Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

I - HÉRITAGES

Eugénisme ou décadence ? L'exception française

Pierre-André Taguieff

Texte intégral

  • * Gabriel Tarde, "Dépopulation et civilisation", in Etudes pénales et sociales, Lyon : A. Storck, 18 (...)

"Au-delà d'une certaine densité de population, et quand le système d'une civilisation est à peu près achevé, complet, adulte, (...) n'est-il pas alors manifeste que la société doit choisir entre ces deux fins, multiplier les vies ou élever la vie ?" Gabriel Tarde, 1892*.

  • 1 Sur Alexis Carrel, voir surtout : Alain Drouard, Alexis Carrel et la Fondation française pour l'Et (...)

1L'histoire de l'idée eugénique en France n'a jusqu'ici été écrite que d’une façon aussi partiale que partielle. À bien des égards, l'introduction de l'eugénisme en France peut apparaître comme une non-introduction. Le contraste avec la Grande-Bretagne et surtout les Etats-Unis est très significatif : la France n'a pas connu de mouvement eugéniste comparable, même de loin, à ceux qui, depuis le début du xxe siècle, ont notablement influé sur les orientations politiques des pays anglo-saxons. La remarque vaut pour opposer la France à l'Allemagne et aux pays Scandinaves. Cette histoire française de l'eugénisme aura été à la fois souterraine, presque imperceptible dans l'espace politique, et comme éclatée en diverses orientations mutuellement exclusives. Et pourtant, l'eugénisme français a été illustré par deux noms célèbres en leur temps, les Prix Nobel de médecine Charles Richet (1850-1935) — prix Nobel 1913 — et Alexis Carrel (1873-1944), prix Nobel 19121 —, lesquels se sont efforcés de convaincre leurs contemporains que l'humanité, dans le monde moderne, était placée devant l'alternative suivante : améliorer l'homme par l'eugénisme, c'est-à-dire la sélection volontaire et systématique, ou bien, en continuant de négliger son patrimoine génétique, sombrer dans la décadence impliquée par la dégradation biologique de l'espèce humaine, effet pervers de l'évolution sociale et culturelle.

I. LE PROJET EUGÉNISTE D'AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ HUMAINE : SES TROIS INTRODUCTIONS EN FRANCE

2C'est en ce sens que l'action eugénique est un interventionnisme : elle ne peut aboutir qu'en faisant appel à l'autorité d'un Etat planificateur, seul apte à contrôler les mécanismes de la procréation. Si les mouvements eugénistes se sont bien souciés de persuader les populations de la nécessité d'un contrôle de la procréation, ils n'ont jamais cru que la seule éducation eugénique pouvait suffire. D'où l'appel à légiférer, ainsi qu'à un Etat autoritaire capable de faire respecter les lois eugéniques. C'est pourquoi il faut insister sur l'incompatibilité de principe entre le projet eugénique et le système des valeurs et des normes de l'individualisme libéral, notamment lorsqu'il s'articule à une théorie de l'Etat minimum. Aussi la confusion est-elle grossière, bien que fort courante, entre l'interventionnisme eugéniste et le "laisser faire" prôné par le darwinisme social. Celui-ci ne propose que de supprimer les obstacles qui, dans les sociétés humaines dites "évoluées" ou modernes, empêchent la sélection naturelle de jouer son rôle. Parmi ces obstacles, l'Etat interventionniste. Alors que le projet eugéniste ne vise nullement à supprimer ce qui, en société, empêche la sélection naturelle d'agir : pour les eugénistes, la sélection naturelle est moins interrompue ou empêchée qu'inversée, les sélections sociales sont contre-sélectives, elles sélectionnent les moins aptes, les médiocres et les pires en leur permettant de laisser une importante descendance. Il s'agit pour les eugénistes de corriger ces mécanismes contre-sélectifs, d'éliminer donc des effets pervers de l'évolution civilisationnelle, et non pas simplement d’écarter des obstacles à l'action de la loi naturelle (soit la survivance des plus aptes). Et cela, en réorganisant systématiquement les pratiques de la procréation humaine.

3Lorsque le projet d'un contrôle de la reproduction humaine fait son entrée, à la fin du xixe siècle, dans l'espace public français, sur la base d'un refus du "laisser faire/laisser-aller" en matière de procréation, il se détermine selon trois voies principales, non seulement distinctes, mais à bien des égards expressément opposées. C'est que l'eugénisme, comme certains autres "-ismes", entre en syncrétisme avec diverses grandes idéologies politiques (nationalisme, socialisme, etc) ou configurations idéologiques (malthusianisme, natalisme, racisme, solidarisme, etc). Caractérisons brièvement ces trois voies suivies par l'eugénisme, comme théorie et mouvement sociopolitique, en France : d'abord, l'eugénique "darwinienne", socialiste et racialiste (plus précisément aryaniste) ; ensuite, l'eugénique nataliste, lamarckienne et patriotique ; enfin, l'eugénique néo-malthusienne, pacifiste et libertaire.

  • 2 Francis Galton, "Eugenics : Its Definition, Scope, and Aims" (conférence prononcée en mai 1904), i (...)
  • 3 Voir : G. Vacher de Lapouge, Les Sélections sociales. Cours libre de science politique professé à (...)

4La première voie est celle que suit l'eugénique racialiste des anthropologues : l'œuvre de Georges Vacher de Lapouge (1854-1936), qui se réclame à la fois de Broca, de Darwin et de Galton, en fournit la plus significative illustration. Il s'agit d'une eugénique strictement héréditariste, conformément au programme galtonien : "L'amélioration des qualités innées, ou stock héréditaire, d'une population humaine donnée"2. Mais, contrairement à Galton, Lapouge n'est nullement d'esprit conservateur. Ce militant du Parti Ouvrier Français est résolument socialiste. Mais il est non moins antidémocrate. Son sélectionnisme est indissociable de sa théorie des races et de sa vision d'un "socialisme aristocratique", qui le rapproche de son ami Ludwig Woltmann. Ce socialisme sélectionniste de l'avenir, qui ressemble fort à une utopie scientiste et futuriste, décrit non plus la cité parfaite mais l'empire universel parfait, conçu comme une biocratie, une nouvelle société de castes à l'échelle planétaire3.

  • 4 Voir : Adolphe Pinard, "L'avenir de la race humaine", Revue scientifique, 52e année, 20 juin 1914, (...)

5La seconde voie de l'eugénisme "à la française" est suivie par les hygiénistes, les médecins (notamment les puériculteurs) et les pédagogues qui, préoccupés en bons patriotes par la "dépopulation" de la France, n'en sont pas moins soucieux d'améliorer la "qualité" de la population française. Mais ces eugénistes, contrairement à l'école galtonienne réduisant pour l'essentiel le qualitatif aux "qualités innées" ou aux "aptitudes héréditaires", se soucient tout autant des influences exercées par le milieu ou l'environnement social. Cette eugénique nataliste, prônée notamment par Adolphe Pinard (cofondateur de la Société française d'Eugénique, fin 1912-début 1913), est d'inspiration lamarckienne, d'où sa double croyance aux effets transformateurs de l'adaptation et à l'hérédité des caractères acquis. C'est pourquoi elle attache autant d'importance aux facteurs environnementaux, en particulier à l'action de l'hygiène et à celle de l'éducation, qu'aux facteurs héréditaires dans la conception de l'action eugénique4.

  • 5 Paul Robin, "Notre Programme", Régénération (Organe de la Ligue de la Régénération humaine. Bonne (...)
  • 6 P. Robin, "Les mariages dégénérés", Régénération, 2e série, no 28, mai 1907, p. 245-246.
  • 7 Voir les pages consacrées à l'ennemi "lapiniste" par Georges Hardy [pseudonyme de Gabriel Giroud] (...)

6Il convient enfin de rappeler l'importance d'un mouvement eugéniste dans les milieux anarchistes des deux dernières décennies du xixe siècle. Le rêve eugénique y prend la précaire consistance d'une utopie futuriste, située à l'horizon du méliorisme des Lumières. L'impératif d'un contrôle rigoureux des naissances y rejoint le souci de la qualité héréditaire des générations futures, sur la base d'une vision matérialiste-biologique de l'évolution humaine. C'est la troisième voie suivie par l'idée eugénique dans l'histoire de sa "francisation". On peut la caractériser essentiellement par son articulation avec un mouvement plus ample, le néo-malthusianisme, dont le "Docteur" Paul Robin (1837-1912), progressiste enflammé, libertaire et pacifiste militant, fondateur en août 1896 de la "Ligue de la régénération humaine", est l'apôtre le plus enthousiaste. Le scientisme biopolitique de Robin n'a rien à envier à celui de Lapouge : il s'agit pour lui d'"appliquer les données positives des sciences physiologique et sociale de manière que les générations prochaines ne soient plus comme la nôtre"5. C'est dans ce futur "régime de bonté et d'intelligence", que seul l'eugénisme peut établir, qu'"on pourra dire en parlant de ces bizarres êtres d'autrefois, se plaisant au mal de créatures sensibles, tueurs, tourmenteurs professionnels, juges et policiers, etc. : l'espèce en est éteinte"6. Cette eugénique néomalthusienne, dont le mot d'ordre est "génération consciente", vise donc à rationaliser la procréation humaine par le contrôle des naissances et le choix de la "qualité" contre celui de la "quantité, prôné par les "repopulateurs", les "surpeupleurs"7.

7Dans le cadre limité de cette étude, nous n'analyserons que la synthèse racio-eugénique réalisée par les premières publications de Georges Vacher de Lapouge, de 1886 à 1896 (date de parution des Sélections sociales). Mais l'échec de l'école lapougienne a valeur allégorique, pour autant que toutes les tentatives d'introduire le projet eugéniste en France se solderont par des échecs successifs. Dès lors, la question pertinente, pour l'historien des idées, peut être ainsi formulée : comment expliquer cette non-introduction continuée de l'eugénique en France ?

II. LE "SÉLECTIONNISME PESSIMISTE" DE GEORGES VACHER DE LAPOUGE : VISION DÉCADENTIELLE ET EUGÉNIQUE RACIALE

1. "eugénique" : l'impossibilité du mot

  • 8 G. [Vacher] de Lapouge, "L'hérédité", Revue d'AnthropoIogie, 15e année, 1er octobre 1886, p. 512-5 (...)
  • 9 Lapouge renvoie également à son étude "biojuridique" : Théorie biologique du droit de succession, (...)
  • 10 Jacques Léonard, "Eugénisme et darwinisme. Espoirs et perplexités chez des médecins français du xi (...)

