Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

III - RÉSEAUX

Les rêves technocratiques sous Weimar : de la liberté à la servitude

Georges Roche

Texte intégral

  • 1 Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France. Seuil, 1983.
  • 2 L'auteur de cette contribution a déjà fourni dans plusieurs publications de nombreuses indications (...)
  • 3 Cf. K. FRITZSCHE, Politische Romantik und Gegenrevolution. Fluchtwege in der Krise der bürgerliche (...)

1"Ni droite, ni gauche"1, cette formule empruntée à l'étude célèbre, et controversée, de Sternhell n'invite-t-elle pas, au-delà de son objet propre, le "fascisme" français, à tenter d'élucider d'autres "dérives", par exemple celles des Mittelschichten2 de la période weimarienne, très sollicitées par le links und rechts et les sirènes de la "troisième voie"3 ? Des historiens, allemands et français, ont cru repérer dans cet entrecroisement de révolution et de contre-révolution les signes avant-coureurs, les métastases, d'un cancer totalitaire en gestation depuis la fin du xixe siècle. Il serait évidemment téméraire de vouloir résumer ici la substance des nombreux travaux publiés sur ce thème ; on s'attachera donc prioritairement à trois aspects.

  • 4 C. COLLIOT-THELENE, Max Weber et l'histoire. P.U.F., 1990, p. 85-89.
  • 5 Tendance à contre-courant inventoriée par plusieurs contributions ("commentaires" de D. LACKBOURN (...)
  • 6 Deux publications récentes en donnent plusieurs pistes :
    - Socialisme et classes moyennes en France (...)
  • 7 L'expression est de Castoriadis. Cf. Wolf LEPENIES, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literat (...)
  • 8 Cf. revue du Mauss, no 13, 3e trim. 1991, Droite ? Gauche ? et no 14, article d'André GORZ, Droite (...)

2Tout d'abord, la généalogie et les métamorphoses du champ idéologique propre à ces groupes sociaux, l'évolution-dislocation, le "polythéisme des valeurs"4 constaté par Max Weber, entre autres dans la Remarque intermédiaire (Zwischenbetrachtung) de la Sociologie de la Religion. Cette crise des représentations, en partie explicable, durant les années tournantes, par l'échec du compromis fordiste, va condamner le "nouveau Mittelstand" — et ce sera le second point — à une vulnérabilité conceptuelle, à d'incessantes oscillations gauche-droite, paralysant toute stratégie prospective. Mais la passivité de ces nouvelles couches techniciennes, des ingénieurs en particulier, devant la montée du nazisme, n'est-elle pas un phénomène paradoxal, puisqu'aussi bien ces mêmes groupes sociaux avaient témoigné, en pleine reféodalisation, d'une certaine fidélité à la Bürgerlichkeit progressiste5 ? Surtout — et ce sera le troisième et dernier point — l'examen de tels phénomènes sociaux invite, au-delà de la simple description, à une réflexion méthodologique6, souvent inspirée par notre réalité d'aujourd'hui, ainsi la notion de "monde morcelé"7, ainsi le difficile décryptage des rapports de domination, de cet enchevêtrement d'"instances", ainsi enfin les stratégies d'énonciation et les mécanismes identitaires. En cette "fin de siècle obscure", il n'est peut-être pas inutile de réfléchir, par la médiation de ces réalités weimariennes, aux effets de la "dialectique négative" et aux ambiguïtés d'aujourd'hui8.

I - LA DISLOCATION DE L'IMAGINAIRE SOCIAL

3La diversification-dislocation, prélude aux "incertitudes allemandes" (Viénot) des années tournantes, se manifeste dès les années vingt sur deux registres, d'une part l'effritement progressif des cadres traditionnels de sociabilité, de l'autre l'éclatement des catégories jusqu'alors en usage et une hésitation croissante sur le choix de nouveaux paradigmes.

  • 9 L’historiographie est-allemande, même si de sérieuses réserves s'imposent, fournit de précieux out (...)
  • 10 Sur le Verein Deutscher Ingenieure, cf. à l'Est Walter JONAS, Die Geschichte des VDI. 1856-1880. H (...)
  • 11 Cf. Wissenschaftliche Zeitung de la Technische Universität de Dresde, 1984-1, p. 5-sq. Cf. aussi G (...)
  • 12 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome I, p. 82.
  • 13 À rapprocher de D. LINDENBERG, Les années souterraines. 1937-1947, La Découverte, 1990. Cf. aussi (...)
  • 14 Cf. D. FRICKE, op. cit., rubrique du tome II.

4Le dernier tiers du xixe siècle avait vu naître en Allemagne, généralement sous l'influence de "socialistes de la chaire" comme G. Schmoller et W. Sombart, des cercles de réflexion qui tenaient a la fois de la société savante et de l'association d'inspiration politique9. Il s'agissait à l'évidence, en particulier pour les Akademikerverbände qu'ils inspiraient, de définir l'identité et la "mission" de ce nouveau Mittelstand qui devait être soustrait à l'influence de la social-démocratie. Or, ces divers points d'ancrage furent sérieusement ébranlés par la défaite et les difficultés de l'après-guerre. Aux dires mêmes de l'une de ses personnalités, Herkner, le Verein für Sozialpolitik n'était plus en mesure de jouer un rôle de relais, tout au plus d'organisateur de Juristentage ! Quant à la Gesellschaft für soziale Reform, dont les statuts avaient été rédigés par W. Sombart, elle connaissait sans doute un sort plus enviable, ne fût-ce qu'à cause de la revue Soziale Praxis, très appréciée parmi les Akademiker du secteur industriel pour ses articles sur la législation sociale, mais elle ne parvenait pas non plus à développer des perspectives vraiment novatrices. Le Verein deutscher Ingenieure10 fondé en 1856, progressivement dissocié par la division du travail et les concentrations amorcées dès la fin du siècle, avait depuis longtemps perdu son élan "démocratique". Les rebelles comme Johann Andreas Schubert11 (1808-1871), qui avait dessiné les plans de la première locomotive et du premier bateau à vapeur, mais aussi appartenu en 1848-49 au cercle de Bakounine et de Wagner, n'étaient plus sous Weimar que des curiosités réduites à l'impuissance ou à l'exil intérieur. E. Abbe lui-même12 (1840-1905), père du constitutionalisme d'entreprise (Betriebskonstitutionalismus), modèle souvent cité dans les bulletins d'ingénieurs, n'avait guère pu imposer ses idées : au Freisinniger Verein d'Iena ou au Freisinnige Volkspartei, on s'était contenté d'écouter respectueusement ses discours généreux. Les mouvements chrétiens-sociaux13, essentiels pour l'orientation idéologique de ces nouvelles couches, en particulier des Akademiker du secteur industriel, subirent la même érosion, ainsi l'Evangelisch-sozialer Kongreβ14, créé en 1890 à l'initiative de Stoecker et regroupant initialement pasteurs et enseignants, tente bien au cours des années vingt de se rénover en prenant des contacts avec l'aile gauche de la DDP et les socialistes religieux : efforts qui restèrent sans suite. Dans le camp catholique, un foyer longtemps très actif, le Volksverein für das katholische Deutschland avait fini, lui aussi, par s'essouffler. Et pourtant, l'une de ses personnalités les plus marquantes, l'abbé Brauns, avait été un ministre du travail apprécié par les associations d'ingénieurs. En fait, le morcellement qui travaillait ce nouveau Mittelstand de l'intérieur, comme toute la société weimarienne, restreignait la portée de tels espaces de réflexion et ce d'autant que des situations nouvelles venaient invalider les catégories véhiculées jusqu'alors.

  • 15 Phénomène plusieurs fois annoncé par Max Weber : cf. C. COLLIOT-THELENE, op. cit., chap. III, "Rat (...)
  • 16 Cf. Christophe CHARLE, Naissance des "Intellectuels", 1880-1900. Ed. de Minuit, 1990, surtout intr (...)
  • 17 Cf. Philippe RAYNAUD, Max Weber et les dilemmes de la raison moderne, P.U.F. 1987, surtout ΙΙI° Se (...)
  • 18 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome I.
  • 19 Cf. D. BERING, op. cit., p. 85 et p. 86, trop brève comparaison avec les dreyfusards, ce qui laiss (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Cf. Ch. CHARLE, op. cit., p. 232. Ce que les marxistes appelaient alors, à juste titre, l’"armée d (...)
  • 22 Ibid., p. 230.
  • 23 Ibid., p. 232.
  • 24 Bund angestellter Akademiker und Chemiker, 1919-1933. (Effectif maximum de 8 000 adhérents). La Ve (...)
  • 25 Cf. M. DESCOSTES et J.-L. ROBERT, Clefs pour une histoire du syndicalisme-cadre, Editions Ouvrière (...)

