Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

I - HÉRITAGES

La théorie raciale des universitaires allemands, l'histoire d'un rapport fatal à l'époque de l'Entre-deux-guerres

Frantz-Rutger Haussmann

Texte intégral

  • 1 Rudolf Brummer, "Gobineau und seine Rassenlehre", Neuphilologische Monatsschrift 1936, S. 439-447.

1Peu après la prise de pouvoir par les nationaux-socialistes, le romaniste de Breslau Rudolf Brummer s'adresse à ses collègues dans La Neuphilologische Monatsschrift1, revue jadis bien en vue, pour fêter le comte de Gobineau comme le père de la théorie raciale nationale-socialiste : "A une époque où les recherches sur les races et l'application de leurs résultats sont devenues une évidence, notre regard se tourne naturellement vers l'histoire des théories raciales et, à travers cela, vers un homme qui passe pour être le père de la théorie des races modernes : le comte Joseph Arthur de Gobineau...". Selon Brummer, il est étonnant que les Français, en tant que peuple du pire métissage (p. 440), aient donné naissance à un penseur aussi profond et il est à espérer qu'ils lui "accordent (bientôt) un peu plus d'attention, qu'il soit jugé plus objectivement". Mais l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler et la montée du peuple allemand, continue-t-il, ont empêché même les nationalistes français de l'apprécier avec justesse.

  • 2 Gobineau, Œuvres. Edition publiée sous la direction de Jean Gaulmier avec... la collaboration de J (...)
  • 3 Frank-Rutger Hausmann, "Die nationalsozialistische Hochschulpolitik und ihre Auswirkungen auf die (...)

2Les écrits de Gobineau avaient toujours trouvé une plus grande résonance en Allemagne qu'en France, et ce n'est qu'à la suite du succès allemand que les Français tendirent l'oreille. "L'engouement de l'Allemagne pour La Renaissance finit par attirer autour de 1900 l'attention de la critique française, encore réticente..."2. Si les romanistes lui accordaient également une attention particulière à l'époque nazie, c'est parce que les lettres modernes éprouvaient des difficultés à se saisir d'œuvres littéraires "adéquates" en langue française, italienne et espagnole, qui se prêtaient à l'enseignement universitaire3. Ainsi, de 1933 à 1945, Gobineau connut un regain d'intérêt et fut cité comme autorité dans de nombreux travaux philosophiques.

  • 4 Lettre inédite.

3Même des érudits plutôt éloignés du national-socialisme faisaient référence à lui, lorsqu'ils jugeaient cela nécessaire. Lorsque des étudiants nazis de l'université de Rostock diffamèrent le romaniste Fritz Schalk auprès du recteur pour avoir fait un cours sur un auteur aussi décadent que Baudelaire, celui-ci se défendit comme suit : " Un étudiant prétend qu'il y aurait trois exemplaires de Baudelaire et aucun de Gobineau au séminaire de philologie romane. En vérité, il n'y a qu'un exemplaire de Baudelaire (deux seulement des Fleurs du mal pour des cours d'explication de textes) et treize volumes de Gobineau plus une biographie de Gobineau. Les œuvres de Lapouge, qui ont également disparu, n'entrent pas dans ma spécialité... Je me permets de demander la permission de commander de telles œuvres pour le Séminaire de philologie romane, dont le budget est pauvre... Mais la direction de la Bibliothèque Universitaire a déjà refait l'acquisition, sur ma proposition, de nouveaux ouvrages français sur l’étude des races, comme il résulte du livre des desiderata qui se trouve dans la salle des professeurs"4.

  • 5 George L. Mosse, Rassismus. Ein Krankheitssymptom in der europäischen Geschichte des 19. und 20. J (...)
  • 6 Friedrich Meinecke, "Montesquieu, Boulainvilliers, Dubos. Ein Beitrag zur Entstehungsgeschichte de (...)

