Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 3. L'enracinement local

Texte intégral

1L'enracinement local des élus peut se mesurer tout d’abord à l'aune de leurs origines géographiques personnelles ou à celles de leurs familles. Mais il est évident que la qualité d'autochtone ne suffit pas à ouvrir aux candidats les portes du parlement. C'est pourquoi il convient aussi de se pencher sur l'implantation politique des futurs élus en considérant les mandats municipaux ou départementaux exercés par eux.

I - DES HOMMES DU CRU

2Les chiffres sont indiscutables : le cadre départemental apparaît comme le vivier principal de recrutement des députés et sénateurs locaux (tableau 37 et cartes 5 et 6)

Tableau 37 - Origines géographiques des députés et sénateurs : un recrutement autochtone

Parlementaires

Nés dans le département correspondant

Hors du département

Ensemble

de la Dordogne

54

13

67

de la Gironde

76

45

121

des Landes

29

15

44

du Lot-et-Garonne

35

8

43

des Basses-Pyrénées

46

16

62

Total

240 (71.6 %)

97 (28,3 %)

337

3Cependant, d'un département à l'autre nous pouvons relever des nuances sensibles. Les deux tiers des parlementaires de la Gironde et des Landes sont des hommes du cru contre les trois quarts voire plus en Dordogne, dans le Lot-et-Garonne et les Basses-Pyrénées. En réalité, il faut être très prudent quant à la signification réelle de ces chiffres, compte tenu de l'étroitesse des échantillons départementaux. Seul le chiffre de la Gironde qui a compté 121 députés et sénateurs entre 1870 et 1940 présente une certaine valeur statistique : 63 % des élus girondins y étaient nés. Dans les quatre autres départements aquitains considérés en bloc (soit 216 élus), nous comptons 76 % de parlementaires autochtones. Les éléments allogènes sont donc parmi les élus relativement plus nombreux en Gironde qu'ailleurs. Ce constat n'est pas pour surprendre ; il exprime une ouverture sur l'extérieur plus large en Gironde que dans le reste de la région. Par ailleurs, selon les périodes, la part des éléments d’origine locale varie sensiblement : 73,5 % en 1871-1892, 79 % entre 1893 et 1918, 67,7 % entre 1919 et 1939.

Carte 5 et 6 – ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PARLEMENTAIRES

Carte 5 et 6 – ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PARLEMENTAIRES

4En outre, les allogènes ne sont pas des proches voisins comme le montre le tableau suivant (tableau 38).

Tableau 38 - Les éléments allogènes

Parlementaires

Nés dans les départements limitrophes

A l’extérieur des départements limitrophes

de la Dordogne

6

7

de la Gironde

10

35

des Landes

8

7

du Lot-et-Garonne

3

5

des Basses-Pyrénées

2

14

TOTAL

29

68

  • 1 Albert Sarlande en Dordogne, Adrien Achard. le baron David et Louis Hubert-Delisle en Gironde, le c (...)

5Le cas landais mis à part, partout prédominent parmi les parlementaires allogènes les origines extra-régionales. L'exemple girondin (carte 6) montre cependant que celles-ci se circonscrivent dans le cadre d'un Sud-Ouest élargi. Dans les limites de l'Aquitaine, les formes "d'échanges" inter-départementaux sont de faible ampleur : sur les 87 Girondins élus dans les cinq départements de l'Aquitaine, 76 l'ont été en Gironde même et 9 en Dordogne, dans les Landes, le Lot-et-Garonne et les Basses-Pyrénées. En sens inverse, ces quatre départements ont fourni 11 élus à la Gironde qui en compte 121 : factuelle région Aquitaine n’a donc pas de signification politique sous la IIIe République. Relevons aussi l'existence d'un apport parisien : 6 parlementaires girondins sont nés à Paris ou dans le département de la Seine et 2 autres en Seine-et-Oise. Au total, nous avons recensé pour l'ensemble de l'Aquitaine 19 parlementaires originaires de Paris et de ses environs (Seine et Seine-et-Oise) soit 5 % des élus, ce qui, finalement, représente peu de chose. Enfin 6 parlementaires seulement sont nés à l'étranger ou aux colonies1.

  • 2 Il s'agit d'Achard.

6A l'exception de l'un d'entre eux2, tous ces parlementaires nés à l'extérieur de la métropole ont siégé à droite. Il en va de même de la plupart des "parisiens" alors que le corps parlementaire régional est dans son ensemble orienté à gauche. Ainsi sommes-nous amené à analyser l’origine géographique des parlementaires en fonction de leurs étiquettes politiques. Le résultat est clair : l'enracinement des élus paraît plus fort à gauche qu'à droite alors que l'on pouvait s'attendre à l’inverse (tableau 39).

Tableau 39 - Origines géographiques et étiquettes politiques des élus

Parlementaires

Nés dans le département de l'élection

Hors du département

d'extrême droite et de droite

57

30

du centre-droit

31

18

Total droite

88 (65 %)

48 (35 %)

d'extrême gauche et de gauche

93

36

du centre-gauche

59

13

Total gauche

152 (76 %)

49 (24 %)

7Le paradoxe n'est qu’apparent. Sa solution fait intervenir la notion de notabilité. Quelle que soit la période considérée (1871-1892, 1893-1918, 1919-1940), les élites politiques de droite appartiennent plutôt aux strates supérieures de la notabilité, à tout le moins, à une notabilité régionale dont l'assise géographique dépasse le strict cadre du département. Ceci est particulièrement vrai pour les premières décennies de la IIIe République. Un tiers des parlementaires de droite des années 1871-1892 contre un quart seulement des députés de gauche sont nés hors du département représenté. C'est que les élus de gauche se rangent alors parmi la notabilité moyenne et petite composée des classes montantes de la société et dont les horizons géographiques sont aussi plus bornés. Aussi, considérer les seuls lieux de naissance pour apprécier le degré d’enracinement des parlementaires n'a qu’une valeur toute relative. Sans aucun doute, pour débuter dans la carrière politique, les attaches locales ont plus d'importance que la simple qualité d'autochtone.

  • 3 LACHAISE Bernard, "Les parlementaires de la Dordogne sous la IIIe République", dans Annales du Midi (...)

8Il nous faut donc aller plus loin et prendre en compte des éléments comme la souche familiale, la résidence, les fonctions et les mandats politiques locaux exercés antérieurement à l'élection au parlement. A cette aune-là, très peu de parlementaires ne sont pas du cru. L'exemple de la Dordogne étudié par B. Lachaise le montre bien. Parmi les élus des années 1876-1940 nés à l'extérieur du département soit une douzaine, sans compter le général Boulanger, près de la moitié y ont des attaches familiales3. A ne considérer que ce seul critère, nous observons un niveau d'enracinement tout-à-fait comparable dans les Landes et le Lot-et-Garonne.

