Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

III - RÉSEAUX

Plans et la révolution collective

Sylvie Guillaume

Texte intégral

1Parmi les nombreuses revues de l'Entre-deux-guerres, Plans joue un rôle non négligeable chez les "non-conformistes" des années trente.

2Le premier numéro de Plans paraît en janvier 1931 grâce à l'association de Jeanne Walter, femme d'un architecte et de Philippe Lamour avocat, ancien membre du Faisceau des Producteurs et des Combattants créé par Georges Valois dont il avait été exclu en mars 1928. Plans est une revue luxueuse et complète, artistique, littéraire, politique qui réunit autour de Philippe Lamour, rédacteur en chef, une équipe talentueuse avec Hubert Lagardelle, syndicaliste et disciple de Sorel, François de Pierrefeu, homme d'affaires, le docteur Winter, défenseur de la médecine homéopathique, le Corbusier, Aldo Dami qui rejoint ensuite l'équipe d’Esprit, soit un groupe d'intellectuels issus de milieux divers de gauche ou de droite et qui participe au mouvement général de critique de la société contemporaine.

3Or la revue Plans ne fait pas à notre connaissance l'objet d'une étude spécifique même si elle est souvent évoquée dans les ouvrages classiques sur la pensée non-conformiste comme ceux de Loubet del Bayle ou de Zeev Sternhell. Ceci tient à deux raisons : la brièveté de la revue qui cesse d'être éditée en mars 1933, ce qui ne lui donne guère plus de deux ans de longévité. Les difficultés financières obligent Plans à des restructurations ; la revue devient bimensuelle à partir du 20 avril 1932, elle prend le nouveau titre Bulletin des groupes Plans en février 1933.

4Par ailleurs les études consacrées à Plans sont souvent subordonnées à celle du groupe Ordre nouveau d'Alexandre Marc et de Denis de Rougemont avec lequel Plans collabore pendant l'été 1931 mais rompt un an après, en juillet 1932, par souci d'indépendance mais aussi pour divergences doctrinales. Contrairement à Ordre nouveau, Plans est de plus en plus sévère pour le fascisme et le nazisme, plus indulgent pour le communisme. La revue propose une approche technocratique des problèmes et c'est là son originalité pendant qu'Ordre nouveau insiste sur le "spirituel d'abord".

5Notre propos est donc de souligner à la fois les similitudes et la spécificité de la revue Plans dans la pensée non-conformiste. Ni gauche, ni droite peut être aussi la devise des collaborateurs de Plans de par leurs origines et dans leur critique globale de la société et des régimes nouveaux qui se mettent en place. Le premier numéro de janvier 1931 commence ainsi par une double citation de Lénine et de Mussolini. Enfin, l'analyse du projet révolutionnaire avec ses ambiguïtés proposé par Plans est une contribution au débat plus général sur la modernité de la pensée non-conformiste.

UNE CRITIQUE GLOBALE

6Plans ne s'écarte guère de l'attitude de l'ensemble des non-conformistes dans sa critique globale de la civilisation contemporaine. Plans consacre un compte rendu élogieux à Décadence de la nation française d'Arnaud Dandieu en 1931 et proclame dans sa "ligne générale" :

  • 1 Plans, janvier 1931.

"Ce qui nous intéresse c'est le problème de la civilisation au xxe siècle"1.

7Participant au constat généralisé du déclin de la civilisation occidentale, les collaborateurs de Plans en dénoncent tout à la fois les institutions, les structures économiques et par-dessus tout la culture, jugée elle aussi inadaptée parce qu'héritière de la civilisation gréco-latine.

8Déçu par la SFIO comme Hubert Lagardelle ou même par des formations nouvelles comme Philipe Lamour qui échoua dans sa tentative de créer le Parti fasciste révolutionnaire après son exclusion du Faisceau de Georges Valois, les rédacteurs de Plans se méfient des organisations partisanes nouvelles mais plus encore des institutions existantes. Les démocraties tout comme le capitalisme sont condamnées. Les thèses développées dans Le Cancer américain d'Arnaud Dandieu paru en octobre 1931 suscitent l'adhésion de Plans.

