Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

II - ITINÉRAIRES

Georges Valois et les Cahiers des états généraux (1923-1925)

Jean-Claude Drouin

Texte intégral

1Les notions de crise et de réforme sont d'une grande banalité entre 1919 et 1939. Le personnage auquel je consacre cette brève communication a le mérite d'avoir posé ces problèmes bien avant les crises de la guerre et de l'après-guerre, il l'a fait en fait dès la crise de "la fin de siècle", la fin du xixe siècle. Avant la crise de la décadence française, de la paix manquée, du franc, il a réagi à la crise du parlementarisme et de la démocratie. Il s'agit de Georges Valois dont l'itinéraire intellectuel est extrêmement complexe. Influencé par Proudhon, disciple de Georges Sorel (1898), ce théoricien et journaliste ou publiciste français devient ensuite un des quatre as de l'Action française avec Maurras, Daudet et Bainville jusqu'à sa rupture de 1924-1925. C'est lui qui édite dans sa librairie (NLN ou Nouvelle Librairie Nationale) les principales œuvres de l'AF. Puis, après cet ancrage à l'extrême droite monarchiste, Valois crée le journal le Nouveau Siècle et le premier mouvement qui se dit ouvertement "fasciste" : Le Faisceau. Ce mouvement éphémère ne dure que quelques mois et Valois redevient républicain, socialiste, admirateur de la Révolution française. Le Parti Républicain Syndicaliste n'est pas un succès mais le groupe d'études autour de Valois exerce une influence réelle (Les Cahiers bleus ; Les Cahiers coopératifs ; Le Nouvel Age) en développant les thèmes de planification, d'organisation rationnelle mais aussi de socialisme "trahi" par la SFIO et le Front populaire. Valois représente jusqu'à la fin de sa vie la permanence du courant anticapitaliste, hostile à l'Argent, ennemi de la bourgeoisie, de l'Action française et du bolchevisme. Isolé, il a des problèmes avec le régime de Vichy bien qu'il ait été le père du terme "la Révolution nationale". Arrêté par la Gestapo pour sa participation à la Résistance, il est déporté en Allemagne et meurt en février 1944.

2Georges Valois n'est pas un inconnu, il est plutôt méconnu malgré l'ouvrage que lui a consacré Yves Guchet, il y a une quinzaine d'années. La réédition de 1990 est accompagnée d'un sous-titre : L'Action française, le Faisceau, la République syndicale, et d'un bandeau rouge portant le titre "L'illusion fasciste". En 1978, Paul Serant consacrait aussi une brève étude à Georges Valois dans son ouvrage sur les dissidents de l'Action française. Il était le premier étudié avant Louis Dimier, Jacques Maritain, Georges Bernanos, Robert Brasillach, Thierry Maulnier et Claude Roy. Valois et Dimier ont été étroitement associés à la vie du mouvement d'Action française. Technicien de l'édition, Georges Valois fut à partir de 1912 appelé à la direction de la Nouvelle Librairie Nationale.

3La trajectoire de Valois est extrêmement compliquée et originale. Nous la résumons brièvement avant de montrer l'importance de la campagne pour les Etats généraux en 1924 qui marque une étape capitale dans cette trajectoire intellectuelle originale.

4De Sorel à Maurras ou de l'anarchie à l'Action française, telle est la première étape de Georges Valois. Alfred Georges Gressent est né en 1878, fils d'un boucher du quartier de Montrouge à Paris. À 15 ans, il quitte l'école professionnelle Boulle, à 17 ans il fait un séjour de plusieurs mois à Singapour. Il fréquente ensuite différents groupes de tendance libertaire : les Temps Nouveaux de Jean Grave et surtout l'Humanité nouvelle d'Augustin Hamon, dont il est le secrétaire. C'est là qu'il fait la connaissance de Georges Sorel (en 1898), c'est là que naît en Valois le dégoût pour la politique et les intellectuels. La démocratie n'est pour Sorel et Valois que le triomphe des démagogues.

5En 1900, année où paraît l'Enquête sur la Monarchie, Valois en six mois de service militaire reprend contact avec le "vrai peuple" et les idées révolutionnaires. Il lit aussi Maurice Barrès et Paul Bourget. À la fin de 1901, il est, sur les recommandations de son cousin l'économiste Georges Blondel et d'un professeur de Genève, appelé comme précepteur en Russie dans la famille de Vatazzi gouverneur de Kovno, il y resta 2 ans jusqu'en août 1903. Revenu en France, il entre comme secrétaire chez Armand Colin, librairie dirigée alors par Max Leclerc (il prend en 1906 le pseudonyme de Georges Valois pour publier son livre). Il est alors un syndicaliste militant, révolté par la corruption démocratique, le "régime abject", la révolution dreyfusienne. Il rédige alors à la fin de 1905 son ouvrage le plus célèbre, L'Homme qui vient. Philosophie de l'autorité, influencé par la pensée de Proudhon et de Nietzsche. Ayant présenté son manuscrit à Paul Bourget, celui-ci le communiqua à Charles Maurras, ce fut l'origine des relations entre l'ancien socialiste libertaire et le directeur de l'Action française. Le contenu du livre est dirigé contre trois grands imposteurs et faux prophètes, le Genevois Rousseau, "le faux homme de la Nature", le Prussien Kant, "le faux homme de Devoir", et le Juif Karl Marx, le "faux homme de la Nécessité".

6Pour Valois le régime démocratique, confondu avec les mœurs parlementaires de la "République radicale", est proprement la désorganisation organisée, systématique de la nation ; l'idée démocratique la plus dangereuse des folies de la raison du xixe siècle.

7Pour remplacer la démocratie, Valois propose le régime autoritaire. "Ou la dictature ou le Roi". Valois choisit le Roi "dont la plus grande force est faite de toutes les forces de la nation et qui a un intérêt constant à ce que toutes les forces soient dans leurs meilleurs états".

8Ainsi, en mars 1906 Valois rencontre Maurras et acquiert près de lui la certitude absolue du succès. Républicaine au départ (1899), l'Action française évolua vers la monarchie sous l'influence de Maurras. Dans le journal, ce ne fut pas Valois qui tint la rubrique syndicale (réalisée par Emile Para et André Falaise) mais Valois poursuivit son objectif : détacher la classe ouvrière de la République et des politiciens parasites qui la dupent et amener les producteurs à reconnaître dans la monarchie le régime politique le plus apte à sauvegarder leurs intérêts. Valois lance en avril 1908 son Enquête sur la Monarchie et la classe ouvrière publiée en 1908 et 1909 dans la Revue critique des idées et des livres. Aux yeux de Valois, les quatre Etats confédérés (juifs, métèques, protestants et maçons) forment une conspiration permanente contre tout ce qui est français et "c'est le peuple d'Israël qui constitue le vrai ciment de l'alliance"... "Israël s'est emparé de l'Etat pour s'emparer de nos biens..." (1908).