  • 4 AGOSTINO Marc, "Une grande figure du Médoc, Georges Mandel", dans Actes du XVIème Congrès d'Etudes (...)

9En Gironde, Blanqui élu en 1879 et aussitôt invalidé mis à part, seul Georges Mandel fait figure d'étranger au département parmi les 44 parlementaires non-originaires de celui-ci. L'implantation girondine et singulièrement médocaine de Mandel est postérieure, de quelques mois seulement il est vrai, à son élection à la chambre en 19194. Tous les autres, à l'instar d'Achard et de Vayssière (le premier et le dernier dans l'ordre alphabétique) étaient devenus girondins avant d'être élus. Né à Genève en 1814, Adrien Achard est avoué à Lesparre entre 1840 et 1850 ; il exerce la fonction de maire de cette commune sous la Seconde République et ne rejoint la chambre des députés qu'en 1879. Marcel Vayssière est né à Agen en 1856 : licencié en droit de la faculté de Bordeaux, il est propriétaire-viticulteur dans les Graves, à Martillac près de Labrède, lorsqu'en 1920 les grands électeurs du département le désignent pour siéger au palais du Luxembourg.

  • 5 HAYET Daniel, Les parlementaires des Basses-Pyrénées sous la IIIe République, T.E.R. Université de (...)
  • 6 Bernard de Coral est en effet le petit-fils de Jules Labat, qui en outre, fut maire de Bayonne de 1 (...)
  • 7 DAZET-BRUN Philippe, Auguste Champetier de Ribes, T.E.R. Université de Pau, 1988.

10Etudions en détail le cas des Basses-Pyrénées5 : 46 parlementaires sont nés en Béarn et en Pays-Basque et 16 à l'extérieur du département. Mais sur ce lot, 11 ont des attaches familiales sur place et 10 exerçaient un mandat politique local antérieurement à leur élection. La naissance hors du département s'explique par les vicissitudes des carrières paternelles. Ainsi des Gontaut-Biron, propriétaires et notables de Navailles-Angos près de Pau et dont 3 membres représentèrent les Basses-Pyrénées. Elie, député puis sénateur au début de la IIIe République est né à Paris, d'un chambellan de Louis XVIII et d'une gouvernante des enfants de France. Son fils, Joseph, député et sénateur pendant la Belle-Epoque, est né à Baron dans l'Oise. Seul Bernard, son second fils, député de 1906 à 1910, vit le jour à Navailles-Angos, fief de la famille : Elie avait été conseiller général du canton de Morlaas à la fin du Second Empire puis maire de Navailles de 1874 à 1890. Louis Lacaze, député de 1871 à 1882 puis membre du Sénat est né à Paris en 1826 mais est issu d'une famille de grands notables de l'arrondissement d'Oloron : son oncle et son père avaient représenté cet arrondissement à la chambre des députés sous la Monarchie de Juillet ; Louis Lacaze était lui-même, depuis le début du Second Empire conseiller général du canton de Lasseube lorsqu'il fut élu député. Trois autres parlementaires des Basses-Pyrénées sont nés dans des villes où leurs pères de souche béarnaise étaient encasernés comme officiers : Maurice Delom-Sorbé, député dans les années 1930 puis à la Libération, naît aussi à Mont-de-Marsan en 1898 ; Bernard de Coral, député de Bayonne en 1935 voit le jour à Limoges et Samuel de Lestapis, élu la même année, à Rouen. Ils étaient respectivement, fils de député, apparenté à un sénateur des débuts de la IIIe République, petit-fils d'un député au corps législatif du Second Empire puis à la chambre6. Tous trois aussi exerçaient des fonctions politiques locales au moment de leur élection. Au total, nous avons là des éléments, parmi d'autres (les alliances matrimoniales, l'engagement social), d'un incontestable enracinement départemental que la prise en compte du simple lieu de naissance ne révélait pas. De même, si Martial Berdoly député de Mauléon puis sénateur des Basses-Pyrénées au tournant des xixe et xxe siècles naît à Bordeaux en 1844, c'est parce que son père y exerçait la profession d'ingénieur civil. Celui-ci avait cependant acquis, dès 1833, le château d'Uhart-Mixe en Pays Basque ; Martial Berdoly exerça lui-même comme avocat à Saint-Palais avant de diriger entre 1880 et 1884 la sous-préfecture de Mauléon. Auguste Champetier de Ribes, dont la carrière n'est pas à rappeler,est né à Antony (Seine) mais a des attaches béarnaises qui remontent à son arrière-grand-père nommé inspecteur des domaines en 1816 dans les Basses-Pyrénées7. Né à Paris, Jules Legrand, normalien, est professeur au lycée de Bayonne au moment de son élection à la chambre en 1906 ; il avait des attaches biarrotes. Jean-Louis Tixier Vignancour, député d'Orthez à l'époque du Front Populaire, né aussi à Paris, tient ses origines béarnaises de sa mère, Andrée Vignancour, fille de Louis Vignancour, lui-même député d'Orthez à plusieurs reprises au début de la IIIe République puis sénateur des Basses-Pyrénées entre 1891 et 1900.

  • 8 Haulon est à nouveau conseiller municipal entre 1887 et 1896.

11Si nous ajoutons à cette liste Jean Lissar, "américain", né en Argentine mais d'origine basque, c'est la presque totalité des parlementaires des Basses-Pyrénées (57 sur 62) qui, par leur naissance ou par leur origine familiale se rattachent au département. Sur les 5 restants, 4 s'y étaient établis antérieurement à leur élection. Eugène Duclerc, député de 1871 à 1875, puis sénateur inamovible, né en 1812 à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), représentant des Landes en 1848 avait fait ses affaires en Espagne sous le Second-Empire avant de s'installer à Bayonne où les événements de 1870 le trouvèrent. Séraphin Haulon, député puis sénateur au tournant du siècle, né en Haute-Garonne, à Charlas, avait suivi son père qui dirigeait une fabrique de chaussures à Bayonne. Il lui succéda à la tête de cette fabrique en 1850, fut membre du tribunal de commerce local pendant dix-huit ans et le présida pendant dix ans. En 1870, il devient conseiller municipal de Bayonne, le demeure jusqu'en 1881 avant de présider comme maire aux destinées de la ville (1881-1884)8. Conseiller général en 1880 — et jusqu'en 1892 — Séraphin Haulon est incontestablement bayonnais malgré ses origines toulousaines, de même le sénateur Le Barillier (1920-1927), né à Bordeaux mais maire d'Anglet (1897-1935) et conseiller général (1907-1925). Enfin, en Béarn, Henri Lillaz n'est pas inconnu lors de son élection au Palais-Bourbon en 1928. Né dans le Rhône, il avait développé à partir de 1919 les affaires industrielles de son frère dans la région d'Oloron et conquis un siège au conseil général avant de devenir l'élu de la circonscription.

