Version classiqueVersion mobile

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

II - ITINÉRAIRES

Ernst Niekisch, de la gauche au stalinisme par l'extrême droite

Louis Dupeux

Texte intégral

1"Ni gauche ni droite". Suis-je bien à ma place ici, dans un colloque dont l’intitulé ne me convainc guère, et pour y parler d’un allemand idéologue que j’ai situé moi-même "à la plus extrême droite", du moins pour la brève période qui lui valut sa relative célébrité, celle du "national-bolchevisme", tout à la fin de la république de Weimar ?

2Que le Niekisch de cette époque doive être situé "à la plus extrême droite", je l’ai démontré et je le redémontrerai "ad nauseam", n’en déplaise à tous ceux qui s'entêtent à le présenter comme un "homme de gauche" (ce fut le cas de Sebastian Haffner) ou, pire encore, comme un "homme de gauche de la droite", selon l'expression absurde empruntée à Kurt Hiller par Karl-Otto Schuddekopf et reprise à son compte par Heinrich-August Winkler, dans le méchant compte rendu de ma thèse qu'il a publié dans la Zeit du 29 novembre 1985.

3Pareil aveuglement s'explique pour une part par l'extraordinaire brouillage factuel et conceptuel auquel s'est livré Niekisch lui-même dans ses Mémoires, en un suprême effort pour proposer une explication cohérente et "recevable" de son parcours complexe. Mais je n'hésite plus à dire aussi que cet aveuglement s'explique surtout par les choix idéologiques des différents défenseurs de gauche ou d'extrême droite du vieux lutteur que je n'aurais pas dû traiter post mortem de "crétin sonore"... Le jeune Niekisch s'est d'abord cru marxiste ; le vieux Niekisch a servi la SED, avant de se réfugier dans une espèce de neutralisme pathétique, à Berlin-Ouest. Entre-temps, il avait été néo-nationaliste, national-révolutionnaire "national-bolcheviste" entre autres, "antifasciste" et fascisant, à la fois ou successivement. A divers moments de son parcours, il s'était réclamé de la "révolution", du "socialisme", du "communisme" et même d'un "bolchevisme" pour le moins "revisité"... Surtout — et c'est au fond sa seule vraie constante —, il avait été un contempteur inlassable de l'ordre "bourgeois" et donc un homme de "mouvement". Mais voilà : de quelles sortes de "bourgeois" s'agissait-il ? De quels types de "mouvement" ? De quelles "révolutions", de quels "socialismes" — le tout au pluriel ? De quelle "classe ouvrière", même, quand il en parlait, non sans éclipses et sans changements de sens ?

4La relative continuité d'emploi d'un vocabulaire de rupture, même impérieux, suffit-elle à classer Niekisch "à gauche" ? Je vais tenter de montrer encore une fois que la confusion sémantique ne peut rien contre l'analyse patiente, méthodique et, autant que possible, honnête des multiples étapes du vagabondage politique d'Ernst Niekisch.

5Niekisch apparaît dans l'histoire en tant que président du comité central des conseils de Bavière, en février 1919. Il est alors âgé de 28 ans, membre de la SPD depuis 1917. Ensuite, il passe à l'USPD, puis revient à la SPD, qu'il abandonnera en 1926, au terme d'un processus entamé en 1923, pour des raisons explicitement "nationales" et même, très vite, nationalistes.

6Première question : pendant cette période de six ou sept ans, Niekisch est-il un "homme de gauche" ? En fait, comme beaucoup de sociaux-démocrates avant Bad Godesberg, il se dit et se croit "marxiste". C'est ici le lieu de rappeler sans concessions que, contrairement à la Vulgate répandue par les communistes depuis l'époque des "fronts populaires", le marxisme de Marx rejette les concepts de "gauche" et de "droite", en tant que notions "bourgeoises" apparues lors d'une révolution passionnante mais "formelle" : la Révolution française de 1789.

