Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 4. Éléments d'une sociabilité

Texte intégral

1Les origines et les traditions politiques familiales, l'appartenance à un milieu social donné, l'enracinement géographique et l'exercice de mandats locaux ne constituent pas les seuls atouts favorables à l'entrée dans la carrière parlementaire. Se mouvoir dans des cercles de sociabilité les plus divers et qui peuvent former autant de leviers majeurs est à considérer. On peut, de ce point de vue, s'interroger plus particulièrement sur la sociabilité franc-maçonne et, dans un second temps, en étudiant le seul exemple girondin, relever les autres formes d'engagement dans des réseaux sociaux.

I - PARLEMENTAIRES ET FRANCS-MAÇONS

2Il n'est pas facile de faire des recherches sur une société secrète. Très souvent, on ne peut connaître de leur vivant l'appartenance des hommes politiques aux obédiences maçonniques. Ce problème relève souvent de la polémique électorale. Même si l’on a recensé qu'un député ou sénateur était bien membre de la franc-maçonnerie, il est difficile, faute de document d'archives conservées localement, de connaître sa véritable activité dans l'ordre. Grâce à l'aide de M. Johel Coutura, spécialiste de l'histoire de la maçonnerie dans l'Aquitaine à qui nous avons demandé la confirmation de nos propres recherches, et après consultation des dossiers élaborés d'une façon collective à l'ERHPC, nous proposons simplement dans ces quelques notes des pistes de recherche dans un domaine encore inexploré en grande partie. Il s'agit de dresser un catalogue complet des députés et sénateurs de la région de l'Aquitaine occidentale qui ont été, avant ou après leur élection, membres de la franc-maçonnerie. En négligeant, faute de documents, leur carrière maçonnique et surtout leurs discours et leurs écrits, notre but est uniquement de montrer sur le plan quantitatif l'importance des maçons dans le personnel politique de la IIIe République. Nos hypothèses de départ étaient que le nombre de parlementaires maçons devait être important lors de la crise du 16 mai 1877, de l'installation profonde des républicains à partir de 1879, du succès du bloc des gauches, du cartel des gauches et du front populaire. Nous avons pris comme centre de l'étude la date de la première élection comme parlementaire. Au total, les résultats confirment les hypothèses et apportent des éléments nouveaux (tableaux 41 et 42). Si les élections de 1876, 1877 ne donnent que deux noms nouveaux, il y avait déjà dès 1871 cinq parlementaires maçons qui sont restés en place lors des élections suivantes.

3Il est évident qu'après la grande rupture de 1877 le Grand Orient de France a favorisé la politique laïque et anticléricale : 18 nouveaux parlementaires sont élus entre 1879 et 1885 ; c'est le record pour toute la période : 6 pour la seule année 1885 dans les cinq départements. De 1885 à 1914, le rythme est considérablement ralenti sauf 3 en 1889. Mais, même si l'on tient compte des morts et des échecs électoraux, l'effectif des années fécondes antérieures continue à siéger dans les deux assemblées. D'une façon un peu étonnante, les années de 1902 à 1914 sont des années creuses ; 4 seulement contre 5 entre 1897 et 1902. De 1919 à 1936, le renouvellement des générations s'effectue essentiellement en Gironde : 10 sur les 14 de la région lors des élections de 1924 et de 1932, les élections de 1936 apportant deux noms nouveaux.

4L'aspect statistique occulte bien sûr la diversité des situations. Certains maçons initiés dans leur jeunesse ont évolué dans des sens différents comme Henri Labroue rallié à la politique anti maçonnique et antisémite du régime de Vichy. Nous avons seulement indiqué les carrières politiques de longueur et d'intensité différentes. Un député peut siéger une seule législature (Jules Steeg en Gironde) ou devenir sur plus de trente ans député, sénateur, ministre, président du Conseil (Ernest Monis, Georges Leygues). Au total, il semble que l'appartenance à la maçonnerie a été un facteur important pour l'élection et les réélections des parlementaires en Gironde, en Dordogne et dans le Lot-et-Garonne, moins important pour les Landes, et presque insignifiant pour les Basses-Pyrénées. Dans le temps, la fondation s'étend sur trente ans, de 1871 à 1902 puis à la consolidation entre 1902 et 1914 (grâce aux réélections plus qu'à des élections nouvelles : 4 seulement) succède une nouvelle vague de 1919 à 1936 : la "chaîne d'union" est renouée en permanence.

5Sur les 49 députés et sénateurs de la Dordogne de la période 1871-1919, près du quart (24,4 %) appartiennent à la maçonnerie. Le premier est Albert Garrigat en 1876. La période la plus faste s'étend de 1881 à 1885.

61881 : 5 élus :

7Aurélien Brugère : La Ruche des Patriotes à Ribérac.

8Henri Chavoix : Les Amis Persévérants et l'Etoile de Vésone réunis - Périgueux.

9Alcide Dusolier : Nontron.

Tableau 41 – Élections de députés et de sénateurs membres de la Franc-maçonnerie

Tableau 41 – Élections de députés et de sénateurs membres de la Franc-maçonnerie

Tableau 42 – Évolution du nombre de parlementaires maçons

Tableau 42 – Évolution du nombre de parlementaires maçons

1 - Parlementaires maçons
2 - Total des parlementaires
3 - Pourcentages

10Georges Escande : La Parfaite Harmonie - Sarlat.

11Albert Theulier : Périgueux.

121885 : 2 élus :

13Georges Fonbelle-Labrousse : Les Amis Persévérants et l'Etoile de Vésone réunis - Périgueux.

14Antoine Gadaud : Les Amis Persévérants et l'Etoile de Vésone réunis. - Périgueux.

15Ces élus furent des personnalités politiques de premier plan dans le département : Henri Chavoix resta député sans interruption jusqu'en 1919, Alcide Dusolier fut député de 1881 à 1885 et ensuite sénateur de 1885 à 1912, Antoine Gadaud fut également sénateur de 1891 à 1897, date de sa mort. Albert Theulier siégea de 1881 à 1902 au Palais Bourbon.

16Dans les années 1890, la relève fut opérée lors des élections partielles ou générales.

171889 : Marc Villemonte-Laclergerie : Les Amis Persévérants et l'Etoile de Vésone réunis - Périgueux.

181890 : Clément Clament : Les Vrais Frères de Bergerac.

191893 : Georges Saumande : La Tolérance no 246 de Périgueux.

20Il s'agit de députés de centre gauche, à la longue carrière : Saumande reste député de 1893 à 1928 et Clament de 1890 à 1924. Le premier fut maire de Périgueux. Le dernier, député maçon de la période antérieure à 1914, ne l'était pas quand il fut élu en 1902 ; en effet, Léon Sireyjol, membre de la Solidarité nontronnaise ne fut initié qu'en 1906. Lui aussi resta longtemps député (1902-1921) puis devient sénateur de 1921 à 1942.

21Au total, la Dordogne paraît particulièrement riche en parlementaires maçons représentants de la gauche et du centre-gauche ayant connu un très longue carrière sur plusieurs décennies. La loge La Tolérance à laquelle appartenait Georges Saumande fut celle d'un autre député d'après 1919, Camille Bedin (1893-1979), élu en 1936 et un des opposants au maréchal Pétain en 1940. Marcel Michel, député de 1928 à 1945 était également franc-maçon. Ainsi parmi les nouveaux élus après 1919, deux seulement étaient maçons.

22L'autre département où le pourcentage des parlementaires maçons dépasse 25 % est le Lot-et-Garonne : 8 sur 30 sur la période 1871-1919, soit 26,6 %. Si l'on ajoute deux parlementaires pour la période 1919-1940 le taux est inférieur : 10 sur 43 soit 23,25 % ce qui d'ailleurs est le record des cinq départements devant la Gironde (23 %).

23Le premier député maçon en 1879 est Pierre Deluns-Montaud (1845-1907), représentant de la gauche. Six ans plus tard, deux autres maçons vinrent rejoindre un porte parole de la gauche : Joseph de Mondenard (1839-1898) et un autre du centre droit, Georges Leygues (1857-1933) à la carrière particulièrement longue : 48 ans de députation ! Les autres élus d'avant 1914 appartiennent aux formations de gauche ou de centre gauche.

241888 : Jean-Baptiste Durand (1843-1902), sénateur jusqu'en 1897 (centre gauche).

251890 : Jean-Baptiste Darlan (1848-1912), député jusqu'en 1898 (centre gauche).

261898 : Jules-Louis Lagasse (1860-1940) 1898-1902 et 1906-1910 (gauche).

271898 : Nicolas Melliet (1843-1909) 1898-1902 (gauche).

281910 : Jules Cels-Couybes (1865-1938) 1910-1924 et 1928-1932 (gauche).

