Version classiqueVersion mobile

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 6. Ceux qui restent à la porte du Palais-Bourbon

Ou les candidats à la députation battus en Aquitaine sous la Troisième République entre 1871 et 1939

Texte intégral

1Si les parlementaires restent parfois mal connus, il le sont cependant mieux que leurs adversaires malheureux, les battus, rarement évoqués dans l'histoire du personnel politique français contemporain.

  • 1 Cité dans l'ouvrage de Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des députés en France de  (...)

2Au xixe siècle, le battu était plutôt appelé le blackboulé et l'écrivain Albert Millaud l'a décrit avec humour : "Le blackboulé est né à Paris et dans les départements le soir d'une élection entre minuit et deux heures du matin. Jusqu'à la dernière minute, le blackboulé a pu espérer qu'il ne viendrait pas au monde. Sa naissance a tenu à un chiffre, à une fraction, à une décimale"1. L'oubli des battus tient à leur nombre et à l'anonymat dans lequel la grande majorité d'entre eux est restée. Pourtant, certains battus lors d'élections législatives ont pu occuper par ailleurs d'importantes fonctions politiques dans un parti, à la tête d'une municipalité, dans un conseil d'arrondissement ou une assemblée départementale. D'autres ont pu exercer des responsabilités et atteindre une notoriété supérieure à celle d'un député, dans l'Eglise, dans la presse, dans la banque...

  • 2 Ibidem.
  • 3 Par battus, nous entendons ici les candidats au Palais Bourbon en Aquitaine entre 1871 et 1939 n’ay (...)

3Une recherche sur les battus permet de sortir de l'oubli un grand nombre d'hommes qui, en leur temps, se sont engagés dans le combat politique et ont ainsi contribué au bon fonctionnement de la démocratie. Elle doit tenter de dresser un portrait de ces candidats malheureux. Le "blackboulé relatif" c'est à dire le candidat qui se présente pour la première fois au suffrage de ses concitoyens correspond-il au bref portrait que Millaud dresse : "Il était avocat, négociant, médecin ou rentier... n'éprouve qu'une déconvenue de courte durée. Ses habitudes n'ont point eu le temps de changer. Il oubliera sa défaite et renoncera bientôt aux rêves politiques. Il pourra être heureux encore"2 ? L'étude des battus doit aussi permettre de comprendre ce qui les distingue des élus : est-ce seulement l'étiquette politique ou les battus sont-ils différents dans leur origine géographique, leur âge, leur profession, les fonctions politiques locales exercées ? Dans la foule des battus, les plus connus c'est-à-dire ceux qui ont réussi en dehors de la politique ou loin de l'Aquitaine ou après la Troisième République3 seront distingués car leur échec au Palais-Bourbon ne figure pas toujours dans leur biographie mais mérite souvent attention.

  • 4 Si les étiquettes sont en général mentionnées, souvent selon plusieurs sources, les informations bi (...)
  • 5 Parmi les dictionnaires départementaux récents, il faut citer pour les Landes : Mémoire des Landes. (...)

4La principale source utilisée pour réaliser cette étude des "battus" est constituée par les dossiers d'une enquête menée dans les années 1970 sous la direction de Georges Dupeux, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Bordeaux III, sur "les élites politiques françaises de la France contemporaine". Cette recherche avait deux objectifs principaux : identifier l'ensemble des candidats aux élections législatives, générales et partielles, de 1876 à 1939 et préciser leurs étiquettes politiques à partir de diverses sources (la profession de foi et les rapports de l'administration préfectorale grâce à la série M et la presse). Mais l'ampleur de la tâche des enquêteurs a réduit leurs ambitions initiales : seul un tiers du pays a été couvert — dont les cinq départements de l'Aquitaine actuelle — et la majorité des notices de candidats est restée très incomplète4. Pourtant, les dossiers de l'enquête sur les élites politiques, malgré leurs lacunes et leurs multiples faiblesses, sont restés notre principale source. Il était impossible de reprendre le chantier. Par ailleurs, il aurait été sans doute très difficile d'aller plus loin pour l'essentiel des fiches concernant des hommes ayant été candidats une seule fois et tombés dans les oubliettes de l'histoire, sans laisser de trace ni avant, ni après leur échec. Les seuls compléments apportés proviennent des informations fournies sur certains "battus" par des dictionnaires biographiques départementaux récents et surtout pour les candidats socialistes ou communistes par le Dictionnaire du Mouvement Ouvrier dirigé par Jean Maitron5.

  • 6 Le dépouillement des dossiers conservés dans la bibliothèque de l'E.R.H.P.C. à l'UFR d'histoire de (...)

5Le dépouillement des dossiers départementaux pour l'Aquitaine entre 1871 et 1939 a permis d'identifier 960 candidats qui n'ont jamais franchi les portes du Palais-Bourbon : 148 entre 1871 et 1892, 371 entre 1893 et 1918, 479 de 1919 à 19396. Le tableau 66 montre que près de la moitié d'entre eux s'est présenté en Gironde ce qui influe lourdement sur le portrait du battu aquitain. Puis viennent un groupe de battus à peu près identique pour la Dordogne et les Basses-Pyrénées et un groupe égal pour les Landes et le Lot-et-Garonne.

Tableau 66 - Nombre de candidats battus en 1871 et 1939

Tableau 66 - Nombre de candidats battus en 1871 et 1939

I - QUI SONT LES BATTUS ?

