Version classiqueVersion mobile

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

II - ITINÉRAIRES

Erreur/Errance de Raymond Abellio

Viviane Barry

Texte intégral

  • 1 Chaque fois que, dans cette Université, je parle de Raymond Abellio, je rappelle sa gratitude à l' (...)

1Raymond Abellio, en qui l'on commence à reconnaître l'un des grands penseurs de notre temps, romancier dont le premier roman, Heureux les Pacifiques, publié en 1947, marqua toute une génération, invité par toutes les télévisions et radios du monde, invité de Bernard Pivot à "Apostrophes" en 1976, sujet d'une série "Océaniques" sur FR3, se heurta et se heurte toujours au silence universitaire. Pourquoi ?... En grande partie, en raison de la lourde erreur politique qu'il commit dans les années quarante en se livrant à ce "chassé-croisé idéologique"1, thème de notre colloque, erreur qui le condamna ultérieurement à l'errance.

2Abellio utilise lui-même le terme "erreur" dans ses Mémoires consacrées à la période 1939-1941 :

  • 2 Ma dernière Mémoire. Tome III. Sol Invictus. Ramsay, 1980. p. 112.

"Ayant cru pouvoir composer avec le nazisme, j'ai donc, à ce moment, commis une erreur politique, mais non pas, du moins pas encore, une faute morale"2.

  • 3 Ibid. Tome I. Les Militants. Gallimard, 1975. p. 143.

3Il consacre la presque totalité du troisième tome de ses Mémoires, Sol Invictus, à l'explication de cette "erreur". Ce terme s'accompagne souvent de celui de "fluctuations" illustrant parfaitement le mouvement du "chassé-croisé"3. Car Raymond Abellio est bien, par nature, l’homme des fluctuations et des contradictions ; toute sa pensée philosophique repose sur la résolution dialectique de ces contradictions, pôle essentiel de la Structure Absolue, fondement de son système philosophique.

4Avant d'éclairer le terme "erreur", peut-être serait-il utile de présenter Abellio à ceux, nombreux, qui ne le connaissent pas encore, en particulier à nos collègues allemands. Abellio est le pseudonyme littéraire de Georges Raymond Soulès né à Toulouse en 1907. Il se plaisait à répéter que ce pseudonyme, emprunté à sa grand'mère maternelle, et qui se substitua, par la suite à son véritable patronyme, le mettait directement sous le signe du soleil du Midi dont il conserva toujours l'accent et l'amour du rugby.

5Très jeune, il résolut la traditionnelle opposition "littéraire/scientifique" en passant les deux baccalauréats "math élém" et "philo" en 1926, car cet écrivain philosophe était aussi ingénieur des Ponts et Chaussées. Entré à l'Ecole Polytechnique en 1927, après une seule année de préparation, il travailla avec acharnement pour en sortir dans un bon rang, en 1929, ce qui lui permit d'entrer à l'Ecole d'ingénieur des Ponts et Chaussées. A sa sortie de celle-ci en 1931, il retrouva Toulouse à l'occasion d'une mission au service des Forces Hydrauliques. En 1932, il s'embarqua, du port autonome de Bordeaux, sur un cargo à destination de Hambourg et Lübeck où il accomplissait un voyage d'études, puis il se rendit en Italie pour observer les installations hydro-électriques de Milan et du lac Léman. Ces missions lui donnèrent sans doute l'occasion de constater la montée du nazisme et du fascisme dans ces pays. C'est encore en 1932 qu'il est nommé ingénieur au service des Ponts et Chaussées de la Drôme dont Jules Moch était alors le député, ce qui aura une influence déterminante sur son engagement politique. Envoyé pendant son service militaire à Sospel, dans les Alpes, sur un chantier de construction de casemates, il y commande une équipe de Sénégalais Bambaras et raconte la visite mouvementée du ministre Maginot et du Général Weygand. Ceux-ci devaient être hissés au sommet d'une pente très forte dans un palanquin porté par les Sénégalais à qui l'on avait recommandé de se placer, les petits devant et les grands derrière, pour compenser la pente. Mais, oubliant au dernier moment la consigne, ils

  • 4 Ibidem, p. 76.