  • 2 Plans, 12 février 1932.
  • 3 Plans, 15 mai 1932.

9La situation politique nationale est jugée avec sévérité quel que soit le gouvernement en place. Tardieu et Laval font l'objet d'attaques particulièrement sévères. Pierre Laval est qualifié de "Poincaré du pauvre"2 et de "politicien à main molle". La victoire des radicaux en 1932 donne lieu à des commentaires ironiques même si on préfère le "démocratisme béat d'Herriot" au "cynique arbitraire de Tardieu"3. Même l'assassinat de Paul Doumer est l'occasion de critiques de la démocratie et Plans se refuse à participer au concert d'hommages imposés par les circonstances :

  • 4 Plans, 1er juin 1932.

"M. Doumer, héros national ?" Non, tout de même un peu démesuré... vieillard d'un autre âge, imperméable aux choses de notre temps, ayant gardé des préjugés et jusqu'à un vocabulaire sans contact avec la réalité vivante, il était politiquement aussi bien qu'esthétiquement le symbole même d'un régime caduc et inactuel, la représentation vivante d'une certaine volonté d'incompréhension, la preuve insolente de la dictature des générations fatiguées fermant à la jeunesse les portes de l'avenir et lui préparant sans risque les pires aventures"4.

10Le conflit des générations est un thème très important même s'il n'est pas propre à cette revue.

11Par delà la critique d'hommes politiques, en général d'un autre âge, est fait le procès des clivages traditionnels droite-gauche :

  • 5 Plans, 15 mai 1932.

"Que le char penche dans l'ornière de droite ou dans l'ornière de gauche, cela ne nous intéresse pas", peut-on lire dans l'éditorial de mai 19325.

12Plans dans sa critique systématique de la vie politique participe ainsi à la défiance générale vis-à-vis de la Troisième République et à l'antiparlementarisme. La revue puise ses arguments dans l'histoire avec notamment la référence obligée des non-conformistes, la Révolution française. Celle-ci est cause de tous les maux parce que porteuse de l'individualisme révolutionnaire. La revue ne s'écarte pas là non plus des thèses d'Ordre nouveau ou d'Esprit. Simplement elle dénonce les principes de 89 avec une virulence particulière sous la plume d'Hubert Lagardelle, disciple de Georges Sorel. Dès le premier numéro, Hubert Lagardelle dans son article au titre évocateur "De l'homme abstrait à l'homme réel" fait le procès de la démocratie :

  • 6 Plans, janvier 1931.

"L'utopie de la démocratie a été de dépouiller l'individu de ses qualités sensibles, de le réduire à l'état abstrait de citoyen"6.

13La démocratie qui a secrété l'individualisme libéral est porteuse également de désordre économique attaché au capitalisme. Plans dénonce avec vigueur les excès du capitalisme, incarnation de l'ordre bourgeois et dont la crise de 29 est la manifestation. Plans accorde ainsi un intérêt plus important que les autres revues contemporaines aux questions économiques. Hubert Lagardelle joue ici un rôle important dans la réflexion doctrinale héritée du syndicalisme révolutionnaire.

14La crise économique est la manifestation de l'anarchie économique où, écrit Philippe Lamour :

  • 7 Plans, janvier 1931.

"chacun taille et rogne comme il l'entend ou le peut. Les lois féroces de l'offre, de la demande, de la concurrence font de l'économie une perpétuelle bataille"7.

15Le capitalisme est accusé de productivisme négligeant les intérêts du consommateur. Les Etats-Unis dans la revue Plans suscitent de très nombreux articles critiques pendant l'année 1931 ; cependant on a pu relever en mai 1932 un hommage à :

  • 8 Plans, mai 1932.