6Nos sources nous permettent d'envisager une esquisse de portrait en deux parties : d'une part, la sociologie du candidat à travers son origine géographique — lieu de naissance et résidence —, son âge, sa profession et d'autre part, sa "carrière" politique à partir de la fréquence des candidatures, de la tendance politique et des mandats locaux exercés.

7Après une étude globale pour toute l'Aquitaine et l'ensemble de la République de 1871 à 1939, nous envisagerons trois approches plus précises pour apprécier le rôle des variables géographiques — existe-t-il des différences sensibles selon les départements ? ; le rôle des variables chronologiques — une évolution apparaît-elle entre la période 1871-1892, les années 1893-1918 et l'Entre-deux-guerres ? ; enfin, le rôle des variables politiques — les battus de droite, du centre gauche, de l'extrême-gauche etc. se distinguent-ils ?

Le profil des battus en Aquitaine sous la Troisième République

Des gens du terroir mais des citadins

8Les tableaux 67 et 68 récapitulent les informations concernant les origines géographiques des candidats battus.

Tableau 67 - Lieu de naissance

Tableau 67 - Lieu de naissance

Tableau 68 - Lieu de résidence

Tableau 68 - Lieu de résidence

9Le lieu de naissance n'est connu que pour un peu moins de la moitié des candidats ce qui oblige à rester prudent dans les conclusions. A partir de ce chiffre, il semble qu'une majorité des battus soit native du département dans lequel est fait acte de candidature. Mais la prudence s'impose davantage encore quand on sait qu'un candidat né hors du département peut y avoir de solides racines familiales.

10Le lieu de résidence est connu pour 60,4 % des battus. Il confirme un ancrage local des battus puisque 90,1 % d'entre eux vivent dans le département où ils sont candidats. Bien sûr, ce chiffre est peut être gonflé par un certain nombre de candidats extérieurs — notamment parisiens — qui se trouvent une adresse — provisoire ou temporaire (ex : une maison de vacances) — dans le département où ils convoitent un siège. Alors qu'en Aquitaine, la population rurale l'emporte, près des deux tiers des battus sont des citadins et plus d'un tiers vit au chef-lieu du département. Parmi le petit nombre de candidats allogènes, une petite majorité vit à Paris et un peu moins d'un tiers réside dans un département limitrophe : c'est la Gironde qui fournit ainsi le plus de candidats à ses voisins mais le phénomène reste très rare.

Des hommes d'une quarantaine d'années

11L'âge des battus n'est connu que dans 56 % des cas (tableau 69). A partir de ces réponses et avec prudence, il apparaît que l'âge moyen des battus est de 42 ans. Près des deux tiers des candidats ont entre 30 et 49 ans, les trentenaires étant les plus nombreux (35,9 %). Aux deux extrémités de l'échelle des âges, il faut observer que plus d'un battu sur dix n'a pas atteint 30 ans alors que rares (7,7 %) sont les candidats ayant atteint ou dépassé la soixantaine.

Tableau 69 - Age lors de la première défaite

Tableau 69 - Age lors de la première défaite

Une majorité d'avocats, publicistes, médecins, artisans, petits commerçants et fonctionnaires

12Le tableau 70 montre que les battus appartiennent principalement à quatre secteurs socio-professionnels : les professions libérales (28,7 %) largement en tête et à part presque égale ensuite, entre 15 et 16 % chacun, les travailleurs industriels, les commerçants, négociants, industriels et les fonctionnaires.

Tableau 70 - Classification socio-professionnelle (en %)

Tableau 70 - Classification socio-professionnelle (en %)

13Parmi les professions libérales, trois dominent : les avocats (43 % des battus exerçant une profession libérale soit plus de 12 % de l'ensemble des battus) suivis à peu près à égalité par les journalistes ou "publicistes" (20,5 %) et les médecins (18,9 %). Chez les travailleurs industriels dominent en réalité les métiers de l'artisanat et ceux du petit commerce dans la catégorie "commerçants-négociants-industriels". Quant aux battus issus de la fonction publique, ils se partagent à peu près également entre enseignants, militaires et magistrats.

14Comme la forte place des citadins parmi les battus le laissait prévoir, le monde agricole est peu représenté. La majorité des employés provient du commerce et surtout des compagnies de chemin de fer. Enfin, les écclésiastiques sont très légérement présents...mais pas les moindres puisqu'il s'agit le plus souvent d'évêques.

Une seule candidature à la députation

1583 % des battus — soit une écrasante majorité (tableau 71) — ont été candidats une seule fois. Plus d'un battu sur dix a tenté deux fois sa chance, en général deux fois de suite. Seuls 3,3 % des battus se sont présentés trois fois et une infime minorité a récidivé plus de quatre fois. Parmi ceux qui ont persévéré en vain, citons Pierre Delboy, inamovible candidat en Gironde entre 1871 et 1889 puis au tournant du siècle ; Jacques de Molènes en Dordogne et Albert Balet dans le Lot-et-Garonne entre 1898 et 1920 ; Jacques Chaigne battu six fois en Gironde dans l'Entre-deux-guerres.

Tableau 71 - Nombre de candidatures entre 1871 et 1939

Tableau 71 - Nombre de candidatures entre 1871 et 1939
  • 7 Le communiste Hubert Ruffe — que nous évoquerons plus loin — fut battu deux fois en Lot-et-Garonne, (...)
  • 8 L'enquête menée sous la direction du Professeur Dupeux devait couvrir toute la France mais en réali (...)

