Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

III - RÉSEAUX

Le front commun de la jeunesse intellectuelle

Le "Cahier de revendications" de décembre 1932

Michel Trebitsch

Texte intégral

  • 1 D'SOUZA Dinesh, Illiberal Education. The Politics of Race and Sex on Campus, New York : 1991. Voir (...)
  • 2 TOUCHARD Jean, "L'esprit des années trente", in Tendances politiques dans la vie française depuis (...)

1Sur les campus américains règnerait ces temps-ci un terrorisme du "PC" qui n'a rien à voir avec le Parti communiste ni avec le "personal computer". Abréviation de "politically correct", notion forgée par la contre-culture des années soixante pour opposer à l'hégémonie du discours blanc européen le discours multiculturel des minorités raciales, sociales, sexuelles, le mouvement "PC" aurait pris récemment, à en croire une campagne de presse et un best-seller néo-conservateur, la forme violente d'une véritable "police de la pensée"1. Comment une idée de "gauche", la défense des minorités, s'est-elle muée en menace sur la liberté ? Posée en ces termes, la question de savoir comment une idée passe de gauche à droite ou réciproquement, ce qui fait qu'une idée est de gauche ou de droite, voire ce qu'est une "idée politique", permet aussi d'échapper à la polémique sur "l'esprit des années trente" opposant, depuis les travaux de Jean Touchard et Jean-Louis Loubet del Bayle, Zeev Sternhell à l'école historique française2. Comme ses contradicteurs, Sternhell nous semble s'enfermer, en interprétant comme un fascisme à la française le "Ni droite ni gauche" emblématique des "non-conformistes", dans un schéma explicatif par les itinéraires, voire les "dérives" politiques, c'est-à-dire des comportements collectifs et individuels (conversions, reniements, trahisons), qui ne tient pas suffisamment compte, à la différence de ce colloque où le doigt est mis sur les discours ambivalents, de la polysémie consubstantielle aux idées politiques. Nous voudrions au contraire considérer qu'une "idée politique" est le produit d'une dialectique complexe caractérisée, dans une conjoncture historique déterminée, par l'autonomie relative de l'idéologique et du politique, en rouvrant dans cette perspective le dossier du front commun de la jeunesse intellectuelle esquissé vers 1932 par les "non-conformistes" autour du mot d'ordre de "révolution spirituelle".

LE "CAHIER DE REVENDICATIONS" DE LA NRF

  • 3 "Cahier de Revendications. Onze témoignages", NRF, no 231, 1er décembre 1932, p. 801-845. Textes d (...)

2"Est-il possible de définir une cause commune de la jeunesse française, une communauté d'attitude essentielle ?", demande Denis de Rougemont, dès la préface du "Cahier de revendications" qu'il a réuni dans la NRF de décembre 1932, à une douzaine d'auteurs représentant, pour reprendre la classification proposée par Jean-Louis Loubet del Bayle, les trois rameaux du non-conformisme, la Jeune Droite dissidente de l'Action française et les personnalistes d'Esprit et de L’Ordre Nouveau, et allant jusqu'aux communistes3. Perception d'une crise globale de civilisation, en termes de désordre (le "désordre établi" dénoncé un an plus tard par Mounier dans Esprit) assez proches des analyses marxistes sur l’anarchie capitaliste ; refus des clivages politiques traditionnels et appel à la jeunesse pour un projet de révolution "totale", d'ordre spirituel et non seulement économique et politique ; définition d'une méthode révolutionnaire, l'"acte de présence à la misère du monde" sous forme d'une communauté spirituelle, condition et préfiguration de l'homme nouveau : la convergence des réponses de courants si divers laisse entrevoir la possibilité d'"un front unique, fût-il provisoire". "Des groupes tels que l'Ordre Nouveau, Combat, Esprit, Plans, Réaction, par leur volonté proclamée de rupture, et plus encore par leurs revendications constructives, révèlent peut-être, dans leur diversité, les premières lignes de force d'une nouvelle révolution française", la référence à 1789 éclairant sans doute le titre du recueil, inspiré des cahiers de doléances.

  • 4 Esprit, no 32, novembre 1935, p. 275-276. Voir LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 170-178, avec les té (...)
  • 5 Ibid., p. 174. Cf. le numéro spécial de la Revue du siècle, "Nos adversaires et nos voisins" (févr (...)

3La même idée est reprise par René Dupuis et Alexandre Marc, peu après leur contribution au Cahier, dans leur livre Jeune Europe (1933) : "L'élan de la jeunesse d'après-guerre ne se porte pas vers les partis constitués", constatent-ils à leur tour, pour en conclure, citant les mêmes groupes, que "l'attitude générale de cette génération" convergerait "vers une sorte de front commun, encore un peu flottant et indéterminé, mais qui se précise un peu plus chaque jour". Dans la mémoire collective des participants à l'enquête comme dans les études des historiens, on sait que le "Cahier de revendications" a pris valeur de manifeste, sa publication dans la prestigieuse NRF donnant subitement aux thèses des non-conformistes une audience sans commune mesure avec celle de leurs revues confidentielles. Même Mounier, l'un des plus réticents, admettra en 1935 que ce qu'il appelle "la diaspora" a été précédé par une première phase, très courte, d'accord au moins négatif sur la révolte. Mais pour ajouter aussitôt que le projet non-conformiste, loin de concerner toutes "les années trente", n'a pas résisté au choc brutal du 6 février 19344. C'est cette chronologie qui est généralement admise dans l'historiographie, alors que, même après le 6 février, le Cahier va continuer à servir de référence à chaque groupe, ne serait-ce que pour justifier sa propre rupture5. Nous tenterons de proposer, non seulement une autre chronologie, mais une autre interprétation du "front commun", en distinguant la fonction mythique rétrospective du "Cahier de revendications" de sa place effective dans ce qui nous semble avoir été une stratégie propre au groupe de L'Ordre Nouveau, développée, sur un temps très court, de l'automne 1931 au printemps 1933. C'est cette distorsion entre la brièveté de l'épisode politique et la longue durée des enjeux idéologiques qui permet, selon nous, de répondre aux tenants d'un "esprit des années trente" que, replacé dans un contexte plus large de crise du politique, le non-conformisme perd singulièrement de son originalité, tout en répliquant à l'accusation à la fois téléologique et trop restreinte à l'Entre-deux-guerres de Zeev Sternhell qu'on assiste au contraire à l'ébauche du débat entre existentialisme et marxisme qui dominera l'après-guerre.

  • 6 ANDREU Pierre, "Les idées politiques de la jeunesse intellectuelle de 1927 à la guerre", Revue des (...)
  • 7 LIPIANSKY E., "L'Ordre Nouveau", in LIPIANSKY E. et RETTENBACH B. Ordre et démocratie. Deux sociét (...)
  • 8 ROUGEMONT Denis de, "Alexandre Marc et l'invention du personnalisme", in Le Fédéralisme et Alexand (...)

