Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

I - HÉRITAGES

La force du mythe. L’impact de Georges Sorel sur les intellectuels allemands dans l'Entre-deux-guerres

Manfred Gangl

Texte intégral

  • 1 Cf. les thèses de CHARZAT 1976 (1977) et de SAND 1982 (1985), les activités de la Société d'études (...)
  • 2 Cf. FREUND 1932, p. 213. Lui-même est passé, sous l'influence des idées de Sorel, de positions soc (...)
  • 3 Si PRAT 1985 (p. 413) affirme que "le débat du livre de Freund ne relança cependant pas le débat s (...)

1Il ne s'agit — ici — ni de contribuer à un examen érudit de l'œuvre théorique extrêmement complexe et hétérogène de Georges Sorel ni de compléter le bilan de la diffusion de ses idées qui ressort de certains travaux entrepris notamment en France dans les dernières années1. Au lieu d'une exégèse théorique ou d'une véritable étude de la réception, il s'agit plutôt de prendre les idées soréliennes, si complexes, si ambiguës, voire si contradictoires, comme point de départ pour analyser à travers leur perception en Allemagne entre les deux guerres mondiales l'étrange recours croisé des intellectuels de gauche aux idées contre-révolutionnaires de droite et des théoriciens de droite aux idées révolutionnaires de gauche. L'Allemagne de l'Entre-deux-guerres, carrefour privilégié de ce chassé-croisé des intellectuels, a entre autres largement puisé dans l'œuvre de Georges Sorel. D'un Sorel qui selon son premier biographe Michael Freund2 — lequel joua un rôle non négligeable pour la diffusion des idées soréliennes en Allemagne3 — fut successivement conservateur, marxiste, révisionniste, syndicaliste révolutionnaire, nationaliste, bolchévique, anticlérical et proclamant le retour de Dieu — il aurait pu encore ajouter : dreyfusard et antisémite..., car Sorel traversa tous les mouvements sociaux et intellectuels de son temps.

  • 4 Cf. PRAT 1985 et BUCKMILLER 1985.
  • 5 Beaucoup des activités mentionnées plus haut (cf. note 4) s'inscrivent dans les polémiques qui ont (...)
  • 6 Selon FREUND 1932, p. 198 sq., repris par FRAENKEL 1940, p. 161, Sorel était un précurseur des ver (...)
  • 7 Dans cette revue ultracatholique ont été publiés plusieurs articles sur Sorel (entre autres par Fr (...)
  • 8 Cf. BUCKMILLER 1985, p. 58 sq. et la critique contemporaine de KRACAUER 1931 et CURTIUS 1932.

2La faiblesse méthodologique des rares travaux sur la réception de Sorel en Allemagne pendant la République de Weimar4 résulte justement de la tendance à nier le caractère contradictoire de son œuvre et à se contenter de dévoiler la face originale et authentique de Sorel que les lectures fausses et éronnées auraient tant cachée5. On se prive ainsi non seulement d'une source d'analyse, secondaire certes, mais, pire encore, on régresse par rapport au niveau de réflexion et d'autoréflexion déjà atteint. Réfuter d'une part la récupération de la théorie sorélienne par Carl Schmitt, sa transformation littéraire dans les romans de Ernst Jünger6, sa propagation dans les cercles d'extrême droite et néo-nationalistes, autour des revues comme Hochland7, Die Tat8 et tant d'autres, ou se plaindre d'autre part de "l'image de Sorel, penseur irrationaliste préfasciste, [qui] continuera de dominer dans l'émigration intellectuelle allemande comme en témoignent les jugement rencontrés dans les écrits d'Ernst Bloch ou de certains membres de l'Ecole de Francfort" (PRAT 1985, p. 414) occulte précisément la question théorique et historique concernant l'étroite liaison entre ces deux stratégies de réception de droite et de gauche ainsi que le travail préliminaire de réflexion déjà accompli de ces intellectuels pour y répondre.

  • 9 Cf. par ordre de citation : JULLIARD/SAND 1985, p. 13 ; BUCKMILLER 1985, p. 51 ; PRAT 1985, p. 414 (...)

3De plus, il paraît évident que toute réception d'un texte se joue dans la constellation historique et intellectuelle donnée du pays d'accueil où sa place est rarement celle qu'il occupait dans son contexte d'origine et que par conséquence on ne saurait y voir seulement une "déformation" de l'intention et du contenu de l'argumentation sorélienne qui aurait été "étouffés et faussés" en Allemagne, "terre maudite pour les 'sorélismes' de toute nature"9.

  • 10 Il est évident que la révolution d'octobre en Russie, le mouvement et l'installation du régime fas (...)

4Même si l'on fait abstraction du contexte socio-politique de l'époque, notamment en Allemagne10, pour aborder le problème uniquement d'un point de vue théorique et systématique, se pose encore une question décisive : comment la théorie de Sorel, quels éléments de cette théorie ou quelles transformations supplémentaires ont-ils permis de substituer à ces catégories critiques révolutionnaires une apologie du fascisme ou du léninisme ? Le problème ainsi posé consiste en un double décodage des arguments de ceux qui approuvent ou expliquent et de ceux qui contestent ou critiquent ces passerelles idéologiques.

  • 11 Cf. la première partie de l'article de PRAT 1985 et sa documentation sur la collaboration de Sorel (...)

5La crise générale du marxisme au tournant de siècle a eu comme résultat sur le plan théorique, au-delà de la scission politique du mouvement ouvrier, de nier que la base théorique de toute pratique révolutionnaire dépende de la logique inhérente à l'évolution économique. Ainsi les fondements normatifs de la pratique ont été séparés de l'analyse économique. Or, si Eduard Bernstein, en Allemagne, a mis en question l'analyse par Marx de l'évolution économique du capitalisme dont le socialisme serait l'aboutissement, il voulait donner à la nécessité du socialisme une justification idéaliste et éthique selon les maximes kantiennes de la raison pratique — démarche qui aboutissait dans la pratique politique — comme on le sait — à la justification d'une voie parlementaire et réformiste vers le socialisme et à la légitimation de cette voie, déjà pratiquée en grande partie par les sociaux-démocrates et les syndicalistes à l'époque. Si Georges Sorel, en France, approuvait la révision de la théorie de Marx par Bernstein11, c'était plutôt dans le but inverse, c'est-à-dire pour donner au mouvement ouvrier une nouvelle impulsion révolutionnaire et pour légitimer la pratique révolutionnaire des syndicalistes et des anarchistes — contre la voie réformiste et parlementaire des socialistes. Dans les deux cas, pour le révisionnisme de droite comme pour celui de gauche, les lois objectives entraînant le capitalisme dans la crise, formulées dans la critique de l'économie politique de Marx, sont devenues pour l'un une chimère, un mythe pour l'autre.

  • 12 Section qui fait défaut dans l'édition de La Pléiade du Capital.

6Dans l'avant-dernier chapitre du premier volume du Capital et surtout dans la dernière section 'La tendance historique de l’accumulation capitaliste'12 Marx expose selon Sorel "la tendance générale du capitalisme au moyen de formules qui seraient, très souvent, fort contestables, si on les appliquait à la lettre aux phénomènes actuels ; on a versé infiniment d'encre à propos de cette catastrophe finale qui devait éclater à la suite d'une révolte des travailleurs. Il ne faut pas prendre ce texte à la lettre ; nous sommes en présence de ce que j'ai appelé un mythe social ; nous avons une esquisse fortement colorée qui donne une idée très claire du changement, mais dont aucun détail ne saurait être discuté comme un fait historique prévisible." (SOREL 1908b, p. 249)

  • 13 Cf. mon article, GANGL 1985.