8L'introduction du mot eugénique dans le vocabulaire scientifique de langue française est due à Georges Vacher de Lapouge, auteur d'une "revue critique" sur "l'hérédité" parue dans la Revue d'anthropologie, en 18868. Portant sur divers travaux de biologie, d'anthropologie et de psychologie9, l'analyse lapougienne privilégie les recherches de Francis Galton (1822-1911) sur l'hérédité, lesquelles sont au principe de ses propositions pour améliorer l'humanité par un usage volontaire et systématique de la sélection. Jacques Léonard note que "le mot eugénisme n'est presque pas employé en français avant 1914. On lui préfère son cousin eugénique (substantif féminin), traduction de l'anglais eugenics, mot forgé et lancé en 1883 par Galton. Le terme se dégage difficilement d'un lot de nombreux concurrents. Il éclipse callipédie, l'art de procréer de beaux enfants, vocable devenu désuet à l'heure des techniques qui se veulent scientifiques (...). Si en France on s'arrête à ce mot d'eugénique, c'est peut-être en raison de consonances familières : l'adjectif génétique n'est pas encore tout à fait remplacé par son synonyme actuel génésique, et le nom génétique, science qui pendant longtemps ne concerne guère que l'horticulture, s'élargit vers 1910 jusqu'à l'étude de l'hérédité chez l'animal et chez l'homme ; l'adjectif eugénésique remonte à Paul Broca (1859), et l'adjectif, ainsi que le nom, eugénique, à Georges Vacher de Lapouge (1886)"10.

  • 11 J. Léonard, in op. cit., 1983, p. 187 (et p. 201, notes 1 et 2) ; id., "Les origines et les conséq (...)

9Léonard remarque qu'"on hésite un peu sur eugénie qui aurait le mérite de rappeler le génie civil et les ingénieurs, mais qui achoppe sur son homonymie avec le prénom féminin ; Pinard se tourne vers un philologue et propose, sans grand succès, eugennétique, science des lois qui régissent les bonnes procréations et études des techniques qui en découlent"11. En avril 1911, le Larousse mensuel illustré consacre une brève notice à Francis Galton, qui venait de mourir en janvier de la même année : "Galton croyait qu'il était possible d'améliorer scientifiquement l'espèce humaine, aussi bien dans son type physique que dans ses aptitudes morales et même intellectuelles. Il suffirait de limiter la liberté des unions entre organismes débiles ou frappés de quelque tare héréditaire, pour réserver le soin de la reproduction de l'espèce à des sujets en quelque sorte sélectionnés. Il fut le véritable fondateur de cette science nouvelle, l'eugénique, qui se propose le maintien et l'amélioration de la race humaine" (5ème année, no 50, p. 87 ; article signé H. Trévise). Quelques mois plus tard, le Dr J. Laumonier, qui sera l'un des membres fondateurs de la Société Française d'Eugénique en janvier 1913, consacre une notice fort détaillée à l'eugénique, ainsi caractérisée : "Science nouvelle, dérivée de la génétique et qui a pour objet, d'après Fr. Galten, son fondateur, l'étude des influences capables de développer et de perfectionner les races — et surtout les races humaines — les mieux douées" (Larousse mensuel, no 65, juillet 1912, p. 454). Mais l'hésitation lexicale ne disparaît pas pour autant dans la communauté scientifique. Le Dr Louis Simon (né le 23 février 1889) soutient ainsi, le 22 décembre 1913, sa thèse pour le doctorat en médecine, à Bordeaux, sur le thème : "L'eugénétique. Ses rapports avec la psychiatrie" (Bordeaux, 1913, 77 p.). Après une courte introduction, la thèse du Dr Simon pose le problème de la "définition", lequel commence par celui de la dénomination :

"Et d'abord, comment faut-il dire ? Eugénie, Eugénique, Eugénisme ou Eugénétique ? Le mot Eugénie, sans compter les assonances similaires qui existent déjà dans notre langue et qui en alourdissent et en obscurcissent l'emploi, ne tend qu'à se rapprocher plus ou moins du mot anglais 'Eugenics'. Quant à son étymologie, c'est une incorrection associant un préfixe grec à un radical français. Nous en dirons autant d'Eugénisme, qui est un néologisme bâtard et qui semblerait plutôt désigner une idée doctrinale qu'une science. Eugénique n'a que le mérite de rappeler le mot Eugenics, mais en France mieux vaut se servir d'un mot formé suivant les lois linguistiques de transformations verbales, que créer un mot mal calqué sur l'anglais. Le terme d'Eugénétique nous paraît réunir les suffrages de tous ceux qui se piquent de parler clairement et la correction de sa formation étymologique ne saurait être contestée. Nous avions déjà les mots genèse et génétique de la même racine. – Eugénèse ou mieux Eugénétique, qui comporte un sens plus général, nous paraît être le vrai nom français de cette science" (p. 14).

  • 12 Lapouge, "L'anthropologie et la science politique", Revue d'Anthropologie, 16e année, 3e série, 15 (...)
  • 13 Lapouge, "L'hérédité dans la science politique", Revue d'Anthropologie, 17e année, 3e série, t. II (...)
  • 14 Sur l'importance de la tradition hygiéniste et de la théorie des dégénérescences dans la réception (...)
  • 15 J. Léonard, op. cit., 1983, p. 187 ; Id., art. cit., 1986, p. 203-205. Même chez les biologistes l (...)
  • 16 Descartes, Discours de la méthode (1637), Sixième partie, Paris : Vrin, 1967 (4e éd.), p. 62 ; Cf. (...)
  • 17 Cf. Platon, La République, Livre III, 406 a et suiv., Livre V, 458 c-461 e ; Id., Les Lois, Livre (...)
  • 18 Voir : François Jacob, La logique du vivant. Une histoire de l'hérédité, Paris : Gallimard, 1970, (...)

10Mais avant de désigner une science, une science appliquée ou une technique, l'eugénique ou l'eugénisme, le terme eugénique apparaît en langue française, sous la plume de Lapouge, en tant qu'adjectif : "races eugéniques", ou comme nom désignant des personnes dotées d'aptitudes héréditaires supérieures à la moyenne. Lapouge parle alors indifféremment d'"individus d'élite, eugéniques", et d'"eugéniques". Il en va ainsi dans la leçon d'ouverture prononcée par Lapouge le 2 décembre 1886 : "Il y a des familles d'eugéniques et des familles normales (...). M. Galton en Angleterre, M. de Candolle en Suisse (...), ont montré combien peu de familles eugéniques il faut pour égaler en production les millions de familles qui composent la masse"12. Par la suite, dans les conférences où il esquisse une nouvelle "science politique" fondée sur les recherches anthropologiques, dans ses "leçons de Montpellier" (1887-1888), Lapouge introduira la désignation eugénisme : "Il y a des familles de dégénérés (...). Il y a des familles de criminels. Chez d'autres le talent vient par droit de naissance, comme la santé, la force, la beauté (...) ! Ceux-là sont les eugéniques et l'eugénisme est le sourire de l'hérédité, comme la dégénérescence est sa malédiction"13. Eugénisme n'est pas, dans ce contexte, une désignation doctrinale, mais le nom donné au phénomène exactement inverse de celui de la "dégénérescence" : le fait de la bonne hérédité face à une hérédité chargée de "tares"14. On a remarqué que le lexème français eugénique était une simple transposition du terme anglais eugenics : Lapouge l'introduit afin de marquer la spécificité du projet galtonien d'amélioration de l'espèce ou de la "race" humaine et de le distinguer par sa scientificité présumée des diverses formes prises, dans le mouvement hygiéniste français, par l'idée d'un "interventionnisme médical dans les unions et les naissances"15. Car le rêve d'un auto-perfectionnement systématique de l'homme n'est nullement lié à l'apparition du transformisme et d'une théorie de l'évolution selon le paradigme darwinien. Il n'est pas non plus un fruit de la modernité bien qu'il puisse s'y retranscrire dans la langue cartésienne du devenir "comme maîtres et possesseurs de la nature"16. L'idée eugénique dérive d'origines multiples, et peut se concevoir aussi bien dans l'espace notionnel d'une utopie ou d'un mythe de la cité idéale ordonnés au modèle de la société de castes, que selon l'horizon proprement moderne d'une démocratie égalitaire et pluraliste, en laquelle sont respectés les droits de l'individu. Il faut donc insister sur ce que l'idée d'une action volontaire de l'homme sur lui-même en vue de perfectionner ses qualités ou ses aptitudes transmissibles appartient à un héritage culturel immémorial, dont la tradition philosophique occidentale est l'un des témoins — Platon en fournit les références les plus fameuses dans La République et Les Lois17. Mais ce souci d'autoperfectionnement s'est repensé, dans la seconde moitié du xixe siècle, dans le cadre de la conceptualité darwinienne, avant même la redécouverte en 1900 des lois mendéliennes de l'hybridation (1865), qui allait donner une base théorique scientifiquement moins contestable au projet eugénique18. En dépit donc du fait que les lois de la génétique moderne étaient inconnues à Darwin et à Galton, celui-ci crut pouvoir se fonder sur des théories préscientifiques de la transmission héréditaire et sur une interprétation du mécanisme de la sélection en tant que facteur d'évolution, voire de "progrès", pour déterminer un programme d'amélioration du "stock héréditaire" de l'humanité.

  • 19 Pour l'Allemagne : Michael Pollak, "Les mots qui tuent", Actes de la recherche en sciences sociale (...)

11L'eugénique galtonienne se caractérise par trois innovations majeures : elle se présente d'abord comme une science appliquée qui, comportant la mise en œuvre de diverses techniques, se fonde sur le postulat suivant : on ne peut perfectionner l'espèce humaine, en tout ou en partie, qu'en agissant sur l'hérédité — et non pas en améliorant l'environnement — et en utilisant pour ce faire les mécanismes de la sélection ; elle privilégie ensuite l'action sélective positive sur l'action négative — laquelle consiste essentiellement à limiter, voire à supprimer par stérilisation, la reproduction des individus "tarés", "dégénérés" ou "faibles d'esprit" —, il faut avant tout et par tous les moyens favoriser la reproduction des élites, des meilleurs éléments des "meilleures lignées" (telle est la solution d'eugénique positive au problème de la fertilité différentielle) ; elle se présente enfin comme une composante essentielle de la biopolitique préventive de l'avenir, reformulant ainsi le programme d'une hygiène sociale généralisée dont les représentations étaient, à la fin du xixe siècle, largement acceptées dans la communauté scientifique européenne19. La conviction que l'on ne peut lutter avec efficacité contre les maux affectant l'ordre social qu'en améliorant les aptitudes héréditaires des lignées composant la population considérée, cette conviction est au principe du projet eugéniste.

2. l'idée eugénique contre la décadence

12Dans sa revue critique de 1886, Lapouge pose que les efforts scientifiques de Galton sont ordonnés à une fin unique, celle-là même du perfectionnisme eugénique :

  • 20 Lapouge, "L'hérédité", art. cit., 1886, p. 516.

"Les recherches de M. Galton n'ont qu'un but : déterminer les moyens pratiques de produire des eugéniques, sujets héréditairement doués, et de faire évoluer l'humanité sans chocs et sans retards, par une substitution continue de races eugéniques aux races inférieures ou médiocres"20.

13La réalisation du projet eugénique doit donc suivre deux voies distinctes et corrélatives : au sein des groupes humains existants (nations, races, etc.), s'efforcer de multiplier les individus "héréditairement doués" ; et, considérant l'espèce humaine comme un ensemble de races distinctes et inégales, favoriser la substitution des races les mieux douées aux races inférieures. L'eugénique galtonienne implique à la fois, à suivre Lapouge, un individualisme inégalitaire et élitiste, et une théorie de l'inégalité des races. Mais, à la différence des doctrines pessimistes de la race, la théorie de Galton s'ouvre à une pratique, fonde une activité transformatrice qui récuse tout fatalisme historique : s'il y a déclin ou décadence, le processus n'est nullement irréversible, la pente peut être remontée. Le galtonisme est un optimisme. Il apparaît, sur ce point, comme une variante de l'idéologie du progrès, il en hérite la foi dans les pouvoirs métamorphiques de la science appliquée.

