Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 5. Comportements matrimoniaux et fortunes des parlementaires sous la Troisième République

Texte intégral

  • 1 ESTËBE Jean, Les ministres de la République 1871-1914, Paris, 1982.

1Pouvons-nous apprécier les comportements des candidats, l'homogénéité sociale des futurs parlementaires et de leur belle-famille ? Pouvons-nous et devons-nous réduire les alliances à de simples stratégies de promotion sociale, garantie de carrière parlementaire ? ou bien ces unions reflètent-elles seulement les mœurs du xixe siècle ? Pourrons-nous conclure avec Jean Estèbe que "le mariage de l'homme politique...se prépare comme une affaire qui se traite honnêtement"1 ?

2La partie de l'enquête réservée aux comportements matrimoniaux et à la fortune des parlementaires aquitains repose essentiellement sur les documents fiscaux (déclarations de mutations après décès) et actes notariaux (contrats de mariages). Or la collecte des documents, difficile, souvent infructueuse, s'est avérée très réductrice des conclusions que nous pouvions tirer de leur analyse.

  • 2 DAUMARD Adeline, sous la direction de, Les fortunes françaises au xixe siècle, Mouton, 1973.

3Situation bien connue de tous les chercheurs2 qui dépouillent les documents de l'Enregistrement : la législation fiscale et celle des archives publiques opposent aux nécessités d'une enquête le délai-couperet de cent ans et le respect de l'anonymat pour les actes postérieurs à 1894 ; nécessité de tenir compte du peu de fiabilité des déclarations de succession antérieures à la loi de 1901 pour l'appréciation du patrimoine du défunt, puisque c'est seulement à partir de cette loi, faisant obligation d'une déclaration unique des biens au bureau dont dépendait le domicile du défunt, que l'on est en droit de connaître la fortune foncière, les donations et les portefeuilles de valeurs mobilières. C'est ainsi que nous avons perdu nombre de déclarations qui précisaient "Déclaration des biens sur la commune de..." (mais où trouver les autres biens fonciers ?) ou bien les déclarations faites au bureau d'enregistrement dont dépendaient les biens au décès du parlementaire (Paris souvent) ou dans le domaine familial ou chez un enfant...

4Le dépouillement des déclarations de successions que nous avions recueillies a entraîné de nouvelles éliminations : les déclarations négatives pour dettes ou reprises de la veuve, celles rappelant les dispositions testamentaires sans précision ni de la totalité de la succession, ni des bénéficiaires ; enfin, l'éventail chronologique (1873 à 1986) des décès ou des déclarations a posé un certain nombre de contraintes ou d'interdictions. Ajoutons encore la disparition de documents notariaux victimes du temps ou des inondations (par exemple dans une étude du Lot-et-Garonne au cours de l'été 1993), la négligence des notaires ou de leurs successeurs qui, par omission de versement de leurs actes aux Archives départementales, nous ont privés de nombre de contrats de mariage nécessaires à notre étude.

5Il faut regretter l'échec de notre demande de dérogation pour les successions de Dordogne postérieures à 1914 alors que nous avions obtenu autorisation de consultation pour les autres départements.

6Bref, notre enquête doit se limiter à la période 1870-1914. Il ne faut donc pas perdre de vue le faible nombre de données, leur disparité selon les départements, l'hétérogénéité du contenu des contrats qui se répartissent de 1831 à 1914 et de 1873 aux années 1940 pour les déclarations de succession. C'est pourquoi bon nombre de contrats ne concernent pas toujours les parlementaires dont nous avons les successions. Comment calculer l'enrichissement ? Comment classer les défunts dans une catégorie socio-professionnelle puisqu'en raison de leur âge, ils sont souvent qualifiés de "propriétaires" ou de "rentiers" ? On peut émettre d'autres réserves sur les conclusions de notre étude à cause des lacunes des déclarations :

7■ La liquidation de la succession pour le calcul des droits d'enregistrement est très souvent simplifiée : la moitié des acquêts plus les propres du défunt donnent l'actif de la succession et des legs, dont on déduit le passif réel. Mais quelle part d'acquêts ? Immobilier ? Mobilier ? Valeurs ? Rien n'est précisé, sauf dans le cas de donation de la totalité des acquets au survivant. Seuls les régimes dotaux ou de séparation de biens offrent le détail de la succession.

8Comment répartir la succession par catégories de biens comme les contrats de mariage nous le permettent ?

9Une dernière précaution s'impose : celle de la conversion de la masse de succession ou de la dot en francs-or.

10Ce bref rappel des difficultés de notre enquête, en raison des sources mêmes, limite nos ambitions.

11Les contrats de mariage, première étape de notre analyse, vont installer les parlementaires aquitains dans une situation matrimoniale dont nous pourrons apprécier les avantages, à la fin de leur vie, par leurs successions ; mais n'est-il pas important, ou plus significatif, de rechercher leur train de vie, de leur vivant, en analysant les acquêts et les héritages en cours de communauté ? Les apports en mariage, aussi importants soient-ils ne suffisent pas à révéler le niveau de vie que suggèrent les "espérances" (non chiffrées) promises dans les contrats et figurant dans les acquêts. C'est ce que nous pensons étudier dans une deuxième partie afin de conclure sur le rôle du patrimoine ou des alliances matrimoniales dans le déroulement de la carrière des parlementaires en Aquitaine.

  • 3 La collecte des contrats et des successions a été effectuée par Bernard Lachaise pour la Dordogne. (...)

12Ce sont donc soixante-huit contrats de mariage et cent deux déclarations de successions des parlementaires aquitains de la Troisième République qui servent de base à notre étude, pour deux cent trente et un parlementaires si l'on s'en tient aux élus entre 1871 et 1914 (en excluant ceux élus en avril-mai 1914), soit 68,8 % de l'ensemble des parlementaires aquitains. Contrats et déclarations sont très inégalement répartis entre les cinq départements3. La Dordogne vient en tête pour les contrats, suivie par la Gironde et plus loin par les autres départements. C'est la Gironde, puis la Dordogne et les Basses-Pyrénées, qui ont fourni la majorité des déclarations de succession, suivies du Lot-et-Garonne et des Landes. Cinquante-cinq déclarations sont antérieures à la loi de 1901, pour lesquelles nous ne sommes pas assurés d'appréhender la totalité des biens. Trente-cinq sont postérieures à 1914 et vingt et une, entre 1901 et 1914, sont les seules vraiment fiables.

Tableau 44 - Répartition des contrats et des successions par départements

Départements

CM

 %

Successions

 %

Dordogne

36

52,95

27

26,47

Gironde

15

22,05

29

28,43

Landes

3

4,41

9

8,82

Lot-et-Garonne

8

11,76

13

12,75

Basses-Pyrénées

6

8,82

24

23,52

Total

68

100

102

100

I - mariages et alliances matrimoniales

13La Dordogne représente 52,95 % des contrats étudiés en Aquitaine et 76,6 % des contrats des parlementaires du département (cf. tableau 45). Nous devons tenir compte de cette sur-représentation de la Dordogne et nous méfier d'une étude globale. Chaque département ne peut avoir le même comportement ni la même composition socio-professionnelle, ni le même âge moyen au mariage. Ce qui signifie une comparaison constante entre les cinq départements aquitains.