29Après 1919, il n’y a que deux parlementaires maçons mais leur place n'est pas insignifiante ; il s'agit du fils de l'ancien président de la République, André Fallières (1875-1968) et de l'historien Gaston Martin (1886-1960). Le premier fut en fait initié après son élection à La Justice de Marmande en 1920, il fut député de 1919 à 1928 puis sénateur de 1932 à 1940. Le second, député de 1932 à 1936, fut professeur d’histoire à la faculté des lettres de Bordeaux et haut dignitaire comme membre du Conseil de l’Ordre du Grand Orient. Leurs orientations politiques sont plus modérées que les francs maçons d’avant 1914 : si Gaston Martin est qualifié de "gauche", André Fallières est le porte-parole de la droite.

30Ainsi de 1885 à 1940 le Lot-et-Garonne fut souvent représenté dans les deux Chambres par des députés et sénateurs maçons : Georges Leygues et Jean-Baptiste Darlan, André Fallières et Gaston Martin ont incarné cette continuité.

31Les Landes présentent un pourcentage inférieur à 20 % (18,3 %) pour la période antérieure à 1919 : 6 francs-maçons sur 34 élus avant 1919. Les deux premiers sont des cas un peu exceptionnels d’opposants républicains du Second Empire, héritiers de l’esprit de 1848. Pascal Duprat (1816-1885), élu en 1871, avait été initié en 1869 à L'union parfaite de la persévérance, Benoît Martin Sourigues (1820-1891), élu en 1877, était membre de la Sobriété de Dax, il avait été candidat dans le département dès les élections du 13 mai 1849.

32Une nouvelle génération est représentée par Victor Christophe Lourties (1844-1922) élu sénateur en 1888 et cité la même année dans La Chaîne d'Union. Ce sénateur qui siégea 32 ans au Luxembourg a été un pionnier du mutualisme en Aquitaine et en France.

33Au Palais Bourbon, François Jumel (1847-1918), élu en 1886, siégea, lui, 20 ans jusqu’en 1906. Il fut battu alors par un autre franc-maçon, Léo Bouyssou (1872-1935) membre de la loge Les Travailleurs de Levallois-Perret. Ce député fut jusqu'à sa mort le porte-parole du radicalisme dans les Landes. La continuité est également représentée par Gaston Lalanne (1872-1957) élu en 1911, député jusqu'en 1914, puis à nouveau de 1919 à 1932. Il était membre de l'''Association fraternelle des journalistes".

34Il est évident que la franc-maçonnerie est liée dans les Landes sur le plan politique aux progrès des idées républicaines avec Pascal Duprat au xixe siècle et à l'épanouissement du radicalisme dans le premier tiers du xxe siècle. L'estimation quantitative est relativement faible mais symboliquement la franc-maçonnerie landaise a possédé en Léo Bouyssou et Victor Lourties deux représentants éminents dans l'arène politique et les réseaux associatifs. En outre, sans être lui-même initié, le fils de Victor Lourties a été lui aussi sénateur des Landes de 1932 à 1941 : il s'agit de Victor Louis Gabriel Lourties.

35Le cas des Basses-Pyrénées est particulier dans la région Aquitaine : 3 francs-maçons sur 43 élus avant 1919 soit 6,9 %, ce qui est le pourcentage le plus faible. Deux sur les trois sont des cas exceptionnels : Eugène Duclerc (1812-1888), successivement membre de l’Assemblée nationale puis sénateur inamovible, est le représentant de l'opposition républicaine depuis 1851 ; il est comme Pascal Duprat dans les Landes le porte-parole de l'esprit de 1848 ; Léon Say (1826-1896), élu lui aussi en 1871, est le type du grand notable de notoriété nationale qui n'a pas de liens privilégiés avec le département. Il était membre de la Grande Loge Symbolique Ecossaise. Jusqu'en 1896 il occupa des fonctions importantes comme député, sénateur ou ministre.

36Le dernier maçon élu en 1881 est lui aussi représentant de la génération née entre 1810 et 1830 ; il s‘agit de Jean Baptiste Plantié (1817-1889), maire de Bayonne, membre de la Zelée de la même ville dès 1840, député de 1881 à 1885, puis sénateur jusqu'à sa mort.

37Ces francs-maçons appartiennent évidemment aux tendances de la gauche (Duclerc) ou centre-gauche (Léon Say et J.B. Plantié). Après 1896, il n'y a plus de député ou de sénateur appartenant aux obédiences maçonniques et représentant les Basses Pyrénées. Par ce caractère, ce département est très original par rapport aux départements de l'Aquitaine occidentale.

38Le cas de la Gironde nous rapproche de la moyenne des autres départements autres que les Basses-Pyrénées. Sur 84 parlementaires avant 1914 : 18 ont appartenu à l'ordre soit 21,4 %. Pour la période 1919-1940, le département a fourni 10 francs-maçons contre 2 en Dordogne et en Lot-et-Garonne et aucun pour les Landes et les Basses-Pyrénées. Au total on compte 28 maçons sur 122 soit 23 %.

39Mais là aussi, les différences sont très considérables. Quoi de commun entre Auguste Blanqui et le duc Decazes ? Le premier n'a été que le député invalidé de Bordeaux de 1879 peu avant sa mort ; le second avait été initié car son père était jusqu'en 1860 le grand maître de la maçonnerie écossaise mais il ne semble avoir eu qu'une activité maçonnique très réduite. Il appartenait à la même tendance que Léon Say.

40Si nous suivons la chronologie des élections : deux maçons furent élus en Gironde en 1871 avec le duc Decazes de Glücksberg (1819-1886) et Armand Caduc (1818-1902). Le second est un ancien des cercles et clubs de 1848 dans la ville très républicaine de La Réole. Proscrit en 1878, il avait été exilé en Grande-Bretagne et en Espagne. Il fut élu sénateur en 1885 et le resta jusqu'à sa mort.

41Le troisième n'est autre que Emile Fourcand (1819-1881), maire de Bordeaux de 1870 à 1874 puis en 1876-1877. D'après le dictionnaire de Daniel Ligou, il était membre de la loge Les Amis Réunis (1851) et L'Anglaise (1867). Caduc avait été réélu député en 1878. D'autres maçons furent élus dans la période 1879-1893.

42Elu en 1879, David Raynal (1840-1903) appartenait à la Loge Anglaise 204 de Bordeaux. D'une famille de négociants Israélites, il fut ensuite un ministre des travaux publics (1883-1885) très exposé aux critiques et ministre de l'Intérieur en 1893. C'est le seul israélite franc-maçon dans l'ensemble des cinq départements, ce qui peut expliquer les attaques dont il fut l'objet de la part des obsédés du complot judéo-maçonnique. Il fut un des personnages éminents de la vie politique bordelaise et nationale pendant 24 ans. Antoine Achard (1814-1879) élu en 1879 ne fut initié qu'en 1880 à la loge La Rose du Parfait Silence à l'Orient de Paris. Maire de Lesparre, il représenta la Gironde de 1879 à 1885 puis ensuite fut député de Paris de 1885 à 1889.

43Trois députés de 1881 furent également maçons. Octave Cazauvielh (1832-1892) fut en fait initié à L'Anglaise 204 en mai 1882, après son élection. Après 1885, il présida le groupe viticole de la Chambre. Son gendre, René Cazauvielh (1859-1941), docteur en médecine et industriel, fut aussi député de la Gironde de 1898 à 1919 mais il ne semble pas avoir été franc-maçon.

44C'est toujours L'Anglaise 204 qui avait en son sein Léon Fourcand (1806-1889) devenu Vénérable d'honneur de cette loge. Ce député de gauche fut battu en 1885.

45Le troisième élu de 1881 est Jules Steeg (1836-1898), pasteur jusqu'en 1876 devenu ensuite un adepte de la libre pensée et auteur de livres et manuels de morale républicaine et laïque. Il resta député jusqu'en 1889 et son rôle fut plus important à Paris qu'à Bordeaux. Son fils, Théodore fut un notable de la IIIe République.

46Une autre génération d'âge arrive à partir de 1885. Ernest Monis (1846-1929), député, sénateur, ministre, président du Conseil pendant 35 ans, membres des Frères Sincères Amis de l'Union ; Fernand Faure (1853-1929), lui aussi député puis sénateur de 1924 à 1929. Ce dernier, avocat, membre des Neuf Sœurs, eut une carrière maçonnique importante car il fut membre du Conseil de l'Ordre du Grand Orient.

47Le cas d'André Lavertujon (1827-1914), sénateur élu en 1888, est intéressant. Ordinairement, il n'est pas cité dans les dictionnaires maçonniques mais dans une note de l'IAES de 1972, Pierre Lamarque a démontré qu'Auguste Lavertujon, domicilié à Confolens, inscrit sur le tableau de la Loge Française Elue écossaise et le journaliste bordelais André Lavertujon était le même personnage. Imprimeur et journaliste à La Gironde, Lavertujon joua un rôle important en 1870 comme secrétaire général du gouvernement de la défense nationale avec Gambetta. Fondateur dès le Second Empire de La Tribune avec Pelletan, il était devenu président du syndicat de la presse démocratique. Sénateur de 1888 à 1897, Lavertujon écrivit de nombreux livres et articles où il se montrait le défenseur de la philosophie positiviste. Il était en relations avec un autre Bordelais, journaliste et franc-maçon comme lui, Lucien Victor Meunier.