7Pour l'histoire et la politologie "occidentales", et spécialement pour les Français jusqu'à ce que le terme finisse par s'imposer à peu près universellement — mais lentement et dans la confusion — "la" gauche, — "les" gauches — représentent le "mouvement", mouvement d'abord vers le libéralisme, puis vers plus ou moins de démocratie, plus ou moins sociale ; la droite — "les" droites — sont le camp de l'ordre établi, celui du conservatisme, ou au moins du "gradualisme". Avec les deux extrêmes droites qui coexistent à notre époque : les traditionalistes et surtout les "fascistes", on retrouve le "mouvement" — mais en sens inverse : la contre-révolution, la réaction, de l'antilibéralisme à l'anticommunisme. En tout cas un contre-mouvement assez sérieusement subversif et lui aussi "antibourgeois" pour séduire pas mal d'activistes déçus par l'une ou l'autre gauche, surtout en période de crise. Et pas toujours n'importe qui : Niekisch, Otto Strasser, Doriot, Déat, Mosley, Mussolini et des milliers d'autres... Interviennent alors de multiples données contingentes, au premier rang desquelles, souvent, le tempérament individuel, "l'activisme" et, pour la justification intime ou publique, l'accrochage à des mots réduits au rôle de passe-partout, tels que "révolution" ou même "socialisme", outre le mot ambivalent par excellence dans toutes nos langues : celui de "peuple".

  • * J'invite ici à relire Marx, en particulier les luttes de classes en France ou le 18 Brumaire de Lo (...)

8Pour les marxistes purs et durs, en particulier pour les communistes des années vingt, à l'époque de la lutte "classe contre classe" et de la dénonciation du prétendu "social-fascisme", je répète que ces distinctions, pourtant fondées, évidentes, n'ont aucune valeur. La seule opposition qui vaille est celle du "prolétariat" à la "bourgeoisie" capitaliste et à ses séides, sans explication satisfaisante de la prolifération des classes moyennes et sans considération de leurs intérêts propres — d'où beaucoup de déboires à l'époque, et de nos jours encore peut-être. Bref, au moins originellement (et en fait très longtemps), les marxistes purs ne se situent pas dans le même univers conceptuel que les démocrates libéraux. Voilà pourquoi la confusion née dans le cœur même des communistes occidentaux (et de leurs "compagnons de route") à l'époque où ils se sont ralliés de gré ou de force à la démocratie précédemment dite "bourgeoise" pour faire pièce au "fascisme" n'a pas encore fini de contribuer puissamment à brouiller le débat "droite-gauche". Je suis bien conscient de toucher ici à l'un des points brûlants de ce colloque…*

9Pour en revenir au jeune Niekisch, disons qu'on peut le situer rétrospectivement plutôt à "gauche", pour la partie proprement social-démocrate et donc de facto à l'époque "révisionniste" de son être. Mais je répète qu'il se croyait "marxiste", tout en rejetant le communisme — en gros pour les mêmes "raisons" qui amèneront plus tard le Français Guy Mollet à situer malignement le PCF "ni à droite ni à gauche" mais "à l'Est"...

10Second point, capital, le marxisme de l'instituteur Ernst Niekisch était faussé dès le départ par l'attachement de cet autodidacte en politique à deux notions-clés de la culture politique dominante de l'époque, certes compatibles avec certaines positions réputées "de gauche" (par exemple le Jacobinisme français), mais radicalement incompatibles avec les deux notions marxistes de "révolution prolétarienne" et d'"internationalisme prolétarien" : je veux parler ici d'une part de sa conception de l'Etat et d'autre part de son profond patriotisme initial, à deux doigts du nationalisme.

11Pour le social-démocrate Niekisch, l'Etat n'est pas seulement l'instrument d'une classe sociale contre l'autre. Il est aussi et surtout le réceptacle et l'interprète de l'intérêt général, fréquemment saisi sous l'angle éthique ou même esthétique — ce qui est alors très "allemand". Dans un article d'ailleurs consacré au "contenu idéaliste du socialisme", qui date de 1918, Niekisch écrit que "l'Etat socialiste sera l'exécuteur des Testaments de Weimar et de Koenigsberg", c'est-à-dire de Goethe et de Kant, pour ne pas parler de Fichte et de Lassalle, auxquels Niekisch se réfère fréquemment.

12En ce qui concerne la nation, Niekisch la considère comme une réalité politique et culturelle de tout premier rang. Cette conviction s'accompagne d'un intérêt passionné pour la politique étrangère, à laquelle Niekisch révèlera plus tard avoir été initié par la lecture du livre à succès Deutschlands Auβenpolitik, publié en 1914 par le secrétaire général de la Ligue Pangermaniste, le comte Ernst zu Reventlow ! Il révélera aussi avoir été passionné dès 1919 par l'ouvrage de Spengler sur Le Déclin de l'Occident...