7Cette perspective générale de Marx, selon laquelle le mode de production capitaliste engendre avec la nécessité d'un processus naturel sa propre négation — en termes hégéliens 'la négation de la négation' de la propriété privée individuelle, ou, en termes économiques, la fameuse 'théorie de l'effondrement total du capitalisme'— était en fait au centre de la fameuse querelle du révisionnisme au sein de la social-démocratie allemande13.

  • 14 Cf. sur son œuvre mon article dans l'Encyclopédie philosophique, GANGL 1992 (à paraître).
  • 15 Cf. GROSSMANN 1929, p. 33 sq. et GROSSMANN 1933. Pierre Andreu est allé plus loin en soulignant qu (...)

8Ce n'est pas par hasard que Henryk Grossmann, économiste éminent et membre de l'Institut de recherche sociale sous la direction de Carl Grünberg et plus tard sous celle de Max Horkheimer, s'est attaqué à Georges Sorel dans son œuvre principale, consacrée à la théorie de l'accumulation et de l'effondrement du système capitaliste14. En citant le passage de Sorel reproduit plus haut il lui reprochait de n'avoir rien compris à la théorie de l'accumulation et à ses conséquences chez Marx et de s'être débarrassé volontairement de toute analyse économique en la convertissant en mot d'ordre pour la lutte de classe15.

  • 16 Cf. sur son œuvre principale mon article dans l'Encyclopédie philosophique, GANGL 1992 (à paraître (...)

9Quand Karl Korsch entreprit au début des années trente de discuter les thèses de Sorel dans un cercle d'amis (parmi eux Bertolt Brecht et Alfred Döblin) il qualifia l'approche qui était celle de H. Grossmann — ainsi que de Rosa Luxemburg et de Fritz Sternberg16 — dans la discussion du problème des crises comme "une option de base objective, ou 'objectiviste'" (KORSCH 1933, p. 172) par opposition à l'option 'subjectiviste' qui caractérisait selon lui la théorie social-démocrate officielle de l'époque, représentée par Hilferding, Lederer, Tarnow et Naphtali, et qui s'inscrivait dans la perspective théorique tracée par Bernstein. "La conséquence pratique de toutes ces options 'subjectives' sous-jacentes des crises est cette annihilation complète des bases objectives du mouvement de classe prolétarien" (KORSCH 1933, p. 171 sq.) qui ramène la lutte pour l'émancipation du prolétariat à une simple exigence morale.

  • 17 Grossmann, du fait de sa critique des idées soréliennes, ne voyait dans l’article de Korsch qu’une (...)
  • 18 Cf. aussi le passage moins critique concernant Sorel dans son livre sur Marx, KORSCH 1938, p. 270, (...)

10A ces deux approches il oppose, en faisant référence à Georges Sorel et en citant de longs passages de Réflexions sur la violence sur le concept de 'mythe', la seule conception qui mérite à ses yeux le qualificatif de matérialiste au sens de Marx : "Selon cette option, toute la question de la nécessité ou de l'inéluctabilité objective des crises capitalistes constitue, dans le cadre d'une théorie pratique de la révolution prolétarienne, une question vide de sens à l'intérieur de cette totalité. Cette option s'accorde avec le critique révolutionnaire de Marx, Georges Sorel, quand celui-ci refuse de tenir pour une prévision scientifique la tendance générale du capitalisme à une catastrophe engendrant le soulèvement de la classe ouvrière, dont Marx faisait état dans un langage fortement empreint d'idéalisme philosophique, pour y voir uniquement un mythe n'ayant d'autre effet que d'influencer l'action présente du prolétariat." (KORSCH 1933, p. 173)17. Cette apologie de la conception sorélienne n'a pourtant pas empêché K. Korsch de prendre peu de temps après ses distances vis-à-vis de Sorel : "L'irrationalisme, auquel Sorel recourut pour transformer en "mythes" certaines thèses capitales de Marx, l'amena, bien qu'il en eût, à "démantibuler" en quelque sorte ces thèses, dans la mesure où il s'agissait de leur portée pratique pour la lutte de classe révolutionnaire du prolétariat, et fraya sur le plan idéologique la voie au fascisme de Mussolini." (KORSCH 1935, p. 272)18.

  • 19 Comme p. ex. CHARZAT 1983. Pour la discussion contemporaine du problème, cf. POSSE 1930.

11Korsch souscrit ainsi à la thèse si répandue dans la réception allemande de l'Entre-deux-guerres : 'Sorel, précurseur du fascisme'. Formulée de façon laudative ou critique par Lukács, Bloch, Neumann, Fraenkel, Mannheim, Curtius, Kracauer, Thomas Mann et tant d'autres jusqu'à Freund et Carl Schmitt, donc par des auteurs de tous les bords politiques, cette thèse se révèle extrêmement fructueuse, si l'on la situe, au lieu de la réfuter simplement19, dans la problématique des glissements intellectuels de gauche à droite, ou si, mise en un sens élargi : 'Sorel, père de Mussolini et de Lénine', on la replace dans l’horizon théorique des chassés-croisés des intellectuels entre les deux guerres.

12Si Grossmann d'un point de vue critique, Korsch d'un point de vue affirmatif ont déjà constaté — dans le contexte des débats économiques — que Sorel se réclame du socialisme mais fait abstraction de la base économique, on retrouve ce même constat — sur un autre plan — dans les analyses des représentants de l'Ecole de Francfort, soit comme point de départ de leurs explications des glissements des idées soréliennes vers le fascisme, soit comme condition préalable à un renforcement de la lutte révolutionnaire contre le fascisme.

13De tous les écrits de Max Horkheimer, la position la plus radicale se trouve dans son article de 1942 "L'Etat autoritaire", dans lequel il développe une critique farouche de la conception du pouvoir, de la révolution et du progrès qui est celle des sociaux-démocrates, de Bebel et Kautsky jusqu’à Hilferding. "Celui qui tient à l'agencement humain du monde ne peut chercher de secours auprès d'aucune instance d'appel : ni auprès d'un pouvoir existant, ni auprès d'un pouvoir futur. La question de savoir ce que l'"on" doit faire avec le pouvoir, si jamais on vient un jour à l’avoir [...] perd toute signification dans le combat contre le pouvoir. La question présuppose le maintien de ce qui doit disparaître : la libre disposition du travail aliéné." (HORKHEIMER 1942a, p. 348) Horkheimer s’en prend aux idées réformistes selon lesquelles "la révolution se réduirait à n’être qu’une intensification du passage au capitalisme d’Etat qui s’annonçait déjà à l’époque" (ibid., p. 341 sq.). Ainsi la doctrine réformiste "rabaisse la révolution au rang de pur progrès." (ibid., p. 342.)

  • 20 Cf. sur l’influence de Sorel sur Benjamin, LOEWY 1983 et surtout l’article fort instructif de KAMB (...)
  • 21 Cf. LOEWY 1986.