4L’histoire des races avait déjà eu, de manière latente, une grande importance avant l'avènement des nazis, car elle était née avec les progrès des sciences naturelles au xviiie siècle. Au début, elle servit uniquement à classer les plantes, les animaux et les ethnies, c'est-à-dire à fournir à la biologie et à l'anthropologie des modèles de classification. Mais à la longue, l'étude des races fut pervertie et changée en idéologie : on l'éleva du plan des sciences naturelles à celui de la métaphysique5. On peut déjà se rendre compte de ce changement au xviiie siècle, lorsque Henri de Boulainvilliers, Comte de Saint-Saire, essaya de justifier les privilèges de la noblesse française par la victoire de la classe des seigneurs franco-germaniques sur la population gallo-romaine (Histoire de l'ancien gouvernement de la France, La Haye, 1727). La noblesse française, issue des descendants de la race seigneuriale franque, serait qualitativement supérieure aux descendants plébéiens des Gaulois. Ce n'est que par l'extermination pure et simple de la civilisation que l'on pourrait abolir la domination des Francs dans le monde. Mais déjà le journalisme contemporain montre que ces conceptions n'étaient qu'une légende et, pendant la Grande Révolution, Volney (Les Ruines, ch. 15) se moqua du fait que la noblesse se composait en majeure partie de nouveaux riches qui, auparavant, étaient des ouvriers et des marchands, ce qui, sociologiquement, est correct. Le théoricien de la Révolution, l'abbé Siéyès (Qu'est-ce que le tiers état ?, ch. 2), raillait la vieille aristocratie et voulait la chasser dans les forêts franconiennes, d'où elle serait, soi-disant, un jour descendue pour s'installer en France, puisque le Tiers-Etat n'en avait plus besoin6.

  • 7 E.H. Ackerknecht/H.V. Valois, F.J. Gall et sa collection, Paris : 1956.
  • 8 F.-R. Hausmann, "Juden und Judentum in der französischen Literatur des 19. Jahrhunderts", in Condi (...)

5Divers théoriciens du climat, de John Arbuthnot à Kant en passant par Montesquieu, ont conféré un rang philosophique aux théories raciales. Cependant, ce sont deux disciplines relativement jeunes, l'anthropologie et la philologie, qui ont donné à l'idéologie raciste son propre système d'expression. Le médecin Franz Joseph Gall (1758-1828), originaire d'Allemagne, spécialiste de l'étude du crâne, fonda la phrénologie, qui localise les facultés intellectuelles et psychiques de l'homme dans certaines parties du cerveau et qui croit reconnaître dans les particularités du crâne et du visage des signes, des aptitudes et des traits de caractère. Un édit impérial de Vienne (1802) avait interdit la propagation de ces théories, de sorte qu’en passant par Berlin, Gall s'exila en France où, au xixe siècle, toutes les théories des races trouvaient un sol bien plus fertile qu'en Allemagne, ce qui devait changer plus tard, surtout après l'affaire Dreyfus7. Au début du xixe siècle, la droite essaya de fonder sa théorie de la conspiration — protestants, juifs et francs-maçons auraient ourdi la Révolution de 1789 — également sur la théorie raciale8.

  • 9 Walter Rehm, Das Werden des Renaissancebildes in der deutschen Dichtung vom Rationalismus bis zum (...)
  • 10 Alfred v. Martin. Nietzsche und Burkhardt. Zwei geistige Welten im Dialog, München : 1947 ; Id., D (...)

6La linguistique historique et comparatiste prouva l'origine commune des langues indo-germaniques. Sur la base des similitudes entre des mots allemands et anglais, français et italiens, des philologues allemands tels que H.J. Klaproth, Th. Benfey et d'autres avancèrent la thèse suivant laquelle ces peuples descendaient d'une même famille linguistique. Ils développèrent la conception de l'origine indienne des Aryens et de leurs migrations, ce qui mena plus tard des chercheurs à faire d'un pays mythique semi-oriental la patrie des Germains. Les "belles lettres" participèrent également à la consolidation de l'idée de races, surtout par le "renaissancisme". Victor Hugo (Notre-Dame de Paris ; Torquemada e.a.), Honoré de Balzac (Contes drolatiques), Stendhal (Chroniques italiennes), Musset (Lorenzaccio) et beaucoup d'autres glorifiaient dans leurs romans, nouvelles ou drames l'homme de la Renaissance comme un individu moderne, qui s'émancipe des tutelles de l'Etat et de l'Eglise, et qui n'accepte plus de lois étrangères. Jules Michelet insérera dans la VIIème partie de son Histoire de France (1855) un chapitre sur la Renaissance, qui sépare cette époque du Moyen Age et lui attribue "la découverte de l'homme et la découverte du monde", voire la découverte du macrocosme et du microcosme9. Mais en ce qui concerne l'envergure, aucune de ces œuvres ne peut rivaliser avec la Cultur der Renaissance in Italien. Ein Versuch (1860) de Jacob Burckhardt qui, pendant cinquante ans, imposa son image de la Renaissance italienne et dont l'influence demeure aujourd'hui encore, même si beaucoup de détails ont été modifiés. Comme l'intérêt de Burckhardt pour la Renaissance tourne toujours autour de la liberté de l'individu et de la loi de la forme, son argumentation est plus ambivalente qu'on ne le pense d'habitude. Burckhardt se rattache à la Vita de Benvenutto Cellini de Goethe, qui fait le portrait typique de l'homme de la Renaissance. Puisque l'œuvre de Burckardt a la prétention d'être un essai, les générations suivantes n'eurent pas de mal à greffer la Cultur der Renaissance in Italien sur des interprétations hétérogènes de la Renaissance et de l'humanisme. Burckhardt avait bien mis à jour les oppositions chrétien/païen, nordique/méditerranéen, médiéval/moderne, universel/national etc.., mais il n'avait pas réussi à en faire une synthèse. Il s'ensuivit ainsi des interprétations nationalistes et racistes, qui toutes s'appuyaient sur Burckhardt10.

