Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

I - HÉRITAGES

La troisième voie fasciste ou la recherche d'une culture politique alternative

Zeev Sternhell

Texte intégral

1La recherche d'une troisième voie entre le libéralisme et le marxisme appartient dès la seconde moitié du xixe siècle à la grande révolte contre l'héritage moderniste des Lumières. C'est alors que prend corps l'idée que le libéralisme et le socialisme marxiste ne représentent que les deux facettes d'un même mal, d'une même tendance vers la décadence. Le refus de la décadence s'apparente alors au refus de la modernité et à la mise en place d'une solution de rechange. Dans ce contexte, le mythe de la troisième voie constitue un élément essentiel de la formation d'une culture politique alternative aussi bien à la démocratie libérale qu'au socialisme. La contestation du libéralisme et du socialisme constitue un rejet de leurs racines et de leur essence communes : dès la seconde moitié du xixe siècle ce dénominateur commun prend le nom de matérialisme. En effet, l'idée de la troisième voie se nourrit tout d'abord de l'antimatérialisme. Par antimatérialisme on entend ici le refus de l'héritage individualiste, utilitaire, hédoniste et laïque des xviie et xviiie siècles. Il s'agit d'un rejet de la théorie des droits naturels, de la vision de la société en termes d'agrégat d'individus et de l'idée selon laquelle l'intérêt individuel constitue la fin ultime de toute activité sociale et politique. Dans la même mesure l'antimatérialisme exprime à la fin du xixe siècle le refus du matérialisme historique, non seulement des postulats de base de l'économie marxienne mais de l'ensemble des fondements rationalistes de la pensée de Marx. Essentiellement il s'agit d'un phénomène de civilisation et cette autre tradition politique apparaît tout d'abord comme un problème culturel, dans le sens large du terme. Assurément, il ne s'agit pas seulement, ni à plus forte raison, pas uniquement d'un problème culturel, mais il s'agit d'abord d'un problème culturel.

2C'est ainsi que l'antimatérialisme, qui frappe droit au cœur du libéralisme et du marxisme, trace en ce début de siècle une troisième voie révolutionnaire entre les deux grands ensembles d'idées qui dominent la vie politique de l'époque et qui, par delà tout ce qui les sépare, restent néanmoins des héritiers du xviiie siècle. Il est évident que de la manière la plus nette, l'antimatérialisme s'exprime dans le fascisme. Mais s'il se dresse contre le libéralisme et le marxisme, le fascisme emprunte au libéralisme le respect pour la puissance et la vitalité des mécanismes de l'économie de marché, et au marxisme la conviction que la violence est le moteur de l'Histoire, et que les rapports entre les hommes restent régis par les lois de la guerre.

3C'est bien là que résident l'attrait et l'originalité du fascisme. Idéologie de rupture par excellence avec ce qui est, le fascisme se lève contre l'ordre libéral, contre ses principes tout comme contre ses institutions. En même temps, il se dresse contre le marxisme, ses principes et sa praxis, soit dans sa variante social-démocrate soit dans sa variante léniniste. Le fascisme fait ainsi le plus souvent figure d'une troisième voie non-conformiste, il propose une solution de rechange d'une part au libéralisme fondé sur l'utilitarisme et l'individualisme (au tournant du siècle, il s'agit en général d'un individualisme sauvage bien illustré par Spencer) qui jette les hommes les uns contre les autres dans une incessante bataille pour une place au soleil et d'autre part au marxisme qui en prêchant la guerre des classes déchire la société en groupes antagonistes. Le fascisme refuse l'idée en vertu de laquelle l'Etat n'est rien d'autre qu'un instrument entre les mains de l'individu pour assouvir ses besoins et ses intérêts égoïstes tout comme il n'a que sarcasme pour l'utopie marxiste et son idée de la disparition future de l'Etat. Contre le libéralisme et le marxisme, le fascisme entend jeter les bases d'une nouvelle civilisation. Une civilisation communautaire, anti-individualiste, seule capable d'assurer la pérennité d'une collectivité humaine où seraient parfaitement intégrées toutes les classes et toutes les couches de la société. Le cadre naturel de cette collectivité harmonieuse, organique est la nation. Une nation revitalisée où l'individu n'est qu'une cellule de l'organisme collectif ; un nation jouissant d'une unité morale que le libéralisme et le marxisme, tous deux facteurs de dissociation et de guerre, ne sauraient jamais lui assurer. La force du fascisme lui vient de son caractère de produit d'une crise de civilisation, son attrait lui vient précisément du fait qu'il montre une nouvelle voie entre les deux systèmes matérialistes et générateurs de guerre civile que sont le libéralisme et le marxisme.

