Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

II - ITINÉRAIRES

Nationalisme révolutionnaire. Les écrits politiques de Jünger sous la République de Weimar

Harro Segeberg

Texte intégral

1. Jünger et la " Révolution Conservatrice" en Allemagne

  • 1 Cf. Peter Alter, Nationalismus. Francfort/Main : 1985 (édition Suhrkamp 1250).
  • 2 Cf. Jeffrey Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture and Politics in Weimar and the Third (...)
  • 3 Louis Dupeux, "Nationalbolchevismus in Deutschland 1919-1933 (d'abord Paris : 1979). Munich : 1985 (...)
  • 4 Comme résumé critique de la thèse de la "voie particulière", cf. Helga Grebing, Der "deutsche Sond (...)

1La recherche récente sur le nationalisme a fait ressortir à juste titre la modernité d'un nationalisme libéral et démocratique soucieux de participation et d'autodétermination politiques. C'est surtout en Allemagne que, face à ce nationalisme de gauche adepte de la participation et de l'égalité des droits pour toutes les nations, on peut très nettement distinguer, dès la deuxième moitié du xixe siècle, un nationalisme "chauviniste" de droite, de tendance le plus souvent restauratrice, érigeant en absolu sa propre nation1. C'est avant tout l'idéologie du sang et du sol, cette idéologie critique de la civilisation apparue au début du xxe siècle, qui a convaincu les chercheurs de la prédominance d'un nationalisme "réactionnaire" aux tendances nettement antimodernes. Par contre, les contradictions d'une "modernité réactionnaire"2 n'attiraient encore guère l'attention des spécialistes du nationalisme. Ainsi considérée, la modernité d'une "Révolution Conservatrice"3 semble donc représenter jusqu'à maintenant tout au plus une "voie allemande particulière supplémentaire"4.

  • 5 Cf. H. Segeberg. In : H. Segeberg, éd., Vom Wert der Arbeit. Zur literarischen Konstitution des We (...)

2Ce bref essai, qui se réfère à des exposés plus détaillés concernant l'évolution de Jünger sous la République de Weimar5, se propose de soumettre, à la lumière des écrits politiques de Jünger, la prétention à la modernité des idées nationalistes de droite sous la République de Weimar à une étude critique. Les articles politiques de Ernst Jünger, portant la marque de multiples écrivains de ce qu'on appelle la "Révolution Conservatrice", tels Carl Schmitt, Oswald Spengler ou Ernst Niekisch, doivent en effet être considérés comme un excellent exemple, et ce dès l'époque même de leur parution, d'un nationalisme révolutionnaire qui, en tant que "nouveau nationalisme", se distingue nettement de toutes les variantes traditionnelles après quelques tentatives passagères pour prendre appui sur celles-ci.

2. Nationalisme traditionnel et nationalisme révolutionnaire

  • 6 Cf. E. Jünger, "Revolution und Idee", in Völkischer Beobachter v. 23/24. 9. 1923.
  • 7 Cf. les indications de Dupeux, "National bolchevismus (voir note 4), p. 257.
  • 8 Titres cités par la suite en abrégé dans le texte : Arm., Vo., Dvo., avec indication du volume et (...)

3Après un premier flirt avec la révolution national-socialiste de 19236, Jünger commença sa carrière de journaliste en 1925, dans l'hebdomadaire Standarte (L'étendard). Celui-ci parut à peine six mois, à environ 150 000 exemplaires, en tant que supplément du Stahlhelm (Le casque d'acier), l'hebdomadaire de la ligue national-conservatrice d'anciens combattants du même nom7. Dans ces éditoriaux, Jünger, sous-lieutenant pendant la Première Guerre mondiale, titulaire de l'ordre "Pour le mérite", indubitablement très populaire auprès des anciens combattants de la ligue, se prononce sur le programme et la stratégie d'un nationalisme révolutionnaire. Tandis que ses premiers arguments s'orientent nettement vers le rattachement aux idées traditionnelles, il radicalise ensuite sa pensée, revendiquant pour les élites combattantes nationalistes et révolutionnaires le droit révolutionnaire à diriger, rendant ainsi inévitable la rupture avec la direction du Stahlhelm. La Standarte se vit donc dans l'obligation de paraître de façon autonome à partir de mars 1926 et, en tant qu'"hebdomadaire du nouveau nationalisme", de s'appuyer uniquement sur le radicalisme exclusif de son propre groupe de référence, ce qui plus tard fut également le cas de Arminius, du Vormarsch ou du Deutsches Volkstum8. Seul Jünger réussit avec ses ouvrages encore beaucoup cités aujourd'hui, Die totale Mobilmachung (1930) et Der Arbeiter (1932), à obtenir après 1930 un succès spectaculaire auprès du public, débordant largement les limites du camp "nationaliste" au sens strict.