12Au total, dans ce département des Basses-Pyrénées, les élus "bombardés" selon une expression familière au xixe siècle et à laquelle le xxe siècle a substitué la notion de "parachutage" sont l'exception : Léon Say, député entre 1889 et 1896. Il s'agit là d'une personnalité d'envergure "nationale", dont la carrière politique fut essentiellement parisienne, élue en Béarn grâce à une notoriété acquise ailleurs que dans le département. Au demeurant, pour l'ensemble de l'Aquitaine, le cas n'est pas d'espèce : de la sorte, Blanqui est élu en Gironde en 1879 et Boulanger en Dordogne en 1888. Mais il faut considérer à part ces deux élections car elles s'inscrivent dans le cadre d'une stratégie politique précise ; elles ne procèdent pas d'une volonté de représentation des intérêts locaux.

  • 9 Francis Jammes dans ses mémoires raconte que, mis au défi de dire le nom du village où il se trouva (...)
  • 10 JOURDAN Jean-Paul, "Louis Barthou et le département des Basses-Pyrénées (1919-1934)", dans Barthou, (...)
  • 11 DUBOS Joël, Les députés élus en Gironde entre 1876 et 1902, TER, université de Bordeaux III, 1986, (...)

13Les exemples de Léon Say et de Georges Mandel semblent indiquer que l'extranéité n’est pas un obstacle insurmontable sur la voie du succès électoral. La campagne de Léon Say dans les Basses-Pyrénées en 1889 avait pourtant été ponctuée des cris d'"À bas l'étranger" dès que le candidat apparaissait sur une estrade ou à une tribune9. Mais le reproche d'extranéité est aussi adressé à des candidats fraîchement installés sur place et donc suspectés par leurs adversaires d'avoir jeté leur dévolu sur le département ou la circonscription. Dans les Basses-Pyrénées encore, il est ainsi fait grief à Henri Lillaz, candidat en 1928 dans la circonscription d'Oloron, d'ignorer tout du patois et des habitudes des Béarnais, de s'être établi dans la petite province à la seule fin d'assouvir une ambition législative10. L'argument ne fit pas mouche. Il montre cependant en quels termes les candidats entendaient poser la question du lien devant unir les élus et leurs circonscriptions. Analysant le contenu des professions de foi aux élections législatives en Gironde entre 1876 et 1902, Joël Dubos a souligné la place majeure qu'y occupe l'évocation d'une intimité géographique entre les candidats eux-mêmes et leurs électeurs11. En fait, au niveau de l'ensemble des départements aquitains, 116 députés seulement sur les 227 élus au scrutin d'arrondissement entre 1876 et 1940 (soit 51 %) ont représenté la circonscription dans laquelle ils étaient nés (tableau 40).

Tableau 40 - Les députés élus au scrutin d'arrondissement et leurs circonscriptions

Députés

Nés dans la circonscription représentée

Hors de la circonscription

Ensemble

de la Dordogne

27

20

47

de la Gironde

35

45

80

des Landes

11

16

27

du Lot-et-Garonne

15

9

24

des Basses-Pyrénées

28

21

49

Total

116 (51 %)

111 (49 %)

227

14Rappelons que le lieu de naissance n'est qu'un indice relatif de l’enracinement local et, qu'en réalité, tous les aspects de celui-ci pris en compte, le niveau d'ancrage des élus dans leur circonscription est bien supérieur aux 51 % calculés.

15Cependant, nous pouvons observer une relation étroite entre l'origine des élus et leurs circonscriptions en Lot-et-Garonne. Ici, les deux tiers des députés sont de l'arrondissement qui les élit. En Dordogne et dans les Basses-Pyrénées, la proportion est sensiblement moindre tandis qu'en Gironde et dans les Landes, les députés nés en dehors des circonscriptions représentées sont les plus nombreux. Nous retrouvons là, à quelques exceptions près, les éléments d'une répartition régionale déjà rencontrée (tableau 37) : les départements, où, parmi l'ensemble des parlementaires, la proportion des autochtones est la plus grande sont aussi ceux où le rapport géographique entre les seuls députés élus au scrutin uninominal et les circonscriptions représentées est le plus étroit. Cette cohérence est sans surprise, l'échantillon des députés des circonscriptions étant compris dans le groupe plus large des parlementaires. Nous l’observons encore après déduction des individus nés à l'extérieur des départements. Dans le cas de la Gironde, l'adéquation entre l'origine des élus et les circonscriptions est encore moins forte que ne l'indique le tableau car nous avons considéré l'ensemble des députés nés à Bordeaux qui représentèrent les deux puis les trois puis les quatre circonscriptions de la ville comme natifs de la circonscription correspondante, ce qui n'est pas toujours le cas. Ceci étant, la place qu'occupe l'élite bordelaise, pourvoyeuse de députés pour l'ensemble du département, explique, avec l'importance de l'apport extérieur, les chiffres girondins. Parmi les 21 députés de la Gironde nés à Bordeaux, 11 représentèrent une des circonscriptions de Bordeaux-ville, 3 celle de Lesparre, 3 celles du Sud-Ouest du département et de la périphérie bordelaise, 2 celle de La Réole, 2 celle de Bazas. De la même façon, dans les Landes, Dax mieux représentée que Mont-de-Marsan parmi les députés élus au scrutin uninominal fournit 5 députés dont 2 seulement pour la première circonscription locale. En sens inverse, les villes de Périgueux et d'Agen ne sont pas sureprésentées parmi les élus de la Dordogne et du Lot-et-Garonne. Quant aux Basses-Pyrénées, la dichtomie basco-béarnaise du département impose un clivage net et explique l'assez forte correspondance géographique entre l'origine des élus et les circonscriptions représentées. Aucun béarnais ne fut élu des circonscriptions basques, aucun basque ne le fut en Béarn. Les Basses-Pyrénées furent d'ailleurs en 1919 un des rares départements français à être divisé en deux circonscriptions lors de l'établissement du scrutin de liste.

  • 12 Parmi les regroupements, les plus notables concernent la Gironde. Nous avons rassemblé les données (...)

16Les modifications apportées aux délimitations des circonscriptions rendent malaisée l'approche cartographique des réalités que nous venons de présenter. Néanmoins, en prenant pour base le découpage électoral de 1927 et en procédant à quelques regroupements nécessaires ou inévitables, nous avons pu dessiner la carte 712.