Tableau 45 - L'échantillon des contrats de mariage

Départements

Nbre parlement

CM

 % CM

Dordogne

49

36

73,4

Gironde

81

15

18,5

Landes

33

3

9,1

Lot-et-Garonne

28

8

28.6

Basses-Pyrénées

40

6

14,6

Total

231

68

29,3

1 - L'âge au mariage

14L'âge moyen au mariage est pour les parlementaires aquitains de trente et un ans et demi. En Gironde, il est de trente-cinq ans — ou de trente-deux ans et demi si l'on exclut Antoine Achard marié à soixante-seize ans (nous ignorons s'il s'agit d'un premier mariage) — et dans les Landes (trente-six ans), les hommes se marient plus tard qu'en Dordogne (vingt-neuf ans), Lot-et-Garonne (vingt-huit ans), Basses-Pyrénées (vingt-neuf ans et demi). Quant aux futures épouses, si l'on prend l'exemple de la Dordogne, elles sont jeunes : vingt et un ans en moyenne, vingt-deux ans dans le Lot-et-Garonne. Les quelques échantillons de la Gironde (vingt ans) et des deux autres départements, Landes et Basses-Pyrénées, renseignent à travers les contrats, sur la fréquence des mineures et l'importante différence d'âge entre les futurs époux.

15Nous remarquons que les cas extrêmes ne changent rien à la moyenne générale. Plus de la moitié des hommes (trente-sept = 54,4 %) se marient entre vingt et trente ans et forment avec les jeunes filles des couples jeunes, ce qui explique probablement le nombre de contrats stipulant que les époux seront logés, nourris et entretenus chez les beaux-parents ou recevront une rente annuelle.

Tableau 46 - Age moyen au mariage en Aquitaine

Tableau 46 - Age moyen au mariage en Aquitaine

16Entre trente et quarante ans, vingt-six hommes (soit 38,25 %) convolent avec de très jeunes filles ou des mineures : exemples : Carbonnier de Marzac qui, à trente-neuf ans, épouse une jeune de vingt ans ou Ludovic Trarieux qui, à trente-sept ans, épouse une jeune de vingt-deux ans. C'est peut-être dans cette catégorie qu'il faut vérifier les statégies matrimoniales. Nous avons l'exemple de Clément Clament, marié à quarante-deux ans, avec une femme du même âge ; celui de Jean Labat, à Bordeaux qui épouse à quarante-huit ans, en secondes noces, sa belle-sœur, veuve de son frère avec lequel il dirigeait une importante entreprise familiale. Que dire de Paul Dupont, veuf en 1842, se remariant à cinquante-huit ans en 1854 avec une femme de trente-six ans ? On comprend mieux qu'Oscar Bardi de Fourtou, âgé de vingt-sept ans et veuf en 1861, se remarie en 1863 avec une jeune fille de vingt ans. Nous avons, dans les clauses de certains contrats, la preuve que les sentiments ne sont pas étrangers aux unions.

17Les tableaux 47 et 48 précisent ces observations et montrent que l'écart des âges entre les époux est toujours important (sauf exception). S'il y a des écarts de trois à six ou sept ans, dans de nombreux cas, on trouve dix, douze, quatorze ou dix-neuf ans d'écart.

18Ces mêmes tableaux comparent l'âge au mariage et l'âge à la première élection parlementaire (nous ne tenons pas compte d'une carrière antérieure, municipale ou départementale). Dans ce cas, il a fallu une période moyenne d'attente de vingt années entre le mariage et l'élection à la Chambre ou au Sénat pour satisfaire les ambitions de carrière des élus aquitains. Dix-huit ans de patience en Dordogne comme en Gironde, quinze dans les Landes, mais vingt-deux ans en Lot-et-Garonne et vingt-quatre ans dans les Basses-Pyrénées. Des hommes tels Clament, Escande, Lanauve, Sarlande, se sont mariés seulement après leur première élection.

Tableau 47 - Age au mariage des époux et âge à la 1ère élection des parlementaires de la Dordogne entre 1870 et 1914

Tableau 47 - Age au mariage des époux et âge à la 1ère élection des parlementaires de la Dordogne entre 1870 et 1914

4 mariages après la 1ère élection : Clament, Escande, Lanauve, Sarlande.
23 se marient entre 21 et 29 ans.
11 se marient entre 30 et 40 ans.
1 à 42 ans, 1 à 58 ans.
Paul Dupont se marie 2 fois : veuf en 1842, se remarie en 1854.
Oscar de Fourtou se marie 2 fois : veuf en 1861, se remarie en 1863.

Tableau 48 - Parlementaires de l'Aquitaine

Tableau 48 - Parlementaires de l'Aquitaine

Tableau 48 - suite

Tableau 48 - suite

19Le mariage peut laisser espérer la fortune : nous avons l'exemple de Clament, qui apporte 15 000 francs, tous biens confondus, alors que sa femme, veuve avec quatre enfants, apporte un ensemble de biens d'une valeur de 678 563 francs.

20Mais le mariage peut aussi fournir les relations et l'argent : ainsi, Georges Escande, député de la Dordogne, épouse à trente-sept ans, en 1884, une riche héritière de dix-huit ans (n'apporte-t-elle pas en dot un million de francs ?), fille de Pierre Secrestat, fabriquant de liqueurs à Bordeaux, grand propriétaire terrien en Dordogne, maire et conseiller général en Dordogne.

21Gardons-nous cependant d'extrapoler, à partir de quelques exemples qui pourraient être étayés par la fréquence des arrangements matrimoniaux en usage dans la bourgeoisie au xixe siècle : que savons-nous des relations personnelles entre les futurs époux ? Quel type de contrat de mariage offre les meilleurs avantages pour la poursuite de la carrière parlementaire ?

2 - Les régimes matrimoniaux

Tableau 49 - Les régimes matrimoniaux

Tableau 49 - Les régimes matrimoniaux

22La supériorité de la communauté d'acquêts est évidente dans le tableau 49 :

2369,10 % et 23,5 % pour le régime dotal avec adjonction de la société d'acquêts ; soit 92,6 % des contrats étudiés et l'unique cas de séparation de biens s'explique sans doute par les traditions régionales en matière de régimes matrimoniaux et aussi par le fait que la femme conserve la totalité de la puissance de ses biens ou des biens paraphernaux, c'est à dire ceux non frappés de dotalité dans le régime dotal. Dans ces deux cas, il n'y a pas de biens communs. Dans l'éventualité d'une carrière politique, le futur époux préfère sans conteste, la communauté d'acquêts.

24Nombre de contrats stipulent le droit de retour (sur partie ou totalité des biens constitués en dot à la future épouse) aux parents, dans le cas où elle décéderait sans enfant ou petits-enfants, pour empêcher l'aliénation d'un apport important, sans leur consentement.

25La réserve des propres est parfois amputée par une clause de préciput, hors part, avant tout partage de la communauté, au profit de l'époux survivant ; de même trouve-t-on des dispositions de donations entre vifs d'une rente annuelle et viagère garantie par hypothèque.

26Aussi prévoyantes sont les clauses par lesquelles les parents des deux époux constituent en dot à leurs enfants des rentes annuelles jusqu'au décès d'un des donateurs qui leur attribuera une partie de la succession du défunt...Nous avons déjà indiqué les promesses de loger, nourrir, entretenir les nouveaux époux et leurs enfants (parfois leurs domestiques) soit gratuitement, soit moyennant participation aux frais.

27Ce sont de telles clauses destinées à préserver le patrimoine de l'époux ou de la belle-famille qui rendent difficiles, dans bien des cas, l'estimation exacte des avantages acquis au moment du mariage. Les "espérances" sont rarement chiffrées. Lorsque l'on a pu bénéficier de la déclaration de succession du père, il a été possible d'évaluer le montant des biens dotaux.