5Au cours des années vingt, et surtout à partir de 1926, les repères de ce groupe social se trouvent progressivement brouillés15 : Intelligenz, Produktivkraft, Technik, ces vocables tirés à hue et à dia sont l'objet d'incessantes redéfinitions, et dissociés dans des logiques parfois contradictoires. Mot-clef de ce lexique, Intelligenz16 est marqué par sa polysémie initiale. Comme Geistesarbeiter ou Kopfarbeiter, venus plus tard, il reste longtemps tributaire, comme en France, du modèle de la profession libérale, ensemble indifférencié que les mutations industrielles de la fin du siècle vont sérieusement fragmenter. Se vérifiera bientôt l'évolution annoncée par Max Weber dans Politik und Beruf : "des régimes de vie différents, subordonnés à leur tour à des lois également différentes"17. Ce "polythéisme des valeurs" accéléré par l'irruption d'événements insolites, la défaite et la crise économique, sera vécu d'autant plus mal que nombre d'Akademikerverbände restaient en partie déterminés par des courants conservateurs, ainsi l’Evangelischer Bund zur Wahrung protestantischer Interessen18, animé par un certain Otto Everling, devenu sous Weimar l'inspirateur du Schutzkartell deutscher Geistesarbeiter, sorte de réseau de survie appelant les intellectuels — ingénieurs diplômés compris — humiliés et offensés, à combattre la République sous la bannière de l'extrême droite, et singulièrement de la DNVP. Dès 1918, le progressisme des nouvelles classes moyennes, plus particulièrement des Akademiker, avait paru bien entamé à certains observateurs ; ainsi Kurt Hiller19, porte-parole il est vrai d'un "activisme" exigeant, juge sévèrement les Geistigenräte dont certains attendent un renouveau démocratique : les "Rechtsanwälte, Bildhauer, Privatbeamte, Ärzte, Journalisten, Pastoren, Chemiker... (lauter sehr ehrenwerte Berufe übrigens)" ne peuvent à ses yeux constituer un "Conseil de l'esprit", mais plus banalement "ein Gremium gebildeter Stillständer und Rückwärtser"20. À l'évidence, pour Kurt Hiller, l'élite intellectuelle se situait ailleurs. F. Pfemfert exprimait lui aussi de sérieuses réserves, sans être en mesure toutefois de proposer de l’Intelligenz une définition à la mesure des nouveaux enjeux de société. Dès les premières années du siècle, mais surtout après 1918, apparaissent D'expansion incontrôlée" du champ scientifique et technique21 — la concurrence exacerbée entre ingénieurs — ou plutôt la "distance évidente entre l'idéologie méritocratique", à laquelle ces fractions sont tout acquises22 et les mécanismes de la reproduction sociale, qui vont en sens inverse. L’Akademiker du secteur industriel, qui se voulait, comme tous les membres des sociétés savantes, porteur d'une nouvelle universalité, "aristocratie ouverte", adopte imperceptiblement un autre modèle, celui de l'expert au savoir spécialisé, celui d'une "élite fermée"23. Aussi le slogan des techniciens de l'Afabund social-democrate, "freie Bahn dem Tüchtigen", que le meilleur gagne, entendez avec ou sans diplôme, est combattu brutalement non seulement par le très frileux Verband deutscher Diplomingenieure mais aussi par le Budaci24, c'est-à-dire le premier syndicat allemand d'ingénieurs diplômés, tout comme l'USIC en France (Union Sociale des Ingénieurs Catholiques) tempêtait contre l'USTICA (Fédération de techniciens, proche de la CGTU)25. C'en était donc fini de la générosité de ces intellectuels de l'industrie, à la fois ingénieurs, entrepreneurs, inventeurs, émancipateurs à la manière des héros de Max Eyth ? Pas tout à fait : faute d'un paradigme à la mesure des nouvelles réalités, celles des rationalisations, le modèle emprunté à l'époque libérale se maintient tant bien que mal dans les mentalités. Ainsi coexistent ancien et nouveau, légende dorée et désenchantement.

  • 26 Cf. Volker HUNECKE, Der Kampf ums Dasein und die Reform der technischen Erziehung im Denken Alois (...)
  • 27 Die Ziele der technischen Hochschulen. 1896, cité par HUNECKE, op. cit., p. 302.

6La même évolution contradictoire affecte les notions de Produktivkräfte, produktives Schaffen, représentations-clefs de l'industrialisme saint-simonien. En fait, c'est la dualité même du "producteur" qui est ainsi mise à jour : la production est bien facteur essentiel de progrès humain, mais n'exige-t-elle pas — ce que les difficultés d'après-guerre allaient largement confirmer — des contraintes brutales, l'émancipation s'inversant en aliénation ? L'itinéraire mental de beaucoup de professeurs d'universités techniques, qui étaient un peu les idéologues de la profession, témoigne de la perplexité croissante de ces saint-simoniens confrontés à des antagonismes que l'après-guerre va exacerber. C'est déjà le cas d'Alois Riedler (1850-1936)26, l'une des personnalités les plus marquantes de l'Université technique de Berlin-Charlottenburg. Son point de départ est très proche de l'industrialisme saint-simonien. Il assigne au savoir scientifique et technique une haute mission : "Die technischen Hochschulen haben zu produktivem Schaffen zu erziehen, sie müssen nicht nur dem Fortschritt folgen, sondern ihm führend vorangehen."27. La pratique industrielle, sur le tas, à l'usine, est aussi une école de civisme, aussi propose-t-il d'instituer pour les étudiants-ingénieurs un Arbeiterjahr, sorte de stage ou le futur chef, soustrait à l'isolement stérile des études, pourra faire l'apprentissage de la communauté. Avec la défaite cependant, le ton et les perspectives de Riedler vont changer : dans un pays vaincu, spolié d'une partie de ses brevets, sérieusement menacé par la concurrence étrangère, la production doit être à tout prix optimisée, ce qui requiert des instances de régulation et d'arbitrage particulièrement fermées. Dans son texte-programme publié en 1921, Die neue Technik, Riedler privilégie à l'évidence l'élitisme, les termes de Berufsschutz, Auslese, Selbsterhaltung annonçant la crispation croissante des années vingt.

  • 28 Cf. Hans EBERT et Karin HANSEN, Georg Schlesinger und die Rationalisierungsbewegung in Deutschland (...)
  • 29 Avant 1914, Schlesinger avait été étroitement associé aux enquêtes du Verein für Sozialpolitik sur (...)
  • 30 Berliner Tageblatt du 24 septembre 1919, cité in H. EBERT, op. cit., p. 328.
  • 31 Pour une analyse comparative, cf. L. BOLTANSKI, op. cit., chap.1, passim.
  • 32 Die Erziehung des technischen Nachwuchses in Amerika, 1925, cité in H. EBERT, op. cit., p. 324.

7Avec Georg Schlesinger28 (1874-1949), le paradoxe est encore plus évident. Ce juif berlinois, pionnier de la machine-outil et de l'organisation scientifique du travail, s'emploie très tôt à prêcher la concertation : tant dans sa revue Werkstatt-Technik, fondée en 190729, que dans ses interventions lors des grands débats sur le taylorisme au Verein Deutscher Ingenieure. Il y souligne l'importance d'une harmonie entre les "producteurs", principe qu'il rappelle avec force dans l'immédiat après-guerre, au moment où il est chargé de reconvertir la manufacture d'armes de Spandau à la production de paix. Comme une large fraction d'ingénieurs à la même époque, Schlesinger prend position pour l'établissement d'une "communauté de travail" à l'usine, et donc pour une variante modérée de la nouvelle législation, alors en cours de discussion, sur la composition et les attributions du comité d'entreprise. Dans un article du Berliner Tageblatt30, il insiste sur le rôle de l'ingénieur (G. Lamirand parlera quelques années plus tard de son "rôle social"31 cimentant la "communauté de travail des manuels et des intellectuels" (Arbeitsgemeinschaft der Hand- und Kopfarbeiter). Notre spécialiste de l'organisation scientifique du travail témoigne toujours d'un grand respect pour les ouvriers. Ainsi, dans un article rédigé en 192532, au retour d'un voyage aux Etats-Unis, il exprime son admiration pour les ouvriers américains, à ses yeux le contraire d'une masse anonyme, des salariés animés d'une "fierté propre", d'une "conscience de leur métier", propices au bon fonctionnement de la machine industrielle. Mais progressivement, sa revue, Betriebsführung und Betriebswirtschaft accorde une attention prioritaire aux impératifs de rationalisation, sans trop se soucier, semble-t-il, des conséquences de ces mesures dont les ingénieurs ne tarderont pas à faire eux-mêmes les frais. Les bulletins du Budaci multiplient alors les imprécations contre la Psychotechnik et contre l'universitaire Molde, proche de Schlesinger et surtout, pour beaucoup, figure emblématique de ces méthodes. Insensiblement, sans le vouloir, le libéral démocrate, le "producteur" Schlesinger se rapprochait d'un productivisme inhumain.

  • 33 Cf. G. WETTSTÄDT, Ideologie im Zwielicht. Zur Kritik der bürgerlichen Ideologie, no 37, Akademie V (...)
  • 34 D. JANICAUD, op. cit., p. 83.