14Ces considérations ne rappellent pas seulement la distinction fameuse de Sorel à l’adresse des "gens qui se piquaient d’orthodoxie marxiste, à savoir qu’il y a "une différence à établir entre la force qui marche vers l’autorité et cherche à réaliser une obéissance automatique, et la violence qui veut briser cette autorité. Suivant eux, le prolétariat doit acquérir la force comme la bourgeoisie l’a acquise, s’en servir comme elle s’en est servie et aboutir à un Etat socialiste remplaçant l’Etat bourgeois." (SOREL 1908a, p. 173). Elles signalent aussi une source intermédiaire : les Thèses sur la Philosophie de l'Histoire de Walter Benjamin, fort imprégnées par Sorel20. Ces thèses, devenues son testament spirituel, ont été publiées une première fois par l’Institut de recherches sociales comme préface à une collection d’essais consacrée à la mémoire de W. Benjamin et comportant notamment deux articles de Horkheimer, L’Etat autoritaire et Raison et conservation de soi. La phrase finale : "Tant que l’histoire universelle va son chemin logique, elle ne remplit pas sa destination humaine" (HORKHEIMER 1942a, p. 352) et toute l’argumentation du premier article font référence à la critique par Benjamin de l’attentisme et de la foi des sociaux-démocrates dans le progrès. Pour Horkheimer comme pour Benjamin la fin de l’oppression de l’homme "n’est plus une accélération du progrès, mais bien le saut hors du progrès" (ibid., p. 342). Cela implique, comme chez Benjamin le fameux ‘saut hors de l’histoire’ qui "fait éclater la continuité historique" (BENJAMIN 1942a, p. 1265), une conception volontariste de la révolution et de l’histoire — mais sans l’imprégnation messianique que l’on trouve chez lui21. Cela implique aussi — comme chez Benjamin — le pendant du volontarisme radicalisé : un scepticisme profond vis-à-vis de l’histoire de la civilisation dans laquelle le progrès va de pair avec la régression de l’humanité.

  • 22 Cf. BENJAMIN 1942b, p. 283 et les mêmes propos déjà chez BENJAMIN 1937, p. 108.

15Selon Benjamin la conception du progrès des sociaux-démocrates était fondée sur leur conception restreinte du travail, qui vise uniquement le progrès par la domination de la nature mais oublie les régressions de la société et qui "préfigure déjà les traits de cette technocratie qu’on rencontrera plus tard dans le fascisme"22. C’est cette idée principale, plus profondément enracinée du point de vue historique et anthropologique, que Horkheimer et Adorno ont élaborée à la même époque dans la philosophie pessimiste de l’histoire de La dialectique de la Raison.

  • 23 Cf. NEUMANN 1942, p. 190
  • 24 Cf. MARCUSE 1936. On trouve déjà la même argumentation, plus approfondie et plus générale, mais sa (...)

16La même année, Franz Neumann, dans son étude sur le national-socialisme, Behemoth, qui révèle déjà ses divergences avec Horkheimer, Adorno et surtout avec les analyses économiques de Friedrich Pollock, se réfère à Sorel dans un sens critique, en évoquant l’ambiguïté de sa théorie et ses sympathies pour le nationalisme intégral et pour l'Action française qui ont permis la récupération par les fascistes italiens23. Mais c'est Herbert Marcuse qui a le plus mis l'accent sur les dangers inhérents aux conceptions soréliennes. Dans l'étude de l'Institut de recherches sociales sur Autorité et famille24 il déclare que la violence prolétarienne, détachée de son but économique et social, devient autorité en soi, sans contenu et sans critère rationnel. Une conception anti-autoritaire et anarchiste se transforme ainsi en un autoritarisme formel qui se prête à la fois aux conceptions fascistes de l'Etat autoritaire et à la conception léniniste de l'avant-garde prolétarienne.

  • 25 Cf. KIRCHHEIMER 1928, p. 42 sq.

17C'était tout à fait dans ce dernier sens qu'Otto Kirchheimer, avant d'entrer dans l'Institut de recherches sociales, avait fait l'éloge du mythe sorélien. En soulignant les divergences de la conception de la lutte des classes chez Marx et Sorel, il se félicite que Sorel ait mis en question la dépendance fonctionnelle du mouvement prolétarien par rapport à l'évolution du capitalisme et qu'il ait remplacé l'idée de la luttes des classes selon Marx par une nouvelle éthique de la lutte qui trouve sa nouvelle base de légitimation dans l'intégration des ouvriers au mythe, non par la revendication de salaire mais par l'acte héroïque des élus privilégiés pour la bataille finale, une bataille où le bien triomphera du mal, l’irrationnel du rationnel, la violence créatrice du prolétariat de la force économique de la bourgeoisie...25

  • 26 Cf. mon article GANGL 1984.
  • 27 Cf. sur les changements de son attitude vis-à-vis de Sorel dans son itinéraire intellectuel et pol (...)

18Georg Lukács s'occupait au même moment de fonder la notion de l'avant-garde léniniste de la lutte des classes mais par une démarche totalement différente26, malgré sa connaissance des écrits de Sorel. Attiré lui-même dans sa jeunesse par les propos anti-étatiques, antiparlementaires et antibourgeois de Sorel et fasciné par la noble et héroïque cause d'un syndicalisme révolutionnaire27, il s'attaque à partir de 1933, dans un contexte politique complètement changé, aux idées de Sorel, dans lesquelles il voit maintenant une préparation spirituelle de l'idéologie fasciste.

19Dans sa critique de l'expressionnisme et de l'idéologie de l'USPD (cf. LUKACS 1934), il envisage de démontrer qu'il y a bel et bien des liens entre une intelligentsia d'extrême gauche et le fascisme. Tout en soulignant que Sorel lui-même n'est jamais devenu fasciste, il insiste néanmoins sur l'évolution idéologique du nietzschéisme, via Sorel et Pareto, vers le fascisme et sur la parenté spirituelle surprenante des conceptions d'extrême gauche et d'extrême droite. Il en trouve l'explication dans l'abstraction de toute concrétisation réelle, historique, socio-économique, une pratique de l'abstraction pure qui se transforme dans le monde réel dans les intérêts très concrets d'une classe économique et politique.

  • 28 Cf. LUKACS 1954, p. 32 sq.

20Plus tard, dans la Destruction de la raison (1954), il va même plus loin en postulant que la transformation de la théorie du mythe pouvait se faire sans aucune modification essentielle de contenu et de méthode, parce que, selon lui, la théorie du mythe était si extrêmement dépourvue de contenu concret et si exclusivement émotionnelle, qu’elle a pu se transformer sans difficulté dans le mythe démagogique du fascisme.28

21Comme Lukács, Ernst Bloch a évoqué cette transition des idées soréliennes au fascisme. "L’élan vide" dit-il, "finit par entrer, en tant que violence, dans la ‘force de volonté’ du fascisme, dans les théories des disciples de Bergson, Sorel et Gentile, dans la pratique de la ‘maîtrise instantanée’ et de la ‘liberté spirituelle’ qui, à ce qu’on prétend, peut faire tout à tout instant." (BLOCH 1935, p. 325) Or, contrairement à Lukács, Bloch était resté dans son jugement néanmoins plus prudent et indépendant, même s’il critiquait Sorel en termes similaires. "A vrai dire, ni Sorel, ni Nietzsche n’ont travaillé consciemment à préparer le fascisme ; en ce sens leurs idéaux du pouvoir apparaissent ante rem. La théorie de l’action de Sorel avait, en fait, des prétentions révolutionnaires et syndicalistes, et en 1919, dans la dernière édition de ses Réflexions sur la violence, il saluait en Lénine le Grand Exécutant ; [...] Quoi qu’il en soit, les deux théories se prêtaient bien à une utilisation fasciste ; mais c’est Sorel surtout, avec son élan vital politique dirigé vers le vide, le non-préordonné, qui influença le fascisme." (BLOCH 1938 sq., p. 33)

  • 29 Cf. p. ex. SOREL 1908a, p. 21 sq. et p. 118 sq.