3 - Les apports au mariage

Tableau 50 - Niveaux des apports des maris

Tableau 50 - Niveaux des apports des maris

Tableau 51 - Niveaux des apports des épouses

Tableau 51 - Niveaux des apports des épouses

28Ces tableaux 50 et 51 masquent les "marchandages" pré-matrimoniaux auxquels les deux parties ont dû se livrer pour aboutir à des termes de contrats préservant les intérêts de chacun et l'avenir des enfants.

29Rien signifie, dans la majorité des contrats, les apports, linge, effets, bijoux, meubles de la future épouse, ou les effets, objets personnels, argent liquide, bibliothèque, montre, voiture du mari et aussi le cabinet de médecin, la charge de notaire, l'office d'avoué... En bref, l'ensemble des biens que chacun se constitue en propre au moment du mariage et qui sont rarement évalués, puisque repris au décès.

30Les promesses ou espérances consistent en legs, part ou totalité de la succession de la mère ou du prémourant, d'un frère, d'une tante..., les biens immobiliers (terres, domaines, maisons urbaines) représentent selon leur description et localisation un capital important qui échappe à notre étude faute d'estimation : ainsi, pour la propriété de Haut-Brion, possédée par Amédée Larrieu en 1844, pour les terres en Médoc de Périer de Larsan en 1873 ou la dot de son épouse Charlotte Carbonnier de Marzac dont les domaines en Médoc et en Lot-et-Garonne avoisinent le million ; de même, aucune évaluation des apports de Lur-Saluces ou des apports immobiliers de moindre importance décrits dans certains contrats. Nous retrouvons la même difficulté quand il s'agit d'attribuer à la fille, des parts de Société (La Belle Jardinière), des intérêts ou des dividendes attachés à ces parts.

31Comment calculer le capital représenté par la rente annuelle et viagère (de 200 F à 15 000 F) versée par les beaux-parents jusqu'au décès du prémourant ? et appelée à corriger les insuffisances des apports réels et à assurer aux nouveaux époux un train de vie en rapport avec leur position sociale ?

32Ce sont ces éléments de contrats qui échappent à nos calculs qui limitent les conclusions de notre analyse. 50 hommes et 59 femmes ont des apports chiffrés, dans les contrats. Les tableaux de niveaux d'apports permettent quelques remarques : aucun homme n'apporte des biens supérieurs à un million et la majorité se situe entre 10 000 P et 100 000 P, soit 38,2 % et 27,95 % entre 100 000 P et un million de centimes soit un ensemble de 66 %. Chez les femmes, deux ont une dot supérieure à 1 000 000 F et 50 % ont des apports entre 10 000 F et 100 000 F et 23,5 % entre 100 000 F et un million.

33Globalement l'apport des époux s'élève à 6.798.319 F soit une moyenne de 99 975. Tandis que l'apport global des femmes est de 7 956 531 F et la moyenne de 117 000 F.

34Mais on sait que les moyennes sont peu significatives en raison des extrêmes, tandis que les médianes 58 200 F pour les hommes et 54 000 F pour les femmes montrent que la moitié des hommes (25) ont des apports entre 2 400 F et 58 000 F, la moitié des femmes (30), entre 2 000 F et 54 000 F. Au-delà de la médiane, l'écart s'accentue entre les apports des maris et celui des épouses qui est toujours supérieur.

35Le milieu social des futurs époux et des beaux-pères va peut être nous permettre d'affiner notre analyse (cf. tableau 52).

36La grande majorité des époux exerce des professions libérales : médecins (13), avocats (21), avoués (3), notaires (3) soit 58,8 % ; viennent ensuite les propriétaires (23,5 %) et très peu nombreux les chefs d'entreprise (10,2 %) et les hauts fonctionnaires (dont trois magistrats) (7,35 %). L'exercice de leur profession ne leur interdit pas d'être aussi propriétaires et la confusion est fréquente dans les déclarations notariales ou fiscales. Dénomination pratique pour l'administration qui est souvent loin de la réalité pour les jeunes actifs mais complètement justifiée en ce qui concerne les beaux-pères dont 31 sur les 68 étudiés sont déclarés propriétaires soit 45,6 % auxquels on peut joindre les "indéterminés" soit 63,25 %. Quelques négociants (10,2 %), très peu de professions libérales (7,35 %), le reste se partage entre hauts fonctionnaires et officiers supérieurs, industriels et veuves rentières et trois fonctionnaires subalternes (cf. tableau 53).

37Lorsque l'on examine le tableau 53 des apports en mariage selon la profession de l'époux et celle du beau-père, on est frappé par l'absence de représentants des professions libérales juridiques et la présence de petits fonctionnaires chez les pères des futures épouses.

38Le tableau comparé des apports révèle les lacunes de nos sources. Ici les moyennes sont faussées par le petit nombre de représentants de certaines professions dont on ne peut établir les médianes d'apports.

39Nous retiendrons les médianes des négociants, assez proches et surtout celles des propriétaires qui, chez les époux comme chez les beaux-pères, sont équivalentes et proches de celles des rentiers. Elles sont bien au-delà de la médiane générale pour les deux et les beau-pères médecins n'en sont pas éloignés, alors que les futurs époux de cette catégorie comme les avocats sont peu fortunés. Mais les uns ont déjà une longue carrière qui leur a permis de se constituer un patrimoine, les autres n'en sont qu’à leur débuts.

40Lorsque l'on compare les apports masculins avec ceux des futurs épouses de très grandes différences apparaissent selon les départements.

Tableau 54 - Tableau des apports masculins par comparaison avec les apports des futures épouses

Départements

Apports inférieurs

Apports supérieurs

Apports équivalents

Dordogne

50 %

36 %

13,9 %

Gironde

20 %

46,7 %

33,3 %

Landes

0 %

66,7 %

33,3 %

Lot-et-Garonne

37,5 %

37,5 %

25 %

Basses-Pyrénées

16,7 %

33,3 %

50 %

Tableau 52 – Les alliances matrimoniales

Tableau 52 – Les alliances matrimoniales

Tableau 53 – Apports au mariage selon la profession de l’époux et du père de l’épouse

Tableau 53 – Apports au mariage selon la profession de l’époux et du père de l’épouse

* Calculés en foncion des contrats chiffrés et non de la totalité des contrats étudiés. \ Non significatif.
Apport global des époux = 6 798 319 F. les futurs épouses apportent 7 956 531 F,

soit une moyenne de 99 975 F

soit une moyenne de 117 007 F.

4150 % des maris ont des apports inférieurs à ceux des femmes en Dordogne et 37,5 % en Lot-et-Garonne. Or quelles sont les catégories professionnelles représentées par ces pourcentages ?

42Pour 69 % : des médecins, 52 % : des avocats, 31,25 % : des propriétaires et un notaire en Dordogne. Au contraire les hauts fonctionnaires, les avoués, les industriels, les négociants ont des apports supérieurs ou équivalents à ceux des jeunes filles ; quelques médecins, avocats, notaires et propriétaires sont également nantis lors de leur mariage.

43Nous avons signalé précédemment deux exemples en Dordogne où les maris bénéficièrent des apports de l'épouse. Mais dans la majorité des contrats des autres départements, les dots des jeunes filles ne constituent pas l'élément décisif pour la carrière politique du mari. C'est ainsi qu'en Gironde, Jean Labat, constructeur maritime qui épouse la veuve de son frère apporte plus d'un million en immobilier urbain et rural, en capital d'entreprise et créances diverses et valeurs mobilières ; bien que cet apport soit grevé de 300 000 F de dettes pour travaux, son apport reste bien supérieur à celui de sa femme : 428 300 F plus des espérances dans la succession de ses parents.