17Le lien géographique entre les élus et les circonscriptions apparaît relativement lâche dans l'Aquitaine urbaine. Sur les 27 députés des circonscriptions de Bordeaux, 11 seulement sont natifs de la ville. A Périgueux I, Agen et Pau I, circonscriptions englobant les villes chefs-lieux de département, seuls 6 députés sur un total de 19 sont originaires de la circonscription. Toujours au regard de la simple indication du lieu de naissance, le lien entre l’élu et son arrondissement semble également peu tendu dans les circonscriptions de l'espace aquitain landais. En Gironde, sur les 7 élus de la circonscription de Lesparre, un seul est natif du Médoc ; à Bazas, la proportion de députés nés dans l'arrondissement est de 1 sur 5 ; dans les Landes médocaines et le pays de Buch, de 7 sur 17. Seulement 4 sur 12 députés des circonscriptions de Mont-de-Marsan avaient vu le jour dans celles-ci. En revanche, dans l'est girondin, en Périgord, en Agenais et au pied des Pyrénées, les circonscriptions sont représentées par des hommes de l'arrondissement. Sur les 7 députés qui se succédèrent comme représentants de la circonscription de Nontron 129(Dordogne), 6 étaient originaires de l'arrondissement. La part des natifs de l'arrondissement est parmi la représentation locale de 6 sur 7 en Néracais, de 7 sur 10 dans la région d'Orthez...

Carte 7 – ORIGINE GÉGRAPHIQUE DES DÉPUTÉS DES CIRCONSCRIPTIONS DE L’AQUITAINE 1876-1940

Carte 7 – ORIGINE GÉGRAPHIQUE DES DÉPUTÉS DES CIRCONSCRIPTIONS DE L’AQUITAINE 1876-1940

18Tous les résultats observés vont dans le même sens. Ils confirment tout d'abord combien le département est le cadre naturel de la vie politique locale. L'importance des attaches qui lient sur des plans divers les députés à leurs circonscriptions expliquent la teinte locale dominante du discours électoral, l'esprit "arrondissementier" des professions de foi. Au vu du rapport géographique entre l'origine des candidats et les arrondissements d'élection, cet esprit paraît caractéristique des circonscriptions dominées par une ville moyenne ou petite souvent soucieuse d'affirmer son identité face au chef-lieu de département ou à la grande ville voisine. De la sorte, nous ne comptons qu'un seul Bordelais parmi les 11 députés des circonscriptions de Libourne face à 5 natifs de la ville-même et 4 de ses abords. L'esprit de clocher s'exprime avec beaucoup moins de force dans les grandes cités à la population plus diverse quant aux origines des habitants donc des électeurs. Toujours selon le critère du lieu de naissance des élus, la vie politique dans la région landaise, de la pointe du Médoc au bord de l'Adour paraît échapper à cette donnée majeure. A moins que nos chiffres ne traduisent la difficulté de cette région plutôt déshéritée et peu urbanisée à générer des élites politiques locales ?

II - LES CARRIÈRES LOCALES

  • 13 Ils ne sont que 17 à avoir été seulement conseiller municipal et 10 à n’avoir été que maire.
  • 14 Pour les députés, les proportions sont respectivement de 63 % et de 10,4 %.
  • 15 Cette statistique porte en fait sur 80 parlementaires pour lesquels nous ne connaissons pas la date (...)

19Globalement, l'enracinement des élus aquitains aux Palais Bourbon et du Luxembourg est remarquable par son ampleur. 82,2 % de nos parlementaires ont fait une carrière d'élus locaux ; 180 ont été maires, 196 conseillers municipaux et 218 conseillers généraux. Le Conseil Général est véritablement l'antichambre du Parlement, la voie d'accès presque obligée. Les deux tiers de ceux qui n'ont exercé qu'un mandat local ont été conseillers généraux13. Il est plus sûrement encore le vestibule du Sénat : plus des deux tiers des sénateurs ont été conseillers généraux et 21 % ont présidé leur Conseil Général14. L'entrée au Conseil Général précède d'ailleurs d'assez peu celle au Parlement : de 6 ans en moyenne selon une statistique partielle établie pour les départements de la Dordogne et du Lot-et-Garonne15

  • 16 Nous ne connaissons la durée des mandats locaux que pour 221 parlementaires, soit les deux tiers de (...)

20Enracinement remarquable aussi par sa durée16. La durée d'exercice est inversement proportionnelle à l'importance du mandat, ce qui est logique. Elle s'établit comme suit. Nos parlementaires ont été en moyenne un quart de siècle conseillers municipaux, vingt ans maires et près de dix huit ans conseillers généraux. Les 35 Présidents de Conseil Général ont exercé cette fonction pendant onze ans en moyenne. Le parlementaire d'Aquitaine investit donc durablement son territoire politique.

  • 17 Deux fois sur trois celui de conseiller général.
  • 18 Ceux qui exercent un seul mandat restent 9,2 ans parlementaires ; la durée de la carrière parlement (...)

21Il a aussi tendance à l'occuper de multiples façons. Sur les 277 élus locaux, ils ne sont que 77 à n'avoir exercé qu'un seul mandat17. Le cumul est la règle : ils sont 70 à avoir exercé deux mandats ; les plus nombreux, 107, en ont exercé trois, le plus souvent simultanément. Quelques-uns ont ajouté aux trois fonctions celle de Président du Conseil Général : ils sont 23 dans ce cas ; leur carrière parlementaire dépasse 20 ans, ce qui indique une corrélation nette entre la multiplicité des racines locales et la durée du mandat national.18 Parmi eux, des gloires comme Barthou, Fallières, Mandel ou Milliès Lacroix, mais aussi de solides notabilités départementales comme Léon Sireyjol, 54 ans maire et conseiller municipal (de Saint-Priest-les-Fougères puis de Saint-Pardoux-la-Rivière) et 47 ans conseiller général.

  • 19 40 % des maires ont siégé plus de 20 ans.
  • 20 Encore Claveille dont le cas est très intéressant ; c’est l’un des rares parlementaires pour lequel (...)

22Les deux tiers des parlementaires ont exercé des fonctions locales pendant plus de 10 ans ; ils sont encore un tiers à en avoir exercé plus de 20 ans19. 10 % des députés maires et 5 % des députés conseillers généraux remplissent des mandats locaux pendant plus de 40 ans. La présence à la tête d'une commune varie d'un an et demi, pour Albert Claveille, rapidement emporté par la maladie, à 60 ans pour Benjamin Brisson, indéracinable châtelain qui ne parvient jamais à entrer au conseil général et est élu à la Chambre en 1902, pour une seule législature. Pour le conseil général, les extrêmes sont de un an20 à 53 ans pour Adrien Bels, conseiller général qui traverse trois républiques, puisqu'il est conseiller général de la Dordogne de 1911 à 1964. Le record sous la Troisième République appartient à La Batut, en Dordogne également, conseiller général de Sigoulès de 1881 à 1933.

  • 21 Dans 30 % des cas contre moins de 20 % dans les années 1870/90. L’accès au Parlement ne suit donc p (...)