4"L'Ordre Nouveau a été le grand mouvement d'idées de notre jeunesse", rappelait Pierre Andreu dans un article-témoignage fort connu sur "Les idées politiques de la jeunesse intellectuelle de 1927 à la guerre"6. Toutes les études, au demeurant peu nombreuses, ont souligné l'impact et l'originalité d'un groupe moins lié que les autres non-conformistes à un courant politique ou à une paternité spirituelle, Maurras ou Maritain. Proche d'Esprit par son spiritualisme, de Plans par ses aspirations technocratiques et planificatrices, L'Ordre Nouveau a tenté de construire un corpus doctrinal, symbolisé en 1933 par le livre-culte de Robert Aron et Arnaud Dandieu, La Révolution nécessaire, très nouveau par son ambition européenne, fédéraliste et communautaire7. En revanche, on a plus rarement mis en relation ces principes théoriques avec les choix stratégiques de L'Ordre Nouveau, notamment sa recherche systématique d'alliances, qui lui donne un rôle charnière, comme l'écrit Loubet del Bayle, de "conciliateur" ou de "fédérateur". L'Ordre Nouveau, il faut le souligner, n'a disposé d'une revue propre que tardivement, en mai 1933, après les autres groupes et les collaborations à des revues aussi diverses que la Revue des vivants, Europe, ou la Revue d’Allemagne, loin d'être simple "recherche d'une tribune", nous semblent une des clés de la stratégie de front commun. Peut-être faut-il ici distinguer des théoriciens du groupe comme Dandieu, figure charismatique embaumée dans une adolescence éternelle par sa mort précoce en août 1933, les têtes politiques comme Denis de Rougemont et surtout Alexandre Marc. Archétype du médiateur, c'est Alexandre Marc qui a ouvert la voie dès 1929 avec son Club du Moulin Vert, c'est autour de lui que se sont progressivement agrégés les autres membres, c'est par lui que Rougemont, disciple de la théologie dialectique de Karl Barth venu de Genève à Paris en 1931, a été introduit dans les milieux de Plans et de L'Ordre Nouveau8.

  • 9 ROUGEMONT Denis de, Journal d'une époque, Paris : Gallimard, 1968, p. 96. Voir L'Esprit NRF 1908-1 (...)
  • 10 LOUBET DEL BAYLE, p. 171, n. 3. Autre surprise, l'absence de Mouvements, le groupe pourtant frère (...)

5C’est à la suite d'un article de Rougemont, précisément intitulé "Cause commune", paru en avril-juin 1932 dans la petite revue genevoise Présence, que Jean Paulhan aurait pris l'initiative de le solliciter : "Ne serait-il pas intéressant de réunir pour un numéro spécial de la NRF toutes les sortes de revendications dont il s'agit, de Th. Maulnier à Dandieu ? (...) Cela pourrait être assez intéressant, je crois, peut-être assez grave"9. On ne s'étonnera pas trop que Paulhan, qui déplore dans une lettre autocritique aux lecteurs que la revue "parle trop de trop peu de choses", songe à l'ouvrir à de jeunes essayistes, dont certains sont déjà des collaborateurs chevronnés de la NRF, qui viennent de se manifester avec fracas. Décadence de la nation française et Le Cancer américain de Robert Aron et Arnaud Dandieu dès 1931, La Crise est dans l'homme de Thierry Maulnier ou Le Monde sans âme d'Henri Daniel-Rops en 1932, serviront de bréviaires aux non-conformistes. Mais Rougemont est à cette date un inconnu. Quel est son rôle exact dans la préparation du Cahier ? La question vaut d'être posée quand on examine de plus près certaines bizarreries du sommaire qu'il est difficile de mettre comme lui sur le seul compte de la précipitation. La surprise principale vient de la présence incongrue, en tête du recueil, de deux jeunes communistes, Paul Nizan et Henri Lefebvre. Des "appuis occasionnels" ne sont pas impensables, écrit Rougemont en préface, l'anticapitalisme des autres groupes trouvant lui aussi dans le marxisme "un de ses points de repère principaux" malgré les différences doctrinales. Mais, comme si les "extrêmes" de gauche et de droite étaient, sinon des otages, du moins des cautions à ce bel œcuménisme, le seul représentant de la Jeune Droite est Thierry Maulnier, lié à la Revue française de Jean-Pierre Maxence et présenté par une curieuse erreur comme un membre de Réaction, le groupe assez différent de Jean de Fabrègues, dont la revue a été suspendue en juillet 1932. En revanche, à côté de Philippe Lamour pour Plans et de trois membres d'Esprit, Jean Sylveire, Emmanuel Mounier et Georges Izard, on s'aperçoit que, sur douze représentants potentiels d'un "front commun de la jeunesse", six sont membres de L'Ordre Nouveau : Rougemont lui-même, Robert Aron, René Dupuis et Alexandre Marc, mais aussi Arnaud Dandieu et Claude Chevalley, étrangement rattachés à un groupe Combat inventé pour la circonstance10.

  • 11 ROUGEMONT Denis de, "D'une critique stérile", Esprit, 7e année, no 80, 1er mai 1939.

6Dès sa postface ("A prendre ou à tuer"), commentant les textes de Nizan et Lefebvre, Rougemont admet qu'aucun accord, même provisoire, n'est possible avec les marxistes militants. Constat essentiel, parce qu'il éclaire en fait tout le projet politique de L'Ordre Nouveau. En affirmant que, "par contre, une dimension nouvelle est introduite dans le plan révolutionnaire en France, qui se trouve ainsi défini par deux lignes générales", il esquisse une alternative à la révolution communiste. La forme-parti étant par essence totalitaire et préfigurant l'Etat totalitaire, pour "sortir du plan des vieux partis", selon un mot tardif de lui, seule la révolution personnaliste est vraie parce qu'elle est d'ordre spirituel et non politique11. Ainsi faut-il comprendre la formule "ni droite ni gauche" : entre les cartels pacifistes de la fin des années vingt et les fronts antifascistes postérieurs au 6 février 1934, le "front commun" tel que l'entend L'Ordre Nouveau apparaît comme une tentative originale, à la fois en rupture avec l'idée de parti, le front s'apparentant à la notion de rassemblement, avec l'idée de classe, puisque ce front s'appuie sur la jeunesse, et avec l'idée d'Etat-nation, puisqu'il débouche sur un projet communautaire et fédéraliste de dimension européenne.

LES "DEUX ENTRÉES DE LA JEUNESSE"

  • 12 ROUGEMONT Denis de, Journal d'une époque, op. cit., p. 106.
  • 13 ANDREU Pierre, Révoltes de l'esprit. Les revues des années trente, Paris : Ed. Kimé, 1991.
  • 14 BALMAND Pascal, "Les jeunes intellectuels de l'"esprit des années trente" : un phénomène de généra (...)

7"Pendant ces mois de l'automne 1932, à Paris, notera plus tard Rougemont, le destin d'une génération intellectuelle s'est noué"12. Il pense évidemment à la naissance d'Esprit, mais, comme la foison d'essais des "années tournantes", la vague de jeunes revues qui, de Plans à La Lutte des jeunes ou à Sept, en passant par La Critique sociale et Commune, touche tout le spectre politique entre 1931 et 1934 donne l'impression d'une redistribution globale du champ idéologique13. L'idée d'un "tournant de 1932" a trouvé un écho particulier dans l'historiographie française, avec l'élaboration, autour des travaux de Jean-François Sirinelli, de la notion de "générations intellectuelles" pour expliquer ces redistributions périodiques du champ intellectuel. Ainsi pourrait-on caractériser une "génération de 1930", celle des petites revues qui apparaissent autour de 1932, à la fois par l'âge de ses animateurs, presque tous nés vers 1905, par une conscience de génération commune à des jeunes gens qui ont vécu la guerre mais ne l'ont pas faite, par des réseaux de sociabilité spécifiques tissés autour de l'idée de communauté14. Nous voudrions montrer au contraire pourquoi et comment le paradigme générationnel, loin de se limiter aux années trente, assume au moins depuis l'avant-guerre (cf. l'enquête célèbre d'Agathon) une fonction idéologique spécifique en proposant de substituer un découpage vertical au découpage horizontal classique opposant nations, classes et partis. La scène primitive du refus du politique qui se rejoue périodiquement au nom d'une mystique manichéenne de la jeunesse et de la vieillesse, de la naissance et de la mort, du nouveau et de l'ancien, peut apparaître consubstantielle à l'ensemble du discours de la modernité.

  • 15 BRASILLACH Robert, "La fin de l'après-guerre", L'Action française, août-septembre 1931. Voir aussi (...)
  • 16 SIEGFRIED André, Tableau des partis en France, 1930 ; BERL Emmanuel, La Politique et les partis, e (...)
  • 17 JOUVENEL Henry de (dir.), Rajeunissement de la politique, Paris : Corréa, 1932. Voir aussi BLANCHE (...)