8Mais que devait-on entendre par "forces productives", par "philosophie de la technique" ? Ici encore, l'ancien et le nouveau coexistent, comme dans la démarche d'une des personnalités les plus marquantes de ce milieu, F. Dessauer, à la fois ingénieur (pionnier de la radiographie), philosophe et député du Zentrum au Reichstag. Sa Philosophie der Technik (1927)33 présente un intérêt particulier, la démarche reprenant, dans une variante néothomiste, un grand thème de l'époque et soulignant les apories de l'homo technicus. Oubliant que, pour reprendre la formule de Heidegger, "la science ne pense pas", Dessauer prête à l'activité scientifique et technique une rationalité éthique que seul le profit altérerait. Cette conception naïve, mais encore très répandue alors au Verein Deutscher Ingenieure, héritage de la période libérale, ne permettait évidemment pas d'élucider les nouvelles contradictions de la société industrielle. Science et technique, ou plutôt la naissance, à l'époque à peine perçue, de la "techno-science" étaient déjà les vecteurs de vastes dispositifs qui, par des décisions en amont, restreignaient singulièrement l'initiative du "vrai technicien". Certes, Dessauer avait raison de vouloir transcender la simple spécialisation scientifique pour parvenir à une réflexion à la fois "calculante" et "méditante", mais les prémisses de son raisonnement lui interdisaient d'affronter "la dynamique et les possibles"34 d'une réalité sans précédent.

  • 35 W. LEPENIES, note 7.
  • 36 Revue C.F.D.T. Aujourd'hui, no 100 (mars 1991), entretien avec P. Bourdieu, p. 118.
  • 37 Cf. note 27.
  • 38 Mais avec des réserves croissantes pour son projet de réforme de l'enseignement.
  • 39 Cf. W. LEPENIES, op. cit., p. 244.
  • 40 P. DUPUY, Le sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale. Calmann-Levy (...)
  • 41 Ibid., p. 47.

9Depuis la fin du xixe siècle, l'Allemagne, comme on le sait, connaît une déstabilisation, un nomadisme des concepts : l'hésitation quant au choix des paradigmes s'amplifie, ce que traduisent les oscillations idéologiques du nouveau Mittelstand durant la période weimarienne. Dans Les Trois Cultures35, W. Lepenies inventorie avec précision l'essentiel du phénomène, du moins pour l'avant 1914 ; son analyse cependant appelle quelques compléments, l'auteur, comme Bourdieu le lui a reproché36, n'ayant pas toujours pris en compte le contexte historique du débat. Certes, l'opposition entre sciences de la nature et littérature est un sujet de préoccupation, voire d'irritation chez les idéologues de ce milieu, qui sont souvent, nous l'avons vu, des professeurs d'universités techniques. Ainsi, Alois Riedler esquisse une reforme des programmes dans plusieurs textes37 qui sont autant de tentatives pour concilier humanisme traditionnel et savoir scientifique et inventer une culture technique. Il est vrai aussi que les bulletins du Budaci, relativement favorables à C. H. Becker38, témoignent d'un certain intérêt pour la sociologie, à la fois "science de la réalité" et thérapeutique garante de la cohésion sociale, ce qui explique sans doute que soient privilégiées des figures comme Léopold von Wiese et surtout Tönnies. Mais la remarque de Lepenies à propos de Max Weber ("La sociologie elle-même, Max Weber ne l'abordait que de loin. Lorsqu'il parlait de notre discipline, il songeait à l'économie politique"39) pourrait s'appliquer aux années tournantes, non seulement en raison de l'orientation, nécessairement économique, des bulletins d'ingénieurs, mais aussi pour une raison structurelle plus fondamentale. Comme l'a montré J. P. Dupuy dans Le Sacrifice et l'Envie40, cette priorité de l'économie politique procède directement de la modernité industrielle : "Naguère encore science de l'optimisation et de l'utilisation rationnelle des ressources /.../ délibérément amorale et apolitique, elle traite aujourd'hui non seulement de la justice distributive, mais aussi des questions éthiques et politiques les plus variées"41.

  • 42 Ibid., p. 10.
  • 43 Philippe RAYNAUD, op. cit., p. 130-135.
  • 44 Cf. K. FRITZSCHE, op. cit., p. 353, note 93.
  • 45 K. FRITZSCHE cite fréquemment Die Tat : p. 145, le programme de Zehrer dans le numéro-manifeste d' (...)
  • 46 Cf. KRACAUER, Die Angestellten, (1930) : "Das Haus der bürgerlichen Begriffe und Gefühle /.../ ist (...)

10L'économie politique, et non la sociologie, est donc "la forme essentielle du monde moderne"42. En fait, de larges fractions du nouveau Mittelstand aspirent à une sorte de discipline-synthèse, à la fois analyse de construction du présent et prospective, invention de l'avenir. Le succès de Tönnies et de Sombart ne tenait-il pas au fait qu'ils avaient répondu à cette double attente ? Gemeinschaft und Gesellschaft (1887) n'était pas exempt de nostalgie à l'endroit de cette "communauté" du passé, mais se souciait cependant moins de la restaurer que d'esquisser la construction d'un socialisme moderne capable, sans rupture, de "dépasser les conflits"43. Le même optimisme, la même croyance en la vertu du "capitalisme organisé" inspirent Sombart qui, en 1932, au sommet de la crise, publie Die Zukunft des Kapitalismus44, paradoxalement mieux accueilli que la prédiction pessimiste de F. Fried, Das Ende des Kapitalismus (1931). Aspiration à aller "au-delà", au-delà du marxisme par exemple, à dépasser les oppositions, à façonner une nouvelle réalité, c'est aussi le programme de la revue Die Tat après son changement de cap d'octobre 1929. Dans ces zigzags de désacralisation-resacralisation, les différents collaborateurs de la revue invoqueront souvent la "spiritualité", die Geistigkeit45, terme généralement associé à une transcendance médiatrice, à la créativité et surtout à une élite investie de responsabilités sans partage. Cette spiritualité si fréquemment invoquée par le Tatkreis, mais aussi sans doute caractéristique de l'intellectuel en soi, de son refus d'être assimilé à un groupe social, est à la fois un but et une butée, un refuge, une formule-écran qui masque le réel. Coincées dans ce double mouvement, les catégories de ce milieu, comme le suggérait Kracauer dans un bilan célèbre, ne peuvent que "s'effondrer"46. Au seuil des années tournantes, la démocratie libérale, une des composantes majeures de l'héritage, est altérée par de multiples distorsions, et perçue à la fois comme pléonasme et oxymore. Est-il encore possible, aux abords de la crise, de faire fructifier politiquement cet imaginaire social ?

II - À LA RECHERCHE DE NOUVELLES STRATÉGIES POLITIQUES

  • 47 Cf. K. H. LUDWIG et W. KÖNIG (dir.), Technik. Ingenieure und Gesellschaft. Geschichte des V.D.1. 1 (...)
  • 48 Philippe BURRIN (La dérive fasciste. Doriot. Déat, Bergery. Le Seuil, 1986) souligne le danger d'u (...)

11Les repères conceptuels ainsi brouillés, l'articulation entre éthique et politique occultée, l'insertion des classes moyennes dans la cité — insertion vivement souhaitée pourtant par les ingénieurs dans l'immédiat après-guerre47 — devint de plus en plus difficile. Evolution largement inventoriée, surtout depuis deux décennies, et qu'il est donc inutile de résumer ici. Trois points nous semblent davantage mériter notre attention : la difficile perception de ce nouveau Mittelstand par la gauche weimarienne, communiste ou social-démocrate, les variantes du rêve ou de la "dérive"48 néocorporatiste, caractérisant les aspirations de ce milieu à une nouvelle citoyenneté, et enfin, à titre d'illustration, les déboires politiques du militant catholique et ingénieur-philosophe Fr. Dessauer.

  • 49 Un résumé pratique de la question in Marion SAUER, op. cit. chap. VIII, "KPD und ingenieurtechnisc (...)
  • 50 Die Internationale. Cahiers 11-12, 1919.
  • 51 Ibid., Cahiers 15-16, 1919.
  • 52 Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, tome II, Berlin-Est, p. 3 (...)
  • 53 Comme l'atteste la présence de Torgler au congrès du Butab de 1926. Cette opposition techniciens-i (...)

12Le rapport du parti communiste allemand aux nouvelles classes moyennes49 n'était pas de pure négativité, puisque les cahiers de Die Internationale abordent le problème dès 1919, soit dans le texte d'Edwin Hœrnle, Die kommunistische Partei und die Intellektuellen50, soit dans celui de Paul Fröhlich, Wandlungen in der Struktur der Arbeiterklasse51. La stratégie se précise en août 1923, date de parution des Richtlinien für die politische Massenarbeit unter den Mittelschichten52, bientôt suivi de la création d'une section de Mittelstandspropaganda essentiellement tournée vers les enseignants, les médecins et les ingénieurs. La réflexion du parti sur la question sera présentée en 1924 (5e congrès de la IIIe Internationale) par Clara Zetkin dans son exposé-programme Zur Intellektuellenfrage. Les thèmes en sont connus : la dégradation de la situation économique et statutaire des nouvelles couches techniciennes devait nécessairement, du moins aux yeux du parti, les amener à prendre conscience de leur prolétarisation et donc à rallier le — vrai — parti de la classe ouvrière. Ce principe de "polarisation-paupérisation", invoqué aussi par la social-démocratie, ne parvint guère à convaincre. Et ce d'autant moins que la KPD — le texte de Paul Fröhlich entre autres l'atteste — n'entendait pas faire de distinction entre techniciens et ingénieurs diplômés, marquant même pour les premiers53, et surtout pour le Butab, la fédération de techniciens de l'Afabund, un intérêt particulier. Ces efforts, à vrai dire, ne furent guère payés de retour. Le parti communiste, qui avait surestimé le potentiel révolutionnaire des grèves des cols blancs en 1919, n'avait su proposer à ces milieux de programme crédible, ni même une logique identitaire nouvelle.