"les hissèrent en sorte que Maginot avec ses deux mètres se trouva soudain, dès le début du raidillon, élevé les pieds très haut, pointés vers le ciel, et, pour le reste, très exactement renversé cul par-dessus tête"4. "Maginot, blême de confusion et Weygand rouge de colère".

  • 5 Ibidem, p. 218.

6A cette époque, l'ingénieur, fasciné par l'écriture automatique des Surréalistes, noircit, après son travail, "des tonnes de textes". "Je ne devenais plus qu'un ardent et pressant besoin d'écrire"5.

7Mais ce n'est qu'en 1944 qu'il commence à composer une pièce de théâtre sur les Cathares, Pierre Cardinal, qu'il reprendra en 1956 sous le titre Montségur. En 1945, il écrit la première version de Vers un Nouveau Prophétisme et, surtout, le début de son premier roman Heureux les Pacifiques, suivi, en 1950, de Les Yeux d'Ezechiel sont ouverts, premier volume d'une trilogie avec La Fosse de Babel (1962) et Visages Immobiles (1983) dans laquelle on voit évoluer, dans tous les sens du terme, trois hommes, trois incarnations de l'auteur, Dupastre, le romancier, Drameille, le philosophe et Pirenne, l'homme d'action politique ; trois visages d'Abellio, le philosophe de La Structure Absolue (1965), La Fin de l'Esotérisme (1973) et La Bible, document chiffré (1950) mais aussi l’homme politique qui nous intéresse ici et dont la vie fut si profondément marquée par l'erreur, celle d'avoir cru dans le national-socialisme et d'être devenu "collaborationniste", lui, le militant socialiste très actif, le jeune marxiste convaincu des années trente.

8En effet en 1928, à Polytechnique, il rompt avec l'Union des Ingénieurs Catholiques pour se convertir — et il faut donner à ce terme toute sa force de conviction — au marxisme. En 1931, il crée une cellule socialiste à l'Ecole des Ponts et Chaussées et adhère en 1932 au Parti socialiste (S.F.I.O.). Il écrit alors dans L'Etudiant Socialiste son premier article politique qui sera suivi de nombreux autres et fonde, avec les militants socialistes d'extrême gauche de l'X-Crise, le Groupe Polytechnicien d'Etudes Collectivistes. C'est là le début de sa véritable carrière de militant :

  • 6 Ibidem, p. 101.

"Au cours de l'année 1931, j'adhérai au groupe des Jeunes socialistes du xive arrondissement, puis au parti socialiste proprement dit. Mais ma vie militante ne commença que lors de la création, en décembre 1931, du groupe X-Crise devenu plus tard le Centre Polytechnicien d'Etudes Economiques"6.

9On peut noter dans ces appellations les termes révélateurs du trouble de l'époque, "crise", "économique", "collectivistes". Cet engagement est pour lui une véritable révélation, celle de l'exaltation militantiste : il découvre ce que Dauma, qu'il connaîtra plus tard, appelle "Les Pouvoirs de la Parole" et s'en grise. Selon ses propres termes :

"sortant pour la première fois de moi-même, je me dilatai dans le Parti".

10En 1933, militant à la section socialiste du Vaucluse, il dirige La Volonté Socialiste, hebdomadaire de la section, et participe à de nombreux congrès socialistes dont les détails et les tempêtes sont abondamment relatés dans Les Militants.

11Secrétaire adjoint de la Fédération de la Drôme en 1935, il se présente sur la liste (qui sera battue) de Jules Moch. En juin-juillet, après la déclaration Staline-Laval, il durcit son attitude, soutient, au congrès socialiste de Mulhouse, la motion trotskyste et adhère à la Gauche Révolutionnaire, devenant ainsi le leader de la minorité révolutionnaire du parti. Appelé par Jules Moch, en 1936, dans le gouvernement de Léon Blum comme chargé de mission au service de Coordination des Grands Travaux, il éprouve les plus vives réticences à l'égard de Léon Blum.