44Quels sont les éléments constitutifs de ces apports ?

Tableau 55 - Apports selon les départements

Départements

Apports personnels

Mobiliers

Valeurs

Immobiliers

Dordogne

8 %

37,15

22,5

32,3

Gironde

8,3 %

27,2

10,5

54

Landes

3,6 %

93,45

2,90

Lot-et-Garonne

3,3 %

38,90

11,80

46

Basses-Pyrénées

9,2 %

55,10

Rente 3 %

35,70

  • 4 MICHALET Charles-Albert, Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours, P.U.F., 1968.

45Mis à part les effets personnels que nous avons déjà détaillés la répartition des apports par nature de biens montre la diversité des comportements des épargnants français au xixe siècle et ici (cf. tableau 55), entre les cinq départements d'Aquitaine. La diversification du patrimoine, en Dordogne, annonce la transformation des mentalités de la fin du xixe siècle chez une élite sociale qui ne se contente pas de gérer ses biens fonciers ; même si la Gironde et le Lot-et-Garonne ont intégré les placements boursiers dans les avoirs, les pourcentages de 54 % et 46 % traduisent les préférences pour la rente foncière et un certain conservatisme (ce qui, en 1878, est encore l'attitude générale en France : 43 % des biens immobiliers, selon Ch. A. Michalet4, pour régresser jusqu'à 23 % à la veille de la guerre).

46Gardons-nous encore une fois d'extrapoler en rappelant le petit nombre de documents analysés et leur répartition de 1831 à 1914.

47Néanmoins les contrats prouvent, quel que soit le département, que les "espérances" sont essentiellement basées sur la propriété foncière, domaines, terres, métairies, immeubles urbains, dont les revenus sont disponibles au décès du prémourant des parents du mari ou de l'épouse. La compensation à ce retard de dot se fait par le biais d'une rente annuelle ou du logement et entretien des futurs époux.

48Les avoirs mobiliers sont rarement constitués de liquidités, mais plutôt de créances, legs de parents ou donations et de meubles meublants dont l'inventaire détaillé et chiffré permettrait de reconstituer l'intimité du ménage voire même son train de vie : 4 300 F l'ameublement des pièces principales, chambres, salon, salle à manger, bureau, boudoir, 2 000 F d'objets mobiliers et 10 200 F de bijoux représentent une petite partie de la dot d'une Bordelaise.

Tableau 56 - Répartition des apports par nature de biens

Tableau 56 - Répartition des apports par nature de biens

49Les apports personnels et les avoirs mobiliers sont à peu près identiques (45,5 % pour les hommes et 47,5 % pour les femmes). Mais tandis que les futurs époux semblent préférer la propriété foncière (jouissance des revenus agricoles des domaines des parents, en avancement d'hoirie ou donation anticipée) les jeunes filles sont dotées de rente 3 % sur l'Etat, de valeurs boursières (obligations et rentes) héritées de leur mère prédécédée et d'espérances sur la succession foncière du père survivant. Mis à part quelques contrats exceptionnels par leurs dispositions et le montant des biens, la majorité d'entre eux suggère la recherche d'un équilibre des biens dotaux et des promesses entre les parties pour assurer au ménage une existence décente.

50Nous avons, en Aquitaine, et selon ce que révèle l'analyse des documents notariaux, deux milieux sociaux différents, éloignés par la position sociale et économique, voire politique et tendus vers un objectif commun, la carrière politique.

51Ici une élite sociale restreinte, forte de sa notoriété ancienne, de sa fortune, de ses capacités, souvent d'une carrière municipale ou régionale poursuivie de générations en générations : les unions matrimoniales sont alors une sorte d'association entre gens de qualité où la consolidation des positions acquises est préférable à toute autre stratégie.

52Là une bourgeoisie très diversifiée dans ses origines, ses professions, son patrimoine, où se côtoient juristes et médecins, propriétaires et entrepreneurs, négociants et petits fonctionnaires ; où se côtoient nantis et petits épargnants débutant dans leur vie professionnelle dont les avoirs ne sont pas à la mesure de leurs ambitions. Le mariage devient-il une affaire ? La dot de la future épouse est-elle un moyen d'ascension sociale ou politique, d'intégration, comme l'a étudié Christophe Charle ? Il semble que les contrats étudiés n'apportent pas une réponse affirmative à cette question. L'enquête révèle d'autres conditions, d'autres circonstances de promotion. Certains mariages ont favorisé la carrière moins par l'argent apporté que par l'alliance ou le parrainage politique offert. En Dordogne, l'épouse de Robert David est la fille d'un ancien député, Georges Escande, et elle est issue de deux familles de notables périgourdins : les Secrestat et les Escande. Alexis Maréchal épouse la petite-fille de Paul Dupont, député puis sénateur, propriétaire du journal L'Echo de la Dordogne ; Stephen Thirion-Montauban doit son installation et une part de ses succès en Dordogne à son mariage avec la fille du parlementaire et ministre périgourdin, Pierre Magne.

  • 5 Voir sa biographie par François-Xavier Tregan, Henri du Perier de Larsan. Itinéraire d'un républica (...)

53En Gironde, nous pouvons citer l'exemple de Jean du Perier de Larsan, juge suppléant à Angoulême lorsqu'il se marie en 1873 avec Charlotte Carbonnier de Marzac dont le père est un élu de la Dordogne à l'Assemblée nationale en 1871 et un grand propriétaire en Médoc. Pour sa part, du Périer de Larsan, dont le père était maire d'Arcins, était un notable : "il appartenait à une vieille famille très influente dans le pays et, d'autre part, il était grand propriétaire de vignes à Moulis et à Saint-Julien"5. Ce mariage assure sa nomination au poste de procureur à Sarlat en 1878.

54D'autres exemples pourraient être cités s'ils n'étaient postérieurs à 1894...donc interdits et anonymes ; ces exemples prouvent que l'argent est moins nécessaire pour parfaire ou entamer une carrière politique que l'appartenance à une couche sociale de bonne bourgeoisie, à un réseau d'influence constitué à partir d'un mandat local personnel ou de celui du père ou du beau-père. À ce niveau les relations familiales, professionnelles, culturelles sont bénéfiques, les apports de l'épouse affermissent heureusement le niveau de vie.

55Il reste à savoir si l'accroissement de la fortune par mariage a suivi l'ascension politique ou sociale, si l'aisance constatée pour certains au moment du mariage, ne s'est pas trouvée compromise par un train de vie dispendieux ou le coût des campagnes électorales ; on peut aussi penser à une gestion imprudente des biens de communauté ou des propres, aux conséquences de l'abandon ou du changement de profession, aux charges familiales (nombre d'enfants qu'il faut doter) pour comprendre la stagnation du patrimoine, la dispersion des biens et des dettes, et, pour quelques parlementaires, l'appauvrissement. Que reste-t-il au décès ?

II - Fortune et successions des parlementaires ou la fin des illusions

1 - Les déclarations de mutations après décès

56Ce type de document fiscal permet une connaissance des biens privés (patrimoine et fortune finale du défunt) mais non celle des revenus réels (salaires, traitements, pensions, profits de transactions ou de capitaux placés). Il fournit aussi des renseignements sur l'état-civil du défunt, la profession, le domicile, la dimension de la famille et le régime matrimonial, les dispositions testamentaires, la description et l'évaluation des biens mobiliers, immobiliers, des valeurs mobilières ainsi que les propres et les héritages. Telle doit être la déclaration depuis la loi de 1901 ; même si la fraude reste une tentation permanente, ces déclarations postérieures sont plus significatives que celles du xixe siècle.

