Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

II - ITINÉRAIRES

Gustave Hervé - Esprit de suite et non-conformisme d'un renégat1

Marieluise Christadler

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Florence Hervé pour avoir mis à ma disposition plusieurs ouvrages concernant (...)

1Gustave Hervé présente un double intérêt :

  1. En tant qu'intellectuel engagé, qui, pendant plus de quarante ans, a vécu comme témoin et commenté comme journaliste les grandes crises de la IIIe République ;
  2. en tant que prototype du renégat qui a viré de l'extrême gauche à l'extrême droite.

2Son exemple permet d'éclairer non seulement le comportement d'intellectuels au cours de turbulences nationales et idéologiques, mais aussi les points névralgiques de la recherche française sur le fascisme et l'ambiguïté du schéma gauche-droite comme des concepts historico-politiques.

  • 2 La Victoire, 09.05.1917.

3A première vue, le cas d'Hervé paraît clair. A quarante ans, il met en pratique ce qu'il recommande à ses lecteurs de 1917 : "Il va falloir adorer ce que tu as brûlé et brûler ce que tu as adoré."2

  • L'internationaliste se mue en nationaliste, le socialiste révolutionnaire en socialiste national ;
  • le bouillant antimilitariste et "sans-patrie" devient un patriote et un champion de la "guerre à outrance" tout aussi enflammé, au point de reléguer dans l'ombre le démagogue Barrès lui-même et de faire subventionner sa revue par le haut-commandement de l'armée ;
  • l'apôtre de la lutte des classes devient le missionnaire de la "paix sociale", il passe de La Guerre Sociale au Bloc National ;
  • l'anticapitaliste devient un partisan de l'entreprise privée, qui n'hésite pas à s'adresser au parfumeur Coty, un ultraconservateur, pour demander des fonds3 ;
  • si Napoléon était, pour le premier Hervé, le "fossoyeur de la république" et "un bandit en uniforme", il est pour le second Hervé le "guide couronné de la révolution".

4L'apostasie d'Hervé surprit à tel point ses contemporains qu'ils crurent y voir l'effet de quelque corruption. On entendit ce reproche dès avant la Première Guerre mondiale, et il refit surface après 1945, lorsqu'on suspecta Hervé d'avoir conspiré avec l'Allemagne d'Hitler. Ni dans le premier ni dans le second cas on n'a apporté de preuves.

5Comment la science historique considère-t-elle le changement de cap d'Hervé ? L'explique-t-elle seulement, et si oui, comment ? Le replace-t-elle dans le contexte du développement du socialisme révolutionnaire, de celui du fascisme ?

  • 4 Jean-Claude Peyronnet, La Guerre Sociale : un exemple de journal militant, Mémoire de DES, Paris, (...)
  • 5 Michel Beaumon, "Gustave Hervé et La Guerre Sociale pendant l'été 1914", in Information Historique (...)
  • 6 Chez Claude Willard (Geschichte der franzosischen Arbeiterbewegung, (Francfort, 1981), les courant (...)
  • 7 Pascal Ory/Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l'Affaire Dreyfus à nos jours, (...)

6On est d'abord frappé par le fait que Hervé n'ait pas trouvé de biographe. Son nom a valeur de symbole mais sa vie, qui reflète pourtant d'une façon exemplaire les séquelles du révisionnisme, n'a pas attiré l'attention des chercheurs. A part deux mémoires de maîtrise, dont l'un traite du premier et l’autre du second Hervé4, il n’existe que trois textes : une étude de Michel Beaumont sur les positions d'Hervé pendant l'été et l'automne de 1914, l'article de Madeleine Rebérioux dans le "Maitron", et l'esquisse biographique rédigée à ma demande par J.-J. Becker dans le cadre d'une comparaison entre des socialistes français et allemands5. Dans des exposés traitant du mouvement ouvrier, Hervé est à peine pris en considération6, l'ouvrage classique de René Rémond sur la droite ne le mentionne nulle part, il n'apparaît dans l'histoire des intellectuels d'Ory et Sirinelli que comme "bourreur de crâne"7.

