Version classiqueVersion mobile

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 2. Le milieu social et la formation

Texte intégral

1Tout individu est le produit mêlé d'un héritage, le milieu familial et social, et d'un long apprentissage de soi-même auquel concourent, mais pas seulement elles, les études et l'exercice d'une profession. Les deux volets, la place des legs et la part de l'individu méritent dans le cas des parlementaires une étude attentive. Car derrière ces termes, c'est à la question de la démocratisation du recrutement des élites politiques que l'on touche.

I - LA PART DE L'HÉRITAGE

1 - origines sociales

2L'analyse des origines sociales des parlementaires aquitains apparaît primordiale tant les facteurs de réussite d'une carrière en politique dépendent du milieu familial dans lequel a évolué l'individu : le cadre de vie, l'éducation, le mode de pensée paternel, ont sans aucun doute influencé fortement l'orientation politique du futur parlementaire. Aussi cette étude se base-t-elle sur les professions des parents, en l'occurrence des pères puisqu’aucune mère au sein du corpus n'exerce une activité.

3■ L'étude porte sur un échantillon total de 283 individus sur 337. Nous ignorons ainsi la profession de cinquante-quatre ascendants. Nous connaissons donc près de 84 % des pères de nos parlementaires avec cependant des différences départementales : de 79 % dans les Basses-Pyrénées à plus de 87 % en Dordogne. Nous les avons répartis selon les neuf catégories : travailleurs agricoles, travailleurs industriels, domestiques, employés, fonctionnaires publics, professions libérales (avec une distinction entre les professions médicales, juridiques et diverses), commerçants-négociants-industriels, propriétaires-rentiers et ecclésiastiques. Nous avons pris en compte la profession du père avant l'élection de son fils, car pour certains, des modifications surviennent par la suite.

4Les quatre premières catégories que l'on pourrait qualifier d’"inférieures" (travailleurs agricoles et industriels, domestiques, employés publics ou privés) sont peu présentes : 29 individus soit 10,2 %. Le père d'Albert Claveille, sénateur de la Dordogne, est le seul domestique agricole parmi les pères des parlementaires. Seulement 2,1 %, soit six d'entre eux, étaient cultivateurs, dont la moitié en Gironde, alors que 4,6 % exerçaient une activité qualifiée d’"industrielle" : il s’agit essentiellement de petits artisans ruraux (deux menuisiers, un charpentier, deux tailleurs d'habits...) puisque l'on ne compte que deux ouvriers d'usines : les pères de Gabriel Lafaye et d'André Naphle, tous deux députés de la Gironde. Parmi les neuf employés publics ou privés (soit 3,2 %), pas moins de cinq d'entre eux sont agents des chemins de fer : Joseph Couybes (père de Jean Jules Cels-Couybes), Louis Bedin (père de Camille), Jean-Pierre Loubradou (père de Paul), Jean Roche (père d'Albert) ; Louis Lalanne (père de Gaston). Un seul des parlementaires eut un père exerçant une activité religieuse : celui de Samuel Pozzi, sénateur de la Dordogne, fut un pasteur très actif dans le Bergeracois.

5Le nombre de fonctionnaires publics est assez important puisqu'ils représentent 17 % du corpus (soit 48 individus). Les enseignants sont bien présents, dix instituteurs et deux professeurs, cependant ils ne représentent que 4,2 % du corpus total. La majeure partie des fonctionnaires sont des militaires de haut rang hiérarchique : on ne compte pas moins de seize sous-officiers ou officiers de l'armée (ou de la gendarmerie), soit 5,6 %. Figurent encore six magistrats. On compte également quelques fonctionnaires de rang intermédiaire (notamment un commissaire, deux fonctionnaires de l'enregistrement, deux du Trésor...) mais aussi des haut-fonctionnaires : un préfet, deux sous-préfets, trois consuls ou ambassadeurs. On sent ici le poids administratif de Bordeaux pour la Gironde où près de 17 % des pères des parlementaires sont des fonctionnaires publics, contre à peine 5 % dans le Lot-et-Garonne.

6Les métiers du commerce, du négoce et de l'industrie ainsi que les propriétaires rentiers ont sensiblement le même poids : respectivement 20,8 % (59 individus) et 21,6 % (61). La première de ces catégories doit être analysée de plus près tant les individus qui la composent sont différents et ne constituent pas une "classe sociale" vraiment homogène. Plus de la moitié (34 individus soit 12 %) sont négociants, le plus souvent en Gironde (16 individus) : c'est l'activité la plus représentée après les propriétaires-rentiers. Ils disposent probablement pour la plupart d'une situation sociale et financière élevée, au même niveau que les industriels. Les fils de ces derniers sont rares au sein du milieu politique aquitain : seuls Paul Glotin, Adrien Léon (respectivement député et représentant de la Gironde à l'Assemblée Nationale), Séraphin Haulon (député puis sénateur des Basses-Pyrénées) et Charles Boulait (député des Landes) soit 1,4 %. Doit-on conclure à un désintérêt des milieux industriels pour les carrières politiques ou à un échec très fort des candidats qui en sont issus ? Les commerçants représentent 7,5 % (22 individus) du corpus. Une grande diversité d'activités les caractérise, quelques uns sont d'assez haut niveau (un horloger, deux bijoutiers), la majorité est faite de petits commerçants traditionnels des milieux urbains : deux bouchers, trois boulangers, un cafetier, un quincaillier...etc.

7Quant à la catégorie des propriétaires-rentiers, elle pose le problème de la définition du "propriétaire" : non seulement l’appellation utilisée dans les actes d'état civil et notariés est souvent à l'appréciation subjective du scribe mais de plus, elle constitue en elle-même un terme très général qui va du petit propriétaire agricole cultivant ses terres au grand propriétaire terrien ou foncier. Nous avons cependant tenté de séparer les deux quand nous disposions de renseignements suffisants, tout en étant conscient des quelques erreurs que cela peut induire : les propriétaires-cultivateurs ont donc été classés dans la première catégorie socioprofessionnelle vue précédemment. Les propriétaires-rentiers représentent donc plus d'un cinquième de tout le corpus, c'est de très loin l'activité la plus importante (presque le double du nombre de négociants).

8Le poids économique de Bordeaux est très important pour ces deux catégories : la présence de secteurs d'activités très diversifiés et bien entendu du commerce du vin avec ses négociants et ses riches propriétaires fonciers expliquent leur forte présence parmi les ascendants des parlementaires girondins. La catégorie des commerçants-négociants-industriels représente près du tiers du groupe et les propriétaires rentiers près du quart. Les propriétaires rentiers sont également très présents dans le département des Landes (24,3 %), cela peut s'expliquer par la forte place de l'aristocratie parmi les élus ; par contre, la faible activité commerciale explique le faible nombre de parents de cette catégorie : seulement 12 %. A contrario en Dordogne, les propriétaires sont peu nombreux, seulement 12,5 %.

9Les professions libérales, qu'elles soient médicales, juridiques ou diverses, dominent très largement : 85 des pères de nos parlementaires, soit 30 %, s'y rattachent. Quel que soit le département, les juristes prédominent largement : sur l'ensemble de l'Aquitaine, ils représentent 17,6 % (soit 50 individus). La grande majorité sont avocats (27 soit près de 9,5 %) puis viennent les notaires (14 individus), les magistrats (six), les avoués (cinq), les huissiers (deux). Mais l’ensemble des professions juridiques atteint le quart des individus en Dordogne et le tiers en Lot-et-Garonne (soit 72 % des professions libérales de ce département). Les professions médicales sont bien présentes mais à une échelle moindre : 24 individus soit 8,5 %. Presque uniquement composée de médecins (20 individus soit 7 %), il y a également deux pharmaciens et un dentiste. Le secteur médical est quasiment absent en Gironde, dans les Basses-Pyrénées ou dans le Lot-et-Garonne (entre 4 % et 7 %) mais représente près de 13 % des pères des parlementaires dans les Landes et surtout 15,5 % en Dordogne. Sous l'étiquette "professions libérales diverses" (à peine 3,9 %, soit 11 individus) sont regroupées des activités fort diverses : de Joseph Milliès-Lacroix, peintre fort connu à François Théodore Brunet, peintre plus obscur..., de Jacques Sylvain Chaumié, banquier à Horace Emile Say, économiste, père de Léon, député et sénateur des Basses-Pyrénées.

10■ La répartition des ascendants en fonction de l'étiquette politique des fils permet d'avoir une approche différente du père. La comparaison cherche à déterminer quelle a pu être l'influence professionnelle et sociale (notamment l'aisance économique) du père sur la détermination politique du fils, mais absolument pas son influence politique.

11Le père du parlementaire de droite est avant tout un propriétaire-rentier : 33 individus sur un total de 106, soit 31,3 %. Viennent ensuite à un même niveau les fonctionnaires publics, les professions libérales et les commerçants-négociants-industriels : 29 individus pour premiers (27,3 %), 19 pour les seconds (17,9 %), 22 pour les troisièmes (20,8 %). Au sein des premiers, les fonctionnaires de haut rang ainsi que les officiers supérieurs dominent : 11 officiers (gendarmerie ou armée), soit 10,3 % du total, trois consul et ambassadeurs, un préfet, cinq juges et hauts magistrats. Il n'y a qu'un enseignant ayant donné naissance à un parlementaire de droite : le père d'Ernest Dréolle, député de la Gironde. Les ascendants exerçant une profession libérale sont essentiellement issus du milieu juridique : ils sont quatorze, soit 14,1 %, dont six avocats. Les professions médicales ne représentent que 5,6 % du corpus (seulement cinq médecins). Au sein de la troisième catégorie, les petits commerçants sont quasiment absents, seulement quatre ; s'il n'y a que quatre industriels, ce sont cependant les seuls de tout notre corpus. Les négociants forment la majorité du groupe puisqu’ils sont quatorze (soit 13,2 %). Les cinq autres catégories socioprofessionnelles sont quasiment inexistantes puisqu'elles ne représentent toutes ensemble que 2,7 %, soit trois individus : un cultivateur (le père de Daniel Bergey, député de la Gironde) et deux artisans.

12A gauche, plus d'un tiers exercent une profession libérale : 67 individus sur un total de 177, soit 37,9 %. La grande majorité cependant (41 ascendants, soit 23,2 %) provient du milieu juridique : les avocats prédominent (27, 15,3 %) puis viennent les notaires (9, 5 %). Les professions médicales sont assez fortement représentées, 18 individus soit plus de 10 % (dont quinze médecins). A un niveau inférieur, les commerçants et les négociants (il n'y a pas d’industriels) sont au nombre de 37 (20,9 %), les négociants et les petits commerçants (trois boulangers, deux bouchers, un serrurier, un horloger...) ont sensiblement la même représentation. Les propriétaires-rentiers et les fonctionnaires publics n'ont pas le même poids qu’à droite : les premiers ne représentent ici que 15,8 % du groupe et les seconds seulement 10,2 %. Ici, le corps des fonctionnaires est majoritairement composé d'enseignants : dix (5,6 %) dont neuf instituteurs ; les autres sont essentiellement officiers (cinq). Les cinq autres catégories sont bien présentes : 15 %, soit 27 individus : il y a onze travailleurs industriels (essentiellement des artisans et les deux seuls ouvriers), neuf employés, cinq cultivateurs ainsi que les uniques domestique et pasteur du corpus.