48Un élu de 1889, Antoine Jourde (1848-1923), député de 1889 à 1902 et de 1906 à 1910, fut membre du Conseil de l'Ordre du Grand Orient. Il avait fondé en 1885 la loge Le Grand Progrès Social après avoir été initié à Angers en 1876. Membre du Conseil de l'ordre de 1903 à 1906, ce personnage à la carrière politique complexe est cité dans tous les dictionnaires maçonniques.

49Abel Surchamp (1846-1913), député jusqu'en 1902, maire de Libourne, a été lui aussi membre du conseil de l'ordre.

50Presque toutes les élections permettent à un franc-maçon bordelais ou girondin de devenir député : en 1893, Théophile Goujon (1848-1932), député jusqu'en 1902 ; en 1897, Guillaume Chastenet de Castaing (1858-1953) député de 1887 à 1912 puis sénateur de 1912 à 1932 ; en 1902, Chaumet (1866-1932) député jusqu'en 1912 puis sénateur de 1923 à 1932. Il était depuis 1887 membre de La Française d'Aquitaine. Journaliste à La Gironde, président de la ligue maritime et coloniale, Chaumet joua un rôle dans les associations groupant les originaires de la Gironde à Paris et eut une carrière nationale comme ministre et président de l'Académie de marine. Enfin en 1914 fut élu Henri Labroue (1880-1964), membre des Droits de l'Homme. La carrière maçonnique de ce député radical s'arrêta en 1933 par sa démission mais lorsque Labroue devint plus tard professeur d'histoire du judaïsme à la Sorbonne, certains lui reprochèrent son ancienne appartenance à la maçonnerie. Labroue fut à nouveau député de 1928 à 1932.

51Ainsi la date d'élection prise comme critère n'est pas un très bon indicateur.

52Même si il n'y a que 10 nouveaux députés francs-maçons après 1919, il faut y ajouter ceux élus avant 1914 et qui continuent à siéger dans les assemblées (Chastenet, Chaumet, Labroue, Faure).

53Les adversaires de certains hommes politiques les accusaient dans les campagnes de faire partie des loges mais les preuves manquent pour eux. C'est le cas de Ludovic Trarieux, fondateur de La Ligue du Droit de l'Homme, de Simiot qui demande des obsèques civiles en 1879. Même s'il n'eut aucun mandat parlementaire, on peut avancer que le journaliste Lucien Victor Meunier (1857-1930) joua un rôle important dans les campagnes électorales de la période 1903-1930. Lui-même eut une carrière et une activité maçonniques très riches. Fils d'un journaliste scientifique, Amédée Victor Meunier (1817-1903) qui fut un des membres éminents de l'Association des journalistes républicains français, il avait collaboré au Cri du Peuple puis au Rappel (1883-1903). A partir de 1903, il fut le principal rédacteur de La France de Bordeaux et du Sud-Ouest. De 1882 à sa mort, il cumula des fonctions importante dans les associations syndicales de journalistes d'opinion républicaine.

54Au total, il apparaît que deux grandes figures du journalisme girondin ont été membres de la maçonnerie. Dès son origine avec les familles Gounouilhou et Lavertujon, La Gironde a été un des principaux organes de l'opinion républicaine en province ; La Petite Gironde qui naît le 7 avril 1872 représente le même courant républicain et laïque. Créée le 26 mai 1887, La France devient le porte parole du radicalisme avec la plume très polémique de Lucien Victor Meunier.

55Exilé en 1851, André Lavertujon est devenu en 1888 un grand notable républicain ; jusqu'en 1914 il représente le "sage", le "philosophe" qui veut fonder la République sur "l'ordre et le progrès" ; Lucien Victor Meunier, issu de la postérité hugolienne, ami de Jules Vallès, représente aussi la tendance littéraire. Le journaliste girondin était l'auteur de nombreux romans-feuilletons et pièces de théâtre ; il prit aussi la défense de Dreyfus et fut un partisan convaincu de la mutualité. Il avait occupé lui aussi le poste de secrétaire général de l'Association des journalistes républicains.

56Contrairement aux autres départements, la Gironde a élu durant l'Entre-deux-guerres 10 parlementaires nouveaux appartenant à la maçonnerie. Les élections de 1924 sont particulièrement significatives : Jean Dellac, Adolphe Charoulet et Charles Cante comme députés et Armand Calmel (1871-1959) comme sénateur. Ce sont tous des représentants de la "gauche". Jean Dellac (1876-1937) avait été initié dès 1898 aux Francs Chevaliers de Saint André d'Ecosse. Instituteur, journaliste, viticulteur et syndicaliste, il était membre de la Ligue des Droits de l'Homme et fut un des fondateurs du crédit agricole de la Gironde. Sur le plan maçonnique, il faisait partie du "Groupe fraternel de l'enseignement".

57Elu lui aussi radical sur la liste du cartel des gauches, Henri Adolphe Charoulet (1870-1936) était un propriétaire dans la région de Saint-Emilion, membre actif des comices viticoles. Initié le 13 mars 1900 à la loge L'Anglaise 204, il fut enterré civilement. Son mandat ne dura que quatre ans comme Dellac et Charles Cante (1882-1957) initié à la même loge en mars 1907 et qui accéda aux hauts grades (30e). Maire de La Brède, il est l'auteur de travaux sur Charles de Montesquieu et membre de l'association fraternelle des journalistes.

58Armand Calmel (1871-1959) fut mêlé dès sa jeunesse aux mouvements politiques comme président de la Jeunesse républicaine en 1894. Avocat, docteur en droit, il fut initié le 22 octobre 1901 à L'Etoile du Progrès, fut en 1913 président du Couvent du Grand Orient et devint haut dignitaire de l’Ordre, membre du grand conseil des rites et du conseil de l'ordre. Il resta sénateur jusqu'en 1941 et vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

59Si les trois députés francs-maçons radicaux ne furent pas réélus en 1928, un autre les remplaça : il s'agit d'Emile Gellie (1885-1962), propriétaire au château de Plassac dans le Blayais. Initié le 09 juin 1911 à L'Etoile du Progrès, membre du cercle Voltaire, il reçut de nombreuses personnalités politiques dans son château. Politiquement, il était membre de l'Alliance démocratique.

60Trois autres députés francs-maçons sont élus en 1932 : Justin Luquot (1881-1944) initié en 1925 à La Candeur-Le Réveil de Libourne, maire de Coutras, Henri Cazalet (1886-1944) et Emmanuel Roy (1887-1962).

61Cazalet avait été mécanicien à la compagnie du Midi et fut révoqué en 1920 ; il fut délégué des cheminots au comité confédéral de la C.G.T. Initié à La Concorde le 28 avril 1929, il avait été en mars 1930 élu président du Cercle National contre le député Léglise, doyen d'âge. Par la suite, il adhéra au parti socialiste indépendant de Marquet. Son mandat se termina en 1936. Emmanuel Roy fut, lui, réélu en 1936. Fils d'instituteur et instituteur lui-même, ce propriétaire d'un domaine de 130 hectares dans le Libournais fut un actif président de la fédération des vins de France ; il se manifesta aussi par des polémiques avec les autorités religieuses.

62Le dernier député franc-maçon élu en 1936 appartient lui aussi au milieu de l'enseignement comme Dellac ou Roy. André Naphle (1903-1941) fut après sa sortie de l'école normale d'instituteurs secrétaire général du syndicat des instituteurs de la Gironde. Fils de notaire, beau-frère du sénateur Monichon, membre de la S.F.I.O., il fut un ami de Fernand Audeguil, lui-même député du front populaire.

63La quasi-totalité des francs-maçons élus de 1871 à 1936 étaient des tendances du centre-gauche, de la gauche ou de l'extrême gauche. Les seules exceptions furent celles du duc Decazes (droite), de Guillaume Chastenet (centre droit) avant 1914, et du colonel Picot (1862-1938) élu en 1919 sur la liste du Bloc national (centre droit). Saint-Cyrien, initié en 1904 à Carcassonne, lieutenant colonel en 1914. Sa carrière maçonnique n'est pas connue. Chroniqueur militaire de La Petite Gironde, le colonel Picot fut président des "gueules cassées" et du groupe des députés blessés.

64Un certain nombre de députés et sénateurs du centre-droit dont Georges Calmès (1919-1924) ou René Caillier (1932-1941) furent membres du Cercle Voltaire où ils pouvaient rencontrer le radical franc-maçon Henri Labroue, mais celui-ci démissionna en 1933. Antoine Teyssier (1862-1930) élu du Bloc des gauches en 1924 avait été franc-maçon de 1880 à 1888 mais eut des obsèques religieuses.