4Il importe encore de mettre en évidence un autre trait caractéristique du fascisme qui a été pour beaucoup dans ses succès. Alors que dans le libéralisme et le marxisme les problèmes de fond sont toujours des problèmes économiques, pour le fascisme les problèmes existentiels sont des problèmes d'ordre psychologique et culturel. On peut répondre au sentiment d'aliénation ou à celui de l'exploitation sans s'attaquer aux lois du marché que le fascisme, fort de la théorie syndicaliste italienne de la révision du marxisme comme de l'expérience soviétique, considère comme des lois naturelles. Car les fascistes dès les années 1920 définissent l'expérience économique soviétique en termes d'un échec total. C'est pourquoi la révolution fasciste reste ce qu'elle fut dès la prise du pouvoir : une révolution politique qui se veut aussi une révolution spirituelle et morale mais qui n'implique jamais des changements de structures économiques ou sociales. C'est ainsi que le fascisme émerge comme une troisième voie révolutionnaire, mais tout à fait originale précisément parce qu'elle refuse les aspects les plus sordides du capitalisme – mais non pas la propriété privée et la recherche du profit – parce qu'elle rejette le déterminisme marxiste et sa variante social-démocrate en même temps que le "désordre" démocratique et la médiocrité bourgeoise. Au libéralisme et au marxisme le fascisme oppose une conception de l'individu comme un animal social, partie intégrante d'un tout organique.

5Voilà pourquoi le fascisme a pu exercer une telle fascination sur toute une génération d'Européens et voilà pourquoi beaucoup de ses idées étaient préconisées bien avant la marche sur Rome par tant d'intellectuels de grande classe. Car c'est bien là que réside l'importance de cette recherche d'une troisième voie : celle-ci n'appartient pas seulement à l'Entre-deux-guerres et à plus forte raison, elle n'est pas le produit de la Grande Guerre. La volonté de trouver une voie alternative au matérialisme bourgeois, corrupteur de mœurs et décadent, et au marxisme montant, tous deux destructeurs de l'unité d'une collectivité historique et culturelle forgée par des siècles d'histoire, est déjà très puissante au milieu de la seconde moitié du xixe siècle. Il s'agit alors de ce qui apparaît être une nécessité de sauvetage de toute une civilisation sombrant dans la barbarie égalitaire. Or, il est évident que ceci ne peut se faire que par un reniement total du xviiie siècle.

6C'est pourquoi la continuité entre la période qui précède la Première Guerre mondiale et celle de l'Entre-deux-guerres ne se dément jamais. L'idéalisme des années trente constitue déjà le fond du mouvement de révolte du début du siècle, ainsi que le principe du dépassement et de la fusion des oppositions, de la marche "au-delà" des idéologies et des systèmes classiques. Au-delà du marxisme d'Henri De Man, Au-delà du nationalisme de Thierry Maulnier, Au-delà du capitalisme et du socialisme d'Arturo Labriola, Au-delà de la démocratie d'Hubert Lagardelle, ne peuvent en aucun cas prétendre à l'originalité auprès des lecteurs de Sorel, de Pareto et de Michels. Quant au Labriola et au Lagardelle de 1935, ces théoriciens du syndicalisme révolutionnaire ont moins de difficultés que l'on ne pense en général à se reconnaître dans leurs propres écrits datant d'un quart de siècle. Leurs contributions, celles de leurs collaborateurs et celles des revues qu'ils dirigent, à la révolte contre le monde de la matière, contre le libéralisme et le socialisme démocratique, contre les partis et contre les parlements, contre les conservateurs et contre les marxistes, avaient précédé d'une trentaine d'années les tentatives de renouvellement de l'Entre-deux-guerres.

7Afin d'éviter tout malentendu, il convient de bien insister ici sur un autre élément d'explication d'une grande importance. Tous les tenants de la troisième voie n'adhèrent pas obligatoirement aux mouvements fascistes. On peut même affirmer que les fascistes déclarés ne sont jamais qu'une minorité, parmi tous ceux qui répondent à cet appel de révolte contre la décadence bourgeoise, à ce refus de déterminisme et de matérialisme, à cette affirmation de la primauté du spirituel. Beaucoup plus nombreux que les fascistes confirmés sont les tenants d'une marche "au-delà" du libéralisme et du marxisme ; beaucoup plus nombreux que les fascistes qui disent leur nom sont ceux qui abhorrent l'individualisme libéral, la théorie des droits naturels, la conception laïque du monde, propre au libéralisme, les institutions parlementaires, le compromis inhérent à la démocratie, les partis politiques et les groupes de pression mais qui n'acceptent pas le terrorisme d'Etat comme un mode de gouvernement normal. Beaucoup plus nombreux que ceux qui portent la chemise brune sont les sympathisants, les compagnons de route, tous ceux qui à un moment ou à un autre subissent l'attrait du fascisme. C'est bien cela qui donne toute sa signification historique à l'idée de la "troisième voie" : celle-ci constitue bien le dénominateur commun à tous ceux, fascistes déclarés, simples sympathisants, compagnons de route ou encore des hommes qui comme un Croce pensent à un moment quelconque que le fascisme peut aussi avoir des côtés positifs. La troisième voie apparaît ainsi comme un moyen d'enrayer le dépérissement de toute une civilisation en abattant une culture politique ennemie de valeurs spirituelles. Un tel message ne peut dans l'Europe de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, rester sans écho auprès de vastes secteurs de l'opinion publique. Une grande partie de la jeunesse intellectuelle, une fraction importante aussi bien du monde des lettres que de l'élite politique ne demeurent pas imperméables à une telle argumentation ou au moins à certains de ses éléments majeurs. Le fascisme représente la troisième voie dans sa pureté la plus extrême mais la troisième voie constitue un phénomène beaucoup plus large et plus profond que le fascisme.