16Un tout petit nombre de candidats — cinq seulement — a été candidat dans deux départements d'Aquitaine : trois en Gironde et Lot-et-Garonne (Perau, Ruffe, Solleville)7 ; un en Gironde et Dordogne (Maurin) et un en Gironde et Landes (Prieur). D'autres battus ont pu tenté leur chance ailleurs mais les sources ne permettent pas d'en dresser une liste exhaustive8 ; quelques cas sont connus cependant : Vaillandet et Valmary, battus en Gironde, ont aussi présenté leur candidature dans le Gers et dans la Haute-Saône ; Larquier, battu dans les Landes, le fut aussi dans les Hautes-Pyrénées.

Une majorité d'hommes de gauche

17L'étiquette politique des candidats a permis dans plus de 90 % des cas (tableau 72) de les classer entre extrême-gauche et droite. Les "inclassables" sont souvent des candidats fantaisistes. Il apparaît que la majorité des battus se situe dans le camp de la gauche au sens large (52,7 %) avec une nette domination des candidats de l’extrême-gauche (34,5 %). Plus d'un tiers des battus a porté une étiquette radicale au début de la République ou socialiste avant 1914 ou communiste à partir de 1921. Cette place peut surprendre dans une région réputée plutôt à gauche. Il faut tenir compte des disparités locales si la Dordogne est anciennement à gauche, la Gironde ou les Basses-Pyrénées sont à droite, et de la politique de présence systématique d'un candidat d'extrême-gauche socialiste avant 1914 ou communiste dans l'Entre-deux-guerres.

Tableau 72 - Classification politique (en %). Un peu plus d'un quart d'élus locaux, principalement municipaux

Tableau 72 - Classification politique (en %). Un peu plus d'un quart d'élus locaux, principalement municipaux

18Plus d'un quart des battus exerçait des fonctions d'élu local au moment de leur candidature (tableau 73). Ce chiffre est sans doute inférieur à la réalité mais il prouve cependant qu'un nombre important de battus lors d'une élection législative a subi auparavant avec succès l'épreuve du suffrage universel. Pour une majorité de battus exerçant une responsabilité locale, le mandat est municipal (33,3 % siègent comme conseiller municipal et 23,1 % occupent les fonctions de maire) ; un sur cinq est conseiller général et moins de 4 % sont conseillers d'arrondissement. Enfin, près d'un battu sur cinq ayant des responsabilités locales cumule un mandat municipal et une fonction dans l'assemblée d'arrondissement ou départementale.

Tableau 73 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature

Tableau 73 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature

Le portrait varie-t-il selon les départements ?

19Le lieu de naissance reste trop rarement connu pour mesurer des différences départementales (tableau 67). Partout, il semble que la tendance régionale — des battus natifs du terroir — se confirme. La résidence des battus dans le département de candidature est dominante dans tous les départements avec une moindre force dans les Landes. C'est dans ce département que l'on compte le plus grand nombre de battus venus de la capitale régionale, Bordeaux. Partout — sauf en Dordogne où ils sont minoritaires — les candidats citadins l'emportent largement. Le poids du chef-lieu comme "vivier" de candidats est très faible dans les Landes et les Basses-Pyrénées. Cela s'explique par la place de deux villes sous-préfectures dans ces départements, Dax et Bayonne où vit un plus grand nombre de candidats. En Gironde, au contraire, Bordeaux fournit plus de la moitié des candidats du département. Enfin, le nombre de battus domiciliés à Paris est nettement supérieur à la moyenne régionale dans deux départements : les Basses-Pyrénées (un sur dix) et surtout la Dordogne (14 %).

20Les différences d'âge moyen selon les départements (tableau 69) sont assez minces : partout, le battu a la quarantaine, oscillant entre à peine un peu plus de 40 ans dans les Landes et en Gironde et se rapprochant des 45 ans dans le Lot-et-Garonne et les Basses-Pyrénées. Partout — sauf dans les Landes et le Lot-et-Garonne — les trentenaires l'emportent sur les quadragénaires. C'est en Gironde que les candidats les plus jeunes sont proportionnellement les plus nombreux ce qui explique l'âge moyen plus faible évoqué ci-dessus.

21De très sensibles différences apparaissent au contraire dans l'étude socio-professionnelle départementale des battus. Si en Gironde, dans les Landes et les Basses-Pyrénées, les mêmes quatre catégories l'emportent, tel n'est pas le cas en Dordogne et dans le Lot-et-Garonne. En Périgord, les battus exerçant une profession agricole arrivent en deuxième position (19,8 %) et en Lot-et-Garonne, en troisième position avec 13 %. Cela ne surprend pas vraiment dans ces départements ruraux et c'est confirmé par le faible nombre de candidats issus du monde de l'industrie et de l'artisanat (10,5 % en Dordogne et 4,3 % en Lot-et-Garonne).

22Partout, les professions libérales fournissent le plus de candidats mais avec une place trés variée : à égalité avec les travailleurs industriels en Gironde et loin devant dans le Lot-et-Garonne, les Landes et la Dordogne (42 %, 41,2 % et 30,9 %). Pour la plupart, il s'agit, quelque soit le département, surtout d'avocats puis de médecins et de publicistes. En Lot-et-Garonne par exemple, un battu sur cinq est un avocat.