4Jünger commence donc par des articles dans lesquels il reprend, dans l'esprit du temps (sous des titres aussi caractéristiques que "La tradition" ou "L'ancien combattant et l'ère wilhelminienne"), l'idée, déjà classique pour le nationalisme allemand, de l'étatisation d'un nationalisme linguistique et culturel antérieur à l'Etat, sans beaucoup se soucier des problèmes qui s'y rattachent. Car, pour Jünger, les prémisses d'une politique nationaliste seraient l'unité "organique" nationale du "sang", de la langue et de la culture, ancrée en l'homme par la "fatalité de la naissance" (8-11-1925). L'objectif qui en découle, c'est la réunion de tous les Allemands vivant en Europe à l'intérieur d'un seul Etat, d'un "grand et puissant Reich" pourvu d'une armée, d'une flotte et de colonies, c'est-à-dire un Etat d'importance mondiale (Std., 20-9-1925). Mais l'exigence d'un tel "impérialisme national" (ib.) ne signifie nullement le refus chauviniste d'un "cosmopolitisme", qui, comme chez Goethe, "derrière la multiplicité des phénomènes nationaux voyait le grand mouvement culturel unique" (Std., 22-11-1925). Seulement, le dynamisme de ce mouvement relevant au xxe siècle d'un déterminisme technico-industriel, ce n'est plus un drame de Shakespeare ou un Voltaire qui décide du "progrès ou de la décadence" des peuples (Std., 22-11-61925). On devrait plutôt dire selon Jünger que l'idée originelle du nationalisme moderne de la culture, à savoir la représentation de la concurrence des nations civilisées, marquée de l'empreinte du cosmopolitisme, ne pouvait être transformée en un nationalisme de l'économie et de la technique orienté vers l'avenir avec des ambitions de "puissance mondiale", qu'en tant que "compétition" d'"impérialismes nationaux". (Std., 20-9-1925, 22-11-1925). Dans cette concurrence, la conquête du "marché mondial" remplace la guerre mondiale (20-9-1925).

  • 9 Cet essai, qui a rendu Jünger au moins suspect même chez ses adversaires, parut pour la première f (...)

5Le "nationalisme" compris comme foi dans la force vitale de la nation (Std.1, H.1, 1926 : 3) doit donc s'approprier le dynamisme d'une modernité technico-industrielle. Dans le conflit qui a surgi au cours du xixe siècle entre les idéologues de la grande ville et ceux de la campagne, un nationalisme moderne ne peut donc – Jünger l'affirme toujours plus fermement – que se prononcer en faveur des "forces de la grande ville, /.../ pour la machine, la masse" (DVo 8, no 8, 1926 : 579). Par voie de conséquence, Jünger a critiqué dans l'"américanisme" (ib.) de son temps non pas le culte de la machine, mais la loi du nombre entendue comme principe de décision libéral et démocratique manié de façon purement formelle et dont la mise en application ne peut que ruiner la cohésion interne d'une volonté nationaliste commune homogène (ib. 579). Aux yeux de Jünger, la démocratie représentative, qui sépare les pouvoirs au lieu de les réunir, non seulement ne favorise pas, mais empêche même la "mobilisation totale" de toutes les ressources matérielles et morales d'un "impérialisme national" (cf. l'ouvrage Die totale Mobilmachung de 19309). C'est pourquoi, même en Amérique, ce n'est pas le parlement mais la "coopération entre l'état-major américain et l'industrie" qui est le moteur du progrès technique et industriel (ToM. 7). L'idée du libéralisme bourgeois ne survit, comme l'a montré par exemple la Première Guerre mondiale, que sous la forme d'une idéologie de la propagande mise au goût du jour et ainsi employée pour affaiblir les grands Etats concurrents. Le "nouveau nationalisme" de Jünger renonce donc par principe à tous les "organes parlementaires mous" (DVo 8, no 8, 1926 : 580) et combat au contraire pour le maintien de la "pureté et de la rigueur du mouvement", un mouvement dégagé de toute influence idéologique ou limitation institutionnelle imposée de l'extérieur (Std. 1, H. 10, 1926 : 225).

