Version classiqueVersion mobile

Ni gauche, ni droite

 | 
Gilbert Merlio

Préface

Gilbert Merlio

Texte intégral

1Cet ouvrage réunit les actes d'un colloque qui a eu lieu à l'automne 1991 à Bordeaux à l'initiative du réseau interdisciplinaire de recherche réunissant le Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Resp. G. Raulet, MSH Paris), le PHILIA (Philosophie et littérature de langue allemande, Rennes II, resp. G. Raulet) et le CIRAMEC (Centre d'information et de Recherche sur l'Allemagne Moderne et Contemporaine, Bordeaux III, resp. G. Merlio). Des raisons conjoncturelles expliquent le retard de sa publication, et je comprends l'impatience des auteurs. Peut-être trouveront-ils un certain réconfort à l'idée que cette publication vient à son heure, comme le souligne justement H. M. Bock au début de sa conclusion. L'effondrement du bloc soviétique et le discrédit jeté dès lors sur toute forme de socialisme réalisé semblaient certes avoir écarté toute possibilité de recourir à une "troisième voie" — perspective centrale des tentatives "non-conformistes" de l'Entre-deux-guerres — pour trouver une solution aux difficultés politiques et économiques des nations et du monde en général. Francis Fukuyama proclamait "la fin de l'histoire", une thèse à la fois absurde et banale mais dont le succès montre à quel point elle correspondait à l'horizon d'attente de ces années. Allait-on assister au triomphe définitif du libéralisme sous sa forme politique, la démocratie parlementaire, et économique, le capitalisme moderne c'est-à-dire social, ou, pour le dire autrement, l'économie sociale de marché ? La guerre contre l'Irak et le triomphe médiatisé (ou la médiatisation triomphale) des Etats-Unis semblaient promettre un "nouvel ordre du monde", une pax americana où les armées américaines n'auraient d'ailleurs jamais été que le bras séculier d'une ONU capable de réaliser enfin l'utopie kantienne de la paix perpétuelle, c'est-à-dire capable d'imposer partout le respect des droits de l'homme et des règles du droit international.

2On sait ce qu'il est advenu de ces illusions. L'histoire semble avoir fait un bond de soixante ans en arrière : crises, désordre international, impuissance de l'ONU, "morosité démocratique", déception et désaffection à l'égard de l'Europe, et surtout, notamment à l'Est, mais pas à l'Est seulement, renaissance des nationalismes, poussée de la xénophobie, réapparition d'un fascisme voire d'un racisme qui n'hésite plus à dire son nom. La bête immonde n'était donc pas morte. Et de nouveau la recherche d'alternatives est à l'ordre du jour face notamment à des problèmes apparemment insolubles selon des recettes ou des modèles traditionnels (comme on le voit pour le chômage). Est-ce que, dans ces conditions, le retour vers les "non-conformistes" de l'Entre-deux-guerres n'est pas apte à nourrir notre réflexion ?

  • 1 Voir les indications bibliographiques données par H. M. Bock.
  • 2 C'est encore le cas dans le livre de Stefan Breuer, cité par H.M. Bock : Anatomie der konservative (...)

3L'histoire toutefois ne se répète jamais et si cet ouvrage peut rencontrer une certaine actualité, son intérêt demeure avant tout historique. L'idée qui a présidé à l'organisation du colloque était simple. Dans le cadre d'un programme consacré aux arrière-plans idéologiques des relations franco-allemandes dans l'Entre-deux-guerres par le Groupe de recherche sur la culture de Weimar que dirige Gérard Raulet à la Maison des Sciences de l'homme de Paris, il s'agissait ni plus ni moins de commencer à combler une lacune de la recherche. Les discours "ni gauche ni droite", les chassés-croisés de certains intellectuels allemands et français c'est-à-dire leurs va-et-vient idéologiques et politiques entre la gauche et la droite (allant d'ailleurs la plupart du temps de la gauche vers la droite), avaient certes déjà fait l'objet d'études nombreuses en Allemagne comme en France1. Mais ces études se cantonnaient pour l'essentiel au cadre national et ne pratiquaient qu'occasionnellement la comparaison2. Dans un colloque franco-allemand portant sur des intellectuels allemands et français, l'ambition était donc d'ouvrir des perspectives comparatives. Les auteurs s'y sont efforcés et je les en remercie. Mais il reste que les itinéraires et les chassés-croisés idéologiques et politiques de l'Entre-deux-guerres s'inscrivaient prioritairement dans le contexte national. C'est pourquoi je suis tout particulièrement reconnaissant à Hans-Manfred Bock, qui n'avait pu être présent au colloque, d'avoir accepté, une fois tous les manuscrits réunis, d'écrire une conclusion soulignant les points de comparaison possibles.