65D'autres députés ont des liens familiaux avec la franc-maçonnerie : Edouard Eymond élu en 1912, fils d'un membre de L'Anglaise 204 est allié à la famille des notaires Castéja ; René William Thorp (1898-1967), élu radical socialiste de 1936, était le neveu d'Antoine Dubost, franc-maçon éminent et président du Sénat. Enfin, la rumeur courait pour certains historiens que Gabriel Lafaye avait été refusé par deux fois en 1933 et 1934 par la loge La Concorde.

66Sur le long terme, 15 élus de la Gironde entre 1871 et 1893 furent maçons, le rythme décroît ensuite : 3 pour la période 1893-1919 puis reprend pour la troisième période, 10 entre 1919 et 1936. Mais, soulignons-le, les élus des années 1881-1902 (11 au total) sont restés longtemps dans leurs fonctions politiques jusque dans les années trente : c'est le cas de Chaumet et de Chastenet, sénateurs jusqu'en 1932.

67Si l'on considère l'intensité dans le temps, les deux périodes les plus favorables à la franc-maçonnerie pour la Gironde ont été les années 1879-1885 et 1924-1936. La première période représente l’installation de l’équipe véritablement républicaine et la seconde l’importance du radicalisme entre le cartel des gauches et le front populaire. Durant l’Entre-deux-guerres, la Gironde se distingue nettement des autres départements.

68La franc-maçonnerie a été un groupe de pression non négligeable dans la carrière de certains parlementaires, mais il ne faut pas surestimer son importance. Ni Georges Mandel et Adrien Marquet n’ont été initiés comme fils de la lumière. Les carrières du duc Decazes et de Léon Say s'expliquent par d'autres facteurs que l'appartenance à une obédience maçonnique.

69Le mouvement de la franc-maçonnerie suit le rythme général de la période. Après l'époque des fondateurs de la République incarnée dans les héritiers de 1848 (Duclerc, Duprat, Caduc) arrivent les républicains du centre gauche porte-paroles de la pensée laïque (Jourde, Monis, Jules Steeg, Lourdes) aux activités pédagogiques, philanthropiques et mutualistes. Puis après 1919, la franc-maçonnerie se maintient surtout en Gironde par l'intermédiaire du syndicalisme des instituteurs et des associations viticoles. Sur près de soixante-dix ans, il apparaît que la propagande par la presse écrite a été un des moyens d'actions préférés des francs-maçons aquitains. Ces relations privilégiées avec les journaux régionaux ont été devinées et critiquées par une presse de combat qui n’a cessé de mener une lutte violente contre la "toute puissance" souvent imaginaire de la « secte » franc-maçonne condamnée par les encycliques de Pie IX ou de Léon XIII. La polémique anti-franc-maçonne suit naturellement les trois grandes étapes de la victoire maçonnique ; la première période est marquée par les campagnes de la presse légitimiste et ultramontaine jusqu'en 1883, date de la mort du comte de Chambord. Le quotidien bordelais La Guienne est l'exemple de ce courant anti-franc-maçon. Quelques années plus tard, le combat est repris par le quotidien bordelais, le Nouvelliste. Toujours catholique mais orléaniste, il s'appuie sur l'encyclique Humanum Genus de 1884. La polémique se poursuit, activée par les grandes affaires politiques et religieuses jusqu'en 1914. Puis à partir des années 1930, le combat fut mené par Philippe Henriot qui dans La Liberté du Sud-Ouest et dans ses conférences publiques dénonce la "tyrannie franc-maçonne" dans la vie politique.

70Sur le plan extérieur le combat maçons/anti-maçons a souvent été une des composantes des luttes politiques dans les cinq départements. Il serait intéressant de retrouver dans la presse les éléments et les arguments de cette polémique lors des grandes crises de la IIIe République.

II - D'AUTRES FORMES DE SOCIABILITÉ : L'EXEMPLE DE LA GIRONDE

71Au sens strict, la sociabilité est la capacité d'établir des relations humaines faciles. Puis progressivement, les études contemporaines ont élargi ce sens dans plusieurs directions. La sociabilité c'est d'abord un ensemble de personnes entre lesquelles existent des rapports organisés fondés sur les liens familiaux. On peut y voir ensuite une communauté d'intérêts fondée sur les activités professionnelles. Sur le plan des préoccupations intellectuelles, les hommes peuvent s'organiser pour un travail commun. Enfin la sociabilité peut signifier des types divers d'engagement dans l'action philanthropique et la vie de la Cité. Comment les parlementaires de la Gironde sous la IIIe République sont-ils entrés dans les réseaux de sociabilité ? Peut-on distinguer des différences selon l'orientation politique des élus ?

1 - réseau familial et sociabilité

72La sociabilité, c'est dans une première approche, l'ensemble de possibilités données à l'individu par son appartenance à un réseau familial plus ou moins large et plus ou moins élevé dans la hiérarchie sociale de son époque.

73L'origine familiale de certains parlementaires de "gauche" les place au sommet de la hiérarchie sur le plan régional et même sur le plan national. Le comte Henri de Lur-Saluces est l'exception dans une famille traditionnellement royaliste, légitimiste et orléaniste. Il fut élu en février 1876 contre un autre notable local le baron Joseph de Carayon-Latour. On trouve parmi les républicains affirmés et certainement convaincus d'autres représentants de la grande noblesse terrienne. Ainsi, Charles de La Trémoille, fils d'un membre de l'Institut, devenu par son mariage avec Mlle Pillet-Will de la famille des banquiers, propriétaire de Château Margaux dans le Médoc. Ce prince de Tarente symbolise la fusion de l’ancienne aristocratie avec les milieux d'affaires des grandes dynasties bourgeoises qui acceptent par intérêt et par conviction le nouveau régime républicain. Parmi les notables locaux ralliés à la République, on peut aussi citer le comte Du Périer de Larsan dans le Médoc, ou Amédée Larrieu, propriétaire du Château Haut-Brion à Pessac. Certains sont issus de familles catholiques d'opinion légitimiste : c'est le cas d'Henri Lorin devenu en 1889 professeur de géographie coloniale à la faculté des lettres de Bordeaux.

74A un niveau légèrement inférieur les notables locaux forment des réseaux de sociabilité familiale à l'intérieur des arrondissements et de la ville de Bordeaux. Propriétaires fonciers, notaires, avocats fonctionnaires, les parlementaires sont parfois à l'origine de "dynasties politiques" qui prolongent les familles bourgeoises du xviiie siècle : les Chaigne et les Laroze dans l'Entre-deux-mers, les Cazauvielh dans la région de Belin. Henri Lorin est marié à une Mlle Laroze d'une famille influente de notaires de Bordeaux, Eymond est allié à une autre famille de notaires non moins importante, les Castéja.

75Il est évident que dans une ville de négoce international, les liens familiaux traduisent les rapports étroits entre la politique et l'économie. Les députés de gauche entrent dans les réseaux familiaux déjà en place depuis plusieurs décennies autour des grandes maisons de commerce et des membres de la Chambre de Commerce : Ludovic Trarieux est un gendre de la famille Faure, David Raynal possède des liens de parenté et d'activités avec les dynasties Fould et Heine aux dimensions nationales et internationales, si bien que ses adversaires lui reprochèrent des affaires liées à des conventions de chemin de fer.

76Lorsqu'ils sont députés ou ministres et résident à Paris, il est sûr que le champ de sociabilité des parlementaires girondins s'étend davantage. Président du conseil comme Monis, ministres comme Trarieux ou David Raynal, ils fréquentent par la force des choses d’autres centres parisiens. Dans les relations sociales induites par les alliances familiales, on doit signaler le cas particulier de Pierre Dupuy, fils de sénateur, frère et beau-frère de députés, allié à la dynastie républicaine des Arago et très introduit dans le journalisme grâce au groupe de presse du Petit Parisien. Un autre exemple est celui de l'avocat R. W. Thorp, neveu d'Antoine Dubost, président du Sénat, et lui-même député radical-socialiste de La Réole en 1936. Pour de nombreux députés et sénateurs de gauche, la sociabilité familiale va de pair avec l’appartenance à une famille connue pour son opposition républicaine lors des décennies précédentes : Bernard Dupouy, Louis Mie, André Lavertujon. Cette opposition a souvent été menée par les députés et sénateurs dans leur jeunesse à l'intérieur des sociétés secrètes de la seconde République la solidarité républicaine par exemple, ou dans les milieux des exilés politiques en Espagne, Belgique ou Suisse : Caduc, Louis Mie, Sansas ou Simiot.

77Au total on peut avancer que les origines familiales déterminent souvent la sociabilité des hommes politiques. Plusieurs cas sont à envisager. Les personnages issus du climat de l'opposition républicaine de 1848 à 1870 et qui ont pris leur revanche après 1871 et après 1876. Mais également de nombreux membres de la bourgeoisie et de l'aristocratie se sont ralliés profondément et avec sincérité à la république démocratique tout en gardant une surface sociale importante et en convertissant progressivement les membres de leur groupe aux institutions nouvelles.