"cette admirable science du management, l'importance nouvelle donnée à l'ingénieur, la productivité de l'ouvrier accrue presqu'à l'infini, l'élimination systématique de tous les efforts inutiles et dégradants"8.

16C'est là le reflet de préoccupations technocratiques.

17Ainsi la revue Plans fait le constat d'une inadaptation des structures politiques et économiques à la situation présente. Ces structures héritées du xixe siècle sont l'expression de valeurs dépassées selon Plans qui ont mis par-dessus tout la défense de l'individu. Contre cet individualisme bourgeois d'un autre siècle les collaborateurs de Plans vont-ils opposer et soutenir les expériences collectivistes ou fascisantes ?

18La revue Plans consacre dans chacun de ses numéros une rubrique qui fait le point de la situation dans les pays étrangers : l'URSS, l'Italie et l'Allemagne sont les plus souvent cités.

19L'URSS est celui des trois pays qui suscite le plus de sympathie à l'origine mais il convient de nuancer très vite nos propos. La sympathie pour l'expérience soviétique vient de ce qu'on lui sait gré de tenter de proposer une voie qui récuse l'individualisme. Plans est plus proche ici d'Ordre nouveau que d'Esprit, d'emblée plus critique. Plans consacre de très nombreux articles au plan quinquennal qui incarne un nouvel ordre économique permettant d'échapper à la crise générale. Le journaliste Aldo Dami n'est pas non plus insensible à la mystique qui entoure la planification soviétique.

20Philippe Lamour cependant met en garde contre toute imitation :

  • 9 Plans, juin 1931.

"Nous croyons que l'URSS est une magnifique aventure humaine qui entraîne pour le peuple russe un progrès d'une puissance et d'une rapidité jusqu'alors inconnues. Mais nous pensons que la Russie est la Russie et que l'Occident est autre chose. Nous approuvons et nous défendons le régime soviétique en Russie"9.

21Ainsi l'indulgence de la revue pour ne pas dire la sympathie s'explique par l'attrait du nouveau, de tout ce qui est réaction à la démocratie et au capitalisme, par une réflexion commune sur la planification. Il est significatif que l'on ne trouve pas dans la revue d'articles plus théoriques sur le marxisme mais il s'agit essentiellement d'informations économiques. Plans diffère ici des mouvements proches comme Ordre nouveau ou Esprit par l'absence de critique doctrinale de fond. Il est exact que Plans est moins sensible que les deux autres au spirituel et donc moins effrayé par le matérialisme de l'idéologie marxiste. On ne peut cependant pas en conclure à l'adhésion de Plans à l'idéologie marxiste. Le marxisme contribue comme toute autre nouvelle idéologie naissante, et notamment le fascisme, à combattre l'ordre démocratique et capitaliste et à proposer un nouveau modèle économique, centre d'intérêt principal de la revue Plans.

22Les prises de position sur le fascisme ou le nazisme sont plus diversifiées.

  • 10 Plans, avril 1931.

23La revue analyse avec une sympathie certaine le fascisme italien puis devient de plus en plus critique. Comme pour le communisme, on reconnaît au fascisme italien la volonté de bouleverser une situation jugée anarchique et inadaptée. Ici aussi, on suit avec intérêt la réorganisation économique et l'expérience corporatiste. Philippe Lamour définit le corporatisme comme "l'organe d'Etat de la collaboration de classes"10 et en souligne la modernité et les aspects positifs dans la défense des intérêts qui unissent patrons et ouvriers. Cependant, l’auteur conclut sur cette question :

"Dans quelle mesure apporte-t-il des éléments de solution au problème de l'Etat moderne ? Nous y répondrons le moment venu".