4H. M. Bock dit l'essentiel et je ne peux quant à moi, sans aucune prétention à l'exhaustivité et à la systématicité, qu'ajouter quelques observations introduisant la problématique. On ne peut comparer que ce qui est comparable. H. M. Bock pose justement la question de savoir si l'on peut subsumer tous les courants "alternatifs" de l'Entre-deux-guerres, c'est-à-dire toutes les idéologies se réclamant d'une "troisième voie", sous un même concept (une sorte de non-conformisme au sens large). Si l'on excepte les rapprochements ponctuels concernant les itinéraires personnels, la plupart du temps ceux de "renégats" allant de la gauche vers la droite, ou les réseaux, définis par une certaine constellation idéologique et par leur organisation autour d'une revue, les deux ensembles plus ou moins cohérents qui s'offrent à la comparaison sont ce qu'il est convenu d'appeler la "Révolution conservatrice" allemande d'une part et la nébuleuse des non-conformistes français de l'autre.

5Le dénominateur commun, c'est évidemment "l'idéologie de la crise", la communauté des refus : refus de l'ordre libéral comme de l'ordre communiste, de la démocratie parlementaire comme de la dictature bolchevique, du capitalisme international et du socialisme prolétarien, de la société bourgeoise et de son mercantilisme, du matérialisme hédoniste et de l'individualisme égoïste qu'il secrète. Le but poursuivi est le rassemblement national, c'est-à-dire l'instauration d'une communauté nationale ayant retrouvé une unité morale et sociale, exigeant de ses membres héroïsme et sacrifice, une communauté "organique", hiérarchisée, prête à relever les défis extérieurs et à sauver la nation de la décadence. La parenté souvent frappante des idéologèmes circulant chez les doctrinaires de la "Révolution conservatrice" et chez les "non-conformistes" (au sens le plus large du terme) n'a pas lieu d'étonner puisqu'il s'agit de surmonter de part et d'autre la même crise conjuguée du libéralisme et du marxisme et de trouver une issue à un abaissement national incarné par l'ordre versaillais pour les Allemands, par la fin de cet ordre pour les Français. Plus profondément ou plus largement encore, il s'agit des deux côtés de résoudre une crise de civilisation, de trouver une issue aux impasses de la modernité, non de revenir en arrière, mais de proposer une autre modernité ou un autre type de modernisation qui ne détruise plus les structures traditionnelles de sociabilité, qui évite l'aliénation et la réification de la personne dans les processus de production ou dans la bureaucratie étatique, qui sauvegarde la cohésion du corps social en résolvant notamment les antagonismes de classes et les dérives oligarchiques ou "ploutocratiques" (capitalistes) de la démocratie représentative de masse. Cette recherche d'une autre modernité ou d'une autre modernisation distingue les tenants de la Révolution conservatrice ou les "non-conformistes" français du conservatisme légitimiste traditionnel ainsi que du socialisme prolétarien, et conduit à de nouvelles synthèses mélangeant valeurs progressistes de "gauche" et valeurs conservatrices de "droite". Les solutions politiques et économiques proposées en Allemagne et en France présentent aussi beaucoup de similitudes : planification plus ou moins souple, structures corporatives, recours à une technocratie échappant aux jeux politiques et aux corruptions capitalistes etc. Placés devant les mêmes dérives et les mêmes impasses, des penseurs venus d'horizons idéologiques opposés peuvent exprimer les mêmes nostalgies sinon cheminer vers les mêmes solutions. C'est ce qui rend compréhensibles les points de rencontre entre intellectuels de gauche et intellectuels de droite. Tant il est vrai que l'intellectuel, sensible au fossé qui sépare l'idéal de la réalité et de ce fait naturellement porté à la mélancolie, si l'on en croit Wolf Lepenies, ne cesse de tenter de la surmonter en échafaudant, au sens mannheimien de ces termes, et parfois dans le même mouvement, utopies et idéologies.