13Les différences sont d'autant plus importantes si l'on compare l'ascendance des élus des deux extrêmes de l'échiquier politique : nous connaissons les origines sociales de six élus d'extrême-gauche sur huit et de dix élus d'extrême-droite sur onze. L'origine très modeste des premiers ne surprend pas mais permet d'affirmer et de confirmer le rôle primordial du milieu familial sur l'orientation politique du futur parlementaire : il y a trois employés, dont un des chemins de fer (le père de Paul Loubradou) et un marin (le père de Jean Robert Philipot), un cultivateur (le père de Renaud Jean) et un boucher (le père de Gustave Saussot) ; seul Auguste Blanqui est à contre-sens puisque son père était sous-préfet. De même, à l'extrême droite, les origines sociales des parlementaires sont sans surprises : essentiellement la haute-bourgeoisie ou la noblesse. On ne compte pas moins de cinq grands propriétaires-rentiers (les pères de Jean-Baptiste Cardenau de Borda, Elie de Dampierre, Joseph de Luppé, Marie de Ravignan, Charles Princeteau), trois officiers (les pères de Joseph de Carayon Latour, Henri de Lur-Saluces, Elie de Gontaut-Biron), un archéologue (le père d'Octave de Bastard) et un commerçant (le père de Charles Chesnelong).

14Il y a donc des différences notables sur le plan des origines sociales entre les élus selon leurs étiquettes politiques. On trouve une proportion beaucoup plus importante de propriétaires-rentiers à droite qu'à gauche (31,3 % contre 15,8 %), mais également de fonctionnaires publics (27,6 % contre 10,2 %). De surcroît, le fonctionnaire de droite est essentiellement officier de haut rang, diplomate ou magistrat alors que celui de gauche est enseignant. Si les négociants, commerçants et industriels sont sensiblement au même niveau (20,8 % contre 20,9 %), les proportions sont presque inversées pour les professions libérales (22,5 % contre 37,9 %) car parmi les pères des parlementaires à gauche les médecins et les avocats sont extrêmement nombreux. En fait, les écarts sociaux chez les ascendants des élus de gauche sont beaucoup plus grands que parmi les pères des élus de droite : si l'on dénombre quelques grands négociants, il y a aussi quelques artisans, quelques cultivateurs, un domestique même.

15■ Tout au long de la période 1871-1940, la part des fonctionnaires et celle des commerçants-négociants-industriels est demeurée stable au sein des ascendants de nos parlementaires. En revanche, deux catégories chutent : les propriétaires rentiers tout d'abord qui représentaient plus d'un quart des pères en période I (1871-1892) mais qui tombent à 21,9 % en période II (1893-1918) puis à 15 % en période III (1919-1940). Les professions libérales pèsent aussi de moins en moins, en restant cependant les plus représentées : successivement 33 %, 38,3 % et 25 %. Les professions juridiques sont, quelle que soit l'époque, les plus importantes : il semble cependant que ce soit elles qui chutent véritablement après 1919 (autour de 20 % jusqu'en 1914, seulement 13,7 % par la suite), les professions médicales se maintenant autour de 10 %.

16Le recul de ces catégories est directement la conséquence de l'apparition progressive d'élus originaires de milieux de plus en plus modestes. Ainsi, si les parlementaires dont le père est travailleur agricole ou travailleur industriel, domestique ou employés sont quasi inexistants entre 1871 et 1893 (4,4 %), leur progression est très nette dans la période suivante (10,9 %) et leur part atteint dans l’Entre-deux-guerres une proportion qui les situent au dessus des fonctionnaires publics (18,8 %). Cette évolution est à mettre en rapport avec le grand nombre d'élus de gauche et l'apparition de parlementaires d'extrême gauche.

17■ Enfin, il nous faut compléter notre étude en nous attachant aux cas départementaux.

18Les Basses-Pyrénées constituent le département le plus conservateur : le rapport entre élus de droite et de gauche est ici l'inverse de celui constaté en Aquitaine, respectivement 67,3 % contre 32,7 %. Cette situation politique est éclairée par les origines sociales des parlementaires. Presque un père sur trois est propriétaire ou rentier : 30,6 %, cette proportion est encore plus forte si l'on tient compte des étiquettes politiques : 42,4 % chez les parlementaires de droite contre seulement 6,25 % à gauche. Si les professions libérales représentent plus du quart du corpus, il n'y a pas ici de prédominance des professions juridiques (12,2 %) et les professions libérales se trouvent essentiellement parmi les ascendants d'élus de gauche (43,8 % contre 18,2 % à droite). De même, si les commerçants, négociants et industriels (24,5 %) sont surtout présents parmi les pères des élus à gauche (37,5 % de l'échantillon), sept des huit fonctionnaires publics ont donné naissance à un élu de droite. Les cinq autres catégories sociales, de niveau inférieur sont presque totalement absentes : seul le père de Marcel Barthe, député puis sénateur était tailleur d'habits.

19Dans les Landes, très orientées à gauche, la part des propriétaires rentiers est encore importante puisqu'elle représente plus d'un quart du corpus (dont près de 40 % chez les élus de droite contre seulement 21 % à gauche). Cependant ils sont devancés par les professions libérales qui forment plus d'un tiers des ascendants (39,3 % chez les élus de gauche) dont une très forte proportion d'avocats (18,4 %). Les fonctionnaires publics et les commerçants-négociants sont assez peu présents : respectivement 18,4 % (cependant 30 % des pères d'élus de droite) et 13,1 %. Seuls trois individus appartiennent aux couches moins aisées : un cultivateur, un employé des chemins de fer, un menuisier.

20L'influence urbaine de Bordeaux au sein du département de la Gironde (multiples activités : commerçants, artisanat, industrie, administration...) ainsi que la présence du négoce du vin (riches négociants, propriétaires rentiers) se font fortement sentir sur les origines sociales des parlementaires. En effet, la catégorie des commerçants, négociants et industriels est la plus importante (26 %), quelle que soit l'étiquette politique : 29,7 % à droite, 25,4 % à gauche. L’importance du commerce à grande échelle, notamment dans le vin, explique la prédominance des négociants : près de 17 % des ascendants des élus girondins. Le rôle important de l'administration à Bordeaux explique la part des fonctionnaires publics (17 % et 27 % à droite) et des professions libérales juridiques (16 % dont sept avocats et trois juges). Bien entendu, les domaines viticoles sont nombreux, l'argent circule aisément : 21 % des élus ont des parents propriétaires ou rentiers (la proportion est la même tant à droite qu'à gauche). L'accession des classes moyennes au pouvoir politique est peu importante : sept pères de parlementaires sont artisans ou ouvriers, deux employés (les pères d'Antoine lourde et Jean Odin), seulement trois cultivateurs (les pères de Daniel Bergey, Jean Dellac et Georges Lasserre).

21Dans le Lot-et-Garonne s'observe parmi les ascendants des élus une très forte proportion de professions libérales (47,4 %) et un poids très important des professions juridiques, unique en Aquitaine : 34,2 % (les avocats représentant 18,5 % du total, comme dans les Landes). Cette proportion est extrêmement forte à gauche puisqu'elle atteint la moitié du corpus, dont près de 40 % sont issus du milieu juridique. Les propriétaires et rentiers sont également nombreux, plus de 20 % des ascendants (dont plus d’un tiers chez les élus de droite). Les autres catégories sont peu représentées : cinq commerçants et négociants, deux fonctionnaires publics, deux employés, deux artisans, un cultivateur.

22Dans le cas de la Dordogne, plus de 43 % des pères des parlementaires exercent une profession libérale, dont 16 % sont médecins (la plus forte proportion d'Aquitaine), 24 % ont une activité juridique (sept avocats, sept notaires, un huissier, un procureur). Ces différentes catégories de la bourgeoisie moyenne dominent donc très largement. Neuf pères de parlementaires sont commerçants ou négociants (le secteur industriel n'est pas représenté), soit 15,5 %. Il s'agit principalement de petits commerçants locaux, sans grande envergure sociale : ainsi il y a deux bouchers, un boulanger, un teinturier, un aubergiste, un cafetier, deux marchands. Seuls deux sont à la tête de grosses affaires de négoce : Parfait Sarrazin, père de Pierre, et surtout Jean Sarlande, père d'Albert, qui fut maire d'Alger. Les fonctionnaires publics sont assez nombreux : plus de 14 % dont un consul (Jules Antoine Thirion-Montauban, père d'Albert), un sous-préfet (Jean-Baptiste Maréchal, père d'Alexis), un directeur du personnel au ministère des Finances (Alfred Magne, père de Napoléon), quatre instituteurs (les pères de Maxence Bibié, d'Yvon Delbos, de Gaston Simounet et de Léon Sireyjol). Il en va de même des propriétaires-rentiers qui sont au nombre de huit, soit 12,5 %. Quant aux travailleurs manuels (agricoles, artisanaux ou industriels) et petits salariés, ils ne représentent tous ensemble que 12 % : trois d'entre eux sont employés comme agent au chemin de fer (les pères de Camille Bedin, Paul Loubradou et Albert Roche), trois cultivent la terre dont un, le père d'Albert Claveille, en tant que domestique (c'est le seul pour l'Aquitaine), trois sont artisans. Enfin il faut noter la présence d'un ecclésiastique (là aussi le seul pour l'Aquitaine) en la personne de Benjamin Pozzi, le père de Samuel, pasteur.

23Ainsi des différences notables dans l'origine sociale des parlementaires peuvent être perçues entre les différents départements d'Aquitaine, la composition et l'évolution générale est très nette. Si les élus de gauche, qui forment la majorité en Aquitaine, sont issus d'une manière générale de couches sociales moins favorisées que ceux de droite, ils appartiennent malgré tout à la moyenne bourgeoisie, notamment celle des milieux juridiques, médicaux et du négoce. En effet, les élus dont le père était ouvrier (agricole ou industriel) ou employé sont quasiment inexistants durant les deux premières périodes électorales, ils n'apparaissent que durant l'Entre-deux-guerres. La démocratisation du recrutement des parlementaires est demeurée très relative.