22Il faut rappeler que Sorel a toujours souligné que tous les mouvements révolutionnaires dans l’histoire ont eu recours à ce qu’il appelle des mythes sociaux. Il donne lui-même comme exemples historiques le christianisme primitif, la Réforme, la Révolution française et bien d’autres29. "C’est ainsi qu’il encense du même coup la belliqueuse volonté de gloire chez les Spartiates et les Romains, les guerres révolutionnaires de 1792 et les guerres d’indépendance de 1813 en Allemagne ; comme si l’impétuosité héroïque se suffisait à elle-même." (BLOCH 1938 sq., p. 34)

23C’est par analogie qu’il met sur le même plan ces représentations historiques des mouvements religieux et nationaux et celle du mythe de la grève générale dans les mouvements sociaux, repris à son compte par le syndicalisme révolutionnaire. "On le voit, le facteur prolétarien est entièrement confondu avec l’impulsion et non pas avec un contenu déterminé par la classe ou avec les médiations économico-historiques qui se créent sur sa route. [...] L’élan politique et sa volonté optative sont si vastes et leur enthousiasme finalement si vide que Sorel rassemble des modèles de missions sociales complètement divergents." (BLOCH 1938 sq., p. 34)

  • 30 SCHMITT 1923, p. 90, n. 9 ; cf. "C’est de la même manière que l’Elan vital et vide de Bergson put (...)

24Par conséquent et si l’on pousse l’argumentation de Bloch plus loin, il n’est plus étonnant que Sorel ait changé si souvent l’angle et la cible de ses attaques, dans la mesure où ses adversaires s'attachent encore à la Raison. L'anti-rationalisme et le volontarisme abstrait servent non seulement de base commune à des 'missions sociales divergentes', mais constituent aussi la condition préalable d'une récupération bien déterminée du côté des fascistes. "L'acte héroïque précipité partage avec l'Elan vital son incapacité à être défini rationnellement et son absence de contenus rationnels ; raison pour laquelle il fut si aisé de faire prendre au mythe de la grève générale une direction réactionnaire ; raison pour laquelle aussi la foi pure en la volonté, suffisante pour déclencher l'action, put en même temps approuver Lénine et préparer Mussolini." (BLOCH, 1938 sq., p. 35) En faisant cette analogie, Bloch se réfère apparemment à Carl Schmitt — sans le citer explicitement : "En France, la philosophie de Bergson a simultanément servi à un retour à la tradition conservatrice, au catholicisme et à un anarchisme athée radical. Ce n'est nullement un signe de sa fausseté interne."30

25La construction des mythes sociaux, même s'ils étaient empruntés à des exemples historiques, était déjà foncièrement anhistorique. Même s'il les présente comme des "forces historiques", Sorel avertit "qu'il faut surtout se garder de comparer les faits accomplis avec les représentations qui avaient été acceptées avant l'action" (SOREL 1908a, 21) ; il admet plus loin : "Il importe donc fort peu de savoir ce que les mythes renferment de détails destinés à apparaître réellement sur le plan d'histoire future ; ce ne sont pas des almanachs astrologiques ; il peut même arriver que rien de ce qu'ils renferment ne se produise." (ibid., p. 119)

26Bloch a fort bien senti que la conception anhistorique du mythe allait de pair avec une conception pessimiste de l'histoire : "Dans l'appel de Sorel à la violence, la confiance en une collaboration historique est à ce point réduite que l'Histoire n'apparaît plus, même pas en tant qu'informe, comme ce sera plus tard chez un Gentile. Pour Sorel l'Histoire est plutôt l'équivalent de ce qu'est la matière chez Bergson : vie en déclin, qui finalement se fige en caput mortuum. L'Histoire livrée à elle-même n'est plus que ruine et décadence ; dès lors ici non plus rien ne se dresse sur le chemin de la volonté de puissance si ce ne n'est ce qui l'appelle : l'ennemi." (BLOCH 1938 sq., p. 35)

  • 31 Modification qui prête facilement aux malentendus : "Il est dès lors évident que Schmitt modifie a (...)
  • 32 "Toute sa valeur [de l'idée d'action du mythe, M.G.] est pratique, ou, comme s'exprime Sorel, 'pra (...)
  • 33 SOREL 1908a, p. 126, ou encore p. 106 : "Les violences prolétariennes [...] sont purement et simpl (...)

27L'allusion que Bloch fait ici à la fameuse distinction ‘ami-ennemi’, que Carl Schmitt a introduite dans La notion du politique de 1927, sans faire explicitement référence à Sorel, a tout son sens. Même si le mythe social de Sorel, concept anti-étatique, est défini par C. Schmitt comme le concept du politique31, il s’agit bel et bien de l'idée directrice, de l'effet et de la fonction du mythe social32 de la grève générale : "Toutes les oppositions prennent un caractère de netteté extraordinaire quand on suppose les conflits grossis jusqu'au point de la grève générale ; [...] la société est bien divisée en deux camps, et seulement en deux, sur un champ de bataille."33

28Pour Carl Schmitt "le terme politique ne désigne pas un domaine d’activité propre, mais seulement le degré d'intensité d'une association ou d'une dissociation d'êtres humains" (SCHMITT 1927, p. 79) dont les motifs initiaux, d'ordre religieux, national, économique ou autre, deviennent secondaires et seront soumis à une situation désormais politique, dès que la configuration ami-ennemi sera établie. "Une classe au sens marxiste du terme cesse, elle aussi, d'être une réalité purement économique et devient un facteur politique quand elle atteint ce point décisif, c'est-à-dire quand elle prend la lutte des classes au pied de la lettre en traitant l’ennemi de classe en ennemi véritable et en le combattant soit par une lutte d’Etat contre Etat, soit par une guerre civile à l’intérieur d’un Etat." (ibid., p. 78)

  • 34 Cf. NEUMANN 1932, p. 79 sq.

29Il est tout à fait significatif que Franz Neumann — d’un point de vue pourtant socialiste — approuve dans une lettre adressée à Carl Schmitt le 7 septembre 193234 le concept 'ami-ennemi' dans la mesure où l’on vise par cette distinction l’opposition fondamentale entre capital et travail. Selon la configuration réelle qui se dégage de cette opposition radicale, constate-t-il, tout gouvernement parlementaire devient alors impossible et il ne reste aux groupes sociaux ainsi opposés que la lutte décisive pour la conquête du pouvoir politique.

  • 35 Cf. KIRCHHEIMER 1928, p. 34 et p. 43. Sur Kirchheimer comme disciple de gauche de C. Schmitt cf. S (...)
  • 36 Cf. HELLER 1929, p. 484 sq. Pour Karl Mannheim, le fascisme et le léninisme ont en commun l'activi (...)

30On trouve déjà la même approbation chez Otto Kirchheimer, dans la thèse qu’il a écrite sous la direction de C. Schmitt35. Il s’y réclame des théories de Sorel et Pareto, qui permettent de surmonter le relativisme parlementaire et de mettre en relief les véritables conditions d’une lutte décisive. Son autre maître, opposant politique de Carl Schmitt, le juriste social-démocrate Hermann Heller, a mis en garde — dans sa propre présentation des idées soréliennes — contre l’idée que l’extrême droite et l’extrême gauche se rejoignent dans une même idéologie de la violence, pour cette seule raison que la situation politique donnée ne pouvait, à leurs yeux, être changée de manière légale. Il y voit plutôt un changement radical et profond de toute une génération, dont les valeurs communes sont l’appel à la violence irrationnelle et l’attitude antibourgeoise et héroïque. Y ont contribué tout à la fois le glissement du conservatisme irrationaliste vers des idées et des méthodes révolutionnaires (comme en France le nationalisme intégral de l'Action française) d’un côté et la parenté entre les idées révolutionnaires et la conception irrationaliste de la philosophie de vie (comme le montre le sorélisme en France) de l’autre côté36.