8Le fait que l'idée de la troisième voie englobe le fascisme montre bien que loin d'être une aberration, ou un accident comme le voulait Croce, le fascisme fait partie intégrante de l'histoire européenne. Dans la même mesure l'analyse du thème de la troisième voie prouve une fois de plus que le fascisme n'est pas un produit purement italien mais un phénomène européen général.

9Pour illustrer concrètement le cadre conceptuel qui vient d'être défini on fera ici appel à deux études de cas qui sont d'autant plus significatifs qu'ils appartiennent à un contexte qui est celui de la démocratie libérale la plus avancée du continent européen. Tous deux présentent aussi l'avantage d'éclairer un autre élément d'explication d'une grande importance : la coexistence permanente en France et en Europe de deux traditions politiques très différentes l'une de l'autre. D'une part règne en France en particulier mais aussi ailleurs en Europe, une tradition universaliste et individualiste, bien ancrée dans la Révolution française, rationaliste, démocratique, à facette libérale ou jacobine. Cependant, la France, et avec elle l'Europe tout entière, a produit aussi une seconde tradition politique fondée sur un rejet total de l'héritage politique des Lumières. Cette autre tradition est loin d'être une idéologie marginale. Au contraire : son influence sur l'évolution des mentalités est considérable et elle imprègne la société à un degré infiniment plus important que l'on ne voudrait l'admettre. Depuis la fin du xixe siècle ces deux traditions se combattent mais aussi coexistent, souvent dans une même œuvre, dans une même pensée et indépendamment de la fameuse dichotomie droite-gauche. Le conflit traditionnel droite-gauche ne rend que très partiellement compte des réalités de l'époque, très souvent il n'en rend pas compte du tout.

  • 1 B. Mussolini, La dottrina del fascismo, Milano : Edittore Ulrico Hoepli, 1935, p. 28. Pour l'inter (...)

10Le premier cas est celui d'Ernest Renan qui peut être considéré comme l'un des tout premiers, sinon le premier apôtre de la recherche d'une troisième voie capable de balayer l'héritage matérialiste des Lumières. Le cas Renan est d'autant plus intéressant qu'il s'agit non seulement d'un des plus grands intellectuels de son temps mais d'un penseur communément considéré comme un des piliers du libéralisme européen. En France on a fait de Renan un véritable saint républicain. Même quand on est conscient de la problématique que représente sa fameuse Réforme intellectuelle et morale de la France, on préfère mettre celle-ci sur le compte du choc produit par la défaite de 1870. Mussolini, lui, fait état d'une vision beaucoup plus fine et bien conforme aux réalités quand, dans sa Dottrina del fascismo de 1932, il parle des illuminations pré-fascistes de Renan1.

11En ce sens la pensée d'Ernest Renan constitue un cas exemplaire dans ce sens qu'elle présente une ambiguïté fondamentale qui illustre à la perfection cette recherche d'une troisième voie entre le libéralisme et le marxisme. Cette volonté d'ouvrir des perspectives nouvelles n'est pas réactionnaire : Renan n'aspire pas à détruire les résultats de la Révolution en revenant en arrière. Il veut aller de l'avant, au-delà du libéralisme et du socialisme. Disons tout de suite en passant que sa fameuse conférence de 1882, "Qu'est-ce qu'une nation", qui est un véritable manifeste des droits naturels et un hymne au droit à l'autodétermination fondé par la Révolution française, ne change en rien le sens général de son argumentation. D'une part cette argumentation rend compte de l'existence conflictuelle dans une même pensée de deux traditions politiques différentes mais d'autre part la définition de la nation en termes de "plébiscite de tous les jours" est nourrie par la nécessité de fournir une base théorique aux revendications françaises concernant le retour des territoires perdus en 1870. Par contre l'étude sur la Réforme intellectuelle et morale de la France qui représente le noyau dur de sa pensée politique n'est pas un simple produit des circonstances.