12Nous pouvons donc constater que, dans les années trente, toute la vie militante de Raymond Abellio est très fortement engagée dans une politique de gauche et même d'extrême gauche. Comment peut-on retrouver le même homme, en 1941, dans le Mouvement Social Révolutionnaire, le fameux M.S.R., d'Eugène Deloncle, personnage douteux lié à la Cagoule ?

13En 1940, Abellio, prisonnier à l'Oflag IV D, crée un groupe d'études pour expliquer aux officiers prisonniers comme lui le national-socialisme dans lequel il voit l'aboutissement de la pensée socialiste et l'espoir d'un socialisme européen. Là réside l'erreur fondamentale d'Abellio, erreur dans laquelle il va s'enfoncer de plus en plus jusqu'à participer avec Marcel Déat et Laval au Front Révolutionnaire National soutenu par Pétain. Il adopte alors le principe de la collaboration :

  • 7 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 279.

"Nous qui sommes fanatiquement collaborationnistes et avons une confiance totale dans le parti national socialiste allemand"7.

14Ce collaborationnisme incontestable sera, plus tard, considéré comme une "action intermédiaire" "inclassable". Galtier-Boissière, dans son Histoire de la Guerre, la considére avec indulgence et compréhension ; par contre Jean Rabaut en parle comme d'un "ralliement honteux", et François Duprat comme d'un double jeu, tout ceci relevant, selon Abellio, de "facilités du langage politique le plus figé" :

  • 8 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 138.

"Selon ces stéréotypes, toute politique impliquerait un choix entre deux camps, et jamais je n'eus moins conscience d'avoir choisi quoi que ce soit, sauf de sortir de tous les camps"8.

15Enfin, en 1943, se rendant compte qu'il a commis une erreur en se fondant uniquement sur une analyse sociale et économique du national-socialisme sans en voir l'aspect raciste et antisémite, Abellio crée un groupe clandestin, celui des Unitaires, qui collabore avec la Résistance à qui il fournit des renseignements par l'intermédiaire du général de Bénouville et de Jean Gemaehling, chef du réseau Katanga, et des Mouvements Unis de la Résistance. Ceux-ci témoigneront en sa faveur lors du procès devant le tribunal militaire qui l'acquittera en 1952, "toute accusation sérieuse ayant été abandonnée". En octobre 1948, Abellio avait été condamné par contumace à dix ans de travaux forcés à cause d'une homonymie : une confusion s'était faite entre lui, Georges Soulès, et un certain Jean Soulès, coupable de s'être approprié les biens des Juifs qu'il dénonçait aux nazis, soupçon dont Abellio sera totalement lavé.

16A la suite de ces accusations, en 1944, commence, pour Georges Soulès, une longue errance géographique. Bornée à l'intérieur de Paris, elle le contraint au début à de nombreux changements de domicile. Puis, il se réfugie dans le Loiret et enfin en Suisse où il séjournera avec quelques vaines tentatives de retour à Paris, jusqu'à son acquittement en 1952. Ce n'est qu'à cette date qu'il deviendra vraiment Parisien en se fixant 1 rue des Bausches, où il résidera jusqu'à sa mort.

17Nous sommes toujours en droit de nous demander pourquoi un homme à l'esprit aussi brillant et ouvert put sombrer dans une telle erreur. La Dernière Mémoire d'Abellio, et notamment le troisième tome, Sol Invictus, se propose d'en expliquer les raisons :

  • 9 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 125.

"Dans ce récit, j'essaierai (...) de retrouver mes motifs, mes raisons changeantes"9.