13Ces déviations capitales par rapport et au marxisme et à la gauche fournissent sinon la clé unique — pareil objet n'existe pas ! —, du moins des éléments d'explication majeurs pour l'évolution ultérieure de Niekisch, évolution dont j'ai pu constater qu'elle fut déclenchée puis constamment accélérée par trois traumatismes : le choc de 1923, la politique étrangère de Stresemann ("l'esprit de Locarno" puis de Genève !), enfin la "Grande Crise"... Tous les événements de la décennie 1923-33 sont interprétés par Niekisch au travers d'une grille de lecture étatique et nationale, mais aussi — et de plus en plus — dans une optique métaculturelle manichéenne qui prend très vite une coloration "völkisch". La formule vers laquelle s'achemine Niekisch est la suivante : l'Allemagne ne peut éviter de choisir entre la "décadence" au sein de "l'Occident" ou la régénération "à l'Est". Cette régénération se fera selon une formule allemande propre. A partir de 1931 seulement, Niekisch reprendra à son compte la recette censément utilisée par les Russes : celle du "national-bolchevisme", déjà théorisée en 1919 par le professeur Paul Eltzbacher.

141923 voit la conversion ouverte de Niekisch au nationalisme. Il reproche à la SPD de négliger la défense de l'intérêt national, qu'il considère comme une condition primordiale de l'intérêt social des travailleurs allemands. Bernstein l'accuse alors (à tort) d'évoluer vers des positions "deutschnational". La vérité, c'est que s'ouvre alors une phase de retournement politique et conceptuel qui voit Niekisch basculer vers une nouvelle extrême droite. Il ne l'avouera jamais, mais n'a évidemment pu l'ignorer lui-même...

15Cette phase complexe — en fait elle comporte trois séquences — commence à l'enseigne de ce que j'ai appelé le "nationalisme prolétarien" et il me semble clair que le maintien de la référence au "prolétariat" fournit ici la transition-légitimation dont tout donne à penser qu'elle est indispensable à beaucoup de renégats sincères.

16Pendant une période de quatre ou cinq ans, qui s'achève en 1928, Niekisch présente le "prolétariat" — ou la "classe ouvrière" — comme ayant "des dispositions naturelles à soutenir l'Etat", parce qu'il échappe aux motivations égoïstes de la propriété individuelle. "Que la classe ouvrière en vienne à la conviction sentimentale que l'Etat est son Etat, et son rapport à l'Etat pourra prendre le caractère d'un fanatisme absolu", écrit-il. Elle deviendra "l'instrument le plus pur de la raison d'Etat" — un Etat que Niekisch en vient très vite à caractériser comme "originel, impérieux, absolu, implacable". On est loin des valeurs "de gauche" !

17Dans l'été 1927, l'ancien social-démocrate Niekisch, entre-temps révulsé par Locarno puis par l'entrée de l'Allemagne à la SDN, s'associe à l'ancien leader syndicaliste August Winnig, exclu du parti socialiste en 1920 pour participation active au putsch Kapp et très vite passé au "Jeune-conservatisme" selon Moeller van den Bruck. Winnig pose au prophète d'une nouvelle "Foi dans le Prolétariat" : un prolétariat conçu sous les espèces néo-romantiques d'une "nouvelle couche" du peuple appelée par le flux vital à prendre la relève d'une bourgeoisie "usée", à libérer l'Allemagne des chaînes de Versailles et à fonder un "socialisme éthique" pour tout le peuple — un peuple dont l'histoire serait d'ailleurs marquée par la "démonie du sang nordique"... Niekisch et Winnig coéditent pendant trois ans la petite revue Widerstand, fondée en 1926 par le premier et qui n'est pas encore "national-bolcheviste", contrairement à ce que beaucoup continuent de croire. La revue incite le ou les prétendus "prolétariats" — mais aussi et de plus en plus l'ensemble du peuple allemand et surtout la Jeunesse — non plus à la "révolution", mais à la "résistance" — et c'est très significatif. Résistance essentiellement "culturelle" contre l'invasion de l'Allemagne par les valeurs "occidentales" dites "progressistes", le libéralisme, la démocratie (et la social-démocratie), le marxisme, le féminisme etc. : autant de facteurs d'une décadence induite par la "civilisation" elle-même issue de l'esprit de "89". Autrement dit résistance à tous les avatars de la "gauche" — à quoi vont bientôt s'ajouter tous les avatars de l'esprit dit "roman" ou "romain" : du droit romain au fascisme, en passant par le catholicisme ! Autrement dit encore, et malgré les allusions (de plus en plus fugitives) au "socialisme" (désormais conçu comme "national"), malgré les imprécations contre la bourgeoisie capitaliste et l'appel au prétendu "prolétariat", Niekisch reste, certes, un homme du Mouvement, mais ce mouvement a radicalement changé de sens : il vient désormais del'extrême droite.