14Tel est le postulat fondamental de la théorie galtonienne : la différence des qualités héréditaires détermine le progrès ou le déclin des groupes humains. Lapouge insiste sur "le but très élevé" que se donne Galton, sur la valeur éthique du programme d'action eugénique. Il cite Galton :

  • 21 Galton, op. cit., 1883, introduction, p. 1 (cité par Lapouge, art. cit., 1886, p. 516 ; même citat (...)

"Mon but principal (...) a été de noter les diverses qualités héréditaires et les grandes différences établies entre les familles et les races différentes. Je cherche dans quelles limites l'histoire montre praticable le remplacement de races humaines inférieures par des races meilleures"21.

  • 22 Charles Darwin, La descendance de l'homme et la sélection sexuelle, tr. fr. E. Barbier, (d'après l (...)
  • 23 Galton, op. cit., 1883, introduction, p. 2 (voir Lapouge, art. cit., 1886, p. 516 ; Id., Les Sélec (...)

15La question de la morale est donc posée dans le cadre des conceptions darwiniennes. Mais, si cette morale biologique est un naturalisme, elle se présente aussi comme un interventionnisme : l'eugénique est l'ensemble des activités humaines qui visent à corriger l'évolution des groupes humains. L'évolution est un fait, mais c'est aussi un fait que l'évolution connaît échecs, arrêts, régressions. Or, comme l'avait nettement affirmé Darwin22, dans les sociétés modernes où les instincts sociaux sont devenus prédominants, il n'est pas question de revenir aux formes brutales de la sélection naturelle. Bref, il faut trouver des moyens de sélectionner sans tuer les êtres humains considérés comme inférieurs. L'eugénique est la réponse scientifique et sociopolitique la plus satisfaisante à cette double exigence : "Je considère si notre devoir n'est pas de faire tous les efforts raisonnables pour hâter l'évolution et la rendre moins pénible qu'elle ne le serait, livrée à ses propres forces"23.

16L'eugénique est la solution apportée par la science biologique à ce problème : comment lutter contre la dégénérescence en évitant les massacres ?

  • 24 Lapouge, art. cit., 1886, p. 516.

17La théorie galtonienne se présente aussi comme un élitisme, impliquant l'opposition de deux grandes catégories d'humains : les eugéniques et les serviles, les êtres d'élite, minoritaires, et la foule majoritaire. Si donc il y a inégalité entre les hommes, il y a plus exactement une inégalité entre les distributions respectives de la qualité et de la quantité dans l'espèce humaine. Galton semble penser qu'elles varient en raison inverse l'une de l'autre : la rareté des individus eugéniques est pour ainsi dire un indice de supériorité eugénique. De cet élitisme dérive chez Galton une critique aristocratique de la démocratie, du moins de l'un de ses fonctionnements possibles en tant que celle-ci favorise l'expression des médiocres et des conformistes. La hantise fondamentale de Galton, suivi par Lapouge, porte sur la puissance des majorités grégaires, la tyrannie des médiocres s'établissant par le seul effet de leur nombre, voire sur la captation du pouvoir par les multitudes encore proches de l'animalité, insuffisamment hominisées. Galton, écrit Lapouge, "oppose la foule, livrée encore aux instincts grégaires de nos ancêtres animaux, aux individus d'élite, eugéniques, soustraits par leur perfection à ces tendances serviles"24. D'où l'opposition entre deux types humains différents en nature, les "guides de l'humanité" et la "tourbe de nullités", les premiers doués d'une aptitude à l'autonomie, les seconds foncièrement grégaires, hétéronomes par nature :

  • 25 Galton, op. cit., 1883, p. 68-69 (voir Lapouge, 1886, p. 516).

"Ce sont des aptitudes serviles dont sont exempts les guides de l'humanité, mais qui forment l'élément caractéristique des personnes ordinaires. La grande majorité des gens a une tendance naturelle à se dérober devant la responsabilité de paraître et d'agir seule ; elle élève la vox populi, même quand elle émane évidemment d'une tourbe de nullités, en vox Dei, et se fait volontairement esclave de la tradition, de l'autorité et de la coutume. Les défectuosités intellectuelles correspondant à ce vice moral se révèlent par la rareté des pensées libres et originales, comparée à la facilité et à la fréquence avec laquelle on accepte l'opinion des autorités"25.

  • 26 Lapouge, art. cit., 1886, p. 516.
  • 27 Lapouge, Les Sélections sociales. p. 462 (je souligne).

18La pensée eugéniste est donc fondée sur une position strictement héréditariste, elle est inséparable du principe d'un déterminisme biologique des aptitudes réduisant à peu de chose l'action éventuellement correctrice exercée par l'environnement ou l'éducation. Lapouge note en 1886 que "M. Galton attribue à l'hérédité un rôle presque exclusif dans la formation des sujets supérieurs"26. Mais la réécriture de cette proposition, dans Les Sélections sociales (1896), montre la rigoureuse équivalence théorique du déterminisme héréditaire et du primat de la race dans la problématique lapougienne : "M. Galton conclut au rôle presque exclusif de la race dans la formation des sujets supérieurs"27. Race et hérédité ne font pas que supposer une communauté de similitudes, elles s'identifient strictement dans la pensée de Lapouge.

19L'individualisme doctrinal impliqué par la conception eugéniste n'en constitue pas le dernier mot, moins encore la pensée profonde. Il s'agit certes d'une variante de l'individualisme élitiste, mais, du fait que L'"individu d'élite" est strictement déterminé comme tel par la possession d'un ensemble de caractéristiques héréditaires — qu'elles relèvent de l'intelligence ou de l'"énergie" —, il se réduit à n'être qu'un représentant quelconque, soit d'une lignée héréditairement supérieure d'une race inférieure, soit d'une race supérieure. Bref, les individus sont évalués, dans la perspective eugéniste, non point en tant que singularités, mais en tant qu'exemplaires de types distincts, ou de catégories différant en nature, lesquelles font éclater l'espèce humaine en une pluralité de groupes quasi familiaux, dotés chacun d'une hérédité spécifique. C'est en effet le modèle de la lignée ou de la famille qui est ici généralisé, retraduit en représentations de la généalogie, de la filiation, de la reproduction des aptitudes à travers la répétition de l'ascendance dans la descendance. Lapouge met au premier plan l'implication réciproque de la théorie des races, du déterminisme héréditariste et de la conception eugénique, telle qu'on la trouve chez Galton, distinguant deux types d'individus supérieurs :

  • 28 Galton, op. cit., 1883, p. 305 (voir Lapouge, 1886, p. 516 ; Id., Les Sélections sociales, p. 462- (...)

"Le fait qu'un individu est doué de hautes qualités naturelles peut être dû à ce qu'il est soit un spécimen exceptionnel d'une race inférieure, soit un sujet moyen d'une race supérieure. La différence d'origine se révélera chez les descendants : il y aura retour vers le type, et par suite, détérioration dans le premier cas, mais non dans le second"28.

  • 29 Voir : Lapouge, "L'anthropologie et la science politique", art. cit., 1887, p. 146 ; Id., L'Aryen. (...)

20Il est clair que la supériorité de l'individu comme tel n'est pas ce qui importe à Galton. C'est la supériorité récurrente de telle lignée qui est au centre de la théorie eugéniste. D'où la distinction entre la supériorité instable, supériorité d'exception à la règle manifestée par un individu d'une souche médiocre, et la supériorité stable d'un individu assuré de la reproduire en ses descendants par l'effet de son appartenance à une souche supérieure (famille ou race). L'individu singulier n'est jamais qu'un maillon dans une chaîne, il ne peut être autre chose qu'un double plus ou moins réussi de son type héréditaire29. Il s'agit dès lors de considérer les supériorités et les infériorités humaines dans leurs manifestions temporelles : le temps révèle, prouve ou infirme les qualités héréditaires dont les individus ne sont que des véhicules temporaires, et parfois trompeurs.

  • 30 Lapouge, 1886, p. 516 (repris dans Les Sélection sociales, p. 463).

21La thèse héréditariste implique un certain nombre de conséquences quant à Faction. La théorie racio-eugénique fixe des limites strictes aux possibilités d'exercer une action en vue d'améliorer l'humanité en tout ou en partie. La conséquence première en est que les groupes humains inférieurs ne sont pas améliorables, ou plus exactement ne le sont pas de façon économique. Lapouge résume ainsi la position galtonienne : "Il n'y a pas à essayer de perfectionner les races inférieures : les mélanges, la réversion, les inconvénients de l'extrême culture, amèneraient fatalement un mauvais résultat, ou bien il faudrait recourir à des moyens rigoureux de sélection"30.

22La solution proprement eugénique au problème de la décadence ou de la "dégénérescence" consiste à prescrire la substitution des meilleures races ou lignées aux médiocres. Il faut donc accepter qu'il y ait des laissés-pour-compte, des déchets irrécupérables de l'évolution, des lignées ou des races imperfectibles essentiellement. Toute action de type instructionniste ou éducationnel est récusée en tant qu'illusion dérivée d’une conception fausse des mécanismes de la formation et de la transmission des aptitudes. Lapouge insiste en même temps sur la rationalité et la simplicité, voire l'humanité, des pratiques eugéniques, fondées sur ce qui est pour lui la connaissance scientifique des lois de l'évolution :

  • 31 Lapouge, 1886 ; p. 516-517 (repris dans Les Sélections sociales, p. 463), qui résume et commente G (...)

"Il est bien plus simple de substituer aux races ou aux familles mal douées les races ou les familles déjà eugéniques. Il ne faut pas croire que l'auteur prêche l'extermination sanglante des faibles et des simples d'esprit. Il suffit de favoriser, dans la lutte pour l'existence, les individus supérieurs par hérédité et non par accident, et surtout ceux qui appartiennent à des familles douées en même temps de cette faculté mal connue qui rend un auteur prépondérant dans l'action héréditaire sur les produits"31.

23La prescription eugénique de base apparaît comme une variante biologisante de l'idéal du rationalisme classique, appelant à la maîtrise scientifico-technique des processus naturels. Il s'agit, pour les humains, de diriger leur propre reproduction dans le sens de la multiplication des meilleurs exemplaires d'entre eux, c'est-à-dire des souches eugéniques. Cette direction consciente de son avenir biologique définit le contenu du devoir moral correspondant à l’ère de la connaissance scientifique du vivant, fondée sur le primat des facteurs d'hérédité. C'est l'hérédité différentielle qui définit les vraies infériorités et supériorités : les supériorités instables, accidentelles ou contingentes, exceptionnelles, sont réversibles, propres à tel ou tel individu : les supériorités stables et "normales" sont des supériorités nécessaires et irréversibles, des supériorités héréditaires. La distinction est capitale, et illustre la centration de l'intérêt théorique de l'eugénisme sur les groupes de parenté, les familles, les "communautés de sang" saisies dans le temps de l'évolution, espèces de monades évolutives dotées d'une mémoire infaillible de leurs aptitudes différentielles. L'anti-individualisme radical de la pensée eugénique se dévoile pleinement dans la politique familiale qu'elle prône. Celle-ci impose de favoriser par divers moyens les familles comportant le plus grand nombre d'individus eugéniques vrais. Lapouge voit dans l'étude galtonienne des "marques du mérite de famille" et des "privilèges à lui accorder" l'un des "plus intéressants chapitres" du travail du maître. Une définition familiale de la supériorité eugénique doit être donnée :

  • 32 Lapouge, 1886, p. 517 (repris dans Les Sélections sociales, p. 463).