57Les dépouillements des déclarations relatives aux parlementaires de la IIIe République en Aquitaine donnent les résultats suivants :

  • La moyenne d'âge au décès est relativement élevée pour l'ensemble de la période (Dordogne : 69 ans, Gironde : 70ans et demi, Landes : 84 ans trois quarts ; Lot-et-Garonne 78 ans et demi ; Basses-Pyrénées : 76 ans... mais deux n'ont pas 40 ans : 33 et 38 ans). Cette moyenne peut expliquer le nombre de veufs, souvent d'ailleurs domiciliés chez leurs enfants, et dont l’actif de succession est parfois dérisoire.
  • La situation de famille : peu de célibataires : neuf sur cent deux (soit 8,8 %), chiffre qui pose la question de l'attribution de leur succession ? A des parents ? A des tiers ? C'est ce que nous allons examiner en nous intéressant aux héritiers et légataires.
  • Les héritiers en ligne directe sont 77 fils ou filles ou petits-enfants en place de leur père ou mère prédécédés.

Tableau 57 - La situation de famille des parlementaires aquitains

Départements

Mariés

Veufs

Célibataires

Total

Dordogne

23

2

2

27

Gironde

15

11

3

29

Landes

5

4

9

Lot-et-Garonne

8

5

13

Basses Pyrénées

14

6

4

24

Total

65

28

9

102

58Pour l'Aquitaine, les familles de 1 et 2 enfants sont au nombre de 47 soit 61 % d'héritiers directs. Les familles de 3 enfants, 15 soit 19,5 %, celles de 4 enfants, 10,4 % et au delà de 5 à 7 enfants, 9,05 %. Dans les Basses-Pyrénées, on peut citer l'exemple d'Elie de Gontaut-Biron, veuf, laissant en 1890, 14 enfants pour une succession d'un montant de 132 682 F. On a ici un exemple de la dispersion du patrimoine et surtout du niveau de vie de l'élu.

Tableau 58 - Les héritiers

Tableau 58 - Les héritiers

59A l'exception des Landes, on trouve dans chaque département deux successions attribuées à des sœurs ou des frères ou à des parents éloignés comme dans les Basses-Pyrénées (encore une fois) où l'héritage est attribué à 12 cousins au sixième degré...

60Des célibataires et des veufs, parfois des époux sans ascendants ni descendants laissent leurs biens à des étrangers : Pierre Monteil, en Dordogne, lègue son cabinet d’avocat et la majorité de son patrimoine à son collègue Maître Morand, créant une nouvelle dynastie d'avocats. Dans le cas des régimes de séparations de biens ou dotaux, l'attribution de la succession est au profit de la veuve survivante.

61Quelques successions instituent légataires des amis, des domestiques, des œuvres charitables ou hospitalières (de tels legs doivent être rapportés à la succession pour connaître la totalité des biens). Il n'est pas rare que des héritiers renoncent purement et simplement à une succession dérisoire (ex : Louis Mie en Gironde) ou négative qui leur ferait obligation de rembourser les dettes du défunt.

62Quant aux veuves, souvent bien nanties avec leurs biens propres, elles renoncent parfois à l'usufruit ou à la totalité des acquêts au profit de leurs enfants.

63Ainsi, les dispositions légales sont-elles parfois abandonnées par les ayants-droit. Devant cette diversité de comportement des défunts mais surtout des héritiers, nous devons nous interroger sur la valeur réelle et la nature des biens de succession.

2 - Les biens de succession

64Une étude globale du nombre et du montant des successions par niveaux, en Aquitaine, montre que 45,1 % des successions comprises entre 1 et 100 000 F représentent seulement 4,85 % de la masse successorale, alors que le même pourcentage (45,1 %) entre 100 000 et un million s'élève à 43,85 % du montant total et 9,8 % au delà de 1 million, laissent 51,2 %. Soit près de 55 % des successions qui au delà de 100 000 F représentent 95 % de l'actif successoral des parlementaires aquitains ; constatation d'autant plus intéressante que la médiane générale en Aquitaine se situe autour de 115 000 F. C'est dire que 55 % des parlementaires jouissent d'une "honnête aisance" comme un rapport de police qualifie la fortune d'Emile Fourcand au moment des élections de 1859 ; en 1881, à sa mort, il laisse à ses héritiers 254 289 F de biens divers. Que dire alors de la succession laissée au début du siècle, par un parlementaire des Basses-Pyrénées, propriétaire célibataire, à ses 12 cousins au sixième degré, soit une somme de 465 064 F, constituée à 85 % par des immeubles ruraux et urbains ? Ou encore de la succession de Charles Boulart, maître de forges dans les Landes qui, mort à 64 ans, en 1892, laisse une succession évaluée alors à 2 348 681 F et constituée à 90 % par des biens propres ?

65Il est aisé de comparer les situations des parlementaires dont les biens au décès se situent en dessous de la médiane. Que représente une succession de 252 F de 5 599 F voire de 32 000 F ?

66Lorsque l'on analyse une succession de 1905 (tous les biens sont en principe déclarés et évalués en francs-or) s'élevant à 32 384 F composée d'une maison estimée 8 000 F, de la part de communauté légale (8 545 F en liquidités et de 15 389 F prix de vente des biens d’un premier mariage), on peut s'interroger sur le niveau de vie de ce parlementaire, père de 5 enfants, et sur les possibilités de poursuivre une carrière politique.

Tableau 59 - Niveau des successions

Niveaux

 % successions

 % du montant

1 à 9 999

12,75

0,01

10 000 à 99 999

32,35

4,85

100 000 à 999 999

45,1

43,85

> 1 million

9,8

51,20

Total

100 %

100 %

67Ce tableau représente les pourcentages du nombre de successions et leur montant, par niveaux pour l’ensemble de l'Aquitaine. Mais il y a des nuances à apporter selon les départements, ce qui apparaît dans le tableau suivant (cf. tableau 60).

68Le regroupement des pourcentages de 1 à 100 000 F et de 100 000 F à plus d'un million de francs fait apparaître une concentration de la presque totalité des biens de succession (autour de 95 %) au profit de 59,25 % des parlementaires de la Dordogne, de 48,3 % de parlementaires girondins et de 62,5 % de ceux des Basses-Pyrénées. Lorsque l'on sait que la médiane est de 105 000 F en Dordogne, de 88 594 F en Gironde et de 136 043 F dans les Basses-Pyrénées, on ne peut parler de fortune, même pas d'honnête aisance, pour les 11 élus de Dordogne, les 15 de Gironde et les 9 des Basses-Pyrénées dont les successions inférieures aux médianes, représentent à peine 6 % de la masse successorale des parlementaires de ces trois départements.

69Il est dommage que le faible nombre de successions dont nous disposons pour les Landes et le Lot-et-Garonne interdise toute interprétation. Dans les Landes, en effet, une seule succession d'un montant de 19 000 F représente les niveaux de 1 à 100 000 F, les huit autres successions supérieures à 100 000 F se situent de part et d'autre de la médiane de 234 000 F dont deux supérieures à 1 million.

70Situation inversée en Lot-et-Garonne dont la médiane est la plus basse de celle des cinq départements aquitains, soit 48 800 F. Ici, dix parlementaires sur treize, soit 76,9 % détiennent seulement 19,8 % des biens de succession. Si l'on regarde le tableau 60, les différences qui apparaissent entre les départements tiennent sans doute moins au nombre de déclaration qu'à l'appartenance socio-professionnelle des élus de chaque département. Existe-t-il une corrélation entre catégorie socio-professionnelle et niveau de succession ? Nous allons essayer de répondre à la question (cf. tableau 61).