18En témoignent surabondamment et les lectures et les fréquentations de Niekisch. Je cite, très vite, pêle-mêle, parmi les lectures : Dostoïevski selon Moeller van den Bruck, ce qui amène Niekisch à interpréter les événements de Russie sous l'angle du "national-bolchevisme" — bon pour la Russie revitalisée, mais, du même coup inquiétant pour l'Allemagne ; ou encore l'historien Ranke, dont les éditions "Widerstand" publient les essais sur l'histoire prussienne ; ou encore le comte Reventlow, dont "Widerstand" reprend certains articles... Parmi les fréquentations, les chefs des Wehrverbände, comme le Wehrwolf et surtout Oberland, puis, à partir de 1928, certains chefs de la révolte dite du "Landvolk", dont l'activisme émerveille Niekisch, au point de l'amener alors à changer de référent idéologique, ou plus exactement d'agent majeur du développement historique allemand, le "prolétaire" étant rejeté avec mépris dans la pourriture de la grande ville et remplacé par le "paysan", enraciné dans le sol allemand, surtout "à l'Est", loin des influences délétères du monde "welsch". Enfin et peut-être surtout, à l'automne 1927, Niekisch devient l'ami des frères Jünger, alors chantres à succès auprès de la Jeunesse ligueuse d'un "nationalisme absolu" de type fasciste. En 1930, les Jünger mettront Niekisch en rapport avec Carl Schmitt, précisément à l'époque où celui-ci s'intéresse de près au fascisme italien en tant que pouvoir pur, à l'Etat "total" et au rôle essentiel de la "décision" en politique...

19Cette même année 1930, l'entrée en vigueur du Plan Young amène Niekisch à prendre lui-même une "décision" majeure qui couronne momentanément cette phase proprement "völkisch" de son évolution, le "Nord" plutôt biologique étant, ici comme chez Moeller, remplacé par un "Est" plutôt culturel : au mois d'avril, il diffuse, aussi massivement que possible et surtout dans les ligues de jeunesse nationalistes, un "Programme de la Résistance allemande" que je considère, tout bien pesé, comme un des sommets idéologiques de la contre-révolution européenne entre les deux guerres.

20Afin de retrouver la "substance" nationale allemande, mais aussi la "vie" authentique dans une quête tout à fait typique de la constellation multiforme qu'on appelle, faute de mieux, "fasciste", l'opposition nationale allemande doit, dans le cadre "d'une vaste confrontation avec les idées de 1789, avec celles de l'Aufklärung et de l'humanitarisme" — et bien sûr avec le marxisme —, rejeter en bloc toutes les valeurs que l'on subsume actuellement sous le nom de "modernité" : non seulement les idées des diverses "gauches" — et celles des droites modérées —, mais aussi la grande industrie (sauf pour l'armement), la grand-ville, le confort et, on vient de le dire, "l'humanitarisme", explicitement rejeté au profit de la dureté, de la "virilité" et d'une saine "barbarie" qui permettra de régénérer un peuple désormais invité à se ranger sous la bannière du "prussianisme", à laisser souffler ce que Niekisch appelle "l'Esprit de Potsdam", un esprit que la Russie est censée avoir capté en 1917, lorsqu'elle utilisa le "bolchevisme" contre l'occidentalisation par le "pétrinisme". Autrement dit, aux yeux du Niekisch de cette époque, la Russie bolcheviste n'est ni "à gauche", ni même marxiste : elle se situe, certes inconsciemment, à l'extrême droite nationaliste et même "völkisch". Comme l’assure Niekisch, dans divers articles contemporains de son "programme" : "En 1917, l'instinct national russe bombarda les agresseurs avec la formule marxiste". Simple "formule" car, dit-il encore, "le léninisme est simplement ce qui reste du marxisme quand un homme d'Etat génial l'utilise à des fins de politique nationale"...

21Il n'en reste pas moins qu'à cette époque, et toujours selon Niekisch — qui n'est donc pas encore "national-bolcheviste" —, "l'Allemagne refuse d'adopter le bolchevisme. Elle développe sa propre forme" (non pas de socialisme L. D.), mais "de vie, opposée aux idées de 1789" — c'est-à-dire à la "gauche"... C'est que Niekisch tient encore à la propriété privée, ou du moins à la petite propriété paysanne "en fief de l'Etat". Et c'est aussi qu'il redoute encore le cheval de Troie russe qu'est pour lui le parti communiste d'Allemagne.