  • 11 E.J. Young, Gobineau und der Rassismus. Eine Kritik der anthropologischen Geschichtstheorie, Meise (...)

7En particulier Nietzsche et Gobineau dépendent, dans leur interprétation unilatérale de Machiavel, de Burckhardt, leur image du surhomme héroïque surtout, qui, libre de toutes les lois chrétiennes et du pessimisme de cette religion, vit selon ses propres critères, faisant renaître par là l'Antiquité avec son idéal de vertu (virtus). Le diplomate français Gobineau (1816-1882) confère à l'étude des races pour la première fois une norme mondiale, voire des dimensions cosmiques. Son œuvre principale porte le titre programmatique d’Essai sur l'inégalité des races humaines (4 vol., Paris 1853-1855 ; 2 1884 ; trad, allem. 1898-1901). Elle a été composée pendant la phase initiale réactionnaire du règne de Napoléon III, et est dédiée au roi George V de Hanovre. Selon Gobineau, l'histoire montre que les peuples ont acquis le pouvoir grâce à la pureté de la race et que, au contraire, le métissage provoque leur chute. Les Aryens germaniques dolichocéphales vivant au nord-ouest de l'Europe seraient la race la plus pure et représenteraient, par leur vitalité et leur vigueur, mais aussi leur conception de l'honneur, leur amour de la liberté et leur sincérité, une véritable élite11. "La race germanique était pourvue de toute l'énergie de la variété ariane. Il le fallait pour qu'elle pût remplir le rôle auquel elle était appelée" (Pl. I, 1161).

8Gobineau n'était pas antisémite, mais, selon lui, les races sémites et latines auraient fort dégénéré au fil du temps, et c'est pourquoi il ne les estimait pas. Dans la fantastique Histoire d’Ottar Jarl (1879) il se qualifie de nordique et fait remonter son arbre généalogique jusqu'à un prétendu conquérant normand du ixe siècle (Gouvineau de Gournay). Gobineau fait de la sorte le lien entre l'étude des races et la glorification de la pensée élitiste antidémocratique, car à propos d'Ottar, on peut lire : "Sa race était pure et, partant, son individualité très forte. Chez lui, l'individu était tout, l'agglomération peu de chose ou rien". Mais Gobineau se fit connaître davantage par une autre œuvre, La Renaissance. Scènes historiques (Paris, 1877), qui rassemble les idées principales des œuvres précitées. Ces cinq "scènes historiques" sont des présentations sous forme de dialogue de grands personnages de la Renaissance, à savoir Savonarola, Cesare Borgia, Jules II, Léon X et Michelange. Au départ, Gobineau voulait appeler son œuvre La fleur d'or et faire précéder chaque scène d'un essai explicatif, des essais qui ont été écrits mais non publiés du vivant de l’auteur. Chaque figure de la Renaissance est interprétée par Gobineau, sous l'influence de Burckhardt, comme celle d'un surhomme génial qui, sans égards pour soi et pour les autres, défend sa foi (Savonarola), la gloire militaire (Jules II), le luxe raffiné (Léon X) ou l'art (Michelange), et qui dédaigne son environnement mou qui ne lui sert jamais que de moyen pour parvenir à ses fins. Gobineau les caractérise tous de nordiques.

  • 12 Armin Mohler, Die konservative Revolution in Deutschland 1918-1932. Ein Handbuch, Darmstadt : Wiss (...)
  • 13 Hans Fromm. Bibliographie deutscher Übersetzungen aus dem Französischen. 1700-1948, vol. III (F-K) (...)

9Sans l'infatigable engagement du bibliothécaire, écrivain et homme de lettres, le wagnérien et pangermaniste Ludwig Schemann (1852-1938)12, Gobineau ne serait cependant jamais devenu aussi populaire en Allemagne. Schemann traduisit l’Essai ainsi que le livre sur la Renaissance, fonda en 1894 en France et en Allemagne une "Société des Amis de Gobineau" et édita en 1918 pour la première fois La Fleur d'or ; une édition française devait suivre en 1929. Schemann, qui se considérait comme le grand prêtre de Gobineau, et qui bénéficiait d'une certaine estime dans les cercles d'admirateurs de Nietzsche et Wagner, plus tard des nazis, dut bientôt faire face à la concurrence d'autres traducteurs de Gobineau, puisque Bernhard Jolies (1911), Hanns Floerke (1913), Maria Ewers aus'm Weerth (1913), Adalbert Luntowski (1913), Alfred Steinitzer (1921), Anne Brunnemann (1922), Otto Flake (1924), Albert Ritter (1925) et Robert v. Voss (1927) traduisirent également La Renaissance et assurèrent sa réception continue13.