  • 54 Synthèse très complète dans le bulletin BDIC no 17, op. cit., notamment H. A. WINKLER, "Social-dém (...)
  • 55 Intelligenz est traduit par "carrières libérales" : cf. Ch. CHARLE, op. cit., p. 228.
  • 56 Sous Weimar, certains spécialistes des classes moyennes renoncent à cette notion. Ainsi Lederer, q (...)
  • 57 In B.D.I.C. no 17, op. cit, et, du même, Vom neuen Mittelstand zum Volksgenossen, Munich :1986.
  • 58 A. BERGOUGNOUX et B. MANIN, La social-démocratie ou le compromis. Paris, 1979.

13Les rapports avec la social-démocratie54 furent beaucoup plus complexes. À ses débuts, le parti de Kautsky semble, en dépit des orientations ouvriéristes d'Erfurt, ne pas vouloir négliger les classes moyennes, ouverture illustrée par son texte de 1895, Die Intelligenz und die Sozialdemokratie55. Geste sans lendemain, puisqu'en dépit de quelques avertissements des austro-marxistes, le parti s'en tenait à la thèse simpliste d'une disparition progressive des classes moyennes56. L'ouverture esquissée au congrès de Görlitz (1921) fut annulée par le retour, en 1925, avec le congrès de Heidelberg, à l'esprit d'Erfurt. Une fois encore, les mises en garde de socialistes hétérodoxes comme Th. Geiger ou Küstermeier restèrent sans écho. Cette obstination dans l'"auto-verrouillage", pour reprendre la formule d'H. A. Winkler, a fait l'objet d'explications variées : respect étriqué de la tradition prolétarienne, sclérose de l'appareil, etc. Dans un essai fort suggestif, La pratique comme obstacle à la théorie57, M. Prinz a synthétisé les interprétations les plus pertinentes : la concurrence constante du parti communiste, l'effet de "saturation" provoqué par la présence, idéologiquement très profilée, de l’Afabund de Aufhäuser, et enfin "un fort sentiment de dépossession" suscité par le statut privilégié des cols blancs et plus particulièrement par l'Angestelltenversicherungsgesetz de 1911. Les nouvelles classes moyennes n'avaient donc pas été tout à fait "l'impensé" de la social-démocratie comme elles l'avaient été, selon A. Bergougnoux, de la S.F.I.O.58 Prinz rappelle à juste titre que l'importance politique de ces groupes sociaux n'avait pas échappé aux dirigeants de la social-démocratie. En 1931-32, au moment où s'élaborent le plan WTB et la variante allemande du planisme keynésien, le nouveau Mittelstand sera très sérieusement valorisé par certaines instances du parti et des syndicats. Il faut dire que s’amorce, pour un temps très court, une réflexion néo-corporatiste qui connaîtra en France une tout autre ampleur.

14Le rapport plutôt malheureux de la social-démocratie aux nouvelles classes moyennes, et plus particulièrement aux Akademiker du secteur industriel, s'explique donc beaucoup moins par un rejet délibéré que par une impuissance du parti à percevoir les mutations industrielles, donc à proposer à ces groupes sociaux une alternative identitaire.

  • 59 W. BÜTTNER, Ingenieur. Volk und Welt. Leipzig : 1927.

15Rien d'étonnant dès lors que les préférences de l'ingénieur — pour autant qu'il ait marqué quelque intérêt pour la politique — aillent aux partis bourgeois du centre, DDP, Zentrum et DVP, ce que confirme W. Büttner, l'un des idéologues de la profession, dans une analyse de 1927 : "Er [l'ingénieur] kann sich daher, soweit es seine staatsbürgerlichen Pflichten erfordern, nur innerhalb der politischen Mittelparteien betätigen."59 Mais justement, comme nous l'avons vu à propos des cadres de sociabilité, du Verein für Sozialpolitik et de la Gesellschaft für soziale Reform, la réflexion sur les nouveaux phénomènes sociaux, produits des accélérations industrielles, restait hésitante, en particulier lorsqu'il s'agissait de déterminer les différentes catégories d'intellectuels. A preuve, entre autres, la confusion du texte d'Alfred Weber, Die Not der geistigen Arbeiter (1923) : l'auteur constate bien le processus de diversification-éclatement de la catégorie, opposant la situation déplorable de l'écrivain ou du journaliste à celle, nettement plus enviable, de l'avocat et du médecin, mais s'empêtre dans les arguties et les néologismes approximatifs dès lors qu'il tente de dépasser l'héritage du Freiberufliche, celui de l'ère libérale. Comment distinguer concrètement les rein geistige Berufe des praktisch geistige Berufe, et qu'entendait-il par Arbeitsintellektuellen ? Dans les programmes des partis bourgeois comme dans le texte de notre sociologue, l'intégration des nouvelles réalités industrielles marquait le pas. Phénomène qui ne fut sans doute pas étranger à la désaffection croissante des nouvelles classes moyennes à l'endroit de ces mêmes partis bourgeois.

  • 60 Cité in K. FRITZSCHE, op. cit., p. 141.
  • 61 D. LINDENBERG, op. cit., p. 166-177 : "Marcel Déat et l'homme à reconstruire".
  • 62 Ch. CHARLE, op. cit., p. 9.
  • 63 Terme que Ph. BURRIN n'explicite nulle part dans son ouvrage (cité).
  • 64 Tous parus dans la série des Sozialpolitische Schriften du Budaci. Chez Déat, la dislocation se fa (...)

16C'est justement en réaction contre ce qui est perçu, à tort ou à raison, comme une érosion du politique que se construit au cours des années vingt un nouveau modèle, celui du néo-corporatisme, de la "troisième voie". Sur ce point, nouvelles classes moyennes et Tatkreis entendent dépasser la tradition, et se démarquent des programmes proposés par un O. Spann dans son Der wahre Staat de 1931 (3e éd.) ou de Der neue Staat (1932) de Walter Schotte, un proche de Papen et de Gayl : on prend ses distances vis-à-vis de ce conservatisme néothomiste, peu propice à la nouvelle citoyenneté que préconise par exemple Grueneberg, l'un des collaborateurs de Die Tat, dans son article "Das neue Staatsbild". La structure corporatiste, avec son exigence d'"authentique participation de l'individu", est celle qui permettra la démocratie de demain, et ce déjà en donnant la parole aux classes moyennes. Zehrer le confirme dans un article de Die Tat de septembre 1930, "Zusammenbruch der bürgerlichen Parteien" : "das Ständische, wir sehen vorläufig keinen anderen Weg als die Organisierung der Mittelschichten nach Ständen und Berufen"60. Le même souci de rénovation politique inspire les premiers textes du Budaci, ainsi le programme de Höfchen, publié dans les séries des Sozialpolitische Schriften de l'organisation Der Stand angestellter Akademiker in Volk und Wirtschaft (1925). Ici encore, on dénonce l'insuffisance du schéma pluraliste et l'écart entre individu et société, obstacle à toute mise en oeuvre réelle du politique, à tout transfert des responsabilités aux véritables compétences. Propositions proches du saint-simonisme, et aussi de l'industrialisme encore démocratique d'un Déat dans ses Perspectives socialistes : "reconstituer un Etat souverain et capable d'arbitrer", construire un "Etat démocratique, soutenu et animé par l'ensemble des producteurs"61, tout cela renoue avec la tradition quarante-huitarde et socialiste, tout comme la vision de Höfchen, l'une des personnalités du Budaci, retrouvait l'esprit de rébellion des ingénieurs évoqués dans l'"histoire héroïque"62 de la profession. Progressivement cependant, ce néocorporatisme démocratique subit une "dérive"63 autoritaire, surtout à partir de 1928. Il ne s'agit plus seulement de réintégrer le "vrai technicien", le "créateur" de la production, dans ses droits, en somme de compenser les injustices passées. L'ingénieur diplômé est maintenant promu au rang d'élite, investi d'une mission qu'il convient nécessairement d'accomplir, c'est la conclusion, entre autres, de trois textes très commentés lors des congrès, celui de K. Werner, "Die Stellung des akademischen Technikers im Kampf um die Führung im Volk" ou les deux de H. Kretzschmar, lui aussi une personnalité du Budaci, "Technisches Führertum am Scheidewege" et "Die technischen Akademiker und die Führerauslese"64. Les titres eux-mêmes révèlent bien le changement de ton et d'orientation, tout aussi perceptible dans les articles de Die Tat après septembre 1930. Ainsi Zehrer, dressant dans le numéro d'octobre le bilan des élections du mois précédent, exalte la "cohésion corporatiste", cause majeure de la "révolution à froid" qui vient d'advenir. Certes — et Fritzsche ne manque pas de le rappeler — la complicité toujours plus affirmée entre le Tatkreis et les nationaux-socialistes n'interdit pas d'interpréter ce néo-corporatisme, cette "deuxième troisième voie" du Tatkreis comme un instrument parmi d'autres de la Tarnpraxis (stratégie de camouflage). Toutefois, la réalité de 1931-32 nous invite plutôt à distinguer comme Max Weber le dynamisme des événements de la dislocation spécifique des concepts. La "dérive" n'était-elle pas implicitement contenue dans cette "philosophie de la technique" pratiquée, nous l'avons vu, par le Mittelstand technicien ?