9En 1910 un projet d'une revue nouvelle eut lieu. Georges Valois et Georges Sorel qui venaient d'abandonner leur collaboration au Mouvement socialiste voulurent fonder une revue, La Cité française, réunissant des syndicalistes et des nationalistes. Ce fut un échec. Ce Cercle Proudhon, cercle d'études, fut fondé en mai 1911 avec Henri Lagrange, René de Marans (directeur de la Revue critique) et les deux disciples de Sore ! : Ed. Berth (Darville) et Georges Valois. On développait le nationalisme, l'antidémocratisme et le souci de l'organisation de la cité française selon les principes empruntés à la tradition française qu'on trouvait dans l'œuvre proudhonienne et le mouvement syndical. Déjà en 1909 des syndicalistes royalistes avaient déposé une gerbe sur la tombe de Proudhon :

"À P. J. Proudhon, au patriote français qui combattit le principe des nationalistes en Europe, au justicier socialiste qui dénonça les crimes sociaux de la Révolution, et les mensonges économiques du collectivisme juif, à l'immortel auteur du Principe fédératif".

10Georges Valois prit la parole dans les congrès de l'Action française de 1911, 1912, 1913 ; il fut appelé à diriger (jusqu'en 1927) un groupe d'éditions destiné à publier les œuvres des auteurs ou amis de l'Action française (Maurras, Daudet, Bainville, Dimier, Bourget) mais aussi Jacques Maritain et René Guénon.

11La guerre représenta un tournant dans l'évolution de Valois. Simple soldat en avril 1914, chef de corps franc d'octobre 1914 à février 1916, sous-lieutenant en 1916, il est gravement blessé en octobre 1916. Il reprend ses fonctions en 1917 et veut désormais réunir les combattants, les organiser afin de mettre en œuvre la politique de la Victoire !

12À partir de 1919, l'économiste l'emporte sur le militant. Valois crée des sociétés corporatives, organise des semaines du Livre ou de la Monnaie.

13"Je cherchais le type nouveau des assemblées du monde moderne." Il ne met plus la restauration de la monarchie comme préalable à toute solution du problème économique. Il reste cependant l'économiste officiel de l'Action française avec son livre L'Economie nouvelle où Charles Maurras insiste sur la filiation entre l'Ecole sociale traditionnelle de la Tour du Pin et Valois sur les thèmes de la conciliation des antagonismes et la prise de conscience de la solidarité entre producteurs.

14Nous étudierons ci-dessous en détail la période 1920-1924 marquée par la campagne pour les Etats généraux.

15À partir de 1924 Valois perd tout espoir dans les hommes au pouvoir. Après la faillite du parlementarisme il faut créer un Etat national remplaçant l'Etat parlementaire et bourgeois. Il fonde en février 1925 un hebdomadaire, Le Nouveau siècle, grâce à des financiers et industriels proches de l'Action française : Eugène Mathon, de Roubaix-Tourcoing, Serge André et Antoine Cazeneuve. L'hebdomadaire se transforme en quotidien en décembre 1925.

16Dans un appel aux combattants, Valois lance l'idée d'une révolution nationale en faisant appel à la dictature des anciens combattants.

"Rassemblons-nous, camarades, si cette horde de financiers internationaux, de fournisseurs de guerre, de politiciens et de pillards veut livrer bataille, nous serons prêts. Si elle veut provoquer une révolution pour se sauver dans le désordre, nous la donnerons, mais la nôtre, la révolution des combattants, la révolution nationale par laquelle nous donnerons un chef à la France. Rassemblons-nous et formons nos Légions" (16 avril).

17En octobre 1925, Valois remet à Maurras et à Daudet sa démission de membre des comités directeurs de l'Action française tout en rappelant sa dette vis-à-vis de Maurras "dont l'amitié est un des plus grands bienfaits qu'un homme puisse connaître".

18Valois est soutenu par une déclaration de 28 personnalités (depuis Jacques Arthuys jusqu'aux Tharaud en passant par Henri Massis). Le Nouveau Siècle est fondé pour "exprimer l'esprit, les sentiments, la volonté " du nouveau siècle, né le 2 août 1914.

"Un chef national, la fraternité française, une nation organisée dans ses familles, ses métiers et ses provinces, la foi religieuse maîtresse d'elle-même et de ses œuvres, la justice de tous et au-dessus de tous".

"... Nous travaillerons à former ou à reformer les légions de la victoire, légions de combattants, de chefs de famille, de producteurs, de citoyens".

19La rupture d'abord à l'amiable devient de plus en plus profonde avec l'Action française. Les raisons en sont complexes, il y a peut-être l'hostilité des permanents de l'Action française soutenus par Maurice Pujo. Jusqu'à présent Valois avait été un des quatre as de l'Action française avec Maurras, Daudet et Bainville.

20Plus profondément, les options de Valois s'éloignaient de celles des responsables de l'AF à propos des Etats généraux. Maurras et Daudet veulent d'abord la restauration de la monarchie et ensuite l'organisation du travail et des intérêts : "L'histoire des anciens Etats généraux, quand ils n'étaient pas menés par le Roi, montre quels éléments de perturbation en peuvent sortir pour l'Etat. De nos jours, ces Etats peuvent aider à la ruine d'un Etat indigne et en pleine liquéfaction. Compter sur eux pour constituer un nouvel Etat unitaire est une de ces conclusions en papier-nuage où excelle Georges Valois, comme y excelle son meilleur maître, Marc Sangnier. Si l'on veut faire sortir d'un mouvement quelconque d'Etats généraux, une action quelconque pour la génération de l'Etat, il faut avoir soin de le dire, d'étudier ce que doit être cet Etat, donc redoubler de propagande intellectuelle en faveur d'une organisation monarchique héréditaire décentralisatrice et traditionnelle" (25.XII.1925).

21Valois de son côté voulait commencer à lutter contre l'Etat parlementaire avec l'aide des patriotes, républicains ou monarchistes. Yves Guchet montre bien que la rupture est en germe dès le lancement de la campagne en faveur des Etats généraux.

22Georges Valois, convaincu que l'Action française n'est pas capable d'agir, crée le 11 novembre 1925 son propre mouvement, le Faisceau. Après une réunion, salle Wagram à Paris, réunissant entre 4 et 6 000 personnes, 300 légionnaires en chemise bleue se rendirent sur la tombe du soldat inconnu. Le Faisceau était divisé en quatre sections : faisceau des combattants, faisceau des producteurs, faisceau civique, faisceau des jeunes.