2 - De moins en moins d'héritiers

24L'étude de l'origine sociale des parlementaires amène à soulever une question complémentaire, celle du rôle des familles et plus généralement des réseaux de parentés. Devient-on parlementaire par "atavisme", comme c'était le cas sous la monarchie censitaire, ou la République produit-elle des hommes neufs ? Pour répondre à cette question, nous avons privilégié trois perspectives. La chronologie, indispensable pour une enquête qui s'inscrit dans soixante-dix années de République ; les étiquettes politiques, car il y a loin des parlementaires monarchistes de février 1871 aux élus du Front Populaire ; enfin, chaque fois que les chiffres en signalaient la pertinence, nous nous sommes efforcé d'esquisser une analyse départementale.

25La question de l'enracinement politique pose avant tout celle des familles. Nos parlementaires d'Aquitaine sont-ils des héritiers ? directs ou par alliance ?

  • 1 C'est à dire maire, conseiller d'arrondissement conseiller général, sénateur, député, ministre.
  • 2 Ces chiffres sont évidemment à rapporter au nombre des élus de chacune des périodes.
  • 3 Cinq fils députés ou sénateurs à eux deux.
  • 4 Théodore Steeg a été Gouverneur Général de l’Algérie, Résident Général au Maroc, douze fois ministr (...)

26Selon les critères de notabilité que nous avons retenus, 146 parlementaires sur 337 ont un parent homme politique1. Ils sont donc 43,3 % à être apparentés à des notabilités politiques de quelque poids. Le phénomène, très fréquent parmi les élus de l'Aquitaine des années 1870 encore dominée par les notables, perd rapidement de l'importance. Le nombre d'héritiers passe de 82 pour la période 1871-1893 à 54 puis à 39 pour les deux périodes suivantes2. Nous percevons ici la montée en puissance des "couches nouvelles" de Gambetta et le fort renouvellement des élites. L'accès au parlement se démocratise. Un cinquième seulement des parlementaires commençant leur carrière après 1918 peut se prévaloir d'un lien familial avec un homme politique. Le phénomène s’observe aussi en aval, par le petit nombre de fils de parlementaires de la IIIe République ayant rempli un mandat électoral. Sur 337 parlementaires, ils ne sont que 24 à avoir des fils, et 5 des petits enfants hommes politiques. Encore cet effectif diminue-t-il sensiblement lorsqu'on met à part les fils du Lot-et-Garonnais Joseph Chaumié et du marquis Élie de Gontaut-Biron dans les Basses-Pyrénées3. Parmi ces enfants de parlementaires, treize ont été députés et sept sénateurs. Mais dans la plupart des cas, les fils s'élèvent moins que les pères dans la hiérarchie des fonctions politiques, l'exception notable étant Théodore Steeg, fils d'un pasteur de Libourne qui fut l'un des maîtres d'oeuvre de la laïcisation de l'enseignement.4 Le fils du député bordelais Adrien Journu, lui-même fils de député et deux fois neveu de pairs de France, n’a pu dépasser la mairie. Quant à André Fallières, en votant les pleins pouvoirs à Pétain, il contribua à liquider la République que son père avait présidée.

Tableau 26 - Répartition par catégories socio-professionnelles des pères des parlementaires aquitains (avec analyse par étiquette politique et par période électorale)

Tableau 26 - Répartition par catégories socio-professionnelles des pères des parlementaires aquitains (avec analyse par étiquette politique et par période électorale)

Tableau 27 - Répartition par catégories socio-professionnelles des pères des parlementaires aquitains (par départements)

Tableau 27 - Répartition par catégories socio-professionnelles des pères des parlementaires aquitains (par départements)
  • 5 Chavoix, Gadaud, Magne, Lamothe-Pradelle et Bels pour la Dordogne ; Cazauvielh, Chaigne, David, Lur (...)

27Aussi bien les vraies familles de parlementaires sont rares, bien que les couples père-fils ou oncle-neveu soient relativement fréquents5. En comptant les Gontaud-Biron et les Chaumié, nous voyons que 19 familles ont fourni plus de 11 % des parlementaires de l'Aquitaine. Héritiers sont aussi les députés et les sénateurs dont le patronyme n'apparaît qu'une fois, mais dont la carrière est soutenue par un maillage dense de relations familiales. Le phénomène est avéré en Dordogne : 20 des 67 parlementaires du département sont apparentés à un homme politique, soit 29,8 %. Ainsi Robert David est cousin de deux Carnot et neveu du Président Sadi Carnot par sa mère ; il est en outre le gendre de Georges Escande, député de la Dordogne, et "petit-gendre" d'un conseiller général de la Dordogne. Ainsi Georges Bonnet, dont le père était conseiller général de Périgueux, mais qui surtout est allié par sa femme à des hommes de la génération des fondateurs de la Troisième République, Eugène Pelletan et Dyonis Ordinaire. Il est aussi le neveu par alliance de Camille Pelletan, député et ministre. Les deux députés qui viennent d'être cités ayant siégé pendant l'Entre-deux-guerres, nous voyons que si les apparentements sont moins fréquents durant cette période, les réseaux ne se diluent pas pour autant.

28Cependant une large majorité des 146 parlementaires apparentés à des hommes publics, soit 61 % du total, ne sont que des modestes héritiers directs ou indirects d'un élu local. Les deux tiers de ces élus n'ont exercé eux-mêmes qu'un seul mandat, maire (28) ou conseiller général (12). Cette modestie de la relation politique familiale est vraie surtout pour les pères et oncles de parlementaires ; les beaux-pères et beaux-frères appartiennent beaucoup plus fréquemment aux élites politiques nationales.

29En revanche, douze parlementaires peuvent se prévaloir de trois parentés politiques, huit de quatre apparentements. La moitié de ces vingt parlementaires sont à la fois fils ou frère d'une part, gendre ou beau-frère d'autre part, d'un homme politique. Sur leurs 68 parents répertoriés, 7 seulement ont eu une carrière purement locale. Sadi Carnot, oncle de Robert David, a été Président de la République, Pierre Magne, grand père de Napoléon Magne, a été ministre de Napoléon III et Emmanuel Arago, oncle de Dupuy, membre du Gouvernement de la Défense Nationale.

  • 6 Exactement 244, soit 72.4 %.
  • 7 Adrien Beauchamps, député de la Dordogne de 1912 à 1914, est fils et petit-fils de maire ; sa femme (...)

30Pour un nombre non négligeable d'apparentés, l'accès au Parlement est une promotion. 53, soit 36 % du total, n'ont aucun parlementaire dans leur famille. Le phénomène est évidemment plus marqué encore par rapport à l'ensemble du corpus, puisque les trois quarts des 337 sont dans ce cas.6 D'autre part, à mesure que le réseau familial se complexifie, il s'élève en qualité, malgré quelques exceptions.7

31Qui sont les parents, et combien sont-ils ? Les parentés constatées ressortent le plus souvent d'une filiation proche. Pour 96 élus (les deux tiers), il s'agit d'un père ou d'un oncle. Pour 33 autres, c'est un grand-père ou un grand-oncle. Le mandat électif n'a sauté une génération que pour une douzaine d'entre eux.

  • 8 Un certain nombre de parents ont exercé plusieurs mandats.

32Au total, 265 fonctions politiques parentales ont été répertoriées, correspondant à 226 parents,8 soit 0,67 par parlementaire sur l'ensemble du corpus. L'évolution par période confirme l'érosion soulignée précédemment : on passe d'un taux d'apparentement de 0,79 pour les débuts de la République à un taux de 0,43 pour l'Entre-deux-guerres.

  • 9 Pour ces taux de parenté, on a choisi comme élément de référence les débuts de carrière, qui tienne (...)

33L’image est cependant sensiblement différente si l'on tient compte des seuls apparentés. Le nombre de parents par parlementaire s'élève alors à la veille de la Grande Guerre pour retomber ensuite près de son niveau initial.9 C'est dans l'Aquitaine de la Belle Époque que les réseaux républicains apparaissent les plus solidement constitués, les élus des années 1890 et 1900 recueillant vraisemblablement les fruits du prestige de la génération des fondateurs.

  • 10 De 10 % à 20 %.
  • 11 Dupuy, Bonnet, Milliès-Lacroix, Chaumié et Fallières.

34Les parents sont le plus souvent députés, puis viennent par ordre décroissant les maires, les conseillers généraux, les sénateurs et les ministres. La part des trois premières catégories tend à décroître avec le temps dans des proportions importantes ; l'affaissement est particulièrement régulier pour les députés, trois fois moins nombreux parmi les parents des parlementaires aquitains dans l'Entre-deux-guerres que dans les vingt premières années de la République. Le nombre de sénateurs au contraire, est étonnamment stable en valeur absolue et progresse en pourcentage.10 Alors que dans la première génération, un seul parlementaire, Decazes, est le descendant d'un ministre, ils sont cinq dans ce cas à la fin de la Troisième République.11 La puissance des attaches politiques familiales de nos parlementaires augmente donc avec les années, a contrario de la démocratisation déjà signalée dans le recrutement des parlementaires. Désormais, les carrières, bâties sur un nom, font référence à des familles d'envergure nationale. Le poids du scrutin uninominal à deux tours, dominant depuis 1876 à l'exception des scrutins de 1885, 1919 et de 1924, a sans doute renforcé cette tendance, tout comme le caractère plus élitiste de la chambre haute.

  • 12 60 % à droite, 50 % à l'extrême droite contre 10 % à l'extrême gauche et 40 % à gauche.
  • 13 42 % d'apparentés à gauche, 44 % à droite.
  • 14 Soit un quart.
  • 15 C'est le pourcentage le plus faible après l'extrême-gauche, qui ne compte qu'un héritier : Louis Mi (...)
  • 16 Toutes étiquettes confondues pour chaque catégorie.
  • 17 Pour la première période, le rapport de forces est de 55/45 en faveur de la gauche ; pour la troisi (...)

35Les parlementaires aquitains appartenant à des systèmes politiques familiaux sont-ils de droite ? Les enseignements de l'époque antérieure, largement dominée par les réseaux de notables hérités des "masses de granite" de l'Empire, le laissaient penser ; c'est d'ailleurs chez les parlementaires de droite qu'on trouve les plus forts taux d'apparentés.12 Mais toutes périodes confondues, l'écart entre les droites et les gauches est infinitésimal.13 Les héritiers étiquetés à droite forment le groupe le plus nombreux dans les vingt premières années, mais leur poids s'effondre ensuite : 75 % des parlementaires apparentés de droite et la totalité de ceux d'extrême droite ont siégé avant 1893 ; ils sont ensuite relayés par un centre-droit au sein duquel l'héritage politique familial pèse peu. Au sein de cette tendance, nous ne relevons que 13 apparentés pour 50 parlementaires.14 Cette médiocrité est intéressante.15 Elle révèle qu'à la Belle Epoque la plupart des hommes de la droite modérée sont des hommes nouveaux, détachés du double tropisme de la monarchie et du bonapartisme, ne disposant pas du système de parentèles de la droite traditionnelle. Au contraire les apparentés de gauche se répartissent beaucoup plus régulièrement sur les trois périodes, les modérés comme la gauche proprement dite représentant chacun au moins 20 % des apparentés, et au maximum 40 % (dans les années vingt et trente). Au début de la Troisième République, héritiers de droite et de gauche étaient en nombre équivalent16 ; après la Première Guerre mondiale, 75 % des apparentés sont de gauche. Ces proportions, sensiblement décalées du rapport de force parlementaire aux périodes correspondantes17, indiquent un gauchissement politique de la notabilité, qui passe par des parentés moins nombreuses, mais plus durablement efficaces. A la grande famille monarchiste ou bonapartiste, dont l'enracinement dans le terroir remontait au début du xixe siècle, voire à l'Ancien Régime, succède la grande famille républicaine, souvent modérée, dont les lettres de noblesse sont la Convention, le Conseil des Cinq Cents ou plus souvent la participation à la Révolution de 1848.