  • 2 E. Renan, "Philosophie de l'histoire contemporaine. La monarchie constitutionnelle en France". La (...)

12En effet, si la Réforme intellectuelle et morale est écrite après la défaite de la France face à la Prusse de Bismarck, l'essentiel de son contenu, tout ce qui véritablement y compte, se trouve déjà dans un long article de la Revue des deux mondes publié en novembre 1869, presqu'un an avant la bataille de Sedan. Dans cet essai intitulé "Philosophie de l'histoire contemporaine", Renan expose l'essentiel de sa pensée. Il y condamne avant tout "l'idée des droits égaux de tous, la façon de concevoir le gouvernement comme un simple service public qu'on paie et auquel on ne doit ni respect ni reconnaissance, une sorte d'impertinence américaine, la prétention [...] de réduire la politique à une simple consultation de la volonté de la majorité [...]"2.

  • 3 Ibid., p. 99.
  • 4 Ibid., p. 96.
  • 5 Ibid., p. 75 et 92.
  • 6 Ibid., p. 95.
  • 7 Ibid., p. 73.

13Après avoir déversé son mépris sur les Etats-Unis, Renan exhorte Napoléon III à adopter "le programme vraiment conservateur"3, seul capable de barrer la route à "ce jacobinisme âpre, hargneux, pédantesque, qui remue le pays"4, à cet "esprit démocratique [...] qu'on peut bien qualifier de matérialisme en politique" et qui, en fin de compte, ne peut engendrer qu'"une sorte de médiocrité universelle"5. Quoi qu'il en soit, et quel que soit l'avenir — ici Renan s'aventure sur un terrain particulièrement glissant, celui de la prophétie, et il prédit, en 1869, que la France "paraît... devoir longtemps encore échapper à la république [...]"6 — il est "probable que le xixe siècle sera [...] considéré dans l'histoire de France comme l'expiation de la Révolution"7.

14Cette analyse est reprise souvent mot à mot dans La Réforme :

"Enervée par la démocratie, démoralisée par sa prospérité même, la France a expié de la manière la plus cruelle ses années d'égarement",
écrit Renan au lendemain de la défaite.

  • 8 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris : Union Générale d'éditions, s.d (...)

"La France telle que l'a faite le suffrage universel est devenue profondément matérialiste ; les nobles soucis de la France d'autrefois, le patriotisme, l'enthousiasme du beau, l'amour de la gloire, ont disparu avec les classes nobles qui représentaient l'âme de la France. Le jugement et le gouvernement des choses ont été transportés à la masse ; or la masse est lourde, grossière, dominée par la vue la plus artificielle de l'intérêt"8.

  • 9 Ibid., p. 93.
  • 10 Ibid., p. 90.
  • 11 Ibid. p. 89.
  • 12 Ibid., p. 32.
  • 13 Ibid., p. 79.
  • 14 Ibid., p. 94.

15Sedan prend ainsi les dimensions d'une défaite subie par une culture politique qui est "la négation de la discipline"9, et dont la tendance est "de diminuer l'Etat au profit de la liberté individuelle"10. Face à une Prusse qui avait conservé toutes les vertus d'un "régime quasi féodal, un esprit militaire et national poussé jusqu'à la rudesse"11, la France expie aujourd'hui la "conception philosophique et égalitaire de la société" alliée à "la fausse politique de Rousseau"12. Aux hommes de sa génération, à ses innombrables disciples de la génération suivante, Renan apprend qu'"un pays démocratique ne peut être bien gouverné, bien administré, bien commandé"13. C'est pourquoi la déroute de 1870 ne s'explique pas par une politique hasardeuse ou par l'incompétence militaire, mais bien par la débâcle de toute une culture politique. Ce sont une certaine forme de rapports entre les hommes, un certain mode de vie et une idéologie où prédominent les néfastes valeurs jacobines, qui mènent le pays à la décadence. La défaite fait seulement que "tous les voiles se déchirèrent" et "des défauts de tempérament qu'on ne faisait que soupçonner" tout d'un coup "apparurent d'une manière sinistre"14.

  • 15 Ibid., p. 29.

16Le premier et le plus grand de ces défauts, le défaut capital, c'est "le matérialisme". Notion clé s'il en est, l'antimatérialisme constitue la colonne vertébrale et le dénominateur commun de toutes les tendances qui, depuis Sedan jusqu'à Vichy, entrent en révolte contre l'héritage du xviiie siècle, contre l'utilitarisme libéral ou socialiste. "Le matérialisme" résume en fait ce que Renan appelle "le mal de la France"15 :

  • 16 Ibid., p. 88.
  • 17 Ibid., p. 92.