78Armand Lalande, élu député en 1881, était consul de l’empire d'Autriche-Hongrie ; il était allié aux grandes familles du négoce bordelais Cruse, Lawton, Lestapis. Certains parlementaires étaient avec leur élection profondément ancrés dans des réseaux de sociabilité républicaine. Armand Caduc, rédacteur de La Tribune en 1849 fut présent après le coup d'Etat de 1851 et vécut en Angleterre et en Espagne jusqu'en 1859 où il reprit sa place d'avocat au barreau de La Réole. Le sénateur André Lavertujon était le beau-frère d'Elie Gustave Gounouilhou et rédacteur en chef du journal La Gironde qui fut sous le second Empire le principal instrument de la reconstitution du parti républicain dans le département. A partir de 1872, La Petite Gironde prit la suite dans le même esprit démocratique. Jules Chapon, gendre de Gounouilhou, continua la tradition familiale. Après 1919, il apparaît que la sociabilité familiale est moins forte parmi les élus de la gauche avec les exceptions citées de Thorp et de Eymond.

79La sociabilité familiale des membres du centre droit n'est pas très différente de celle des membres du centre gauche. Un grand nombre de parlementaires sont issus de milieux de viticulteurs, notaires, propriétaires. Sur le plan politique, Guillaume Chastenet et Georges Portmann sont plutôt les fondateurs de dynasties intellectuelles et politiques que des héritiers. Elissagaray, député du Médoc de 1908 à 1914, est le gendre d'un ancien député des Hautes-Pyrénées. D'autres cas intéressants peuvent être soulignés : Georges Calmès (1853-1932) avait épousé la veuve du célèbre bibliographe Gustave Edouard Brunet ; Joseph Capus (1867-1947), député puis sénateur, est le frère d'Alfred Capus de l'Académie française et directeur du Figaro. Le centre droit fournit le troisième parlementaire d'origine israélite : Georges Mandel, qui plus de trente ans après, suscite dans le Médoc la même xénophobie que David Raynal à Bordeaux à la fin du xixe siècle.

80La droite avait fourni le troisième, Adrien Léon (1827-1896) élu en 1871 et membre d’une des grandes maisons de commerce et d'armement les plus anciennes de Bordeaux. Parmi les députés et sénateurs de droite soit 17 de 1871 à 1893, beaucoup ont des liens familiaux avec la timocratie bordelaise et la noblesse française. Le baron Jérôme David, petit fils du célèbre peintre, est un proche de la famille impériale. Nathaniel Johnston est le porte-parole du protestantisme bordelais comme Auguste Journu l'est du catholicisme ; Raoul Duval est allié à la grande famille des Say, le comte Louis de Bouville, le vicomte de Pelleport-Burète et le duc Decazes ont des alliances matrimoniales avec la noblesse française et étrangère. Enfin, Robert Mitchell, beau-frère d'Offenbach, fréquentait avec ce musicien célèbre les milieux artistiques et littéraires.

81Après 1893, la droite n'est plus représentée sur le plan parlementaire que par quatre députés : l'un est un viticulteur du Libournais, Joseph Brisson, notable, fondateur d'une dynastie politique locale ; un autre, André Ballande, d'une maison de commerce importante, est un des chefs du parti catholique girondin jusqu'en 1928. Le troisième est le pharmacien Charles Jean Bernard (1856-1927), élu en 1989 comme "nationaliste" et inscrit à aucun groupe. Certaines sources le classent à "l’extrême gauche". Il fut député de Paris en 1914 et en 1919. Le quatrième est André-Jean Cassadou. Après 1919, la situation est aussi peu favorable à la droite ; il n’y a que deux représentant mais deux fortes personnalités : l'abbé Bergey et Paul Glotin qui fut jusqu'à sa mort en 1933 l'autre chef avec Ballande du parti catholique bordelais. Les liens familiaux des Ballande et des Glotin les font participer à la vie mondaine et sociale de Bordeaux.

82Quant aux cinq membres de l'extrême droite pour la période 1871-1940, quatre de la première période 1870-1893 sont en fait des membres de l'Assemblée nationale de 1871 ; leurs origines familiales font d'eux des représentants de la noblesse ou de la haute bourgeoisie. Le baron Joseph de Carayon-Latour est de noblesse récente (la Restauration) mais sa fortune est considérable, le marquis Amédée de Lur-Saluces est de vieille noblesse de l'Ancien Régime, le général Charles Martin des Paillières est le fils d'un propriétaire de Saint-Domingue, enfin Charles Princeteau est un parent proche du duc Decazes. Soixante ans plus tard, le député Philippe Henriot fait figure d'homme nouveau.

83Les quelques éléments recueillis sur les réseaux familiaux permettent de poser quelques hypothèses. La réussite politique des parlementaires peut s'expliquer en partie pour certains par leur sociabilité familiale. Dans la période 1871-1893, les grands notables des anciens régimes déchus possèdent encore des réseaux puissants de relations dans tous les milieux. De leur côté, les anciens opposants républicains ont aussi pour leurs campagnes des parents et des amis nombreux. Aux héritiers des dynasties du xixe siècle, succèdent des hommes nouveaux qui fondent à leur tour des familles puissantes sur les plans politique et intellectuel (Chastenet, Portmann, Dupuy, Chaigne, Lavertujon). Quant aux dynasties commerçantes, elles continuent sur toute la période à être représentée soit directement : (Johnston, Léon, David Raynal, Ballande, Glotin), soit indirectement : (Lorin, Trarieux). La famille reste un élément important jusque dans les années 1920.

2 - la sociabilité professionnelle

84La sociabilité professionnelle découle souvent des origines familiales. Les parlementaires, issus de familles de juristes ont souvent poursuivi aussi des études de droit pour devenir avocat, notaire ou magistrat ; cela est vrai des députés et sénateurs de toutes les tendances. La droite et l'extrême droite comprend de nombreux anciens militaires ayant démissionné pour entrer dans la vie politique. Six députés et sénateurs de la droite entre 1870 et 1893 sont des anciens fonctionnaires ou des notables bonapartistes : un préfet de la Gironde (Bouville), un procureur général (Raoul Duval), un ministre des Travaux publics (Behic), un journaliste (Mitchell) et un vice-président du corps législatif (Jérôme David). Il est évident que la sociabilité de ces anciens serviteurs de Napoléon III est étendue dans tous les milieux.

85Toujours pour la droite, le groupe de pression des entrepreneurs bordelais fut d'abord représenté par une trinité religieuse : protestant (Johnston), catholique (Journu) et juive (Léon). Un grand nombre de parlementaires possèdent des intérêts dans l'industrie et l'agriculture : Hubert-Delisle, propriétaire du château du Bouilh est membre de la société d'agriculture de France, le baron David développe la culture du tabac dans ses domaines du Langonnais ; le duc Decazes est propriétaire viticulteur et a hérité des actions industrielles de son père. Depuis 1874, l'avocat Bonnet est chargé officiellement de défendre dans la capitale les intérêts de la Chambre de Commerce de Bordeaux.

86De même trois des cinq parlementaires de l'extrême droite sont étroitement mêlés aux milieux viticoles par la possession de grands domaines : Princeteau dans le Libournais, Amédée de Lur-Saluces à Château Filhot et à Château Yquem, quant à Carayon-Latour, outre ses propriétés girondines, il avait d'autres intérêts dans le Lot-et-Garonne et le Tarn ; il était aussi connu sur le plan national comme un spécialiste de la vénerie et du cheval. En fait, dans un département viticole comme la Gironde, tous les parlementaires se devaient de se préoccuper du vin, une des principales richesses du département. Parmi les parlementaires du centre droit, certaines figures jouèrent un rôle important : Capus, président du comité des vins A.O.C. fut membre de l'académie d'agriculture, Georges Portmann se fit le défenseur et l'ambassadeur du vin de Bordeaux par tous les moyens y compris la radio-diffusion. Avec Guillaume Chastenet et Georges Portmann, le député Labat de 1893 à 1896 est représentatif du député du centre-droit profondément enraciné dans les réalités et les sociétés bordelaises : polytechnicien, directeur d'une entreprise de constructions navales, c'était un personnage important de la Chambre de Commerce, membre de la ligue du libre échange.

87On peut faire les mêmes constatations pour les parlementaires du centre-gauche. Larrieu et Henri de Lur-Saluces possédaient chacun des châteaux célèbres par leur qualité : Château Haut-Brion et Château de Malle. Sur le plan local, les élus sont souvent fondateur, membre, sociétaire ou président des comices agricoles (Roudier à Libourne), sur le plan national le président du groupe viticole de la Chambre des députés est souvent un bordelais : Cazauvielh après 1885. Nombreux sont les parlementaires de centre-gauche à participer activement et efficacement à la lutte contre le phylloxéra ; Georges Cazeaux-Cazalet crée en 1888 un comité de vigilance et d'étude contre cette maladie de la vigne ; fondateur du comice viticole et agricole de Cadillac, il est élu en 1902 comme "républicain et viticulteur". Au début du xxe siècle, Borderie fait partie de la commission pour la définition de la région "Bordeaux". Cette alliance entre le vin et la politique se poursuit jusqu'en 1940 : l'ancien instituteur Roy possède 130 hectares dans le Libournais, Thorp a des propriétés dans le Médoc.