  • 18 Soit 30,6 %.
  • 19 Sur les âges de début de carrière, cf. l'étude de Jean-Paul JOURDAN.
  • 20 C'est-à-dire à des sénateurs.
  • 21 Le taux moyen est de 1 mandat pour les Landes, de 1,05 pour la Dordogne, de 1,18 pour la Gironde.
  • 22 Le contraste est frappant pour la Gironde d'une part, les Landes et le Lot-et-Garonne d'autre part. (...)
  • 23 33 sur 36, soit 94,2 %, pour la période charnière.

36L'importance des apparentements est très variable selon les départements. Les Landes et la Dordogne comptent parmi leurs parlementaires beaucoup plus d'héritiers ; les Basses-Pyrénées et le Lot-et-Garonne s'écartent assez peu de la moyenne ; la Gironde est très en retrait, avec seulement 37 héritiers pour 121 parlementaires18. On peut ainsi distinguer nettement un modèle rural où l'apparentement politique des députés est plus fréquent et un modèle urbain où les réseaux familiaux ont un moindre poids et où la mobilité politique paraît nettement plus forte. La moindre insertion des parlementaires girondins dans le tissu politique local explique un retard à l'entrée au Parlement : c'est en Gironde que l'on devient député ou sénateur le plus tard, à 49 ans au lieu de 46,4 pour l'ensemble de la région.19 En revanche, les parlementaires girondins apparentés bénéficient, pour percer, d'appuis politiques familiaux plus puissants qu'ailleurs : un peu plus des deux tiers de leurs parents sont députés ou sénateurs contre 58,4 % ailleurs. Les Landes, le plus rural de nos cinq départements, présentent un profil exactement inverse : les héritiers sont rarement fils de parlementaires (un tiers) et plus souvent de conseillers généraux et maires (64,3 %). Il faut aller plus loin : les parlementaires "héritiers" dans les départements ruraux de l'Aquitaine sont souvent apparentés à des élus des notables20, et les héritiers girondins sont parents avec des élus du suffrage universel (55 % de députés mais 12,2 % seulement de sénateurs). De plus, les parents des parlementaires héritiers dans les départements ruraux n'ont souvent exercé qu'un seul mandat, alors que ceux de la Gironde ont un peu plus tendance à cumuler.21 Les parentèles sont donc plutôt composées d'élus locaux et de sénateurs dans les départements ruraux, de députés en Gironde.22 Ce constat est à rapprocher de la vitesse de républicanisation des départements, de 1871 à la Grande Guerre ; non seulement la Gironde est le seul département à compter plus d'élus de gauche que d'élus de droite dans les vingt premières années de la République, mais elle détient aussi, dans les années qui suivent, le record absolu en pourcentage de parlementaires de gauche23. La rapidité de la conquête républicaine est nettement liée à des habitudes familiales de sollicitation du suffrage universel.

37Les données de l'enquête en ce qui concerne les parrainages politiques, hors réseaux familiaux, se sont révélées extrêmement décevantes. Une douzaine d'occurrences seulement apparaissent, chiffre dérisoire qui ne permet d'esquisser aucune interprétation. Quelques parrains influents sont signalés : le général Bugeaud pour Pierre Magne et Jean Baptiste Chavoix, Joseph Caillaux pour Yvon Delbos, Monis pour Louis David, qui a été son secrétaire, ou Louis Barthou pour Lillaz. On peut cependant penser qu'un nombre plus élevé de nos parlementaires a su utiliser des appuis extérieurs. C'est vrai à droite comme chez les républicains. Ainsi Joseph de Gontaut-Biron, rallié, a été dans sa jeunesse officier d'ordonnance de Mac Mahon, alors Président de la République. Ainsi Jacques Chaumié, fils de ministre, frère d'un député et d'un sénateur, a eu pour témoins de mariage... Armand Fallières et Georges Leygues. On n'est pas mieux servi.

38Au total, les réseaux familiaux restent un atout important pour la carrière parlementaire ; leur qualité reste constante, mais leur nombre diminue, du fait de l'ancrage progressif de mœurs républicaines qui postulent le renouvellement des élites. Si les mécanismes de reproduction de la classe politique subsistent, c'est aussi parce que la République les réinvestit à son profit. Les étiquettes changent, la notabilité demeure, signe de l'inertie des mentalités dans un électorat majoritairement rural, pour qui l'enracinement social reste le meilleur gage de compétence politique.

3 - Des dynasties de parlementaires ?

39Comme nous l'avons précédemment souligné, l'existence de réseaux familiaux est un fait avéré. On va même jusqu'à employer le terme de dynasties pour certaines familles dans lesquelles la reproduction dans les hautes fonctions électives, notamment parlementaires, est exceptionnelle. Comment interpréter cet état de choses, comment l'analyser, quelles conclusions tirer sur ce phénomène ? Le poids et l'influence des familles, l'opacité d'un milieu particulier dans lequel la connaissance d'un certain nombre de codes facilite l'accès et la réussite, constituent entre autres un certain nombre de facteurs dont l'agrégation contribue à créer ces situations originales. Cependant une analyse affinée permet de déceler diverses catégories dans ces familles qui génèrent le succès pour leurs membres accédant à la Chambre ou au Sénat.

40Le terme de dynastie est fréquemment utilisé pour qualifier des familles dans lesquelles la réussite politique est répétée. Toutefois, il est important de définir cette notion, sous peine de tirer des conclusions grossières sur des réalités ainsi maladroitement interprétées. La méthode d'évaluation des réseaux familiaux ainsi que leur influence sur la vie politique doit répondre à des critères d'analyse très rigoureux. Dans un premier temps, la généalogie apporte un éclairage indispensable à la réalité de ce phénomène. Mais ces recherches menées, elles doivent s'accompagner d'autres, à caractère sociologique, qui permettent de découvrir des indices suffisamment fiables pour que l'on puisse parler de "réalité vécue et utilisée de la parenté". Il faut en effet, afin que la recherche ne soit pas fallacieuse, que la notion n'ait pas simplement un sens a posteriori pour le chercheur. Elle doit au contraire avoir été perçue ou ressentie, bref vécue par les sujets de l'étude en leur temps. Les correspondances, mémoires et divers écrits, les faire-part de décès (éléments dont la rédaction est très évocatrice de la vie sociale), l'état-civil constituent les principaux outils à la disposition de l'historien pour mener à bien cette recherche analytique.

41On remarque ainsi de prime abord que la proportion de parlementaires ayant un parent, un grand-parent, voire les deux qui ont appartenu à une assemblée est significatif. Lorsque l'on étend ce lien à tous les élus, on peut ainsi constater que dans les Basses-Pyrénées près de la moitié des députés et sénateurs sont des enfants ou petits-enfants de parlementaires, de conseillers généraux ou d'arrondissement ou de maires.

42Dans les exemples représentatifs de "dynasties" politiques, plusieurs cas sont cependant à distinguer par l'origine de leur fondation. On peut ainsi noter des situations différentes selon les familles : certaines tirent leur lustre d'un "grand ancêtre", illustrateur de la famille à laquelle le bénéfice revient des années après sa disparition ; il s'agit presque de rente de situation politique... D'autres, souvent moins prestigieuses, obtiennent et maintiennent une position politique grâce à une situation économique, un enracinement local, certes avec moins de rayonnement que les précédentes, mais avec au moins autant de constance.

  • 24 Raymond GUINODIE, Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, Libour (...)

43La première catégorie est parfaitement illustrée par la famille Decazes. Le père de la dynastie (qui n'est pas son fondateur), issu d'une des plus puissantes familles de Libourne, est avoué et conseiller général de la Gironde nommé par Bonaparte en 1801. Il le reste jusqu'en 1827, alors qu’entre-temps son fils Elie (1780-1868), qui a gagné la faveur du roi Louis XVIII est devenu député, pair de France, ministre, président du Conseil, duc. Cette ascension extraordinaire profitera à la famille proche et plus éloignée du duc Elie. Son frère Joseph-Léonard (1780-1868), fait vicomte, est député du Tarn, puis le fils de ce dernier, Charles baron Decazes (1825-1897), député et conseiller général du Tarn. Tandis que le propre fils du duc Elie, le duc Louis-Charles (1819-1886) est à son tour député, président du conseil général de Gironde, ministre et son cousin James Princeteau, représentant à l'Assemblée nationale en 187124. La situation politique de la famille a été facilitée, si ce n'est simplement permise par la puissance exceptionnelle du protégé du Roi.

  • 25 Micheline DUPUY, Un homme, un journal, Jean Dupuy, Paris : 1959.

44Le cas des Dupuy s'apparente à celui des Decazes, à cette différence que le "faiseur" n'est pas le roi mais le peuple, ou plutôt l'opinion publique. En effet, le modeste Jean Dupuy, né dans le nord de la Gironde d'un père sergier et d'une mère domestique issue de l'assistance publique, court tenter sa chance à Paris25. Il s'y rend indispensable comme clerc d'huissier, puis avec sa propre étude acquiert une réputation que son labeur et son intelligence justifient. S'intéressant à la presse, il devient propriétaire du Petit Parisien, et dispose ainsi d'un organe de presse qui lui offre une exceptionnelle notoriété et lui fournit un tremplin politique. Sénateur, puis ministre à plusieurs reprises, il est alors un des "hauts et puissants" personnages de la Troisième République. Cet avantage profite à sa progéniture. Ses deux fils deviennent députés, dont l'un à vingt-sept ans, tandis que l'autre obtient un portefeuille en 1917. Sa fille épouse François Arago, député et petit-fils du ministre.

45Le cas de la famille Chaumié s'apparente à celui des Dupuy ; la réussite exceptionnelle du père, Joseph Chaumié, sénateur du Lot-et-Garonne, membre de plusieurs gouvernements, lui offre une influence dont ses trois fils bénéficient pour leur entrée au parlement.

