
Légende *Renseignements tirés de Eugen WEBER, "Action Française, Royalism and Reaction in the Twentieth Century".
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540