23Il faut observer que si les battus fonctionnaires sont peu nombreux dans les départements les plus ruraux — Dordogne et Landes —, à peine un peu plus d'un sur dix, ils représentent environ un candidat sur cinq dans le Lot-et-Garonne et les Basses-Pyrénées. Quant aux propriétaires et rentiers, c'est en Gironde qu'ils sont le plus nombreux (10,1 %) et cela s'explique par le poids de Bordeaux.

24La répétition des candidatures et des échecs est plus fréquente dans deux départements : la Dordogne et le Lot-et-Garonne (tableau 71), signe vraisemblable d'une faiblesse du "réservoir" potentiel d'hommes politiques.

25L'étiquette politique des battus (tableau 72) révèle l'orientation politique des départements : les échecs se situent très majoritairement à gauche dans les Basses-Pyrénées et en Gironde tandis que les battus sont plus à droite Lot-et-Garonne et dans les Landes. C'est aussi dans ces deux derniers départements que le nombre de battus exerçant un mandat local lors de leur candidature est le plus élevé, entre 40 et 50 %. Dans trois départements (Dordogne, Gironde, Landes), les deux tiers des "battus-élus locaux" sont des élus municipaux. Seules les Basses-Pyrénées se distinguent avec un nombre élevé de conseillers généraux parmi les battus.

Le portrait varie-t-il selon les époques de la Troisième République ?

26Le nombre de réponses est insuffisant pour mesurer une évolution de l’origine géographique des battus selon les époques. Force est de constater cependant que, dans l'Entre-deux-guerres, 95 % des battus sont natifs du département de candidature (tableau 74). Est-ce signe d'une disparition des tentatives de "parachutage" ou simplement...d'une meilleure connaissance des lieux de naissance des candidats ? On ne peut pas conclure.

Tableau 74 - Lieu de naissance par périodes (en %)

Tableau 74 - Lieu de naissance par périodes (en %)

* Etude impossible car trop peu d'informations

27Si le domicile révèle une appartenance du candidat au terroir, l'enracinement est confirmé et accentué (tableau 75) entre la Belle Epoque et l'Entre-deux-guerres : la résidence plus fréquente dans le département et le déclin des candidatures parisiennes l'illustrent. L'origine urbaine des candidats et le rôle de vivier des préfectures ne connaît par contre aucun changement entre 1893 et 1939.

Tableau 75 - Lieu de résidence : par périodes (en %)

Tableau 75 - Lieu de résidence : par périodes (en %)

28Le tableau 76 permet d'estimer — avec prudence — que le personnel politique rajeunit légèrement entre les années 1893-1918 et 1919-1939.

Tableau 76 - Age lors de la première défaite (par périodes)

Tableau 76 - Age lors de la première défaite (par périodes)

* Etude impossible car trop peu d'informations

29Plus intéressante et significative est l'évolution révélée par les chiffres du tableau 77 sur les activités professionnelles des battus.

Tableau 77 - Classification socio-professionnelle (par périodes) (en %)

Professions

1871-1939

1871-1892

1893-1918

1919-1939

Nombre de réponses

88,6

66,2

91,9

93,3

Travailleurs agricoles

8,6

3

5,2

9,6

Travailleurs industriels

16,7

12,2

16,8

17,3

Employés

7,6

1

5,2

7,4

Fonctionnaires

15,2

24,6

11,8

15,7

Professions libérales

28,7

39,9

30,3

26

Commerçants, négociants, industriels

15,9

7,1

18,5

18,9

Propriétaires, rentiers

6,6

10,2

11,1

5,1

Ecclésiastiques

0,7

2

1,1

0

30Si les professions libérales dominent quelle que soit la période, elles déclinent considérablement, passant de 39,9 % au début de la République à 26 % à la fin. Les fonctionnaires, les plus nombreux après les professions libérales entre 1871 et 1892, déclinent et perdent cette place au profit des métiers du commerce et de l'industrie en forte progression à la Belle Epoque mais talonnés par les travailleurs industriels en hausse constante. La poussée des travailleurs agricoles et des employés confirme la démocratisation accrue du personnel politique, marquée aussi par la chute des propriétaires et rentiers au lendemain de la Première Guerre mondiale.

31L'écrasante majorité des battus n'essuie qu'une seule défaite tout au long de la Troisième République et les rares échecs des candidatures répétées se raréfient (tableau 78). Le découpage chronologique retenu correspond-il à de réelles coupures dans l'histoire des candidatures et des échecs ? Force est de répondre positivement puisque seulement trente battus plus d'une fois (soit 3,1 %) ont connu l'échec lors d’élections se situant à cheval sur deux périodes. Deux départements, la Dordogne et le Lot-et-Garonne, comptent plus que les autres ce type de battus. Dans la quasi-totalité des cas, il s'agit d'échecs à la fois antérieur(s) et postérieur(s) à la Première Guerre mondiale. La Grande Guerre constitue donc une moindre césure que 1893 : un petit nombre de candidats débutant à la Belle Epoque se présentent à nouveau, vainement, devant les électeurs dans l'Entre-deux-guerres. Quand il s'agit de battus candidats seulement deux fois, les écarts entre les deux échecs peuvent être longs et surprennent parfois (plus de vingt ans dans quelques cas).