31Si Sorel ramène au même plan l’énergie révolutionnaire et l’énergie capitaliste (SOREL 1908a, p. 74), quand il fait l’éloge des grands capitaines d’industrie, quand il parle plein d’admiration de "ce rapprochement du type capitaliste et du type guerrier" (ibid., p. 76), quand il postule : "plus la bourgeoisie sera ardemment capitaliste, plus le prolétariat sera plein d’un esprit de guerre" (ibid., p. 76), quand il tente une étrange application de la morale de maîtres de Nietzsche, "qui aurait surtout" — en vue des maîtres existant à l’heure actuelle — "établi un parallèle entre le héros antique et l’homme qui se lance à la conquête du Far-West" (ibid., p. 234), en passant par les "combats tout homériques" (ibid., p. 244) que se livraient les combattants des guerres de la Liberté et qu’il en conclut "que les anarchistes et les partisans de la grève générale répresenteraient aujourd'hui l'esprit des guerriers révolutionnaires qui rossèrent [...] les belles armées de la coalition" (ibid., p. 246) — on voit très bien que Sorel est moins soucieux de donner à son mythe social un contenu qui serait lié à l'existence du prolétariat comme classe sociale que de dégager un type-modèle d'un nouveau genre humain à partir d'exemples tirés de toutes les classes, de tous les pays et de toutes les époques qui incarnent les valeurs héroïques, viriles, créatrices. Ernst Jünger les a exaltées plus tard dans ses écrits et romans, et un Oswald Spengler en fit l’éloge lorsqu'il forgea son concept de réalisme héroïque, mot de passe pour toute une génération de partisans de la Révolution conservatrice.

32Il n'est pas innocent que l'étude de Carl Schmitt qui s'attaque aux fondements spirituels du parlementarisme, "le noyau ultime de l'institution du Parlement moderne" (SCHMITT 1923, p. 26), se termine par un chapitre intitulé 'Théories irrationnelles de l'emploi immédiat de la violence', consacré au mythe sorélien et à sa transformation mussolinienne en mythe national du fascisme italien. "La théorie du mythe est l'expression la plus forte de ce que le rationalisme relatif de la pensée parlementaire a perdu son évidence." (ibid., p. 94)

33Schmitt insiste dès le début de sa présentation des idées soréliennes sur ce caractère irrationnel du mythe conçu comme manifestation d'une énergie vitale et du même coup comme une décision immédiate et active qui s'oppose au rationalisme. "C'est des profondeurs d'instincts vitaux authentiques, non d'un raisonnement ni d'une autre évaluation de l'opportunité que surgissent le grand enthousiasme, la grande décision morale et le grand mythe. C'est par une intuition immédiate qu'une foule enthousiaste crée l'image mythique que draine son énergie et qui lui donne autant la force pour le martyre que le courage pour employer la violence. C'est ainsi seulement qu'un peuple ou une classe deviennent les moteurs de l'histoire universelle." (ibid., p. 84 sq.)

34La recherche "d'une décision absolue, d'une décision pure, sans raisonnement ni discussion, ne se justifiant pas, produite donc à partir du néant" (SCHMITT 1922, p. 74), qu'il a entreprise antérieurement à partir de la philosophie contre-révolutionnaire d'un Donoso Cortes ou de l'anarchisme de Bakounine, semble aboutir finalement, dans les Réflexions sur la violence de Sorel, à "une théorie de la vie concrète immédiate, inspirée de Bergson et transposée, sous l'influence de deux anarchistes, Proudon et Bakounine, sur les problèmes de la vie sociale" (SCHMITT 1923, p. 83).

  • 37 Mannheim distingue pour l'influence de Sorel sur le fascisme italien deux étapes différentes, avan (...)

35Pour Schmitt, si on cherche la manifestation réelle de ce mythe et de cette énergie vitale à l'époque contemporaine, "on ne la trouvera certainement pas dans la bourgeoisie moderne, cette couche dépravée par le souci de l'argent et de la propriété, minée moralement par le scepticisme, le relativisme et le parlementarisme" (ibid., p. 85) ; ce qui ne veut pas dire pour autant que le porteur du mythe soit forcement le prolétariat. Par contre, lorsque l'on observe les luttes de classe actuelles on constate — à en croire C. Schmitt — qu'elles révèlent moins leurs caractères sociaux que le fait qu'elles sont fort imprégnées par un nationalisme combatif, que l'enthousiasme national prime les instincts de la lutte de classe37. Même l'apologie de Lénine, que Sorel a ajoutée en 1919 à l'édition de ses Réflexions sur la violence, montre selon Schmitt "que l'énergie du national est plus forte que le mythe de la lutte de classes. Les autres exemples de mythes avancés par Sorel prouvent aussi, dès qu’ils entrent dans le cadre des temps modernes, que le mythe le plus puissant réside dans le national." (ibid., p. 93) Schmitt lui-même avance d’autres exemples historiques, où le mythe socialiste et le mythe national allaient de pair, et montre comment la lutte des fascistes et des bolchéviques contre les francs-maçons a créé des alliances surprenantes. "Mais là où on en est arrivé à une opposition ouverte entre les deux mythes — en Italie — c’est le mythe national qui a triomphé. [...] Jusqu'à présent, il existe un seul exemple [le fascisme italien, M.G.] où l'invocation consciente du mythe a fait rejeter avec mépris la démocratie humaniste et le parlementarisme, et ce fut un exemple de la force irrationnelle du mythe national" (ibid., p. 94).

  • 38 Confusion qu'aurait propagée Schmitt selon KRACAUER 1931, p. 90.
  • 39 Cf. pour le fascisme italien sous l'impulsion de la réception de Sorel la démonstration de NEUMANN (...)
  • 40 Texte de couverture de la réédition de Notre Maître, M. Sorel, cf. ANDREU 1982.

36Même si le mythe irrationnel n'a pas forgé la nation fasciste38, la fusion du nationalisme et du syndicalisme révolutionnaire était une étape nécessaire pour la formation de l'idéologie fasciste39. La conception du mythe de Sorel n'a opposé aucun obstacle épistémologique à cette entreprise et l'oscillation de sa pensée entre "le noir des chemises que revêtent les partisans de Mussolini et le rouge du syndicalisme révolutionnaire"40 a encouragé ses disciples à chercher leur propre chemin. Avant la marche sur Rome, Mussolini déclara : "Nous avons forgé un mythe, le mythe est une foi, un noble enthousiasme, il n'a nul besoin d'être une réalité, c'est une impulsion et une espérance, une foi et un courage. Notre mythe, c'est la nation, la grande nation dont nous voulons faire une réalité concrète." (cit. d'après SCHMITT 1923, p. 94). Mais tous les chemins ne mènent pas à Rome.

Bibliographie

Bibliographie

ANDREU, Pierre (1982), Georges Sorel. Entre le noir et le rouge, réédition de Notre Maître, M. Sorel de 1953, Paris : Syros.

ANGEL, Pierre (1936), Essais sur Georges Sorel (Vers un idéalisme constructif), t. 1 : De la notion de classe à la doctrine de la violence, Paris : M. Rivière.