24En janvier 1932, Georges Roux écrit un article tout aussi nuancé sur le fascisme italien. Parmi les aspects positifs, il cite le soutien populaire et surtout la réorganisation économique. Par contre l'article reproche au fascisme ses préoccupations politiques, voire politiciennes autour d'un seul homme. Dans l'article précédemment cité de Philippe Lamour, on peut noter la même défiance vis-à-vis de la mystique du chef contraire au concept de civilisation collective défendu par la revue. Dès avril 1932, les articles sont de plus en plus critiques sur le corporatisme qui ne remplit pas sa mission, la réorganisation de l'économie sur les bases syndicales. Contrairement aux premiers espoirs de Plans, le corporatisme n'est pas une application du syndicalisme révolutionnaire.

25L'Allemagne hitlérienne, contrairement à l'URSS ou à l'Italie, ne suscite pas d'espoirs. La lucidité des auteurs de Plans est tout à fait étonnante. En avril 1931, dans un article qui a pour titre "Hitler", Aldo Dami écrit :

  • 11 Plans, avril 1931.

"Avant la prise du pouvoir, Mussolini était un "aventurier". On dit maintenant M. Mussolini et à défaut de M. Staline M. Tchitchérine. Dans un an dira-t-on M. Hitler ?"11

26et en décembre Philippe Lamour constate :

  • 12 Plans, décembre 1931.

"La révolution allemande est commencée. Hitler est virtuellement chef du pouvoir en Allemagne"12.

  • 13 Cf. article de Christian ROY et John HELLMAN in Les relations culturelles franco-allemandes dans l (...)

27La revue Plans suit avec beaucoup de constance et d'intérêt les événements en Allemagne et elle est, semble t-il, très bien informée. En effet, Alexandre Marc d'Ordre nouveau et Philippe Lamour nouent des contacts précis avec des Allemands en 1931, notamment Harro Schulze-Boysen, responsable avec Otto Abetz d'un mouvement de jeunesse "Le front unique". Il devient aussi un collaborateur de Plans en France et serait l'auteur d'articles sur l'Allemagne sous la signature de Jean Longueville13. Schulze-Boysen, adversaire de l'hitlérisme, est exécuté le 22 décembre 1942.

28Ces contacts ont pour but la mobilisation de la jeunesse franco-allemande pour faire l'Europe, d'où la tentative de la rencontre de Francfort en février 1932.

  • 14 Plans, février 1932.

29Le nazisme est donc perçu comme une fausse voie et un danger. La revue Plans consacre son dernier numéro à une édition spéciale sur l'Allemagne hitlérienne et rappelle la justesse de ses analyses précédant la prise de pouvoir par Hitler. Plans en effet donne au succès d'Hitler des raisons de politique internationale et notamment l'attitude française : la politique de Poincaré parce qu'elle incite à la haine et à l'esprit de revanche, celle de Briand parce qu'inefficace. Le contentieux franco-allemand est source de danger parce qu'il est l'expression, affirme Philippe Lamour, du "paradoxe absurde de deux peuples qui se battent parce qu'ils se font peur"14, mais le nazisme est aussi, selon les collaborateurs de Plans, un phénomène avant tout national. Ils n'utilisent jamais le terme de national-socialisme mais de socialisme national pour respecter la traduction littérale mais aussi pour montrer que le nazisme se veut "socialiste à l'intérieur, national vis-à-vis de l'extérieur".

30Aldo Dami distingue trois étapes : le nazisme est né du racisme qui puise ses racines dans la mystique germanique, le nazisme se nourrit ensuite du socialisme profitant du désarroi économique des classes populaires et aussi des classes moyennes et s'oppose ainsi au capitalisme et à la démocratie ; enfin le nazisme est présenté dans sa troisième phase comme une mystification. Ce dernier aspect prédomine dans les articles de Plans sur l'Allemagne. Contrairement au fascisme italien, le nazisme ne suscite pas d'espoirs. En novembre 1931, Plans publie un article au titre significatif "La trahison d'Hitler" c'est-à-dire son alliance avec la droite et l'industrie lourde. L'article conclut sur une mise en garde à la jeunesse allemande :

  • 15 Plans, novembre 1931.