22Il ne nourrit aucune sympathie prohitlérienne pour autant. Après une brève période de neutralité quelque peu méprisante pendant laquelle il avait simplement qualifié le programme nazi "d'insuffisant" parce que, disait-il, fondé sur le seul "ressentiment" contre "Versailles" et contre les juifs, (ce qui, soit dit en passant, témoigne d'un bel aveuglement quant à l'inspiration, elle aussi "culturelle" (bioculturelle), du futur "Führer"), Niekisch avait commencé à attaquer Hitler en mal 1929, précisément à cause de son antibolchevisme, automatiquement identifié à une prise de position en faveur de "l'Occident". Après les élections de septembre 1930, le danger étant devenu palpable, Niekisch se lança dans l'antihitlérisme avec sa fougue et son manichéisme habituels. En février 1932, il ramassa son argumentation dans le fameux pamphlet "Hitler, fatalité allemande", un titre en quelque sorte légitimé par la catastrophe de 1945 et qui n'a pas peu contribué à la célébrité ultérieure de Niekisch, crédité, certes à juste titre, d'une "résistance" farouche à Hitler, mais, contrairement à ce que certains pensent, une résistance enracinée dans l'extrême droite et non pas dans les valeurs "de gauche", libérales, socialistes, ou simplement "humanistes". L'opposition furieuse de Niekisch à Hitler reposait d'ailleurs toujours sur le même contresens d'origine "völkisch" apparu en 1929 : il assurait que l'Autrichien Hitler, marqué par la "romanité" catholique, fasciste etc. (peu importe !), était le fourrier de l'Occident en Allemagne. Il allait entraîner l'Allemagne dans une "croisade" perdue d'avance contre le monde ascendant de "l'Est". Il allait mener la jeunesse allemande à l'abattoir pour le compte de l'Ouest, contre la Russie éternelle régénérée par le "national-bolchevisme".

23Le "pessimisme radical" qui étreignait alors Niekisch — le mot est de lui — finit alors par déboucher, mais seulement dans l'été 1931, sur la "décision" capitale : l'option "national-bolcheviste" pour l'Allemagne elle-même. Face à l'immense danger d'engloutissement de l'Allemagne dans l'Occident tout à la fois "capitaliste" et "welsch", face à la catastrophe politico-culturelle qu'eût représentée un embrigadement dans la "croisade" antibolcheviste, Niekisch franchit enfin le pas. Suivant une pente quasi évidente de son tempérament jusqu'au-boutiste, il décida de "jouer le tout pour le tout", c'est-à-dire d'utiliser le communisme à des fins nationales allemandes. D'où la formule fameuse, qui le situe assez bien par rapport au communisme réel : "la position de Résistance n'est en soi ni communiste ni anticommuniste, mais capable du communisme, s'il n'existe pas d'autre issue".

24Ce passage plutôt tardif à ce que Niekisch préférait nommer le "bolchevisme allemand" : avait été grandement facilité par les transformations intervenues depuis trois ans en "Russie" même, systématiquement lues par Niekisch au travers d'une grille d'extrême droite : le triomphe de Staline, présenté comme l'apparition d'un "nouveau tsar" vainqueur du "juif internationaliste Trotski" ; la collectivisation, interprétée comme le phénomène proprement culturel par lequel le moujik russe se ressouvenait de la substance communautaire du "mir" ; enfin et surtout le Plan, qui fascina Niekisch et le réconcilia soudain avec la technique moderne, parce qu'il permettait la mobilisation totale au service d'un Etat réellement "absolu"... En choisissant de marcher aux côtés des nouveaux "Russes", une Allemagne national-bolcheviste pourrait par ailleurs se ressaisir de "l'Esprit de Potsdam". Elle aurait assurément toutes les chances de prendre la direction spirituelle d'un vaste "bloc germano-slave", d'un "grand espace" s'étendant "de Flessingue à Vladivostok".