23Le taux d'élus locaux parmi les parlementaires aquitains s'élève avec le temps. Le conseil général reste toujours un solide passeport pour entrer au Parlement, particulièrement au tournant du siècle. 79,6 % des élus de la "République radicale" y ont siégé, 18,5 % en ont été Président ou Vice Président. Le mandat municipal est cependant de plus en plus nécessaire à mesure que les années passent. Alors que 40 % seulement des élus du début de la République ont été ou conseillers municipaux ou maires, ce taux s'élève progressivement pour atteindre respectivement 86 % de conseillers municipaux et 76 % de maires dans l'Entre-deux-guerres. L'appartenance au milieu des notabilités départementales ne suffit plus ; de plus en plus, il faut démontrer ses aptitudes à la gestion communale non seulement pour accéder, mais aussi pour rester au Parlement. Si globalement, la carrière sur le terrain reste un marchepied, on devient plus souvent élu local, dans l'Entre-deux-guerres, après être entré à la Chambre.21

24Au total, le député-maire et le sénateur-maire s'affirment progressivement comme les parlementaires type. De la même façon les cumuls de mandats sont de plus en plus fréquents : alors que 41,5 % de nos députés et sénateurs de la première période n'ont exercé qu'un mandat local, ils ne sont plus que 20 % dans ce cas à partir des élections de 1893. Parallèlement, au sein de la représentation parlementaire aquitaine, le pourcentage des élus à triple mandat local passe de 27 % au début de la Troisième République à 47 % à la veille de la Seconde Guerre mondiale. C'est à l'apogée de la République, entre 1893 et 1914, que l'enracinement local est le plus fort : 80 % de cumuls, dont 15 % de députés et de sénateurs remplissant en même temps les quatre fonctions.

  • 22 On a vu que le même phénomène s’observait pour les conseils généraux et surtout pour la présidence (...)
  • 23 Alors que les sénateurs ne représentent que 29,6 % du corpus.

25En outre, les sénateurs ont exercé un peu plus souvent que leurs collègues députés des magistratures locales : il y a parmi les sénateurs 95 % d'élus locaux contre 81 % parmi les députés. Ils ne sont que deux sénateurs, Paul Dupont et Pierre Chaumié, à accéder au Palais du Luxembourg sans avoir exercé d'autre mandat. De la même façon, nous recensons parmi les élus aquitains à la chambre haute 58 % de sénateurs maires et à la chambre basse 50 % de députés maires22. Le prestige de la fonction sénatoriale exerce un important effet retour sur la carrière locale, puisque les deux tiers des présidents de conseils généraux ont été sénateurs23.

  • 24 L’extrême droite est plus représentée que l’extrême gauche, mais la statistique ne portant ici que (...)
  • 25 En faveur de la gauche : 53/47 % pour les doubles mandats, 72/28 % pour les mandats triples, 73/27  (...)
  • 26 Sur les 50 parlementaires qui n’ont été que conseillers généraux, 27 appartiennent à la première pé (...)

26C'est à gauche que les parlementaires sont les plus enracinés ; l'écart atteint presque 8 points. 84,7 % des députés et sénateurs de gauche ont exercé un mandat local, contre 76,8 % de leurs homologues de droite. Partant de chaque extrême, le taux s'élève progressivement vers le centre, le record étant détenu par le centre gauche avec 88 %.24 Cette observation signale d'une part l'attrait de l'électorat régional pour les hommes du centre, et d'autre part le goût plus fort des parlementaires de gauche pour la politique locale. Les candidats de la gauche compensent par l'enracinement local une notoriété sociale inférieure à celle des candidats de droite. Cet avantage de la gauche, qui est vrai pour tous les types de mandats, se retrouve ailleurs. Les deux tiers des parlementaires de gauche ont exercé plusieurs mandats locaux, contre la moitié seulement de leurs homologues de droite ; le déséquilibre augmente d'ailleurs avec le nombre de cumuls.25 Sur 35 présidents et vice-présidents de conseils généraux, 13 sont de gauche et autant de centre gauche. Gauchissement de la représentation parlementaire et progrès des phénomènes de cumul sont allés de pair. La démocratisation de la vie politique, marquée par le déclin des notables traditionnels, s'accompagne d'un décloisonnement des charges électives. Sous la République opportuniste, on est souvent élu de sa commune sans être membre du conseil général, et inversement.26 À l'intégration dans l'aristocratie politique départementale qui était l'objectif principal du futur parlementaire dans les années soixante-dix et quatre-vingt (98 ont été conseillers généraux, 69 seulement ont été maires), les successeurs préfèrent l'implantation tous azimuts, qui ne néglige aucun mandat ; pour l'Entre-deux-guerres, nous trouvons exactement le même nombre de maires que de conseillers généraux.

  • 27 On passe de 56 % à 46 % à droite, de 63 à 50 % au centre-droit.
  • 28 109 sur un total de 148 pour la période postérieure à 1893, soit 73,6 %.

27La chronologie révèle que l'appartenance au conseil général régresse constamment parmi les générations successives des parlementaires de droite,27 alors que l'exercice du mandat de maire progresse de façon irrégulière mais significative, preuve que les conservateurs s'efforcent d'améliorer leur implantation locale. Cette tentative doit beaucoup aux hommes de centre droit, qui essayent de suppléer l'absence de relations familiales par l'enracinement politique et dont les deux tiers sont maires à la Belle Époque. A gauche, le pourcentage de maires parmi les parlementaires, très supérieur dès l'origine à celui de la droite, passe de 66 à 72 % dans le premier tiers du xxe siècle. Dès 1900, les trois quart des parlementaires conseillers généraux sont de gauche28.

  • 29 Clament, Raphaël Milliès-Lacroix, René Cazauvielh. Pourteyron, Combrouze, Brunet, La Batut et Bels.

28La durée du mandat local ne varie guère en fonction de l'étiquette, sauf à gauche où les carrières sont plus courtes, quel que soit le type de mandat observé ; on n'y est que quinze ans conseiller général et dix-huit ans maire. Comme dans le cas général, la durée des carrières locales a tendu, d'une période à l'autre à s'allonger, mais elle reste inférieure à la moyenne malgré un rattrapage spectaculaire pour les mandats de conseiller général : alors qu’au début de la République, les parlementaires de gauche siègent au conseil général huit ans de moins que la moyenne, l’écart se réduit à moins de deux ans dans les années trente. L'adhésion aux idées nouvelles induit une certaine fragilité politique. C'est au contraire au centre-gauche que l'on voit les plus belles carrières locales ; sur les 33 parlementaires qui ont été maires plus de 30 ans, 39 % portent cette étiquette — tout comme 8 des 14 maires qui ont dirigé leur commune plus de 40 ans29 — alors que le centre-gauche ne représente que 22 % du corpus des parlementaires. Sur les 35 conseillers généraux ayant eu une carrière de même durée, c'est encore le centre gauche qui l'emporte, avec 11 occurrences.