"Désormais la jeunesse d'Allemagne qui s'était ralliée en grande partie aux nazis parce qu'elle y trouvait cet esprit de non résignation, ce sens de la grandeur, cette proposition d'un avenir constructif et cet enthousiasme qu'elle ne trouve pas dans la lamentable démocratie allemande, cette jeunesse n'a plus aucune excuse à se tromper"15.

31Cet appel est sans ambiguïté même si la revue a compris l'attirance de la jeunesse pour de nouveaux modèles se substituant à la démocratie détestée. Ce n'est donc en aucun cas une solution à la crise de civilisation mais un simple épiphénomène, même si celui-ci peut avoir de graves conséquences comme la guerre prévue non pas pour "demain" mais pour "après-demain" dans le même article.

  • 16 Plans, mai 1933.

32L'hitlérisme selon les mêmes auteurs, Philippe Lamour et Aldo Dami, est une mystification car il a fait croire à un "socialisme renouvelé"16. La responsabilité des partis de la gauche allemande est fortement mise en cause, eux qui n'ont pas décelé les conséquences des succès du nazisme et sa force d'attraction dans la jeunesse. De même, ils reprochent au fascisme de tendre à une "remise en ordre de l'économie actuelle en désordre" mais non de révolutionner cet ordre économique selon les propositions de Plans.

  • 17 Plans, avril 1931.
  • 18 Plans, mai 1932.

33On est donc passé d'une analyse tendant à faire l'amalgame entre l'expérience soviétique et le fascisme en 1931 à des distinctions plus subtiles, sensibles notamment après la rupture de Plans avec Ordre nouveau. La revue conserve sa sympathie première pour l'expérience soviétique même si elle la rejette catégoriquement comme modèle ; par contre elle s'oppose de plus en plus au fascisme, en général, le fascisme italien parce qu'il a déçu et surtout le nazisme suspect dès l'origine. Le personnage d'Hitler est d'emblée contesté et jugé démagogue. Dès 1931, il est qualifié de "politicien excité, à l'énergie artificielle à la recherche d'une doctrine qui se refuse à sa mégalomanie"17. En mai 1932, le programme d'Hitler se résume à "quelques formules passe-partout.... un programme arlequin avec le seul souci de donner une satisfaction à chaque classe de la société"18.

34Ainsi le fascisme ne peut être l'expression d'un nouveau projet de l'organisation sociale et même l'expérience soviétique ne peut être exportée.

AMBIVALENCE DE LA RÉVOLUTION COLLECTIVE

35La revue Plans ne se contente pas de critiquer ; elle entend avoir une démarche constructive et fait des propositions que l'on peut résumer par le terme "révolution collective" utilisé dans la "Ligne générale", sorte d'éditorial du premier numéro de janvier 1931 et repris ensuite.

36Cette attitude se veut aussi l'expression d'une modernité qui ne se manifeste pas seulement dans le projet politique et économique mais également dans le domaine artistique comme en témoignent les articles de le Corbusier défenseur d'une ville d'avant-garde. Mais cette volonté moderniste ne va pas sans ambiguïté et revêt souvent un caractère très utopique.

37Les collaborateurs de la revue Plans revendiquent d'abord l'utilisation de deux termes apparemment antinomiques : ordre et révolution. Partant du constat de désordre généralisé, ils proposent d'instaurer un nouvel ordre qu'ils définissent comme tel :

  • 19 Plans, mai 1932.

"Etat de civilisation dans lequel les institutions correspondent à la situation historique d'un peuple dans un temps et un espace donnés et où en conséquence, le monde matériel est ordonné et la personne humaine libérée. L'ordre en Europe et en 1932, c'est la révolution"19.