7Hervé est-il de trop peu d'intérêt par sa personnalité ou comme théoricien ? Trouve-t-on trop d'incohérences dans ses volte-face pour pouvoir le situer dans les catégories du courant dominant de la recherche sur le fascisme ? Est-il trop atypique avec sa synthèse de socialisme national et de catholicisme ou trop vieillottement idéaliste avec ses appels à la "réconciliation franco-française" ? Echappe-t-il à l'ensemble des possibilités d'étiquetage parce que l'antimilitarisme est tout aussi discrédité à gauche que le cléricalisme à droite ? Quelque a priori idéologique des historiens empêche-t-il que les uns portent leur attention sur un renégat "réactionnaire", les autres sur un "sectaire" ?

8Prenons par exemple l'esquisse biographique de Madeleine Rebérioux. Elle consacre 9 des 12 colonnes dont elle dispose à la période qui s'achève en 1912, une période pendant laquelle Hervé et son intransigeance ont certes, selon elle, continuellement été source d'agitation dans le parti socialiste, mais ont aussi toujours disposé d'un nombre remarquable de sympathies. Elle décrit alors le virage d'Hervé comme suit : "Au moment où culminait son opposition à l'extrême gauche du parti socialiste, il se mua en un tout autre personnage et franchit allègrement les limites de la dissidence, mais à l'extrême droite". Il s'agirait donc d'un changement de bord brutal, d'une manœuvre aussi légère qu'allègre, qui le ferait passer de la gauche à la droite les plus extrêmes.

  • 8 Denise Tintant, Léon Jouhaux. "Le guide du syndicalisme français", in M. Christadler, op. cité, p. (...)

9Ce n'est en réalité ni du jour au lendemain ni d'un cœur léger qu'Hervé a modifié ses idées. Jusqu'en 1917, il s'est considéré comme de gauche, et vingt-cinq ans plus tard il en appelait encore à la solidarité de ses camarades d'opinion de ce temps-là. Séverine, Montehus et Victor Basch écrivirent encore pendant la Première Guerre mondiale dans La Victoire, Aleman et Zévaès conserveront des liens avec Hervé jusque dans les années vingt. Il est d'ailleurs bien loin d'avoir été le seul socialiste révolutionnaire à se convertir à une politique plus pragmatique avant 1914. Depuis l'échec de la grève générale de décembre 1912 contre la guerre (au plus tard), la CGT avait des positions ouvertement révisionnistes. Ce que la biographe de Jouhaux, Denise Tintant, qualifie de "politique syndicale constructive", son éloignement du syndicalisme révolutionnaire8, Rebérioux le qualifie chez Hervé d'extrémisme de droite. Elle ne dit rien des motivations d'Hervé, d'évolutions similaires chez d'autres socialistes révolutionnaires, de la possibilité de lignes demeurant cohérentes. Pour Rebérioux, le fossé qui sépare positions de gauche et positions de droite est une réalité indiscutable, elle se côtoient sans se mélanger, d’un bout à l’autre de la guerre mondiale et de l'Entre-deux-guerres, jusqu'à la confrontation entre antifascistes et fascistes, entre combattants de la Résistance et collaborateurs.

  • 9 Victor Méric, A travers la jungle politique et littéraire, Paris : 1930, p. 220 et 198.

10Victor Méric, qui, ayant été avant 1914 un hervéiste convaincu et après un bref intermède au PCF, était resté fidèle à ses convictions révolutionnaires de gauche, sans se lier à un quelconque parti politique, a constaté dès 1930 que les choses n’étaient pas aussi simples. "Le girouettisme", écrit-il, "possède en Gustave Hervé son type le plus éminemment représentatif... Cependant, quand on examine de près cette étrange carrière,... on ne voit rien d'extraordinaire à l'évolution (de Hervé)". C’est qu'Hervé se serait distingué par deux qualités : une logique intérieure et un modèle de comportement immuable. "Gustave Hervé est un homme qui passe sa vie à chercher sa vérité. Chaque fois, il croit l'avoir trouvée, il fonce avec toute l'ardeur brutale de son tempérament"9. Il a, nous dit-il, combattu d'abord pour la révolution, et ensuite pour la patrie. Mais il est toujours resté républicain.

  • 10 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Paris : 1983, p. 29.

11Zeev Sternhell insiste lui aussi sur la continuité dans la pensée d'Hervé10, il en souligne les pulsions révolutionnaires et antilibérales. Le revirement d'Hervé aurait été "le résultat d'une longue préparation", suite à la déception qu'avait laissée chez lui, comme chez ses amis, la politique d'intégration des socialistes réformistes. Hervé est pour Sternhell un exemple typique de cette "deuxième génération de socialistes nationaux" que leur révisionnisme aurait poussés dans le camp de l'extrême droite, et qui n'auraient fait en cela qu'échanger l'objet de leurs espoirs révolutionnaires.