"Quand un homme de valeur est issu d'auteurs dont les familles sont à la fois fécondes et en progrès intellectuel et physique depuis plusieurs générations, celui-là est un eugénique. Les descendants ne tendront pas à revenir au type moyen de la race, mais au type moyen de la famille perfectionnée dont ils seront les représentants"32.

24Telle est la définition des individus "supérieurs par hérédité et non par accident", les eugéniques accidentels se reconnaissant à ce que leurs descendants ne sont précisément pas à leur ressemblance quant aux aptitudes. C'est l'existence d'eugéniques vrais qui autorise une vision optimiste de l'avenir :

  • 33 Lapouge, 1886, ibid, (repris dans Les Sélections sociales, ibid.).

"L'action proche d'une série d'ancêtres bons compensera celle d'une série plus éloignée d'ancêtres médiocres, et permettra à l'action des auteurs directs et perfectionnés de se faire sentir. Avec le concours de circonstances favorables, le mouvement ascensionnel pourra ainsi se continuer et se développer"33.

  • 34 Le darwinisme social au sens strict est la "théorisation extrémiste du laisser faire" (Gérard Lema (...)

25En conséquence, l'eugénique implique un interventionnisme d'Etat, une politique qualitative de la population fondée sur la maximisation de l'auto-reproduction des eugéniques. Contrairement à l'Etat minimum et abstentionniste du darwinisme social "libéral" — de type spencérien34 —, l'Etat eugéniste est interventionniste jusque dans la sphère de la vie privée des citoyens. Il doit d'abord mettre en œuvre une politique du choix du conjoint et de la fécondité différentielle des couples :

  • 35 Lapouge, 1886, p. 517 (et Les Sélection sociales, p. 463). Sur la question des mariages eugéniques (...)

"Il ne restera plus pour l'Etat qu'à favoriser les eugéniques en leur accordant des primes, des distinctions, destinées à faciliter leur mariage dans des conditions avantageuses, et à leur attribuer, dans les concours pour les fonctions publiques, un nombre de points proportionnel à la valeur de leur race"35.

26La biopolitique eugénique est ainsi directement opposée à la sacralisation du "laisser faire" par les courants dominants du darwinisme social. Son axiome de base est que nulle harmonie sociale ne peut surgir spontanément des interactions compétitives d'acteurs individuels, et que, corrélativement, nul progrès n'est possible sans décision politique de maîtriser systématiquement les pratiques de reproduction. Lapouge insiste sur le gain réalisable par un Etat favorisant le recrutement d'eugéniques vrais, c'est-à-dire issus de familles ou de races comprenant un grand nombre d'eugéniques :

  • 36 Lapouge, 1886, p. 517 (et Les Sélections sociales, p. 464).

"L'Etat y gagnera même directement, car il y a une singulière différence, révélée par la statistique entre la somme de services rendus dans leur carrière par les eugéniques, et par les individus de race médiocre, dont la valeur personnelle est due à un coup d'atavisme ou au hasard du développement"36.

27Une vision utilitariste, voire instrumentaliste, vient ainsi nourrir une argumentation d'appoint en faveur d'une politique eugénique : non seulement le progrès des sciences et l'ascension de la civilisation, mais l'intérêt de l'Etat lui-même exigent de ne plus abandonner la reproduction des humains à elle-même, puisque celle-ci suit en société la pente de la dégradation biologique, et de recourir à une sélection systématique autant que volontaire. Sélectionner, c'est d'abord trier : identifier les individus et les familles dont il s'agit de favoriser ou d'empêcher la reproduction. Le choix reproductif est dès lors enlevé aux acteurs individuels : il appartient à un pouvoir politique éclairé par l'expertise scientifique de distinguer les souches dignes de se reproduire et les autres. Le progrès de l'espèce humaine est à ce prix.

3. anti-démocratisme et sélectionnisme pessimiste

  • 37 Lapouge, 1886, p. 517.
  • 38 Lapouge, ibid. Voir cependant Les Sélections sociales, p. 464 (malgré la conclusion de Galton, op. (...)
  • 39 Lapouge, Les Sélections sociales, p. 89-90, 261, 437-442 ; Id., "L'anthropologie et la science pol (...)

28Lapouge conclut son exposé introductif de "la théorie de M. Galton"37 en rappelant, d'abord, qu'"au point de vue scientifique, elle est en parfaite conformité avec les lois de l'évolution"38. Mais le vrai problème de l'eugénique, tel qu'il est aperçu par Lapouge en 1886, est un problème pratique, c'est-à-dire social et politique. Car la démocratie, représentant l'irruption et la puissance irrépressible des "masses serviles" dans l'histoire, est par principe hostile aux privilèges des individus et des lignées héréditairement supérieurs. L'idéologie démocratique récuse l'idée que la valeur ou l'excellence puisse dériver de naissance, ou que les talents soient héréditaires. Et elle va plus loin : son anti-aristocratisme se retraduit en anti-élitisme, en ce que l'idéal démocratique est d'abord est d'abord et avant tout un idéal égalitaire. Pouvoir du plus grand nombre, la démocratie est le régime qui favorise la montée et la multiplication des médiocres, tout en ne faisant rien contre l'extinction des élites, c'est-à-dire des individus supérieurs représentant les lignées eugéniques. Lapouge, qui développera plus tard les motifs de cette critique radicale de la démocratie "cimetière" des élites39, note en 1886 avec un pessimisme dont Galton était dépourvu :

  • 40 Lapouge, 1886, p. 517 ; Id., "De l'inégalité parmi les hommes", Revue d'Anthropologie, 17e année, (...)

"Au point de vue pratique, on peut se demander, si, étant donnée l'impulsion démocratique de notre époque, il n'y a pas à craindre plutôt de voir les eugéniques écrasés de parti pris"40.

  • 41 [Julius Langbehn], Rembrandt als Erzieher [Rembrandt éducateur], von einem Deutschen, Leipzig : G. (...)

29Ce sens de la dégradation fatale ne fera que s'approfondir chez Lapouge : son sélectionnisme, qui pourtant partait des présupposés du méliorisme moderne, se teintera très vite du sentiment que le déclin est irréversible. Paradoxal sélectionnisme : Lapouge en arrive, dès ses premiers articles, à prôner des solutions pratiques dont il avoue qu'il ne les croit pas réalisables ! Cette conviction profonde qu'existent des obstacles insurmontables conduit à un pessimisme intégral, farouchement anti-démocratique et anti-moderniste, dont une lettre de Lapouge à l'éditeur du célèbre livre de Julius Langbehn — Rembrandt als Erzieher41 —, datée du 3 septembre 1890, exprime sans fards l'intransigeance :

  • 42 Cette lettre inédite de Lapouge, adressée à l'éditeur de J. Langbehn (Hirschfeld, à Leipzig), fait (...)

"Monsieur,
J'ai reçu et j'ai lu avec plaisir Rembrandt als Erzieher. Je vous prie de remercier de ma part l’auteur anonyme, avec qui j'aurais plaisir à entrer en relations le jour où il se décidera à se faire connaître. Son livre est plein d'observations justes présentées d'une manière piquante et inattendue. Je ne me serais jamais douté qu'à propos de Rembrandt on pût toucher ainsi à tous les sujets. En ce qui concerne la science politique, il y a bien des points de contact entre sa manière de voir et la mienne que je crois conforme aux données de l'anthropologie, de la biologie et de toutes les découvertes modernes. Je ne partage pas toutefois ses espérances et je n'attends rien de bon du xxe siècle. Ce sera le siècle de la pleine démocratie, le triomphe de la bêtise sur l'intelligence, de la canaillerie sur l'honnêteté, de la couardise sur le courage, de la laideur sur le beau.
L'influence des masses devient de plus en plus prépondérante et la masse préfère le roman feuilleton aux profondes conceptions littéraires, le zinc bon marché au bronze, le chromo à la peinture, la bouffonnerie à la tragédie, le café concert à l'opéra, l'alcool et la politique à tout : alcohol et agoram ! Or, la politique des masses, c'est l'aplatissement de tout ce qui est supérieur et l'asservissement de tout ce qui est indépendant. Héritière de Tarquin la démocratie ramène tout à un commun niveau de médiocrité et de servilité. L'auteur de Rembrandt et moi nous avons eu la chance de naître de bonne heure et nous aurons peut-être celle de mourir à temps"42.

30Telle est la conviction dont Lapouge ne se départira plus : la modernité démocratique est un processus, très probablement irréversible, de décadence générale. La France est particulièrement atteinte dans les facteurs décisifs de sa valeur civilisationnelle. Lapouge décrit, en 1886, l'établissement démocratique de la médiocrité envieuse en norme absolue :

  • 43 Lapouge, art. cit., 1886, p. 517. C'est là un argument récurrent du pessimisme lapougien ; voir La (...)

"Il est certain qu'en France toute tentative faite pour tenir compte à une classe d'hommes de son mérite héréditaire échouerait devant l'opposition intéressée de ce que M. Galton appelle les masses serviles"43.

31Lapouge est assuré de tenir la bonne théorie, mais demeure sceptique sur son passage au politique dans un cade démocratique. Et pour une raison de principe : le système démocratique est précisément celui qui favorise le plus l’accroissement des éléments non eugéniques : une politique eugénique de la population suppose dès lors logiquement l'abolition de l'obstacle démocratique ; or, ce type de régie est en parfaite harmonie avec la mentalité grégaire et la montée de la médiocrité. En outre, le passage au politique de l'idée eugénique implique que l'on ne tienne nul compte de la liberté individuelle. Or, l'autoritarisme d'une politique eugénique ainsi conçue se heurte directement au système de valeurs et de normes individuelles incarné par la démocratie pluraliste moderne. C'est pourquoi la position de Lapouge, eugéniste et théoricien des races, est foncièrement ambiguë : l'optimisme théorico-pratique de l'eugéniste entre en contradiction avec la conviction raciste qu'au-delà d'un déclin conjoncturel un état définitif de décadence a été atteint, par le mélange médiocrisant des races et cette organisation politique de la médiocrité servile qu'est la démocratie. Cette première introduction de l'eugénique galtonienne, en France, apparaît ainsi parasitée par les représentations de sa problématique d'accueil : l'anthropologie fondée sur une classification hiérarchique des races humaines, dont un postulat ordinairement reçu était que les races dégénèrent en raison de leurs mélanges. En 1894, Lapouge fournira certaines précisions sur sa lecture de l'Essai sur l'inégalité des races humaines (1853-1855), ainsi que sur sa propre évaluation scientifique des thèses gobiniennes :

  • 44 Lapouge, "Lois de la vie et de la mort des nations", Revue internationale de sociologie, 2e année, (...)