Tableau 78 - Nombre de candidatures (par périodes) (en %)

Tableau 78 - Nombre de candidatures (par périodes) (en %)

32La multiplication des candidatures socialistes puis communistes expliquent la forte croissance entre 1893 et 1939 des battus d'extrême-gauche (tableau 79). L'augmentation du nombre des battus classés au centre et l'effondrement du nombre des battus de droite traduisent le ralliement à la République et au radicalisme de la région à partir des années 1890.

Tableau 79 - Classification politique (par périodes) (en %)

Tendance

1871-1939

1871-1892

1893-1918

1919-1939

Extrême gauche

34,5

18,2

32

40,9

Gauche

18,2

22,4

17

18,1

Centre-gauche

10,8

3,3

10,8

12,6

Centre-droit

11,5

7,4

7,5

15,7

Droite

15,7

35,9

19

8,6

Inconnue

9,3

12.6

13,7

4,4

Le portrait varie-t-il selon la tendance politique ?

33Le lieu de naissance est trop rarement identifié pour apprécier les éventuelles différences selon l'orientation politique (tableau 80) mais les quelques chiffres connus suggèrent des variations. L'étude de la résidence des battus le confirme (tableau 81) : les battus d'extrême gauche et de gauche sont plus enracinés dans le département où ils se présentent que ceux du centre. Ils apparaissent nettement plus urbains et comptent en leurs rangs un nombre plus réduit de Parisiens.

Tableau 80 - Lieu de naissance selon les tendances politiques (en %)

Tendance

Nombre de réponses

Dans le département de la candidature

Extrême gauche

55,1

59,5

Gauche

44,8

*

Centre-gauche

37,6

*

Centre-droit

60

69,7

Droite

23,3

*

Aquitaine

43,3

59,3

* Etude impossible car trop peu d'informations

Tableau 81 - Lieu de résidence selon la tendance politique (en %)

Tableau 81 - Lieu de résidence selon la tendance politique (en %)

* Etude impossible car trop peu d'informations

34Les battus de gauche — et plus encore d'extrême gauche — sont beaucoup plus jeunes en moyenne que les candidats du centre (cf. tableau 82). C'est du côté gauche de l'échiquier politique que se trouvent les plus forts contingents de jeunes candidats, d'une vingtaine d'années ou trentenaires. Inversement, les battus de plus de quarante ans dominent au centre.

35Au point de vue professionnel, les plus grandes variations concernent la place des travailleurs industriels, des employés, des professions libérales et des propriétaires (cf. tableau 83). A l'extrême gauche, les ouvriers et artisans constituent le plus grand nombre de candidats (34,6 %) et avec les employés — dont une grosse majorité de cheminots — représentent presque la moitié du personnel politique. Au sein des forces du Mouvement, les différences professionnelles sont très vives : à gauche, peu d'ouvriers et d'artisans ou employés mais 40,3 % de membres des professions libérales, et deux forts contingents de commerçants et de fonctionnaires. En allant vers la droite, le nombre de travailleurs industriels et d'employés se raréfie tandis qu'augmente celui des fonctionnaires, des professions libérales et des propriétaires ainsi que des écclésiastiques.

Tableau 82 - Age lors de la première défaite selon la tendance politique

Tableau 82 - Age lors de la première défaite selon la tendance politique

Tableau 83 - Classification socio-professionnelle selon les tendances politiques (en %)

Tableau 83 - Classification socio-professionnelle selon les tendances politiques (en %)

36Le nombre d'échecs ne varie guère selon la tendance politique : partout, l'échec unique l'emporte largement mais domine de façon plus écrasante à gauche et un peu moins à droite (tableau 84). C'est au centre et à droite que les candidatures deux fois répétées sont les plus nombreuses. Au delà, c'est plutôt aux extrêmes que se situent les triples et quadruples échecs et à l'extrême gauche les candidatures ayant échoué cinq fois ou plus.

Tableau 84 - Nombre de candidatures en Aquitaine entre 1871 et 1939 par tendance politique (en %)

Tableau 84 - Nombre de candidatures en Aquitaine entre 1871 et 1939 par tendance politique (en %)

37Quant aux mandats locaux détenus par les battus, quelques nuances apparaissent selon l'orientation politique (cf. tableau 85).

38C'est aux extrêmes que le nombre de battus aux législatives dotés d'un mandat local est le plus faible. A l'extrême gauche, la fonction locale la plus fréquente est celle de conseiller municipal : les cumuls sont rares. A gauche, les battus exercent plus souvent plusieurs fonctions dans la commune, l'arrondissement ou le département. Du centre-gauche à la droite, le nombre de battus conseiller général s'accroît : cette situation ne rappelle-t-elle pas que la notabilité constitue un moyen de sélection essentiel — mais loin d'être suffisant, preuve en est donnée ici — dans le recrutement de candidats ?

II - BATTUS ET ÉLUS

39La comparaison du portrait du battu et de celui de l'élu permettra de savoir si la sociologie et la "carrière" politique distinguent deux candidats, l'un futur battu, l’autre futur élu, au moment même de leur face à face électoral. Ainsi, elle aidera peut être à comprendre les échecs en dehors des critères politiques.