  • 20 Zeev STERNHELL, Ni droite ni gauche, l'idéologie fasciste en France, Complexe, rééd, 1987, 470 p., (...)

38Il s'agit aussi dans le cadre de la civilisation collective de créer une autre qualité d'homme, l'homme réel opposé comme on l'a vu à l'homme abstrait par Hubert Lagardelle et produit d'une civilisation individualiste. Plans, de ce fait, participe ainsi au personnalisme philosophique qui comme le souligne Zeev Sternhell ne relève pas du monopole d'Esprit20. Plans oppose ainsi l'éthique de la personnalité à l'éthique de la matière en ces termes :

  • 21 Plans, janvier 1931.

"ou la machine l’emporte sur l'homme et la consommation saturée refusera les produits ou l'homme dominera son œuvre, en un mot, créera un ordre et une civilisation"21.

39Ainsi, Plans consacre plusieurs articles à la défense des loisirs.

40Mais la revue tient un discours ambivalent où sont exprimées les craintes envers le machinisme destructeur pour l'homme mais dans le même temps une attirance pour le progrès technique qui doit le libérer. Dans les premiers numéros, Plans se contente après la dénonciation du désordre général d'énoncer des principes globaux assez flous tels que l'instauration :

  • 22 Plans, juillet 1931.

"des institutions politiques issues du groupement naturel des individus dans leurs unités naturelles, organisées selon l'équilibre de leurs intérêts respectifs : l’homme réel"22.

41Puis on relève des propositions plus précises empruntées au syndicalisme révolutionnaire sous l’influence de Lagardelle :

"nous croyons qu’il faut fonder l'Etat moderne sur la libre activité des syndicats organisés et logiquement groupés sous le contrôle coordonné de l'Etat".

42Enfin les derniers numéros semblent affirmer le primat de l'économie :

43"A la base de toute évidence, écrit Philippe Lamour en février 1933, il y a les faits économiques et historiques", propos qui éloigne Plans d'Ordre nouveau ou d'Esprit. Philippe Lamour en février 1933 juge même nécessaire d'affirmer son indépendance vis-à-vis de ces mouvements.

44L'intérêt particulier porté à la réorganisation économique entraîne l’adhésion à la planification comme l'indique le titre même de la revue.

45La planification chez les collaborateurs de Plans a pour base "l'ordre fédéral et syndical" qui représente, selon eux, au mieux les intérêts de l'homme réel. Cependant on peut regretter que cette idée soit exposée sous la seule forme de principes assez vagues et ne donne pas lieu à un projet élaboré. Plans n'a peut-être pas eu le temps de préciser sa doctrine. Cependant, partant du postulat de l'interdépendance des économies occidentales, Plans propose une réorganisation de l'économie qui dépasse le cadre national et qui brise les cadres de la centralisation.

46Plans défend ainsi à la fois les régions et la construction européenne. Le principal reproche fait aux économies planifiées de type fasciste ou communiste est leur caractère national et autarcique. Plans croit en l'Europe ou plus précisément en la jeunesse européenne pour édifier une civilisation collective. Dans son article "Jeunesse du monde" Philippe Lamour distingue deux partis :

  • 23 Plans, avril 1931.

"le parti démocrate individualiste lié au xixe siècle au Parlement, à la propriété, au capitalisme, aux droits de l'homme, au mythe de la liberté, à la franc-maçonnerie et au cadavre d'une prétendue culture gréco-latine déformée, désséchée, détachée de son sens éternel, mise bassement au service d'un ordre périmé et d'une bourgeoisie vidée de puissance créatrice, résignée au rôle de syndic de faillite d'une civilisation sans grandeur. Et le parti de la Jeunesse cherchant les thèmes directeurs d'une civilisation machiniste, les institutions du monde collectif et l'éthique convenable à la vie nouvelle23.

47Ce texte qui est l'expression d'une révolte et d'un conflit de générations est important car il laisse présager les dérives liées à la haine du monde bourgeois et de ses valeurs démocratiques.