71La Gironde se classe en tête, suivie de la Dordogne (ensemble 58 %) tandis que le Lot-et-Garonne fait figure de parent pauvre avec seulement 6,6 % de l'actif aquitain pour 12,75 % de succession. La comparaison entre les Landes (17,4 % de l'actif) et les Basses-Pyrénées (17,8 % de l'actif) pour 8,82 % de déclarations dans le premier département contre 23,53 % dans le deuxième département confirme l'importance de la profession des élus dans la répartition des biens successoraux. Pour 66,7 %, les successions étudiées appartiennent aux représentants des professions libérales (médecins, avocats) et aux propriétaires mais d'autres catégories peuvent transformer cette appréciation globale dans chacun des cinq départements aquitains (cf. tableau 62).

72L'observation du tableau 62 montre la quasi-absence de la fonction publique en Gironde, dans les Landes et le Lot-et-Garonne, alors qu'industrie et négoce intéressent les Basses-Pyrénées et la Gironde et très peu les autres départements.

Tableau 60 – Nombre et montant des successions par niveaux

Tableau 60 – Nombre et montant des successions par niveaux

Tableau 61 – Répartition de l’actif successoral aquitain

Tableau 61 – Répartition de l’actif successoral aquitain

Tableau 62 – Activités professionnelles et niveau des successions

Tableau 62 – Activités professionnelles et niveau des successions

73Dans les Landes, la domination des cinq propriétaires et du maître de forges (Boulart) est évidente (5 403 307 F soit 94,25 % de l'actif), mais correspond-elle à la réalité puisque nous ne disposons que de neuf cas ? Dans les Basses-Pyrénées, où les vingt-quatre successions se répartissent entre neuf catégories socio-professionnelles, ce sont encore les professions libérales, les propriétaires et un magistrat qui déclarent 84 % des biens de succession. Les fonctionnaires et un officier supérieur sont peu fortunés et le plus aisé des industriels laisse 205 502 F à sa veuve et à ses deux enfants, tandis que le plus riche des négociants laisse en héritage à sept enfants 304 949 F. Quel contraste avec le procureur Daguenet qui peut réserver à sa fille unique, l'ensemble des valeurs, liquidités et domaines d'un montant de 1 602 247 F lorsqu'il meurt en 1886 !

74En Lot-et-Garonne, il suffit d'un avocat et d'un propriétaire pour fausser les conclusions. Cet avocat a 48 % de l'actif du département avec une succession de 1 050 639 F ; le propriétaire, qui appartient à l'aristocratie, peut transmettre à son frère des biens de plus d'un demi-million de francs-or. Ensemble, ces deux défunts représentent 75 % des successions du Lot-et-Garonne. Que reste-t-il pour les autres avocats (médiane de 82 285 F), pour les médecins ou l'unique fonctionnaire receveur-percepteur ? Soulignons le retard socio-économique de ce département où ne figurent parmi les élus, ni industriels, ni négociants.

75En Dordogne où l'éventail des professions plus large témoigne d'un certain dynamisme, nous retrouvons cependant le poids des mêmes catégories : avocats, médecins, propriétaires totalisant 72,95 % des successions, voire 80 % si l'on ajoute celle de cet officier de cavalerie, déclaré propriétaire lors de son décès et dont les biens urbains et ruraux, le portefeuille de valeurs et les objets d'art s'élèvent à près de deux millions de francs or. Il s'agit ici de biens propres et l'on regrette que le régime de séparation de biens adopté au contrat de mariage nous prive de la connaissance des bleus propres de l'épouse et du train de vie du ménage ; pour les mêmes raisons, nous échappe le genre de vie de l'imprimeur Paul Dupont, plus que millionnaire à son décès.

76Le poids des propriétaires et négociants est écrasant en Gironde comparé à celui des cinq autres professions des parlementaires de ce département : 11 371 388 F soit 90,5 % de l'actif successoral des élus girondins. Mais quels propriétaires et quels négociants ! Ceux de Haut-Brion avec Amédée Larrieu, du Sauternais avec les Lur-Saluces (château Filhot, domaine de Fargues...), de Pomerol avec Joseph Brisson, de Saint-Emilion avec G. Combrouze... ; d'autres encore, moins fortunés, tels le duc Decazes dont la cession à son fils, peu de temps avant sa mort, du domaine de la Grave à Bonzac, au prix de 490 000 F, ne couvre ni les reprises de la duchesse, ni le remboursement des hypothèques : succession négative pour l'Enregistrement mais dont nous n'avons certainement pas la totalité des biens puisqu'en 1864, une appréciation administrative signalait une "fortune territoriale importante", château, bâtiments d'exploitation, servitudes, logements des domestiques et terres...

77L'ensemble des successions des parlementaires girondins propriétaires s'élève à 5 384 958 F, très proche du chiffre de celles des négociants bordelais (5 986 430 F) parmi lesquels les noms d'Armand Lalande, Antoine Jourde, Jean-Paul Journu, d'autres encore... (médiane des négociants bordelais est de 538 231 F). Les autres professions, représentées par douze parlementaires, se partagent les 1 066 650 F restant de l'actif successoral de la Gironde.

78Que pouvons-nous retenir de l'analyse des successions ? Sur 102 parlementaires aquitains, 46 laissent des successions modestes qui témoignent souvent d'une fin d'existence difficile ; modicité de moyens telle que veuves ou enfants renoncent à acquitter des droits de succession pour si peu de bénéfices. Ni la carrière politique (si elle existe réellement) ni la profession n'ont favorisé l'enrichissement ; c'est vrai pour les fonctionnaires publics et certaines professions libérales et juridiques, en revanche, propriétaires, négociants, industriels et avocats sont à la fois nantis et notables dans leur grande majorité. Des cas isolés (officiers supérieurs ou magistrats dans certains départements) ne peuvent être retenus. En vérité, cette situation est-elle si différente de celle constatée lors de l'étude des contrats de mariage ? L'âge a donné des opportunités d'accroissement du capital par legs, héritages (les fameuses "espérances" des contrats) ou gestion efficace des biens propres ou de communauté, l'acquisition de domaines de rapport, la constitution d'un portefeuille, de telle sorte que les propres et apports sont souvent supérieurs à la part d'acquêts revenant à la succession.

79Il faudrait approfondir chaque cas individuellement pour comprendre comment certains qui avaient toutes les possibilités d'enrichissement au moment de leur mariage se retrouvent, au décès, avec la moitié de l'actif de communauté en guise de succession : de l'apport au contrat en 1882, d'un montant de 750 000 F, la succession d'un industriel ne laisse aucune trace et se réduit à 118 262 F en 1897 à partager entre cinq enfants.

80En Dordogne, nous avons ce propriétaire, mort en 1914, qui avait hérité de ses parents des biens s'élevant à 2 313 219 F, mais sa succession n'est que de 861 683 F. Mauvaises affaires ? Train de vie trop fastueux ? Un cas similaire avec ce médecin qui, ayant dépensé ses divers héritages pour payer ses études, dispose à son décès d'un livret de Caisse d'épargne, d'une maison à Bordeaux provenant de la succession de sa mère et d'une assurance-vie : en vingt-trois ans de mariage, il laisse à ses trois enfants une succession de 107 814 F, soit un enrichissement de 20 614 F. La succession de Jean Castaignède, notaire dans les Landes se compose seulement de biens propres, la communauté d'acquêts se retrouvant négative par les reprises de sa veuve ; ses deux enfants héritent de 233 820 F, de créances, vente de bois, immeubles et office de notaire.