  • 65 Fait révélateur des illusions nourries par Schwerber, puisque ce point 13 n'était plus pour les na (...)

17Ambiguïté illustrée entre autres par Peter Schwerber, l'un des idéologues de la profession. Issu de l'association des étudiants catholiques (Unitasverband), Schwerber avait déjà publié en 1926 Moderne Technik und christliche Weltanschauung, condensé des thèmes chers à la profession : vertu émancipatrice des forces productives, "pureté" de la technique opposée à l'égoïsme du profit. En 1930, il reprend la plume avec Nationalsozialismus und Technik. Die Geistigkeit der nationalsozialistischen Bewegung, mais cette fois il publie à la Nationalsozialistische Bibliothek dirigée par G. Feder. Les doléances traditionnelles de l'ingénieur, assorties parfois de références à F. Dessauer, sont très proches du texte de 1926, seuls certains accents ont été déplacés, l'antisémitisme nettement exprimé, ainsi que les références au point 13 du parti sur l'éventuelle nationalisation de certaines sociétés par actions65.

  • 66 Dès la seconde moitié des années vingt apparaît l'éloge du mittlerer Unternehmer, soi-disant survi (...)
  • 67 POLLAK et RUFFAT, Cahiers de L'Institut de l'Histoire du Temps Présent. no 29, p. 28.
  • 68 Pour une comparaison avec la France, cf. D. LINDENBERG, op. cit., chap. 6 : "Les hommes de la comm (...)
  • 69 Ch. CHARLE, op. cit., p. 231.

18Pour l'essentiel, Schwerber reprenait l'argumentaire de la "troisième voie" avec toutes ses équivoques : l'union rêvée un moment dans l'immédiat après-guerre, celle de tous les salariés, ingénieurs, techniciens, ouvriers contre le capital, était devenue le rassemblement de tous les "producteurs" (entrepreneurs compris)66 contre on ne sait quelle "ploutocratie". Certes, le phénomène ne fut pas limité à l'Allemagne, mais "l'évolution de la pensée corporatiste vers un autoritarisme étatique"67 prit en Allemagne une ampleur que seules certaines spécificités peuvent expliquer. En premier lieu, un catholicisme social beaucoup plus conservateur qu'en France, surtout après 1928, un épiscopat et une Action catholique très éloignés des Jésuites de la rue de Varenne ou d'un Teilhard de Chardin68. D'autre part, le morcellement du système universitaire weimarien, surtout au niveau des universités techniques, rendait difficile la "centralisation géographique du champ intellectuel"69, et donc empêchait que se constitue, comme en France, un espace de délibération, une concertation entre représentants du catholicisme social, enseignants des grandes écoles, surtout Mines et Centrale, et tenants d'un patronat progressiste. Aucune revue, aucun cercle n'eurent sous Weimar — si l'on excepte Die Tat — l'audience de Plans, des Nouveaux Cahiers ou de la X-Crise. Certes, les positions d'un G. Lamirand, centralien et personnalité de l'USIC, en particulier son ouvrage Le Rôle social de l'ingénieur (1932), n'étaient pas très éloignés dans leurs prémisses des Sozialpolitische Schriften du Budaci. Mais le pluralisme ambiant invitait, contraignait presque à une ouverture dont on ne trouve plus guère trace chez les ingénieurs allemands, surtout après septembre 1930. La situation économique avait ainsi aggravé l'ambiguïté déjà inhérente à la notion de "troisième voie".

  • 70 Cf. note 33.
  • 71 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome II, rubriques Republikanische Union et Zentrum.
  • 72 Niemandsland der Entschluβlosigkeit. L'expression est de K. O. PAETEL, Versuchung oder Chance ?, c (...)

19L'exemple de Dessauer70, ou plutôt son échec politique, illustre à notre sens l'importance que revêt toute crise des représentations. Impossible en effet de comprendre les déboires du catholique courageux qu'était Dessauer si l'on oublie la vulnérabilité de son outillage conceptuel en matière de politique. En 1928, le député du Zentrum Dessauer, situé à gauche de son parti, est opposé à son évolution droitière et plus particulièrement aux équivoques d'un gouvernement de Bürgerblock avec l'extrême droite. Il est proche en revanche de certains courants minoritaires comme celui de la Republikanische Union ou de publications comme l'hebdomadaire Deutsche Republik71 ou la Rhein-Mainische Volkszeitung, laboratoire d'essai pour des journalistes progressistes comme W. Dirks ou E. Michel. Vint la formation du cabinet Brüning et les nombreuses interrogations qu'elle ne manqua pas de susciter. Mais Dessauer, fidèle en cela aux rêves de sa profession, n'avait-il pas défendu, au congrès du Zentrum de 1928, une kooperative Wirtschaft, une concertation Capital-Travail qu'une structure de concentration nationale garantirait, en somme la solution Brüning de 1930 ? Aussi l'arrivée du même à la chancellerie fut-elle, du moins dans ses débuts, approuvée par Deutsche Republik que Wirth et Dessauer soutenaient encore. Ils s'en écartèrent lorsque ce courant de gauche se rapprocha d'un front antifasciste qui suscitait leur méfiance. Ainsi F. Dessauer, ingénieur-pionnier, militant catholique soucieux d'engagement mais prisonnier de sa fidélité à Brüning et de son confusionnisme, resta jusqu'à son départ du Reich sans prise effective sur le réel, condamné au piétinement dans le "no man's land de l'indécision"72.

III - RÉFLEXIONS MÉTHODOLOGIQUES

  • 73 D. LEHNERT et K. MEGERLE, Identitäts-und Konsensprobleme in einer fragmentierten Gesellschaft. Zur (...)
  • 74 Françoise BALIBAR, Einstein 1905. De l'éther aux quanta. P.U.F., 1992.
  • 75 D. CASSIDY, G. Hertz. H. Geiger und das Physikalische Institut der T.U. Berlin, in R. RÜRUP, op. c (...)
  • 76 Dans l'héritage du xixème siècle, l'idéologie des ingénieurs diplômés était souvent très proche de (...)
  • 77 C. COLLIOT-THELENE, op. cit., p. 85.
  • 78 Cf. Gilbert MERLIO, "Sur la pensée de G. Simmel", in Etudes Germaniques, janvier-mars 1992, p. 69- (...)
  • 79 Philippe RAYNAUD, op. cit., p. 93-111.
  • 80 François DOSSE, L'histoire en miettes. Des "Annales" à la nouvelle histoire. La Découverte, 1987.
    S (...)

20Fragmentation, discontinuité73 : cette caractéristique essentielle de la République de Weimar se retrouve bien ici. En dépit des définitions "substantialistes" chères aux nouvelles classes moyennes, il n'y a plus guère d'ordre (Berufsstand) du savoir scientifique et technique : qu'y a-t-il encore de commun — dans ce morcellement suscité par les mutations accélérées — entre l'ingénieur de fabrication d'une petite entreprise et son homologue d'un trust métallurgique ou chimique, ou le chef d'un laboratoire de recherche ? Peut-être faudrait-il souligner moins l'évidente cohésion idéologique d'organisations comme le Verein Deutscher Ingenieure que l'éclatement des représentations et des mentalités. L'ingénieur d'industrie était le plus souvent resté fidèle au positivisme, à l'espace newtonien ; seule une minorité, par exemple des physiciens, était passée "de l'éther aux quanta"74, ce qui supposait évidemment une réorientation de la recherche, mais souvent aussi un changement global de perspective. Ce fut le cas d'Einstein, de certains chercheurs du Physikalisches Institut de Berlin75, du futur communiste Robert Havemann. Ce processus d'extrême diversification, amorcé dès le tournant du siècle, vint bousculer les référents traditionnels, les catégories héritées du xixe siècle, remarque qui vaut aussi pour les fonctionnaires et les médecins76. C'est sans doute dans cet univers instable qu'il convient de situer non seulement la Zwischenbetrachtung de Max Weber77 mais aussi les perspectives développées par Georg Simmel78 : c'est bien la dissociation de l'imaginaire social, le chemin de l'âme obstrué par ses propres créations, un éclatement suggéré tant par l'essai Die Grossstädte und das Geistesleben. Philosophie der Kultur (1911) que par la conférence de 1918, Der Konflikt der modernen Kultur. Seule, selon Simmel78, la référence à une individuelles Gesetz permet d'élucider le fonctionnement des sociétés modernes, des polyphonies-cacophonies. Aussi Simmel78 invite-t-il ses lecteurs, dans Krisis der Kultur, à privilégier les phénomènes "microscopiques et moléculaires". Une leçon que nous pourrions sans doute utilement appliquer à l'histoire des organisations weimariennes, plus particulièrement à des rassemblements de cadres comme la Vela et le Budaci. Reprenant, à la suite de P. Ansart et de R. Boudon, le principe weberien de l'"individualisme méthodologique", une approche renouvelée se doit de ne plus privilégier l'influence de tel ou tel "appareil", de telle ou telle "instance" institutionnelle, et d'accorder plus d'attention à l'initiative individuelle ou aux "minorités agissantes". Mais à pratiquer trop systématiquement l'archéologie de temporalités non synchrones, peut-être à trop suivre à la lettre la démarche de Les Mots et les Choses, ne court-on pas le risque de ne plus écrire que des "histoires sérielles", de ne produire qu'une "histoire en miettes"7980 ?