8De La Crise de l'esprit de Paul Valéry (1919) au Déclin de l'Occident d'Oswald Spengler, précisément traduit en 1932, la thématique de la "crise" n'est par elle-même guère nouvelle : elle domine le siècle. En ce sens, il n'y a pas de lien de causalité mécanique entre l'extension de la crise mondiale, indiscutable vers 1932, et la prise de conscience de la crise. Atteignant fin 1931 la France, où elle débouche sur l'instabilité politique après la victoire ingérable du Cartel des Gauches aux législatives de 1932, scandée par l'essor électoral des nazis, la crise, en s'internationalisant, met fin à la détente, au rêve locarnien de désarmement, d'entente franco-allemande et aux projets briandistes de fédération européenne. Ce n'est pas l'irruption de l'événement, mais son mode de lecture qui surdétermine l'événement comme signifiant parmi tout un faisceau de significations. Au tournant des années trente, sonne l'heure des bilans. La fin de l'après-guerre, que proclame en 1931 une enquête de Robert Brasillach dans l'Action française déjà saluée comme le manifeste de la jeune génération littéraire, exige qu'au désordre et à l'inquiétude succèdent la reconstruction et le "retour à l'ordre"15. Or, la voie du politique se bouche : empêtrés dans l'imbroglio des résultats électoraux de 1932, les Tardieu, Laval, Blum, Daladier, qui prennent alors la relève des Clémenceau, Briand, Poincaré, ne peuvent enrayer L'assoupissement de la politique". Des premiers projets de "réforme de l'Etat" aux innombrables analyses critiques des partis et du parlementarisme, se répand l'idée qu'on est en face d'une crise du politique qui met en cause les formes mêmes de la représentation16. Contre le "politique d'abord", tant celui de Maurras, après la condamnation de l'Action française par le Pape, que celui du communisme en pleine stalinisation, s'imposerait un "rajeunissement de la politique", pour reprendre le titre d'un ouvrage collectif de 1932 dirigé par Henry de Jouvenel. Des "Témoignages sur la jeunesse française", réunis dans La Revue française d'avril 1933 au significatif numéro de Notre Temps de juillet 1933 sur "Querelles de générations et crise des démocraties", on débouche ainsi sur le thème de la jeunesse comme instrument de rénovation, voire comme avant-garde de la révolution17.

  • 18 ANDREU Pierre, L'Assaut, mai 1933. Voir DUBIEF Henri, Le déclin de la IIIe République 1929-1938, P (...)
  • 19 BARTOLI Pierre, "Crise de croissance et révolution de l'esprit", Commune, no 4, décembre 1933 ; GR (...)

9Dans Jeune Europe, René Dupuis et Alexandre Marc suggèrent que l'après-guerre a connu "deux entrées de la jeunesse". La première, vers 1918-1925, incarnée par Drieu La Rochelle, Montherlant ou Breton, a cherché à sortir de l'inquiétude par l'aventure, l'expérience ultime, le rêve, mais elle a échoué, avec notamment le repli vers le politique des Surréalistes adhérant au PCF ; la seconde, celle de 1932, chercherait au contraire à sortir de l'inquiétude pour entrer dans l'action. La comparaison n’est pas absurde entre la "révolte de l'esprit" prônée par les avant-gardes de 1925 et la "révolution spirituelle" des non-conformistes de 1932. Même refus du politique, même tentative, par-delà les partis, de constituer un "front uni" des avant-gardes ou de la jeunesse. Même recherche d'un événement cristallisateur, la guerre du Rif aboutissant en 1925 au manifeste commun "La Révolution d'abord et toujours", l'affaire Fritsch, un ébéniste communiste abattu par des policiers en mars 1932, sert, de l'extrême gauche aux "petites revues" d'extrême droite, de révélateur au refus commun de l'ordre établi18. Dans sa contribution au Cahier de Rougemont, significativement intitulée "Du culte de 'l'esprit' au matérialisme dialectique", Henri Lefebvre rapproche lui aussi du personnalisme la mystique spiritualiste, qu'il qualifiera plus tard de pré-existentialiste, du groupe Philosophies des années vingt, mais c'est pour aboutir au contraire à une violente dénonciation de l'appel à la révolution spirituelle. Ce rapprochement, dans la polémique qui suivra la parution du Cahier, deviendra presque monnaie courante, notamment dans des articles rappelant qu'Esprit avait été précédé, en 1926-1927, par L'Esprit, la petite revue du groupe Philosophies19.

  • 20 "Examen de conscience", Les Cahiers du Mois, no 21-22, 1926 (notamment la "Confession tendancieuse (...)
  • 21 WAHL Jean, Vers le concret, 1932. C'est dans Esprit que J. Wahl avait publié des extraits du Malhe (...)
  • 22 BURRIN Philippe, op. cit., p. 37.
  • 23 SIRINELLI Jean-François, "Note sur 'Révolution Constructive' : des 'non-conformistes' des années v (...)

10Si stimulant soit-il, ce parallèle, en sautant de 1925 à 1932, occulte selon nous une phase essentielle, caractérisée au contraire par un retour au politique, en rupture avec les utopies avant-gardistes de 1925. Entre les "deux entrées de la jeunesse" s'insère une troisième, celle de la "génération réaliste" de Jean Luchaire, qui a tenté de rénover le politique à l'intérieur du politique. Mais les chronologies admises de "l'esprit des années trente" ignorent ce tournant, si l'on excepte l'article essentiel déjà cité de Pierre Andreu. On pourrait pourtant se complaire à multiplier les comparaisons entre 1932 et ce "tournant de 1927", entre Jeune Europe de Dupuis et Marc et Le Jeune Européen de Drieu La Rochelle. Autour de 1927 déjà, une nouvelle vague d'enquêtes et d'essais sur la jeunesse se livre à des "examens de conscience"20. Du "malheur de la conscience" qu'un Jean Wahl révèle au groupe Philosophies, moins chez Husserl ou Heidegger, à peine entrevus, qu'à travers une lecture "phénoménologique" de Hegel et Kierkegaard, à l'appel à l'action de Malraux dont les péripéties indochinoises défrayent la chronique ou à la dénonciation virulente de la bourgeoisie et du modérantisme dans les pamphlets de Julien Benda ou d'Emmanuel Berl, le "retour au concret", à la fois retour à l'engagement et retour à l'ordre tel que le formulait Cocteau dès le début des années vingt dans les arts plastiques, sonne comme un mot d'ordre21. A la crise politique ouverte à l'extrême droite par la condamnation de l'Action française, à l'extrême gauche par l'excommunication de l'hérésie trotskiste et le tournant "classe contre classe" du Komintern stalinisé, répond déjà la recherche d'une "troisième voie". Mais c'est une voie politique, fondée, dans le double rejet du modèle capitaliste américain et du modèle collectiviste russe, sur l'idée de rénover l'essence de la République selon un modèle jacobin de pouvoir, en caressant le rêve de transformer le vieux parti radical, rendu à l'opposition par les élections de 1928, en un mouvement jeune et dynamique22. Entre le Faisceau de Georges Valois dès 1925, les planistes de Georges Lefranc, les futurs néo-socialistes autour de Déat, les rénovateurs radicaux, Bergery, les Jeunes Turcs et, aux marges du radicalisme, les revues de Jean Luchaire (Notre temps), Berl et Drieu (Les Derniers Jours), Bertrand de Jouvenel (La lutte des jeunes), voire Louise Weiss (L’Europe nouvelle), existe une indiscutable connivence idéologique, même s'il est malaisé de discerner les contours d'une constellation complexe, jamais vraiment cristallisée, de "non-conformistes des années vingt"23.

  • 24 NAQUET Emmanuel, "Eléments pour l'étude d'une génération pacifiste dans l'Entre-deux-guerres : la (...)
  • 25 Revue française, no 4, 25 janvier 1931. Cf. SIRINELLI Jean-François, Intellectuels et passions fra (...)