ARENDT, Hannah (1970), Macht und Gewalt, 7.Aufl., München : Piper, 1990.

BENJAMIN, Walter (1937), "Eduard Fuchs, der Sammler und der Historiker", in Id., Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit, Frankfurt/M. Suhrkamp, 1972, p. 95-156.

— (1942a), "Thèses sur la philosophie de l'histoire" (traduction de W. Benjamin), in id., Gesammelte Schriften, Bd.I/3, hg.v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Frankfurt : Suhrkamp, 1980, p. 1260-1266.

— (1942b), "Thèses sur la philosophie de l'histoire", in id., Œuvres II, Poésie et Révolution, traduit de l'allemand de Maurice Gandillac, Paris : éd. Denoël, 1971, p. 277-288.

— <Auszug und Bemerkungen zu 'Karl Marx' von Karl Korsch>, in Id., Gesammelte Schriften, Bd.V/1, hg.v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Frankfurt : Suhrkamp, 1982, p. 607.

BLOCH, Ernst (1935), Héritage de ce temps, traduit par Jean Lacoste, Paris : Payot, 1978.

— (1938 sq.), Le principe espérance, tome III, partie V, traduit par Françoise Wuilmart, Paris : Gallimard 1991.

BORKENAU, Franz (1942), "Sorel, Pareto, Spengler. Three Fascist Philosophers", in Horizon, t. 5, no 30, janvier-février, p. 420-431.

BUCKMILFER, Michael (1985), "Sorel et le 'conservatisme révolutionnaire' en Allemagne", in Cahiers Georges Sorel 3, p. 51-75.

CHARZAT, Michel (1976), Georges Sorel et lauto-émancipation, Thèse de 3e cycle en science politique, sous la direction de Yvon Bourdet, Paris : EHESS.

— (1977), Georges Sorel et la révolution au xx e siècle, Paris : Hachette.

— (1983), "Sorel et le fascisme. Eléments d'explication d'une légende tenace", in Cahiers Georges Sorel 1, p. 37-51.

— (1986) (dir.) : Georges Sorel, Cahiers de l'Herne, Paris.

CURTIUS, Ernst Robert (1932), Deutscher Geist in Gefahr, Stuttgart/Berlin : Deutsche Verlagsanstalt.

FRAENKEL, Ernst (1940), Der Doppelstaat, Frankfurt/M. : Europäische Verlagsanstalt, 1974.

FREUND, Michael (1932), Georges Sorel. Der revolutionäre Konservativismus, 2.erw. Aufl., Frankfurt/M. : Klostermann, 1972.

GANGL, Manfred (1984), "Crise du marxisme et renouvellement de la philosophie de l'histoire - de Lukács à la Théorie critique", in Gérard Raulet (dir.) : Weimar ou l'explosion de la modernité, Paris : Anthropos, p. 201-217.

— (1985), "La querelle du révisionnisme au sein de la social-démocratie allemande", in Joseph Rovan (dir.) : La social-démocratie dans l'Allemagne impériale, Paris : Institut d'Allemand d'Asnières - Université de la Sorbonne Nouvelle, p. 151-169.

— (1989), "'Quelques implications sociales de la technologie moderne'. Herbert Marcuse dans le contexte de la Théorie critique", in Archives de Philosophie, Juillet-Septembre, t. 52, cahier 3, p. 409-426.

— (1992), Articles sur des œuvres de Henryk Grossmann ; Carl Grünberg ; Kurt Mandelbaum ; Heinrich Mann ; Gerhard Meyer ; Friedrich Pollock ; Alfred Sohn-Rethel ; Fritz Sternberg ; Felix Weil ; in André Jacob (dir.) : Encyclopédie philosophique universelle, Volume III : Les Œuvres Philosophiques - Dictionnaire, Paris : P.U.F. (en cours de parution).

GROSSMANN, Henryk (1929), Das Akkumulations- und Zusammenbruchsgesetz des kapitalistischen Systems (Zugleich eine Krisentheorie), Schriften des Instituts für Sozialforschung an der Universität Frankfurt am Main, hg.v. Carl Grünberg, Bd.1, Leipzig, Hirschfeld, (Reprint : Neue Kritik, Frankfurt/M., 1970).

— (1933), "Georges Sorel", in Wörterbuch der Volkswirtschaft, 4.Aufl., hg.v. Ludwig Elster, Bd.3, Jena : Fischer, p. 236-238.

— (1941), Marx, die klassische Nationalökonomie und das Problem der Dynamik. Anhang : Briefe Henryk Grossmanns an Paul Mattick über die Akkumulation und ein Nachwort von Paul Mattick, Frankfurt : EVA, 1969.

GUSTAFSSON, Bo (1972), Marxismus und Revisionismus. Eduard Bernsteins Kritik des Marxismus und ihre ideengeschichtlichen Voraussetzungen, Frankfurt/M., EVA, 2 Bde.

HAAS, Willy (1930), "Die jungnationale Bewegung und ihre Gegenspieler", in id., Gestalten der Zeit, Berlin : G. Kiepenheuer, p. 209-218.

HELLER, Hermann (1929), Europa und der Faschismus, 2. erw. Aufl., Berlin : de Gruyter, 1931.

HORKHEIMER, Max (1942a), "L'Etat autoritaire", traduit de l'allemand par Jean-Pierre Pesron, in id., Théorie critique. Essais, Paris : Payot, 1978, p. 327-352.

— (1942b), "Raison et conservation de soi", traduit de l'allemand par Jacques Laizé, in id., Eclipse de la raison, Paris : Payot, 1974, p. 199-236.

JULLIARD, Jacques/ SAND, Shlomo (1985) (dir.) : Georges Sorel en son temps, Paris : Seuil.

KAMBAS, Chryssoula (1984), "Walter Benjamin lecteur des Réflexions sur la violence", in Cahiers Georges Sorel 2, p. 71-89.

KIRCHHEIMER, Otto (1928), "Zur Staatslehre des Sozialismus und des Bolschewismus", in : id., Von der Weimarer Republik zum Faschismus. Die Auflösung der demokratischen Rechtsordnung, Frankfurt/M. : 1976, p. 32-52.

KORSCH, Karl (1933), "De quelques prolégomènes à une discussion matérialiste de la théorie des crises", in id., Marxisme et contre-révolution, Paris : Le Seuil, 1975, p. 166-174.

— (1935), "Pourquoi je suis un marxiste", in id., Marxisme et contre-révolution, Paris : Le Seuil, 1975, p. 264-277.

— (1938), Karl Marx, trad. de l'allemand par Serge Bricianer, Paris : Champ Libre, 1971 Götz Langkau, Frankfurt/M., 1967.

KRACAUER, Siegfried (1931), "Aufruhr der Mittelschichten. Eine Auseinandersetzung mit dem Tat-Kreis", in id., Das Ornament der Masse, Essays (1920-1931), Frankfurt/M. : Suhrkamp, p. 81-105.

LASSERRE, Pierre (1928), Georges Sorel. Théoricien de l'impérialisme. Ses idées. Son action, Paris : l'Artisan du livre.

LEFEBVRE, Henri (1937), Le nationalisme contre les nations, préface de Paul Nizan (1937), présentation de Michel Trebitsch, postface de Henri Lefebvre (1988), Paris : Méridiens Klincksieck, 1988.

LOEWY, Michael (1983), "L'anarchisme messianique de Walter Benjamin", in Les Temps modernes, 40e année, no 477, octobre, p. 772-794.