  • 81 Ambiguïté de la formule de Ph. BURRIN : "Les dissidences et les revirements politiques ne sont pas (...)
  • 82 L. BOLTANSKI, op. cit., p. 65.
  • 83 W. ABELSHAUSER, art. cit., p. 78, notion de positive Staatswirtschaftspotitik. Contrairement à W. (...)
  • 84 L. BOLTANSKI, op. cit., p. 58 ("illusions de l'intemporalité"). Cf. critique de Die Entscheidung. (...)

21Dans ce polymorphisme généralisé, la notion traditionnelle de "causalité" historique perd un peu de son profil. Surtout, l'analyse de ces groupes médians qui, sous Weimar, font souvent figure de "classe-objet" ramène à une question essentielle, celle des rapports de domination et de leur difficile déchiffrage. Certains, pour échapper à l'historicisme et à l'économisme de la vulgate marxiste, ont tenté de chercher une explication du côté de ce que l'on a appelé parfois des "invariants sociologiques"81. Ce qu'un certain parallélisme entre l'évolution des ingénieurs français et des ingénieurs allemands entre les deux guerres tend à confirmer ; Boltanski, dans son ouvrage sur Les Cadres, semble bien dégager des constantes, en particulier sur le processus identitaire et la constitution de "lieux-dits"82. Mais ces convergences, nous l'avons vu, ne peuvent masquer les spécificités du Sonderweg, décisives, par exemple, dans l'élaboration du néo-corporatisme. Weimar n'était-il, selon l'interprétation de Werner Abelshause83, qu'une modernité bloquée ? Le poids des réalités économiques reste aujourd'hui encore, en dépit d'excellents travaux, difficile à déterminer avec précision : on discute encore de l'influence effective de la grande industrie chimique, de son rôle dans la naissance d'une "techno-science", par exemple dans les orientations de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft. D'autres points essentiels font problème, comme la rémunération ou le taux de chômage de ces cadres de l'industrie. Comment surtout établir la jointure entre les réalités et l'imaginaire social, ne pas céder à la tentation d'une intemporalité attentive au seul "ordre du discours"84 ?

22Le nouveau Mittelstand weimarien, où prolifère le discours idéologique, — par le biais entre autres du Tatkreis —, est certainement un lieu privilégié pour étudier la question, aujourd'hui tant débattue, des médiations symboliques, des mécanismes d'énonciation identitaire, et peut-être trouver des commencements de réponse.

  • 85 J. P. FAYE, Langages Totalitaires, Hermann, 1972, p. 395-6.
  • 86 J. P. FAYE, Théorie du récit, Hermann, 1972, p. 112.
  • 87 Il faut dire que Faye s'en défend : "Mais bien entendu, les transformations combinées du discours (...)
  • 88 "Influence", "causalité", autant de notions qui gagneraient à être redéfinies.
  • 89 Cf. KOCKA, note 5.
  • 90 Allusion au sous-titre de l'ouvrage de Klaus FRITZSCHE déjà cité : "Fluchtwege in der Krise der bü (...)
  • 91 Cornelia KLINGER et Ruthard STÄBLEIN, Identitätskrise und Surrogat-Identitäten. Zur Widerkehr eine (...)
  • 92 Il faudrait ici mieux distinguer les deux niveaux, celui du producteur d'idéologie et celui de la (...)
  • 93 Einsiedlerkrebs, formule appliquée a posteriori par Wirsing à H. Zehrer et qui nous invite à prête (...)

23Il faut tout d'abord rappeler l'interprétation, un moment auréolée de prestige, de Jean-Pierre Faye qui, dans Langages totalitaires et Théorie du récit, attribue le glissement d'une partie du Mittelstand vers le national-socialisme à l'influence de groupes médians comme le Tatkreis. Ce sont moins les événements qui comptent que "la façon de les raconter pendant plus de treize ans"85, un "champ de langage" qui va "déboucher sur l'acceptabilité des décisions" nazies86. Mais comment comprendre cet "effet Mably" produit par la "raison narrative", n'y a-t-il pas confusion entre discours et action87 ? Ce "change" n'est-il pas une interprétation abusive de la "grammaire générative" ? L'interprétation de Faye ne semble pas prendre suffisamment en compte l'éclatement des mentalités, pourtant manifeste dès les débuts de la République de Weimar ; ainsi la Deutsche Demokratische Partei, tiraillée dès 1919 entre des tendances contradictoires. Toute "influence"88 s'exerce alors dans un double mouvement de désenchantement-réenchantement, dans un climat de mobilisation des classes moyennes, engagées sans en avoir toujours bien conscience dans une confrontation d'antagonismes en partie occultes. Le nouveau Mittelstand, et en particulier les Akademiker du secteur industriel, où une certaine Bürgerlichkeit progressiste est restée vivace jusqu'en 193389, vivent une juxtaposition de logiques contradictoires. Les "influences", y compris celle du Tatkreis, n'opèrent que dans une contiguïté approximative, dans l'oblique, la réfraction, la distorsion. Aussi n'est-il peut-être pas tout à fait licite de parler, à propos de ces groupes sociaux et de cette période, d'"itinéraires de fuite"90, d'"identité de substitution" voire d'éveil d'un nouveau mythe. Dans ce recours implicite au lexique de la Kultursoziologie, marxistes et non-marxistes semblent reprendre à leur compte le postulat, aujourd'hui contesté, d'une "idéologie dominante"91. Occasion de revenir au thème central du colloque : en dépit de leurs "intentions" vis-à-vis de leurs lecteurs et des stratégies délibérées de brouillage, la majorité des textes-programmes publiés ou lus par le nouveau Mittelstand92 sont en fait rongés, eux aussi, par le "cancer de la solitude"93 : bricolage hétéroclite d'éléments hétéroclites, désublimés, dé-dialectisés, essentiellement neutres : en ce sens aussi, "ni droite ni gauche".

CONCLUSION

  • 94 Allusion au texte de Valéry (1919) : cf. D. JANICAUD, op. cit., (note 33), dernier chapitre.
  • 95 Ibid,. p. 195.
  • 96 P. A. TAGUIEFF, La force du préjugé, La Découverte, 1987, p. 527, note 67. Cf. analyses des résult (...)
  • 97 D. JANICAUD, op. cit., p. 206 : "coexistence des inconciliables".

24En ces temps d'effondrement des utopies, un retour, même bref, aux années trente, et singulièrement à leur variante weimarienne, n'est peut-être pas inutile. Ne sommes-nous pas, nous aussi, aujourd'hui, rongés par une "crise de l'esprit"94 nimbée des "apparences les plus trompeuses" et "laissant difficilement saisir son véritable point"95 ? Une opacité des situations et des idéologies qui devrait nous prémunir contre les conclusions hâtives, les "reconstructions téléologiques"96 qui consisteraient par exemple à surestimer, comme on le faisait encore il n'y a guère, les affinités de ces couches techniciennes avec le national-socialisme. N'empêche que leur programme — construire une nouvelle société industrielle avec, pour tiers départageant, l'arbitrage des forces productives érigées en "troisième voie" — prêta à bien des équivoques. Au tournant des années trente, le neuer Mittelstand ne fut plus qu'un "caravansérail d'hétérogénéités"97 avec une stratégie en miettes. Phénomène qui mérite attention au moment où le débat sur pouvoir politique et savoir technique prend une ampleur nouvelle : comment maîtriser cet "arraisonnement" dont nous menace la "techno-science", comment échapper au "techno-fascisme" (André Gorz) ?

  • 98 Olivier MONGIN, in revue du Mauss, no 13, 3e trim. 1991.
  • 99 Expression de Karl Hiller au sujet de H. Zehrer et de son confusionnisme (Weltbühne, 22 septembre (...)
  • 100 D. JANICAUD, op. cit., titre du dernier chapitre.

25Certes, "droite" et "gauche", souvent ternies par "les eaux troubles de la conflictualité politique"98, peuvent nous sembler des catégories obsolètes, mais l'avertissement de Sternhell n'a pour autant rien perdu de sa validité : l'ambiguïté menaçante de "ni droite ni gauche", du "Rechasse un linos", ce slogan si souvent invoqué par ce nationale Philosophale de Zehrer99, manipulateur manipulé, est là pour nous le rappeler. Il est vrai que dans nos rêves d'aujourd'hui reconstruire l'homme signifie beaucoup moins aller "au-delà" que pratiquer des transversalités. Quer : une façon en somme d'opposer à la "crise de l'esprit" un nouvel "esprit de la crise"100.

Notes

1 Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France. Seuil, 1983.

2 L'auteur de cette contribution a déjà fourni dans plusieurs publications de nombreuses indications bibliographiques sur les nouvelles classes moyennes de la période weimarienne, et plus particulièrement sur les ingénieurs diplômés et le premier syndicat allemand d’ingénieurs (Bund deutscher angestellter Akademiker und Chemiker, BUDACI, 1919-1933). Cf. pour la plus récente mise à jour Georges ROCHE, Ingenieure als Hüter der technisch-wissenschaftlichen Legitimität : Skizze einer mittelständischen Illusion zur Zeit der Weimarer Republik. Publication de l’Institut historique allemand de Paris (1992). Sur l’approche est-allemande du problème, un bon aperçu, quoiqu'un peu ancien, in Marion SAUER, Die ingenieurtechnische Intelligenz in Deutschland in den Jahren 1918-1919 bis 1928-29. Sozialökonomische Lage und politische Haltung. Dissertation zur Promotion A. Karl Marx Universität, décembre 1984.