11La "Quatrième République" invoquée par Bergery, le "faisceau de gauche" prôné par Charles-Albert, ne sont pas sans regarder vers l'Italie mussolinienne. Mais la "génération réaliste" est aussi, on l'a trop peu souligné, une "génération briandiste", contemporaine du Locarnogeist, des grands espoirs de paix mis dans le rapprochement franco-allemand, la SDN et les projets européens. Et c'est en son sein que, dans un contexte de retour à la prospérité et à la détente relatives très différent de 1932, se sont déjà esquissées deux stratégies de "front commun" de la jeunesse, inspirées par de jeunes militants du rapprochement avec l'Allemagne liés aux milieux radicaux. On pouvait imaginer des convergences entre l'"Entente franco-allemande des étudiants républicains et socialistes", rassemblant depuis 1929 plusieurs organisations étudiantes autour de la LAURS et du Deutscher Studentenverband, et le "Comité d'entente de la jeunesse pour le rapprochement franco-allemand" fondé par Jean Luchaire et Otto Abetz autour de l'équipe de Notre Temps, qui se réunit au Sohlberg en juillet-août 193024. De fait, un représentant de la LAURS, André Weil-Curiel, est présent à la rencontre du Sohlberg, un mois avant le congrès de l'Entente, qui se tient en septembre à Mannheim. De même, la LAURS apporte son soutien au manifeste pacifiste lancé par Jean Luchaire dans Notre Temps le 18 janvier 1931, qui provoque un texte pacifiste divergent des catholiques dans La Croix, et surtout un contre-manifeste de la Jeune Droite dans la Revue française, signé par de "jeunes intellectuels mobilisables contre la démission de la France"25. Une sorte de cartel pacifiste semble ainsi s'esquisser, notamment dans la mouvance de Luchaire, que vont briser, de 1931 à 1932, les premiers craquements du rêve locarnien. Dès 1931, Luchaire est absent du congrès de Marseille organisé par la LAURS, qui refuse à son tour de participer au congrès de Rethel, organisé en août par le Comité d'entente, où apparaissent en revanche des membres de Plans (Philippe Lamour) et de L'Ordre Nouveau (Aron, Dandieu, Marc). Echec essentiel de cette première tentative, politique, de "front commun" : c'est dans ce creuset-là que le fascisme à la française va puiser ses recrues. Le discours de plus en plus nationaliste du Comité d'entente n'éloigne pas seulement la jeune gauche radicale, il pousse par réaction les non-conformistes vers la voie "révolutionnaire".

LA STRATÉGIE DE L'ORDRE NOUVEAU

12L'examen attentif de la chronologie est ici indispensable pour éclairer la signification du front commun conçu par L'Ordre Nouveau et la place qu'y tient le Cahier de la NRF. De 1931 à 1933, cette stratégie se déploie en trois brèves étapes qui se succèdent comme autant de compromis et de reculs par rapport au projet initial : une utopie européenne que viennent mettre en péril, puis en échec, l'essor du nazisme et la fin de la détente.

  • 26 LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 97 ; LIPIANSKI, op. cit., p. 13.
  • 27 MARC Alexandre, "Pour un communisme national", Revue d'Allemagne, 15 octobre 1932 ; "Die Tat, son (...)
  • 28 LEFEBVRE Henri, Allemagne, Zürich, Atlantis-Verlag, 1960, p. 18-20 ; NADEAU Maurice, Grâces leur s (...)

13Dans un premier temps, de l'automne 1931 à l'été 1932, se dessine autour de L'Ordre Nouveau et de Plans une tentative révolutionnaire d'ampleur européenne26. Constatant les convergences de leurs programmes respectifs, les deux mouvements constituent en novembre 1931 un Comité d'action commun, dont l'objectif, précisé dans le manifeste rédigé par René Dupuis et Alexandre Marc, est d'organiser la section française d'un Front unique de la jeunesse européenne. Multipliant les voyages en Allemagne pour coordonner l'action, à Berlin notamment, où ils contribuent à la fondation de Planen, animé par Harro Schulze-Boysen, Alexandre Marc et Philippe Lamour sont les chevilles ouvrières du Congrès de la jeunesse franco-allemande organisé par le Front unique à Francfort en février 1932. Ce congrès signe la rupture avec les illusions du rapprochement franco-allemand et les rêves de rénovation politique de la "génération réaliste". Devant Abetz, représentant le Comité d'Entente, L'Ordre Nouveau et Plans, pourtant présents à Rethel, appellent à boycotter la rencontre prévue à Mayence en mars et lancent au contraire un appel à la lutte révolutionnaire et à la formation d'une "internationale de la jeunesse contre l'esprit libéral, capitaliste et nationaliste sous quelque étiquette qu'il se dissimule". Autour de L'Ordre Nouveau, s'agglutinent plusieurs petits groupes européens qui semblent donner corps à cette internationale : Mouvements, de Pierre-Olivier Lapie, lié au Front noir d'Otto Strasser et à New Britain, et des groupes suisses, belges, allemands, notamment Die Tat, qui se revendique d'un "communisme national" non marxiste et surtout Gegner, où l'on retrouve Schulze-Boysen et Fred Schmid27. Tous les yeux sont alors fixés vers l'Allemagne, dont l'avenir semble se jouer entre la montée électorale des nazis et la capacité de réaction du puissant parti communiste, et, à feuilleter les souvenirs, on pourrait croire que toute la jeunesse française se donne rendez-vous en été 1932 dans les Jugendherbergen de Forêt Noire28.

  • 29 WINOCK Michel, Histoire politique de la revue Esprit, 1930-1950, Paris : Seuil, 1975.
  • 30 MARC Alexandre, "Jeunesse allemande", Esprit, 1er février 1933 ; cf. SCHULZE-BOYSEN Harro, "Lettre (...)
  • 31 Articles de G. Izard dans Esprit (octobre 1932), de J.P. Maxence dans la Revue française (décembre (...)

14Juillet 1932 marque en effet un premier tournant dans la stratégie de front commun. Devant la menace nazie, qui inquiète autant Marc que Lamour, faut-il admettre avec Plans les alliances antifascistes ou maintenir un front de la jeunesse refusant de s'engager dans la lutte comme le pensent la plupart des membres de L'Ordre Nouveau ? La rupture avec Plans inaugure une seconde période, de l'été 1932 au printemps 1933, où L'Ordre Nouveau, tentant de préserver à tout prix une position "ni droite ni gauche", doit restreindre à la France le champ d'action du front commun, tout en s'ouvrant à la Jeune Droite et en cherchant à s'appuyer sur Mouvements puis sur Esprit comme tribunes. En août 1932, on le sait, le congrès constitutif d'Esprit à Font-Romeu était le résultat d'un compromis entre les partisans d'une revue qui, autour de Mounier, s'en tenaient à un projet intellectuel, et les partisans d'un mouvement, prêts à l'action immédiate. La revue paraîtra en octobre 1932, la Troisième force, autour de Georges Izard et d'André Déléage, sera fondée en novembre29. L'Ordre Nouveau joue là un rôle singulier de médiateur. Pour Rougemont et surtout pour Alexandre Marc qui, après une "Chronique de la troisième force" dès le second numéro d'Esprit, y assure la partie internationale, la revue serait l'expression littéraire du front commun dont L'Ordre Nouveau demeurerait l'expression politique centrale. C'est dans ce contexte, nous semble-t-il, qu'il faut replacer l'opération du "Cahier de revendications de la NRF". Si le rêve européen s'est en partie évanoui, demeure l'ambition d'opposer au vieux monde la solidarité de la jeunesse révolutionnaire : quelques jours après l'arrivée de Hitler au pouvoir, Marc rêve encore de la "Jeunesse allemande" dans un article d'Esprit30. De fait, quelques initiatives communes sont lancées, comme la Soirée de l'Union pour la Vérité sur les "révolutionnaires non marxistes" organisée en février 1933 avec des membres de la Jeune Droite (Daniel-Rops, Maxence, Maulnier), d'Esprit (Mounier, Izard), de L'Ordre Nouveau (Rougemont, Dandieu) et même André Chamson, ou le numéro spécial, "Témoignages sur la jeunesse française", de la Revue française de Maxence auquel collaborent en avril 1933 des membres de L'Ordre Nouveau, mais pas Esprit. Dès sa naissance, Loubet del Bayle l'a souligné, Esprit n'a eu que des rapports tendus avec la Jeune Droite et c'est dans la phase même où le Cahier de la NRF a suscité les plus grands espoirs de rapprochement que l'affrontement a été le plus vif31.