  • 30 En Dordogne, presque tous sont parlementaires aux débuts de la République, la plupart représentants (...)

29Peut-on esquisser une typologie régionale des profils de carrière ? Dans la Dordogne et les Basses-Pyrénées, les parlementaires sont presque tous implantés localement. Il ne sont que 8, dans chacun de ces départements, à n'avoir exercé aucun mandat local30. C'est encore en Dordogne que la durée de l'enracinement local est la plus remarquable : on y reste 30 ans conseiller municipal, 24 ans maire, plus de 16 ans Président du conseil général. Les carrières municipales sont sensiblement plus courtes dans les Basses-Pyrénées (7 ans de moins en moyenne), mais de même longueur au conseil général, le conseiller béarnais siégeant un peu plus longtemps que son homologue périgourdin. L'analogie est d'autant plus remarquable qu'elle concerne des départements à la sensibilité politique très différente. Sur l'ensemble de la Troisième République, 71,1 % des parlementaires de Dordogne sont de gauche, alors que 65,9 % des parlementaires des Basses-Pyrénées sont de droite. Ce n'est donc pas la parenté politique qui peut expliquer celle des profils de carrière. C'est plutôt dans la structure démographique et économique de ces deux départements qu'il faut chercher des explications : même population, même présence de villes moyennes propres à diffuser une sensibilité politique commune, même semis de gros bourgs ruraux organisant des campagnes densément peuplées. Tout cela est de nature à favoriser l'existence de réseaux politiques stables.

30Les différences l'emportent sur les ressemblances entre le Lot-et-Garonne et les Landes. Alors que le pourcentage d'élus locaux parmi les parlementaires dans le premier département est proche de la moyenne régionale, il lui est sensiblement inférieur dans les Landes (trois quarts). C'est surtout la faible représentation des maires parmi les parlementaires (59 %) qui frappe eu égard à la longévité au conseil général (plus de 22 ans) et à l'accès fréquent à la Présidence de celui-ci : un quart des élus landais ont présidé le Conseil Général, proportion très supérieure à celle des autres départements. Les Landes détiennent également le record des cumuls, avec 85 % de mandats multiples. Ces chiffres révèlent un département de grands notables, dominé par des figures souvent aristocratiques ; parmi les présidents ou vice-présidents du conseil général, Demoulin de Riols, Ces Caupenne, Laborde d’Arbrun.

  • 31 44,6 ans en moyenne contre 46,4 pour l’ensemble du corpus.
  • 32 Jean Baptiste Durand démissionne par exemple de sa mairie d’Agen quand il devient sénateur ; Armand (...)

31Les hommes de Lot-et-Garonne ont une autre sociologie. Les aristocrates s'y comptent sur les doigts d'une main. L'attention est attirée ici par la brièveté des carrières locales des députés et des sénateurs : on n'est que 16 ans conseiller municipal, à peine 14 ans maire, 15 ans conseiller général. En moyenne, fait exceptionnel, les carrières locales des parlementaires lot-et-garonnais sont à peine plus longues que leurs carrières parisiennes. Ce département est pourtant celui où l'on entre au parlement le plus jeune31. Comment expliquer ces données ? La tâche est malaisée ; on n'est, en Agenais, pas moins longtemps parlementaire qu'ailleurs, et le département n'a pas connu de changement politique plus brutal que ses voisins. Sur l'ensemble de la période, la gauche passe de 50 % à 75 % des parlementaires, mais les chiffres pour la Dordogne, où l'enracinement des élus est extrêmement durable, sont respectivement de 45 % et 92,6 %... On est réduit aux conjectures : fragilité politique locale plus grande des "couches nouvelles" qui dominent la vie politique de Lot-et-Garonne ? Volonté délibérée d'éviter de longs cumuls de mandats ?32 Désengagement de la politique locale lié à une carrière ministérielle, dans un département où celles-ci sont nombreuses ? Ainsi Darlan démissionne de la mairie de Nérac quand il devient ministre de la Justice et des Cultes, Deluns-Montaud abandonne le conseil municipal de Marmande en même temps que le Parlement pour le portefeuille du Quai d'Orsay ; Joseph Chaumié ne reste que 4 ans maire d'Agen, jusqu'en 1900, avant d'occuper divers portefeuilles ; Cels Couybes, qui a été deux fois sous-secrétaire d'État à la fin de la Grande Guerre, résigne tous ses mandats locaux en 1922. Ce ne sont là bien sûr que cas particuliers, mais ils sont assez nombreux pour fournir une indication. L'exercice des plus hautes responsabilités nationales conduit à une prise de distance par rapport au terroir.

  • 33 Les cumuls ne concernent que 58 % des élus contre 76,3 % en moyenne.
  • 34 Aux élections à l’Assemblée Nationale du 8 février 1871, Carayon Latour obtient le deuxième nombre (...)
  • 35 Johnston, Jérome David, Decazes, Monis, Lavertujon, Larrieu et Henriot n’ont été que conseillers gé (...)

32C'est en Gironde que l'implantation locale des parlementaires est la moins marquée. Les deux tiers seulement des députés et des sénateurs girondins ont exercé un mandat local ; 40 % seulement ont été maires et 54 % conseillers généraux. Même remarque en ce qui concerne le cumul des mandats : si les doubles mandats locaux sont dans la moyenne régionale, les parlementaires girondins sont proportionnellement beaucoup moins nombreux à avoir exercé trois ou quatre fonctions.33 L'examen en creux, de ceux qui n'ont pas exercé de mandat local, ou qui n'en ont exercé qu'un, signale les marchepieds politiques qui, en Gironde plus qu'ailleurs, permettent de faire l'économie d'une carrière départementale. Tout d'abord la guerre : Adrien Léon ou Joseph de Carayon-Latour, héros de 1870 à la tête de son bataillon de mobilisés de la Gironde34 ; Émile Picot ou l'abbé Bergey, héros de la Grande Guerre, élus en 1919 ou 1924. Une carrière de haut fonctionnaire : Raoul-Duval a été procureur général sous l'Empire, Grossin de Bouville, Calmés, Larrieu, Achard ont été préfets, Pierre Laroze Conseiller d'État, ou de ministre : Joseph Chaumet a été trois fois ministre, tout comme David Raynal, qui doit le pied à l'étrier à l'amitié intime et puissante de Léon Gambetta, ou Ernest Monis, qui n'a été que conseiller général. Bien placés aussi les directeurs de journaux, comme André Lavertujon, l'homme de La Gironde, ou Bernard Dupuy, si intégré à la vie politique parisienne qu'il devient en 1924 député de Paris après avoir pendant 22 ans représenté la Gironde. Enfin les grandes fortunes bordelaises : Laroze et Larrieu, déjà cités, mais aussi Adrien Journu et Nathaniel Johnston, ce dernier seulement conseiller général.35