Tableau 85 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature selon la tendance politique

Tableau 85 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature selon la tendance politique

Aucun calcul de pourcentage n’a été effectué ici car les échantillons sont trop réduits (sauf pour l’ensemble de l’Aquitaine). Les chiffres correspondent au nombre de candidats ayant un mandat local lors de leur candidature. Ils différent légèrement de ceux du tableau no 8 car certains candidats « inclassables » disposaient de mandats locaux

* sous la Troisième République

Des battus moins enracinés dans le terroir

4071,6 % des parlementaires sont nés dans le département de leur élection, mais "seulement" 59,3 % des battus. Si on considère en plus qu'à de rares exceptions, les parlementaires ont un domicile dans le département où ils sont élus et 90,1 % des battus, il apparaît que les battus sont moins enracinés dans le département que les élus. "L'esprit de clocher" a sans aucun doute dû pénaliser, en particulier lors des scrutins d'arrondissement, les candidats "étrangers".

Des battus plus jeunes

41Alors que l'âge moyen des députés lors de leur première élection est de 45,2 ans, celui des battus lors de leur première défaite est de 42 ans.

42La comparaison par tranches d'âge confirme la jeunesse des battus : alors qu'un gros quart seulement des candidats élus députés a moins de 40 ans, près de la moitié des battus n'a pas atteint la quarantaine. Si 60,8 % des élus se situent entre 40 et 60 ans, c'est seulement le cas de 35,6 % des battus.

Un milieu social plus modeste

43Près d'un tiers des battus a une profession modeste (travailleur agricole ou industriel, employé) tandis que 3,6 % des élus seulement sont dans ce cas. Les trois quarts des parlementaires exercent une profession libérale ou dans la fonction publique mais moins de la moitié des battus. Les propriétaires sont beaucoup plus nombreux chez les élus que chez les battus. Tout confirme de réels écarts sociaux entre ceux qui entrent au Palais Bourbon et ceux dont la candidature se solde par un échec. La place occupée dans la société en fonction de sa profession apparaît comme un facteur de différenciation décisif pour accéder au Parlement.

La première tentative est en général déterminante pour le succès comme pour l'échec

44Pour les trois quarts des députés élus entre 1871 et 1939 en Aquitaine, la première candidature fut couronnée de succès. Seuls 72 représentants ou députés ont connu un ou des échec(s) préalables sous la République (ce qui exclut d'éventuelles tentatives sous l'Empire, non prises en considération pour les battus). Près des deux tiers des battus au Palais-Bourbon n'ont connu qu’un seul échec et un peu moins d'un quart deux échecs. Les tentatives infructueuses multiples et finalement récompensées sont aussi rares que chez les battus.

Des battus beaucoup plus orientés à gauche et surtout à l'extrême gauche

  • 9 Sont à droite 24,4 % des 269 députés (ou députés puis sénateurs) et 15,7 % des battus ; au centre d (...)

45L'orientation politique comparée des battus et des députés élus montre que dans les rangs des premiers, les hommes de la droite, des centres et même de la gauche sont moins nombreux que chez les seconds9. Mais la différence entre les représentants de l'extrême gauche est flagrante : 4 % des élus et... 34,5 % des battus.

Beaucoup moins d'élus locaux chez les battus

46Les battus sont beaucoup moins ancrés dans les assemblées politiques locales que les élus au Parlement : 28 % seulement ont au moins un mandat alors que 84,3 % des parlementaires ont déjà franchi avec succès au moins une fois l'épreuve du suffrage universel. Une autre différence essentielle oppose battus et élus ; les parlementaires exercent le plus souvent la fonction de conseiller général alors que les battus sont en général des représentants des communes, conseiller municipal ou maire.

* Comparaison selon les périodes

47Les battus de l'Entre-deux-guerres sont beaucoup plus souvent des natifs du département où ils se présentent que les parlementaires élus (95 % pour 67,7 % seulement). Les battus sont toujours légèrement plus jeunes que les élus et le rajeunissement qui caractérise les parlementaires concerne aussi les battus : ainsi, entre 1919 et 1939, l'âge moyen du battu est de 40 ans alors que les nouveaux députés ont en moyenne 43 ans.

48L'évolution comparée des professions des élus et des battus, au fil des années, fait apparaître les mêmes tendances : augmentation du nombre des travailleurs agricoles, des ouvriers ou déclin du nombre des propriétaires. Mais les employés et commerçants-négociants réalisent une percée plus forte chez les battus que chez les élus tandis que les candidats issus des professions libérales ou du service de l'Etat diminuent beaucoup plus chez les battus que chez les députés.

49De 1871 à 1939, la différence d'orientation politique entre les battus et les élus évolue dans la même sens c'est-à-dire un glissement vers la gauche au sens large. Elus et battus de gauche représentaient environ la moitié du personnel politique au début de la Troisième République et environ les deux tiers dans l'Entre-deux-guerres. Mais l'écart se creuse entre battus et élus à la fin de la République : dans l'Entre-deux-guerres, les battus d'extrême gauche et de gauche sont très largement prédominants (69 %) alors que les députés des mêmes tendances ne représentent que 50,9 % du total.

* Comparaison selon la tendance politique

50Les battus d'extrême gauche et de gauche sont en moyenne beaucoup plus jeunes que les élus de mêmes tendances (38,5 ans et 41,9 ans au lieu de 48,5 et 45,8 ans). Par contre, au centre, les battus sont plus âgés que les élus. La jeunesse constitue, semble-t-il, un handicap sur la gauche de l'échiquier politique.

51Les ouvriers, les plus nombreux parmi les battus d'extrême gauche, environ un tiers, ne représentent qu’une petite minorité des élus. Dans l'ensemble, les battus de gauche et d'extrême gauche proviennent de professions plus variées que les élus.