"Je n'ai pas cité l'Essai sur l'inégalité des races humaines dans les fragments de mon cours publiés de 1887 à 1889 dans la Revue d'Anthropologie. Je n'ai lu cet ouvrage qu'en 1889. Peu curieux des ouvrages de spéculation, dont les conclusions sont d'ordinaire plus fausses que les prémisses, je ne m'étais pas laissé tenter par le titre alléchant du livre. Je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt. Gobineau est certainement un des plus clairvoyants esprits de ce siècle, et le seul qui soit arrivé à une conception exacte de la philosophie de l'histoire. On trouve dans son livre (...) le principe de la diversité et de l'inégalité des races au point de vue psychique, celui de l'association des caractères physiques et psychiques chez les individus de race pure et de la dissociation chez les métis, celui des stratifications ethniques et enfin l'idée très juste, inspiratrice de l'ouvrage, que la décadence et la chute des peuples sont dûs à l'épuisement des éléments supérieurs (...). Gobineau dédaignait profondément Darwin et le darwinisme : il ne se doutait guère que le jour où les naturalistes se mettraient à étudier l'évolution humaine et à l'expliquer par la sélection, son système viendrait confluer dans le leur"44.

32Dans une lettre adressée le 5 février 1899 au gobinien et wagnérien Ludwig Schemann (1852-1938), Lapouge ne marchande pas son jugement positif sur le raciologue français :

  • 45 Lettre publiée par Jean Boissel, dans son article : "Autour du gobinisme. Correspondance inédite e (...)

"Gobineau est inconnu en France, et surtout on ne veut pas le connaître. C'est une destinée bizarre pour un si grand homme, penseur profond et doué d'une faculté divinatoire admirable, écrivain élégant (...). Pour ma part je lui rends toutes les fois que je peux la justice qu'il mérite, car il est vraiment le fondateur de l'anthroposociologie. Certes il ne pouvait prévoir comment sa doctrine viendrait confluer avec celle de Darwin qu'il n'aimait pas, mais le fait n'en est pas moins accompli aujourd'hui"45.

33Avant même de lire l'Essai sur l'inégalité des races, Lapouge avait bricolé, se fondant sur les travaux scientifiques de son temps portant sur l'hybridité et les croisements inter-raciaux, une théorie du déclin des races supérieures par l'effet du métissage, encouragé et légitimé par les valeurs universalistes de la démocratie égalitaire. D'où, en 1886, un tel retour non prémédité au pessimisme gobinien, après un détour par cet avatar bio-scientiste de la religion du Progrès qu'est l'eugénique galtonienne. Les tentatives ultérieures de synthèse racio-eugéniste reproduiront le motif de cette ambiguïté fondamentale, l'argumentation oscillant entre deux pôles de conviction absolue : d'une part, l'optimisme de l'eugéniste assuré de tenir la bonne réponse théorique et pratique à la question "que faire ?" — pour arrêter le déclin, et en remonter la pente — ; d'autre part, la certitude proprement racialiste qu'il "n'y a (plus) rien à faire", la dégradation ayant atteint son point de non retour.

III. NAISSANCE ET AGONIE DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE D'EUGÉNIQUE (1913-1940). L'ÉCHEC D’UNE TENTATIVE D'INSTITUTIONNALISATION

  • 46 "Comptes rendus des séances de la Société", Eugénique (Organe de la Société française d'Eugénique) (...)
  • 47 Eugénique, art. cit., 1913, p. 42.
  • 48 Ibid., p. 44.
  • 49 Ibid, (je souligne).

34Avant la fondation de la Société française d'Eugénique (Paris, janvier 1913), le vocabulaire n'est significativement guère fixé, y compris dans les milieux savants. L'appel invitant à la réunion préparatoire de ladite Société, tenue le 22 décembre 1912 dans le grand amphithéâtre de la Faculté de médecine (sous la présidence d'honneur de Léon Bourgeois, Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale), se terminait par la précision terminologique suivante : "Pour dénommer la Société dont nous vous proposons la formation, nous pensons devoir conserver le terme ‘eugénique’, qui est devenu courant dans les pays de langue anglaise. Il a possession de fait, et aucun autre ne nous a paru susceptible de le remplacer. La future Société pourrait donc s'appeler : Société Française d'Eugénique"46. La constitution de la Société suivait de quelques mois le premier "Congrès international eugénique", tenu à Londres en juillet 191247. L'usage anglo-saxon a donc été, dans le choix du terme scientifique, déterminant (le président de la Société était un naturaliste d'une autorité considérable, Edmond Perrier, directeur du Muséum d'Histoire naturelle, membre de l'Institut). Mais lors de la réunion préparatoire, l'on peut encore noter certains flottements dans la terminologie. Le sénateur Paul Doumer devait poser ainsi le problème : "L'accroissement du bien-être, la protection accordée aux faibles et aux déshérités, la substitution des forces inanimées à la force musculaire, et bien d'autres progrès dûs à la civilisation (...) tendent à faire disparaître la sélection naturelle qui, pendant des siècles, a réglé la croissance de l'espèce humaine. Et de nouveaux problèmes se posent : comment empêcher les ferments de dégénérescence de se développer ?"48. Le professeur Adolphe Pinard continuait et prescrivait le remède : "Une prévoyance malentendue réduit la descendance à la fois en quantité et en qualité (...). Le mal vient de ce que la civilisation est incomplète, car l'homme qui procrée n'a pas suffisamment conscience de la hauteur de sa mission (...). Il faut combattre l'alcoolisme et les poisons de la race. L'eugénétique doit être enseignée et l'on peut à cet effet tirer parti des faits de génétique"49. Le professeur Landouzy (l'un des trois vice-présidents de la Société, aux côtés des professeurs Pinard et Houssay) enchaînait alors :

  • 50 Ibid., p. 45 (je souligne). Sur l'inscription, en France, de l'idée eugénique dans le mouvement hy (...)

"Notre but est l'hominiculture. Favoriser la naissance d'êtres qui fassent souche d'hommes sains et vigoureux : c'est à quoi se sont appliqués les médecins et les hygiénistes. La civilisation conduit quelquefois à une sélection à rebours, car nous avons le devoir de secourir les blessés, les infirmes, les faibles. Mais la science a vu le danger. Pasteur a montré la valeur de la sélection de la graine et de l'hygiène du milieu. Les éleveurs ont suivi ses directions (...) les médecins (...) doivent voir plus loin que le malade présent, porter leur attention sur le fils et le petit-fils, faire obstacle à toutes les malpropretés de corps et d'esprit"50.

  • 51 Voir : W.H. Schneider, art. cit., 1982, p. 270-275 ; Id., art. cit., p. 82 ; J. Léonard, op. cit.,(...)

35Il faut donc tenir compte de ce que l'histoire du vocabulaire travaille sur des mots qui sont à la fois des indicateurs de débats scientifiques ou idéologico-politiques, et des acteurs de ces mêmes débats, voire des enjeux. L'acclimatation du mot eugénique dans son sens galtonien a rencontré, en France, un certain nombre de structures d'accueil, de schèmes préconstruits d'interprétation et de types de demande idéologique. Autant d'obstacles que de médiateurs. L'existence d'une tradition anthropologique dotée d'une forte spécificité nationale (depuis Broca) et d'une biologie universitaire restée lamarckienne permet d'expliquer en partie les difficultés51, les malentendus et les paradoxes liés à l'introduction de l'eugénique galtonienne, présupposant la théorie darwinienne de la sélection naturelle, dans un champ scientifique qui ne pouvait que la rejeter ou la retraduire, la méconnaissant par là-même.

36Avec la seconde tentative d'acclimatation politique, en France, du programme d'action eugénique, à partir de 1912, on assiste à une substitution de problématique non moins que d'horizons pratiques : on passe d'une anthropologie sélectionniste centrée sur l'hérédité raciale à une hygiène sociale et nationale, tenant compte à la fois des facteurs d'hérédité et des facteurs environnementaux pour définir l'objectif d'amélioration de la population. Après des commencements prometteurs, suivis d'une longue agonie dans les années trente, la Société française d'Eugénique disparaîtra officiellement en juin 1940, faute de militants et de perspectives sociopolitiques. En 1938, le Dr H. Briand pouvait introduire un article sur "l'eugénique et la conservation des qualités de la race", dans la Revue anthropologique, par un constat d'échec et un essai d'explication :

  • 52 Dr [Henri] Briand, "L'eugénique et la conservation des qualités de la race", Revue anthropologique (...)

"C'est un lieu commun que de signaler combien sont peu nombreux ceux qui, en France, s'intéressent aux problèmes d'eugénique. Pourquoi cette désaffection alors que dans les pays anglo-saxons de puissantes fédérations d'organisations eugéniques groupent un nombre considérable d'adhérents et qu'en Allemagne les études d'hygiène de la race sont poussées activement et reçoivent encouragements et consécration officiels ? (...) Pourquoi ces questions sont-elles délaissées chez nous ? Peut-être parce qu'à certains, l'eugénique est apparue comme essentiellement caractérisée par la stérilisation humaine et le certificat prénuptial, et qu'elle est apparue de ce fait comme une restriction à la liberté individuelle dans un domaine où précisément cette liberté nous paraissait intangible, pour d'autres par contre, l'eugénique c'est le birth control, la restriction des naissances, interdite par les lois religieuses et par le code, et qui dans un pays à natalité déficiente, peut apparaître a priori comme une hérésie et même une trahison des devoirs civiques"52.

  • 53 Sur le thème du déclin démographique de la France, dans une perspective nataliste, avant la loi du (...)

37Le Dr Briand avait fort bien identifié la conjonction des trois principaux facteurs de l'absence d'un mouvement eugéniste en France : la résistance libérale-libertaire à un contrôle politico-médical de conduites supposées appartenir strictement à la sphère du "privé" ; le souci nataliste, voire populationniste, dramatisé depuis la fin du xixe siècle par l'imaginaire de la dépopulation53 ; l'imprégnation catholique des mentalités, produisant une profonde répulsion à l'égard de tout projet de maîtrise humaine de la procréation ? La raison principale de cet échec historique de la seconde tentative d'introduction de l'eugénisme en France, il faut donc la chercher dans l'inadéquation de l'offre idéologico-politique (qualitative) du projet eugénique avec la demande nationale (quantitative), après la saignée de 1914-1918, venue renforcer, voire radicaliser, la hantise "fin de siècle" du collapsus démographique. La résistance des mentalités, modelées par un enseignement catholique largement intériorisé par les élites dirigeantes, à toute forme d'intervention directe dans le processus de procréation constitue un second facteur explicatif de cette illégitimation récurrente de l'idée eugénique en France (et qu’on retrouve dans tous les pays "latins" fortement imprégnés par la culture catholique). Dès lors, le thème de la dépopulation de la France, dans les années vingt et trente, plutôt que de s'articuler avec celui de la dégradation génétique, chassera peu à peu celui-ci de l'espace des mythes politiques répulsifs. Le catastrophisme se fixera durablement sur le sombre horizon du déclin démographique. La hantise nataliste effacera l'inquiétude eugéniste.

  • 54 Alfred Sauvy, Bien-être et population, Paris : Edition Sociale Française, 1945, 231 p. Cet ouvrage (...)

