Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Mattei DOGAN, Les filières de la carrière politique en France, Revue française de sociologie, VIII, (...)
  • 2 Gilles LE BEGUEC, L'entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d'accès à la fonction parl (...)

1Au terme de cette synthèse, on peut affirmer que l'enquête prosopographique, malgré l'imprécision de certaines données de bases sur les parlementaires les plus modestes permet de définir les filières d'accès au Parlement et de brosser un portrait sociologique du parlementaire. En ce sens, l'enquête a répondu à l'attente des auteurs et permet de confirmer ou d'infirmer les hypothèses dégagées dans les travaux sur le personnel de la Troisième République, depuis les articles pionniers de Mattei Dogan1 jusqu'à la thèse plus récente de Gilles le Béguec2.

2La prise en compte de trois variables, géographique, chronologique et politique affine l'analyse.

3Le champ géographique, l'Aquitaine, qui, rappelons-le n'avait aucune signification administrative sous la Troisième République n'en a pas davantage politiquement comme le montre l'étude de l'enracinement géographique. Rares sont les échanges inter-départementaux et les parlementaires allogènes ont des origines extra régionales. La remarque vaut pour les "pays", le Béarn n'envoie pas ses candidats au pays basque et réciproquement. L'étude de la formation va dans le même sens : le futur parlementaire landais, lot-et-garonnais ou périgourdin ne fait pas ses études supérieures à Bordeaux. Il est vrai que la capitale girondine n'est dotée d'une Faculté de droit qu'en 1873. Mieux, c'est à Paris que l'étudiant aquitain noue des relations précieuses, à la conférence Molé par exemple ou auprès des anciens comme Paul Broca, mentor des étudiants en médecine républicains et anticléricaux à Paris.

4Cependant par delà cette diversité, on peut penser à l'existence d'une communauté de tempéraments et de comportements chez les élus aquitains.

5L'Aquitaine ou mieux les départements de l'Aquitaine se sont ralliés comme l'ensemble du territoire national à la République, plus tardivement cependant mais plus fidèlement. Les différences départementales ici sont sensibles : la Dordogne et les Landes connaissent un fort glissement à gauche à la fin du siècle alors que la Dordogne était dominée par la droite jusqu'en 1877. La Gironde acquise plus tôt à la République connaît un rééquilibrage des forces dans l'Entre-deux-guerres au profit de la droite et du centre-droit. L'équilibre favorable à la gauche à l'aube du xxe siècle dans le Lot-et-Garonne demeure pendant que les Basses Pyrénées font figure d'exception avec la permanence des élus de droite. Plus difficiles à commenter sont les différences sociologiques. Comment expliquer la place importante des médecins parmi les élus périgourdins, le nombre conséquent de ministres originaires du Lot-et-Garonne ?

6La pertinence du découpage chronologique est démontrée : la première période 1871-1892 englobe le ralliement à la République en 1881, la seconde période 1893-1918 est faste pour les élus centristes de gauche, la troisième 1919-1940 connaît à nouveau un raidissement des positions avec émergence relative des extrêmes. Les élus aquitains sont pour 302 d’entre eux des parlementaires "de" la Troisième République ; seulement 25 ont une carrière antérieure à 1870 et 10 la prolongent après 1945. L'identification avec la République parlementaire explique la forte proportion des élus aquitains à avoir voté contre les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en 1940 soit un quart (10 sur 43) contre 13,3 % des 568 parlementaires présents à Vichy.

7La variable des étiquettes politiques enfin souligne l'enracinement de la République en Aquitaine et révèle un phénomène de mimétisme ; les stratégies des élus de gauche qui accèdent au pouvoir se calquent sur celles des élus de droite qui le perdent, ce qui permet de relativiser le thème de la démocratisation des élites et de leur renouvellement.

8Ainsi si on constate bien un rajeunissement des élus, c'est dans la seconde période, soit 1893-1918, que celui-ci est particulièrement sensible puis les élus en se pérennisant favorisent une stabilisation. Celle ci se fait surtout en faveur des élus de gauche qui sont relativement plus âgés et plus enracinés que ceux de droite dans l'Entre-deux-guerres, situation nouvelle par rapport aux débuts de la Troisième République. De même la carrière des élus de gauche est en moyenne plus longue que celle des élus de droite confirmant ainsi l'ancrage à gauche et au centre-gauche de l'Aquitaine et son identification à la République.

9Les filières d'accès sont une autre illustration de l'enracinement républicain. Dans le succès électoral, la part du hasard est somme toute limitée. Chaque candidat a dans son bagage électoral des biens qui ne varient pas forcément avec l'étiquette politique. Les facteurs du succès relèvent à la fois de l'héritage et de l'acquis de l'individu. La part de l'héritage est lourde : on peut évoquer ici l'origine sociale et le rôle de la famille ainsi que la complexité des réseaux ; par exemple, le candidat a plus de chances d'être élu à droite comme à gauche, si son père appartient aux professions libérales, professions juridiques surtout. Certes, à droite on est aussi fils de propriétaires-rentiers mais la proportion de ceux-ci diminue fortement. Les fils de fonctionnaires constituent une population importante et croissante mais à droite les pères sont plutôt des officiers supérieurs pendant qu'à gauche ils sont enseignants.

10Le rôle des familles et des réseaux familiaux demeure fondamental malgré un renouvellement et une diversification sociale des élites. Les réseaux assurent à la fois l’enracinement géographique et social. Le phénomène des parentèles touchent aussi la gauche. En fait les capacités d'adaptation et d'intégration de familles républicaines modérées n'ont rien à envier dans leur savoir-faire aux anciennes familles monarchiste et bonapartiste ; les références sont autres.