52Au terme de cette étude comparée, il apparaît que l'échec n'est pas seulement lié a l'orientation politique du candidat. Il n'est pas dû à un manque de persévérance. Le portrait du battu révèle deux autres causes essentielles. Les battus disposent d'une moindre expérience, au sens large du terme : ce sont des candidats plus jeunes, moins enracinés dans le terroir, rarement membres des assemblées locales. Par ailleurs, les battus appartiennent plus fréquemment, par leur profession, aux couches inférieures de la société.

53Mais l'échec dans la course au Palais-Bourbon en Aquitaine sous la Troisième République n'exclut pas la "réussite" ou une notoriété parfois supérieure "ailleurs". L'incursion — parfois fort brève, le temps d'une campagne électorale — de certaines personnalités dans le combat électoral pour entrer à la chambre basse est souvent méconnue.

54Certains battus sont toujours restés en dehors du Parlement mais ont pourtant marqué la vie politique locale voire nationale, en tant qu'élus locaux ou membres de l'appareil de partis. Bouthonnier et Delagrange, maires de Périgueux dans les années vingt, furent aussi deux figures de proue du parti communiste périgourdin. Camille Cousteau fut le premier maire socialiste de Bordeaux au temps du "Pacte de Bordeaux", c'est-à-dire de la coalition anti-opportuniste alliant royalistes, radicaux et socialistes, entre 1896 et 1900. L'industriel Benjamin Saufrignon, s'il n'a pas réussi à se faire élire député de la Gironde, a conservé la mairie d'une des grandes communes de la banlieue de Bordeaux, Mérignac, de 1927 à 1945. En Gironde encore, l'avocat radical Pierre Delboy et l'employé de la Compagnie du Midi, Amédée Saint-Germain, socialiste et syndicaliste, ont connu une belle carrière de conseiller général du 6e canton de Bordeaux pour le premier, de 1871 à 1913 et pour le second, de conseiller d'arrondissement du même 6e canton de 1898 à 1913 avant d'entrer à son tour au Conseil général.

55Originaires de Dordogne, le publiciste Georges Lachapelle, connu pour ses publications sur les élections législatives en France dans l'Entre-deux-guerres et Marcel Ventenat marquèrent tous deux l'histoire de l'Alliance républicaine démocratique au sein de l'appareil du parti. Ventenat fut un proche de Flandin au sein de l'Alliance.

56D'autres battus s'illustrèrent en dehors de la politique. Candidat durant toute la Belle Epoque dans son Sarladais natal, l'avocat parisien Jacques de Molènes, n'est autre que le père de Marc de Molènes, député de Périgueux de 1932 à 1934. Le fils, républicain socialiste, fut une figure de la gauche dans les années trente en Dordogne comme le père l'avait été pour l'Alliance démocratique. Bertrand de Jouvenel en Gironde et Gustave Gounouilhou dans les Landes ont mieux réussi dans la presse — celui-ci n'est-il pas le fondateur-directeur de La Petite Gironde ? — que dans la politique. Monseigneur Lavigerie, originaire de Bayonne, candidat dans les Landes, est plus connu pour son appel au Ralliement des catholiques à la République que pour cette vaine incursion dans la politique active. Quant à Emile Labeyrie, il reste dans l'Histoire comme gouverneur général de la Banque de France dans l'Entre-deux-guerres. Son entrée ratée dans la vie politique aquitaine en Périgord n'est due qu'à ses liens avec F. de la Borie de La Batut, député de Bergerac, dont il a épousé une des filles. Labeyrie tente de garder le siège de député qu'abandonne en 1912 son beau-père devenu sénateur.

57Une place particulière doit être réservée à ceux qui ont été battus dans la région mais ont réussi une belle carrière loin de l'Aquitaine sous la Troisième République : Félix Pyat mais surtout Paul Faure et Marcel Cachin sont entrés dans l'Histoire de la France du xxe siècle et de la gauche française, loin des terres où ils avaient vainement tenté de se faire élire avant 1914.

58Enfin, un petit nombre de battus est parvenu à entrer au Parlement après la Deuxième Guerre mondiale. Les dernières années de la Troisième République ont vu les débuts, l'initiation aux joutes électorales de jeunes candidats qui ont été élus dans les assemblées constituantes en 1945-46 ou sous la Quatrième République. Quinze battus des années trente sont de futurs parlementaires de l'après 1945 : Laforest, Pradeau, Worms en Dordogne ; Deschamps, Duhourquet, Guillet, Guyon, Ramarony en Gironde ; Lamarque-Cando dans les Landes ; Chaze, Landaboure et Mora dans les Basses-Pyrénées, ces deux derniers ayant "débuté dans les Landes entre 1928 et 1936.