  • 14 Ferdinand Gregori, Michelangelo. Neun Szenen aus Gobineaus Verdeutschung als Festspiel für eine ve (...)

10Même si la Société des Amis de Gobineau fondée par Schemann ne comptait au départ que peu de membres – 360 en 1914 –, son influence était grande, car les écrits de Gobineau furent distribués gratuitement avant la Première Guerre mondiale, dans une édition bon marché chez Reclam, dans les écoles et à l'armée, accompagnant ainsi plus d'un soldat dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. (Du côté français, Paul Bourget, Albert Sorel, l'abbé Bremond et d'autres faisaient tout de même partie de ce recueil !). Ferdinand Gregori, intendant du théâtre de Mannheim, mit en scène La Renaissance, la femme de Schemann y tenant un rôle14.

  • 15 Mohler, op. cit., B. 118.1, p. 338-339.
  • 16 Ludwig Woltmann, Die Germanen und die Renaissance in Italien. Mit über hundert Bildnissen berühmte (...)

11Pour la recherche sur la Renaissance au sens négatif, en tant que prélude à la folie raciale des nazis, seuls les travaux de Ludwig Woltmann (1871-1907)15, élève de Gobineau, sont significatifs ; il y synthétisa les enseignements de Gobineau, les thèses de Ludwig Wilser (L'origine des Allemands, 1885 ; Arbre généalogique des Allemands et leur répartition, 1885 ; Les Germains. Contributions à l'ethnologie, 1904) et celles du beau-fils de Richard Wagner, Houston Stewart Chamberlain (Les fondements du xixe siècle, 1899). Il voyagea beaucoup en France et en Italie, fit des recherches approfondies dans des archives et des bibliothèques, et amoncela surtout des photographies, biographies et arbres généalogiques pour discerner dans quelle mesure les Germains avaient participé à la réédification de la civilisation dans ces pays après la chute de l'Empire romain. Les résultats de ces recherches furent classées en deux livres, Les Germains et la Renaissance en Italie (Leipzig, 1905), et Les Germains en France (Iéna, 1907)16. L'argumentation de Woltmann est plus d'ordre esthétique que positif, car pour lui, les proportions du corps humain, les contours du visage et les propriétés physiques sont les traits raciaux distinctifs importants. Par son procédé de sélection, la nature aurait modelé les proportions des jambes et du séant des Aryens pour en faire une mesure absolue de beauté architectonique et aurait tout organisé suivant la coupe idéale ; en deux mots, elle se serait dépassée elle-même. La race nordique ne serait cependant pas seulement la plus grande, la plus forte et la plus belle, mais également la plus intelligente avec le plus gros volume crânien.

12"La teneur en race blonde d'un peuple détermine sa valeur culturelle, et le déclin des hautes cultures a pour cause anthropologique le dépeuplement des blonds. Le milieu naturel peut gêner ou favoriser le développement des dispositions de naissance et les facteurs moraux et économiques jouent bien un rôle important, mais la cause décisive pour le déclin des peuples c'est l'appauvrissement de leur structure anthropologique" (p. 116). La force intérieure raciale se doit également, d'après Woltmann, de trouver une tâche extérieure, qui consiste en la conquête du monde et en l'asservissement des peuplades faibles, dont témoignent les vastes migrations germaniques.

  • 17 Mohler, op. cit. B. 130.2, p. 367 sqq. ; Hans-Jürgen Luthöfft, Der nordische Gedanke in Deutschlan (...)
  • 18 Hausmann, Die nationalsozialistische Hochschulpolitik, p. 13-15.