  • 11 Pierre Milza, Fascisme français. Passé et présent, Paris : 1987, p. 149.

12Les réticences d'historiens de gauche devant les thèses de Sternhell ne sont pas sans conséquences sur la façon dont on évalue tout ce qui a trait à Hervé. C'est ainsi que Becker s'en tient à la distinction bien sage entre droite et gauche et étiquette Hervé comme "néobonapartiste teinté de cléricalisme". À lui seul, le fait que les partis qu'il a fondés portent des noms "suspects" n'autoriserait pas à voir en lui un "imitateur d'Hitler ou de Mussolini". Ce que Becker n'aborde pas, c’est la contribution spécifiquement française à l’idéologie fasciste, que Sternhell voit précisément dans le passage progressif des "gauchistes" d'avant-guerre à des positions de droite ; un passage qui ne doit rien à une quelconque influence étrangère. Selon la nomenclature de Becker, Hervé ne peut pas être un fasciste, car il ne fait "que" perpétuer des traditions bonapartistes ; Becker ne prend pas en considération le potentiel national-révolutionnaire du socialisme français. Pierre Milza, au contraire, voit très bien l'association entre bonapartisme et national-socialisme chez Hervé, ainsi dans son alliance de courte durée avec Bucard, mais il se refuse aussi à désigner l'héritage du révisionnisme de gauche comme la source d'un fascisme proprement français et qualifie Hervé d'"ultraréactionnaire", c'est-à-dire de contre-révolutionnaire national-populiste11.

  • 12 Udo Stark, Die nationalrevolutionäre Herausforderung der 3. Republik 1880-1900, Berlin : 1991.

13Udo Stark propose à mon avis une base nouvelle d'explication en soutenant que le mouvement antiparlementariste de la fin du dix-neuvième siècle, par lequel Hervé était très influencé, n'a été ni bonapartiste ni pré-fasciste, mais qu'il s'agissait plutôt d'"un républicanisme national-révolutionnaire"12. Il me semble qu'à partir de là, une possibilité s'offre, dans le cas d'Hervé, de mettre en évidence une continuité là même où la première apparence était celle d'une rupture radicale, et je propose donc trois thèses à notre discussion.

141. Ce n'est pas un changement abrupt dans ses opinions qui a conduit Hervé de l'extrême gauche à l'extrême droite, mais une succession de rectifications dans son parcours, lesquelles, si elles sont certes fonction des circonstances politiques, découlent en fait d'une logique intérieure :

  • Dans l'immédiat avant-guerre, Hervé jette par-dessus bord les principes de l'anarcho-syndicalisme révolutionnaire dans la mesure où il prend position en faveur d'une action commune au parti et au syndicat, de l'entrée des socialistes au gouvernement et d'une politique de bloc républicain. Convaincu que les ouvriers ne sont pas prêts à l'insurrection, persuadé que la guerre est inévitable, il exhorte au "désarmement des haines" et prépare ainsi l'Union sacrée.
  • En changeant le nom de son journal — en 1916 La Guerre Sociale devient La Victoire — il entame la deuxième phase de sa réorientation politique, qui le conduira, par delà un refus cassant du "socialisme boche" venant de Marx et un retour aux traditions spécifiquement françaises du socialisme, à la fondation, en 1919, du Parti Socialiste National (PSN). Il sera désormais l'avocat d'une "république autoritaire", à fondements chrétiens et à construction corporatiste, avec un exécutif fort.
  • La transformation du PSN en une Milice Socialiste Nationale et l'alliance avec Bucard (de 1932 à 1934) coïncident avec le nouveau changement de cap. Parlementarisme et système des partis sont dorénavant définitivement rejetés en faveur d'un "chef national" élu de façon plébiscitaire et pourvu de pleins pouvoirs quasi dictatoriaux. Comme seul le "vainqueur de Verdun" lui paraît qualifié pour exercer cette fonction, il lance en 1935 une campagne de propagande pour le "Front Pétainiste", dans lequel doivent s'intégrer gauche et droite : pour une nouvelle version de l'Union sacrée, à laquelle il appellera avec une insistance toujours croissante à partir de 1938.
  • En 1941 cependant, après que le guide de la révolution nationale ait fait ses preuves d'antirépublicain et de collaborateur, Hervé refuse de le suivre plus longtemps et défend la Résistance gaulliste.