46Force est donc de constater que la situation exceptionnelle d'un individu, quelle que soit la filière d'accession, permet souvent une succession aussi exceptionnelle. C'est le cas des Decazes, Dupuy, Chaumié, Bonnet, Milliès-Lacroix, David-Escande, Gontaut-Biron...

47Ces familles sont bien souvent citées en exemple comme modèles de dynasties politiques. Elles en sont effectivement, mais elles ne sont guère représentatives et ne permettent pas la moindre généralisation. A un moindre niveau, la réussite du père étant moins remarquable et se limitant à un siège parlementaire, nombreux sont les enfants qui bénéficient à un degré équivalent de la notoriété du père pour leur entrée en politique : Cazauvielh, Chaigne, Delom-Sorbé, Fallières, Laroze, etc.

48En revanche une étude plus poussée de la généalogie des parlementaires concernés par notre époque d'étude fait nettement apparaître l'existence d'un nombre important de familles dans lesquelles la représentation politique est une tradition enracinée dans la notabilité et la puissance locale ; les exemples sont ainsi moins spectaculaires, mais non moins évocateurs. Ces familles tiennent une position aisée dans leur département, souvent depuis plusieurs générations. Connues comme telles, elles vivent dans un monde socialement et familialement homogène. Des alliances généralement effectuées dans le même milieu assurent une reproduction de la situation matérielle et des valeurs. Ainsi l'enracinement dans une région, dans une ville, la possession de moyens économiques principalement, culturels et sociaux qui sont liés, ouvrent des perspectives politiques dont le calcul ne s'effectue pas dans les mêmes termes que pour tout un chacun.

49A la différence des cas précédents, on ne peut pas faire reposer cette situation sur le parcours exceptionnel d'un individu. C'est plutôt à la situation d'une famille qu'il faut attribuer la réussite politique de premier plan d'un ou de plusieurs de ses membres. Possesseurs de moyens économiques issus de l'industrie, de la finance, du négoce, de la propriété foncière, en même temps titulaires de diplômes, ces familles constituent l'élite de la société française.

  • 26 Annuaire du Tout-Sud-Ouest, Edouard Féret, édité entre 1904 et 1914 ; divers annuaires mondains : a (...)
  • 27 Pierre MELLER Armorial du Bordelais, sénéchaussée de Bordeaux, Bazas et Libourne, Paris-Bordeaux, 1 (...)
  • 28 Nous souhaitons distinguer dans la bourgeoisie la plus élevée deux catégories : celle dont le rayon (...)
  • 29 Christophe CHARLE, Les élites de la république, 1880-1900, Paris : 1987, p. 29, citant l'opinion de (...)
  • 30 Candidat malheureux aux élections législatives de 1962, Gabriel Dufoussat de Bogeron était le fils (...)
  • 31 Baron du FOUSSAT, À travers huit siècles, Bordeaux : 1930, p. 201.

50Nombre de ces familles sont mentionnées dans des annuaires mondains26 dans lesquels on peut repérer certains de leurs membres avant que l'élection au parlement ne les propulse sur le devant de la scène. Ainsi, dans le département de la Gironde on note que 13 parlementaires (sur 121 soit 10,7 %) voient leur nom de famille figurer dans l’armorial de Pierre Meller paru en 190627. Environ une quarantaine d'autres (s'ajoutant aux précédents) sont notables, appartiennent à la noblesse d'origine ou d'apparence, à la haute ou la grande bourgeoisie28, soit près de la moitié des familles de parlementaires issues de milieux sociaux distingués par la notoriété. La fortune de ces familles notables se traduit par des possessions qui offrent de nombreux endroits où être candidat. D'autant qu'en Gironde, le négoce des vins et l'exploitation de propriétés viticoles sont des activités dominantes. Il faut néanmoins se garder de tenter un classement trop strict des individus en fonction de leur profession. En effet, "si l'on se place au niveau supérieur du monde des notables, la distinction fonctionnelle entre propriétaires et individus exerçant une fonction publique ou une profession libérale est en partie illusoire. Il s'agit plutôt de choix individuels internes à un même milieu et non de divergences entre des fractions détentrices de capital plutôt économique, social ou culturel."29 Il est certain que les individus issus de ces familles s'assimilent sociologiquement plus à la culture de leur milieu social d'origine, qu'à d'hypothétiques liens professionnels, surtout quand les dites professions ne sont exercées que peu de temps, leurs revenus étant superflus. Cette culture élitiste s'accompagne dans la majorité des cas par un intérêt pour la politique et les fonctions électives, généralement considérées comme réservées. Gabriel Dufoussat de Bogeron30 expose dans un mémoire familial cette conception de la prédestination aux charges importantes : "il y a en France une élite de la race, se recrutant par l'hérédité, par la culture, par la formation religieuse, par un certain sentiment de fierté nationale..."31.

51Ainsi définies, ces familles de prédilection, qualificatif peut-être plus expressif et plus proche de la réalité que celui de dynasties, sont le berceau d’un grand nombre de parlementaires. La culture sociale de ces familles les met souvent en position de conquérir un siège dans une assemblée locale ou nationale. La famille du sénateur Numa Callen en offre un exemple caractéristique. Celle-ci est propriétaire d'importants domaines constitués notamment de pins ; mais beaucoup de ses membres exercent aussi des professions libérales. Numa Callen (1820-1892) est le fils d'un riche négociant, maire de Saint-Symphorien sous Louis-Philippe, lui-même fils d'un maire de Bourideys. Son frère Pierre Callen, notaire et propriétaire, est conseiller d'arrondissement et maire de Saint-Symphorien et a épousé la fille d'un conseiller général. Numa Callen épouse aussi la fille d'un conseiller général, maire de Saint-Symphorien, le docteur Jules Lapeyre, dont le père et le frère ont aussi été maires de Saint-Symphorien, le second (Bernard Lapeyre), avocat, en même temps que conseiller général. Le beau-frère du sénateur Callen, Bertrand Lapeyre, conseiller général, épouse en outre sa nièce Marie-Louise Callen, fille de son frère Pierre, dont l'autre fille épouse un maire de Sainte-Foy-la-Grande. Pour finir, le fils de Numa Callen, Joseph Callen est président du conseil général de la Gironde de 1921 à 1924. Un seul parlementaire, mais que d'élus qui l'entourent, éclairant ainsi une trajectoire réussie et bien recherchée...

52Famille d'un autre parlementaire, le docteur Ernest Lalanne (1827-1884), les Vidal-Lalanne-Durand offrent la même illustration. Le député-maire de Coutras, conseiller général, est le fils du docteur Pierre Lalanne, conseiller d'arrondissement et maire de Coutras, et le petit-fils de Jean-Baptiste Lalanne, avoué, aussi conseiller d'arrondissement. Sa mère née Vidal, est la sœur de François Vidal (1812-1872), député de la Seine sous la Seconde République. Sa tante Vidal épouse Durand est la mère d'Edouard Durand et belle-sœur d'Emile Durand, tous deux conseillers d'arrondissement et maires de Coutras.

  • 32 C.-L. ROBIN, Le personnel politique municipal à Libourne (Gironde) de 1800 à 1914 : pouvoir local e (...)

53Dans certains cas, la continuité est exceptionnelle. Ainsi Joseph Brisson, député de la Gironde de 1902 à 1906, a pour proches parents (qu'il a connus) deux parlementaires et neuf conseillers généraux dont six ont été candidats (malheureux) aux élections législatives de 1869, 1876, 1885, 1898 et 1914. D'autre part l'unique petit-fils de Joseph Brisson est Olivier Guichard, ancien ministre, député, ancien président de conseil général et président de conseil régional, dont une fille a épousé Ladislas Poniatowski, député et conseiller général, fils du sénateur ancien ministre !32

54Belle illustration de ces familles de prédilection dans lesquelles la représentation politique est considérée tout à la fois comme un devoir et un privilège. La réussite avec l'élection victorieuse n'étant pas un critère suffisant pour déterminer dans quelles familles il existe une tendance à la prédétermination de ses membres pour la politique, de nombreux exemples nous prouvent que l'environnement familial est prédominant dans de nombreuses vocations politiques. Ce qui n'empêche nullement les élus du suffrage universel d'avoir des convictions politiques sincères, qui, observe-t-on, peuvent d'ailleurs varier d'un membre à l'autre d'une même famille.

55Notre étude des parlementaires aquitains de la Troisième République nous amène donc à constater l'importance de ces élus issus de familles de prédilection, qui vont parfois jusqu'à créer de véritables dynasties. Progressivement, alors que la république s'enracine dans le pays, et notamment après la Grande Guerre, le règne peu partagé des familles de notables se dissipe. Pourtant, de nouvelles notabilités voient le jour, maintenant le jeu des réseaux familiaux comme critère essentiel dans le recrutement. Car dans la société de la Troisième République où la démocratie est encore en développement, l'indépendance et l'autonomie des électeurs toute relative, pour les éventuels candidats au parlement, la fortune, le savoir, les relations, parfois même le nom constituent des atouts non négligeables pour un électorat sensible à ces éléments, perçus comme gages de sécurité et de compétence. Le taux de réussite de ces héritiers, certes favorisé par la propension à renouveler les tentatives de conquête électorale, souligne l'importance de ce phénomène des familles de prédilection dans la trajectoire des parlementaires aquitains de la Troisième République.

II - DE L'ÉCOLE À LA PROFESSION

1 - la place du diplome

56Tout traitement statistique implique un nécessaire état des lieux et dans le cadre de la formation des parlementaires, il s'impose tout particulièrement à cause du caractère fragmentaire des données. Une approche quantitative nous a semblé cependant possible car les renseignements sur la formation concernent une majorité de fiches :

Tableau 28 - Les parlementaires et leur formation : état de l'enquête

Départements

Nombre total de fiches

Fiches avec renseignements

Dordogne

67

61

Gironde

121

103

Landes

44

34

Lot-et-Garonne

43

39

Basses-Pyrénées

62

56

Total

337

293

57Ces résultats recouvrent cependant une réalité plus complexe. Il existe en effet des disparités entre les départements : les renseignements sur les Landes sont les moins fournis et les moins précis. Les données les plus fiables concernent la Dordogne même si le pourcentage global du nombre des fiches comportant des renseignements n'est pas le plus élevé. Enfin, si l'enquête donne des renseignements relativement complets sur les études supérieures, celà est moins vrai pour les études secondaires ; les données sur les études primaires sont inexistantes. Bien souvent aussi, les études supérieures sont déduites de la profession exercée par le parlementaire. On suppose sans grande hardiesse qu'un avocat a fait des études juridiques mais il est difficile alors d'en connaître le niveau. De même, un diplomé d'études supérieures est censé avoir fait des études secondaires mais là aussi le lieu manque. Malgré ces réserves qui ne sont pas négligeables, il est cependant possible de dégager quelques grandes lignes sur la formation des parlementaires en Aquitaine sous la IIIe République.