13Le livre de Woltmann sur la Renaissance ne représente pas seulement une histoire de la race nordique, qui se satisfait presque uniquement de traits extérieurs ; sa thèse centrale est que les représentants de la Renaissance italienne et de la civilisation française sont d'origine germanique. En annexe à la Renaissance en Italie, on trouve 117 portraits peints de Lorenzo Ghiberti à Gioachino Rossini, qui tous révèlent soi-disant des traits "germaniques". La méthode de Woltmann, consistant à montrer au moyen de portraits combien d'hommes importants la race du Nord a produits, a été copiée et améliorée plus tard par des anthropologues qui utilisèrent cependant des photographies et non plus comme Woltmann des portraits fantaisistes peints. Parmi eux, il faut citer en premier lieu Hans Friedrich Karl Günther (1891-1968)17 qui a acquis une triste réputation en tant qu'anthropologue18. Initialement professeur de lycée et poète germanisant, Günther publia pour la première fois en 1922 un Précis racial du peuple allemand (Rassenkunde des deutschen Volkes) qui, en 1942, atteignait déjà le 124ème mille. Ce succès est moins redevable à son contenu scientifique qu'à son intelligibilité et son niveau de vulgarisation, ce que comprit l'éditeur munichois J. Fr. Lehmann (1864-1935), qui prit le risque d'éditer Günther, alors totalement inconnu, ce qu'il ne devait pas — financièrement — regretter. Une version écourtée – Kleine Rassenkunde des deutschen Volkes (1929) – connut le même succès.

  • 19 Horst Gies, Richard Walther Darré und die nationalsozialistische Bauernpolitik in den Jahren 1930- (...)
  • 20 Leo Spitzer, Anti-Chamberlain. Betrachtungen eines Linguisten über Houston Stewart Chamberlains "K (...)
  • 21 Edgar Glässer, Einführung in die rassenkundliche Sprachforschung, Heidelberg : C. Winter, 1939 ; M (...)

14Günther, qui se déclarait fondamentalement partisan de Gobineau et de Woltmann, devint le porte-parole de la prétendue pensée nordique, qui reposait sur les dogmes suivants : 1°) la foi en la valeur incomparable de la race nordique ; 2°) la conception selon laquelle cette race est menacée de déclin et d'extinction, et cela par auto-aliénation et par un entourage étranger à la race ; 3°) la conviction que ce déclin signifie la fin de la culture occidentale et donc de toute culture ; 4°) la conscience de la nécessité et de la possibilité de principe de repousser ce déclin. Aux yeux de Günther, la migration ne fut pas le dernier accomplissement de la race du Nord. Des anthropologues et des philologues accordèrent également une grande attention à la question de l'impact du sang nordique dans les peuples romans, l'enseignement de Woltmann étant élevé jusqu'au grotesque par le leader des agriculteurs du Reich ("Reichsbauernführer"), le national-socialiste Richard Walter Darré (1895-1953), qui prétendait non seulement que l'Amérique du Nord, mais aussi l'Amérique du Sud avaient été découvertes et colonisées avant Christophe Colomb par la race nordique19. En analysant les noms propres, Chamberlain a essayé de démontrer la parenté entre les peuples romans et germaniques. Il voit dans Shakespeare celui qui brandit ou "secoue" (angl. shake) "la lance" (angl. spear), ce qui correspond à (Dante) Alighieri (du germ. "ger"/lance et goth. "eal"/se défendre)20. Edgar Glässer, romaniste de Heidelberg, publia en 1939 une Introduction à la linguistique raciale qui vise sous une forme "systématique" à établir un lien entre les races humaines et leurs expressions linguistiques21.

  • 22 W.F. Storck, "Henry Thode. 1857-1920". in Repertorium für Kunstwissenschaft 43, 1921, p. 55-61 ; C (...)
  • 23 H. Thode, Franz von Assisi und die Anfänge der Kunst der Renaissance in Italien, Berlin : 1926.

15Plus graves sont les essais des historiens de l'art et des philologues de fonder leur discipline sur des bases racistes, et de les marginaliser ainsi sur le plan international. Dans le domaine de l'histoire de l'art, Henry Thode (1857-1920) et son successeur et rival Carl Neumann (1860-1934)22 en portent la responsabilité. Thode, marié en premières noces à Daniela von Bülow, la belle-fille de Richard Wagner, renonça à sa charge de professeur titulaire à Heidelberg en 1911, pour se retirer au bord du lac de Garde et se consacrer entièrement à la Société wagnérienne. Il mesurait tous les accomplissements culturels d'après les critères de Richard Wagner, tout ce qui était grand et important, il le présentait comme typiquement germanique et chrétien en même temps. François d'Assise et Luther, le "François allemand", inspirent la peinture et la musique, où les Italiens et les Allemands sont les maîtres. "François et Luther ! Quand viendra le troisième ? L'époque est mûre et qui ouvre l’oreille entend la clameur du peuple qui réclame ses droits. Qu'exige-t-il d'autre qu'une nouvelle foi, qu'un renforcement de l'âme ? Qui lui viendra en aide ? A nouveau, l'humanité a besoin d'un François, d'un Luther !"23. Même si l'irrationalisme de Thode saute aux yeux, il trouva tout de même ses lecteurs qui remarquèrent moins que les critiques que ces vues dépassaient les limites d'une interprétation habituelle de la Renaissance, mais articulaient vaguement des espoirs de salut. Comment ne pas penser au Troisième Reich ?