33On note ainsi que dans le département le plus urbanisé, le plus en vue, bénéficiant du rayonnement de Bordeaux, métropole régionale, les modes d'accès à la carrière parlementaire sont plus variés qu’ailleurs, signe que la sociabilité politique urbaine permet davantage d'éviter le cursus honorum des fonctions électives. A côté des grands notables départementaux, hommes du terrain comme Duvigneau, Émile Fourcand, maire de Bordeaux, Surchamp ou Thounens, les célébrités nationales élues par le département n'ont fait que des carrières locales médiocres, à l'exception de Georges Mandel, 21 ans maire et conseiller général, qui, bien que né dans la région parisienne et "parachuté" par Clemenceau, réussit une carrière locale exemplaire.

  • 36 Vingt-huit exactement, soit 47,54 %.
  • 37 Le chiffre est de 26,7 % pour les parlementaires de droite, 18 % pour le centre droit, il tombe à 1 (...)

34Reste que dans l'ensemble, il est assez difficile de prétendre à une carrière parlementaire si l'on n'a pas été, ou si l'on est pas, un élu local. 60 parlementaires aquitains seulement sont dans ce cas, soit un peu moins du cinquième de l'effectif. Ceux qui ont réussi cette performance ne tiennent pas leur mandat parlementaire de réseaux familiaux particulièrement importants ; le pourcentage d'héritiers, 39 %, est même un peu inférieur à la moyenne des 337. On a vu que près de la moitié sont des girondins36. C'est à droite que l'on se passe le plus facilement des mandats locaux37 ; Corrélativement, ces parlementaires sans enracinement politique local appartiennent pour la plupart à la période 1871-93, les deux tiers exactement.

  • 38 On peut à bon escient appliquer aux campagnes aquitaines les propos de George Sand évoquant dans so (...)
  • 39 Les chiffres pour les 337 sont respectivement de 29,3 % et 16,5 %.

35Parmi eux, une moitié de représentants à l'Assemblée Nationale, les "hobereaux surgis de nulle part" qui ont fait campagne sur la paix bien plus que sur leur notoriété politique.38 Globalement, la carrière parlementaire de ces hommes est aussi belle que la moyenne : 27 % ont été sénateurs et surtout 22 % ont siégé dans les deux Chambres39 ; mais elle est nettement plus courte : 9,7 ans, signe que malgré quelques exceptions comme Félix Léglise et Bernard Dupuy, respectivement 28 et 36 ans parlementaires, on ne peut faire durablement l'économie d'une implantation dans le terroir.

36On retrouve dans les départements ruraux des profils déjà observés en Gironde. Ainsi Jauréguiberry et Martin des Pallières sont amenés à l'Assemblée Nationale par leur qualité d'anciens combattants ; mais aussi, davantage que dans le Bordelais, des héritiers propulsés par leur père, comme Bernard de Gontaut-Biron ou les trois frères Chaumié ; ou encore de très jeune parlementaires à la carrière éphémère, comme Tricard-Graveron, ou provisoirement interrompue par la guerre, comme Tixier Vignancour.

  • 40 Près des deux tiers des présidents de conseils généraux ont cumulé tous les mandats.

37Au total, la vie politique, qui commençait souvent dans le cadre du canton au début de la République, prend de plus en plus souvent naissance au village. L'élu se rapproche géographiquement de l'électeur, en même temps qu'il en devient plus proche sur le plan sociologique. La présence au Parlement, qui majoritairement couronne des carrières plus progressives, plus enracinées, favorise aussi en retour bien des implantations locales. Ce modèle qui est l'aboutissement logique de la stratégie gambettiste d'ancrage de la République dans les campagnes, est le fait des hommes de gauche dès les premières années du nouveau régime. A la période du Ralliement, la droite se lance aussi à l'assaut des communes, sans parvenir à imiter totalement le modèle initié par la gauche. La gauche maîtrise bien la politique au village, ce qui se traduit, en aval, par une forte domination des assemblées départementales à la fin de la période. En outre, l'exercice de multiples fonctions locales favorise des carrières parlementaires longues, qui conduisent souvent à la présidence du conseil général.40

Notes

1 Albert Sarlande en Dordogne, Adrien Achard. le baron David et Louis Hubert-Delisle en Gironde, le comte de la Myre-Mory en Lot-et-Garonne, Jean Lissar dans les Basses-Pyrénées.

2 Il s'agit d'Achard.

3 LACHAISE Bernard, "Les parlementaires de la Dordogne sous la IIIe République", dans Annales du Midi, t. 100, no 183, juillet-septembre 1988, p. 265-283.

4 AGOSTINO Marc, "Une grande figure du Médoc, Georges Mandel", dans Actes du XVIème Congrès d'Etudes régionales de la Fédération Historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1989, p. 11-18. Mande ! est élu maire de Soulac en décembre 1919, conseiller général de Lesparre et président du conseil général de la Gironde en janvier 1920. Voir aussi B. Favreau, Georges Mandel, un clémenciste en Gironde, Paris : 1969.

5 HAYET Daniel, Les parlementaires des Basses-Pyrénées sous la IIIe République, T.E.R. Université de Pau, 1991, 158 p.

6 Bernard de Coral est en effet le petit-fils de Jules Labat, qui en outre, fut maire de Bayonne de 1851 à 1869.

7 DAZET-BRUN Philippe, Auguste Champetier de Ribes, T.E.R. Université de Pau, 1988.

8 Haulon est à nouveau conseiller municipal entre 1887 et 1896.

9 Francis Jammes dans ses mémoires raconte que, mis au défi de dire le nom du village où il se trouvait, Léon Say fut incapable d'articuler le nom de Boeil-Bezing ; cité par Jean Micheu-Puyou, Histoire électorale du département des Basses-Pyrénées sous la IIIe et la IVe République, Paris : 1965, p. 146.

10 JOURDAN Jean-Paul, "Louis Barthou et le département des Basses-Pyrénées (1919-1934)", dans Barthou, un homme, une époque (sous la direction de M. Papy), Pau : 1986, p. 75-76, note 67.