"Pendant que nous descendions insouciants la pente d'un matérialisme inintelligent ou d'une philosophie trop généreuse, laissant presque se perdre tout souvenir d'esprit national16 [c'est] la Prusse demeurée pays d'ancien régime, et ainsi préservée du matérialisme industriel, économique, socialiste, révolutionnaire, qui a dompté la virilité de tous les autres peuples"17.

  • 18 Ibid, p. 26.

17La démocratie et le socialisme sont des matérialismes ; mais il y a aussi un "matérialisme bourgeois",18 autre aspect de cette même médiocrité qui, depuis la fin du xviiie siècle, emporte tout. C'est le matérialisme qui est à l'origine de la décadence française, c'est le matérialisme libéral et bourgeois, la théorie des droits naturels et l'individualisme qui furent battus à Sedan. Cette idée fondamentale reviendra d'une manière pratiquement identique lors de la débâcle de 1940 : c'est toujours le matérialisme qui ronge le corps de la nation. Seulement, dès le début du siècle, au matérialisme libéral et bourgeois s'ajoute le matérialisme marxiste et prolétarien. Certes, Renan est déjà conscient des dangers du matérialisme socialiste, mais ce n'est que dans les années 1890 que le marxisme, avec ses divers partis politiques, avec ses tendances et chapelles idéologiques, devient une force de première importance. En été 1940, le matérialisme porte de nouveau la responsabilité de tous les malheurs qui frappent le pays.

  • 19 F. Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, Paris : Union générale d'éditions, 1970, coll. 10/18, p. (...)

18Il n'est pas sans intérêt de constater ici, en passant, que l'on retrouve bon nombre de ces thèmes chez Taine qui joua un rôle majeur dans la formation intellectuelle du jeune Mosca et que Nietzsche considérait comme le plus important historien de son temps. Taine ne voyait-il pas la Révolution française comme un véritable désastre culturel ? Nietzsche lui-même d'ailleurs n'a jamais cessé de flétrir le matérialisme aussi bien libéral que socialiste, l'humanisme et l'utilitarisme, l'héritage des Lumières et "la Révolution française, cette farce sinistre et à tout prendre inutile" avec laquelle commence "la dernière grande révolte d'esclaves"19. C'est ainsi que la révolte contre la modernité qui gronde à la fin du xixe siècle nourrit puissamment le thème de la troisième voie et contribue à façonner la poussée d'une culture politique alternative.

19Soixante-dix ans après Renan, on retrouve une même démarche globale chez Emmanuel Mounier. Mounier est aussi une sorte de saint républicain, mais contrairement à Renan, c'est un théoricien catholique dont l'influence, bien que hors de proportion avec la valeur intrinsèque de son œuvre, a été considérable. L'intérêt du cas Mounier, comme celui du cas Renan, réside précisément dans cette fascination qu'exerce sur lui et à travers lui l'idée d'une troisième voie entre le libéralisme et le marxisme. En effet, dès sa fondation, la revue Esprit lance une véritable révolte contre la démocratie libérale, tout en exprimant son horreur du matérialisme marxiste. Le refus du désordre établi n'est rien d'autre qu'un refus d'une certaine culture politique communément associée à l'héritage de la Révolution française, avec le suffrage universel, avec les principes de base non seulement du libéralisme mais aussi du socialisme. Mounier véhicule ainsi un certain nombre d'idées, et il a des réflexes politiques qui sont communs aux fascistes et à ceux qui ne le sont pas, comme lui-même, mais qui regardent, avec des degrés divers de sympathie, le combat fasciste contre l'ordre établi.

20Il convient d'insister sur ce point. Cette critique impitoyable de la démocratie libérale s'adresse alors non seulement à la praxis d'un régime, à ses faiblesses et à ses défauts institutionnels, mais aux principes mêmes d'une certaine culture politique. C'est bien ce refus des principes du libéralisme politique et du marxisme qui amène les idéologues de la démocratie personnaliste après avoir développé une théorie d'une société organique – ou communautaire – à rejoindre les véritables fascistes dans une même révolte contre l'individualisme et le matérialisme. D'autre part, c'est bien ce refus de l'individualisme et du matérialisme, sous leurs formes libérales ou marxistes, qui amènera les révoltés comme Mounier à fort bien s'accommoder de la défaite : la mort de la République libérale ouvrira la voie à cette Révolution d'un type nouveau qu'ils n'avaient cessé d'annoncer lui et ses amis, tout au long de la décennie qui précède la guerre. Cette dénonciation permanente des principes de la démocratie libérale, cette dénonciation obsessionnelle de la décadence de la France – rendue inévitable par l'individualisme et le matérialisme inhérents au système issu de la Révolution française – engendre cette recherche de la troisième voie entre libéralisme et marxisme.