152. Ma deuxième thèse est que Hervé, à travers tous ses changements de cap, est resté fidèle à certains modes de pensée et de comportement. Ceux-ci se nourrissent à deux sources : le catholicisme autoritaire et patriotique de son milieu d'origine breton qui a marqué son enfance ; le républicanisme national-révolutionnaire dont il gardait l'empreinte au-delà de son adolescence.

16Son horizon politique est structuré par le "répertoire" d'histoire révolutionnaire que l'école et l'université lui ont transmis et par les modèles catégoriels qu'il a acquis au cours des deux grandes crises du début de la république, la crise boulangiste et l'affaire Dreyfus.

17Ce n'est pas un hasard s'il décrit l'hitlérisme comme un "mouvement boulangiste allemand", s'il se réfère avec le titre de son livre C'est Pétain qu'il nous faut au célèbre slogan de 1889, s'il rejette, lui l'ancien dreyfusard, l'antisémitisme des nazis comme "boulangiste" et fait de la rechristianisation de la France une "question de salut public".

18Je voudrais montrer la continuité du système de références politico-historique d'Hervé à l'aide de trois exemples : sa conception du socialisme, son aversion à l'égard de la démocratie bourgeoise libérale et parlementaire, et son républicanisme.

  • 13 Citation d'après Rebérioux, op. cité, p. 51.
  • 14 Gustave Hervé, Les épîtres aux incroyants et aux croyants, Paris : 1949, p. 67.
  • 15 La Victoire, 09.05.1917.
  • 16 La Victoire, 31.10.1926.
  • 17 La Victoire, 27.08.1939.

19Le socialisme d'Hervé est, dès l'origine, fondé, plus que sur une théorie économique, sur un idéalisme de pédagogue, c'est, plus que la foi en une inévitable victoire du prolétariat, qui découlerait du matérialisme historique, une pulsion humanitaire à caractère social-révolutionnaire. Hervé utilise certes, dans les premières années, des slogans de lutte des classes, mais il ne laisse jamais entrevoir une connaissance très intime de l'œuvre de Marx. Activisme, romantisme révolutionnaire et esprit de solidarité un peu façon Männerbund déterminent la représentation qu'il a du socialisme. Il ressort des souvenirs de ses compagnons de lutte que la provocation ciblée des forces de l'ordre bourgeoises, police et justice comprises, mais aussi la camaraderie née de la rébellion et de la persécution communes faisaient partie de l'élixir de vie des hervéistes. Un socialisme actif, cela voulait dire par exemple : l'organisation de manifestations de rue pour sauver de l'échafaud un condamné innocent, ou celle de marches de protestation contre l'exécution de l'anarchiste espagnol Francisco Ferrer. Dès 1908, le Midi socialiste écrivait qu'Hervé avait raison de rappeler que le socialisme était une éthique au moins autant qu'une doctrine politique13. Même quand Hervé a fait la paix avec le patronat et abjuré la révolution sociale, il ne cesse pas de s'engager pour la "justice sociale". C'est ainsi qu'il salue les mesures sociales du Front Populaire, qu'il exhorte dans son testament politique à l'unité entre "république et socialisme", et qu'il plaide pour la fondation d'un "parti socialiste chrétien" ayant pour but la nationalisation progressive de la totalité de la production nationale14. Mais il faut dire que son attitude envers le peuple est celle d'un autoritarisme paternaliste. En 1907 déjà, il parle du "ramassis d'idiots qui forme le gros de la population ouvrière et paysanne de notre chère France", et en 1917 il expliquera à l'ouvrier : "Il faut que tu reconnaisses que la tête qui dirige, qui prévoit, qui organise, est plus importante que les mains et les bras qui exécutent"15. Le socialisme d'Hervé reposait si peu sur une participation démocratique qu'il fut internationaliste. A un moment où il insiste encore sur le fait qu'il est "collectiviste", Hervé s'enthousiasme déjà pour le socialisme national-révolutionnaire de Blanqui et pour la "fraternité humaine de nos pères de 1792". Après s'être détourné de l'Internationale socialisme, il se souvient : "Notre socialisme à nous est pour l'association du capital et du travail avec Fourier, mutuelliste avec Proudhon, orgueilleusement patriote avec Blanqui"16. Le socialisme français, dit-il, n'enseigne pas seulement l'effort individuel et le respect de la propriété privée, il est aussi "l'héritier d'une longue tradition de patriotisme cocardier et d'héroïsme militaire"17.