38Dans un livre publié en 1945, Bien-être et population54, Alfred Sauvy expose la position concordataire qui, depuis la marginalisation des eugénistes néo-malthusiens, était devenue hégémonique en France. À l'impératif eugéniquement orienté, "Qualité d'abord" !, l'orthodoxie nataliste à la française substitue l'impératif "Quantité d'abord ! ", sous la condition de concevoir l'amélioration qualitative comme déterminée par l'accroissement quantitatif de la population. La position orthodoxe est concordataire en ce qu'elle se fonde sur le refus d'opposer la qualité au nombre, pour aboutir à une doctrine de la population dans laquelle le souci eugénique est intégré dans la préoccupation nataliste. Telle est la perspective normative esquissée par Sauvy au sortir de la Seconde Guerre mondiale, celle d'un eugénisme "digéré" par un natalisme national :

  • 55 A. Sauvy, op. cit., 1945, p. 143 (conclusion du chap. VIII : "Qualité d'abord" ; soul, par l'auteu (...)

"L'espoir de pouvoir indéfiniment compenser une défaillance quantitative par une amélioration de qualité ne repose que sur des considérations périmées. Les esprits séduits par cet espoir sont, en France, attardés d'un bon demi-siècle. (...) On retrouve donc la notion de juste milieu, de peuplement optimum (...). Dorénavant, chez nous la qualité va de pair avec la quantité"55.

  • 56 Formule citée par Sauvy, op. cit., 1945, p. 137.

39La quantité étant posée comme la condition nécessaire de la qualité — "Aux grands nombres, les grands hommes"56 —, le point d'ancrage de la hantise démographique demeure la dépopulation, principale cause de la décadence des sociétés. Dès lors, l'alternative "eugénisme ou décadence" s'efface au profit de la disjonction pathétique : "Natalisme ou décadence". Face à la question eugénique, l'exception française se repère clairement, et se réduit à une alternative : l'eugénisme est soit chassé du champ des projets culturellement légitimes, soit intégré dans un programme national-nataliste.

Notes

1 Sur Alexis Carrel, voir surtout : Alain Drouard, Alexis Carrel et la Fondation française pour l'Etude des Problèmes humains, Paris : Université de Paris IV-Sorbonne, 1989, thèse de doctorat, 1130 p. ; Id., Une inconnue des sciences sociales : la Fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Paris : Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1992, 553 p. Les conceptions carréliennes de l'eugénisme sont exposées notamment dans : A. Carrel, L'homme, cet inconnu, Paris : Plon, 1935, chap. VIII ("La reconstruction de l'homme"), p. 322-328 ; Id., "La construction des hommes civilisés" (1937), Paris : Collège technique Estienne, 1943 (puis dans Yves Christen [dir.], Alexis Carrel. L'ouverture de l'homme, Paris : Editions du Félin, 1986, p. 133-143) ; Id., Fragments de Journal, in Le Voyage de Lourdes, Paris : Plon, 1949, p. 99-144 ; Id., Réflexions sur la conduite de la vie, Paris : Plon, 1950, en particulier p. V sq., 130 sq., 278 ; Id., Jour après jour, 1893-1944, Paris : Plon, 1956, passim ; voir aussi, dans le livre d'A. Drouard (1992), l'annexe II ("Projets et plans inédits", p. 291-335). Pour une synthèse éclairante : A. Drouard, "Alexis Carrel et l'eugénisme", in Claude Blanckaert [dir.], Des sciences contre l'homme, volume II : Au nom du Bien, Paris : Editions Autrement, 1993, p. 28-45. De Charles Richet, voir notamment : "Dans cent ans", Revue scientifique, 29e année, tome 49, no 11, 12 mars 1892, p. 321-333 : La sélection humaine, Paris : Félix Alcan, 1913 puis 1919 ; "La sélection humaine", in Eugénique et sélection, Paris : Félix Alcan, 1922, p. 33-57 ; Au secours !, Paris : J. Peyronnet, 1935, p. 123-130. Sur Charles Richet, voir : Jean Rostand, "Charles Richet", in La Nouvelle biologie, Paris : Fasquelle, 1937, repris in J. Rostand, Instruire sur l’homme, Nice : La Diane Française, 1953, p. 266-272 ; Marilisa Juri, Charles Richet physiologiste, 1850-1935, Zurich : Juris Druck, 1965 (thèse de médecine) ; William H. Schneider, Quality and Quantity. Eugenics and the Biological Regeneration of Twentieth Century France, University of North Carolina at Wilmington, s.d. [1987], ch. 4, p. 24 sq. Pour situer Richet dans le champ des courants eugénistes en France, voir : Anne Carol, L'eugénique en France et ses origines : la Société française d'Eugénique, 1913-1926, mémoire de maîtrise, Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), 1982-1983 ; Id., L'eugénisme en France du milieu du XIXe siècle à la Libération, mémoire de D.E.A., Université de Rennes II, 1984-1985.

2 Francis Galton, "Eugenics : Its Definition, Scope, and Aims" (conférence prononcée en mai 1904), in F. Galton, Sociological Papers, Londres : Macmillan, 1905, [p. 45-50], p. 45 ; texte repris dans : Eugenics. Then and Now, ed. by Carl Jay Bajema, Dowden : Hutchinson and Ross, Inc., 1976, p. 40. Chez certains théoriciens, l'insistance est mise sur l'hérédité plutôt que sur l'amélioration : "La science de l'eugénique est l'étude du rôle joué par l'hérédité dans les affaires humaines" (A.M. Carr-Saunders, Eugenics, Londres : Home University Library, Williams and Norgate, 1926, p. 26-27). Le Dr Eugène Apert, hygiéniste et eugéniste militant, introduisait l'un de ses livres, en mars 1919, par cette forte affirmation : "L'hérédité gouverne le monde (...). Nos ancêtres revivent en nous ; nous leur devons nos qualités et nos défauts, notre santé robuste ou délicate" (L'Hérédité morbide, Paris : Ernest Flammarion, 1919, p. 1). De la même manière, Charles Richet prévenait d'emblée son lecteur : "Il ne s'agit ici ni de fantaisies, ni de rêves, ni de chimères, mais d'un fait positif qui domine toute la vie terrestre : l'hérédité" (La Sélection humaine, Paris : Félix Alcan, 1919, p. 1). Le postulat héréditariste de la théorie lapougienne des "sélections sociales" est particulièrement bien mis en évidence dans la correspondance échangée par Lapouge et Durand de Gros (1826-1901) entre 1888 et 1899 (seules les lettres du second ayant été retrouvées), discussion scientifique idéal-typique entre un héréditariste strict (dont la thèse est que toute l'évolution humaine s'explique par le jeu de l'hérédité et de la sélection) et un environnementaliste modéré, partisan d'un transformisme de tradition lamarckienne ; voir : Jean Boissel, "A propos de l'indice céphalique. Lettres de Durand de Gros à Vacher de Lapouge", Revue d'Histoire des Sciences, 1982, no 4, p. 289-319.

3 Voir : G. Vacher de Lapouge, Les Sélections sociales. Cours libre de science politique professé à l'Université de Montpellier (1888-1889), Paris : Albert Fontemoing, 1896 [XII-503 p.], ch. IX : "Sélection politique", p. 243-262. Tirage : 1 000 exemplaires.

4 Voir : Adolphe Pinard, "L'avenir de la race humaine", Revue scientifique, 52e année, 20 juin 1914, [p. 769-776], p. 771 ; Id., préface à : [Mme] Avril de Sainte-Croix, L'Education sexuelle, Paris : 1918, p. 8. Le professeur A. Pinard (1844-1934), membre de l'Académie de médecine (1892), aura été le principal "légitimateur" de l'expression "puériculture" (introduite par Alfred Caron, en 1865), comprise en tant que composante de la "viriculture" ou de l'"eugénique" ; voir : Dr A. Pinard, La Puériculture du premier âge. Nourriture-vêtement-hygiène, Paris : Armand Colin, 6e édition, 1913. Il semble que sa première publication d'importance sur la question eugénique ait été : "De la conservation et de l'amélioration de l'espèce", Revue scientifique, 4e série, t. 11, no 6, 11 février 1899, p. 167-174 (Cf. aussi : Bulletin médical, 1899, p. 141). Pour situer les positions du Dr Pinard, voir : P. Bar, "Adolphe Pinard", Gynécologie et obstétrique, 1934, p. 497-512 ; W.H. Schneider, Quality and Quantity, op. cit, 1987, ch. 3, p. 11 sq., ch. 4, p. 21-24 ; Nadine Lefaucheur, "La résistible création des accoucheurs des hôpitaux", Sociologie du Travail, no 2, 1988, p. 323-352 ; Anne Carol, "Les enfants de l'amour : à propos de l'eugénisme au xixe siècle", Romantisme, no 68, 1990-II, [p. 87-95], p. 92-93.

5 Paul Robin, "Notre Programme", Régénération (Organe de la Ligue de la Régénération humaine. Bonne naissance. Education intégrale), décembre 1896 (numéro-programme unique ; la revue Régénération ne commencera sa parution périodique qu'en avril 1900, et disparaîtra après son numéro de novembre 1908). Pour situer la variante française de l'eugénisme néo-malthusien dans son contexte culturel et politique, voir notamment : Roger-Henri Guerrand, La libre maternité 1896-1969, Tournai : Casterman, 1971, p. 39 sq. ; Francis Ronsin, La grève des ventres. Propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité en France (XIXe-XXe siècles), Paris : Aubier Montaigne, 1980, p. 42 sq. ; Christian Frische [Université de Munich], "La pensée eugéniste en France et en Allemagne et le débat sur la dépopulation (1870-1914)", 1991 (conférence à l'E.H.E.S.S.), article à paraître. Pour une vue d'ensemble, insistant sur les affinités intellectuelles et les convergences politiques entre les partisans du néo-malthusianisme et ceux de l'eugénisme négatif, voir : Alain Drouard, "Aux origines de l'eugénisme en France : le néomalthusianisme (1896-1914)", Population, 2, 1992, p. 436-459. La meilleure biographie de Paul Robin reste celle de Gabriel Giroud : Paul Robin. Sa vie, ses idées, son action, Paris : Editions G. Mignolet et Storz, 1937. Sur les avatars de P. Robin et du courant néo-malthusien dans les milieux anarchistes français, voir : Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, I : Des origines à 1914, Paris : François Maspero, 1983, (1ère éd., 1975), p. 344-349.

6 P. Robin, "Les mariages dégénérés", Régénération, 2e série, no 28, mai 1907, p. 245-246.

7 Voir les pages consacrées à l'ennemi "lapiniste" par Georges Hardy [pseudonyme de Gabriel Giroud] dans son livre : L'Avortement. Sa nécessité, ses procédés, ses dangers. Etude sur la question de population et le problème sexuel, Paris : Chez l'auteur, 1914, p. 287 sq. Ce disciple de P. Robin a publié, sous le nom de G. Hardy, un certain nombre d'articles en défense de l'eugénisme ; voir par exemple : "Le congrès de La Haye", Génération consciente, 3e année, no 31, 1er octobre 1910, p. 2 ; "Eugénie, puériculture", Le Néo-Malthusien, no 5, mars 1919, p. 7-8. Sur G. Giroud (1870-1945), voir : Jeanne Humbert, Gabriel Giroud, Paris : La Grande Réforme, 1948 (brochure).