21L'obsession de la décadence, le refus de l'ordre libéral, que manifestent les contestataires et les révoltés comme Mounier, accompagnent une perception de la réalité en vertu de laquelle élections et politique de partis, groupes de pression et gouvernements de coalition ne peuvent que signifier compromis, donc corruption. Tous refusent d'avoir quoi que ce soit en commun avec cette République-là : par la logique de la recherche d'une troisième voie les révoltés et les révolutionnaires, qui ont pourtant en horreur la praxis de l'Etat totalitaire, se rapprochent néanmoins de ces autres révoltés et de ces autres révolutionnaires qui, eux aussi, vomissent cette République bourgeoise et libérale mais qui eux, formulent déjà une idéologie fasciste. Pour tous ces hommes qui participent d'une même mentalité antilibérale et antidémocratique, il ne fait alors aucun doute que le système est condamné. Ces aspirations antilibérales et anticapitalistes vont toujours de pair avec un violent refus du marxisme : antimarxisme, anticapitalisme et antilibéralisme constituent le dénominateur commun de toutes ces variantes de la révolte et expriment bien ce qui constitue leur essence : le refus du "matérialisme".

22C'est ainsi que finalement diverses familles d'esprit participent du même refus de l'ordre libéral et constituent une couronne extérieure qui entoure le noyau dur de la pensée fasciste. Le spiritualisme et l'idéalisme que préconise le fascisme fournissent les moyens d'une révolte totale : car, tout comme il se considère porteur d'une révolution politique, le fascisme se veut le levier d'une révolution morale, d'une transformation profonde des esprits et des âmes. Ce n'est pas seulement le sort de la nation qui importe, mais également celui de la civilisation, et le problème de la décadence est l'une des préoccupations profondes du fascisme. Cette recherche de valeurs nouvelles impressionne profondément de larges couches de l'intelligentsia européenne. Dans ce monde contestataire, parmi tous ces révoltés qui refusent de se reconnaître dans cette République décadente, bourgeoise et libérale, tout comme ils regardent avec horreur le communisme et ce qu'il est commun d'appeler la barbarie américaine, les fascistes ne constituent qu'une minorité, mais une minorité d'avant-garde qui donne le ton et qui oblige l'ensemble des forces contestataires à se situer par rapport à elle.

23La réaction est toujours la même. Pour arrêter le déclin il faut une autre civilisation et une autre société : une société organique, "communautaire", conduite par des élites viriles ayant le sens du sacrifice, qui puisse remplacer la civilisation mercantile d'aujourd'hui.

  • 20 A. Marc, "Vers un ordre nouveau", Esprit, no 2, Novembre 1932, p. 330.
  • 21 Ibid., p. 332-333.
  • 22 A. Marc, "Jeunesse allemande", Esprit, no 5, 1er février 1933, p. 723-724. Cf. aussi p. 726-728.
  • 23 E. Mounier, "Le monde moderne contre la personne" in Œuvres, Paris : Ed. du Seuil, 1963, vol. 1, p (...)

24"Une civilisation humaine va disparaître", dit un jeune auteur personnaliste dans le second numéro d'Esprit20. Une "société se meurt", une société désormais stigmatisée par "la contestation de la faillite libérale, du désordre actuel stérile et inhumain, du dégoût instinctif que les illusions parlementaires et pseudo-démocratiques éveillent désormais dans toute âme bien née". Alexandre Marc en appelle à tous les mouvements de jeunes dans le monde "qui partagent nos dégoûts et nos colères21. Sa sympathie va à tous les révoltés, y compris en février 1933, aux jeunes équipes allemandes qui se soulèvent contre l'ordre établi dans leur pays. Alexandre Marc reprend la plupart des idées que véhiculent les ennemis du régime de Weimar et il s'associe à leurs critiques sans hésitations22. Mounier lui-même ne peut s'empêcher de se sentir attiré par ce refus total du monde bourgeois et libéral, refus primaire sans aucune ombre de compromis, que signifie le "fascisme au sens large", le fascisme comme "phénomène historique bien déterminé de l'après-guerre"23.

"Le fascisme, à premier examen, oppose à la primauté du spirituel le primat de la puissance. Quand j'entends le mot esprit, disait un jour Göering, je prépare mon revolver". Le fascisme aime affirmer ce pragmatisme en termes provocants. Il se fait gloire de ne pas penser, de marcher sans autre but que la marche. "Notre programme ? déclare Mussolini. – Nous voulons gouverner l'Italie". Et à un député qui le prie ingénument de préciser sa conception de l'Etat : "L'honorable Gronchi m'a demandé de définir l'Etat, je me contente de le gouverner".