81Nous pourrions multiplier les exemples, mais nous n'avons pas trouvé de véritable enrichissement lié à l'apport de l'épouse dans les quelques déclarations pour lesquelles nous disposions à la fois des contrats, des acquêts, des héritages et de la succession.

82Lorsqu'il y a enrichissement ou déficit (nous avons trouvé des successions négatives pour dettes : ex. 5 997 245 F pour un actif de 894 904 F), nous sommes incapables d'en expliquer les causes, sauf dans le cas précité où les jugements du tribunal de commerce de Bordeaux, ou l'arrêt de la cour d'Assises de la Seine condamnent cet avocat au profit de plusieurs caisses d'assurances sociales, d'une banque (Soula) ou du Trésor...

83Trop d'éléments constitutifs d'un patrimoine, de sa gestion ou de sa dilapidation nous font défaut pour conclure honnêtement au sujet de l'enrichissement qui aurait favorisé une carrière politique.

84Existe-t-il une concordance entre milieu socio-professionnel, niveau de fortune et options politiques ?

85Nous savons déjà que l'origine sociale, la notoriété familiale autant que le patrimoine ancestral, conforté parfois par les alliances matrimoniales et les héritages sont des facteurs déterminants pour l'entrée en politique ou l'enracinement dans la carrière. Au sommet de la hiérarchie des parlementaires aquitains se trouvent les représentants des grands vignobles, des négociants bordelais, des propriétaires de domaines de rapport en Dordogne et dans les Landes, de certains grands avocats ou de hauts magistrats ; des hommes tels A. Lalande, bâtisseur d'une solide fortune, difficilement intégré dans la bonne bourgeoisie bordelaise malgré son mariage, ne choisissent pas, pour autant, le parti politique de la belle-famille. D'autres, dépourvus de fortune mais non d'ambition, se font connaître dans leur milieu professionnel, nouent des relations dans et par leur clientèle : avocats, médecins, magistrats, fonctionnaires. Peuvent-ils inscrire leur carrière politique dans la durée s'ils n'ont ni fortune, ni réseau d'influence ? Enfin, sont-ils déterminés par des critères financiers dans leur choix de la droite ou de la gauche ?

86Comparons les niveaux de succession des élus de droite et de gauche des trois départements pour lesquels nous disposons de données suffisantes et voyons si l'on peut établir aussi un rapport entre profession et option politique.

3 - Niveaux de fortune, professions et options politiques

87En Aquitaine, 70,25 % des biens de succession appartiennent aux élus de droite (droite, centre-droit et extrême droite) contre 29,75 % aux élus de gauche (gauche, centre-gauche, extrême gauche).

88Globalement, les résultats par départements distinguent la Gironde où la gauche est en tête avec 56,7 % d'élus et 55,1 % de l'actif successoral alors qu'ailleurs, la droite dépasse toujours 80 % (cf. tableau 63). La médiane générale est cependant quatre fois plus forte à droite qu'à gauche dans ce même département (cf. tableau 64).

Tableau 63 - L'actif successoral par département et étiquette politique

Tableau 63 - L'actif successoral par département et étiquette politique

Tableau 64 - Médianes

Départements

Droite

Gauche

Dordogne

297 642

43 485

Gironde

383 590

77 541

Landes

291 432

77 000

Lot-et-Garonne

48 860

32 555

Basses-Pyrénées

136 043

109 980

89La situation particulière de la Gironde, dans le rapport gauche-actif successoral peut s'expliquer par l'appartenance de certains élus à la catégorie sociale fortunée qui enrichissent ainsi la gauche parlementaire du département. Votent à gauche en effet des négociants et un propriétaire :

90Armand Lalande : 2 951 644 F de succession ;

91Amédée Larrieu : 1 161 537 F de succession ;

92Thomas de Lur-Saluces : 1 562 522 F de succession ;

93Total : 5 675 703 F soit 83,81 %.

94Ensemble, les quatre autres propriétaires élus de gauche en Gironde ne totalisent pas le dixième des biens de ces trois représentants de la haute société de Gironde : diversité de niveau à l'intérieur d'une même catégorie socio-professionnelle certes (nous l'avons déjà montré) mais semble-t-il aussi, aucun lien entre profession et choix politique ?

95Nous avons dressé trois tableaux comparatifs des niveaux de fortune et des professions des élus de droite et de gauche de la Dordogne, de la Gironde et des Basses-pyrénées (cf. tableau 65).

Les élus de droite

96Laissons la tranche inférieure (0 à 9 999 F) qui n'a pas de représentant en Dordogne, mais deux élus de profession inconnue en Gironde, dont l'un n'a que 752,5 F à déclarer et deux élus des Basses-Pyrénées (un officier et un haut-fonctionnaire) dont les successions avoisinent chacune 8 000 F. Les pourcentages (0,12 % et 0,33 %) sont négligeables.

97Un regard sur le niveau entre 10 000 F et 99 999 F montre que, dans chaque département, trois élus représentent 2,35 %, 2,65 %, 2,84 % de l'actif de la droite. Il s'agit de trois propriétaires, trois médecins, un négociant, un industriel, un avocat. Leurs biens sont compris entre

9832 750 F et 59 427 F en Dordogne ;

9930 712 F et 88 594 F en Gironde ;

10015 574 F et 74 625 F dans les Basses-Pyrénées.

101Successions modestes qui témoignent d'un niveau de vie très moyen voire médiocre.

102Autrement intéressante est la tranche entre 100 000 F et 1 000 000 F :

103neuf élus en Dordogne représentent 46,70 % ;

104sept élus en Gironde représentent 72,95 % ;

105onze élus dans les Basses-Pyrénées représentent 63,16 %.

106Ce sont en majorité des propriétaires (quatorze), des avocats (six), des négociants (trois), des industriels (deux), un médecin et un magistrat, c'est à dire l'élite des catégories socio-professionnelles : propriétaire, milieu des affaires, professions libérale et juridique. Ici pas de représentant de la fonction publique ni du secteur privé moyen.

107Les successions se situent entre 103 000 F et 861 683 F en Dordogne, 118 262 F et 959 620 F en Gironde, 132 682 F et 465 064 F dans les Basses-Pyrénées, c'est à dire permettent une honnête aisance et même un très bon train de vie (la succession ne représente qu'une part de la société d'acquêts et les propres du défunt, ne l'oublions pas !).

108Quant au niveau supérieur à 1 000 000 F, il est représenté en Dordogne par deux élus, un industriel et un officier supérieur (propriétaire également) soit 50,95 % de l'actif. En Gironde, un élu, négociant détient 24,28 % de l'actif successoral de la droite et dans les Basses-Pyrénées, un seul haut magistrat avec une succession de 1 602 247 F représente 33,67 % des successions. Autrement dit, d'une aisance à la fortune, nous avons, à droite :

109onze élus de Dordogne (97,65 % des successions) ;

110huit élus en Gironde (97,23 % des successions) ;

111douze élus des Basses-Pyrénées (96,83 % des successions).

112Trouvons-nous une situation identique en examinant les niveaux de fortune et de profession des élus de gauche ?

Les élus de gauche

113A l'exception de la Gironde, il n'y a pas, en Aquitaine, de millionnaire parmi les élus de gauche. Affirmation étayée par l'examen de quelques successions des Landes et du Lot-et-Garonne.