59La plupart de ces hommes qui ont échoué sous la Troisième République et connu la victoire après la guerre représentent les forces de gauche : quatre d'entre eux sont communistes (Duhourquet, Landaboure, Mora, Ruffe), huit socialistes (Chaze, Deschamps, Guillet, Guyon, Lamarque-Cando, Nenon, Pradeau, Worms). Parmi eux figurent aussi deux radicaux-socialistes (Cassagne, Laforest) et un homme de droite (Jules Ramarony). La majorité d'entre eux ont été élus lors des élections qui mettent en place la Quatrième République (Chaze, Duhourquet, Guillet, Guyon, Lamarque-Cando, Landaboure, Mora, Ramarony, Ruffe, Worms). Certains ne firent qu'un bref passage dans les assemblées (Duhourquet, Guillet, Landaboure, Worms) alors que d'autres commencent une vraie carrière. Les meilleurs exemples de longévité au Parlement ont pour noms : Hubert Ruffe et Charles Lamarque-Cando. Le premier est resté député de Lot-et-Garonne de 1945 à 1958 puis de 1962 à 1968 et de 1973 à 1981, incarnant après Renaud Jean un puissant communisme rural dans ce département. Le second a symbolisé le socialisme dans les Landes qu'il représenta au Palais-Bourbon de 1945 à 1958 et de 1962 à 1968. Quelques battus de l'Entre-deux-guerres ont obtenu sous la Quatrième République un portefeuille ministériel : Jean-Raymond Guyon, Henri Laforest et Jules Ramarony.

60On peut observer cependant la faiblesse du nombre des battus de l'Entre-deux-guerres réussissant sous les républiques suivantes. Cela rappelle le petit nombre de parlementaires de la Troisième République réélu après 1945 et cela constitue une preuve supplémentaire de l'ampleur du renouvellement du personnel politique régional au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 Cité dans l'ouvrage de Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1980, p. 18.

2 Ibidem.

3 Par battus, nous entendons ici les candidats au Palais Bourbon en Aquitaine entre 1871 et 1939 n’ayant jamais été élus. Certains ont pu être élus hors de l'Aquitaine ou avant 1871 ou après 1939. Enfin, nous excluons les candidats au Sénat car nos sources ne nous permettent pas de les identifier. Nous avons exclu aussi les battus dans la course au Palais-Bourbon devenus sénateurs.

4 Si les étiquettes sont en général mentionnées, souvent selon plusieurs sources, les informations biographiques sur chaque candidat demeurent sommaires, surtout pour les battus : le prénom est souvent absent (d'où les risques d'homonymie) ; l'état-civil (date et lieu de naissance) est incomplet ; la profession est presque toujours mentionnée ce qui n'est pas le cas des mandats locaux, de la religion, de la situation de fortune etc.

5 Parmi les dictionnaires départementaux récents, il faut citer pour les Landes : Mémoire des Landes. Dictionnaire biographique, publié sous la direction de Bernadette Suau, Comité d'études sur l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.

6 Le dépouillement des dossiers conservés dans la bibliothèque de l'E.R.H.P.C. à l'UFR d'histoire de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III a été effectué en 1992-1993 par deux étudiants de maîtrise, pour la préparation de leur C2 : Séverine Pin (pour la période 1871-1914) et Gilles Masson (pour l'Entre-deux-guerres). Ils ont assuré la classification politique des candidats selon la répartition et les critères choisis pour l'ensemble de l'ouvrage sur les parlementaires. Qu'ils soient ici vivement remerciés pour ce travail fastidieux.

7 Le communiste Hubert Ruffe — que nous évoquerons plus loin — fut battu deux fois en Lot-et-Garonne, son département natal, en 1932-1933 et à nouveau en 1936 en Gironde, avant de devenir député de Lot-et-Garonne pendant de nombreuses années sous les Quatrième et Cinquième Républiques.

8 L'enquête menée sous la direction du Professeur Dupeux devait couvrir toute la France mais en réalité, une partie seulement a été étudiée. Son dépouillement entrepris par S. Pin et G. Masson n'est pas exhaustif et il n'est donc pas possible d'établir avec certitude l'ensemble des candidatures du personnel politique de la Troisième République dans la course au Palais-Bourbon.

9 Sont à droite 24,4 % des 269 députés (ou députés puis sénateurs) et 15,7 % des battus ; au centre droit, 14,3 % et 11,5 % ; au centre gauche, 20,3 % et 10,8 % ; à gauche 37 % et 18,2 %.

Table des illustrations

Titre Tableau 66 - Nombre de candidats battus en 1871 et 1939
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 67 - Lieu de naissance
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 68 - Lieu de résidence
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 69 - Age lors de la première défaite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 70 - Classification socio-professionnelle (en %)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 71 - Nombre de candidatures entre 1871 et 1939
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 72 - Classification politique (en %). Un peu plus d'un quart d'élus locaux, principalement municipaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 73 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Tableau 74 - Lieu de naissance par périodes (en %)
Légende * Etude impossible car trop peu d'informations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 75 - Lieu de résidence : par périodes (en %)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 76 - Age lors de la première défaite (par périodes)
Légende * Etude impossible car trop peu d'informations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 78 - Nombre de candidatures (par périodes) (en %)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 81 - Lieu de résidence selon la tendance politique (en %)
Légende * Etude impossible car trop peu d'informations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 82 - Age lors de la première défaite selon la tendance politique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 83 - Classification socio-professionnelle selon les tendances politiques (en %)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau 84 - Nombre de candidatures en Aquitaine entre 1871 et 1939 par tendance politique (en %)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 85 - Fonctions locales exercées au moment de la candidature selon la tendance politique
Légende Aucun calcul de pourcentage n’a été effectué ici car les échantillons sont trop réduits (sauf pour l’ensemble de l’Aquitaine). Les chiffres correspondent au nombre de candidats ayant un mandat local lors de leur candidature. Ils différent légèrement de ceux du tableau no 8 car certains candidats « inclassables » disposaient de mandats locaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19708/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search