Des élèves du public

58Le cursus primaire des parlementaires ne se prête pas à un traitement statistique. On ne relève que 12 fiches comportant des renseignements sur 61 pour la Dordogne, 17 sur 103 pour la Gironde, 2 sur 34 pour les Landes, 7 sur 39 pour le Lot-et-Garonne et 3 sur 56 pour les Basses-Pyrénées. Lorsque les données existent, on constate la prééminence des écoles communales laïques sur les écoles privées (10 sur 12 en Dordogne, 13 sur 17 en Gironde, 2 sur 4 dans les Landes, 7 sur 7 dans le Lot-et-Garonne et 2 sur 2 dans les Basses-Pyrénées mais sur de tels totaux, ces remarques ne sont pas très significatives). N'oublions pas non plus que des parlementaires ont commencé leurs études avant que la scolarité ne devienne obligatoire.

  • 33 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la IIIe République, Annales du midi, tome  (...)
  • 34 Gérard BELLOIN, Renaud Jean, le tribun des paysans, Paris : les éditions de l'atelier, 1993, p. 13.

59Plus intéressant est de relever quelque cas de parlementaires qui ont une scolarisation très limitée. Ils représentent une infime minorité à gauche comme à droite. En Dordogne, Camille Bedin, futur député socialiste de 1936 à 1942 a fréquenté la seule école communale publique et Oswald Taillefer, futur député de droite s'est engagé dans la marine à seize ans ; de même, Paul Dupont futur sénateur de droite et Gustave Saussot, futur député d'extrême gauche ont acquis une formation professionnelle l'un dans la typographie, l'autre dans la mécanique33 ; On retiendra aussi Jérome David futur député girondin engagé comme mousse à 12 ans. Antoine Jourde, député girondin d'extrême gauche a quitté l'école avant 14 ans pour entrer dans une fabrique de parapluies. Dans le Lot-et-Garonne, Renaud Jean, fils de cultivateurs travaille dans l'exploitation familiale dès son succès au certificat d'études34.

60La proportion de fiches comportant des renseignements sur les études secondaires est plus importante mais varie d'un département à l'autre soit par ordre décroissant la Dordogne, le Lot-et-Garonne, les Basses-Pyrénées, la Gironde et les Landes (cf. tableau 29). Les chiffres peu élevés de la Gironde et des Landes ne signifient pas pour autant que leurs parlementaires soient sous-diplômés puisque le même tableau montre que dans ces mêmes départements nombreux sont les parlementaires à avoir fait des études supérieures. On ne peut que souligner les limites de l'enquête et le caractère fragmentaire des renseignements sur le secondaire. Nombreuses aussi sont les fiches qui mentionnent une licence en droit sans préciser le lieu des études supérieures et encore moins celui des études secondaires d'où ces disparités.

  • 35 Daniel HAYET, Les parlementaires des Basses-Pyrénées sous la Troisième République, mémoire de maîtr (...)
  • 36 Michel PAPY (sous la dir. de), Barthou, un homme une époque, Pau : 1986, p. 18.

61Parmi les fiches comportant des renseignements sur les études secondaires on remarque partout l'importance de l'enseignement public par rapport au privé soit 29 cas sur 34 en Dordogne, 28 sur 34 en Gironde, 9 sur 11 dans les Landes, 16 sur 20 dans le Lot-et-Garonne et 20 sur 27 dans les Basses-Pyrénées. Le chiffre dans ce dernier département n'est pas négligeable et peut paraître élevé au regard de la réputation des petits séminaires et collèges catholiques. Le petit séminaire de Larressore près de Cambo-les-Bains est fréquenté par Joseph Choribit et Jean Ybarnégaray, le collège Moncade d'Orthez par Adrien Planté, Georges Moutet et Léon Bérard, le collège Saint-Léon de Bayonne par Jules Labat et le collège Saint-Louis de Gonzague par Samuel de Lestapis ; tous sont de futurs députés de droite, bonapartistes comme Jules Labat et Adrien Planté, Bloc national comme Joseph Choribit, droite conservatrice comme Léon Berard et Samuel de Lestapis, extrême droite comme Jean Ybarnégaray qui a cependant poursuivi ses études secondaires au collège Stanislas à Paris35. Louis Barthou, né en 1862 connaît également les deux systèmes ; il a fréquenté successivement une pension privée mais laïque puis le petit séminaire d'Oloron, rue Adoue, tenu par les Bétharramistes. En 1875, il est pensionnaire à partir de la 4ème au lycée de Pau avant de faire son droit à Bordeaux36. Plus tard, il vote en 1905 la loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

  • 37 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la troisième République, op. cit., p. 268.

62La Dordogne marquée par une progression de la gauche sous la Troisième République est le département où le public prédomine le plus largement. Les parlementaires périgourdins font leurs études secondaires au collège puis au lycée de Périgueux, dans le privé ils les font au collège de Sarlat. Bernard Lachaise évoque également le cas de Paul Loubradou, futur député communiste qui a fait des études dans le privé37. C'est en Dordogne que l'on relève le plus grand nombre de bacheliers 13 en tout sur 34 ; sans dénier aux parlementaires périgourdins la qualité de leurs études, on peut voir dans ce chiffre la conséquence de la précision de l'enquête menée dans ce département.

63La fréquentation du public est également élevée en Gironde mais rappelions que les fiches comportant des renseignements sont proportionnellement moins nombreuses que pour la Dordogne (34 fiches dans les deux cas mais sur un total différent : 61 pour la Dordogne, 103 pour la Gironde). Les conclusions sont donc plus hypothétiques. Certains parlementaires connaissent les deux systèmes, privé et public comme Emile Gellie, né en août 1885, qui commence ses études secondaires au lycée Montaigne de Bordeaux pour les terminer au collège jésuite de Tivoli ou Albert Chiché qui fréquente successivement le lycée de Bordeaux et le collège jésuite de Christoly. Plus de la moitié des parlementaires ayant fait des études secondaires fréquentent le lycée de Bordeaux, certains font des études à Paris comme Pierre Dupuy, Georges Mandel et René Thorp au lycée Condorcet, Jean Dreolle au lycée Saint-Louis. Le collège jésuite Tivoli prédomine parmi les établissements privés fréquentés par les futurs parlementaires girondins comme Henri du Périer de Larsan.

  • 38 Joël DUBOS, Les députés élus en Gironde entre 1876 et 1902, mémoire de maîtrise. Université Michel (...)

64A noter également que beaucoup ont une formation pratique dans la maison de commerce ou la propriété du père ; c'est le cas de Charles Gruet ou Léon Laroze. Dans une lettre du 14 mai 1870, Armand Lalande explique qu'il "préfère envoyer son fils dans une maison de commerce à Brême plutôt que de lui faire passer son baccalauréat ès sciences"38. Il est vrai que le jeune Lalande avait déjà obtenu le baccalauréat ès lettres. Le bac est mentionné dix fois seulement sur les 34 fiches mais ce nombre n'est pas significatif car ce diplôme n'est pas forcément mentionné.

  • 39 Marie-Andrée CAZAUBON, Victor Lourties, 1844-1922, biographie d'un philanthrope libéral, mémoire de (...)

65Dans les Landes, troisième département où prédomine également le public, les parlementaires fréquentent le lycée de Mont-de-Marsan. Mais Victor Lourties qui a fait l'objet d'une biographie39 fréquente le collège d'Aire sur l'Adour, sa ville natale où collège et petit séminaire sont séparés depuis 1812. La construction du grand séminaire adjacent est achevée en 1857 et Victor le fréquente depuis 1855 et obtient en 1863 le baccalauréat ès lettres et ès sciences avant d'entrer comme boursier à l’Ecole de Strasbourg pour y faire des études de médecine militaire.

66Enfin le Lot-et-Garonne ne se distingue guère des autres départements si ce n'est que le public est un peu moins représenté qu'en Dordogne, en Gironde et dans les Landes mais davantage que dans les Basses-Pyrénées. Ainsi, les lycées d'Agen, de Périgueux, de Mont-de-Marsan et de Pau, souvent héritiers des collèges royaux occupent-ils une place importante dans la formation des parlementaires aquitains, ce qui créé aussi des liens de solidarité.

67Quelques parlementaires sont entrés dans les écoles normales pour devenir instituteurs mais ils ne sont pas très nombreux : aucun dans le Lot-et-Garonne et dans les Basses-Pyrénées, un dans les Landes avec Léo Bouyssou né en 1872, professeur d'école normale et inspecteur de l'enseignement primaire à Mirande puis à Saint-Sever en 1902, un en Dordogne avec le sénateur Marcel Michel et cinq en Gironde (Fernand Audeguil, Jean Dellac, Georges Lasserre, André Naphle et Jean Emmanuel Roy). Tous sont députés de gauche dans l'Entre-deux-guerres, à l'exception de Léo Bouyssou qui commence sa carrière en 1906.

Des juristes

68Le tableau 29 montre qu'une très grande majorité des parlementaires a fait des études supérieures soit 236 sur 293 (80,8 %). Les plus diplômés sont les Landais, les moins diplômés les Girondins ; on peut suggérer qu'hormis la carrière politique, les possibilités de choix pour un diplômé landais sont limitées. Les chiffres de la Dordogne, du Lot-et-Garonne ou des Basses-Pyrénées, départements moins urbains que la Gironde, sont également élevés. La carrière politique exerce donc une réelle fascination pour les diplômés de départements qui n'offrent pas les mêmes possibilités de promotion diversifiées que la Gironde.

69Les renseignements sur les études supérieures sont les plus nombreux même si parfois les précisions manquent quant au degré d'étude.

70La majorité des parlementaires ayant fait des études supérieures a suivi des études juridiques (151 sur 236). Les parlementaires aquitains appartiennent bien à la République des avocats. La proportion est de 28 sur 50 en Dordogne, 51 sur 75 en Gironde, 19 sur 31 dans les Landes, 27 sur 33 dans le Lot-et-Garonne, 34 sur 47 dans les Basses-Pyrénées. En général, les études de droit des parlementaires se font à Paris comme c'est le cas de 13 parlementaires périgourdins, 13 lot-et-garonnais, 7 des Basses-Pyrénées et même en Gironde pour 16 d'entre eux. 12 parlementaires girondins font leurs études à Bordeaux. La Faculté de droit n'est créée à Bordeaux qu’en 1873. Bordeaux ne semble pas attractif pour les autres départements à l'exception des Basses-Pyrénées où il y a un équilibre entre les parlementaires ayant fait leur droit à Paris (7) et à Bordeaux (7), 3 ayant choisi Toulouse, 1 à Bordeaux et Toulouse, 1 à Toulouse et Paris. Ces remarques doivent cependant être prises avec précaution car bien souvent le lieu des études n'est pas spécifié. C'est tout particulièrement le cas dans les Landes. De même on ne connaît pas toujours le niveau d'étude atteint, licence ou doctorat et tous les étudiants de droit ne réussissent pas comme Fernand Faure, avocat en 1873, docteur et agrégé en 1878 ou Maxence Bibié également agrégé de droit. Albert Decrais, titulaire du baccalauréat à 18 ans fait des études de droit brillantes. Dans les Basses-Pyrénées, six juristes sont docteurs en droit : Louis Barthou, Léon Bérard, Louis Etcheverry, Joseph Garat, Jean-Louis Tixier Vignancour et Jean Ybarnegaray. René Delzangles cumule doctorat en droit et doctorat en sciences politiques et économiques, six sont licenciés : Damien Catalogne, Emile Garet, Louis d'Iriart d'Etchepare, Albert Lebarillier, Adrien Planté, Théodore Pradet-Balade. Auguste Champetier de Ribes est licencié en droit et en lettres. La Dordogne compte quatre docteurs en droit avec Georges Bonnet, Robert David, Ferdinand de La Batut et Marc Villemonte.