23Pour beaucoup d'historiens, la ressemblance avec le fascisme italien est évidente. Mais Valois a toujours défendu l'originalité de son mouvement et a voulu montrer que le fascisme était un produit d'origine française dont il avait été un des initiateurs après la guerre avec une confédération de la production. Selon Valois, "le fascisme a sauvé l'Italie en employant les méthodes conformes au génie italien, le fascisme français emploiera des méthodes conformes au genre français (19.XI.1925). Dans ses discours et articles, Valois élabore une doctrine de la Révolution nationale "prise partout où il y a une vérité" chez les socialistes, les nationalistes, les communistes, les républicains. Il insiste sur la faillite des vieux partis, l'impuissance du parlementarisme, la nécessité de conquérir l'Etat pour lui donner une forme nationale au-dessus des partis et des classes, l'organisation de l'Etat en fonction de la séparation des organes de la souveraineté et de ceux assurant la représentation des intérêts, l'apparition du chef "qui sera celui qui prendra à l'heure où il le faudra, sous son entière responsabilité, les décisions que la Nation attend et que ralliera tout le monde à cet instant".

24Valois ne se mettait pas en avant. "Il y a le dictateur lorsque la dictature est faite, demander où est le dictateur équivaut à demander où est l'homme qui réussira". Et de citer les exemples de Mussolini, de Pilsudski et de Primo de Riveira. Il fut question en fait du général Mangin et après sa mort, du général Weygand...

25Le but ultime était de restaurer l'Etat et de former une nouvelle Europe.

"Alors sous l'inspiration de la France, les peuples formeront le faisceau romain, le faisceau de la chrétienté, qui refoulera la Barbarie en Asie ; il y aura à nouveau une grande fraternité européenne, une grande paix romaine et franque, et l'Europe pourra entrer dans le grand siècle européen qu'ont annoncé les combattants..."

26Les critiques réciproques devinrent de plus en plus acerbes. "Les chemises bleues ne supportent pas la fleur de lys et inversement". L'Action française accusa Valois de ne pas être un honnête homme, d'être parti avec la caisse, d'avoir voulu avec l'aide du maire communiste de Périgueux proclamer un Etat libre du Périgord, de manquer de courage physique etc.

27L'Action française baptisa le Faisceau "Fesso", ce qui signifie idiot en italien, si bien que les adhérents du Faisceau devenaient les fessistes. On accusa même Valois d'avoir joué lors de son séjour en Russie au début du siècle le rôle d'agent secret de l'OKHRANA, la police tsariste. Sur le plan pratique, Valois, aidé du colonel Milleret et du comte de Lur-Saluces et possédant la majorité absolue des actions, enleva à l'Action française le contrôle de la firme d'édition, La Nouvelle Librairie Nationale. Milleret et Lur-Saluces furent exclus de l'Action française (1926). La rupture était consommée.

28Le Faisceau connut son apogée entre novembre 1925 et juin 1926 : 15 127 adhérents en avril 1926. A Bordeaux 1 635 Légionnaires (407 aux corporations, 642 au faisceau civique...). Toujours à Bordeaux le 20 janvier 1926 une réunion attire 2 500 personnes (un millier n'ayant pu entrer dans la salle).

29Les liens furent complexes avec la Légion mouvement d'anciens combattants fondé en 1924 par Antoine Redier et les Jeunesses Patriotes de Taittinger. Peut-être 3 000 légionnaires de Redier ont adhéré aux Faisceaux. Au total, Yves Guchet estime à 26-27 000 le nombre des adhérents du Faisceau (ce qui est peu, à côté des 800 000 adhérents de la Fédération Nationale Catholique du général de Castelnau...).

30Les relations avec l'Action française furent très mauvaises : un procès retentissant se déroula, intenté par Valois, accusé par l'AF d'émarger aux fonds secrets, d'être à la solde du gouvernement italien, d'avoir volé les listes d'adresses de l'AF à son profit. Valois sortit vainqueur sur le plan judiciaire mais pas sur le plan politique.

31La crise du Faisceau commence dès le second semestre 1926. Le Nouveau Siècle connut des problèmes financiers et ne réussit pas à recruter dans le parti communiste. Valois, à la suite d'une visite au prétendant le duc de Guise, à Bruxelles (août 1926), rompit entièrement avec le royalisme : son action se situerait désormais dans le cadre républicain :

"Nous avons tous au Faisceau le grand sentiment de 1789, la grande idée de la Révolution française et que résume le mot la carrière ouverte aux talents. C'est-à-dire aux possibilités d'accession de tous aux charges publiques. Nous sommes ennemis de tout pouvoir qui fermerait ses propres avenues à certaines catégories de citoyens. Là-dessus nous avons tous la fibre républicaine" (21 juin 1926).

32Valois est toujours attaqué par l'Action française qui lui reproche de sacrifier les intérêts nationaux aux intérêts étrangers c'est-à-dire italiens. En effet, le 2 novembre 1926, au Cirque d'hiver, une grande réunion avait voulu constituer un bloc latin pour contribuer à l'organisation de la paix en Europe : Valois représentait la France et le poète Marinetti l'Italie (avec des représentants de la Belgique, du Portugal et de l'Espagne). Mais l'aide italienne directe n'a jamais été prouvée selon Y. Guchet.

33A partir de 1927 Valois opère un glissement très net vers la République :

"J'appartiens depuis mon enfance à la République. Ma fibre est républicaine. Depuis trente ans, j'ai agi pour installer les classes ouvrières dans la Cité, dans la République. Voilà mon objet avec la grandeur de la Patrie" (5 juin 1927).

"Nous ne sommes ni à droite ni à gauche. Nous ne sommes pas pour l'autorité contre la liberté. Nous sommes pour une autorité souveraine forte et pour une liberté non moins forte. Pour un Etat fortement constitué et pour une représentation nouvelle, régionale, syndicale, corporative" (28.XI.1926).

34En fait, Valois entame un retour vers la gauche. Il considère que le fascisme italien évolue dans le sens réactionnaire de défense de la ploutocratie capitaliste. Au 2e congrès de février 1928 Valois, partisan de présenter des candidats aux élections, se heurta à Philippe Lamour et à la majorité des délégués qui ne voulaient pas de l'électoralisme.

35A partir de 1928 disparaissent à la fois le journal Le Nouveau Siècle et le mouvement Le Faisceau. Des exclusions nombreuses, y compris celle de Valois lui même, se déroulèrent. La tendance favorable au fascisme italien (les docteurs Winter et de Martiny) créa un Parti fasciste révolutionnaire et un journal La Révolution fasciste. Georges Valois décida de ne plus poursuivre l'action pour l'Etat syndical sous la bannière du fascisme mais fonda le 10 juin 1928 le Parti Républicain syndicaliste. Il affirmait que "le fascisme a accompli en France sa mission historique qui était de disloquer les vieilles formations, de provoquer, au delà des vieux partis, le rassemblement des équipes de l'avenir". L'ancien chef du Faisceau revenait aux aspirations de sa jeunesse, avant la rencontre avec Maurras.