  • 18 Gustave Hervé, C'est Pétain qu'il nous faut, Paris : 1936, p. 26.
  • 19 La Victoire, 15.02.1935.

20Le combat du nationalisme plébiscitaire et autoritaire contre la démocratie parlementaire, Hervé le voit également inscrit dans l'histoire française. La crise du parlement du début des années trente et le "danger" du Front Populaire lui rappellent 1799, 1851 et 1889. "Après le gâchis du Directoire, c'est avec soulagement et même enthousiasme que le peuple accepte le coup d'Etat du 18 Brumaire. De même qu'il approuva celui du 2 décembre 1851 après l'anarchie de la IIème République"18. Une comparaison sémantique montrerait que pour discréditer le parlementarisme, l'Hervé révolutionnaire de gauche utilise des concepts similaires à ceux de l'Hervé national-révolutionnaire. Si c'est, avant 1912, pour démontrer la nécessité d'une révolution sociale, plus tard, c'est pour en appeler à l'"homme providentiel" qui en finira avec le "régime d'assemblées". Il interprète le 6 février 1934 comme un "cri de dégoût du peuple", un cri qui, dit-il, lui rappelle sa jeunesse. Comme les boulangistes et les blanquistes d'alors, les révisionnistes devraient collaborer pour combattre le régime parlementaire corrompu. Il poursuit cependant : "Boulanger, entre nous, c'était du toc, Pétain c'est la gloire pure et modeste" — et surtout : "Pétain n'est pas candidat à un coup d'Etat"19.

  • 20 Lettre du 26.05.1941 d'Hervé à Pétain, citée d'après Lucien Leclerc/Georges-Emile Dulac, La vérité (...)
  • 21 Epîtres, p. 34.
  • 22 La Victoire, 29/30.01 1939.
  • 23 La Victoire, 12.05.1939.

21Hervé demeure républicain. Il n'est jamais tenté de faire alliance avec l'Action française ou de conseiller quelque renversement par la violence. Même la dictature qu'il tient pour nécessaire doit être limitée par la constitution et légitimée par la volonté du peuple souverain. Quand il se détourne de Pétain, il s'en justifie notamment en arguant de la trahison de celui-ci envers les Alliés, qui tout de même défendaient "l'idéal démocratique et la liberté de l'homme"20. De même, Hervé demeure républicain en ce qu'il reconnaît, sans se soucier de la politique officielle de Vichy, "un droit de cité" à tous ceux qui appartiennent à la communauté, communistes, francs-maçons et Juifs compris. Bien qu'il mette sur le dos des francs-maçons la déchristianisation de la France, il fait l'éloge de leur patriotisme et de leur sens de la justice sociale21. En 1939, il défend communistes et socialistes contre ce qu'il estime être un "reproche monstrueux et criminel" de la droite à leur encontre, à savoir "qu'ils poussent à la guerre pour en faire sortir la révolution bolcheviste"22. Compte tenu de la menace que représente l'Allemagne d'Hitler, il exhorte, comme en 1912, au "désarmement des haines". Car "ce n'est ni la Cagoule, ni le Front populaire qui sont les ennemis de la France : il n'y a qu'un ennemi de la France à l'heure actuelle, c'est Hitler"23.

  • 24 Gustave Hervé, France-Allemagne, La réconciliation ou la guerre, Paris : 1931, p. 240 ss.
  • 25 La Victoire, 31.03.1933.

22Hervé critique l'antisémitisme d'Hitler dès son appel à l'entente franco-allemande de 1930, dans lequel il souligne la force qu'apportent les Juifs pour tisser des liens entre les peuples24. Peu après leur prise du pouvoir, il s'indigne, dans plusieurs articles, contre les mesures antijuives des nazis. "Et qu'on ne croie pas qu'il s'agisse d'une émotion factice soulevée par la presse juive... Il s'agit bel et bien d'un cri d'angoisse sorti des entrailles de l'humanité civilisée tout entière, en voyant toute une race qui compte dans ses rangs tant de grands cœurs..., jetée en pâture à des foules brutales, ignorantes et fanatisées"25.