11 DUBOS Joël, Les députés élus en Gironde entre 1876 et 1902, TER, université de Bordeaux III, 1986, 244 p.

12 Parmi les regroupements, les plus notables concernent la Gironde. Nous avons rassemblé les données concernant les circonscriptions urbaines de Bordeaux ; nous avons procédé de même pour ce qui concerne les circonscriptions du sud-ouest du département, Bordeaux III et IV (1876-81), Bordeaux IV et V (1881-1902), Bordeaux IV, V et VI (1902-1914). Bordeaux V, VI et VII (1928-1940). Pour la Dordogne, nous avons tenu compte du regroupement des circonscriptions de Bergerac I et Bergerac II d'un côté, de Sarlat I et Sarlat II de l'autre en circonscriptions uniques. Pour les Landes, il a fallu considérer le regroupement des deux circonscriptions de Dax, des fluctuations géographiques de l'ensemble des circonscriptions, le chassé-croisé en matière de numérotation des deux circonscriptions montoises. En revanche du découpage de 1875 à celui de 1927, la géographie des circonscriptions du Lot-et-Garonne est demeurée inchangée et celle des Basses-Pyrénées ne connaît qu'une modification légère avec la création d'une deuxième circonscription bayonnaise.

13 Ils ne sont que 17 à avoir été seulement conseiller municipal et 10 à n’avoir été que maire.

14 Pour les députés, les proportions sont respectivement de 63 % et de 10,4 %.

15 Cette statistique porte en fait sur 80 parlementaires pour lesquels nous ne connaissons pas la date d'entrée dans des fonctions locales. Elle confirme que les fonctions locales sont un marchepied. 90 % des élus sont devenus conseillers municipaux, 78 % maires et 81 % conseillers généraux avant d'entrer au Parlement. La proportion ne s'inverse que pour la présidence du conseil général, ce qui indique l'effet retour de la carrière nationale sur la carrière locale. En moyenne, on entre au conseil municipal 11 ans avant d'entrer au Parlement, on devient maire ou conseiller général 6 ans avant, et on est élu président du conseil général 7 ans après.
Les pourcentages indiqués semblent supérieurs à la moyenne nationale, que Mattéi Dogan évalue à un peu plus des deux tiers pour la période 1900-1940. Cf. Mattéi Dogan, Les filières de la carrière politique en France, Revue Française de Sociologie, VIII, 1967, p. 481.

16 Nous ne connaissons la durée des mandats locaux que pour 221 parlementaires, soit les deux tiers de l'effectif total aquitain et 80 % des élus locaux, ce qui représente une base de données assez fiable.

17 Deux fois sur trois celui de conseiller général.

18 Ceux qui exercent un seul mandat restent 9,2 ans parlementaires ; la durée de la carrière parlementaire s’élève à 12,4 ans pour ceux qui remplissent les deux mandats locaux et 13,8 ans pour ceux qui remplissent 3 mandats.

19 40 % des maires ont siégé plus de 20 ans.

20 Encore Claveille dont le cas est très intéressant ; c’est l’un des rares parlementaires pour lequel l'accès aux mandats locaux soit l’aboutissement, et non le point de départ d’une carrière nationale, puisqu’Ingénieur des Ponts et Chaussées, il a été Directeur des chemins de fer de l’État avant d’être Sous-Secrétaire d’État puis Ministre des Travaux publics pendant la Grande Guerre. Il ne devient élu local qu’à sa retraite de haut fonctionnaire.

21 Dans 30 % des cas contre moins de 20 % dans les années 1870/90. L’accès au Parlement ne suit donc pas forcément un cursus honorum. Ainsi pour Georges Mandel, qui devient maire, conseiller général et président du conseil général dans la foulée de son élection en 1919.

22 On a vu que le même phénomène s’observait pour les conseils généraux et surtout pour la présidence de ceux-ci.

23 Alors que les sénateurs ne représentent que 29,6 % du corpus.

24 L’extrême droite est plus représentée que l’extrême gauche, mais la statistique ne portant ici que sur 22 parlementaires est d’une portée très limitée.

25 En faveur de la gauche : 53/47 % pour les doubles mandats, 72/28 % pour les mandats triples, 73/27 % pour les quadruples fonctions.

26 Sur les 50 parlementaires qui n’ont été que conseillers généraux, 27 appartiennent à la première période.

27 On passe de 56 % à 46 % à droite, de 63 à 50 % au centre-droit.

28 109 sur un total de 148 pour la période postérieure à 1893, soit 73,6 %.

29 Clament, Raphaël Milliès-Lacroix, René Cazauvielh. Pourteyron, Combrouze, Brunet, La Batut et Bels.

30 En Dordogne, presque tous sont parlementaires aux débuts de la République, la plupart représentants à l'Assemblée Nationale, et presque tous, sauf de Chadois et Garrigat, sont de droite. Dans les Basses-Pyrénées, ils appartiennent à des périodes et à des étiquettes diverses.

31 44,6 ans en moyenne contre 46,4 pour l’ensemble du corpus.

32 Jean Baptiste Durand démissionne par exemple de sa mairie d’Agen quand il devient sénateur ; Armand Fallières abandonne le conseil général dès 1886 et le conseil municipal de Nérac en 1892.

33 Les cumuls ne concernent que 58 % des élus contre 76,3 % en moyenne.

34 Aux élections à l’Assemblée Nationale du 8 février 1871, Carayon Latour obtient le deuxième nombre de voix derrière Thiers (scrutin de liste).

35 Johnston, Jérome David, Decazes, Monis, Lavertujon, Larrieu et Henriot n’ont été que conseillers généraux. Cette analyse confirme la situation au plan national : "Les députés sans attaches politiques locales étaient surtout des fonctionnaires de la haute administration, des professeurs universitaires, des journalistes parisiens, des officiers supérieurs ou des grands hommes d’affaires." Mattéi DOGAN, op. cit., p. 481.

36 Vingt-huit exactement, soit 47,54 %.

37 Le chiffre est de 26,7 % pour les parlementaires de droite, 18 % pour le centre droit, il tombe à 14 % pour la gauche et à 11,4 % pour le centre gauche.

38 On peut à bon escient appliquer aux campagnes aquitaines les propos de George Sand évoquant dans son Journal d'un voyageur l’attitude du paysan de Nohant à la veille du 8 février : "...il se souvient fort peu des noms propres à l'heure qu’il est. Ils ne connaissent pas plus que moi les candidats qui passent pour représenter leur opinion..." L’analyse de Mattéi Dogan, qui estime que la filière du mandat local est "classique pour...les propriétaires terriens héritiers de la vieille noblesse" est, en ce qui concerne l'Aquitaine, à nuancer, cf. Mattéi DOGAN, op. cit., p. 481.

39 Les chiffres pour les 337 sont respectivement de 29,3 % et 16,5 %.

40 Près des deux tiers des présidents de conseils généraux ont cumulé tous les mandats.

Table des illustrations

Titre Carte 5 et 6 – ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PARLEMENTAIRES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Carte 7 – ORIGINE GÉGRAPHIQUE DES DÉPUTÉS DES CIRCONSCRIPTIONS DE L’AQUITAINE 1876-1940
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540