  • 24 C. Neumann, "Byzantinische Kultur und Renaissancekultur", in Historische Zeitschrift 91, 1903, p.  (...)

16Neumann, romantique tardif aux tendances pangermaniques et nationalistes, était estimé plus positivement. Pour lui, le devoir de l'histoire de l'art, c'est de prendre parti et de laisser le peuple allemand faire l'expérience de sa conscience nationale à travers l'art. Il nie d'ailleurs catégoriquement l'idée d'un art international et ne voit de but que dans un art national, conditionné par la race : "Il est possible que la science en tant que telle ne soit liée à aucune considération raciste ; face à l'éducation de la Nation, cette liberté a pourtant ses limites, la science ne devant devenir ni sport, ni virtuosité méthodique, ni originalité"24. Dans un article de 1903 qui fit date, il nie toute influence de la Renaissance italienne sur la culture allemande et affirme au contraire, en s'appuyant sur des idées de Gobineau, Nietzsche et Woltmann, que la Renaissance italienne doit son origine à la race germanique et au christianisme : "Ces barbares du Nord apportèrent des éléments culturels originaux, surtout un droit héréditaire, et ces droits germains étaient... valables jusque loin en Italie... En ce qui concerne l'Italie, chacun sait que les noms les plus renommés de son histoire, Dante Alighieri et Garibaldi, sont d'origine lombarde".

  • 25 J. Schnitzer, Savonarola. Ein Kulturbild aus der Zeit der Renaissance, München : 1924, II, 970 ; 9 (...)
  • 26 A. Philippi, Der Begriff der Renaissance. Daten zu seiner Geschichte. Mit 24 Bildertafeln, Leipzig (...)
  • 27 A. v. Martin, "Geistige Wegbereiter des deutschen Zusammenbruchs : Nietzsche und Spengler", in Hoc (...)

17L'histoire de la réception de Gobineau et de Woltmann auprès des intellectuels allemands de l'Entre-deux-guerres n'a pas encore été écrite, c'est pourquoi nous nous contenterons de quelques remarques. Même des historiens critiques applaudissent sans cesse Gobineau : Josef Schnitzer, auteur d'un livre de référence sur Savonarole25, parle (vol. II, 974) de "la description poignante que le comte de Gobineau... a consacré à son action". L'historien de l'art Adolf Philippi cite dans son livre sur la Renaissance " l'œuvre impressionnante du comte, respectée à juste titre " (p. 164)26. Même là où il n'est pas cité, l'ensemble de ses idées trouve un écho dans les travaux des spécialistes, et Nietzsche et Spengler contribuent à sa divulgation27.

  • 28 E. Gamillscheg, Romania Germanica. Sprach- und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des (...)

18Dans Romania Germania, œuvre monumentale en trois volumes, le romaniste berlinois Ernst Gamillscheg28 rend hommage à cet esprit, lorsqu'il se décide à être le représentant de la thèse de l'invasion des Germains. Il postule que sans Germains, il n'y aurait pas de Romans, ce qui en principe n'est pas faux. En concordance avec l'idéologie des races dominantes, il débarrasse les Germains du stigmate de hordes barbares, pour leur conférer le mérite d'avoir "empêché" la désintégration d'un peuple qui était notoirement condamné à disparaître, et qui était devenu indigne de son noble passé" (I. p. VII). "Pour l'empire romain qui est pourri, l'immigration des Germains ne signifie pas le déclin, mais la condition d'un nouvel essor ; l'immigration des Germains n'apporte pas uniquement la destruction, mais surtout la reconstruction avec de nouvelles forces" (III, 245). On croirait entendre Gobineau et Woltmann ! Les implications politiques de telles déclarations sont évidentes. La "France décadente", qui vient d'hériter d'un gouvernement de front populaire, doit à nouveau être sauvée par l'Allemagne.

  • 29 Bernhard Pier, Rassenbiologische Betrachtungsweise der Geschichte Frankreichs, Frankfurt a.M. : 19 (...)

19Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, des romanistes, des sociologues et des historiens se livrent à des études civilisationnistes à caractère antithétique qui s'efforcent de mettre en évidence les différences entre les deux peuples29. Le but de tels travaux était de justifier la défaite de 1918 et les précédentes violations du droit international, d'imputer la responsabilité de la guerre à la France et de donner la possibilité aux Allemands, grâce à une étude contrastée des mentalités, de battre la France une fois pour toutes dans une nouvelle passe d'armes, cette fois intellectuelle. Les argumentations raciales du Français Gobineau sont à ce propos les bienvenues.