  • 24 Ibid., p. 500.

Le côté sympathique de ces boutades, c'est la négation révolutionnaire du rationalisme bourgeois, de la république des professeurs, de ceux qui découvraient parfois, comme l'un d'eux disait un jour, que "l'action aussi est créatrice". Et nous ne pouvons pas ne pas nous sentir accordés à la vérité confusément avouée dans ces formules, que l'homme est fait pour s'engager et se dévouer, non pour analyser le monde en se dégageant de ses responsabilités"24.

25Finalement, Mounier précise sa pensée dans un texte qui ne provient pas d'un article de journal écrit à la hâte, mais d'un de ses écrits les plus mûris et les plus importants :

  • 25 Ibid., p. 501.

"Quiconque a visité sans parti pris les pays fascistes, pris contact avec leurs organisations, avec leurs jeunesses, n'a pas manqué d'être frappé en effet de l'authentique élan spirituel qui porte ces hommes violemment arrachés à la décadence bourgeoise, chargés de toute l'ardeur que donne d'avoir trouvé une foi et un sens à la vie. Le nier, ou combattre des valeurs authentiques, bien que troubles, avec de larmoyantes fidélités à un monde décadent ou à des vertus en portefeuille, opposer une incompréhension de partisan ou des exhortations de sédentaires à des pays qui ont retrouvé le sens de la dignité, à des jeunesses qu'on a débarrassées du désespoir, à des hommes qui viennent de découvrir, après des années d'indifférence petite-bourgeoise, le dévouement, le sacrifice, l'amitié virile, c'est rejeter plus violemment dans les erreurs que l'on condamne une générosité mal orientée, mais vigoureuse"25.

  • 26 A. Marc, "Hitler ou la Révolution Manquée", L'Ordre Nouveau, no 2, juin 1933, p. 29-30.

26Ce texte date d'octobre 1936. Trois ans plus tôt la revue personnaliste, l'Ordre Nouveau, dirigée par deux jeunes dissidents, fort représentatifs de la jeune génération contestataire, Robert Aron et Armand Dandieu, avait déjà montré en quoi consistait selon ce groupe non-conformiste la grande contribution du nazisme : "la politique sociale du national-socialisme est hostile à la fois au capitalisme et au marxisme : l'un et l'autre déracinent l'homme, l'arrachent à la tradition vivante, en font un prolétaire". D'autre part, sur le plan culturel et spirituel, le national-socialisme manifeste une volonté de rupture avec le matérialisme"26.

  • 27 L'Ordre Nouveau, no 5, novembre 1933, p. 4, 12-16, 19-20.

27Le refus du matérialisme se trouve au cœur de la longue "Lettre à Adolf Hitler, Chancelier du Reich", publiée en novembre 1933 dans le cinquième numéro de l'Ordre Nouveau. Signée "Ordre Nouveau", cette profession de foi pratiquement méconnue constitue un document d'un rare intérêt. Face au nazisme en tant que système idéologique, en tant que corps de doctrine, Dandieu et Aron n'hésitent pas : "Votre œuvre est courageuse ; elle a de la grandeur". Et plus loin : "Votre mouvement possède, dans son fondement, une grandeur authentique". Cette grandeur, en quoi consiste-t-elle ? "La grandeur authentique de votre mouvement est d'être, par l'héroïsme, le sacrifice et l'abnégation qu'il enseigne, une protestation contre le matérialisme contemporain". Les auteurs de cette lettre insistent beaucoup sur cette idée. Pour eux, cette "légitime révolte contre le matérialisme moderne" fait "qu'à l'origine spirituelle, sinon dans le développement tactique du mouvement national-socialiste, se trouvent les germes d'une position révolutionnaire nouvelle et nécessaire"27.

28C'est là un autre thème majeur de ce manifeste de révolte contre le libéralisme et le marxisme, le capitalisme, le communisme et la démocratie ; révolte qui amène les hommes de L'Ordre Nouveau à regarder avec admiration et envie non seulement Hitler mais aussi Mussolini. Comme les nazis, les fascistes italiens ont montré que l'on pouvait proposer aux hommes autre chose que "la conquête, plus ou moins chimérique, d'un paradis aux immeubles standardisés". Sur le plan des principes, l'accord entre les personnalistes de L’Ordre Nouveau et les révolutionnaires d'Allemagne et d'Italie se fait sans grande difficulté. Car, tout d'abord, dit l'équipe de L’Ordre Nouveau à Hitler, "vous avez mis fin à un mensonge ; celui de la démocratie libérale". En jetant bas "ce régime malfaisant... vous avez accompli une œuvre de salubrité". D'autant que :

"comme le mensonge de la liberté politique, vous avez dégonflé celui de la liberté morale [...]. Dans l'état de décadence où glisse un monde à qui toute discipline est odieuse, parce qu'il n'y a plus accord entre l'ordre intérieur et l'ordre extérieur, votre protestation est hautement valable. Elle manifeste, d’un geste significatif, votre attitude théorique, que nous respectons".