3 Cf. K. FRITZSCHE, Politische Romantik und Gegenrevolution. Fluchtwege in der Krise der bürgerlichen Gesellschaft. Das Beispiel des Tat-Kreises. Suhrkamp, 1976.

4 C. COLLIOT-THELENE, Max Weber et l'histoire. P.U.F., 1990, p. 85-89.

5 Tendance à contre-courant inventoriée par plusieurs contributions ("commentaires" de D. LACKBOURN et P. LANDAU) in J. KOCKA (dir.), Bürger und Bürgerlichkeit im XIX. Jahrhundert. Vandenhoeck, 1987.

6 Deux publications récentes en donnent plusieurs pistes :
- Socialisme et classes moyennes en France et en Allemagne. Matériaux pour l'histoire de notre temps, Bulletin de la BDIC, Nanterre, no 17, oct.-déc.1989.
- Histoire d'Allemagne, in revue Vingtième Siècle, Revue d'histoire no 34, avril-juin 1992, notamment article de H. G. HAUPT sur les deux historiographies, ouest-et est-allemande.

7 L'expression est de Castoriadis. Cf. Wolf LEPENIES, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft. Hanser, 1985, trad. fr. Les trois cultures. Entre science et littérature, l'avènement de la sociologie. Editions Maison des Sciences de l'Homme, 1990.

8 Cf. revue du Mauss, no 13, 3e trim. 1991, Droite ? Gauche ? et no 14, article d'André GORZ, Droite, gauche, essai de redéfinition.

9 L’historiographie est-allemande, même si de sérieuses réserves s'imposent, fournit de précieux outils de travail, en particulier Dieter FRICKE (dir.), Die bürgerlichen Parteien in Deutschland. 1830-1945, Berlin : 1968 (2 tomes) ; articles sur Gesellschaft für soziale Reform, Verein für Sozialpolitik. Evangelischer Bund zur Wahrung deutschprotestantischer Interessen, Evangelisch-sozialer Kongreβ, Volksverein für das katholische Deutschland, Republikanische Union.

10 Sur le Verein Deutscher Ingenieure, cf. à l'Est Walter JONAS, Die Geschichte des VDI. 1856-1880. Habilitation, Berlin-Est 1962 : la phase initiale et héroïque du VDI reste une constante référence identitaire. Pour l'historiographie de l'Ouest, très proche de l'actuelle orientation du VDI (tout comme l'étude de K. TUCHEL sur F. Dessauer), cf. K. H. LUDWIG et W. KÖNIG (dir.), Technik, Ingenieure und Gesellschaft. Geschichte des VDI. 18561981.Düsseldorf, 1981.

11 Cf. Wissenschaftliche Zeitung de la Technische Universität de Dresde, 1984-1, p. 5-sq. Cf. aussi G. BANSE, S. WOLLGAST, Biographien bedeutender Techniker, Ingenieure und Technik-wissenschaftler. Berlin-Est, 1983.

12 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome I, p. 82.

13 À rapprocher de D. LINDENBERG, Les années souterraines. 1937-1947, La Découverte, 1990. Cf. aussi L. BOLTANSKI. Les Cadres, la formation d'un groupe social. Editions de Minuit, 1982, chap. 1, "La crise des années trente".

14 Cf. D. FRICKE, op. cit., rubrique du tome II.

15 Phénomène plusieurs fois annoncé par Max Weber : cf. C. COLLIOT-THELENE, op. cit., chap. III, "Rationalisation et désenchantement du monde".

16 Cf. Christophe CHARLE, Naissance des "Intellectuels", 1880-1900. Ed. de Minuit, 1990, surtout introduction et conclusion comparant France et Allemagne. Cf. aussi Dietz BERING, Die Intellektuellen. Geschichte eines Schimpfwortes, Klett-Cotta, 1978.

17 Cf. Philippe RAYNAUD, Max Weber et les dilemmes de la raison moderne, P.U.F. 1987, surtout ΙΙI° Section, chap. 2.

18 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome I.

19 Cf. D. BERING, op. cit., p. 85 et p. 86, trop brève comparaison avec les dreyfusards, ce qui laisse l'échec allemand inexpliqué.

20 Ibid.

21 Cf. Ch. CHARLE, op. cit., p. 232. Ce que les marxistes appelaient alors, à juste titre, l’"armée de réserve" : cf. Clara ZETKIN, Zur Intellektuellenfrage.

22 Ibid., p. 230.

23 Ibid., p. 232.

24 Bund angestellter Akademiker und Chemiker, 1919-1933. (Effectif maximum de 8 000 adhérents). La Vela (Vereinigung der leitenden Angestellten), rassemblement de cadres de direction, mais sans statut syndical, comptait environ 25 000 membres.

25 Cf. M. DESCOSTES et J.-L. ROBERT, Clefs pour une histoire du syndicalisme-cadre, Editions Ouvrières, 1984.

26 Cf. Volker HUNECKE, Der Kampf ums Dasein und die Reform der technischen Erziehung im Denken Alois Riedlers, in R. RÜRUP (dir.), Wissenschaft und Gesellschaft. Beiträge zur Geschichte der T.U. Berlin (1879-1979), tome I, p. 301-314.

27 Die Ziele der technischen Hochschulen. 1896, cité par HUNECKE, op. cit., p. 302.

28 Cf. Hans EBERT et Karin HANSEN, Georg Schlesinger und die Rationalisierungsbewegung in Deutschland, in Wissenschaft und Gesellschaft, op. cit., tome I, p. 315-334.

29 Avant 1914, Schlesinger avait été étroitement associé aux enquêtes du Verein für Sozialpolitik sur le comportement des ouvriers de la grande industrie : cf. H. EBERT, op. cit., p. 326.

30 Berliner Tageblatt du 24 septembre 1919, cité in H. EBERT, op. cit., p. 328.

31 Pour une analyse comparative, cf. L. BOLTANSKI, op. cit., chap.1, passim.

32 Die Erziehung des technischen Nachwuchses in Amerika, 1925, cité in H. EBERT, op. cit., p. 324.

33 Cf. G. WETTSTÄDT, Ideologie im Zwielicht. Zur Kritik der bürgerlichen Ideologie, no 37, Akademie Verlag, Berlin Est (1974) (approche assez simplificatrice) ; Klaus TUCHEL, Die Philosophie der Technik bei Fr. Dessauer, Francfort 1964 (proche des orientations du VDI des années 60 et de son cercle d'études, Mensch und Technik). Cf. Dominique JANICAUD, À nouveau la philosophie, Albin Michel, 1991, pour l'actualisation du problème, notamment p. 81-93.

34 D. JANICAUD, op. cit., p. 83.

35 W. LEPENIES, note 7.

36 Revue C.F.D.T. Aujourd'hui, no 100 (mars 1991), entretien avec P. Bourdieu, p. 118.

37 Cf. note 27.

38 Mais avec des réserves croissantes pour son projet de réforme de l'enseignement.

39 Cf. W. LEPENIES, op. cit., p. 244.

40 P. DUPUY, Le sacrifice et l'envie. Le libéralisme aux prises avec la justice sociale. Calmann-Levy, 1992.

41 Ibid., p. 47.

42 Ibid., p. 10.

43 Philippe RAYNAUD, op. cit., p. 130-135.

44 Cf. K. FRITZSCHE, op. cit., p. 353, note 93.

45 K. FRITZSCHE cite fréquemment Die Tat : p. 145, le programme de Zehrer dans le numéro-manifeste d'octobre 1929. "Intelligenz, das heiβt eine geistige Führerschicht ohne Bataillone" (p. 73 et 115) : à rapprocher des analyses de Ch. CHARLE (op. cit.) sur le pouvoir symbolique, et des remarques de D. LINDENBERG sur les équivoques de la "révolution spiritualiste" comme ersatz de la révolution socialiste (op. cit., p. 91).

46 Cf. KRACAUER, Die Angestellten, (1930) : "Das Haus der bürgerlichen Begriffe und Gefühle /.../ ist eingestürzt", cité in E. K. FRITZSCHE, op. cit., p. 69.

47 Cf. K. H. LUDWIG et W. KÖNIG (dir.), Technik. Ingenieure und Gesellschaft. Geschichte des V.D.1. 1856-1981, Düsseldorf, 1981 : analyse controversée, qui s'appuie cependant sur quelques faits majeurs comme la création par le VDI, dès la fin de la guerre, du Reichsbund deutscher Technik, organisation orientée dans cette phase vers l'engagement politique.
Cf. J. KOCKA (dir.), Zur Problematik der deutschen Angestellten. 1914-1933, Vandenhoeck, 1982 : l'évolution des Mittelschichten vers la gauche se serait arrêtée en 1922.
Pour l'historiographie est-allemande, cf. W. BRAMKE, Zum Verhalten der Mittelschichten in der Novemberrevolution, Z.f.G., 1983/8, p. 695 et sq.