  • 10 Sur le concept de "nationalisme intégral" principalement antiparlementaire cf. Alter, Nationalismu (...)
  • 11 Cf. Das Tagebuch 10 (1929), no 38, p. 1552. Cité par la suite en abrégé Tgb.

6Le nationalisme de Jünger est par suite aussi "intégral"10 qu'antilibéral, puisqu'il est fasciné uniquement par l'idée d'une synthèse aussi harmonieuse que possible entre nationalisme et expansion technico-industrielle. Ce type de modernisme nationaliste était incompatible avec l'idéologie d'un rassemblement à la fois conservateur et traditionnel organisé en associations et en partis. Car, pour Jünger, le "contenu de plus en plus éphémère de tous les liens" (ToM. 5), qui caractérise le dynamisme de la modernité, interdit la restauration d'ordres traditionnels tout comme la division libérale et démocratique d'une volonté nationaliste commune. C'est ainsi que, sur la scène politico-littéraire de la République de Weimar, Jünger devient le principal critique de tout ordre institutionnel aliéné. En 1929, le Tagebuch libéral de gauche ayant invité Ernst Jünger à exposer pour ses lecteurs les différences entre un "nouveau nationalisme" révolutionnaire et un nationalisme conservateur et traditionnel, l'auteur est présenté dans l'avant-propos comme le "chef spirituel incontesté de ce jeune nationalisme"11.

3. Fondamentalisme nationaliste et national-socialisme

7Le développement d'un "anti-institutionnalisme" extrêmement agressif fait de Jünger, dans les années 1926 à 1930 environ, toujours davantage le porte-parole d'un fondamentalisme nationaliste radical de droite nettement distinct aussi bien du libéralisme de caractère occidental que du conservatisme traditionnel de provenance nationale allemande. Ainsi Jünger défend-il très tôt — par exemple contre un mouvement de rassemblement décrété d'en haut [à la manière du Front de Harzburg de 1931] — le principe d'une révolution permanente dont le dynamisme devrait résulter de l'alternance permanente entre organisation formelle et informelle. Pour lui, une révolution de ce type ne peut donc s'organiser que sous la forme d'un ordre spontané, pourvu d'une autorité naturelle, dont les chefs devraient à l'heure du combat abandonner immédiatement le principe d'un "commandement suprême" et de "troupes disciplinées" placées sous les ordres de celui-ci (Arm. 7, no 41, 1926 : 8). Car, dans une "action /.../ qui doit rester à 100 % mouvement", tout corps susceptible d'être capturé représenterait un affaiblissement (ib. 10). Une "direction centrale" ne peut résulter que de l'action conjuguée d'élites combattantes autonomes chaque fois consolidées en elles-mêmes (Std., 14-3-1926). "Mais tout est encore en devenir, et ce qui devient n'a pas de centres" (ib.).

  • 12 Jünger in : Widerstand 4, no 10, (1929), p. 295 s.

8En harmonie avec ce concept de révolution "nationaliste" illimitée et permanente, Jünger se présente lui-même et présente ses amis politiques comme les héritiers légitimes de tous les mouvements révolutionnaires authentiques, depuis la Révolution française jusqu'au soulèvement bolcheviste en Russie, et revendique par là un droit à en prendre la tête auquel devraient se soumettre toutes les ligues et tous les partis traditionnels existants. Car, dans l'accélération par principe illimitée d'un dynamisme révolutionnaire, Jünger veut d'une part dépasser la révolution allemande de 1848 (Arm. 7, no 41, 1926 : 11), les "moments les plus fous de la Convention (jacobine)", la terreur de ligues secrètes nationalistes (DVo.11, no 8, 1929 : 576, 580) et le "communisme de Trotski comme mouvement de lutte" (Std., 25-10,1925) ; d'autre part, il lui importe également de stigmatiser la soumission tactique aux règles du jeu parlementaire qui avait été imposée par Hitler contre l'aile "révolutionnaire" de son propre parti (après l'échec du putsch de novembre 1923), parce qu'il y voit l'effritement d'une volonté nationaliste commune cimentée seulement "par la passion" (Arm.7, no 41, 1926 : 10). Dans le conflit avec un national-socialisme en train de "s'embourgeoiser", Jünger est tout entier un fondamentaliste nationaliste. Il est si fortement convaincu de l'incompatibilité de principe entre un "fascisme allemand" conséquent (Arm.7, no 41, 1926 : 10) et un Etat constitutionnel procédurier sans autre ambition que de maintenir l'équilibre entre le particularisme des partis et des groupes, que le succès dans le jeu parlementaire lui apparaît comme une cause d'extrême affaiblissement intérieur : selon lui, les succès électoraux sont nuisibles parce qu'ils réduisent en miettes, dans les luttes électorales et les intérêts de partis, la certitude existentielle qui fonde la vérité de la politique nationaliste (Arm.7, no 41, 1926 : 10 ; cf. aussi Std.1, no 17, 1926 : 392 et 395 ; Vo.1, 1927/28 : 247). L'éloignement croissant de Jünger vis-à-vis du national-socialisme reposait donc en premier lieu sur son antiparlementarisme intransigeant. Par contre il lui reste longtemps lié "d'amitié, positivement plein de sollicitude envers des camarades"12, envers un élément constitutif d'un mouvement "nationaliste" supérieur à tous les partis et à tous les groupes.