— (1986a), "Un sault hors du progès : l'hommage de Horkheimer à Walter Benjamin', in Archives de Philosophie, t. 49, cahier 2, avril-juin, p. 225-229.

— (1986b), "Georg Lukacs. Sous l'étoile du romantisme", in CHARZAT, Michel (dir.) : Georges Sorel, Cahiers de l'Herne, Paris, p. 223-231.

LUKACS, Georg (1934), "'Grandeur et décadence' de l'expressionnisme", in id., Problèmes du réalisme, texte français de Claude Prévost et Jean Guégan, Paris, L'Arche, 1975, p. 41-83.

— (1954), La Destruction de la raison, Paris : L'Arche, 1958.

MANNHEIM, Karl (1929a), Ideologie und Utopie, Frankfurt/M. : Klostermann, 7.Aufl. 1985.

— (1929b), Idéologie et Utopie, Paris : Rivière, 1956.

MARCUSE, Herbert (1934), "La lutte contre le libéralisme dans la conception autoritaire de l'Etat", in id., Culture et société, Paris : éd. de Minuit, 1970, p. 61-102.

— (1936), "Autorité et famille", in Pour une théorie critique de la société, Paris : Denoël, 1971.

— (1965), "Nachwort" zu : BENJAMIN, Walter, Zur Kritik der Gewalt und andere Aufsätze, Frankfurt/M. : Campus, 4.Aufl.1981, p. 97-107.

NEUMANN, Franz (1932), "Brief an Carl Schmitt vom 7.Sept.l932", abgedruckt bei ERD, Rainer (Hg.), Reform und Resignation. Gespräche über Franz L. Neumann, Frankfurt/M. : Suhrkamp, 1985, p. 79-80.

— (1942), Behemoth, Structure et pratique du national-socialisme, traduit de l'anglais par Gilles Dauvé, Paris : Payot, 1987.

POSSE, Ernst H. (1930), "Sorels 'Fascismus' und sein Sozialismus", in : Archiv für die Geschichte des Sozialismus und der Arbeiterbewegung, hg.v. Carl Grünberg, Jg.XV, Leipzig : Hirschfeld, p. 161-193.

PRAT, Michel (1984), "Sorel collaborateur des Sozialistische Monatshefte. Lettres à Joseph Bloch 1897-1899", in Cahiers Georges Sorel 2, p. 107-129.

— (1985), "Sorel en Allemagne", in JULLIARD, Jacques/ SAND, Shlomo (dir.) : Georges Sorel en son temps, Paris : Seuil, p. 403-421.

SAND, Shlomo (1982), Georges Sorel et le marxisme : rencontre et crise, 1893-1902, Thèse de 3e cycle en histoire contemporaine, sous la direction de Madeleine Reberioux, Paris : EHESS.

— (1985), L'illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900, Paris : La Découverte.

SCHUMACHER, Joachim (1937), Die Angst vor dem Chaos. Über die falsche Apokalypse des Bürgertums, [Paris : Editions Asra,] Neuausgabe Frankfurt : Makol, 1972.

SCMMITT, Carl (1922), "Théologie politique. Quatre chapitres sur la théorie de la souveraineté", in id., Théologie politique, 1922, 1969, trad. de l'allemand par Jean-Louis Schlegel, Paris : Gallimard, 1988, p. 9-75.

— (1923), Parlementarisme et démocratie, traduit de l'allemand par Jean-Louis Schlegel, Paris : Seuil, 1988.

— (1927), La notion de politique, (texte de 1932), traduit de l'allemand par Marie-Louise Steinhauser, in id., La notion de politique. Théorie du partisan, Préface de Julien Freund, Paris : Calmann-Lévy, 1972, p. 39-206.

SÖLLNER, Alfons (1984), "Disciples de gauche de la Révolution conservatrice : La théorie politique d'Otto Kirchheimer et de Herbert Marcuse dans les dernières années de la République de Weimar", in RAULET, Gérard (dir.) : Weimar ou l'explosion de la modernité, Paris : éd. Anthropos, p. 113-128.

SOREL, Georges (1908a), Réflexions sur la violence, préface de Jacques Julliard, édition étabie par Michel Prat, Seuil, 1990.

— (1908b), La décomposition du marxisme, Paris : P.U.F. 1982.

STERNHELL, Zeev (1983), Ni droite, ni gauche. L'idéologie fasciste en France, nouvelle édition refondue et augmentée, Bruxelles : Ed. Complexe, 1987.

Notes

1 Cf. les thèses de CHARZAT 1976 (1977) et de SAND 1982 (1985), les activités de la Société d'études soréliennes, issue du colloque international sur Sorel en 1982 (actes publiées sous la direction de JULLIARD/SAND 1985) qui lance à partir de 1983 la revue annuelle Cahiers Georges Sorel (devenu : Mil neuf cent), le numéro des Cahiers de l'Herne consacré à Sorel (sous la direction de CHARZAT 1986), la réédition en 1990 de Réflexions sur la violence, Établie par M. Prat et préfacée par J. Julliard, apparemment le début d'un projet de publication en quinze volume des œuvres de Georges Sorel annoncé lors du colloque en 1982.

2 Cf. FREUND 1932, p. 213. Lui-même est passé, sous l'influence des idées de Sorel, de positions social-démocrates à celles de la 'révolution conservatrice' puis à des positions ouvertement national-socialistes, cf. PRAT 1985, p. 412sq. et BUCKMILLER 1985, p. 60 sq.

3 Si PRAT 1985 (p. 413) affirme que "le débat du livre de Freund ne relança cependant pas le débat sur l'œuvre de Sorel", il est contredit par ses propres recensements bibliographiques des articles et livres parus après 1932 dont beaucoup se réfèrent explicitement à l'étude de Freund — mais relancent, il est vrai, de plus en plus un débat critique sur l'œuvre de Sorel...

4 Cf. PRAT 1985 et BUCKMILLER 1985.

5 Beaucoup des activités mentionnées plus haut (cf. note 4) s'inscrivent dans les polémiques qui ont suscité l'ouvrage de Zeev Sternhell Ni droite, ni gauche (STERNHELL 1983) lequel place Sorel au centre de l'imprégnation fasciste dans la France de l'Entre-deux-guerres ; cf. [STERNHELL, in : Histoire no 68, p. 98] les critiques de Sand [SAND, in : Esprit, août-sept. et décembre 1983] et de Julliard [JULLIARD, in : Annales ESC, juillet-août 1984) lors de la première parution de l'ouvrage de Sternhell en 1983.

6 Selon FREUND 1932, p. 198 sq., repris par FRAENKEL 1940, p. 161, Sorel était un précurseur des vertus de la guerre et du travail de Jünger. Cf. aussi BUCKMILLER 1985, p. 62 sq ; BOHRER 1983, p. 297 sq. par contre, réfute cette thèse.

7 Dans cette revue ultracatholique ont été publiés plusieurs articles sur Sorel (entre autres par Freund) ; cf. déjà la critique de ce ralliement de la revue aux idées soréliennes par Joachim Schumacher, ami d'Ernst Bloch et membre de l'Institut de recherches sociales à New York (SCHUMACHER 1931, p. 140).

8 Cf. BUCKMILLER 1985, p. 58 sq. et la critique contemporaine de KRACAUER 1931 et CURTIUS 1932.

9 Cf. par ordre de citation : JULLIARD/SAND 1985, p. 13 ; BUCKMILLER 1985, p. 51 ; PRAT 1985, p. 414. Pour une méthodologie de transferts culturels, cf. les travaux du Groupement de recherches du CNRS 'Transferts culturels franco-allemands'.