  • 30 Mario W., Wandruszka von Wanstetten, Wille und Macht in drei Jahrhunderten französischer Schau. Co (...)
  • 31 Fritz Neubert, "Das französische Deutschlandbild von 1700 bis zum Weltkrieg", in Volkstum und Kult (...)

20Après la défaite de 1940, tous les universitaires allemands sont convoqués à Berlin pour un projet commun d'études françaises. Les romanistes, sous la direction de Fritz Neubert de Breslau, sont chargés de mettre en évidence les traits de caractère français proches des Allemands. De cette manière, l'héroïque Corneille est opposé au fataliste Racine ; Vauvenargues et Stendhal deviennent les représentants d'une saine volonté de puissance française ; Voltaire prophétise déjà dans sa rencontre avec Frédéric le Grand l'avenir du Troisième Reich30. Comme Neubert l'expose, "au milieu d'une guerre millénaire" à la vie ou à la mort, on ne peut traiter des thèmes de la plus subtile esthétique moderne, mais il ne peut s'agir que d'une intensification de l'étude des traits français caractéristiques31.

21Les théories raciales, pour la plupart saugrenues, ont donc compté des partisans dans toutes les disciplines universitaires, qu'il s'agisse des lettres, de l'histoire ou de l'histoire de l'art. Elles servent à donner des fondements pseudo-scientifiques à des préjugés nationaux et politiques et témoignent de la bêtise aussi bien que de l'opportunisme d'un grand nombre d'intellectuels allemands.

Notes

1 Rudolf Brummer, "Gobineau und seine Rassenlehre", Neuphilologische Monatsschrift 1936, S. 439-447.

2 Gobineau, Œuvres. Edition publiée sous la direction de Jean Gaulmier avec... la collaboration de Jean Boissel et de Marie-Louise Concasty, Paris : Bibliothèque de la Pléiade, 1983-1987, 3 vol., I, XIX sqq. Gaulmier essaye pourtant de minimiser l'influence funeste de Gobineau en Allemagne : "La légence d'un Gobineau germanolâtre et raciste a longtemps privé son œuvre de l'audience qu'elle méritait" etc. (I, XXIII).

3 Frank-Rutger Hausmann, "Die nationalsozialistische Hochschulpolitik und ihre Auswirkungen auf die deutsche Romanistik von 1933 bis 1945", in H.H. Christmann/F.-R. Hausmann/M. Briegel, Deutsche und österreichische Romanisten als Verfolgte des Nationalsozialismus, Tübingen : Stauffenburg, 1989 (Romanistica et Comparatistica, 10).

4 Lettre inédite.

5 George L. Mosse, Rassismus. Ein Krankheitssymptom in der europäischen Geschichte des 19. und 20. Jahrhunderts, Königstein Ts. 1978 ; Werner Conze, "Rasse", Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland 5, 1984, p. 135sqq.

6 Friedrich Meinecke, "Montesquieu, Boulainvilliers, Dubos. Ein Beitrag zur Entstehungsgeschichte des Historismus", Historische Zeitschrift 145, 1932, p. 53-88.

7 E.H. Ackerknecht/H.V. Valois, F.J. Gall et sa collection, Paris : 1956.

8 F.-R. Hausmann, "Juden und Judentum in der französischen Literatur des 19. Jahrhunderts", in Conditio Judaica. Judentum, Antisemitismus und deutschsprachige Literatur vom 18. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg, Teil II. Hrsg, von H.-O. Horch u. H. Denkler, Tübingen : Niemeyer, 1989, p. 52-71.

9 Walter Rehm, Das Werden des Renaissancebildes in der deutschen Dichtung vom Rationalismus bis zum Realismus, München : 1924 ; "Der Renaissancekult um 1900 und seine Überwindung", in Zeitschrift f Dt. Philologie 54, 1929, p. 296-328 ; W.K. Ferguson, The Renaissance in Historical Thought. Five Centuries of Interpretation, Boston : 1948.

10 Alfred v. Martin. Nietzsche und Burkhardt. Zwei geistige Welten im Dialog, München : 1947 ; Id., Die Religion Burckhardts. Eine Studie zum Thema Humanismus und Christentum, München 2 : 1947.

11 E.J. Young, Gobineau und der Rassismus. Eine Kritik der anthropologischen Geschichtstheorie, Meisenheim/Glan 1968.

12 Armin Mohler, Die konservative Revolution in Deutschland 1918-1932. Ein Handbuch, Darmstadt : Wiss. Buchgesellschaft, 1989, B. 130.1, p. 366sqq, 291 sqq.

13 Hans Fromm. Bibliographie deutscher Übersetzungen aus dem Französischen. 1700-1948, vol. III (F-K), Baden-Baden : 1951, Nr. 11086-11177.