6Les limites de la comparaison tiennent essentiellement à la différence qui sépare les cultures politiques ambiantes. Il est en effet difficile d'appliquer le terme de non-conformistes aux penseurs de la "révolution conservatrice". Ceux-ci, à l'inverse de leurs "analogues" français (homologue est ce qui porte le même nom, analogue ce qui remplit la même fonction), et malgré leur volonté affichée de rompre avec tout traditionalisme, étaient en quelque sorte comme des poissons dans l'eau dans la culture politique dominante de la République de Weimar qui restait une culture de droite fortement imprégnée de nationalisme. L'idée d'une troisième voie, d'un "chemin particulier" (Sonderweg) entre l'est et l'ouest, est d'ailleurs familière à l'idéologie allemande ; l'Allemagne, ce pays du milieu, n'a cessé de se définir et de se défendre contre les dangers venant de l'ouest et de l'est. Les "idées de 1914" présentaient la guerre comme un combat à la fois contre les démocraties occidentales et l'absolutisme tsariste. Il va de soi que le remplacement du tsarisme par le bolchevisme, le Diktat de Versailles et les crises politiques, économiques et sociales n'ont pu qu'accentuer ce syndrome d'encerclement et d'aliénation, estompé seulement provisoirement par l'esprit de Locarno. La conjoncture n'a fait qu'attiser un certain nombre de tendances profondes de la culture politique allemande. C'est ce que n'ont pas compris les pères du traité de Versailles et les partisans de sa stricte application. La génération qui a tenté dans l'Allemagne des années vingt de développer des solutions alternatives est en gros la "génération du front" née dans les dernières années du xixe siècle. Les doctrines de ces intellectuels sont nées des désillusions de la guerre. Elles visent essentiellement à effacer les séquelles d'une défaite inattendue. Elles veulent mieux armer la nation idéologiquement afin qu'elle puisse reprendre sous le même signe et avec les mêmes buts un combat commencé en 1914 et provisoirement interrompu. Malgré leur caractère moderniste, les solutions de la "révolution conservatrice", la "troisième voie" qu'elle propose, sont largement préfigurées dans les "idées de 1914" (socialisme national organique, idée de Mitteleuropa etc.). D'autre part, il n'y a pas non plus de véritable solution de continuité idéologique entre la Révolution conservatrice et le Troisième Reich, même si les tenants de la Révolution conservatrice ont dans leur grande majorité refusé ce dernier parce qu'ils le trouvaient encore trop "libéral", trop démagogique, trop plébéien. Qu'ils l'aient voulu ou non, leurs doctrines largement diffusées par les canaux de la culture dominante, les universités, les mouvements de jeunesse, des revues de haut niveau intellectuel comme Die Tat ou Deutsche Rundschau, le mouvement de jeunesse, les formations paramilitaires, les clubs etc. ont bien au contraire contribué à rendre le national-socialisme idéologiquement acceptable. La Révolution conservatrice doit être avant tout comprise comme une formidable entreprise de modernisation du conservatisme, ou du nationalisme allemand qui veut se départir de toute attitude passéiste et intégrer la société technicienne de masse. Mais il s'agit ici encore d'"intégration négative" pour employer une expression appliquée par H. U. Wehler à la politique de Bismarck visant à moderniser sans démocratiser. Le modernisme qui la caractérise s'adresse exclusivement à une modernité instrumentale (voire militarisée) et élimine les valeurs émancipatrices et humanistes du projet moderne. Le but est en définitive de justifier la vocation impériale de l'Allemagne et de lui donner les moyens de se réaliser.