  • 13 Carl Schmitt, Der Begriff des Politischen (1927/1932). Réédition inchangée. Berlin (Ouest) : 1987, (...)
  • 14 Voir par exemple Klaus Mann 1930 : "La pensée de Jünger est caractérisée par une forte intensité e (...)

9Jünger ne combat donc pas des majorités empiriques mais la structure fondamentale "intelligible" du parlementarisme, semblable à elle-même au travers des changements de majorités (Journal 10, no 38, 1929 : 1555). Il faut donc renforcer les tensions politiques et sociales plutôt que de les atténuer par la participation à des élections ou même à des référendums (ib. 1556). Politique veut dire ici (comme il est exposé dans le célèbre essai de Carl Schmitt Der Begriff des Politischen, 1927-1932) augmentation du "degré d'intensité" d'une situation conflictuelle, mais nullement concurrence des partis comme "adversaires discutant entre eux" telle qu'elle est réglée par les institutions parlementaires13. Ce radicalisme intransigeant, qui affirmait avoir surmonté toute forme d'égoïsme partisan, a même réussi à impressionner des critiques du parlementarisme à gauche14.

  • 15 Cf. pour plus de précisions sur ce sujet : Iring Fetscher, Rousseaus politische Philosophie. Zur G (...)
  • 16 Lettre de Jünger à Carl Schmitt du 14-10-1930, citée d'après Heimo Schwilk, Ernst Jünger. Leben un (...)
  • 17 Schmitt, Begriff (cf. note 13), p. 27.

10On comprend cette sorte de fascination débordant le cadre des partis lorsqu'on réfléchit à l'aboutissement du dynamisme révolutionnaire proclamé par Jünger aussi radicalement qu'ouvertement : c'est l'utopie rousseauiste radicalisée et devenue style de combat des élites révolutionnaires, cette utopie d'une volonté morale commune15 capable de libérer les individus du particularisme de leurs partis et de leurs associations. Chez Jünger, à la différence de Rousseau, cette volonté devrait être toujours imposée, même contre la volonté d'une majorité parlementaire hostile. Jünger voyait en effet dans le remplacement de la règle quantitative de la majorité par le principe existentiel d'émotion (Betroffenheitsprinzip) le "coup" décisif que le célèbre essai de Carl Schmitt Der Begriff des Politischen (1927) pouvait porter au parlementarisme de Weimar avec une "assurance, un sang-froid et une méchanceté sans défaut"16. Quand par exemple Carl Schmitt écrit que "la possibilité de connaître et de comprendre exactement, et par là-même le droit de s'exprimer et de juger [n'étaient accessibles] que par la participation et la collaboration existentielles"17, Jünger déduit de la possibilité d'expérimenter existentiellement la volonté commune le devoir pour les individus de la mettre en pratique directement et totalement, refusant de prendre en compte des procédures parlementaires dans la recherche d'une volonté majoritaire forcément dépourvue de caractère. Il pense au contraire qu'"il importe peu que la volonté nationale soit représentée par un nombre de voix plus ou moins grand selon les époques, puisqu'elle est de toute façon incontestablement la bonne" (Std. 29-11-1925). La conception de Jünger, pour qui une nation est une communauté strictement révolutionnaire, est incompatible avec l'idée d'une volonté majoritaire toujours interchangeable.