8 G. [Vacher] de Lapouge, "L'hérédité", Revue d'AnthropoIogie, 15e année, 1er octobre 1886, p. 512-521. Il s'agit d'un compte rendu de divers articles et ouvrages, parmi lesquels : Francis Galton, Inquiries into Human Faculty and its Development, Londres : Macmillan, 1883, XII-387 p. ; Id. "Regression towards Mediocrity in Hereditary Stature", Journal of the Anthropological Institute, 15 novembre 1885 [Londres : Truebner], p. 246-263 ; Alphonse de Candolle, "Hérédité de la couleur des yeux dans l'espèce humaine", Archives des sciences physiques et naturelles [Genève], t. XII, 8, 15 août 1884, p. 97-121 (voir : A. de Candolle [1806-1893], Histoire des sciences et des savants depuis deux siècles [1873], 2e éd. considérablement augmentée, Genève-Bâle : H. Georg, 1885, p. 81-82, 575-576).

9 Lapouge renvoie également à son étude "biojuridique" : Théorie biologique du droit de succession, Paris : Thorin, 1885 ; voir : P.-A. Taguieff, "Théorie des races et biopolitique sélectionniste en France", Sexe et Race, III, Paris, Université Paris 7 et CERG, mai 1989, p. 12-24.

10 Jacques Léonard, "Eugénisme et darwinisme. Espoirs et perplexités chez des médecins français du xixe siècle et du début du xxe siècle", in De Darwin au darwinisme : science et idéologie (Congrès international pour le centenaire de la mort de Darwin, Paris-Chantilly, 13-16 septembre 1982 ; édition préparée par Yvette Conry), Paris : Vrin, 1983, p. 187. Selon Paul Broca, les croisements dont les produits sont féconds entre eux sont dits "eugénésiques" ("Mémoire sur l'hybridité", Journal de la Physiologie de l'homme et des animaux, 1859, p. 237). Dans l'édition de 1877 de son Dictionnaire de la langue française, Littré consacre un article à l'adjectif eugénésique : "1. Qui améliore la race. Croisements eugénésiques. 2. Hybridité eugénésique, hybridité où les deux ordres de métis sont chacun indéfiniment féconds entre eux (...)". Pour plus de précisions, voir : Linda L. Clark, Social Darwinism in France, The University of Alabama Press, 1984, ch. 9, p. 137-158 ; William H. Schneider, Quality and Quantity. Eugenics and the Biological Regeneration of Twentieth Century France, op. cit., ch. 2 et 3 ; Henri de La Haye Jousselin, L'idée eugénique en France. Essai de bibliographie, Paris : 1989 [751 titres], en particulier no 41-183.

11 J. Léonard, in op. cit., 1983, p. 187 (et p. 201, notes 1 et 2) ; id., "Les origines et les conséquences de l'eugénique en France", Annales de démographie historique, Paris : E.H.E.S.S., 1986, [p. 203-214], p. 211. Voir par exemple : Dr Adolphe Pinard, "De l'eugénétique", Annales de Gynécologie et d'Obstétrique, 39e année, t. 9, décembre 1912, p. 705-717 (et Bulletin médical, 26, 1912, p. 1123-1124) ; Dr Louis Simon, L'eugénétique. Ses rapports avec la psychiatrie, Bordeaux : A. Destout, 1913 (thèse de médecine) ; Georges Hardy, "Eugénie, puériculture", Le Néo-Malthusien, no 5, mars 1919, p. 7-8 (Pinard utilisait aussi la dénomination "puériculture avant la procréation").

12 Lapouge, "L'anthropologie et la science politique", Revue d'Anthropologie, 16e année, 3e série, 15 mars 1887, p. 157.

13 Lapouge, "L'hérédité dans la science politique", Revue d'Anthropologie, 17e année, 3e série, t. III, no 2, 15 mars 1888, p. 175-176.

14 Sur l'importance de la tradition hygiéniste et de la théorie des dégénérescences dans la réception française de l'eugénique galtonienne, voir : J. Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris : Aubier Montaigne, 1981, p. 268 et suiv. ; W.H. Schneider, "Toward the Improvement of the Human Race : The History of Eugenics in France", Journal of Modern History, 54, juin 1982, [p. 268-291], p. 269-275 ; Id., op. cit., 1987, ch. 2 ; J. Léonard, op. cit., 1983, p. 188-189 ; Id., art. cit., 1986, p. 205-206 ; Jacques Roger, "L'eugénisme (1850-1950)", in Claude Bénichou (éd.), L'ordre des caractères. Aspects de l'hérédité dans l'histoire des sciences de l’homme, Paris : Vrin, 1989, [p. 119-145], p. 123, 130.

15 J. Léonard, op. cit., 1983, p. 187 ; Id., art. cit., 1986, p. 203-205. Même chez les biologistes les plus avertis règne un certain flottement sur la question de l'introduction du mot eugénique dans la langue française. C'est ainsi qu'Edmond Perrier, président de la Société française d'Eugénique, dans une conférence prononcée au début des années vingt, à l’Ecole des hautes Etudes sociales (cycle de conférences, 1920-1921), sur le thème "Eugénique et biologie", croyait pouvoir préciser après avoir défini l'eugénisme comme "la zootechnie de l'espèce humaine" : "Le mot Eugénique a été introduit dans notre langue courante par M. Lucien March, fondateur de la Société française d'Eugénique dont le but est de rechercher, de préciser, de répandre les moyens de perfectionner les races humaines, en indiquant les conditions que chaque individu, chaque couple doit s'efforcer de remplir pour avoir de robustes et beaux enfants" (Eugénique et Sélection, Paris : Félix Alcan, 1922, p. 1-2). Une telle appropriation symbolique, fondée sur une erreur d'attribution, exprimait une fois de plus la méconnaissance et l'oubli dans lesquels étaient alors tombés les premiers écrits de Lapouge, ancêtre refoulé de l'eugénisme français.

16 Descartes, Discours de la méthode (1637), Sixième partie, Paris : Vrin, 1967 (4e éd.), p. 62 ; Cf. Maxime Leroy, Descartes social, Paris : Vrin, 1931, p. 25 sq., 63 sq. Pour la pré-eugénique universaliste des Lumières : Condorcet, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain (1793), Paris : Editions Sociales, 1971, "Dixième période", p. 281-283 ; Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme (1802), nouvelle édition, Paris : Charpentier, 1867, t. I, Sixième mémoire, en particulier p. 344-347. Cf. André Béjin, "Condorcet, précurseur du néo-malthusianisme et de l'eugénisme républicain", Revue de la Bibliothèque Nationale, no 28, été 1988, p. 37-41.

17 Cf. Platon, La République, Livre III, 406 a et suiv., Livre V, 458 c-461 e ; Id., Les Lois, Livre VI, 783 et suiv., Livre XI, 924 e et suiv. Sur le sélectionnisme platonicien : Fustel de Coulanges, La Cité antique (1864), Paris : Hachette, 1929, Livre III, ch. XVIII, p. 266 ; Hans F.K. Günther, Platon eugéniste et vitaliste (1928), tr. fr. E. Popelier (sur la 3e éd. allemande augmentée, Pähl, 1966), Puiseaux, Pardès, 1987 ; Pierre Lachièze-Rey, Les idées morales, sociales et politiques de Platon, 2e éd., Paris : Vrin, 1951, p. 124-126, 217-218 ; Jean Rostand, Peut-on modifier l'homme ?, Paris : Gallimard, 1956, p. 122-123 ; Jean Luccioni, La pensée politique de Platon, Paris : PUF, 1958, p. 143-145, 301 et suiv. ; Allen G. Roper, Ancient Eugenics, Oxford : B.H. Blackwell, 1913 ; réédition, Minneapolis, Minnesota : Cliveden Press, s.d. [1976], passim. Pour une suggestive (mais discutable) comparaison des conceptions platoniciennes et du sélectionnisme lapougien, voir : Vilfredo Pareto, Les Systèmes socialistes (1901-1902), 2e éd., Paris : M. Giard, 1926, t. I., p. 279-281, t. II, p. 154 et suiv. Pour un exposé critique dans une perspective catholique : Joseph Vialatoux, Le peuplement humain, t. II, Paris : Les Editions ouvrières, 1959, p. 41 sq., 601-603.

18 Voir : François Jacob, La logique du vivant. Une histoire de l'hérédité, Paris : Gallimard, 1970, p. 221 sq. L'importance des lois de Mendel n'avait pas échappé à Lapouge : voir Race et milieu social, Paris : Marcel Rivière, 1909, introduction, p. XXX. Sur l'ignorance de la génétique mendélienne chez les premiers eugénistes français : W.H. Schneider, art. cit., 1982, p. 271 ; J. Léonard, art. cit., 1986, p. 209). Le contraste est maximal avec les eugénistes américains du début du siècle, dont C.B. Davenport est le plus célèbre ; voir : D.J. Kevles, In the Name of Eugenics. Genetics and the Uses of Human Heredity, New York : Alfred A. Knopf, 1985, p. 41-56 : Garland E. Allen, "Chevaux de course et chevaux de trait", Métaphores et analogies agricoles dans l'eugénisme américain, 1910-1940", in Jean-Louis Fischer et W.H. Schneider (dir.), Histoire de la génétique. Pratiques, techniques et théories, Paris : A.R.P.E.M. et Editions Sciences en situation, 1990, p. 83-98.

19 Pour l'Allemagne : Michael Pollak, "Les mots qui tuent", Actes de la recherche en sciences sociales, 41, 1982, p. 29-45 ; Id., Utopie et échec d'une science raciale", in André Béjin et Julien Freund (éd.), Racismes, antiracismes, Paris : Librairie des Méridiens/Klincksieck, 1986, p. 161-202 ; Id., "Aux origines de la politique raciale nazie : le rôle de la science et du droit", Bulletin de l'Institut d'Histoire du Temps Présent, 27, mars 1987, p. 31-47 ; Benno Müller-Hill, Science nazie, science de mort. La ségrégation des Juifs, des Tziganes et des malades mentaux de 1933 à 1945 (1984), tr. fr. O. Mannoni, Paris : Editions Odile Jacob, 1989 ; Peter Weingart, Jürgen Kroll, Kurt Bayertz, Rasse, Blut und Gene. Geschichte der Eugenik und Rassenhygiene in Deutschland, Francfort/M. : Suhrkamp, 1988 ; Robert N. Proctor, Racial Hygiene. Medicine under the Nazis, Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1988 ; Paul J. Weindling, Health, Race and German Politics between National Unification and Nazism, 1870-1945, Cambridge : Cambridge Unversity Press, 1989 ; Id., "Les biologistes de l'Allemage nazie : idéologues ou technocrates ?", in J.-L. Fischer et W.H. Schneider (dir.), op. cit., 1990, p. 127-152. Pour une présentation des travaux récents : Benoît Massin, "Anthropologie raciale et national-socialisme : heurs et malheurs du paradigme de la "race", in Josiane Olff-Nathan (dir.), La science sous le Troisième Reich. Victime ou alliée du nazisme ? Paris : Le Seuil, 1993, p. 197-262.

20 Lapouge, "L'hérédité", art. cit., 1886, p. 516.

21 Galton, op. cit., 1883, introduction, p. 1 (cité par Lapouge, art. cit., 1886, p. 516 ; même citation dans Lapouge, Les Sélections sociales, Paris : A. Fontemoing, 1896, p. 462).