Tableau 29 – Etudes secondaires et supérieures

Tableau 29 – Etudes secondaires et supérieures

NB. Pour les études supérieures, certains étudiants sont comptabilisés plusieurs fois en raison d’études parallèles ou complémentaires

71Les recherches de Gilles le Béguec ou de Pascal Plas ont souligné l'importance des années de formation sur la carrière politique.

72Signalons la contemporanéité de la formation juridique pour Léon Bérard, futur parlementaire des Basses-Pyrénées et André Fallières, futur élu du Lot-et-Garonne (promotion 1901-1902) ou bien encore pour René Thorp élu de la Gironde ou Marc de Molènes, parlementaire de Dordogne (promotion 1924-1925). Guillaume Chastenet de Castaing préside la conférence Molé.

73La conférence du stage des avocats est fréquentée par les futurs élus aquitains qui y nouent des relations précieuses ; certains en deviennent premier secrétaire comme Albert Decrais en 1862 et en 1863 ou Marc de Molènes.

  • 40 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la Troisième République, Annales du Midi, (...)

74Les études de médecine viennent en seconde position avec une proportion relativement importante en Dordogne, 17 sur les 50 parlementaires ayant fait des études supérieures alors qu'elle est nettement plus faible ailleurs, tout particulièrement dans le Lot-et-Garonne. La sous représentation lot-et-garonnaise peut s'expliquer par le manque d'intérêt des médecins pour la politique alors qu'ils constituent un corps bien organisé mais comment expliquer la surreprésentation périgourdine ? Bernard Lachaise souligne l'ancienneté et la permanence du phénomène40. L'héritage familial, le militantisme politique dans les années d'étude au Quartier latin, le prestige du médecin dans une société rurale expliquent l'engagement politique et aussi les succès. Par exemple, Paul Broca fut le maître à penser des étudiants républicains et anticléricaux dans les années 1860-1880 à la Faculté de médecine de Paris. Citons l'exemple de son disciple Pierre Sarrazin, futur député-maire de Sarlat. Ces étudiants en médecine périgourdins font leurs études à Paris (2 seulement à Bordeaux et à Montpellier). Certains y font de brillantes carrières comme Samuel Pozzi et Jean Peyrot, internes des Hôpitaux de Paris. Jean Peyrot, issu d'un milieu modeste de charpentier de Périgueux devient un chirurgien réputé de Paris, membre de l'Académie de médecine.

75Il existe une plus grande diversité pour les futurs parlementaires girondins : 3 font leurs études de médecine à Paris, 2 à Bordeaux mais le lieu de leurs études n'est pas toujours spécifié. Citons parmi les docteurs en médecine bordelais le cas de Georges Portmann qui après avoir fait des études secondaires à Perpignan, Cherbourg et Caen fut major de l'Ecole de service de santé de la marine et des colonies de Bordeaux, docteur en médecine en 1913, professeur agrégé dix ans plus tard. Il fut aussi après la Deuxième Guerre doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Bordeaux entre 1949 et 1955, doyen de l'Ecole de Médecine de Dakar de 1951 à 1955. Rappelions que la faculté mixte de médecine et de pharmacie est créée à Bordeaux en 1878 et qu'en 1879-80 elle n'a délivré que 7 diplômes, 21 l'année suivante.

  • 41 Bernadette SUAU (sous la dir. de). Dictionnaire biographique, Mémoire des Landes, Millau : Imprimer (...)
  • 42 Marie-Andrée CAZAUBON, op. cit., p. 12.

76Dans les Basses-Pyrénées, Jean Cledou, Justin Quintaa font leurs études à Montpellier, Amédée Doléris et Ernest Laffont à Paris, Jean Lissar à Lille à son retour d'Amérique latine. Joseph Delom Sorbe, après le droit, fait sa médecine à l'école du service de santé des Armées à l'hôpital du Val de Grâce. Tous les six sont docteurs en médecine. Dans le Lot-et-Garonne, Jean Dèche commence sa médecine à Paris puis est interne à Bordeaux, Jean Galup à Paris. Enfin dans les Landes, Robert Bézos, né en 1882 fait ses études de médecine à Bordeaux comme Ernest Daraignez, né en 1864 et originaire d'une vieille famille de médecins landais. Docteur en médecine en juillet 1891, il dirige les services chirurgicaux des Landes41. On connaît également le cas du philanthrope Victor Lourdes, médecin militaire, qui a fait ses études à l'Ecole impériale du service de santé militaire à Strasbourg, docteur en médecine en août 186742.

77On constate une place relativement importante de parlementaires qui ont fait des études dans des écoles militaires, Polytechnique, Saint-Cyr, notamment en Gironde. Georges Calmes, Adrien Léon, le général Charles Martin de Paillères, Yves Emile Picot, Amédée Louis marquis de Lur Saluces, le comte Henri ayant fait Saumur. On constate que quatre sur six sont des parlementaires de la période 1871-1892 et quatre également sont situés à droite de l'échiquier politique. Joseph de Carayon Latour, Albert Dormoy, Jean Labat et Nathaniel Johnston sont polytechniciens. Les Basses-Pyrénées sont, après la Gironde, le département qui comporte le plus grand nombre de parlementaires ayant fait des études dans les écoles militaires. Jean Jaureguiberry et Emile Dupourque, l'école navale, Joseph de Gontaut-Biron et Jules de Lestapis, tous futurs députés de droite. Les autres départements sont moins bien représentés. En Dordogne, il s'agit des saint-cyriens : Paul de Chadois et Napoléon Magne futur député de droite, d'Oscar Bardi de Fourtou, également futur député de droite, major du collège royal de la Marine d'Angoulème puis de l'Ecole navale. Dans les Landes, le général Jacquey était entré à Saint-Cyr en 1852.

  • 43 Bernard LACHAISE, Yvon Delbos, 1885-1956, Périgueux : Fanlac, 1993, p. 25.

78On remarque la faible proportion des études de lettres souvent faites en complément des études juridiques (3 en Gironde, 2 en Lot-et-Garonne) ou de sciences ; les normaliens sont rares, un par département. C'est le cas d'Yvon Delbos en Dordogne, qui comme le souligne son biographe Bernard Lachaise fut "un élève brillant et un étudiant pas pressé"43. Après des études secondaires au lycée de Périgueux, Yvon Delbos prépare la rue d'Ulm comme élève boursier à Poitiers en 1903, puis au lycée Henri IV en 1904 ; il intègre en 1907 seulement et il est reçu 4ème à l’agrégation de lettres en 1911. Dans les Basses-Pyrénées, Jules Legrand est agrégé de philosophie, dans le Lot-et-Garonne Jean Jules Cels-Couybes est agrégé de mathématiques et polytechnicien ; le landais Etienne Dejean normalien est agrégé d'histoire. En Gironde, Lorin est normalien en 1886 et agrégé d'histoire comme Henri Labroue qui a fait ses études à la Sorbonne. On constate que ce cursus littéraire ou scientifique correspond à une promotion sociale mais en général au sein d'un milieu enseignant : Yvon Delbos est fils d’instituteur, l’oncle d'Etienne Dejean était proviseur du lycée de Mont-de-Marsan, le père d'Henri Labroue, proviseur du lycée de Périgueux.

79Les autres études supérieures sont moins significatives et ne se prêtent pas à un traitement statistique. On relève la présence de parlementaires ayant fait des études d'agronomie, un à deux par département, des études d'ingénieur des arts et métiers (Pierre Forsans dans les Basses-Pyrénées), de Centrale (Gabriel Castagnet des Basses-Pyrénées), de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées (Albert Claveille de Dordogne) ; le Landais Benoît Sourigues d'origine modeste est entré comme boursier à l'école des arts et métiers d'Angers et à l'école des Beaux Arts pour l'architecture. D’autres ont fait des études de théologie comme l'abbé Bergey et Jules Steeg qui mène de front des études de philosophie et de théologie à Bâle puis à Strasbourg.

Les variables partisanes et chronologiques

80Elles sont importantes pour déceler la démocratisation du recrutement et la diversification de la formation mais dans la mesure où les données sont imprécises, il est difficile d'apporter des conclusions définitives. Tout au plus peut-on dégager des évolutions. Le traitement statistique limité aux données brutes s'applique aux études supérieures pour lesquelles les renseignements sont les plus précis.

81Les tableaux 30 et 31 prennent en compte les variables partisanes, droite, centre-droit et gauche, centre-gauche car les chiffres concernant l'extrême droite et l'extrême gauche sont trop faibles pour être significatifs. Il est entendu que la base de calcul est la même que précédemment : le nombre de fiches pour lesquelles nous avons des renseignements sur la formation. Le tableau 30 montre un plus grand nombre de diplômés chez les élus de gauche (131 contre 84 élus de droite). Les Basses-Pyrénées où on compte un plus grand nombre d'élus de droite et du centre-droit diplômés, constituent une exception. Cependant le nombre de fiches de base comportant des renseignements est parfois si faible (Landes, Lot-et-Garonne) qu'il ne permet pas de conclusions nettes.

82Le tableau 31 introduit la variable partisane dans la structure des études pour l'ensemble de l'Aquitaine. Les études de droit dominent quelles que soient les étiquettes politiques ; par contre il y a davantage de diplômés en médecine à gauche qu'à droite et de diplomés des écoles militaires à droite qu'à gauche. Les parlementaires de gauche ont fait des études plus diversifiés que leurs collègues de droite.

83L'introduction de la variable chronologique dans les tableaux 32 et 33 fait également apparaître quelques tendances qui restent aléatoires. Les individus ont pu être comptabilisés dans plusieurs périodes selon la longévité du cursus du parlementaire. On constate globalement (tableau 32) une diminution légère des études de droit dans la période 1919-1939. Cela est plus net en Dordogne, dans les Landes qu'en Gironde ou surtout dans les Basses-Pyrénées où les études de droit restent privilégiées par les futurs élus (tableau 33). Il en est de même pour les études clans les écoles militaires encore qu'ils s'agisse ici de petits nombres. Par contre, les études médicales sont mieux représentées en 1893-1918 et 1919-1939. L'évolution est plus nette concernant les études littéraires ou scientifiques.