18Mais, pour lui, ces "raisons changeantes" ne sont que le brouillon hâtif d'un "sens global définitif" :

"Aujourd'hui au contraire (1975), de ces douze années d'apparence si contrastée, si déchirées, et en elles-mêmes si constamment blessées mais "reluctantes", je ne vois que la continuité logique, tâtonnante, mais certaine, vers une issue tranquille qui semble en expliquer le cours"9

19.Cette issue, c'est la recherche de l'homme intérieur, but de toute la quête d'Abellio comme de celle de Daumal.

  • 10 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 232.

20La justification à laquelle se livre l'auteur tout au long de ses Mémoires apparaît très complexe car, pour lui : "Qu'est-ce que l'intelligence, sinon la possibilité de reconnaître plusieurs vérités à la fois ?"10. La première de ces "vérités" c'est qu'Abellio crut trouver la réalisation de l'homme intérieur dans la puissance et dans la griserie de la découverte du pouvoir politique :

  • 11 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 42.

"la politique, c'est avant tout le jeu du pouvoir, ou plutôt de la puissance"11.

  • 12 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 249.

21Il considère, comme il l'explique dans Les Militants, que la société se compose de quatre castes : à la base, les hommes d'exécution, au-dessus, les hommes de gestion, les technocrates, puis les hommes de puissance et, au sommet, les hommes de Connaissance, ceux-ci ne pouvant encore exister dans la société actuelle. Si la Connaissance est le but de sa quête, il ne peut résister à la fascination de la puissance, comme son personnage Pirenne, prêt à tout pour l'obtenir. Fortement influencé par Nietzsche, il veut voir l'avènement d'un "nouvel homme"12 forgé par cette volonté de puissance :

  • 13 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 262.

"Concilier une volonté de puissance et un idéal de pureté, ce slogan (...) n'eût jamais dû suffire, en temps normal, à nous lier"13.

  • 14 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 276-77.

22Dans les années trente, alors qu’il avait à peine plus de vingt ans, il avait cru pouvoir réaliser cette volonté de puissance dans le militantisme socialiste. Sa déception, très forte, constitue la reconnaissance d'une première erreur. Dans le premier tome de ses Mémoires, Les Militants, violente attaque du marxisme, Abellio dénonce cette erreur et prophétise l'effondrement inévitable du marxisme. Celui-ci s'avérant incapable de réaliser ses rêves, notamment celui d'un socialisme européen qu'il expose dans Assomption de l'Europe (1954), c'est vers le national-socialisme qu'il se tourne ; c'est avec lui qu'il veut voir naître "une Europe idéale surgie de la guerre comme un bienfait des dieux"14. Mais en 1942, il prend conscience de son aveuglement :

  • 15 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 309.

"Les positions abstraites que j'avais pu prendre à l'Oflag deux ans auparavant sur la construction socialiste de l'Europe et sur lesquelles je vivais encore lors de l'attaque allemande en Russie avaient pu me faire croire à un dépassement possible de mon premier échec. J'étais bien obligé de constater qu'elles n'avaient pas résisté à l'épreuve des faits. Durant ces deux dernières années, j'avais cherché les socialistes allemands et ne les avais pas trouvés, et les rafles des Juifs posaient désormais sur le sens du nazisme une interrogation fondamentale qu'il était impossible d'éluder"15.

23Pour Abellio, la fascination que put exercer le fascisme sur une génération s'inscrit dans une dialectique, le marxisme et le fascisme constituant les deux pôles d'une contradiction entre lesquels il a erré :

  • 16 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 135.

"Selon le bon usage du structuralisme, c'est le ternaire capitalisme-fascisme-communisme qu'il faut considérer, et non le fascisme tout seul (...). Dans un ouvrage publié en 1954 et intitulé Assomption de l'Europe, j'ai déjà montré comment le fascisme européen des années trente pouvait à cet égard être considéré comme un pôle d'inversion entre le capitalisme "libéral" des Etats-Unis et le communisme "collectiviste" russe qui, "déjà couplés dans une dialectique Est-Ouest où ils étaient pris, atteignaient alors historiquement et ensemble à une deuxième inversion"16.