88Les parlementaires de gauche ont souvent, comme leurs adversaires, une "sociabilité viticole" qui apparaît dans leurs professions de foi ou leurs interventions à la Chambre. Ils devaient pour être élus ou réélus se pencher sur les problèmes de la vigne. Ces réseaux viticoles s'étendaient depuis le château de production jusqu'aux commissions nationales et aux expositions internationales. Sans avoir la fortune des Lur-Saluces, de nombreux députés de gauche étaient propriétaires-viticulteurs : le député Charoulet fut en 1924, année de son élection, président du comice agricole de Libourne.

89Les réseaux viticoles ne sont pas les seuls. Les députés du Bazadais s'intéressent à la situation de l'élevage des vaches bazadaises (le député Callen), ceux de La Réole à l'arboriculture de la vallée de la Garonne et de l'Entre-deux-mers (le sénateur Issartier). Les parlementaires sont souvent de bons techniciens qui fondent et animent les sociétés d'agriculture et les comices de leurs canton et arrondissement. Les réseaux de commerce sont ceux d'une dizaine de parlementaires de la gauche : il s'agit surtout de petits négociants, Emile Fourcand, Camelle (bière) Surchamp (tissus) ou de moyens industriels : Caudéron, Teyssier. Mais on relève aussi deux grands négociants Léon Fourcand (indigo) et David Raynal (commerce international). Un cas original est celui du maraîcher Auguste Ferret qui est dit aussi "horticulteur, négociant, propriétaire", devenu maire du Bouscat (1877), président des syndicats de maraîchers de la Gironde puis de France, élu en 1896 comme candidat du RO.F. Sur la longue période l'omniprésence du vin n'est pas pour étonner : elle commence avec Amédée Larrieu et se termine avec Jean Emmanuel Roy, président du syndicat des viticulteurs de la Gironde et de la fédération des vins de France. Le réseau de la viticulture recoupe dans les décennies 1919-1940 le réseau professionnel des instituteurs élus en 1924 et 1936 comme députés du Cartel ou du front populaire. Jean Dellac, instituteur, est aussi viticulteur et s'intéresse au Crédit agricole, Jean Roy est fils d'instituteur et instituteur lui-même au début de sa carrière.

90La sociabilité professionnelle des parlementaires de la Gironde est bien évidemment fortement marquée par les principales activités économiques du département et de la ville de Bordeaux. Dans toutes les tendances, la vigne et le commerce ont des représentants qualifiés issus des organisations professionnelles et de Chambres de Commerce. Sur la longue période il est certain que les grands propriétaires et grands notables des années 1871-1914 sont progressivement remplacés par des propriétaires plus modestes qui n'ont pas la surface sociale de Larrieu, Decazes ou David Raynal. Seule la droite maintient la tradition avec André Ballande et Paul Glotin. Par leur origine familiale et leurs occupations professionnelles, les parlementaires sont inévitablement conduits à s'investir dans de nombreuses activités de la Cité.

3 - les sociabilités multidimensionnelles

91Les sociabilités multidimensionelles sont diverses et difficiles à classer. Certaines sont liées à la profession. Surtout après 1919, le syndicalisme et le militantisme à la S.F.I.O. ou au parti radical socialiste ont été des écoles de formation pour les futurs élus : Naphle fut secrétaire du syndicat des instituteurs de la Gironde.

92L'appartenance à la franc-maçonnerie est une autre forme de sociabilité à la fois idéologique pour les candidats de la gauche et du centre-gauche. Nous l'étudions à part, mais quelques remarques peuvent être tentées. Certains parlementaires ont certes été initiés mais ont plus tard démissionné ; c'est le cas d'Henri Labroue, initié en 1904, et qui abandonne la maçonnerie en 1933. Teyssier a été franc-maçon de 1880 à 1888 mais est enterré religieusement en 1930. On relève de nombreux instituteurs pour la période 1919-1940 (Dellac, Naphle, Roy). L'avocat Calmel, initié en 1901, sénateur en 1924, était haut dignitaire du Grand Orient.

93Les adversaires politiques de Laroze, Cayrel, Trarieux les accusaient de faire partie des loges mais sans véritables preuves. Gabriel Lafaye aurait été refusé deux fois en 1933 et 1934 par la loge La Concorde. L'anticléricalisme semble avoir été le fait de plusieurs députés maçons, dont Roy, qui s'est heurté avec le curé de son village et qui demande en 1962 des obsèques civiles. Du côté des parlementaires de droite, il n'y a que deux maçons : le duc Decazes par tradition familiale et le colonel Picot par tradition militaire.

94La philanthropie a une double origine : franc-maçonne et laïque et bien sûr chrétienne. Les parlementaires de gauche et du centre-gauche participent aux activités de bienfaisance : Buhan est vice-président du bureau de bienfaisance en tant que représentant de la Chambre de Commerce, Henri Lorin œuvre à l'action sociale du Sillon, Courregelongue est membre de la Société Saint-Vincent-de-Paul, Jean Odin conseille les sociétés de secours mutuels. Très souvent, vu leurs fonctions, les députés maires soutiennent financièrement les créations des caisses d’épargne et l'ensemble des œuvres scolaires : Emile Fourcand ou Marquet à Bordeaux, Abel Surchamp à Libourne, du Périer de Larsan à Soulac. Après la guerre de 1914, Cluzan, mutilé de guerre, préside la société des anciens combattants Aide et protection.

95"L'amour du genre humain" entre à la fois dans le programme républicain démocratique et la déclaration des principes maçonniques pour les hommes de gauche épris de "Progrès social". Les parlementaires de gauche, disciples des grands ancêtres de 89 et contemporains du solidarisme de Léon Bourgeois, participent à cet esprit, mais le catholicisme social inspire aussi d'autres mécènes et bienfaiteurs : Henri de Lur-Saluces, Henri Lorin et du Périer de Larsan. Des décorations comme le grade de commandeur du Mérite agricole viennent parfois récompenser ces actions sociales : Cazeaux-Cazalet et Courregelongue.

96Du côté de la droite, les œuvres de bienfaisance et de patronage font partie de la tradition des députés et sénateurs du xixe siècle. Innombrables sont les sociétés et organisations dont faisaient partie les chefs du parti royaliste en Aquitaine, le baron Carayon-Latour ou le marquis de Lur-Saluces. Par leur action, leur parole, leur argent, ils ont soutenu en permanence les sociétés de bienfaisance et les écoles libres. Cette sociabilité fut aussi le fait de Pelleport-Burète, sénateur, président du comité de l'union catholique de la Gironde et mécène de multiples sociétés catholiques d'inspiration légitimiste. Cette tradition fut poursuivie jusque dans les années trente par les deux entrepreneurs bordelais, les députés Ballande et Glotin.

97On retrouve dans la sociabilité économique les mêmes caractères que dans la sociabilité professionnelle. L'appartenance à la Chambre de Commerce par l'intermédiaire du négoce et de l'industrie est parfois un facteur favorable à la vie politique pour les hommes de centre gauche : le sénateur Eugène Buhan, élu en 1920, avait été président de la Chambre en 1909-1910. Les théoriciens et défenseurs du libre-échange en matière commerciale défendent leurs thèses dans des journaux et revues à Bordeaux et à Paris (Faure, Lalande). Nombreux furent les parlementaires à œuvrer dans les chambres d'agriculture et les comités et associations de lutte contre le phylloxéra. Certains, comme Roy et Portmann, voyagèrent en Europe pour la promotion des vins de Bordeaux. On les retrouve dans les nombreuses confréries viticoles comme la Jurade de Saint-Emilion, folkloriques certes, mais organisations symboliques et groupes de pression non négligeables.

98Les syndicats ont souvent permis des promotions sociales et des réussites politiques : Auguste Ferret, le maraîcher du Bouscat (1896), Cabannes, secrétaire des syndicats des tailleurs (1919), le cheminot Cazalet et les nombreux instituteurs (Dellac, Naphle). Gabriel Lafaye a été secrétaire de la Bourse du travail. Il y a aussi les syndicats patronaux : Dormoy, directeur d'une usine familiale est président du syndicat patronal de la métallurgie, il est en même temps président du cercle Voltaire et de la Société des amis de l'instruction de 1897 à 1926.

99L’engagement intellectuel va de pair avec les options politiques : la sociabilité des parlementaires de la gauche et du centre-gauche s'exerce autour de certains pôles privilégiés souvent créés par eux-mêmes ou dont ils sont membres avant ou après leur élection. En schématisant, on peut dire que les parlementaires de la gauche gravitent autour de trois pôles majeurs, la franc-maçonnerie, la presse et les ligues.

100Le Grand Orient possède à Bordeaux un grand dignitaire André Jourde (1848-1923), député de 1889 à Ι910. Initié dès 1876, démissionnaire de la maçonnerie en 1899 pour y revenir l'année suivante et y devenir conseiller de l'Ordre du Grand Orient (1903-1906) et membre du Grand Collège des Rites (1913-1919). Ce n'est qu'un exemple mais caractéristique, il était membre de la loge La Française et les Neuf Soeurs Réunis Orient de Bordeaux.