  • 32 "Ni droite ni gauche", L'Ordre Nouveau, no 4, octobre 1933 ; "Lettre à Hitler", no 5, novembre 193 (...)
  • 33 BURRIN, op. cit., p. 194 ; LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 28.

15En fait, si l'accord entre Esprit et L'Ordre Nouveau a été le plus durable, on peut dater du printemps 1933 l'échec de la stratégie de front commun dans son sens originel. L'arrivée de Hitler au pouvoir pose en termes radicalement nouveaux la question du rapport au politique, rendant intenable le "ni droite ni gauche" défendu par L'Ordre Nouveau. Aimantant successivement Mouvements et la Troisième force, le Front commun lancé par Bergery en mai 1933 lui oppose une nouvelle ligne stratégique, qui marque le retour du politique, mais sur un critère inédit, celui du fascisme et de l'antifascisme. Tandis qu'Esprit, autour de Mounier, rompt avec la Troisième force pour rester fidèle à son refus de la politisation, L'Ordre Nouveau se décide à son tour à avoir sa propre revue, dont le n° 1 paraît en mai 1933. Comme le livre-manifeste d'Aron et Dandieu, La Révolution nécessaire, la revue n'apparaît qu'en épilogue d'une stratégie qui a échoué, bien avant le 6 février 1934, devant le choc de l'événement. Non sans errements inquiétants : "Ni droite ni gauche", la formule la plus célèbre attribuée au non-conformisme, date de cette phase, et c'est la fameuse "Lettre à Hitler", parue dans le n° 5 de L'Ordre Nouveau, qui sera la cause directe de la rupture avec Esprit en janvier 193432. Même si l'action de L'Ordre Nouveau se prolonge jusqu'en 1938, une page est tournée dès 1933 : Dandieu meurt brutalement en août, Marc se convertit au catholicisme et Rougemont s'isole à l'île de Ré, d'où il ramènera son Journal d'un intellectuel en chômage (1937). Tandis qu'apparaissent les premiers cartels antifascistes inspirés par le parti communiste (Amsterdam-Pleyel), c'est dans les stratégies alternatives du Front commun de Bergery que prennent forme les "dérives" fascisantes qui mèneront au Front social ou au Plan du 9 juillet33.

LE "FASCISME POSSIBLE" : CHAMP POLITIQUE ET CHAMP THÉORIQUE

  • 34 NIZAN Paul, "Sur un certain front unique", Europe, no 109, 15 janvier 1933.
  • 35 Europe, no 110, février 1933. Nizan lui répond dans le même numéro en réitérant ses accusations : (...)

16Dès janvier 1933, comme s'il s'était senti piégé d'avoir participé au Cahier de la NRF, Nizan croise le fer avec Rougemont dans un article d'Europe, intitulé "Sur un certain front unique"34. Répudiant "toute solidarité avec les autres participants de l'enquête", il dénonce dans le projet de "réunir des révolutionnaires enfoncés dans le mouvement ouvrier avec des amateurs distingués" une manœuvre pour semer la confusion dans la jeunesse intellectuelle et il conclut brutalement : "Nous ne ferons pas le front unique avec n'importe qui, nous ne concluerons pas d'accords, fussent-ils provisoires, avec nos plus authentiques ennemis". Curieusement, c'est cette accusation assez secondaire de manœuvre qui pousse Rougemont à exiger l'insertion, dans le numéro suivant d'Europe, d'une lettre où, affirmant que Nizan a collaboré en pleine connaissance de cause, il rappelle à juste titre qu'il avait indiqué dès les conclusions de l'enquête "pourquoi cette solidarité nous paraissait encore plus indésirable qu'impossible". Et d'ajouter : "Je ne répondrai pas ici à votre accusation de fascisme, je sais trop bien que, sous la plume d'un stalinien de Paris, elle exprime le désir de déconsidérer à peu de frais l'adversaire, plutôt que de porter un jugement objectif sur ses doctrines"35.

  • 36 "On croit voir se constituer des équipes intellectuelles, qui en se donnant les airs d'équipes rév (...)
  • 37 HUMEAU Edmond, "Le jeu des dupes", Esprit, no 6, mars 1933. Dans "Destin du spirituel : factionnai (...)
  • 38 NIZAN Paul, "Les enfants de la lumière", Commune, no 2, octobre 1933 ; "Jeune Europe", ibid., no 3 (...)

17Si Nizan n'a peut-être pas totalement tort de voir une manœuvre dans l'initiative de Rougemont, son accusation de fascisme est d'autant plus névralgique qu'on peut y lire l'archétype de toute l'argumentation ultérieure contre l'idéologie de la révolution spirituelle. "La jeunesse bourgeoise se dresse contre la sclérose de ses pères". Face à la crise généralisée du capitalisme et à l'ineptie générale de la pensée de droite, "un petit groupe d'intellectuels bourgeois revendique le pouvoir" en cherchant, "entre les cathartiques du néant et les exigences de l'ordre", de nouvelles armes théoriques : "il y aura établissement du fascisme dans la philosophie". Sternhell désavouerait-il ces formules violentes ou Victor Farias cette analyse prémonitoire : "La philosophie de Martin Heidegger peut fournir des justifications théoriques à une doctrine fasciste" ? Lancée en fait dès août 1932 par Jean Guéhenno dans Europe, l'accusation de fascisme alimente la polémique qui oppose surtout Esprit aux communistes36. Dans Esprit, Edmond Humeau riposte vivement à Nizan, en mars dans "Le jeu des dupes", puis en septembre dans un long article où il explique les réserves d'Esprit à l'égard de la Jeune Droite37. "Petit fasciste peut grandir", lançait déjà Nizan en janvier. Il poursuit l'attaque dans Commune. En octobre, dans "Les enfants de la lumière", s'en prenant surtout à Esprit et à L'Ordre Nouveau, il prétend voir dans leurs positions "les lignes directrices d'une doctrine fasciste possible parmi toutes les autres". En novembre, dans "Jeune Europe", il traite de "manifeste fasciste" le livre de Dupuis et Marc où ceux-ci, développant leur thèse des "deux entrées de la jeunesse", opposent à l'Europe de la démocratie parlementaire l'"Europe de la vitalité", celle de Mussolini-Hitler-Lénine-Staline où les révolutions ont été manquées et où la jeunesse doit prendre conscience de son dynamisme38.

  • 39 Avant-Poste, no 2, août 1933, p. 137. Voir HUMEAU Edmond, "Destin du spirituel : factionnaires end (...)
  • 40 TREBITSCH Michel, "Henri Lefebvre et la revue Avant-Poste : une analyse marxiste marginale du fasc (...)