25Qui donc osera encore nier qu'à ce moment de son évolution Niekisch se situait très précisément aux antipodes et du marxisme et de la "gauche" libérale-démocrate ? Peu importe ici qu'il se soit soudainement ressouvenu et de Marx et de la "révolution" et parfois même du "prolétariat", haineusement "recraché" trois ans plus tôt. Peu importe qu'il ait même accepté — très momentanément et dans la défiance réciproque et finalement en vain — d'avoir quelques contacts avec la KPD, dans l’espoir soit de l'orienter ( !), soit surtout de la voir métamorphosée par la "substance" nationale en "instrument de la future grandeur allemande". La position si peu réaliste de celui qui se prenait pour un nouveau Machiavel (il signait parfois "Niccolo") était, par toutes ses références ou par ses connotations très explicites, une position "de la plus extrême droite", je me répète. Par-delà la "substance" ou l'"essence" allemande, Niekisch allait d'ailleurs jusqu'à invoquer le "Destin" pour être sûr de voir l'Allemagne prendre la tête d'un "grand espace" qui n'était en définitive qu'une construction idéologique néoromantique dont le contenu s'opposait certes frontalement à cette autre nuée qu'était le "Troisième Reich de mille ans", mais dérivait comme elle de phantasmes "völkisch" — et de la même "culture politique".

26Après la victoire de Hitler, l'évolution de Niekisch connut encore une dernière avancée, en 1934, avec l'invention de la "Troisième Figure impériale", d'ailleurs visiblement dérivée du "prolétaire" selon Winnig et surtout du "Travailleur" selon l'ami Ernst Jünger, dans le même mélange d'esprit universel, sinon "cosmique", et d'option allemande préférentielle. D'après cet ouvrage prétentieux et redondant, imprimé à titre privé, l'Histoire serait marquée par la succession de grandes "Figures", imprimant leur style à chaque époque. Après la Figure du "Romain" bâtisseur d'Empire politique et celle du "Juif" capitaliste, typique de l'ère bourgeoise (et plutôt maltraité), viendrait la Figure du "Travailleur". Non pas le prolétaire marxiste, ni même la "couche" néo-romantique dont parlait le premier Widerstand, mais l'incarnation d'un principe métapolitique fondé sur l'expansion universelle de la technique, avec assignation à chacun d'un "rang" strict, à la hauteur de son adaptation consciente au dit principe. Au-delà même du "bolchevisme", c'était donc désormais la technique elle-même qui permettait l'émergence de l'Ordre total suprême, appelé à gagner toute la planète. A l'Allemagne de donner le ton, du moins si elle en retrouvait un jour la force...

27Après avoir été réduit au silence en 1934 — mais aussi après une visite à Mussolini en personne en 1935 —, Niekisch fut arrêté par la Gestapo en 1937 et l’on ne connaît pas son opinion vraie sur l'évolution d'un monde dont il était désormais coupé. J'ai dit ce que je pensais de ses Mémoires... Il réapparut en 1945, à demi paralysé, aveugle. Il adhéra à la SED et joua les utilités d'une part à la "Chambre du Peuple", d'autre part à l'université Humboldt — et c'est presque tout dire sur ces trois institutions... La confusion même de ses derniers écrits donne à penser qu'il était encore moins réellement "marxiste" qu'à l'époque lointaine de son séjour à la SPD. Il passa à Berlin-Ouest après les événements de 1953 et mourut quatorze ans plus tard, sans avoir réussi à se faire pensionner pour faits de "résistance". Personne ne réussira à me faire croire que son passage à la SED stalinienne avait été un retour "à gauche" et j'ignore ce qu'il en pensait lui-même... Que penser de son rêve ultime de voir une Allemagne réunifiée tenir le rôle d'une "grande Suisse" entre "l'Est" et "l'Ouest" ? Recru d'épreuves, peut-être en était-il venu à la version "centriste" du "ni gauche ni droite". En tout cas pas à la vision supérieure d'un de Gaulle, ni à la version proprement "alternative" du vieil Edmund Burke, ancien radical de combat devenu figure de proue des tories anglais parce que, je cite : "un homme à qui la tyrannie seule put inspirer quelques sentiments d'une colère véhémente..., lorsque la stabilité du vaisseau sur lequel il navigue peut courir quelques dangers par la surcharge de l'un ou de l'autre de ses bords, est toujours disposé à porter le faible poids de ses raisons du côté qui peut rétablir l'équilibre". Ici le savoir ou la "science" s'efface devant la sagesse politique : rien à voir avec le tempérament et les outrecuidances idéologiques successives d'un Niekisch. Mais paix aux mânes de cet homme tourmenté !

Notes de fin

* J'invite ici à relire Marx, en particulier les luttes de classes en France ou le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (avec ses pointes féroces contre "les droits éternels de l'homme", le "culte du peuple", le "socialisme petit-bourgeois" (social-démocratie) etc.).

Auteur

Université Robert-Schuman, Strasbourg

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search