4. Impérialismes nationaux dans l'Etat du travail planétaire de l'avenir

  • 18 Cf. Carl Schmitt, Die Diktatur. Von den Anfängen des modernen Souveränitätsgedankens bis zum prole (...)

11Pour résumer nos réflexions précédentes : le nationalisme révolutionnaire de Jünger peut s'interpréter comme une tentative de transformer l'énergie d'une nation, libérée de toutes les influences extérieures gênantes, en instrument d'une modernisation qui, dans la souveraineté d'une dictature communautaire (où l'on ne peut pas ne pas reconnaître aussi la marque de Carl Schmitt)18, nationale et impérialiste, est non seulement affranchie, mais également recentrée afin de montrer la voie à suivre.

  • 19 Cité ensuite simplement avec Arb. plus indication de la page, d'après Ernst Jünger : Der Arbeiter. (...)

12Car l'idée directrice développée par Jünger dans ses ouvrages Die totale Mobilmachung (1930) et Der Arbeiter (1932)19, l'idée de la "construction organique", d'une "fusion intime et harmonieuse de l'homme avec les outils dont il dispose" (Arb., 178 s.), ne voit pas (comme on l'imagine fréquemment) dans l'utopie d'une technique livrée à elle-même le but d'un "nationalisme moderne fortement infiltré d'éléments de la conscience" (ToM. : 19). Ce dernier l'emporte au contraire partout où les objectifs d'une nation peuvent être conciliés et conjugués avec les exigences d'une discipline de travail abstraite parce que mise en œuvre par la technique. Dans la relation harmonieuse entre objectif et moyen de ce type de "démocratie du travail" organico-autoritaire, national-révolutionnaire (269), Jünger aperçoit toujours plus le principe "métaphysique" de la "figure" qui régit toute évolution, à la fois empirique et historique.

  • 20 Expression due au critique R. Ibel, Leben und Technik. A propos du livre de Jünger "Der Arbeiter". (...)
  • 21 En ce qui concerne tous ces faits, cf. maintenant la documentation présentée par Schwilk, Jünger ( (...)

13Une analyse (elle n'a toujours pas vu le jour) détaillée du Arbeiter et de son influence pourrait montrer à quel point Jünger a effrayé, stupéfié, choqué ou même fasciné ses lecteurs (selon leur position) avec cette "révolution platonicienne"20 de toutes les idées traditionnelles sur le travail. Car, si Jünger prend pour exemples d'une modernisation "nationaliste" qui amalgame en quelque sorte toutes les "classes et toutes les conditions sociales" (Arb., 227), "la mise en valeur de régions sibériennes modernes", "l'occupation de la Palestine par les sionistes" (Arb., 282) ou le "mouvement anticolonialiste des peuples de couleur" (ToM. : 19), ce qui frappe là-dedans, c'est la façon radicale dont le bolchévisme, le fascisme, le sionisme ou l'anticolonialisme se voient dépouillés des différences qualitatives de leurs programmes et appréciés seulement comme des degrés divers de l'approche de la pureté d'un type d'extension planétaire. L'auteur du Arbeiter a de ce fait, dès avant 1933, rejeté à sa manière toute offre d'un rôle représentatif dans l'Allemagne national-socialiste — différant en cela des penseurs Carl Schmitt et Martin Heidegger avec lesquels il sympathisait sur beaucoup de points. Invité à entrer dans "l'Académie allemande des belles-lettres", épurée de tous les écrivains amis de la République, Jünger répondit en renvoyant à l'une des parties "révolutionnaires culturelles" de son Arbeiter21. Il y avait déjà raillé abondamment le dessein de "faire grandir de nouvelles générations d'administrateurs et de fonctionnaires de la culture afin de promouvoir avec leur aide un inepte sens de la vraie grandeur du peuple" (Arb., 198).