11Peut-on alors évoquer les dynasties parlementaires ? Celles-ci peuvent se constituer à partir du parcours exceptionnel d’un des leurs comme Jean Dupuy dont les deux fils deviennent députés ou se conforter à partir d'une notabilité reconnue de longue date. Ce sont les "familles de prédilection" qui constituent un terreau favorable à la réussite.

12La part de l'individu dans le succès se mesure au diplome : les parlementaires sont des élèves formés dans l'enseignement public et dans les universités. Juristes pour la majorité d'entre eux, il est normal qu'ils exercent ensuite des professions juridiques avant leur mandat, notamment celles d'avocat. Le poids des médecins n’est pas négligeable surtout en Dordogne, puis viennent les fonctionnaires avec l'augmentation progressive des enseignants au détriment des militaires. Les propriétaires-rentiers déclinent. L'étude de la formation et des professions souligne une diversification des activités surtout sensible dans la deuxième période. On a constaté le même phénomène dans l'analyse des professions du père.

13Les classes moyennes prédominent ainsi largement dans cette Aquitaine au tempérament radical-socialiste.

14Les composantes sociologiques de l’élu aquitain soulignent aussi la portée de l’enracinement politique paradoxalement plus fort à gauche qu'à droite ; il s'agit ici de parcours de notabilité montante qui s'enracine dans un territoire plus circonscrit d'où l'importance des attaches familiales et de la carrière locale. Il ne suffit pas d'être né dans le département, il faut y avoir des attaches familiales. Andrée Vignancour, la mère de Jean-Louis Tixier-Vignancour, né à Paris, est béarnaise et fille de député puis de sénateur.

1582,2 % des parlementaires aquitains ont une carrière d'élus locaux. Conseil général, puis de plus en plus mairie sont les passages obligés du parlementaire ; là encore c'est à gauche que les parlementaires sont les plus enracinés peut-être pour compenser une notoriété sociale moindre ou acquise plus récemment. L'implantation locale est également moins marquée en Gironde, département urbanisé qui offre d'autres possibilités et permet de faire l'économie de carrières locales. L'enracinement local par le biais des mandats municipaux, phénomène plus marqué à gauche et dans les campagnes, traduit bien l'ancrage rural de la Troisième République.

16Le parlementaire profite mais aussi favorise une sociabilité multiforme, professionnelle, intellectuelle, familiale. L'appartenance à la franc-maçonnerie est-elle réellement un facteur de réussite ? Les années fastes de recrutement se situent plutôt entre 1879 et 1885 suivis d'années creuses puis d'un renouvellement sensible surtout en Gironde dans l'Entre-deux-guerres. Mais si la franc-maçonnerie est un facteur notable de succès d'une carrière en Gironde, en Dordogne et dans le Lot-et-Garonne, il est moins important dans les Landes et insignifiant dans les Basses-Pyrénées, département, rappelons-le, plus conservateur. Les liens entre franc-maconnerie et République laique sont incontestables : à la génération des fondateurs de la République, succède celle des républicains de centre-gauche défenseurs de la pensée laique et des activités philanthropiques comme Victor Lourties. Le député bordelais Ludovic Trarieux est l’un des fondateurs de la Ligue des droits de l'homme. Dans l'Entre-deux-guerres, la franc-maçonnerie a des liens avec le syndicalisme des instituteurs et les associations viticoles.

17Enraciné localement et socialement, le parlementaire aquitain a t-il une stratégie matrimoniale et s'enrichit-il ? La réponse ici doit être nuancée au regard de la faiblesse des échantillons permettant l'étude des fortunes. Mais d'après les contrats de mariage examinés, les dots ne sont pas l'élément déterminant d'une carrière dans cette bourgeoisie diversifiée où se recrutent les élus républicains ; plus importante que la dot est l'alliance ou le parrainage politique. Les déclarations de mutations après décès montrent qu'il n'y a pas enrichissement par la politique ; l'enrichissement est antérieur et a d'autres causes.

18Les battus ou "blakboulés" selon le terme de l'époque seraient-ils alors les laissés-pour-compte de la République modérée ? Les battus sont des candidats qui appartiennent pour beaucoup comme les élus, aux professions libérales, qui occupent souvent des fonctions municipales mais ils sont plus jeunes, plus citadins et la périodisation montre une démocratisation plus grande du recrutement à la fin de la République dans le milieu des travailleurs industriels ou agricoles et des employés. Ils ont donc une expérience moindre, un enracinement plus faible et représentent le plus souvent l'extrême gauche. Encore faut-il distinguer les battus définitifs de ceux qui sont élus sous la IV° République, peu nombreux cependant, ou encore de ceux qui ont fait carrière en dehors du Parlement.

19Le profil des députés et sénateurs aquitains épouse ainsi la périodisation de la Troisième République, fragile à ses débuts, forte ensuite grâce à l'apport des classes moyennes et à l'adhésion des campagnes. Il s'agit bien d'une République modérée, pacifique qui a su se garder des extrêmes et générer des notabilités enracinées dans leur terroir mais qui n'a pas prévu la tourmente de 1940. L'enquête nationale réalisée sous l'égide du Centre d'histoire du xixe siècle permettra de mesurer plus précisément l'exemplarité ou non du tempérament aquitain.

Notes

1 Mattei DOGAN, Les filières de la carrière politique en France, Revue française de sociologie, VIII, 1967.

2 Gilles LE BEGUEC, L'entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d'accès à la fonction parlementaire 1919-1939, Thèse, Paris X Nanterre, 1989.
Citons à ce sujet la mise au point bibliographique de Jean EL GAMMAL, Le monde parlementaire (1871-1914), Historiens et Géographes, numéro spécial La France au xixe siècle, no 338, décembre 1992.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540