36Abandonné par ses mécènes financiers, ne voulant pas se laisser dicter ses orientations par des hommes d'argent (les lainiers du Nord, Hennessy, François Coty), Valois, en plus, n'était pas un homme d'action. Comme Maurras, la chose importante pour lui était le journal et non pas la prise du pouvoir. En trouvant des mérites aux socialistes, aux radicaux et aux démocrates chrétiens, il a déplu à la plus grande partie des membres du Faisceau. Pour Yves Guchet, à l'origine de l'échec du Faisceau, il y a la réussite de l'expérience Poincaré qui fait que tout est sauvé pour de nombreux Français et qu'il n'y a plus de révolution nationale à faire (selon G. Valois le 29 mai 1927).

37Le Parti Républicain Syndicaliste fut fondé à l'initiative de Georges Valois président. Jacques Arthuys, Hubert Bourgin étaient vice-présidents, le secrétaire général était René de la Porte, René Capitant en fut membre. Le Manifeste estimait que la révolution ne pouvait plus se faire dans la rue ni par les élections, elle est l'affaire des techniciens :

"Nous appelons à nous les techniciens, les constructeurs, les travailleurs, et nous nous déclarons prêts à travailler avec tous ceux qui se détachent des vieux partis, connaissent l'impérieuse nécessité du monde moderne, veulent donner à la France la constitution du travail qu'elle attend depuis le jour où les peuples ont déposé les armes (18 mars 1928)".

38A partir de 1929 Valois ne joue plus un rôle politique important, il continue son œuvre de réflexion dans la librairie Valois ou les Editions Liberté, où paraissent les ouvrages suivants :

  • Le nouvel âge de l'Humanité, 1929 ;
  • L'homme contre l'argent, 1928 ;
  • Guerre ou révolution, 1931 ;
  • Technique de la révolution syndicale, 1935 ;
  • Guerre ou blocus économique, 1939 ;
  • Prométhée vainqueur, 1940.

39Il anime Les Cahiers bleus organe du PRS jusqu'en 1932, où l'on trouve les signatures de Pietro Nenni, Pierre Mendès-France, Bertrand de Jouvenel, Jean Luchaire.

40Il dirige aussi les Chantiers coopératifs, le journal Le Nouvel Age et la librairie Valois où l'on trouve les livres de Jouvenel L'Economie dirigée, de Charles Albert l'Ordre nouveau.

41Il développe l'idée d'organisation rationnelle du monde économique : le bassin de la Garonne, l'Afrique chantier de l'Europe. Le Manifeste des Chantiers coopératifs en 1932 demande la création d'un système européen, avec plan décennal de rationalisation générale. Charles Albert, Pierre Cot, Armand Cuvillier, Pierre Dominique, Paul Langevin étaient parmi les signataires du Manifeste.

42Dans son journal Le Nouvel Age, Valois mène une lutte quotidienne contre la presse, les banques, la grande industrie. Il mène aussi campagne contre le capitalisme français qui lui apparaît divisé en deux blocs aux intérêts opposés, l'un financier dominé par Horace Finaly et Ernest Mercier, l'autre par Edmond de Rothschild et François de Wendel.

43Valois refuse toute socialisation dans une perspective étatique. Toute réalisation étatique de la socialisation aboutit finalement et totalement à une sorte de fascisme économique nécessairement complété un jour par un fascisme politique, c'est-à-dire la concentration entre les mains d'un petit nombre d'hommes ou même d'un homme, d'un pouvoir totalitaire.

44Par de nombreux procès, Georges Valois se fit des ennemis : Anne Darbois ancienne rédactrice de Le Nouvel Age, les syndicalistes Charles Laurent, Belin, Christian Pineau et Maurras pour des articles de Valois dénonçant les influences nazies dans l'Action française.

45En 1935 Valois demanda son adhésion à la xve section de la SFIO dont le secrétaire administratif était Marceau-Pivert, elle fut acceptée mais le conseil fédéral de la Seine exhumant un texte de Valois sur Jaurès datant de 1912 refusa cette adhésion. Selon Valois (17 oct. 1935), le parti socialiste était le seul parti en qui la Révolution française survivait.

46Il critiqua durement la politique du Front populaire : la dévaluation de Blum faite au bénéfice des capitalistes alors qu'elle aurait pu démolir les trusts, abattre les banques et préparer la voie au socialisme ; la politique de non intervention en Espagne, la nomination des délégués des grandes banques et des trusts dans des organismes financiers importants (Charles Rist et Paul Baudoin). Valois accuse le gouvernement du Front populaire d'être la couverture du capitalisme français.

47En 1938, Valois n'approuve pas les accords de Munich et y voit une mystification par une entente délibérée entre les quatre gouvernements. Il rend en 1939 Staline responsable du déchaînement de la Deuxième Guerre mondiale. Fin 1940, il se rend à Casablanca où il rédige "La fin du bolchevisme" dans lequel il annonce la mort du socialisme autoritaire sorti d'octobre 1917. Dans un texte publié en 1942 "Comment finira la guerre ou la vraie révolution", il parle de la vraie révolution économique grâce à la création de sociétés d'usagers éliminant le parasitisme et attribuant la production à son destinataire naturel. "L'économie nationale appartient aux usagers."

"L'individu usager en qui doivent s'inscrire finalement toutes les mutations de l'espèce".

48En conclusion, Valois prévoit la naissance en Europe d'une force créatrice et organisatrice, donnant naissance à un homme nouveau, à l'origine d'une révolution culturelle et morale — ou bien l'Europe subira le joug des Barbares qui ouvriront un Nouveau Moyen Age d'où sortira, après des siècles de guerres civiles, la nouvelle civilisation.

49Ces vues prophétiques se retrouvent dans le livre posthume L'Homme devant l'Eternel (1947), rédigé en prison à Meknès en 1941. Inspiré par Auguste Comte, Valois estime qu'il est nécessaire de donner à l'Europe une religion positive qui consisterait à revivifier les valeurs chrétiennes par des assemblées locales et de régions.

50Emprisonné à Clermont-Ferrand, jugé et acquitté, Valois se retire à Val d'Argières, près de Beaujeu. La Gestapo l'arrête en mai 1944 pour son action clandestine. Emprisonné à Lyon, il est déporté en Allemagne et meurt le 18 février 1945 dans le camp de Bergen-Belsen, "bagne sanatorium". Ainsi, la trajectoire a été complexe : anarchiste devenu royaliste, venu de l'extrême gauche pour devenir l'éditeur de l'extrême droite monarchiste ; puis à nouveau républicain et syndicaliste, hostile à la fois à l'Action française, au bolchevisme et au Front populaire.

51La pensée de Valois se situe dans la postérité des grands auteurs du xixe siècle : Saint-Simon, Comte et Proudhon. Il a cru à la valeur de l'organisation et de la planification, au rôle des techniciens au détriment des politiciens ; il a confiance dans les hommes de la base qui ne font pas de politique mais qui ont besoin d'un système de valeurs conforme à la science ; enfin, comme Proudhon, Valois incarne la lutte de l'Homme contre l'Argent : "J'ai une haine personnelle contre l'Argent".