23Je me suis jusqu'ici efforcée de montrer que l'évolution d'Hervé d'un socialisme internationaliste à un socialisme nationaliste se situe tout à fait dans la ligne du républicanisme national-révolutionnaire. Il reste encore à examiner dans quelle mesure quelques-unes de ses prises de position échappent au schéma usuel droite-gauche, sans pour autant se cantonner dans un "ni droite ni gauche" idéologique.

  • 26 Catherine Grünblatt, op. cité, p. 60 ss.

24Il me semble que le meilleur exemple pour le démontrer est celui de son attitude envers l'Allemagne. Entre 1919 et 1940, le jugement que l'on porte sur le Traité de Versailles, autrement dit le choix que l'on fait entre une politique d'entente et une politique de puissance, a valeur de critère décisif pour départager un esprit de droite et un esprit de gauche. La droite française est unie dans son mépris de la Société des Nations et dans son exigence d'un respect inconditionnel des dispositions du Traité de Versailles. Pour elle, l'Allemagne reste tout bonnement l'ennemie. Hervé, par contre, distingue dès l'origine entre exigences déraisonnables et exigences justifiées, et il recherche une garantie de la paix efficace, supranationale. Il voit les dangers que fait courir à la jeune république allemande l'utilisation démagogique de l'hypothèque de Versailles, c'est pour cette raison qu'il prend position contre la politique française de sanctions et plaide contre Poincaré pour la ligne de Briand. Il redoute de plus en plus un nouveau conflit militaire, ce qui le conduit en 1930 à écrire une série d'articles dans lesquels il adjure les nationalistes français et allemands de s'entendre. Les textes paraissent regroupés en un volume qui a pour titre La réconciliation ou la guerre, et avec l'aide d'Arnold Rechberg, ils sont publiés également en allemand. Conséquence : à ce moment-là, la droite française s'indigne contre l'attitude conciliante d'Hervé à l'égard de l'Allemagne, peu après, elle s'en prend à lui parce que devant la menace de guerre dont Hitler est la source il approuve l'accord franco-soviétique et ouvre ainsi soi-disant toutes grandes les portes au bolchevisme26.

25Son comportement de franc-tireur entre les fronts favorise des appréciations contradictoires et des attaques tant de droite que de gauche contre Hervé. Pour un néo-bonapartiste, son peu de soif de revanche surprend ; pour un presque-boulangiste, sa judéophilie frappe ; pour un révolutionnaire de droite, il est bien trop clérical, mais pour un défenseur de l'Occident chrétien, il est étonnamment pro-bolchevique. Comment cet anticonformisme peut-il s'expliquer ? Vient-il d'une rébellion anarchisante, ou bien, comme le suggère Lafargue, d'un besoin impérieux de "lancer un pétard pour éveiller l'attention des passants" ? En tout cas, il ne s'agit pas d'un choix idéologiquement réfléchi pour une "troisième voie".

  • 27 Charles Péguy, L'Argent suite, 22.04.1913, citation d’après Richard Griffiths, The Reactionary Rev (...)

26Il me semble que Méric et Péguy proposent une explication plausible en décrivant Hervé comme le type même de l'intellectuel (même s'ils n'utilisent pas ce terme) : capricieux et indépendant dans ses jugements, désintéressé, "honnête", opiniâtre dans la prétention à imposer sa vérité du moment. "Hervé est le seul de la bande des socialistes qui ne passe pas son temps à remâcher le programme du parti, le seul qui ait le courage de s'exprimer à contre-courant", écrit Péguy en 191327. "C'est un des hommes du monde qui pensent le plus de travers,... mais qui pense lui-même".

273. Ma troisième thèse sera que Hervé, qui partage avec Péguy et Méric l'expérience de la génération des dreyfusards, prend pour modèle, lorsqu'il conçoit son autobiographie, l'idéal de l'intellectuel combatif et en fait le moteur de son action de penseur qui dérange.

  • 28 Epîtres, p. 57.