18Dans sa dimension politique, celle qu'on a d'autant mieux retenue qu'elle a contribué au retentissement du Cahier, l'offensive conduite par Nizan contre les non-conformistes est profondément injuste, surtout si l'on considère leurs évolutions ultérieures. Quand, dans "Sur un certain front unique", soulignant la filiation entre Kierkegaard et la phénoménologie allemande, Nizan répond à Rougemont qu'on veut "dresser contre la lignée Hegel-Marx-Lénine une autre lignée Kierkegaard-Proudhon-Personnalisme", l'argumentation proprement philosophique est aussi présente chez lui, mais elle reste au service de ses objectifs politiques, dénoncer "l'établissement du fascisme dans la philosophie". On a beaucoup moins prêté attention, en revanche, à un autre affrontement, celui qui a opposé jusqu'à la fin des années trente Henri Lefebvre à la mouvance personnaliste. Nizan, il est vrai, incarne alors l'intellectuel "au service du parti", tandis que Lefebvre entame un long parcours de marginal du marxisme. C'est pourtant dans la petite revue Avant-Poste, lancée en juin 1933 avec les débris du groupe Philosophies et le soutien de Malraux, qu'il inaugure une analyse théorique préludant selon nous au débat entre marxisme et existentialisme de l'après-guerre. Avant-Poste, qui n'aura que trois numéros, part aussi d'une enquête politico-idéologique sur "Le fascisme en France", et ne rechigne pas aux agressions verbales contre les membres d'Esprit, traités d'"eunuques spirituels" ou d'"escrocs à la révolution", et contre ceux de L'Ordre Nouveau, qualifiés d'"anges-flics" : "Prophétise, Israël ! — Et vas-y donc, Aron, dans Dieu ! — Quand créez-vous le parti fasciste-Juif-antisémite ?"39. Mais, presque à l'inverse de Nizan, c'est en termes philosophiques que Lefebvre tente de poser la question politique. Partant de l'idée que, dans la société bourgeoise, toute conscience, "individuelle", isolée par la séparation de l'objet et du sujet, est mystifiée, Henri Lefebvre et Norbert Guterman aboutissent, en élaborant leur théorie de la mystification, à une lecture du fascisme comme mystification de la révolution. On ne peut ici reprendre en détail ce débat théorique fondamental de l'aliénation, évoqué ailleurs, qui opposera, à partir de Hegel et des textes de jeunesse inédits de Marx, au cours des années trente, La Conscience mystifiée de Lefebvre et Guterman à l’Essai sur l'esprit d'orthodoxie de Jean Grenier et, après-guerre, Critique de la vie quotidienne de Lefebvre aux écrits existentialistes40.

  • 41 NIZAN Paul, "Littérature révolutionnaire en France", La Revue des Vivants, septembre-octobre 1932. (...)
  • 42 DANDIEU Arnaud, "Philosophies de l'angoisse et politique du désespoir", Revue d'Allemagne, 15 octo (...)
  • 43 MAULNIER Thierry, "Note sur la Révolution aristocratique", La Revue française, 25 juin 1933. Cf. B (...)
  • 44 JARDIN Jean, "L'acte révolutionnaire", L'Ordre Nouveau, no 2, septembre 1933 ; DANDIEU Arnaud et R (...)

19On s'interrogera, en revanche, sur la fonction idéologique des termes mêmes de ce débat, en partant de l'idée que, si l'on peut nier l'existence d'un "esprit des années trente" dans le champ politique, on peut admettre sa pertinence dans le champ théorique. "Il ne faut pas jouer avec le sens du mot révolution", martèle Paul Nizan en 1932. "Il est des mots qui exercent une véritable force d'attraction sur toute une génération, parfois même sur toute une époque", écrit comme en écho Alexandre Marc en avril 1933, à propos de l'Allemagne et du groupe Gegner41. Dénonçant l'abus dangereux des mots "révolution", "radicalisme", "jeunesse", il définit la vraie révolution comme Durchbruch, comme le "saut" kierkegaardien, la rupture qui transforme la vie tout entière et produit l'homme réel, l'homme nouveau. "Ne mérite ce nom qu'un changement spirituel total", ce que Daniel-Rops appelle une "révolution en esprit". Cette conception de la "révolution personnaliste" est fondamentale. Elle renvoie tout d'abord à une théorie de l'acte et de l'action. Motivée par un pessimisme historique, par une lecture de l'histoire en termes de tragique et de cyclique, la révolution "nécessaire" est remise en ordre de ce qui se disperse et se détruit, c'est en cela qu'elle est une révolution pour l'ordre, pour un "ordre nouveau"42. C'est aussi pourquoi la révolution ne peut être accomplie que par des minorités agissantes, une "aristocratie prophétique" mais aussi technocratique seule susceptible de couper le cordon ombilical43. L'acte est changement de plan, proche de Pacte de foi" barthien, de l'"action" blondélienne, qui débouche sur le concept d'engagement. En ce sens, la théorie de la révolution renvoie aussi à une théorie de la totalité. Elle est réconciliation de l'homme et du monde, découverte du "concret", par la "présence au monde", véritable incarnation, nouveau rapport du sujet et de l'objet : la "personne" n'est pas l'individu isolé, mais "l'individu transformé, orienté, animé par une présence extérieure"44. Cet homme nouveau, Rougemont le définissait dès son petit article, "Cause commune" dans Présence d'avril-juin 1932 : "L'humanisme d'un homme de 1932 et qui veut vivre, au lieu d'amèrement languir – c'est la Révolution. Mais quelle révolution ? Humanisme, ou Révolution : défense de l'homme total contre tout ce qui tend à le mécaniser, à le disqualifier, à le châtrer de toute violence spirituelle et créatrice". Est-on si loin ici de la critique lefebvrienne de l'individu, de sa définition de la conscience "mystifiée", en un mot du concept même d'aliénation ? On pourrait avancer, de manière un peu elliptique, que ce qui manque aux "non-conformistes" de 1932, c'est d'avoir disposé d'une théorie de l'aliénation telle qu'elle va s'élaborer à peine quelques années plus tard. Autrement dit, si l'on peut admettre, comme Rougemont le faisait d'emblée, l'incompatibilité politique entre le personnalisme et le marxisme, on retrouve un mode d'interrogation de l'actuel assez similaire chez les personnalistes et dans le marxisme philosophique de Lefebvre.

  • 45 LOUBET DEL BAYLE, p. 177 ; STERNHELL, préface à la 2e édition, p. 25.
  • 46 BESNIER Jean-Michel, La Politique de l'impossible. L'intellectuel entre révolte et engagement, Par (...)

20Cette distinction entre champ politique et champ théorique nous semble fondamentale si, revenant à notre interrogation initiale, nous cherchons à savoir ce que peut signifier une idée politique "ni de droite ni de gauche". Et c'est la confusion entre ces deux plans qui rend réductrice à nos yeux la forme prise par la controverse entre Sternhell et l'école française. Il y a d'abord réduction du statut de l'événement historique, c'est-à-dire ici le 6 février 1934. Chez Loubet del Bayle, l'événement apparaît comme perturbateur de quelque chose de plus fondamental parce que d'ordre idéologique : "les passions partisanes allaient transformer ce qui n'était jusque-là que des divergences intellectuelles en affrontements violents rendant impossibles les rapprochements sur 'l'essentiel'". Critiquant à juste titre une telle lecture, qui isole les mouvements des années 1930-1934 de la suite, et notamment des prolongements jusqu'à Vichy, Sternhell propose une lecture tout aussi déformée de l'événement, qui est chez lui non pas perturbation mais au contraire confirmation ou vérification d'une tendance : le 6 février est bien la preuve du caractère "pré-fasciste" de divers courants45. Il est une autre lecture possible, qui insistera sur la contingence. On pourrait comparer au 6 février l'événement de la guerre du Rif, tel qu'il a été lu par les avant-gardes en été 1925 : venant littéralement catapulter les divers groupes les uns vers les autres, il a abouti à une tentative de "front commun", et à un appel à la révolte totale. Les deux événements ne sont, bien entendu, ni de même nature ni de même importance historique, mais leur comparaison a le mérite de pointer sur la fonction de l'événement comme (re)distributeur d'idéologie. Le 6 février fonctionne à l'inverse de la guerre du Rif. Dans sa brutalité, il sert de borne symbolique à la redistribution du champ intellectuel selon des polarités politiques : il détermine les lignes de clivages fascisme/antifascisme en soumettant le théorique à l'urgence politique, en assimilant engagement et prise de parti. Cette réduction du théorique et du politique ne propose comme reconstruction symbolique a posteriori que deux figures de l'intellectuel : celle du bureaucrate intellectuel (Nizan), où le politique a phagocyté le théorique, et celle de "l'intellectuel pathétique" (Bataille), où le théorique a rendu le politique "impossible"46. Entre l'orthodoxie et l'hérésie, les figures authentiques du non-conformisme et de la pensée critique, Mounier ou Lefebvre, sont inaudibles ou sommées de choisir leur camp. Quant à leurs concepts, idées ou thèmes, ils ont traversé les circonstances et, traversés par celles-ci, certains d'entre eux, immaculés avant 1934, sont devenus dès lors "politiquement incorrects".