48Edifier le parti de la jeunesse conduit à des manifestations organisées par Plans et dont la plus importante est la rencontre de la jeunesse franco-allemande à Francfort sur le Main en février 1932 :

  • 24 Plans, février 1932.

"la première étape d'un front unique de la jeunesse européenne pour la construction commune du futur"24.

49Participent à cette rencontre, en plus des Français et des Allemands, des observateurs belges, suisses et italiens. Cependant la réunion est marquée par un différend qui oppose Philippe Lamour à certains représentants allemands sur le sentiment national :

  • 25 Plans, février 1932.

"Nous considérons le fait national comme une force respectable mais nous ne pouvons subordonner les nécessités révolutionnaires à un sentiment de chauvinisme"25.

50Ainsi le projet planiste et européen défendu par la revue Plans en réaction à la montée des nationalismes fascistes, s'il n'est pas unique, est affirmé avec suffisamment de force pour en souligner l'importance.

51Plans est donc bien une expression importante de la pensée non-conformiste qui se développe dans les années trente. Elle en épouse les forces mais aussi les ambiguïtés.

52Plans participe en effet à la critique d'un monde bouleversé par la guerre, puis par la crise économique mais la dénonciation systématique de la civilisation individualiste démocratique et libérale n'est pas sans danger au moment où s'affirment des régimes totalitaires et des économies collectivistes. Plans surmonte difficilement ses contradictions entre une philosophie personnaliste et l'attrait d'une réorganisation technocratique de l'économie, entre le rejet de la démocratie et le refus du fascisme et ses propositions restent floues.

53Cette ambiguïté se manifeste dans les différences de destin de ses collaborateurs. Contraints et forcés de s'engager dans le débat droite gauche, Philippe Lamour candidat malheureux du Front populaire est engagé volontaire en 1939, Aldo Dami collabore à Esprit, Hubert Lagardelle, après l'ambassade à Rome, devient Secrétaire d'Etat puis Ministre du Travail du gouvernement de Vichy.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

BOCK Hans Manfred, MEYER-KALKUS Reinhardt, TREBITSCH Michel, Entre Locarno et Vichy, les relations culturelles franco-allemandes dans les années 1930, Paris : Editions CNRS, 1993, 2 vol, 891 p.

LOUBET del BAYLE, J.-L. Les non-conformistes des années trente, Seuil, 1969, 495 p.

STERNHELL Zeev, Ni droite ni gauche, l'idéologie fasciste en France, Complexe, rééd. 1987, 470 p.

Marc SIMARD, Intellectuels, fascisme et anti-modernité dans la France des années trente, Vingtième siècle, no 18, avril-juin 1988, p. 55-77.

Notes

1 Plans, janvier 1931.

2 Plans, 12 février 1932.

3 Plans, 15 mai 1932.

4 Plans, 1er juin 1932.

5 Plans, 15 mai 1932.

6 Plans, janvier 1931.

7 Plans, janvier 1931.

8 Plans, mai 1932.

9 Plans, juin 1931.

10 Plans, avril 1931.

11 Plans, avril 1931.

12 Plans, décembre 1931.

13 Cf. article de Christian ROY et John HELLMAN in Les relations culturelles franco-allemandes dans les années trente, colloque organisé par le DAAD/IHTP, décembre 1990, 363 p., p. 35-45.

14 Plans, février 1932.

15 Plans, novembre 1931.

16 Plans, mai 1933.

17 Plans, avril 1931.

18 Plans, mai 1932.

19 Plans, mai 1932.

20 Zeev STERNHELL, Ni droite ni gauche, l'idéologie fasciste en France, Complexe, rééd, 1987, 470 p., p. 254.

21 Plans, janvier 1931.

22 Plans, juillet 1931.

23 Plans, avril 1931.

24 Plans, février 1932.

25 Plans, février 1932.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540