24A la première raison, d'ordre psycho-politique, et à la deuxième, d'ordre plus intellectuel, données par Abellio pour expliquer son erreur, pourrait s'en ajouter une troisième, d'ordre sentimental, l'influence d'une femme, Jane L., qui marqua profondément, à l'époque, la vie de l'écrivain et qui l'aurait, selon certains, entraîné dans le cercle de Deloncle. Les femmes occupent, certes, une place importante dans la vie d'Abellio. Celles qu'il a aimées, ou qui l'ont attiré, s'incarnent dans la fiction romanesque sous les traits de Marie, Julienne et surtout Marie-Hélène, la femme "ultime", parfaite, celle qui sait allier une grande féminité aux qualités d'action et de décision de la "femme virile". Mais limiter l'explication de l'erreur politique d'Abellio à l'influence d'une femme, fût-elle "ultime", nous entraînerait à errer autour d'une vérité complexe, donc à sombrer dans l'erreur.

25Puisque, pour lui, "l'intelligence" consiste dans la "possibilité de reconnaître plusieurs vérités à la fois", sachons admettre que toutes les vérités qu'il crut découvrir avec la conviction et l'enthousiasme d'un esprit curieux et passionné, et qu'il analyse avec précision et lucidité dans ses Mémoires, constituent une explication suffisante de l'erreur que le monde universitaire ne lui a pas encore pardonnée.

26Pour conclure, qu'il nous soit permis de revenir sur le terme d'errance. Si "errer" est s'écarter, s'éloigner de la vérité, l'erre c'est aussi la manière d'avancer, la marche. En politique Abellio s'est révélé, certes, fort erratique, c'est-à-dire mobile ; se livrant à l'errance idéologique, il n'a pu éviter l'erreur. Mais, comme il le souligne, ces erreurs ne sont que des étapes sur son erre, sa route, sa Quête de la Voie que ne cessa de mener Daumal, la recherche du sens de la Vie par la résolution des contradictions, la marche vers la Connaissance mystique, "l'époque terminale", celle :

  • 17 Visages Immobiles. Gallimard, 1983. p. 420-421.

"de la profonde méditation initiatique du prêtre transformant le temple extérieur en temple intérieur et édifiant en lui la forteresse imprenable d'une âme universelle bien plus intensément émettrice que celle des rassemblements d'hommes dans leurs cités mortelles"17.

27La volonté de puissance, miroir aux alouettes fatal à G. Soulès, n'a plus, pour Abellio à la fin de sa vie, qu'une acception mystique. C'est parce qu’il avait cru voir dans le socialisme européen prôné par le nazisme les fondements de cette "âme universelle" que Soulès tomba dans l'erreur et l'errance qui occultent hélas, aujourd'hui encore, la richesse de pensée et la perfection d'écriture de Raymond Abellio.

Notes

1 Chaque fois que, dans cette Université, je parle de Raymond Abellio, je rappelle sa gratitude à l'égard de Bordeaux III, seule université française à lui avoir donné la parole de son vivant par l'intermédiaire du Professeur Claude-Gilbert Dubois qui l'invita, en mars 1976, à faire une conférence, "Nouvelle logique, nouvelle gnose", et, en octobre 1986, à ouvrir, dans cette salle même, le colloque "Magie et Littérature". Mais sa mort, brutalement survenue en août 1986, l'empêcha de répondre à cette dernière invitation.

2 Ma dernière Mémoire. Tome III. Sol Invictus. Ramsay, 1980. p. 112.

3 Ibid. Tome I. Les Militants. Gallimard, 1975. p. 143.

4 Ibidem, p. 76.

5 Ibidem, p. 218.

6 Ibidem, p. 101.

7 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 279.

8 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 138.

9 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 125.

10 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 232.

11 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 42.

12 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 249.

13 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 262.

14 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 276-77.

15 Ibidem, Sol Invictus, op. cit., p. 309.

16 Ibidem, Les Militants, op. cit., p. 135.

17 Visages Immobiles. Gallimard, 1983. p. 420-421.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search