52Partisan d'une révolution antiploutocratique et anticapitaliste, Valois l'a cherchée successivement dans l'anarchie, le syndicalisme, la république autoritaire, la monarchie, la Révolution française et à nouveau le syndicalisme.

53Il a terminé sa trajectoire intellectuelle par un Humanisme comtien après avoir eu un passé important à l'extrême droite (1906-1925) et après avoir rallié l'extrême gauche (PRS) dont il était issu ; jusqu'en 1930 l'Etat lui semble capable de combattre l'oligarchie ploutocratique, après 1930, tout Etat lui semble inévitablement dominé par les banques et par les trusts.

54Penchons-nous sur la période 1920-1924 pour bien montrer l'importance de la campagne pour les Etats généraux. Dès son retour du front, Valois proposa la fondation d'une Confédération nationale de la Production française, ce fut un échec car Valois voulait l'ouvrir aux syndicats ouvriers, ce que ne voulaient pas Loucheur, Clémentel et Citroën qui désiraient surtout organiser le patronat et les techniciens face à la CGT. En mars 1920 au vue Congrès de l'Action française, Valois lance l'idée d'une organisation répondant aux principes de l'Economie Nouvelle. Valois cherche dans l'Action française des hommes de toute condition capables de s'unir sous le signe national. Il crée alors la Confédération de l'Intelligence et de la Production française, première tentative de fascisme syndicaliste qui prend ensuite le nom d'Union des Corporations françaises organisée sur le plan régional et par professions (25 catégories). Valois organisa plusieurs "Semaines" : celle du Livre en 1920, celle de la Monnaie en 1923. Pour lui ces Semaines sont le premier pas vers la réorganisation économique de la France, une préface à la réunion des Etats généraux assurant la représentation des professions face à l'Etat. Le 25 septembre 1922, Valois face à la crise de la démocratie et du parlementarisme présente son programme de réformes :

"Un Etat libre au-dessus des partis et des groupes, un chef d'Etat permanent incarnant l'intérêt national, devant l'État : les Etats professionnels, les Etats régionaux, les Etats généraux pour représenter et défendre non plus la poussière des citoyens mais des corps, c'est-à-dire des familles, des métiers et des provinces".

55Dès 1922 Valois ne parle plus du Roi mais du chef national ! Influencé par la lecture de Lucien Romier sur la Conjuration d'Amboise, il n'attribue plus toutes les vertus à la monarchie.

56Dans le numéro 1 (avril 1923) des Cahiers des Etats Généraux, revue mensuelle, on trouve l'historique du mouvement pour les Etats généraux : 1888 est l'année où l'idée fut reprise à Romans par les descendants des députés aux Etats du Dauphiné de 1788. Un manifeste du 29 septembre demandait une réunion des groupes sociaux capables de sauvegarder les intérêts collectifs. La Tour du Pin avait adhéré au mouvement en disant qu'on devait reprendre le mouvement de 1788 dans une France en pleine désorganisation sociale et où il fallait défendre devant la tyrannie de l'Etat les droits naturels et historiques des familles, corporations, communes, provinces, pays.

57Mais le projet des Etats généraux n'eut pas de suite. Il fallut attendre l'après-guerre pour que l'idée fut reprise par Jouvenel, sénateur, directeur du Matin, au sujet de l'insuffisance de la production de blé. Enfin le 18 décembre 1922 l'Action française réunit 20 000 personnes salle Wagram pour acclamer l'idée de réunir les Etats généraux. Un comité national pour la convocation des Etats généraux fut constitué. Léon Daudet développait l'idée dans le quotidien L'Action française tandis que le Matin organisait une réunion le 24 novembre dans les salons de l’hôtel Continental "les Etats généraux de l'économie nationale". Bernard de Vésins, Marie de Roux, Léon Daudet, Maxime Réal del Sarte et Georges Valois prononcèrent des discours lors de la réunion du 18 décembre.

"Nous voulons que les grands intérêts moraux et matériels de la France qui sont au-dessus de chacun de nous, soient représentés par des hommes qui feront corps avec eux, et non pas des voyous de passage".

"Un Etat sain ne connaît pas les individus qui n'existent pas, il ne connaît que des Familles et des Sociétés".

58Valois estime que "l'élite du pays, l'élite intellectuelle, l'élite des chefs du travail, l'élite ouvrière sera ainsi appelée à représenter le pays devant l'Etat."

59Pour Valois, l'Etat du parlementarisme peut s'effondrer mais l'Etat français ne tombera pas.

"Nous ne permettrons pas que les pirates de la finance et les bolchevistes exploitent cet effondrement pour porter un coup mortel au pays..." (p. 90).

60Une déclaration finale fut adoptée par acclamation : elle affirmait que le Parlement était incapable de résoudre les problèmes posés par la paix et les finances. Il fallait réaliser un Etat indépendant capable d'imposer aux partis et aux groupes le respect de l'intérêt national, il fallait aussi opérer le redressement de l'Etat français devant l'attitude de l'Allemagne qui reconstituait son armée et préparait sa revanche. L'Assemblée demanda donc d'organiser la convocation des Etats généraux où seraient appelés à siéger avec les représentants des forces morales et spirituelles du pays, ceux des corps savants, ceux des instituts d'enseignement, les chefs et délégués des associations intellectuelles et économiques, patronales et ouvrières.

61Le comité d'action ouvrit sa campagne par deux réunions à Bordeaux les 2 et 3 mars. À l'Athénée municipal, Eugène Mathon et Georges Valois développèrent le programme du comité national. 2 000 Girondins décidèrent une nouvelle "union sacrée" pour soutenir l'Etat français dans la crise intérieure et extérieure. Ils approuvèrent la création d'un comité régional pour la convocation des Etats généraux. L'ordre du jour demandait aussi le paiement des réparations, la délivrance des peuples allemands de la tyrannie prussienne et le redressement financier de la France. Les participants souhaitaient que le gouvernement "délivre l'Occident de la menace d'une nouvelle guerre et place la France au premier rang des puissances pacificatrices".

62À Bordeaux, le président Benjamin Damas était négociant en vins — parmi les membres on peut citer B. de Lur-Saluces délégué général, Albert Dufourg avocat, Delmas imprimeur, Dr Pierre Mauriac, George Planes, Gérard Peyrelongue, de Roquette Buisson, Joseph Louit, etc... Les rédacteurs des Cahiers affirment le principe d'une représentation des intérêts par les corps intellectuels et économiques. Ils prônent la "lutte contre la révolution et la finance internationale menée par une élite d'hommes résolus à obtenir les réformes nécessaires à la renaissance nationale". Participent à cette lutte : Eugène Mathon, Etienne Bernard-Précy, Max Leclerc, Bernard de Vésins, Paul Robain, Auguste Cazeneuve, Martin-Mamy, Georges Coquelle, Ambroise Rendu, Georges Valois. Ce dernier reconnaît encore ce qu'il doit à La Tour du Pin et à Maurras.