101Les journaux La Gironde et La Petite Gironde des familles Gounouilhou-Lavertujon-Chapon sont le deuxième élément de la sensibilité républicaine et laïque de la gauche girondine. On peut y ajouter à partir de 1887 le quotidien La France. D'autres feuilles de gauche et d'extrême gauche Le Réveil Social ou Le Socialiste de la Gironde complètent cette nébuleuse de journaux en progression continue entre 1871 et 1914.

102Enfin, les ligues et les sociétés diverses complètent l'arsenal de la lutte républicaine. La ligue de l'enseignement possédait une antenne bordelaise avec une importante bibliothèque. On sait que La Ligue des droits de l'homme fut fondée par le député bordelais Ludovic Trarieux. Enfin de nombreux cercles ou clubs placés sous le patronage de Voltaire, Condorcet, Vergniaud ou Gambetta continuèrent à diffuser les idées progressistes et laïques. Pierre Dupuy fut lui aussi membre du cercle Gambetta. La sociabilité de Chaumet (1866-1952), député, sénateur et ministre est caractéristique : franc-maçon de La Française d'Aquitaine (1887), rédacteur à la Gironde, il joua un rôle important dans les associations des originaires de la Gironde à Paris et devint président de la ligue maritime et coloniale.

103Du côté de la droite, les pôles déterminants sont également la presse et les unions catholiques. Si la feuille légitimiste La Guienne disparaît en 1887, le flambeau fut repris par d'autres journaux : Le Nouvelliste d'inspiration orléaniste puis par La Liberté du Sud-Ouest à partir de 1909. Quant aux multiples associations catholiques depuis les cercles d'ouvriers catholiques jusqu'aux patronages, ils furent en permanence créés, animés et soutenus par les parlementaires défenseurs attitrés de l'Eglise, de Carayon-Latour à Paul Glotin.

104La presse est à mi-chemin entre l'engagement politique et la création intellectuelle. La sociabilité intellectuelle des parlementaires les met en relation avec les autres activités de la Cité.

4 - la sociabilité intellectuelle

105Il apparaît que certaines organisations aient réussi à réunir des membres de sensibilités politiques différentes. Des membres du centre-droit fréquentent le cercle Voltaire (Caillier et Calmés) ou le Cercle National fondé en 1868 : c'est le cas de Léglise qui soutient les patronages laïques. Si la Société philomatique créée en 1838 est plutôt à gauche, les autres sociétés savantes et archéologiques attirent les représentants de toutes les tendances sur un terrain neutre. Cependant, par rapport aux notables de la période précédente, les nouveaux venus sont plutôt issus du courant républicain. L'université reste en apparence loin du débat politique mais on peut noter que l'avocat Armand Calmel, docteur en droit, est dès 1894 président de la Jeunesse républicaine à Bordeaux avant d'être initié à L'Etoile du Progrès en 1901, président du Grand Orient en 1913 et sénateur de 1924 à 1941. Sa femme dirigeait à Talence une institution scolaire connue.

106Les liens entre les partis républicains et les milieux de la libre pensée avaient été réalisés vers 1880 par Jules Steeg qui avait abandonné ses fonctions de pasteur pour militer à Bordeaux et à Paris dans les domaines pédagogiques. Dans les milieux de gauche, la tradition des sociétés plus ou moins secrètes se prolonge entre les milieux des Carbonari (Blanqui). Les clubs démocrates socialistes de 1848-1851 (Sansas-Simiot) et les loges de la fin du xixe siècle gagnées aux idées radicales puis socialistes. Sur le plan exotérique, les cercles, les clubs, les comités et les ligues furent, nous l'avons vu, des lieux de sociabilité politique où les idées républicaines et démocratiques étaient largement diffusées. Jusqu'en 1914, l'ancien sénateur Lavertujon fut un adepte passionné et érudit des thèses positivistes de Pierre Laffitte, philosophe d'origine girondine et successeur d'Auguste Comte à la tête de l'Ecole positiviste. Mais, plus que la nouvelle religion de l'Humanité, ce fut la libre pensée souvent anti-cléricale, anti-chrétienne et anti-religieuse qui représente la tendance dominante à Bordeaux et en Gironde.

107Dans la sociabilité intellectuelle, nous intégrons la participation active aux sociétés dites savantes et la production d'œuvres culturelles. Par leur statut d'agrégé d'histoire ou de diplomate, le franc-maçon Labroue et le protestant Albert Decrais ont écrit des livres d'histoire. Le premier a soutenu une thèse sur la Dordogne sous la Révolution et après un voyage au Japon a été chargé d'un cours libre à la faculté des lettres. Le second, avocat, est un ancien camarade de Gambetta, premier secrétaire de la Conférence des avocats, président du Cercle national ; il finit une brillante carrière comme ambassadeur, ministre et membre de la cour permanente de La Haye.

108Les liens avec la faculté des lettres furent assurés surtout par Henri Lorin, professeur de géographie coloniale. Nous avons déjà souligné l'activité polyvalente d'Eugène Buhan, précurseur de l'enseignement technique et président des Amis de l'Université de Bordeaux. Finalement, c'est le journalisme pris au sens large qui a été l'activité principale des futurs parlementaires, depuis Caduc en 1848 jusqu'aux rédacteurs socialistes de La Voix du Peuple et du Cri Socialiste en passant par Lavertujon sous le second Empire. Cependant, rares sont les parlementaires de gauche qui peuvent être considérés comme des auteurs littéraires : ils publient — ce sont des publicistes — dans les journaux locaux, dans des revues nationales mais quelques uns seulement possèdent une importante bibliographie de travaux philosophiques, historiques et littéraires. Retenons Lavertujon, Sansas, Steeg, Labroue, F. Faure, Decrais.

109Parmi les parlementaires du centre-droit, Chastenet, Mandel et Portmann sont insérés dans des réseaux nombreux et complexes. Le premier, président de la conférence Molé est devenu vice-président de la société d'économie politique dont le président était le sénateur Caillier. C'est aussi le journalisme qui a permis à Caillier de se faire connaître à Bordeaux dans La Petite Gironde et Georges Mandel à Paris dans L'Aurore et L'Homme libre.

110Du côté de la droite et de l'extrême droite, le journalisme a facilité la carrière de Robert Mitchell aussi bien que de l'abbé Bergey et de Philippe Henriot. Ces deux derniers dans le sillage de La Liberté du Sud-Ouest continuaient la tradition littéraire, le curé de Saint-Emilion publia en 1903 un recueil de poèmes en gascon et Philippe Henriot écrivait des articles dans Candide, Gringoire et Le Figaro.

111Ainsi, tous les aspects de la sociabilité trouvent dans les parlementaires girondins des types caractéristiques. Fe vin, le commerce et le journalisme sont les traits communs les plus fréquents dans toutes les tendances. Les différences essentielles viennent des options religieuses et philosophiques, la libre pensée et la franc-maçonnerie d'un côté, le catholicisme d'autre part.

112A la fin du xixe siècle, les deux groupes s'intéressent aux activités nouvelles. Caractéristique est l'œuvre de Merillon, avocat et député en 1885 qui fut dans les années 1880 un des premiers à s'occuper sur le plan régional mais aussi national des sports, de la gymnastique, du tir et de l'escrime. Il avait été aussi, en 1878, un des créateurs de la société des anciens élèves du lycée de Bordeaux. Presque en même temps, les catholiques multiplient les associations de jeunesse dans le domaine du chant et des sports et créent des unions catholiques de jeunes dans de nombreuses paroisses. L'abbé Bergey continua cette œuvre.

113Entre les deux familles spirituelles, subsistent un important "marais" des centres-gauche et droit où l'on retrouve le protestant Decrais, le catholique Lorin, le franc-maçon Picot, l'israélite Mandel. Sur un petit nombre de parlementaires, nous n'avons pas appliqué les approches quantitatives, nous avons préféré présenter des exemples précis et concrets. Il est évident qu'à chaque période un homme peut incarner le modèle du parlementaire représentatif d'une tendance : Carayon-Latour et Philippe Henriot pour l'extrême droite, Pelleport-Burète, Ballande et Glotin pour la droite, Chastenet et Portmann pour le centre-droit, Lalande, Chaumet, Buhan pour le centre-gauche, Trarieux, Calmel pour la gauche, Jourde pour l'extrême gauche. Ce choix est en parti subjectif mais repose aussi sur des bases objectives et solides car ces noms sont ceux qui reviennent le plus souvent dans notre analyse. Pour terminer, nous présentons les traits caractéristiques des principaux courants politiques entre 1871 et 1940.

114Il n'est pas facile en fait de dresser des portraits types des parlementaires girondins selon leur famille d'esprit politique, et selon la période envisagée.