7On n'a pas la même impression d’osmose avec la culture politique dominante lorsque l'on se tourne vers les "non-conformistes" français. Et en tout cas le contexte et les finalités idéologiques semblent différents. Certes Zeev Sternhell a bien mis en évidence les "origines françaises du fascisme". Et quand on lit ses livres on est frappé par la parenté idéologique des doctrinaires français et des doctrinaires allemands du préfascisme et du fascisme ou par la ressemblance de certains discours où s'exprime l'illusion ou la tentation fasciste. Mais force est de constater, comme le note Philippe Burrin (p. 21 de sa Dérive fasciste, Le Seuil, Paris, 1986) que le fascisme n'eut "en France d'importance que sous la forme d'un préfascisme". J.-L. Loubet del Bayle constate de son côté (Les non-conformistes des années 30, Le Seuil, Paris, 1969, p. 401) : "Les habitudes traditionnelles gardèrent assez de vitalité pour étouffer ce qui pouvait les remettre en cause". Ainsi donc H. M. Bock a raison d'attirer l'attention sur la différence qu'il y a entre nationalisme allemand et nationalisme français. Les non-conformistes français voulaient aussi pallier la décadence nationale, redonner à la France force et dignité. Mais leur nationalisme gardait un horizon d'universalité, qui explique entre autres choses leur ouverture à l'Europe, une Europe pratiquement absente des préoccupations de la "Révolution conservatrice" sauf sous la forme de l'hégémonie germanique. Autre divergence corollaire de la précédente : par opposition à la "faiblesse" de la République de Weimar, tous les tenants de la Révolution conservatrice, y compris les partisans de l'Etat corporatif et d'un Reich fédéré comme E. J. Jung, plaidaient pour un renforcement de l'Etat, fer de lance de l'impérialisme. Les non-conformistes français étaient très réticents à l'égard d'un tel "étatisme". Les uns voulaient essentiellement effacer une défaite, les autres trouver une autre politique. Les non-conformistes français sont nés pour la plupart dans la première décennie du xxe siècle. Ils sont les fils de la génération du charnier. Leurs projets sont issus des désillusions politiques des années vingt, l'échec du cartel des gauches, l'affaiblissement de l'Action française. Les retombées de la grande crise en 1932 ne font qu'aviver leur sentiment d'un nécessaire engagement et de nécessaires novations.

  • 3 Cf. la phrase de J. P. Maxence citée par Loubet del Bayle p. 312 : "Il serait dangereux et absurde (...)

8Il reste pourtant que le nationalisme intégral et antisémite de Maurras/Barrès est très proche du nationalisme extrême et ethnocentrique (völkisch) de la Révolution conservatrice. La différence (et donc aussi le Sonderweg allemand) est donc sans doute moins à rechercher dans la teneur des idéologies que dans leur impact socio-politique. Et l'on constate ici de curieux chassés-croisés idéologiques franco-allemands. L'idéologie allemande est souvent nourrie de sources françaises, comme le montre, au moins partiellement, la première partie de cet ouvrage. H. M. Bock aborde cette question des transferts idéologiques vers la fin de sa conclusion. Tout se passe souvent comme si un idéologème ou un corpus idéologique né en France ne trouvait qu'outre-Rhin le terreau lui permettant de se développer et de devenir historiquement efficace. Pensons par exemple aux théories raciales de Gobineau ou aux théories eugénistes et racistes de Vacher de Lapouge. Songeons à l'influence du sorélisme en Allemagne. Il n'est pas impossible que le mythe de la jeunesse ait vu le jour d'abord en France, au lendemain de la défaite de 1870. L'idyllique Allemagne de Madame de Staël cède alors la place aux yeux des Français à une Allemagne jeune et vigoureuse dont les nationalistes français, ceux de l'Action française notamment, entendent bientôt relever le défi en propageant le culte de la jeunesse. Mais c'est en Allemagne que le mythe de la jeunesse a pu s'appuyer, grâce à l'incomparable développement du mouvement de jeunesse, sur une base sociologique large qui en permit par la suite une exploitation politique efficace. Le succès initial du IIIe Reich est dû pour une bonne part au fait qu'il s'est présenté et est apparu effectivement à beaucoup, et notamment aux jeunes, comme le Reich de la jeunesse. Il a pu apparaître aussi comme la réalisation de la "troisième voie" à laquelle aspiraient les "non-conformistes" français. D'où la fascination qu'il a pu exercer aussi sur certains "renégats" français, et qui les a par la suite conduits dans le camp de la collaboration. D'où aussi certaines prises de position ou certains propos étranges de Mounier ou la "Lettre à Adolf Hitler" de Dandieu et Robert Aron. Les "non-conformistes" se sont parfois laissés entraîner par leur soif de renouveau et séduire par la vitalité des fascismes. Mais ils n'en sont pas tous pour autant devenus fascistes. Dans son "chapitre quatrième", Loubet del Bayle montre bien que malgré certains propos positifs, le jugement des non-conformistes sur le fascisme et surtout sur le nazisme reste globalement négatif et condamne toute importation de ces modèles en France3. Il faut donc, semble-t-il, distinguer assez nettement entre les projets des non-conformistes proprement dits et les dérives fascistes des renégats dont parle Ph. Burrin.