63En 1924 il salue dans sa revue la mort du colonel de la Tour du Pin au moment même où selon lui "s'affrontent dans un conflit peut-être décisif, deux conceptions de l'ordre économique et social : la conception chrétienne que la Tour du Pin avait approfondie, renouvelée, rendue à la vie, et la conception germano-asiatique, qui s'arme pour s'installer sur les ruines d'un Etat mené par le libéralisme". Dans son éloge funèbre Georges Valois fait également allusion à Maurras.

"Si la France n'est pas coupée en deux, bourgeois d'un côté, ouvriers de l'autre, s'il existe une grande troupe de Français, où sous la direction de la pensée politique de Maurras, sous la protection des combattants, les chefs de la production et les ouvriers collaborent dans un même sentiment de fraternité nationale, et sans se confondre, c'est au colonel de la Tour du Pin qu'on le doit. C'est par son oeuvre qu'a été assurée la transmission des vérités françaises, la liaison intellectuelle des générations. C'est son œuvre qui avait défendu le terrain sur lequel nous travaillons aujourd'hui, c'est grâce à elle que le monde moderne a retrouvé l'esprit corporatif qui l'anime aujourd'hui".

64Valois, certes, ne veut pas ressusciter les trois ordres de l'Ancien régime mais permettre une représentation authentique des réalités qualifiées de permanentes ; il passe en revue successivement : la Famille, les Provinces, les Instituts, les Corps Savants, l'Université, les Lettres et les Arts, les Grandes Ecoles pour les professions intellectuelles, s'y ajoutent l'Agriculture, le Commerce et l'Industrie selon les modalités mettant en relief la division fonctionnelle : le Patronat, la Technique et les forces ouvrières ; les Eglises, les différents cultes, les Associations n'étaient pas oubliées.

65Le rôle des Etats généraux ne consiste pas à faire la Loi, affaire de spécialiste, ils sont là pour fournir les informations nécessaires à son élaboration et pour veiller à une application humaine. Leur "grand travail" est la coordination des forces nationales nécessaires à la poursuite des objectifs de l'Etat.

66À la tête de l'Etat il doit y avoir un chef responsable, agissant au-dessus des partis et des intérêts particuliers. A côté du chef de l'Etat "chef et non mandataire impuissant d'une coterie parlementaire" doit exister un gouvernement choisi par lui et non pas investi par une assemblée parlementaire. Une Assemblée de notables fut invitée le 18 octobre 1823 à la salle des ingénieurs civils : 600 personnes avaient répondu parmi la liste de 6 000 noms établie par Mathon. Pour Valois, les Etats généraux ne devaient pas se subsistuer au pouvoir politique, mais représenter en face de lui l'ensemble des intérêts de la nation. Les membres du Comité avaient décidé de ne pas mettre en cause les institutions politiques, ni entre eux, ni en ce qui concerne leur action collective. Pour Valois, il est possible de faire l'accord sur ce point de la représentation des intérêts avec les républicains de bonne volonté. Cette attitude ne pouvait que mécontenter Charles Maurras. Il semble que Georges Valois ait voulu dès 1923 fonder un mouvement distinct de l'Action française. Mais Etienne Bernard-Précy, membre du comité, aurait été soit un cheval de Troie du ministre des Finances et d'Horace Finaly pour faire obstacle aux efforts de Valois, soit un agent des conservateurs de l'AF inquiets de l'orientation prise par Valois. Une autre hypothèse est la rivalité entre Valois et Bernard-Précy qui, après avoir rendu visite à Mussolini, croyaient, chacun de leur côté, être un futur Duce français.

67En outre, Valois mettait au premier plan la réforme économique : les Etats généraux devaient permettre à des hommes de tous les partis de se rassembler pour une œuvre commune tout en demeurant apolitique. Il fallait donc faire un bout de route commune avec les républicains. Maurras, partisan du Politique d'abord, ne pouvait pas accepter cette attitude, lui, qui mettait avant tout la restauration de la monarchie héréditaire comme préalable de toute réforme.

68En 1924 aussi le mouvement fut concurrencé par la réalisation de Justin Godard, ministre du gouvernement Herriot, qui organisa le Conseil Economique National. Le 10 août 1924 Valois reconnaît : "On a voulu couper l'herbe sous le pied au Comité des Etats généraux", en réunissant un commencement d'Etat". Lucien Romier inspirateur de la "Journée industrielle" avait donné son soutien à cette initiative du Cartel ainsi qu'Etienne Bernard-Précy, directeur de la même feuille et membre du Comité.

69La campagne pour les Etats généraux n'empêcha pas Valois de diriger une liste aux élections législatives de 1924. Il fut battu dans la banlieue parisienne n'obtenant que 13 000 voix ; les autres listes d'AF conduites par Vésins, de Roux, Daudet furent également battues. L'année suivante, Valois reprochait à l'AF, antiparlementaire, de participer aux élections, Maurras répliqua que dès 1908 il avait, lui, Maurras, lancé la formule "Par tous les moyens, même légaux" et que l'élection avait permis à Mussolini, Boulanger, Paul Déroulède, et Maurice Barrès de se faire entendre.

70En fait, dès 1924 la rupture Valois-Maurras est consommée. Le chef de l'Action française ne pouvait admettre que la restauration de la monarchie soit mise au second plan par Valois prêt à collaborer avec toutes les bonnes volontés. En outre, Maurras recherchait surtout des alliés dans la bourgeoisie alors que Valois souhaitait les rechercher dans la classe ouvrière et chez les dirigeants communistes. La rupture était inévitable : avec l'échec du mouvement pour la convocation des Etats généraux, Valois créa son propre mouvement le Faisceau, le 11 novembre 1925.

71Les Cahiers s'arrêtent au 1er semestre 1925, ils se terminent par une allocution de G. Valois prononcée à la réunion du 11 novembre 1924 et qui annonce la "Révolution nationale".

"Il nous faut détruire l'Etat bourgeois, libéral, parlementaire... il nous faut le détruire et le remplacer par un Etat national, ayant à sa tête un "Chef" que nous n'élirons pas — car un "chef" cela ne s'élit pas : cela se désigne soi-même. Oui ! un chef national qui soit au-dessus de toutes les classes, de tous les partis, qui n'ait l'esprit d'aucune classe, d'aucun parti : qui n'ait que l'esprit national, qui fasse reposer l'Etat sur l'esprit héroïque qui est le nôtre, et qui appelle les combattants à le soutenir dans son œuvre de restauration".