28Il établit un lien, ce faisant, entre deux lignes de traditions qui étaient en concurrence au temps de sa jeunesse, celles de l'apostolat chrétien et de la mission politique. D'un côté, il fait preuve d'un penchant quasi religieux pour le sacrifice de soi, le martyre, la confession publique (cela va jusqu'à une autocritique ostentatoire à propos des ses "péchés de jeunesse") ; de l'autre côté, c'est la volonté d'action politique qui le pousse, le désir d'exercer une influence, de réveiller les esprits en les provoquant. Dans son prosélytisme impatient se mêlent un romantisme de révolution et une mentalité de croisade — on les retrouve tant dans son mode de vie ascétique que dans son langage belliciste. Le tout jeune Hervé mène campagne contre l'exploitation patriotique des prolétaires-conscrits, le quinquagénaire se lance tête baissée dans le "combat inconditionnel" pour la nation menacée, le vieillard se consacre à "la conquête des âmes", "notre croisade pour la rechristianisation de la France"28.

  • 29 Ibid.
  • 30 Ory/Sirinelli, op. cité, p. 7.

29Le sérieux avec lequel Hervé considérait son "ministère de parole", on le voit bien dans l'argument avec lequel il justifie, l'âge venu, son célibat : s'il ne s'est pas marié, c'est, nous dit-il, pour "vivre en toute indépendance pour son idéal révolutionnaire et pouvoir au besoin aller en prison"29. Qu'Hervé ne cherche pas là à simplement styliser son comportement a posteriori, le nombre des peines de prison qu'il a subies pour "délit de presse" le prouve. On ne peut s'empêcher de penser que ses articles provocateurs contre l'anniversaire de Wagram, contre la guerre coloniale, contre une justice partisane s'inscrivent dans la foulée de la célèbre phrase de Zola : "Ma protestation enflammée n'est que le cri de mon âme. Qu'on ose donc me traduire en cour d'assises ! "30

  • 31 Epîtres, p. 57.
  • 32 Epîtres, p. 77.
  • 33 Sternhell, op. cité, p. 319.

30Les Frères des Ecoles Chrétiennes avaient appris à Hervé la lecture, le catéchisme, de patriotiques légendes de saints. Le lycée fit de lui "un bon républicain", "c'est-à-dire un révolté contre toutes les injustices et contre toutes les traditions, même les plus vénérables"31. Qu'y avait-il de plus normal pour lui que de se porter du côté des défenseurs de Dreyfus et des socialistes ? L'expert en histoire militaire trouva rapidement, dans l'agitation antimilitariste, un nouveau champ d'action, où il pouvait utiliser ses capacités de polémiste et de missionnaire. S'y ajoutèrent d'autres modèles d'éducation du peuple, tels qu'en proposaient les fondateurs du mouvement des Cours du Soir, des Bourses du Travail, des théâtres populaires de banlieue. "Qu'est-ce que le journal que j'ai fondé... sinon une chaire d'enseignement populaire, où depuis près de quarante ans... j'ai clamé la vérité telle que je la voyais ?", demandera plus tard Hervé aux lecteurs de ses Epîtres32. Il ne puisait évidemment pas les contenus ni les formes de son journalisme véhément à des sources de démocratie libérale : que l'on compare La Guerre Sociale avec L'Intransigeant.. ! "Les invectives de Rochefort trouvent un écho quasi textuel dans les insultes de Hervé", écrit Sternhell33. Déjà pour Hervé jeune l'action révolutionnaire était plus importante que la théorie révolutionnaire, l'humeur de l'âme comptait plus que le calcul de stratégies.

31D'un point de vue sociologique, Hervé appartient à ce "prolétariat des bacheliers" (Barrès) dont les éléments intellectuels les plus actifs s'efforçaient de concilier ascension sociale et engagement sociopolitique. Hervé n'y parvint pas, bien que, professeur de lycée, il fît la stricte séparation entre enseignement et militantisme, correspondant ainsi aux convenances bureaucratiques. La mise à l'écart de l'enseignement, l'exclusion de la loge maçonnique, l'interdiction d'exercer comme avocat, la répétition des séjours en prison ont vraisemblablement renforcé ses réserves à l'égard du système bourgeois-libéral, mais elles l'auront également poussé par la suite dans le camp des patriotes inconditionnels : en partie par repentir, en partie par nostalgie d'une Union sacrée mystique.

32Dans l'esprit de Benda, le passage d'Hervé au nationalisme est le type même de la "trahison de clerc", parce qu'il a préféré le particulier, en l'occurrence la nation, à l'universel. Mais Hervé n'a jamais recherché quelque statut d'intellectuel "au-dessus de la mêlée". Des valeurs et des principes abstraits importaient moins pour lui que des changements politiques concrets. Il voulait mettre à profit des occasions et prendre parti. Quand il a fait de la "nation en danger" l'objet de sa mission à la place du "prolétariat qui souffre", ce qu'il a trahi n'était en rien la tâche qu'il s'était lui-même fixée, c'était une idéologie.