9La postérité des idées et des projets non-conformistes confirme la permanence de ces chassés-croisés franco-allemands. Evidemment, l'Allemagne hitlérienne "met au pas" ou contraint au silence ou à l'exil les divers courants de la "Révolution conservatrice". En France, les groupes non-conformistes se dispersent après 1934 et dans la "diaspora" les anciens réflexes de "droite" et de "gauche", qu'ils avaient pourtant voulu éliminer, ressurgissent. Loubet del Bayle parle donc dans sa conclusion d'une influence "en pointillé" : certaines idées sont reprises par les institutions ou les partis traditionnels, d'autres connaîtront un début d'application sous Vichy, ou seront transmises par la Résistance pour trouver une transcription dans la politique d'après-guerre (l'école des cadres d'Uriage comme ancêtre de l'Ecole nationale d'administration !). Les non-conformistes en tant que tels ont disparu de la mémoire historique et politique française, sauf à voir leur survivance dans la démocratie chrétienne d'après-guerre. Ils ont disparu parce que leurs idées, au moins en partie, sont entrées dans les institutions et les mœurs politiques. Mais les chassés-croisés franco-allemands continuent. Il est curieux de constater que l'idéologie de la troisième voie fut reprise en France dans les années soixante-dix par une nouvelle droite s'inspirant fréquemment de la "Révolution conservatrice" allemande (cf. les nombreux articles de Nouvelle Ecole consacrés à Spengler, Jünger, Schmitt etc.), alors même que celle-ci tombait en Allemagne sous l'opprobre frappant le nazisme. C'est maintenant de cette nouvelle droite française que s'inspire la nouvelle nouvelle droite allemande autour de l'hebdomadaire Junge Freiheit. Curieux transferts transfrontaliers, qui sont autant d'objets d'étude pour l'avenir !

10Il me reste pour finir à remercier toutes les institutions et toutes les personnes qui ont permis la tenue du colloque et la sortie de cet ouvrage : le Conseil Régional d'Aquitaine, le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère de l'Education nationale (DAGIC), le Programme franco-allemand Procope, L'Institut historique allemand de Paris et surtout le Goethe Institut de Bordeaux dont l'aide s'est avérée une fois de plus si précieuse.

Notes

1 Voir les indications bibliographiques données par H. M. Bock.

2 C'est encore le cas dans le livre de Stefan Breuer, cité par H.M. Bock : Anatomie der konservativen Revolution. Sur la "révolution conservatrice" je me permets de citer deux publications françaises récentes qui tentent de faire le point : Louis Dupeux, "La révolution conservatrice" in : Les nouveaux cahiers d'allemand, Numéro spécial concours, Nancy 1993 ; et Gilbert Merlio, "La 'Révolution conservatrice' : contre-révolution ou révolution d'un nouveau type ?" in : Les intellectuels et l'Etat sous la République de Weimar, Philia, Rennes, 1993, p. 39-54.

3 Cf. la phrase de J. P. Maxence citée par Loubet del Bayle p. 312 : "Il serait dangereux et absurde de convier la jeunesse française à un pseudo-hitlérisme... Le racisme répugne à l'esprit français. Il y a dans le nationalisme français des valeurs universelles et assurées qui se refusent à toute attitude agressive et impérialiste".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search