14La manière radicale dont Jünger dit adieu à tout travail d'agitation littéraire et se réfugie dans une sphère de contemplation de la "forme" précédant de beaucoup toute évolution empirique (Gestalt) ne pouvait pas ne pas modifier ses relations avec le mouvement nationaliste révolutionnaire. Le Arbeiter de Jünger dépasse en effet tous les essais nationaux-bolchévistes comparables, c'est-à-dire transgressant les frontières des groupes, celui d'un K.O. Paetel (cf. son ouvrage intitulé Sozialrevolutionärer Nationalismus, de 1930) ou celui d'un Ernst Niekisch (cf. Dritte Imperiale Figur de 1935), encore en ceci que, même chez ces représentants d'un type actif de travailleurs, il ne voulait voir que l'incarnation limitée d'un "caractère particulier du travail" (Arb., 147). Qu'il soit entrepreneur, technicien, soldat ou nationaliste, selon lui le "type actif" ne pouvait jamais se passer de l'intégration, du commandement, "qui puise directement à la source du sens" (Arb., 148). Pour lui, il s'agissait ici de donner à l'évolution empirico-historique une formulation anticipée de sa finalité secrète dans la langue des symboles harmonieux. Il n'existait selon lui aucune autre possibilité pour établir une relation directe au "caractère total du travail" de l'époque (Arb., 148).

  • 22 Terme employé entre autres par Arno Bammé : Technologische Zivilisation. Munich : 1987.

15Pour préciser encore une fois ces dernières réflexions : de l'utopie d'une synthèse entre révolution "nationale" et ce que l'on appellerait aujourd'hui "civilisation technologique"22, Jünger déduit la perspective d'un bouleversement "planétaire" indifférent à toutes les tentatives des idéologies pour le diriger. Au cours de ce bouleversement, l'Etat national classique du xixe siècle cédera définitivement la place à la "construction organique" de grands espaces impériaux dont chacun forme un tout et qui se livrent entre eux à une vive concurrence (cf. Arb., 277, 290). Des "authentiques liens impériaux" réalisés ici (291), le Travailleur de Jünger attend une espèce de dictature de salut public au profit de peuples "petits et faibles" (290) qui, dans la guerre civile entre des nations dominant sur le plan de la technique et de l'industrie, sont ravalés au rang "d'Etats de deuxième ou de troisième ordre" (Arb., 276). Le nationalisme révolutionnaire, qui se refusait d'emblée à s'enfermer dans les frontières d'une nation particulière, ne peut donc, selon Jünger, se résoudre de façon convenable dans l'édification d'une "société des nations" accroché aux particularités "individuelles (Arb., 277), mais uniquement dans la "technicité" harmonieuse (276) d'un paysage "supranational" ordonné ; le type planétaire se constitue ici toujours à partir de chacun des types nationaux les plus fortement individualisés. La nation transformée en véhicule de la modernisation ne pourrait donc plus représenter autre chose qu'un "domaine particulier" dans la "domination planétaire" de la "figure du travailleur" (291).

16Mais on peut déjà se demander si aujourd'hui, face à la division du monde en espaces économiques globaux à domination nationale, nous ne commençons pas à entrer dans le stade final d'une telle ère de travail, à moins que nous ne traversions une nouvelle phase intermédiaire avec la renaissance de nationalismes révolutionnaires (qui, il est vrai, aspirent étonnamment vite à s'intégrer dans des communautés économiques supranationales déjà existantes). Quoi qu'il en soit, il s'avère cependant que les pronostics de Jünger pourraient conserver leur actualité justement en raison de leur caractère méta-idéologique toujours plus affirmé. Peut-être la compréhension instrumentale et expérimentale de sa propre pratique politique en était-elle la condition indispensable. Sa capacité à élaborer, au cœur de l'action la plus violente, l'élément moteur d'une contemplation qui se réfléchit elle-même constitue l'attrait de cet écrivain même là où l'on serait tenté de le contredire le plus vivement. Cette petite incursion à l'intérieur de ses publications politiques dans la presse quotidienne et de leur élaboration métaphysique, surtout dans le Arbeiter, avait pour but d'inciter dans ce sens à la lecture du Jünger "politique". Il reste – en tant que théorie de notre époque – peut-être encore à découvrir.

Notes

1 Cf. Peter Alter, Nationalismus. Francfort/Main : 1985 (édition Suhrkamp 1250).

2 Cf. Jeffrey Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture and Politics in Weimar and the Third Reich, London et al. : 21984.

3 Louis Dupeux, "Nationalbolchevismus in Deutschland 1919-1933 (d'abord Paris : 1979). Munich : 1985. Armin Mohler, Die Konservative Revolution in Deutschland 1918-1932). 2 vol. Darmstadt : 1989, 3e éd. (1e éd. 1949).