22 Charles Darwin, La descendance de l'homme et la sélection sexuelle, tr. fr. E. Barbier, (d'après la 2e éd. anglaise [1874] revue et corrigée par l'auteur), Paris : Reinwald, 1881 ; rééd., Bruxelles : Ed. Complexe, 1981, p. 145.

23 Galton, op. cit., 1883, introduction, p. 2 (voir Lapouge, art. cit., 1886, p. 516 ; Id., Les Sélections sociales, p. 462).

24 Lapouge, art. cit., 1886, p. 516.

25 Galton, op. cit., 1883, p. 68-69 (voir Lapouge, 1886, p. 516).

26 Lapouge, art. cit., 1886, p. 516.

27 Lapouge, Les Sélections sociales. p. 462 (je souligne).

28 Galton, op. cit., 1883, p. 305 (voir Lapouge, 1886, p. 516 ; Id., Les Sélections sociales, p. 462-463).

29 Voir : Lapouge, "L'anthropologie et la science politique", art. cit., 1887, p. 146 ; Id., L'Aryen. Son rôle social, Paris : A. Fontemoing, 1899, p. 511.

30 Lapouge, 1886, p. 516 (repris dans Les Sélection sociales, p. 463).

31 Lapouge, 1886 ; p. 516-517 (repris dans Les Sélections sociales, p. 463), qui résume et commente Galton, op. cit., 1883, p. 307.

32 Lapouge, 1886, p. 517 (repris dans Les Sélections sociales, p. 463).

33 Lapouge, 1886, ibid, (repris dans Les Sélections sociales, ibid.).

34 Le darwinisme social au sens strict est la "théorisation extrémiste du laisser faire" (Gérard Lemaine, Benjamin Matalon, Hommes supérieurs, hommes inférieurs ? La controverse sur l’hérédité de l'intelligence, Paris : A. Colin, 1985, p. 260). Sur les positions "darwinistes-sociales" paradigmatiques de Spencer, Cf. Richard Hofstadter, Social Darwinism in American Thought (1944), revised edition (1955), New York : Georges Braziller, Inc., 1959, p. 31-50 ; Yvette Conry, "Le darwinisme social existe-t-il ?", Raison Présente, 66, 2e trimestre 1983, [p. 17-40], p. 21 sq.

35 Lapouge, 1886, p. 517 (et Les Sélection sociales, p. 463). Sur la question des mariages eugéniques, Cf. Galton, op. cit., 1883, p. 320 sq., 328 sq.

36 Lapouge, 1886, p. 517 (et Les Sélections sociales, p. 464).

37 Lapouge, 1886, p. 517.

38 Lapouge, ibid. Voir cependant Les Sélections sociales, p. 464 (malgré la conclusion de Galton, op. cit., 1883, p. 337).

39 Lapouge, Les Sélections sociales, p. 89-90, 261, 437-442 ; Id., "L'anthropologie et la science politique", art. cit., 1887, p. 155.

40 Lapouge, 1886, p. 517 ; Id., "De l'inégalité parmi les hommes", Revue d'Anthropologie, 17e année, 3e série, t. III, 15 janvier 1888, p. 14. Cf. Friedrich Nietzsche, Der Wille zur Macht, Stuttgart : Alfred Kroner, 1964, §685, p. 462 (fragment intitulé "Anti-Darwin", datant de mars-août 1888).

41 [Julius Langbehn], Rembrandt als Erzieher [Rembrandt éducateur], von einem Deutschen, Leipzig : G.L. Hirschfeld, 1890. Sur Langbehn (1851-1907), surnommé "l'Allemand de Rembrandt" (der Rembrandtdeutsche), voir : Ernest Seillière, Morales et religions nouvelles en Allemagne. Le néoromantisme au-delà du Rhin, Paris : Payot, 1927, p. 69-125 ; Hildegard Chatellier, "Julius Langbehn : un réactionnaire à la mode en 1890", Revue d’Allemagne, t. XIV, 1, janvier-mars 1982, p. 55-70, repris in Louis Dupeux (dir.), La "Révolution Conservatrice" dans l'Allemagne de Weimar, Paris : Rimé, 1992, p. 115-128.

42 Cette lettre inédite de Lapouge, adressée à l'éditeur de J. Langbehn (Hirschfeld, à Leipzig), fait partie du Fonds Lapouge (Université Paul Valéry, Montpellier ; responsable scientifique : Jean Boissel). Comme le montre sa correspondance avec Paul de Lagarde, de 1887 à 1890, Langbehn formait le projet d'établir un plan de "régénération" de l'Allemagne : son pessimisme culturel ne lui interdisait donc pas d'espérer ; voir Jean Favrat, La pensée de Paul de Lagarde (1827-1891), thèse, Paris IV, Lille : Atelier de Reproduction des Thèses, et Paris : H. Champion, 1979, p. 106.

43 Lapouge, art. cit., 1886, p. 517. C'est là un argument récurrent du pessimisme lapougien ; voir Lapouge, préface à : Madison Grant, Le déclin de la grande race (1916), tr. fr. E. Assire, Paris : Payot, 1926, p. 11 sq. (Cf. néanmoins Les Sélections sociales, p. 464).

44 Lapouge, "Lois de la vie et de la mort des nations", Revue internationale de sociologie, 2e année, no 6, juin 1894, p. 426 note 1, et p. 427. Georges Montandon notera plus tard : "Nous savons que ce sont des conversations à l'Ecole d'Anthropologie qui instruisirent Lapouge sur l’œuvre de Gobineau" ("L'aryanisme français", L'Ethnie française, 1ère année, no 2, avril 1941, p. 2).

45 Lettre publiée par Jean Boissel, dans son article : "Autour du gobinisme. Correspondance inédite entre L. Schemann et G. Vacher de Lapouge", Annales du C.E.S.E.R.E., no 4, 1981, [91-119], p. 94. L'étude de cette correspondance (1898-1934), avec l'appareil critique établi par J. Boissel, est riche d'enseignements, non seulement sur la manière dont Lapouge se situait par rapport à Gobineau, mais encore sur les différences dans la réception du gobinisme en France et en Allemagne. Voir également : J. Boissel, "Une correspondance inédite : Jean-Richard Bloch et Vacher de Lapouge (A propos du numéro d'Europe [octobre 1923] consacré à Gobineau)", Revue d’Histoire littéraire de la France, 1987, no 4, p. 744-752 ; Id., "Paul Valéry et Georges Vacher de Lapouge à Montpellier (1888-1893)", Revue des Lettres modernes, Paris : Minard, 1989 : Paul Valéry, no 6, p. 29-44 (en particulier : p. 32-33, 43 note 15).

46 "Comptes rendus des séances de la Société", Eugénique (Organe de la Société française d'Eugénique), 1ère année, no 1 à 4, janvier-avril 1913, p. 43. En 1927, sous l'impulsion de Lucien March, véritable fondateur de la Société française d'Eugénique, celle-ci fusionna avec l'Institut international d’Anthropologie dont elle devint la Section d'Eugénique. Voir : Dr Apert, "Société française d'Eugénique, séance du 15 décembre 1926", Revue anthropologique, 37e année, t. XXXVII, avril-juin 1927, p. 168-169 ; "Section d'Eugénique, séance du 24 mai [1933]" (anonyme), Revue anthropologique, 43e année, t. XLVII, juillet-septembre 1933, p. 387 ("Décès de M. Lucien March").

47 Eugénique, art. cit., 1913, p. 42.

48 Ibid., p. 44.

49 Ibid, (je souligne).

50 Ibid., p. 45 (je souligne). Sur l'inscription, en France, de l'idée eugénique dans le mouvement hygiéniste, voir : Lion Murard et Patrick Zylberman, "La cité eugénique", Recherches, no 29, septembre 1977, p. 423-447.

51 Voir : W.H. Schneider, art. cit., 1982, p. 270-275 ; Id., art. cit., p. 82 ; J. Léonard, op. cit., 1981, p. 268-274 ; Id., art. cit., 1986, p. 209.

52 Dr [Henri] Briand, "L'eugénique et la conservation des qualités de la race", Revue anthropologique, 48e année, t. LXIII, janvier-mars 1938, [p. 55-68], p. 55. Professeur à l'Ecole d'Anthropologie de Paris, où il assurait un enseignement sur "l'hérédité", le Dr Briand était directeur de la Revue anthropologique, et secrétaire général, pour la France, de l'Institut international d'Anthropologie (dont le président était Eugène Pittard). En 1941, le Dr Briand fera l'éloge des lois eugéniques du IIIe Reich, les donnant en exemple à suivre au gouvernement français, non sans citer au passage une phrase de Hitler, extraite de Mein Kampf ("Education physique et sauvegarde de la race", Revue anthropologique, 51e année, t. LI, janvier-mars 1941, p. 8-15). Certains eugénistes français ont cru en effet que le régime de Vichy mettrait en pratique la politique sélectionniste qu'ils préconisaient, sans avoir jamais été entendus, durant l'Entre-deux-guerres. Voir aussi, parfaite illustration de la séduction exercée par l'exemple national-socialiste : Dr Henri Briand, "Une conférence du professeur Eugen Fischer à Paris", Revue anthropologique, 51e année, 1941, p. 195-196.

53 Sur le thème du déclin démographique de la France, dans une perspective nataliste, avant la loi du 31 juillet 1920, voir surtout : Jacques Bertillon, Le problème de la dépopulation, Paris : Armand Colin, 1897 ; Id., La dépopulation de la France. Ses conséquences, ses causes, mesures à prendre pour la combattre, Paris : Félix Alcan, 1913 ; Fernand Boverat, Patriotisme et paternité, Paris : Bernard Grasset, 1913 ; Paul Bureau, L'indiscipline des mœurs, Paris : Bloud et Gay, 1920. Sur la distinction flottante entre "populationnisme" et "naturalisme", voir les réflexions de Hervé Le Bras, Marianne et les lapins, Paris : Olivier Orban, 1991, ch. XIII, p. 170 sq. Si le populationniste radical vise à "repeupler" la France par tous les moyens (y compris par recours systématique à l'immigration), le nataliste tend à opter pour une politique favorisant la fécondité des "Français de souche", ou pour le moins les naissances sur le sol français ; d'où "un dégradé menant du natalisme dur sans migrations à un populationnisme complet qui fait appel à toutes les populations extérieures" (op. cit., p. 177).

54 Alfred Sauvy, Bien-être et population, Paris : Edition Sociale Française, 1945, 231 p. Cet ouvrage est présenté par A. Sauvy comme une version écourtée et allégée de l'un de ses livres précédents : Richesse et population, Paris : Payot, 1943, 318 p. (Cf. 1945, p. 7 note 1).

55 A. Sauvy, op. cit., 1945, p. 143 (conclusion du chap. VIII : "Qualité d'abord" ; soul, par l'auteur). Dans le même sens, voir : A. Sauvy, op. cit., 1943, p. 81. Le démographe abordera souvent le problème par la suite ; voir par exemple : Théorie générale de la population (1ère éd., 1954), 3e éd. entièrement refondue, Paris : PUF, 1966, vol. II, p. 15-16, 339-340.

56 Formule citée par Sauvy, op. cit., 1945, p. 137.

Notes de fin

* Gabriel Tarde, "Dépopulation et civilisation", in Etudes pénales et sociales, Lyon : A. Storck, 1892, p. 412.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540