29Finalement :

  • 28 Ibid., p. 8-14.

"contre la dictature occulte de l'économique, vous avez engagé la lutte. Vous avez compris quel danger fait courir à l'homme le mythe du prolétariat que propagent les marxistes, [...]. Vous avez su comprendre, et faire entendre, qu'au grégarisme américano-bolchéviste, à l'individualisme démocratico-capitaliste, il faut opposer le sentiment de la collectivité organique, riche de fraternité et d'amour. Vos jeunes héros morts témoignent de cette grande vérité. L'avez-vous fait passer dans les institutions ? C'est une autre affaire"28.

30La recherche d'une troisième voie constitue ainsi une réponse naturelle à la crise du libéralisme et à la crise du marxisme. La conviction profonde que le libéralisme – les valeurs libérales comme les institutions – mènent le monde à la décadence est doublée d'une conviction non moins nette de la fondamentale nocivité du marxisme. Mais il ne s'agit pas seulement du mal que représentent le libéralisme et le marxisme en tant que systèmes politiques mais de leur faillite respective en tant que formes culturelles porteuses d'avenir. Ces idées mûrissent dès la première décennie du siècle, mais elles prennent au lendemain de la Grande Guerre des dimensions véritablement dramatiques. Si le libéralisme sombre dans une longue crise à facettes multiples – crise du système économique, crise du régime politique, crise de société, crise psychologique – il ne devient pas moins clair que le marxisme ne se porte pas beaucoup mieux. La crise du marxisme du tournant du siècle n'a jamais été vraiment surmontée et la Guerre a tué l'internationalisme et le pacifisme. La scission dans les partis socialistes, les fameuses 21 conditions de Lénine et la fondation des partis communistes contribuent encore à désorienter les esprits.

31Dans cette atmosphère de crise globale le fascisme apparaît comme une troisième voie conduisant vers des solutions non conventionnelles. Nombreux sont ceux qui voient dans cette troisième voie un effort de dépassement des oppositions, traditionnelles et vieillies, d'une marche "au-delà" des systèmes en place, d'un véritable renouveau politique et spirituel. C'est là que réside le véritable secret de l'attrait qu'a pu exercer le fascisme sur de larges couches de l'intelligentsia européenne, y compris quelques-uns des plus grands esprits de l'époque.

Notes

1 B. Mussolini, La dottrina del fascismo, Milano : Edittore Ulrico Hoepli, 1935, p. 28. Pour l'interprétation la plus récente qui voit dans La Réforme intellectuelle et morale un simple produit des événements cf. P. Ory, "La nouvelle droite de la fin de siècle" in P. Ory (ed.) Nouvelle Histoire des Idées politiques, Paris : Hachette, 1987, p. 362.

2 E. Renan, "Philosophie de l'histoire contemporaine. La monarchie constitutionnelle en France". La Revue des deux mondes, t. 84, 1er Novembre 1869, p. 92.

3 Ibid., p. 99.

4 Ibid., p. 96.

5 Ibid., p. 75 et 92.

6 Ibid., p. 95.

7 Ibid., p. 73.

8 E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale de la France, Paris : Union Générale d'éditions, s.d., coll. 10/18, p. 25 et p. 46.

9 Ibid., p. 93.

10 Ibid., p. 90.

11 Ibid. p. 89.

12 Ibid., p. 32.

13 Ibid., p. 79.

14 Ibid., p. 94.

15 Ibid., p. 29.

16 Ibid., p. 88.

17 Ibid., p. 92.

18 Ibid, p. 26.

19 F. Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, Paris : Union générale d'éditions, 1970, coll. 10/18, p. 73.

20 A. Marc, "Vers un ordre nouveau", Esprit, no 2, Novembre 1932, p. 330.

21 Ibid., p. 332-333.

22 A. Marc, "Jeunesse allemande", Esprit, no 5, 1er février 1933, p. 723-724. Cf. aussi p. 726-728.

23 E. Mounier, "Le monde moderne contre la personne" in Œuvres, Paris : Ed. du Seuil, 1963, vol. 1, p. 499.

24 Ibid., p. 500.

25 Ibid., p. 501.

26 A. Marc, "Hitler ou la Révolution Manquée", L'Ordre Nouveau, no 2, juin 1933, p. 29-30.

27 L'Ordre Nouveau, no 5, novembre 1933, p. 4, 12-16, 19-20.

28 Ibid., p. 8-14.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540