21De même que le mouvement "PC" ne peut se séparer du contexte idéologique de l'Amérique post-reaganienne, débarrassée du syndrome vietnamien et cherchant à se retrouver dans des valeurs et une culture communes, nous poserons que le débat sur le fascisme français n'est lui-même pas séparable des conditions de production du discours historiographique, l'émergence de ce qu'on aimerait dénommer l'"idéologie française" si le terme n'avait été saboté par B.H. Lévy. En s'attaquant à l'école historique française, Sternhell s'attaque en fait à une configuration "Sciences Ρο-Le Seuil-Esprit", allant de René Rémond à Jean-François Sirinelli, en passant par Michel Winock ou Philippe Burrin, devenue dominante en histoire contemporaine au moment de l'effondrement des modèles structuralo-marxistes. Le tir de barrage anti-sternhellien peut se lire comme une réaction nationale, face à des critiques étrangers, du même type que face à Paxton à propos de Vichy, comme la manifestation d'un esprit de corps pour ce qui touche à l'"Ecole", d'André Siegfried à Jean Touchard (sans parler d'anciens élèves comme Alexandre Marc), mais surtout comme la légitimation d'une approche "chrétienne-démocrate" des éléments constitutifs de notre idéologie contemporaine, qui protège l'image tutélaire de Mounier contre toute idée d'une "dérive" fasciste ou vichyste. D'autres tabous ne sont-ils pas préservés dans des conditions similaires par des clans intellectuels s'érigeant en gardiens du temple, du "surfascisme" de Georges Bataille, constamment évacué par un clan bataillien dont Jean-Paul Aron a dressé un portrait féroce dans Les Modernes, au nazisme de Heidegger, longtemps occulté en France grâce aux bonnes œuvres d'un clan heideggérien de gauche, puis porté sur la place publique par le scandale Farias, qui apparaît à maints égards comme un remake du scandale Sternhell ?

Notes

1 D'SOUZA Dinesh, Illiberal Education. The Politics of Race and Sex on Campus, New York : 1991. Voir le colloque franco-américain sur le sujet organisé les 3 et 4 juin 1992 à la Sorbonne, avec la collaboration de France-Culture et de la revue Autrement.

2 TOUCHARD Jean, "L'esprit des années trente", in Tendances politiques dans la vie française depuis 1789, Paris : Hachette, 1960 ; LOUBET DEL BAYLE Jean-Louis, Les Non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris : Seuil, 1969 ; STERNHELL Zeev, Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Paris : Seuil, 1983. Bilan de cette polémique dans BURRIN Philippe, La Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, Paris : Seuil, 1986, p. 11-28.

3 "Cahier de Revendications. Onze témoignages", NRF, no 231, 1er décembre 1932, p. 801-845. Textes de Henri Lefebvre ("Du culte de 'l'esprit' au matérialisme dialectique"), Paul Nizan ("Les conséquences du refus"), Philippe Lamour ("La révolution et la jeunesse"), Jean Sylveire ("Un"), Thierry Maulnier ("Révolution totale"), Arnaud Dandieu et Claude Chevalley ("L'intelligence épée"), Emmanuel Mounier ("Ce ne sont pas ceux qui disent : Esprit, Esprit..."), Georges Izard ("Un instinct sec et rude"), René Dupuis et Alexandre Marc ("De la patrie au fédéraliste révolutionnaire"), Robert Aron ("Questions posées"), postface de Rougemont ("A prendre ou à tuer").

4 Esprit, no 32, novembre 1935, p. 275-276. Voir LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 170-178, avec les témoignages de R. Aron, J. de Fabrègues, J.-P. Maxence, E. Mounier.

5 Ibid., p. 174. Cf. le numéro spécial de la Revue du siècle, "Nos adversaires et nos voisins" (février 1934), le numéro-manifeste de L'Ordre Nouveau, "Nous voulons" (mars 1934), le long appendice de Mounier dans Révolution personnaliste et communautaire (1935).

6 ANDREU Pierre, "Les idées politiques de la jeunesse intellectuelle de 1927 à la guerre", Revue des travaux de l'Académie des sciences morales et politiques, 1957, 2e semestre, p. 18.

7 LIPIANSKY E., "L'Ordre Nouveau", in LIPIANSKY E. et RETTENBACH B. Ordre et démocratie. Deux sociétés de pensée : de l’Ordre Nouveau au Club Jean-Moulin, Paris : PUF, 1967. LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 93-104.

8 ROUGEMONT Denis de, "Alexandre Marc et l'invention du personnalisme", in Le Fédéralisme et Alexandre Marc, Lausanne : Centre de Recherches européennes, 1974 ; MARC Alexandre, "Denis de Rougemont, un homme-à-venir", in "Denis de Rougemont", Cadmos, no 33, printemps 1986.

9 ROUGEMONT Denis de, Journal d'une époque, Paris : Gallimard, 1968, p. 96. Voir L'Esprit NRF 1908-1940, édition établie et présentée par Pierre Hebey, Paris : Gallimard, 1990, p. 804-805.

10 LOUBET DEL BAYLE, p. 171, n. 3. Autre surprise, l'absence de Mouvements, le groupe pourtant frère de P.O. Lapie.

11 ROUGEMONT Denis de, "D'une critique stérile", Esprit, 7e année, no 80, 1er mai 1939.

12 ROUGEMONT Denis de, Journal d'une époque, op. cit., p. 106.

13 ANDREU Pierre, Révoltes de l'esprit. Les revues des années trente, Paris : Ed. Kimé, 1991.

14 BALMAND Pascal, "Les jeunes intellectuels de l'"esprit des années trente" : un phénomène de génération ?", in SIRINELLI Jean-François (dir.), "Générations intellectuelles", Cahiers de l'IHTP, no 6, novembre 1987, p. 49-63.

15 BRASILLACH Robert, "La fin de l'après-guerre", L'Action française, août-septembre 1931. Voir aussi : BLOCH Jean-Richard, Destin du siècle, CREMIEUX Benjamin, Inquiétude et reconstruction, HALEVY Daniel, Décadence de la liberté, parus en 1931, PREVOST Jean, Histoire de France de l'après-guerre en 1932.

16 SIEGFRIED André, Tableau des partis en France, 1930 ; BERL Emmanuel, La Politique et les partis, et THIBAUDET Albert, Les Idées politiques de la France, 1932.

17 JOUVENEL Henry de (dir.), Rajeunissement de la politique, Paris : Corréa, 1932. Voir aussi BLANCHET A., Les Jeunes à la croisée des chemins, Paris : Fischbascher, 1932 ; "Témoignages sur la jeunesse française", La Revue française, no 4, 25 avril 1933 ; "Querelles de générations et crise des démocraties", Notre Temps, 7e année, 3e série, no 201-202, 2-9 juillet 1933.

18 ANDREU Pierre, L'Assaut, mai 1933. Voir DUBIEF Henri, Le déclin de la IIIe République 1929-1938, Paris : Seuil, 1976, p. 64-65. Coll. "Nouvelle histoire de la France contemporaine".

19 BARTOLI Pierre, "Crise de croissance et révolution de l'esprit", Commune, no 4, décembre 1933 ; GRENIER Jean, "Esprit", NRF, no 255, décembre 1934 et "L'âge des orthodoxies", NRF, no 271, avril 1936, repris dans Essai sur l'esprit d'orthodoxie, Paris : Gallimard, 1938, p. 28.