114Le niveau inférieur à 10 000 F est représenté en Dordogne par un avoué qui laisse 3 825 F, en Gironde par trois propriétaires dont le plus "riche" a 5 599 F et un avocat qui dispose de 388 F ! Dans les Basses-Pyrénées, un élu négociant ne dispose que de 252 F à son décès.

115Négligeons cette tranche, comme nous l'avons fait pour la droite.

116L'essentiel se situe dans les niveaux entre 10 000 F et 1 000 000 F :

117onze élus en Dordogne (99,6 % des successions) ;

118dix élus en Gironde (16 % des successions) car 83,81 %

119supérieurs à un million ;

120cinq élus des Basses-Pyrénées (99,3 % des successions).

121Le niveau entre 10 000 F et 100 000 F se situe :

122en Dordogne, entre 32 384 F et 70 116 F ;

123en Gironde, entre 11 572 F et 84 625 F ; dans les Basses-Pyrénées, entre 66 462 F et 87 279 F.

124Ce sont des propriétaires (quatre), des avocats (quatre), des médecins (quatre), deux fonctionnaires et un négociant soit quinze élus.

125Entre 100 000 F et 1 000 000 F, il s'agit de deux propriétaires, trois médecins, deux avocats, un notaire, un magistrat, un négociant, un fonctionnaire, soit onze élus, qui laissent au décès :

126en Dordogne entre 103 946 F et 212 034 F ;

127en Gironde, entre 116 408 F et 330 884 F où un négociant et un propriétaire jouissent d'une bonne aisance ;

128dans les Basses-Pyrénées, entre 109 980 F et 661 513 F, du fait d'un industriel et d'un avocat.

129La comparaison entre droite et gauche, par niveaux de fortune et activités professionnelles, renforce les conclusions que nous avions déduites des contrats de mariage : il existe à droite comme à gauche, une catégorie de parlementaires sans fortune (252 F à 7 869 F) qui, quelle que soit la profession exercée, a vécu chichement et n'est pas en mesure de faire carrière. Lorsqu'on dépasse les 10 000 F de biens, le nombre d'élus de gauche (quinze) est bien supérieur à ceux de la droite (six) et représente, principalement en Dordogne, la moitié des élus. Les professions exercées sont, à peu de cas près (les fonctionnaires), les mêmes ainsi que l'éventail des successions dans ce niveau, 10 000 F à 100 000 F. On peut penser que l'opportunité d'une ascension sociale par la politique est un stimulant plus grand à gauche qu’à droite, mais les tranches supérieures de la fortune (entre 100 000 F et 1 000 000 F) laissent peu de place, à droite, dans la compétition électorale pour des candidats dépourvus de richesse et d'influence : vingt-sept élus, entre 100 000 F et 1 000 000 F, quatre élus supérieurs à 1 000 000 F à droite, alors qu'à gauche, onze candidats seulement et trois supérieurs à un million en Gironde, parce qu'il s'agit d'une couche sociale transfuge aux valeurs de son milieu d'origine.

130En bref, les élus de droite bénéficient de leurs assises sociales, de la solidité de leur patrimoine et de leurs alliances familiales pour l’emporter sur leurs adversaires qui, à égalité de profession, de défense d'une même conception de la vie, n'ont ni fortune, ni clientèle électoralement acquise par tradition ; ceci est clair dans les trois départements étudiés.

131A gauche, la compétition est plus ouverte, l'absence de fortune ne semble pas être un désavantage à l'élection ou à la carrière d'un candidat qui milite en faveur de l'égalité des chances. Il est cependant évident qu'en cette fin du xixe siècle la droite reste prépondérante en Aquitaine, que ce soit au niveau du patrimoine, de la position sociale ou de la politique.

132Il est dommage que nous n'ayons pas pu mener notre enquête jusqu'à la fin de la Troisième république, faute de documents. Un bouleversement des situations est certainement démontrable : les conséquences de la guerre, de la crise de 1929, de la chute des prix et des revenus agricoles devaient fatalement entamer les positions des grands propriétaires fonciers, des négociants et industriels et laisser place à de nouvelles couches sociales profitant d'un changement de mentalité de l'électorat.

133Pour répondre à l'interrogation que nous posons en introduction, les alliances matrimoniales, en Aquitaine et dans la bonne bourgeoisie, ne sont pas conçues en terme d'enrichissement mais plutôt comme le renforcement d'une caste dirigeante qui entend préserver son pouvoir et ses traditions. La nouvelle couche sociale n'a pas les moyens de ses ambitions et ne peut encore prétendre à des mariages lucratifs, les épouses apportent rarement une dot autorisant une honnête aisance et les succès en politique. Pour ces nouveaux élus, l'intégration dans une famille notoirement connue, localement ou dans la région, est un excellent tremplin pour la députation ; l'activité professionnelle est le moyen d'assurer l'aisance et d'élargir les relations.

134A la veille de la Première Guerre mondiale, on peut dire qu'en Aquitaine, ce n'est pas la politique qui enrichit les parlementaires ; l'indemnité parlementaire suffit à peine pour quelques uns à les préserver de la misère.

Tableau 65 - Options politiques et niveaux de fortune

Tableau 65 - Options politiques et niveaux de fortune

Notes

1 ESTËBE Jean, Les ministres de la République 1871-1914, Paris, 1982.

2 DAUMARD Adeline, sous la direction de, Les fortunes françaises au xixe siècle, Mouton, 1973.

3 La collecte des contrats et des successions a été effectuée par Bernard Lachaise pour la Dordogne. Jacqueline Herpin, Joël Dubos et Bernard Lachaise pour la Gironde, Bernard Lachaise pour les Landes et le Lot-et-Garonne et Jean-Paul Jourdan pour les Basses-Pyrénées.

4 MICHALET Charles-Albert, Les placements des épargnants français de 1815 à nos jours, P.U.F., 1968.

5 Voir sa biographie par François-Xavier Tregan, Henri du Perier de Larsan. Itinéraire d'un républicain passionné en pays du Médoc. T.E.R. d'histoire contemporaine sous la direction de Jean-Claude Drouin, 1989. U.F.R. d'histoire. Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

Table des illustrations

Titre Tableau 46 - Age moyen au mariage en Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 47 - Age au mariage des époux et âge à la 1ère élection des parlementaires de la Dordogne entre 1870 et 1914
Légende 4 mariages après la 1ère élection : Clament, Escande, Lanauve, Sarlande.23 se marient entre 21 et 29 ans.11 se marient entre 30 et 40 ans.1 à 42 ans, 1 à 58 ans.Paul Dupont se marie 2 fois : veuf en 1842, se remarie en 1854.Oscar de Fourtou se marie 2 fois : veuf en 1861, se remarie en 1863.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Tableau 48 - Parlementaires de l'Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Tableau 48 - suite
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Tableau 49 - Les régimes matrimoniaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 50 - Niveaux des apports des maris
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 51 - Niveaux des apports des épouses
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 52 – Les alliances matrimoniales
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 53 – Apports au mariage selon la profession de l’époux et du père de l’épouse
Légende * Calculés en foncion des contrats chiffrés et non de la totalité des contrats étudiés. \ Non significatif.Apport global des époux = 6 798 319 F. les futurs épouses apportent 7 956 531 F,
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Tableau 56 - Répartition des apports par nature de biens
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 58 - Les héritiers
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 60 – Nombre et montant des successions par niveaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Tableau 61 – Répartition de l’actif successoral aquitain
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 62 – Activités professionnelles et niveau des successions
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 63 - L'actif successoral par département et étiquette politique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 65 - Options politiques et niveaux de fortune
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19705/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540