Notes

1 Je tiens à remercier Florence Hervé pour avoir mis à ma disposition plusieurs ouvrages concernant Gustave Hervé, et tout particulièrement son frère, le germaniste Jean-Claude Hervé, qui a assuré la traduction française de mon article.

2 La Victoire, 09.05.1917.

3 Selon Jean-Claude Hervé son grand-oncle n'aurait rien demandé à Coty, mais celui-ci, lui aurait offert le poste d'éditorialiste de L'Ami du peuple.

4 Jean-Claude Peyronnet, La Guerre Sociale : un exemple de journal militant, Mémoire de DES, Paris, 1964 ; Catherine Grünblatt, Le socialisme national de Gustave Hervé et de La Victoire (1916-1940), Mémoire de DEA, Paris, 1982.

5 Michel Beaumon, "Gustave Hervé et La Guerre Sociale pendant l'été 1914", in Information Historique, Nice, 1967, p. 155 ss ; Madeleine Rebérioux, Gustave Hervé in : Jean Maitron (s.d.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, tome XIII, Paris : 1975, p. 47 ss ; Jean-Jacques Becker, Gustave Hervé. "Du syndicalisme révolutionnaire au néo-bonapartisme" in : Marieluise Christadler (s.d.), Die geteilte Utopie, Opladen, 1985, p. 109 ss.

6 Chez Claude Willard (Geschichte der franzosischen Arbeiterbewegung, (Francfort, 1981), les courants socialistes sous l'égide d'Hervé et Lagardelle ne sont mentionnés que comme "métastases" de l'anarcho-syndicalisme ; dans la Geschichte des Sozialismus sous la direction de Jacques Droz (Francfort, 1975, vol. V), l'hervéisme est certes mentionné, mais il est rapproché de façon critique d'un "esprit de révolte folklorisant". Dans le premier cas, les idées sont exposées en référence au communisme de parti, dans le second en se référant à la personnalité de Jaurès.

7 Pascal Ory/Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l'Affaire Dreyfus à nos jours, Paris : 1986, p. 68 et 70.

8 Denise Tintant, Léon Jouhaux. "Le guide du syndicalisme français", in M. Christadler, op. cité, p. 139 ss.

9 Victor Méric, A travers la jungle politique et littéraire, Paris : 1930, p. 220 et 198.

10 Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche. L'idéologie fasciste en France, Paris : 1983, p. 29.

11 Pierre Milza, Fascisme français. Passé et présent, Paris : 1987, p. 149.

12 Udo Stark, Die nationalrevolutionäre Herausforderung der 3. Republik 1880-1900, Berlin : 1991.

13 Citation d'après Rebérioux, op. cité, p. 51.

14 Gustave Hervé, Les épîtres aux incroyants et aux croyants, Paris : 1949, p. 67.

15 La Victoire, 09.05.1917.

16 La Victoire, 31.10.1926.

17 La Victoire, 27.08.1939.

18 Gustave Hervé, C'est Pétain qu'il nous faut, Paris : 1936, p. 26.

19 La Victoire, 15.02.1935.

20 Lettre du 26.05.1941 d'Hervé à Pétain, citée d'après Lucien Leclerc/Georges-Emile Dulac, La vérité sur Gustave Hervé, Paris : 1946, p. 30 ss.

21 Epîtres, p. 34.

22 La Victoire, 29/30.01 1939.

23 La Victoire, 12.05.1939.

24 Gustave Hervé, France-Allemagne, La réconciliation ou la guerre, Paris : 1931, p. 240 ss.

25 La Victoire, 31.03.1933.

26 Catherine Grünblatt, op. cité, p. 60 ss.

27 Charles Péguy, L'Argent suite, 22.04.1913, citation d’après Richard Griffiths, The Reactionary Revolution, New York : 1965, p. 304.

28 Epîtres, p. 57.

29 Ibid.

30 Ory/Sirinelli, op. cité, p. 7.

31 Epîtres, p. 57.

32 Epîtres, p. 77.

33 Sternhell, op. cité, p. 319.

Auteur

Université de Duisbourg

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540