10 Il est évident que la révolution d'octobre en Russie, le mouvement et l'installation du régime fasciste en Italie en 1922 ainsi qu'en Allemagne en 1933 représentent des changements souvent radicaux dans la perception des idées soréliennes.

11 Cf. la première partie de l'article de PRAT 1985 et sa documentation sur la collaboration de Sorel aux Sozialistische Monatshefte, PRAT 1984 ; pour une étude plus approfondie, cf. GUSTAFSSON 1972, chap. VI.

12 Section qui fait défaut dans l'édition de La Pléiade du Capital.

13 Cf. mon article, GANGL 1985.

14 Cf. sur son œuvre mon article dans l'Encyclopédie philosophique, GANGL 1992 (à paraître).

15 Cf. GROSSMANN 1929, p. 33 sq. et GROSSMANN 1933. Pierre Andreu est allé plus loin en soulignant que les analyses économiques de Sorel ont perdu même leur caractère critique : "On ne trouvera dans ses ouvrages pas une seule ligne contre le capitalisme en tant que régime de production" (ANDREU 1982, p. 158).

16 Cf. sur son œuvre principale mon article dans l'Encyclopédie philosophique, GANGL 1992 (à paraître).

17 Grossmann, du fait de sa critique des idées soréliennes, ne voyait dans l’article de Korsch qu’une tentative visant à substituer la conception sorélienne du mythe à la théorie marxienne des crises ; cf. GROSSMANN 1941, p. 105 sq. et p. 272.

18 Cf. aussi le passage moins critique concernant Sorel dans son livre sur Marx, KORSCH 1938, p. 270, passage cité par Benjamin pour attester que Sorel a contribué à une approche non-dogmatique du marxisme, cf. BENJAMIN, Bd. V, p. 607.

19 Comme p. ex. CHARZAT 1983. Pour la discussion contemporaine du problème, cf. POSSE 1930.

20 Cf. sur l’influence de Sorel sur Benjamin, LOEWY 1983 et surtout l’article fort instructif de KAMBAS 1984.

21 Cf. LOEWY 1986.

22 Cf. BENJAMIN 1942b, p. 283 et les mêmes propos déjà chez BENJAMIN 1937, p. 108.

23 Cf. NEUMANN 1942, p. 190

24 Cf. MARCUSE 1936. On trouve déjà la même argumentation, plus approfondie et plus générale, mais sans référence explicite à Sorel, chez MARCUSE 1934. Cf. sur Marcuse dans le contexte de la Théorie critique mon article, GANGL 1989.

25 Cf. KIRCHHEIMER 1928, p. 42 sq.

26 Cf. mon article GANGL 1984.

27 Cf. sur les changements de son attitude vis-à-vis de Sorel dans son itinéraire intellectuel et politique l’essai de LOEWY 1986.

28 Cf. LUKACS 1954, p. 32 sq.

29 Cf. p. ex. SOREL 1908a, p. 21 sq. et p. 118 sq.

30 SCHMITT 1923, p. 90, n. 9 ; cf. "C’est de la même manière que l’Elan vital et vide de Bergson put se prêter à des utilisations aussi diverses et déboucher à la fois sur le retour à l’Eglise catholique et sur l’anarchisme athée" (BLOCH, 1938 sq., p. 35).

31 Modification qui prête facilement aux malentendus : "Il est dès lors évident que Schmitt modifie ainsi le concept d'action sociale de la grève générale prolétarienne, dirigé par Sorel contre la politique, et le fonctionnalise en concept du politique." (BUCKMILLER 1985, p. 57) Buckmiller confond tout simplement les concepts étatique et politique, problème qui se trouve au centre de La notion de politique. Il faut rappeler ici la fameuse première phrase du texte : "Le concept d'Etat présuppose le concept de politique" (SCHMITT 1927, p. 59).

32 "Toute sa valeur [de l'idée d'action du mythe, M.G.] est pratique, ou, comme s'exprime Sorel, 'pragmatique'". (LASSERRE 1928, p. 42) ; Henri Lefebvre l'avait qualifié de "pragmatisme mystique et mystificateur" (LEFEBVRE 1937, p. 30, n. 7). Néanmoins, mythe et fonction semblent incompatibles, comme Borkenau l'a exposé dans sa critique du mythe sorélien : "When a myth is known to be a myth, yet still upheld, it becomes an outright lie. The definition of a myth is that its believers do not regard it as a myth, but as supernatural reality." (BORKENAU 1942, p. 429) ; Sorel pourtant a réfuté l'idée "que les mythes conviennent seulement aux sociétés primitives" (Sorel 1908a, p. 22) et toujours souligné le caractère 'décisionnel' et 'fabriqué' de son mythe social.

33 SOREL 1908a, p. 126, ou encore p. 106 : "Les violences prolétariennes [...] sont purement et simplement des actes de guerre, elles ont la valeur de démonstrations militaires et servent à marquer la séparation des classes." Il ne faut pas pourtant prendre ces paroles à la lettre. Hannah Arendt aurait plutôt tendance à attribuer ces 'armes' à l'arsenal d'une politique non-violente et paisible, cf. ARENDT 1970, p. 16. C'est vrai dans la mesure où Sorel voulait toujours réaffirmer la morale contre la décadence bourgeoise et "la déchéance générale des valeurs morales" (SOREL 1908a, p. 254), en tant que "moraliste espérant et proclamant le triomphe de la vertu" (ANGEL 1936, p. 322).

34 Cf. NEUMANN 1932, p. 79 sq.

35 Cf. KIRCHHEIMER 1928, p. 34 et p. 43. Sur Kirchheimer comme disciple de gauche de C. Schmitt cf. SÖLLNER 1984.

36 Cf. HELLER 1929, p. 484 sq. Pour Karl Mannheim, le fascisme et le léninisme ont en commun l'activisme pur, mais contrairement aux fascistes les bolcheviques ne s'adonnaient pas totalement à l'irrationalisme et ont gardé une certaine estime pour la pensée rationaliste, cf. MANNHEIM 1929a, p. 126 sq. (partie qui fait défaut dans l'édition française qui contient seulement deux — des cinq — chapitres de la version originale, cf. MANNHEIM 1929b).

37 Mannheim distingue pour l'influence de Sorel sur le fascisme italien deux étapes différentes, avant et après novembre 1921. En tant que mouvement pur, le fascisme était ouvert aux idées activistes et intuitionnistes et par conséquent à la conception sorélienne de la lutte syndicale ; par contre, après l’avènement au pouvoir, ce sont les idées nationalistes qui priment, cf. MANNHEIM 1929a, p. 117 sq., n. 21.

38 Confusion qu'aurait propagée Schmitt selon KRACAUER 1931, p. 90.

39 Cf. pour le fascisme italien sous l'impulsion de la réception de Sorel la démonstration de NEUMANN 1942, p. 189 sq. ou encore ANDREU 1982, p. 306 sq. : "Les jeunes fascistes intelligents de 1922, dont certains suivaient Sorel depuis longtemps, comprirent très vite tout le parti que l'on pouvait tirer de son œuvre en l'interprétant, assez particulièrement d'ailleurs, et en substituant la notion de parti et de nation à celle de classe" ; cf. aussi les propos de Sorel lui-même concernant la 'trouvaille' de Mussolini, l’union du national et du social, ibid., p. 108 sq.

40 Texte de couverture de la réédition de Notre Maître, M. Sorel, cf. ANDREU 1982.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540