72Dans le numéro se trouve aussi un appel de Georges Valois intitulé "Devant la hideuse banqueroute", appel lancé aux producteurs, aux épargnants, aux combattants :

Pour sauver le Travail
Pour restaurer les finances françaises
Pour le franc-or
Pour l'organisation corporative
Pour donner un chef à la France
Pour une Révolution nationale.

73Georges Valois ne met plus la convocation des Etats généraux qu'au troisième rang après la dissolution de la Chambre des députés et la dictature nationale, indépendante des partis et des classes. Déçu par les élections législatives et municipales de 1924, Georges Valois affirme plusieurs fois en lettres capitales :

"TOUTE ENTREPRISE DE SALUT PUBLIC DOIT ÊTRE CONÇUE, ORGANISÉE, CONDUITE, HORS DU PLAN ÉLECTORAL ET PARLEMENTAIRE".

74Il annonce la liaison des efforts de divers groupements de salut public : la Ligue nationale du Franc-or (Eugène Mathon), la Légion des Combattants français fondée en mars 1925 à la suite de l'appel du 11 novembre 1924 (Jacques Arthuys), l'Union des Corporations françaises (Georges Valois), l'hebdomadaire Le Nouveau Siècle (Serge André), enfin le bureau central d'informations assurant la liaison générale (Auguste Cazeneuve).

75S'appuyant sur les trois colonnes : la Famille, la Région, la Corporation, Georges Valois prévoit un "duel immense commencé entre la Barbarie et la Civilisation, entre la Horde et la Cité, entre le monde asiatique et le monde européen".

76Contre l'anarchie du xixe siècle, le capitalisme individualiste et souverain qui a condamné les masses ouvrières à la misère, il prône :

"Cette révolution nationale qui renversera les institutions de l'individualisme, libèrera l'intelligence serve de l'or, donnera à l'ouvrier ses protections devant le capital irresponsable, garantira le producteur contre la finance internationale et fondera la nation moderne, avec l'unité de commandement sur ces trois colonnes : la Famille, la Région, la Corporation".

77Il demande ensuite dans un bulletin de souscription la constitution d'un trésor afin de lutter contre l'or de Moscou, le rouble soviétique, l'or de Berlin, le mark-or à l'effigie d'Hindenbourg mais aussi l'or de la finance internationale. Le Nouveau Siècle prend maintenant l'adresse des Cahiers des Etats généraux, 21, Rue Cambon.

"Le faisceau des forces françaises étant reconstitué, l'Etat redevenu fort pour le bien commun, la France reprendra son rôle historique. La grande tâche du xxe siècle sera de réduire à l'obéissance la ploutocratie inhumaine qui opprime le monde. C'est notre ambition que la France ait le premier rang dans cette œuvre, et que son territoire, tenu par le Combattant à l'abri des assauts de la Barbarie, devienne pour tous ce beau jardin où les Français connaîtront la paix, la justice, la prospérité et l'amitié".

78L'expérience des Cahiers des Etats généraux est terminée ; commence alors l'aventure du Nouveau Siècle.

"Nous avons à organiser la victoire dans le chaos engendré par la crise politico-financière. Nous le ferons. L'effort sera rude. Nous le prévoyons depuis trois ans, et nous sommes prêts à l'accomplir. Que chacun nous y aide selon ses moyens. Et que chacun s'engage dans l'effort avec l'esprit de la victoire, afin que la crise traversée, la France entre d'un seul coup dans la grandeur".

79L'idée de représentation des intérêts est encore très présente dans le Manifeste pour la République syndicale publié le 18 mars 1928 dans Le Nouveau Siècle peu avant sa disparition, Valois prévoyait une assemblée souveraine chargée d'exprimer les différents intérêts sociaux, urbains et ruraux, intellectuels, patronaux et ouvriers et, à côté, d'autres assemblées consultatives, chargées de représenter les intérêts particuliers : les institutions communales et d'arrondissements, les assemblées régionales. Une assemblée économique nationale serait formée par les représentants des forces syndicales organisées, cette assemblée serait à la fois chambre consultative, conseil d'Etat, organe de liaison de l'Etat et des forces économiques. Ainsi deux sortes de syndicalisme apparaissent : un syndicalisme civique et un syndicalisme économique.

80Par la suite Valois ne semble pas avoir repris le mythe des Etats généraux. Il affirme lui-même qu'à l'Action française il a mené une campagne antibourgeoise qui rendait malades Maurras et Bainville, son fascisme est avant tout le passage du nationalisme au socialisme alors qu'en Italie Mussolini passait du socialisme au nationalisme. Or, Valois avait connu ce premier virage avant 1914, on peut dire qu'il est le premier fasciste français.

81Au total, dans le chassé-croisé idéologique du xxe siècle, le cas de Georges Valois nous a paru particulièrement intéressant. Un disciple de Proudhon et de Sorel qui a été aussi le collaborateur de Charles Maurras et de Jacques Bainville, qui a influencé Philippe Barrès, Bertrand de Jouvenel, René Capitant, Philippe Lamour, n'est pas un personnage insignifiant.

82Plus que par la politique il a été intéressé par l'économie. Il a été un des pionniers de la planification et de l'économie dirigée, le créateur en France du premier mouvement fasciste, "l'inventeur du terme de révolution nationale". On retrouve dans ses œuvres l'anticapitalisme et l'antisémitisme de l'extrême gauche et de la droite révolutionnaire de la fin du xixe siècle. Vers 1920, Valois tente, selon lui, de concilier le syndicalisme intégral de Sorel avec l'idée que la pression ouvrière syndicalement organisée dans chaque groupe économique est indispensable au progrès technique et le corporatisme de la Tour du Pin qui met en avant la solidarité entre producteurs. Mais, en fait, Valois avait rejeté totalement l'idée de lutte de classes, centrale chez Sorel, et ne voulait pas du tout restaurer un ordre politique et social chrétien.

83La conciliation entre l'anarchisme sorelien et le traditionalisme de la Tour du Pin était en réalité impossible. Mais devant les crises nombreuses, la guerre, les difficultés économiques, Valois a voulu proposer des réformes. "La guerre n'explique-t-elle pas comment nous sommes contraints aujourd'hui de rejeter un système capitaliste dont elle a révélé l'impuissance ?" (AF, 28 juin 1920).