14 Ferdinand Gregori, Michelangelo. Neun Szenen aus Gobineaus Verdeutschung als Festspiel für eine vereinfachte Bühne eingerichtet, Straβburg : 1909.

15 Mohler, op. cit., B. 118.1, p. 338-339.

16 Ludwig Woltmann, Die Germanen und die Renaissance in Italien. Mit über hundert Bildnissen berühmter Italiener, Leipzig : 1905 ; Id., Die Germanen in Frankreich. Eine Untersuchung über den Einfluβ der germanischen Rasse auf die Geschichte und Kultur Frankreichs. Mit 60 Bildnissen berühmter Franzosen, Jena : 1907.

17 Mohler, op. cit. B. 130.2, p. 367 sqq. ; Hans-Jürgen Luthöfft, Der nordische Gedanke in Deutschland 1920-1940, Stuttgart : 1971.

18 Hausmann, Die nationalsozialistische Hochschulpolitik, p. 13-15.

19 Horst Gies, Richard Walther Darré und die nationalsozialistische Bauernpolitik in den Jahren 1930-33, Phil. Diss. Frankfurt a.M. : 1965.

20 Leo Spitzer, Anti-Chamberlain. Betrachtungen eines Linguisten über Houston Stewart Chamberlains "Kriegsaufsätze" und die Sprachbewertung im allgemeinen, Leipzig : 1918.

21 Edgar Glässer, Einführung in die rassenkundliche Sprachforschung, Heidelberg : C. Winter, 1939 ; Max Weinreich, Hitler's Professors. The Part of Scholarship in Germany's Crimes against the Jewish People, New York : 1948, p. 68 ; Ruth Römer, Sprachwissenschaft und Rassenideologie in Deutschland, München : 1985, p. 143.

22 W.F. Storck, "Henry Thode. 1857-1920". in Repertorium für Kunstwissenschaft 43, 1921, p. 55-61 ; C. Neumann, "Über den Zusammenhang von Wissenschaft und Leben", in J. Jahn, Die Kunstwissenschaft der Gegenwart in Selbstdarstellungen, Leipzig : 1924, p. 33-76 ; Walther Goetz, Historiker in meiner Zeit. Gesammelte Aufsätze mit einem Geleitwort von Theodor Heuss, Köln/Graz : 1957, p. 387-392.

23 H. Thode, Franz von Assisi und die Anfänge der Kunst der Renaissance in Italien, Berlin : 1926.

24 C. Neumann, "Byzantinische Kultur und Renaissancekultur", in Historische Zeitschrift 91, 1903, p. 215-232, p. 225.

25 J. Schnitzer, Savonarola. Ein Kulturbild aus der Zeit der Renaissance, München : 1924, II, 970 ; 974.

26 A. Philippi, Der Begriff der Renaissance. Daten zu seiner Geschichte. Mit 24 Bildertafeln, Leipzig : 1912.

27 A. v. Martin, "Geistige Wegbereiter des deutschen Zusammenbruchs : Nietzsche und Spengler", in Hochland 39, 1951, p. 230-244.

28 E. Gamillscheg, Romania Germanica. Sprach- und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Römerreichs, Leipzig/Berlin : 1934-36, 3 vol. ; Johannes Kramer, "Die Romanische Sprachwissenschaft im Dritten Reich", in R. Geibler/W. Popp (Hrsg.), Wissenschaft und Nationalsozialismus. Eine Ringvorlesung der Universität-Gesamthochschule Siegen, Essen : 1988 (Kultur-Literatur-Kunst, 8), p. 63-78.

29 Bernhard Pier, Rassenbiologische Betrachtungsweise der Geschichte Frankreichs, Frankfurt a.M. : 1935 ; Ewald Mangold, Frankreich und der Rassegedanke, München : 1937 ; Dorti Drews, Das fränkisch-germanische Bewuβtsein des französischen Adels im 18. Jahrhundert, Phil. Diss. Kiel : 1940 ; Heinz Ballensiefen, Juden in Frankreich, Berlin : 1939.

30 Mario W., Wandruszka von Wanstetten, Wille und Macht in drei Jahrhunderten französischer Schau. Corneille/ Vauvenargues/ Stendhal, Stuttgart-Berlin : Kohlhammer, 1942 ; Walter Mönch, Voltaire u. Friedrich d. Gr., Berlin : Kohlhammer, 1932.

31 Fritz Neubert, "Das französische Deutschlandbild von 1700 bis zum Weltkrieg", in Volkstum und Kultur der Romanen 12, 1940, p. 1-27, p. 27.

Auteur

Université de Fribourg en Brisgau

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540