115Tentons cependant un bilan du côté de la gauche. Avant 1893, nous rencontrons de fortes personnalités très originales. Larrieu, H. de Lur-Saluces, André Lavertujon, qui sont au centre d'une très forte sociabilité, coexistent avec des hommes neufs qui "se sont fait eux-mêmes". Chiche fut un des organisateurs des premières manifestations du 1er mai en 1893, il se battit en duel avec ses adversaires politiques.

116Certains représentants de l'esprit de 1848 sont revenus triomphalement ; ils avaient continué à représenter la République opprimée sous l'Empire. La sociabilité de Caduc, Sansas, Simiot est plus réduite car leur fortune est beaucoup plus modeste mais elle est importante dans les domaines de la presse et de la vie intellectuelle grâce aux sociétés savantes et archéologiques.

117De 1894 à 1914, une nouvelle génération de républicains du centre gauche et de la gauche a pris son essor et connaît son apogée : Monis, Chaumet, Trarieux, David Raynal deviennent ministres et ont une vie sociale à Paris plutôt qu'à Bordeaux. En Gironde, les problèmes de la vigne et du vin continuent à être le terrain commun de la vieille noblesse (La Trémoille), des notables locaux (Gruet, Goujon, Lacaze), des négociants (David Raynal) et des juristes (Trarieux). Restent quelques personnalités isolées et originales : Charles-Jean Bernard, nationaliste du Pacte de Bordeaux ou Ferret, le maraîcher du Bouscat, mais ces marginaux ne restent qu'une législature car ils n'ont pas derrière eux les machines des partis et les réseaux de sociabilité. Il est évident que ces derniers, expérimentés en 1849, 1869 et 1871, ont été véritablement efficaces après la crise du 16 mai et lors des élections de 1893.

118Dans la période 1919-1940, deux catégories de parlementaires coexistent. D'une part, ceux qui ont commencé leur carrière avant 1914 et qui possèdent une forte sociabilité dans les milieux économiques bordelais (Buhan, Lorin, Chaumet, Dupouy, Charoulet, etc...). D'autre part, les élus de 1924, 1932 et 1936 surtout issus des milieux syndicaux. Mais le lien est très vite réalisé entre les deux milieux : Roy est à la fois instituteur et viticulteur, franc-maçon et membre de la Jurade de Saint-Emilion ; il reçoit chez lui pour des déjeuners privés Herriot et Daladier.

119Les représentants de la gauche en 1871 avaient été formés dans les cercles, clubs, journaux de la Seconde République, les députés du Front populaire ont été formés dans les écoles normales d'instituteur, les loges franc-maçonnes et les réunions syndicales. Entre les deux, la sociabilité des hommes de gauche s'était manifestée dans toutes les directions : les cercles républicains et les sociétés archéologiques, les comices agricoles, les confréries viticoles, les syndicats et la bourse du travail, les caisses d'épargne et le crédit agricole. Toujours les origines familiales et les années de formation paraissent avoir fortement déterminé les orientations des réseaux de sociabilité.

120La sociabilité des parlementaires du centre-droit paraît très forte car ce sont souvent de fortes personnalités qui ont su s'imposer dans leur domaine et qui recherchent une dernière reconnaissance dans la carrière politique. Ainsi le colonel Picot, ancien combattant, devient président des gueules cassées et du groupe des députés blessés, Labat est président de l'Académie de Bordeaux en 1888 avant d'être élu député. Cet industriel est l'exemple du notable rallié à la République ; il était membre des cercles Voltaire, Vergniaud et Gambetta.

121Parmi les cinq parlementaires de l'extrême droite, nous ne reviendrons pas sur la très forte sociabilité des élus de 1871. Dans sa carrière girondine, les relations sociales de Philippe Henriot sont celles qu'il a pu nouer dans les milieux de l'enseignement et du journalisme à La Liberté du Sud-Ouest. Brillant orateur, ardent polémiste, la plume et la parole de Philippe Henriot attirait les lecteurs et les auditeurs. En plus de ses contacts avec l'abbé Bergey, il participait aux activités de la Fédération Nationale Catholique.

122Par leur mécénat, les représentants de la droite parlementaire animent la vie sociale de la ville. Grands notables légitimistes, orléanistes ou bonapartistes, ils font vivre ou survivre la presse monarchique et impérialiste qui se trouve dans des positions difficiles. Ils font partie des clubs mondains, le New Club en particulier, ils constituent des collections de livres et de tableaux dans leurs hôtels particuliers ou les châteaux des vignobles, ils animent la société des amis des arts de Bordeaux. Par leur alliances matrimoniales et leur carrière personnelle, les députés et les sénateurs de la droite continuent la tradition des grands notables du xixe siècle. Hubert-Delisle a déjà été représentant du "Parti de l'Ordre" en 1848 et 1849. Les élus de 1871 sont loin d'être des "hommes nouveaux"... Les carrières nouvelles ont été entreprises avec le soutien du duc Decazes : celle de Dréolle, ou dans le journalisme : parisien pour Robert Mitchell, girondin pour Aimelafille, venu du radicalisme au boulangisme (1889-1893). La sociabilité, c'est-à-dire l'intégration dans les principaux réseaux de relations de la ville et du département nous paraît très forte pour cette période 1871-1893. Si l'on ajoute Carayon-Latour et Amédée de Lur-Saluces, une grande partie de la vie sociale de Bordeaux est sous l'influence des notables légitimistes, orléanistes et bonapartistes jusque dans les années 1880. Par la suite, leur influence politique décroît rapidement. Il faut attendre 1902 pour le retour d'un grand député de droite André Ballande, directeur de La Liberté du Sud-Ouest et animateur de nombreuses sociétés de bienfaisance. Après 1919, il n'y a que deux représentants de la droite mais ce sont de très fortes personnalités : Paul Glotin, qui outre ses fonctions politiques, cumula de nombreuses responsabilités : président de la société civile de l'école Saint-Joseph de Tivoli et de l'amicale de l'enseignement libre du Sud-Ouest, il a été aussi le président-fondateur de La Liberté du Sud-Ouest. Très actif dans les activités économiques — la société Brizard — il fut aussi secrétaire de la Chambre de Commerce. La sociabilité de Glotin dépasse le cadre de la Gironde car dès 1914, il fut élu président d'honneur de l'A.C.J.F. (Association Catholique de la Jeunesse Française). L'abbé Bergey est le seul exemple de prêtre député de la région Aquitaine ; avant la guerre il avait animé les patronages et les mouvements de jeunesse, après la guerre il fonda une association de prêtres anciens combattants. Directeur de l'Action catholique, des Soutanes de France, l'abbé Bergey fut aussi un homme de presse : dès 1907, il faisait partie du conseil d'administration de La Liberté du Sud-Ouest. Ainsi la tradition catholique de la droite se prolonge au xxe siècle jusqu'à Philippe Henriot à l'extrême droite. Les milieux viticoles semblent avoir rejoint la famille de la gauche et de l'extrême gauche. Mais le négoce bordelais, l'école libre, la presse catholique ont encore des représentants parlementaires de qualité. S’ils sont moins nombreux, les députés de la droite, les trois tendances confondues, ont fourni une douzaine de personnalités dont la sociabilité égale et dépasse souvent celle de leurs collègues de la gauche dont la notoriété est souvent limitée à des cercles restreints, viticoles ou syndicaux.

123Nous avons tenté dans le tableau 43 une sorte de "palmarès" général de la sociabilité d'après des critères nombreux allant des origines familiales jusqu'à la participation aux œuvres de bienfaisance et aux sociétés savantes. C'est une façon sommaire de résumer les différentes sociabilités passées en revue : familiale, professionnelle, intellectuelle et spirituelle. Il est évident que pour les parlementaires de droite, les origines familiales, l'importance des propriétés foncières, les fonctions assurées sur le plan local et national, les œuvres de bienfaisance jouent un rôle relativement plus important que les études personnelles ou les engagements politiques ou syndicaux. Mais il serait téméraire de généraliser, car surtout pour la période de 1871 à 1914, la sociabilité des parlementaires de la gauche paraît à la fois profonde et étendue. Par définition, les parlementaires sont les représentants des milieux sociaux économiques et culturels qui les ont élus, de gauche ou de droite, ils incarnent à un moment les forces dominantes de la société. Emile Fourcand, Amédée Larrieu, David Raynal, Ludovic Trarieux, Henri de Lur-Saluces incarnèrent la gauche. Leur sociabilité était de même nature que celle d'Amédée de Lur-Saluces, Nathaniel Johnston, ou André Ballande, membres de la droite. Ils furent tous des "associés-rivaux" qui laissèrent au suffrage universel le soin de les départager.

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (suite)

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (suite)

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (fin)

Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (fin)

Table des illustrations

Titre Tableau 41 – Élections de députés et de sénateurs membres de la Franc-maçonnerie
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 42 – Évolution du nombre de parlementaires maçons
Légende 1 - Parlementaires maçons2 - Total des parlementaires3 - Pourcentages
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (suite)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 43 - Sociabilité des parlementaires aquitains (fin)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540