84Devant la crise de l'économie et la crise de la société, Valois propose des solutions. Certaines de ses formules sont restées célèbres dans l'histoire intellectuelle de xxe siècle : l'Homme qui vient — l'économie nouvelle — la révolution nationale — un nouvel âge de l'humanité — guerre ou révolution — Prométhée vainqueur. Son influence posthume est peut-être aussi importante que son action réelle de son vivant. D'une part le terme de "révolution nationale" fut emprunté par le régime de Vichy mais en même temps les idées valoisiennes de l'importance de l'économie et des syndicats ont été reprises et adaptées par ceux qui avaient en charge de reconstruire la France à la Libération et dans l'après-guerre. On pourrait rechercher les origines de certains organismes ou thèmes comme le conseil économique et social, les organes de planification, les assemblées régionales issues de la décentralisation, dans les revues et articles des années 1924-1939 mais aussi le mythe des Etats généraux repris par Poujade vers 1954. Valois, fondateur du premier parti fasciste en France, en fait n'est pas resté fasciste dans la mesure où il a pris après 1935 la défense de l'Individu contre l'Espèce et le Groupe. Il a critiqué les mesures antisémites d'Hitler et les purges de Staline.

85Il a été fasciste entre 1924 et 1928 dans la mesure où il tentait de concilier nationalisme et socialisme et où il développait des thèmes antiparlementaires et antidémocratiques. Selon Paul Sérant "l'ancien fondateur du Faisceau est désormais condamné à l'hétérodoxie par rapport aux formations politiques classiques". Georges Valois s'est trompé au moins deux fois. D'abord quand il a cru que l'idée monarchique pouvait mettre un terme à la division droite/gauche, unir les meilleurs éléments de tous les partis, de toutes les classes sociales, dans un idéal positif à la fois national et social, ensuite, quand, abandonnant la monarchie qui ne trouvait pas d'écho dans le milieu ouvrier, il crut que l'idée fasciste, idée neuve, moderne, permettrait plus facilement l'union des meilleurs. Il s'est peut-être aussi trompé lorsqu'il a pensé que la révolution pouvait être réalisée à l'intérieur d'une république syndicale où l'économie l'emporterait sur la politique.

86Mais notre rôle n'est pas de juger mais de constater : la campagne pour les Etats généraux marque une étape capitale dans l'évolution intellectuelle de Georges Valois car il passe en quelques mois du monarchisme de l'Action française au fascisme latin. Après l'appel au roi, l'appel au chef et l'annonce de la révolution nationale "le fasciste latin veut la révolution nationale parce qu'il est obligé de vivre sur le pays et par conséquent d'organiser le travail sous le commandement de sa loi nationale". La crise pour Valois vient du fait que l'Etat français a créé une situation révolutionnaire parce qu'il a été incapable d'imaginer et d'appliquer les solutions à tous les problèmes nés de la guerre. Pendant la guerre l'esprit héroïque s'est substitué à l'esprit mercantile et juridique. Mais après, l'esprit bourgeois a perdu la victoire. Il faut détruire l'Etat libéral et le remplacer par un Etat national. Les réformes doivent remettre les bourgeois à leur place, les politiciens et la ploutocratie ont usurpé le pouvoir, il faut le rendre aux faisceaux des combattants : "La loi bourgeoise a été celle de l'argent, tandis que la loi du combattant était celle de l'héroïsme".

87En 1924, l'Etat national voulu par Valois a encore un roi à sa tête ; quelques mois plus tard le roi a disparu : la campagne pour les Etats généraux a provoqué le schisme avec Maurras : Valois devient un dissident de l'Action française, le fondateur du premier fascisme français, le théoricien de la république syndicale, le critique du socialisme trahi par Léon Blum, il reste l'anticapitaliste viscéral, mais il devient aussi un homme seul et peu écouté, il n'a jamais été le chef qu'il aurait voulu être, il n'a pas été l'homme qui vient qu'il avait lui-même annoncé au début du siècle.

88Dans le cas de Georges Valois nous refusons le terme de DÉRIVE qui signifie déviation (d'un navire ou d'un avion) par rapport à sa route prévue. On ne peut pas dire que, dès le départ, il y ait pour l'individu une évolution intellectuelle et spirituelle prédéterminée. Par son origine et sa formation Georges Valois devait-il nécessairement et selon quelle loi de finalité passer par l'anarcho-syndicalisme et finir leader de la CGT des années trente ? On ne peut pas dire qu'il y a une DÉRIVE MONARCHISTE... ni ensuite de DÉRIVE FASCISTE ou de DÉRIVE SYNDICALISTE. Il s'agit seulement d'oscillations normales, plus ou moins importantes selon les individus.

89Aller à la dérive signifie aussi aller à vau-l'eau, dans un sens critique et une acception péjorative. Le terme de chassé-croisé est mieux adapté. Certes au sens strict il désigne un échange réciproque et simultané de place et de situation. Si on l'applique à Georges Valois il ne convient pas parfaitement car ce personnage historique a bien échangé des situations et des positions en apparence opposées mais il reste le même par son éducation, sa formation, son caractère. Il s'agit d'évolutions spectaculaires et de changements d'attitudes politiques. Pour qu'il y ait véritablement chassé-croisé il faudrait le comparer à d'autres contemporains qui ont connu le chemin inverse du maurrassisme à la démocratie comme Jacques Maritain, du maurrassisme au fascisme comme Lucien Rebatet.

90Comme tout groupe idéologique, les mouvements, partis, revues de Georges Valois avaient reçu un long héritage du xixe siècle : un véritable "complexe idéologique". Complexe non dans le sens péjoratif mais défini comme un ensemble contenant plusieurs éléments différents souvent compliqués et même contradictoires. C'est le cas du VALOISISME qui fait souvent route commune avec un autre mouvement, aussi complexe que lui, mais qui s'en sépare sous l'influence des événements et des personnes. Le "valoisisme" a été le compagnon de route de nombreux autres complexes idéologiques : le socialisme, le maurrassisme, le fascisme, le syndicalisme mais il ne s'est jamais entièrement identifié à eux.

91Georges Valois n'est pas un intellectuel pur, c'est un producteur, c'est un technicien, imprimeur, éditeur, libraire. Il a travaillé chez Max Leclerc (A. Colin) et dans sa propre maison d'édition. Dans le "champ contradictoire" des valeurs du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle, il veut réaliser la juxtaposition de Proudhon et de Maurras, de Saint-Simon et de Georges Sorel, de la Tour du Pin et de Benito Mussolini, de Léon XIII et de Taylor, de Marc Sangnier et de Maurice Barrès.

92Au total, le Valoisisme, même s'il est à l'origine du premier faisceau français, n'a rien du fascisme pris dans le sens européen. Il n'a jamais proposé une révolution violente et brutale, il nous apparaît comme au centre d'un complexe idéologique où se succèdent et coexistent des thèses d'origines diverses depuis le productivisme de Saint-Simon jusqu'à l'appel au dictateur, l'homme qui vient !

93Dans la généalogie ascendante du Valoisisme on trouverait les grands noms du socialisme français du xixe siècle à côté des théoriciens théocrates défenseurs eux aussi de l'organicisme et des communautés ; parmi ses successeurs directs on peut compter les partisans du planisme, les analystes de la technocratie, les défenseurs des Etats généraux. Ces parentés ne sont pas très rationnelles mais il est évident que l'histoire elle-même est rarement rationnelle.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540