20 "Examen de conscience", Les Cahiers du Mois, no 21-22, 1926 (notamment la "Confession tendancieuse" de Rougemont) ; GIRON Roger et SAINT-JEAN Robert de, La Jeunesse littéraire devant la politique, Les Cahiers libres, 1928.

21 WAHL Jean, Vers le concret, 1932. C'est dans Esprit que J. Wahl avait publié des extraits du Malheur de la conscience dans la philosophie de Hegel paru en 1930. Voir aussi : MALRAUX André, Les Conquérants, 1928, BENDA Julien, La Trahison des clercs, 1927, BERL Emmanuel, Mort de la pensée bourgeoise, 1929.

22 BURRIN Philippe, op. cit., p. 37.

23 SIRINELLI Jean-François, "Note sur 'Révolution Constructive' : des 'non-conformistes' des années vingt ?", Bulletin du Centre d'Histoire de la France Contemporaine, no 6, 1985.

24 NAQUET Emmanuel, "Eléments pour l'étude d'une génération pacifiste dans l'Entre-deux-guerres : la LAURS et le rapprochement franco-allemand (1924-1933)", Matériaux (BDIC), no 18, janvier-mars 1990 ; THALMANN Rita, "Du Cercle de Sohlberg au Comité France-Allemagne : un exemple d'évolution ambiguë de la coopération franco-allemande", in BOCK Hans Manfred, MEYER-KALKUS Reinhart, TREBITSCH Michel (dir.), De Locarno à Vichy. Les relations culturelles franco-allemandes dans les années trente, Paris : Ed. du CNRS, 1993. Voir aussi LEVY Claude, "Autour de Jean Luchaire : le cercle éclaté de Notre Temps", ibid.

25 Revue française, no 4, 25 janvier 1931. Cf. SIRINELLI Jean-François, Intellectuels et passions françaises, Paris : Fayard, 1990, p. 68-73.

26 LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 97 ; LIPIANSKI, op. cit., p. 13.

27 MARC Alexandre, "Pour un communisme national", Revue d'Allemagne, 15 octobre 1932 ; "Die Tat, son échec", Mouvements, 1er janvier 1933 ; "Les Adversaires", Revue d'Allemagne, no 66, 15 avril 1933. Cf. ROY Christian et HELLMAN John, "Le personnalisme et les contacts entre non-conformistes de France et d'Allemagne autour de L'Ordre Nouveau et de Gegner (1930-1942)", in De Locarno à Vichy, op. cit.

28 LEFEBVRE Henri, Allemagne, Zürich, Atlantis-Verlag, 1960, p. 18-20 ; NADEAU Maurice, Grâces leur soient rendues, Paris : A. Michel, 1990, p. 13.

29 WINOCK Michel, Histoire politique de la revue Esprit, 1930-1950, Paris : Seuil, 1975.

30 MARC Alexandre, "Jeunesse allemande", Esprit, 1er février 1933 ; cf. SCHULZE-BOYSEN Harro, "Lettre ouverte d'un jeune Allemand" dans le même numéro.

31 Articles de G. Izard dans Esprit (octobre 1932), de J.P. Maxence dans la Revue française (décembre 1932 et février 1933) et de J. de Fabrègues dans la Revue du siècle (avril 1933), d'E. Humeau et de Mounier dans Esprit (no 11, juillet 1933 et no 14, novembre 1933). Voir LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 161-165.

32 "Ni droite ni gauche", L'Ordre Nouveau, no 4, octobre 1933 ; "Lettre à Hitler", no 5, novembre 1933 ; Esprit, no 16, janvier 1934, spécial sur le fascisme.

33 BURRIN, op. cit., p. 194 ; LOUBET DEL BAYLE, op. cit., p. 28.

34 NIZAN Paul, "Sur un certain front unique", Europe, no 109, 15 janvier 1933.

35 Europe, no 110, février 1933. Nizan lui répond dans le même numéro en réitérant ses accusations : "J'attendrai les réponses théoriques pour répondre, s'il y a lieu, si elles ne sont pas, comme disait Marx, unter aller Kritik".

36 "On croit voir se constituer des équipes intellectuelles, qui en se donnant les airs d'équipes révolutionnaires, ne songent dans la réalité qu'à prendre la tête de ce dernier mouvement de défense de la bourgeoisie que serait un mouvement national socialiste français" : Jean Guéhenno, "Contre-révolution", Europe, 15 août 1932.

37 HUMEAU Edmond, "Le jeu des dupes", Esprit, no 6, mars 1933. Dans "Destin du spirituel : factionnaires endormis" (Esprit, no 11, septembre 1933), il écrit : "Des ententes partielles ont rapproché quelques collaborateurs occasionnels de cette Revue française, de Réaction, ou de la Revue du siècle avec Esprit. Mais ils ne forment pas chaînon de continuité".

38 NIZAN Paul, "Les enfants de la lumière", Commune, no 2, octobre 1933 ; "Jeune Europe", ibid., no 3, novembre 1933. Autres attaques dans Commune de G. Servèze, "Note sur Esprit" (no 1, juillet 1933), G. Sadoul, "Quelques études objectives du fascisme" (no 2, octobre 1933), P. Bartoli, "Crise de croissance et révolution de l'esprit" (no 4, décembre 1933).

39 Avant-Poste, no 2, août 1933, p. 137. Voir HUMEAU Edmond, "Destin du spirituel : factionnaires endormis", Esprit, no 11, septembre 1933 ; "Destin du spirituel : catégories révolutionnaires", Esprit, no 13, novembre 1933.

40 TREBITSCH Michel, "Henri Lefebvre et la revue Avant-Poste : une analyse marxiste marginale du fascisme", Lendemains, no 57, 1990 et TREBITSCH Michel, "Philosophie et marxisme dans les années trente : le marxisme critique d'Henri Lefebvre", in L’engagement des intellectuels dans la France des années trente, Université du Québec à Montréal, 1990.

41 NIZAN Paul, "Littérature révolutionnaire en France", La Revue des Vivants, septembre-octobre 1932. MARC Alexandre, "Les Adversaires", Revue d'Allemagne, 5 avril 1933.

42 DANDIEU Arnaud, "Philosophies de l'angoisse et politique du désespoir", Revue d'Allemagne, 15 octobre 1932 ; ROUGEMONT Denis de, "Principe d'une politique du pessimisme actif", Hic et nunc, no 1, novembre 1932. Cf. NACCI Michela, "La 'Révolution pour l'ordre' : la pensée de droite et les philosophies cycliques de l'histoire dans l'Entre-deux-guerres", in GAMBRELLE F. et TREBITSCH M. (dir.), Révolte et société, Paris : Histoire au Présent et Publications de la Sorbonne, T. I, 1989.

43 MAULNIER Thierry, "Note sur la Révolution aristocratique", La Revue française, 25 juin 1933. Cf. BALMAND Pascal, "Intellectuel(s) dans L'Ordre Nouveau (1933-1938) : une aristocratie de prophètes", in BONNAUD-LAMOTTE D. et RISPAIL J.-L. (dir.), Intellectuel(s) des années trente, entre le rêve et l'action, Paris : Ed. du CNRS, 1989.

44 JARDIN Jean, "L'acte révolutionnaire", L'Ordre Nouveau, no 2, septembre 1933 ; DANDIEU Arnaud et ROUGEMONT Denis de, "L'Acte : la notion d'acte comme point de départ", in Recherches philosophiques, Paris : 1935 ; DANDIEU Arnaud, "Vers le concret", Europe, 15 décembre 1932 ; ROUGEMONT Denis de, Politique de la personne, Paris : Ed. Je Sers, 1934.

45 LOUBET DEL BAYLE, p. 177 ; STERNHELL, préface à la 2e édition, p. 25.

46 BESNIER Jean-Michel, La Politique de l'impossible. L'intellectuel entre révolte et engagement, Paris : La Découverte, 1988.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540