4 Comme résumé critique de la thèse de la "voie particulière", cf. Helga Grebing, Der "deutsche Sonderweg" in Europa 1806-1945. Eine Kritik. Stuttgart u.a. 1986 (Urban Taschenbücher 381).

5 Cf. H. Segeberg. In : H. Segeberg, éd., Vom Wert der Arbeit. Zur literarischen Konstitution des Wertkomplexes ‘Arbeit' in der deutschen Literatur (1770-1930). Tübingen : 1991, p. 335-378. Voir Ib. une critique des recherches précédentes sur le Jünger "politique".

6 Cf. E. Jünger, "Revolution und Idee", in Völkischer Beobachter v. 23/24. 9. 1923.

7 Cf. les indications de Dupeux, "National bolchevismus (voir note 4), p. 257.

8 Titres cités par la suite en abrégé dans le texte : Arm., Vo., Dvo., avec indication du volume et de la page. La "Standarte" supplément du "Stahlhelm" est citée avec la date, comme revue indépendante en abrégé Std. (avec indication de volume et de page). Les références bibliographiques concernant Die totale Mobilmachung et Der Arbeiter sont dans les notes 9 et 19. Une étude détaillée de leur réception ne suffirait pas à montrer l'importance de l'écho rencontré par ces écrits. Jünger a, surtout avec Die totale Mobilmachung, donné son mot d'ordre à toute une époque.

9 Cet essai, qui a rendu Jünger au moins suspect même chez ses adversaires, parut pour la première fois dans E. Jünger, éd., Krieg und Krieger, Berlin : 1930, puis indépendamment, Berlin : 1931. Titre cité dans le texte en abrégé ToM.

10 Sur le concept de "nationalisme intégral" principalement antiparlementaire cf. Alter, Nationalismus (et note 1), p. 43.

11 Cf. Das Tagebuch 10 (1929), no 38, p. 1552. Cité par la suite en abrégé Tgb.

12 Jünger in : Widerstand 4, no 10, (1929), p. 295 s.

13 Carl Schmitt, Der Begriff des Politischen (1927/1932). Réédition inchangée. Berlin (Ouest) : 1987, p. 28, 38.

14 Voir par exemple Klaus Mann 1930 : "La pensée de Jünger est caractérisée par une forte intensité et par une certaine pureté déviée de ses fins" et ceci est sensible dans la façon dont il a pris ses distances à l'égard de Hugenberg et des "scandales publics que constituent les partis d'extrême droite". Klaus Mann, Prüfungen, Schriften zur Literatur. Hg. v. Martin Gregor-Dellin. München : 1968, S. 157.

15 Cf. pour plus de précisions sur ce sujet : Iring Fetscher, Rousseaus politische Philosophie. Zur Geschichte des demokratischen Freiheitsbegriffs (1960). Francfort/Main : 1975, 3e édition (Suhrkamp taschenbuch wissenschaft 143). En dépit de toutes les critiques de Rousseau sur le caractère corruptible d'une volonté générale épuisée par les luttes de partis, l'idée d'une élite imposant la pureté de la volonté collective contre la majorité se trouve pour la première fois chez Jünger.

16 Lettre de Jünger à Carl Schmitt du 14-10-1930, citée d'après Heimo Schwilk, Ernst Jünger. Leben und Werk in Bildern und Texten. Stuttgart : 1989, p. 126.

17 Schmitt, Begriff (cf. note 13), p. 27.

18 Cf. Carl Schmitt, Die Diktatur. Von den Anfängen des modernen Souveränitätsgedankens bis zum proletarischen Klassenkampf. Berlin : 1958, 4e éd. (1e éd. 1927).

19 Cité ensuite simplement avec Arb. plus indication de la page, d'après Ernst Jünger : Der Arbeiter. Herrschaft und Gestalt. Hambourg : 1932.

20 Expression due au critique R. Ibel, Leben und Technik. A propos du livre de Jünger "Der Arbeiter". In : Rhythmus 13 (1935), p. 97-106. Citation p. 97.

21 En ce qui concerne tous ces faits, cf. maintenant la documentation présentée par Schwilk, Jünger (voir note 16), p. 142 ss.

22 Terme employé entre autres par Arno Bammé : Technologische Zivilisation. Munich : 1987.

Auteur

Université de Hambourg

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540