48 Philippe BURRIN (La dérive fasciste. Doriot. Déat, Bergery. Le Seuil, 1986) souligne le danger d'une "dissociation de l'idéologique et du politique" (p. 20).

49 Un résumé pratique de la question in Marion SAUER, op. cit. chap. VIII, "KPD und ingenieurtechnische Intelligenz".

50 Die Internationale. Cahiers 11-12, 1919.

51 Ibid., Cahiers 15-16, 1919.

52 Dokumente und Materialien zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, tome II, Berlin-Est, p. 382-sq.

53 Comme l'atteste la présence de Torgler au congrès du Butab de 1926. Cette opposition techniciens-ingénieurs diplômés, qui deviendra bien vite en Allemagne Butab contre Budaci (fédération d'ingénieurs diplômés), a, nous l'avons vu, son pendant en France : USTICA contre USIC. Cf. M. DESCOSTES et J. L. ROBERT, op. cit. et L. BOLTANSKI, op. cit., surtout I, 1.

54 Synthèse très complète dans le bulletin BDIC no 17, op. cit., notamment H. A. WINKLER, "Social-démocratie et classes moyennes sous la République de Weimar".

55 Intelligenz est traduit par "carrières libérales" : cf. Ch. CHARLE, op. cit., p. 228.

56 Sous Weimar, certains spécialistes des classes moyennes renoncent à cette notion. Ainsi Lederer, qui avait publié en 1912 Die Privatangestellten in der modernen Wirtschaftsentwicklung, revient en arrière in LEDERER-MARSCHAK, Der neue Mittelstand, in Grundrisse der Sozialökonomik, IX, 1926.

57 In B.D.I.C. no 17, op. cit, et, du même, Vom neuen Mittelstand zum Volksgenossen, Munich :1986.

58 A. BERGOUGNOUX et B. MANIN, La social-démocratie ou le compromis. Paris, 1979.

59 W. BÜTTNER, Ingenieur. Volk und Welt. Leipzig : 1927.

60 Cité in K. FRITZSCHE, op. cit., p. 141.

61 D. LINDENBERG, op. cit., p. 166-177 : "Marcel Déat et l'homme à reconstruire".

62 Ch. CHARLE, op. cit., p. 9.

63 Terme que Ph. BURRIN n'explicite nulle part dans son ouvrage (cité).

64 Tous parus dans la série des Sozialpolitische Schriften du Budaci. Chez Déat, la dislocation se fait plutôt au niveau du pacifisme et non du productivisme (Cf. Ph. BURRIN, op. cit.).

65 Fait révélateur des illusions nourries par Schwerber, puisque ce point 13 n'était plus pour les nationaux-socialistes une priorité.

66 Dès la seconde moitié des années vingt apparaît l'éloge du mittlerer Unternehmer, soi-disant survivance de l'ère libérale (Bulletins d'ingénieurs et Tatkreis).

67 POLLAK et RUFFAT, Cahiers de L'Institut de l'Histoire du Temps Présent. no 29, p. 28.

68 Pour une comparaison avec la France, cf. D. LINDENBERG, op. cit., chap. 6 : "Les hommes de la communauté", moins sévère que L. BOLTANSKI pour le catholicisme social.

69 Ch. CHARLE, op. cit., p. 231.

70 Cf. note 33.

71 Cf. D. FRICKE, op. cit., tome II, rubriques Republikanische Union et Zentrum.

72 Niemandsland der Entschluβlosigkeit. L'expression est de K. O. PAETEL, Versuchung oder Chance ?, cité in E. K. FRITZSCHE, op. cit., p. 12.

73 D. LEHNERT et K. MEGERLE, Identitäts-und Konsensprobleme in einer fragmentierten Gesellschaft. Zur politischen Kultur in der Weimarer Republik in Dirk BERGSCHLOSSER et Jakob SCHISSLER, Politische Kultur in Deutschland. Politische Jahresschrift, Sonderheft 18, Opladen. 1987. Cf. Werner ABELSHAUSER, Aux origines de l'économie sociale de marché. Etat, économie et conjoncture, in revue Vingtième siècle, citée note 6.

74 Françoise BALIBAR, Einstein 1905. De l'éther aux quanta. P.U.F., 1992.

75 D. CASSIDY, G. Hertz. H. Geiger und das Physikalische Institut der T.U. Berlin, in R. RÜRUP, op. cit., tome I, p. 373 et sq.

76 Dans l'héritage du xixème siècle, l'idéologie des ingénieurs diplômés était souvent très proche de celle du fonctionnaire, comme en témoigne la formule, encore usuelle sous Weimar, de Privatbeamte. Après 1918, les divergences vinrent surtout des modalités de rémunération et d'assurances sociales. Cf. Andreas KUNZ, Stand versus Klasse (à propos des réductions de personnel de 1923-24) in Geschichte und Gesellschaft, 1982, no 8, p. 55-86.

77 C. COLLIOT-THELENE, op. cit., p. 85.

78 Cf. Gilbert MERLIO, "Sur la pensée de G. Simmel", in Etudes Germaniques, janvier-mars 1992, p. 69-70 (présentation de la thèse de F. LEGER, La pensée de G. Simmel, Editions Kimé, 1989).

79 Philippe RAYNAUD, op. cit., p. 93-111.

80 François DOSSE, L'histoire en miettes. Des "Annales" à la nouvelle histoire. La Découverte, 1987.
Sur la construction du syndicalisme, cf. revue Genèses (no 3), notamment Ph. CORCUFF, "Le catégoriel, le professionnel et la classe", p. 55-72.

81 Ambiguïté de la formule de Ph. BURRIN : "Les dissidences et les revirements politiques ne sont pas la propriété exclusive des années trente ; on peut en réalité parler d'un phénomène typique de l'univers politique à l'âge démocratique" (op. cit., p. 11).

82 L. BOLTANSKI, op. cit., p. 65.

83 W. ABELSHAUSER, art. cit., p. 78, notion de positive Staatswirtschaftspotitik. Contrairement à W. Abelshauser, nous estimons que le Verein für Sozialpolitik voit son audience se réduire au cours des années vingt.

84 L. BOLTANSKI, op. cit., p. 58 ("illusions de l'intemporalité"). Cf. critique de Die Entscheidung. Eine Untersuchung über Ernst Jünger. Carl Schmitt. Martin Heidegger de Ch. von Krockow (Göttinger Abh.z.Soz.,3, Stuttgart 1958) in FRITZSCHE, op. cit., p. 63 note 62, et critique des "Trois Cultures" de W. Lepenies in Entretien avec Bourdieu, art. cit., note 36.

85 J. P. FAYE, Langages Totalitaires, Hermann, 1972, p. 395-6.

86 J. P. FAYE, Théorie du récit, Hermann, 1972, p. 112.

87 Il faut dire que Faye s'en défend : "Mais bien entendu, les transformations combinées du discours ne sont pas l'action" (Théorie, op. cit., p. 112). Qu'entendre par "registres lourds" ? (Théorie, op. cit., p. 43).

88 "Influence", "causalité", autant de notions qui gagneraient à être redéfinies.

89 Cf. KOCKA, note 5.

90 Allusion au sous-titre de l'ouvrage de Klaus FRITZSCHE déjà cité : "Fluchtwege in der Krise der bürgerlichen Gesellschaft".

91 Cornelia KLINGER et Ruthard STÄBLEIN, Identitätskrise und Surrogat-Identitäten. Zur Widerkehr einer romantischen Konstellation (Campus 1989), en particulier Gilbert MERLIO, "Identitätskrise und Dekadenzmythos", article au demeurant très suggestif.

92 Il faudrait ici mieux distinguer les deux niveaux, celui du producteur d'idéologie et celui de la clientèle des lecteurs.

93 Einsiedlerkrebs, formule appliquée a posteriori par Wirsing à H. Zehrer et qui nous invite à prêter plus d'attention à l'aspect psychotique de ces discours.

94 Allusion au texte de Valéry (1919) : cf. D. JANICAUD, op. cit., (note 33), dernier chapitre.

95 Ibid,. p. 195.

96 P. A. TAGUIEFF, La force du préjugé, La Découverte, 1987, p. 527, note 67. Cf. analyses des résultats éléctoraux par J. FALTER et Hartmut BÖMERMANN, Die Wählerpotentiale 1920-1933, in D. LEHNERT et K. MEGERLE, Politische Identität und nationale Gedenktage. Opladen, 1989.

97 D. JANICAUD, op. cit., p. 206 : "coexistence des inconciliables".

98 Olivier MONGIN, in revue du Mauss, no 13, 3e trim. 1991.

99 Expression de Karl Hiller au sujet de H. Zehrer et de son confusionnisme (Weltbühne, 22 septembre 1930, cité in K. FRITZSCHE, op. cit., p. 358 note 184). Zehrer a volontiers recours au terme de Mythos : cf. Rechts oder Links ? article de Die Tat de 1930, cité in K. FRITZSCHE, op. cit. p., 125 : "Die soziale Heterogeneität... durch das Band eines neuen Mythos". Cf. aussi la critique de l'évolution du Tatkreis par Sontheimer (Ibid., p. 394).

100 D. JANICAUD, op. cit., titre du dernier chapitre.

Auteur

Université de Grenoble

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540