Tableau 30 - Nombres de diplômés par étiquettes politiques (Droite, Centre-Droit, Centre-Gauche, Gauche)

Tableau 30 - Nombres de diplômés par étiquettes politiques (Droite, Centre-Droit, Centre-Gauche, Gauche)

Tableau 31 - Variable partisane dans les études supérieures des parlementaires aquitains (en chiffres bruts)

Tableau 31 - Variable partisane dans les études supérieures des parlementaires aquitains (en chiffres bruts)

Tableau 32 - Variable chronologique dans les études supérieures pour l'ensemble de l'Aquitaine (chiffres bruts)

Tableau 32 - Variable chronologique dans les études supérieures pour l'ensemble de l'Aquitaine (chiffres bruts)

Tableau 33 - Variable chronologique dans les études de droit par département (en nombre)

Départements

I
1871-1892

II
1893-1918

III
1919-1939

Dordogne

18

19

9

Gironde

22

18

18

Landes

10

7

4

Lot-et-Garonne

11

13

11

Basses-Pyrénées

9

15

18

84L'introduction des variables partisanes et chronologiques dans les études supérieures laisse donc apparaître une plus grande diversification de celles-ci pour les élus de gauche et centre-gauche et pour les élus de la troisième période.

  • 44 Voir notamment la mise au point de Jean EL GAMMAL, Le monde parlementaire (1871-1914). Historiens e (...)

85Pour conclure, l'analyse de la formation des parlementaires aquitains est confirmation plutôt que révélation de tendances qui ont pu être relevées dans des recherches ou des ouvrages sur l'ensemble du personnel politique de la troisième République44. Les parlementaires aquitains sont formés dans les écoles de la république, ce sont des diplômés et plus précisément des diplômés en droit malgré une plus grande diversification dans l'Entre-deux-guerres. L'enquête prosopographique a cependant permis une approche quantitative limitée malgré le caractère fragmentaire de la documentation. Le portrait du parlementaire aquitain ne semble pas sensiblement différent d'un département à l'autre. Certes, on a pu relever l'importance — mais toute relative et en aucun cas prédominante — du privé sur le public dans la formation des élus des Basses-Pyrénées au contraire de la Dordogne. Certes on a constaté la place — relative elle aussi — des étudiants en médecine parmi les futurs élus périgourdins sans pouvoir d'ailleurs avancer une explication spécifique ; on a pu enfin remarquer l'importance que revêt la carrière politique pour les diplômés des départements autres que la Gironde qui y voient la voie royale pour satisfaire des ambitions légitimes, mais là s'arrêtent souvent les spécificités départementales.

2 - La prépondérance du barreau

86Dans la très grande majorité des cas, les questionnaires ne mentionnent qu'une profession pour chaque parlementaire. Quand un élu a exercé plusieurs métiers, les informations — en particulier chronologiques — sont rarement suffisantes pour permettre d'étudier avec précision le parcours professionnel du futur parlementaire. Enfin, peu de questionnaires permettent de véritablement savoir si la profession continue d'être exercée durant le mandat ou si elle est abandonnée avec l'élection.

87Par conséquent, il s'agit ici d'étudier uniquement l'activité professionnelle principale des parlementaires avant leur entrée au Parlement.

88Les parlementaires sont répartis, selon leur activité, en dix catégories : travailleurs agricoles, travailleurs industriels, domestiques, employés, fonctionnaires, professions libérales, commerçants-négociants-industriels, propriétaires-rentiers, écclésiastiques, profession inconnue.

89Pour l'ensemble de la Troisième République : la domination des professions libérales et des fonctionnaires.

90Plus de la moitié des parlementaires (52,5 %) exerce une profession libérale et près d'un quart (22,3 %) celle de fonctionnaire — y compris employés publics — au moment où s'effectue l'élection au Parlement (tableau 34). Deux autres catégories socio-professionnelles arrivent loin derrière à peu près à égalité (autour de 11 %), les commerçants-négociants-industriels et les propriétaires-rentiers. Quatre professions sont presque absentes : écclésiastique (un seul : l'abbé Berge y, député de Gironde de 1924 à 1932), employé, travailleur industriel et travailleur agricole. L'énorme majorité des parlementaires vient de la bourgeoisie au sens large. Les couches supérieures sont très nettement surreprésentées au détriment des milieux sociaux les plus modestes.

Tableau 34 - Origine professionnelle des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République (en %)

Catégorie socio-professionnelle

1871-1940

1871-1892

1893-1918

1919-1940

Travailleur agricole

1,8

1,5

3

Travailleur industriel

1,2

3

Employé

0,6

0,7

0,7

Fonctionnaire

22,3

20,6

17,8

22,8

enseignant

6,5

0,6

6,2

13

autre

10,8

12,8

8,6

9

militaire

5

7,2

3

0,8

Profession libérale

52,5

54,6

61,5

52,3

* médicale

11,9

10,9

16,2

13,6

médecin

10,4

10,3

14,6

10,6

pharmacien

0,6

0,6

0,8

1,5

dentiste

0,6

1,5

vétérinaire

0,3

0,8

* juridique

33,6

36,4

39,2

32,5

avocat

30,1

31,6

34,6

30

notaire

2

3

2,3

1,5

avoué

1,5

1,8

2,3

0,7

* divers

7

7,2

6,1

6,2

journaliste

4,1

6

3,1

2,3

autre

2,9

1,2

3

3,9

Commerçantnégociant-industriel

11,3

10,3

12,4

11,5

Propriétaire-rentier

10

14,5

6,1

6

Ecclésiastique

0,3

0,7

91Parmi les fonctionnaires, les parlementaires occupant des emplois civils — autres que l'enseignement — arrivent en tête : parmi eux, beaucoup de magistrats et de membres de la haute administration. Puis viennent les enseignants, devançant légèrement les militaires. Les élus venant de l'Instruction publique sont principalement des professeurs : la grande majorité a enseigné dans le secondaire mais quelques-uns dans les facultés comme Maxence Bibié en droit à Grenoble et Bordeaux, Henri Lorin en lettres à Bordeaux, Gaston Martin en histoire à Bordeaux. Un très petit nombre de parlementaires aquitains a exercé le métier d'instituteur : parmi eux, Marcel Michel en Dordogne, Jean Dellac, Georges Lasserre, André Naphle, Emmanuel Roy en Gironde... Enfin, dix-sept militaires ont accédé au Parlement dont beaucoup d'officiers supérieurs : plusieurs généraux (Boulanger, Martin des Paillères, Jacquey...) et plusieurs amiraux (Fourichon, Jaureguiberry...).

92Parmi les professions libérales, le gros contingent d'élus provient des professions juridiques et en particulier du monde des avocats. Aucun métier ne fournit plus de parlementaires que celui d'avocat : plus de cent députés ou sénateurs (soit 30,1 %), c'est à dire près d'un parlementaire sur trois, est issu du barreau. Plaider à la barre semble être le meilleur chemin pour parler un jour à la tribune de la Chambre ou du Sénat. Cela ne signifie pas que tous aient exercé réellement cette profession : un certain nombre ont vécu en "propriétaire" ou ont certainement exercé d'autres activités mais ils revendiquent en tous cas ce métier. Ainsi, dans les Basses-Pyrénées, Emile Garet, avocat de profession, fut en réalité publiciste de 1862 à 1912. La plupart des avocats devenus parlementaires ont appartenu au barreau de province (tels Ernest Guillier ou Pierre Monteil en Dordogne, Emile Lanauve ou Jean Odin en Gironde, Joseph Defos du Rau dans les Landes...) mais une minorité a été inscrite au barreau de Paris et s'y est parfois fait un nom : Marc de Molènes et William Thorp (dans la lignée de leurs pères), Auguste Champetier de Ribes et Jean-Louis Tixier-Vignancour entre autres.

93La profession de "médecin" vient immédiatement après celle d'avocat chez les parlementaires d'Aquitaine (un dixième des élus l'a exercée) alors que les pharmaciens sont rares (deux seulement) ainsi que les dentistes (deux aussi dont Adrien Marquet, député-maire de Bordeaux dans l'Entre-deux-guerres). La majorité des médecins a exercé à la campagne ou dans des petites villes : cela leur a souvent permis de transformer leurs malades en électeurs grâce à la notabilité acquise par l'exercice de leur profession et à la reconnaissance suscitée par les services rendus, en particulier la médecine gratuite. Mais un certain nombre appartient à une toute autre catégorie de médecins, celle des chirurgiens et professeurs de médecine, exerçant à Paris ou à Bordeaux : parmi eux, citons Jean-Joseph Peyrot et Samuel Pozzi parlementaires de Dordogne, Georges Portmann en Gironde ou Amédée Doléris dans les Basses-Pyrénées.

94Enfin, parmi les professions libérales conduisant au Parlement, figure le journalisme. 4,1 % des parlementaires aquitains viennent du monde des "publicistes" selon le vocabulaire le plus souvent utilisé à l'époque. Comme pour les avocats, il faut observer que chez certains l'exercice du journalisme fut bref et peu significatif. D'autres ont réellement été des "professionnels" et doivent souvent une part de leur ascension et de leur réussite politique à la notoriété et à l'influence acquise par leur plume : tel est le cas d'Yvon Delbos et d'Alcide Dusolier en Dordogne ou d'Ernest Dréolle et d'André Lavertujon en Gironde.

95Dans la catégorie "commerçants-négociants-industriels" figurent des professions fort différentes et les profondes disparités cachées par ce regroupement ne doivent pas être oubliées. De modestes commerçants (tels Bedin ou Brunet en Dordogne) côtoient d'importants négociants (tels Ballande ou Glotin en Gironde) et les patrons de grandes entreprises (tels Paul Dupont à la tête d'une imprimerie en Dordogne et à Paris, Boulart dans les Landes ou Moutet dans les Basses-Pyrénées).

96Des disparités identiques existent certainement entre les parlementaires "propriétaire ou rentiers" (10 %) mais seule la connaissance de leur patrimoine permettrait de les démontrer et d'envisager une classification plus fine.

L'évolution entre 1871 et 1940

97Une étude par périodes de la Troisième République conduit à constater une relative continuité globale à d'importants changements aux extrêmes et à quelques évolutions au sein des fonctionnaires et professions libérales.

98Au début de la République (entre 1871 et 1892), aucun parlementaire ne vient du monde des travailleurs agricoles, industriels et employés. A la Belle Epoque, deux agriculteurs et un employé (lourde en Gironde) font leur entrée au Parlement. C'est dans l'Entre-deux-guerres que les agriculteurs et les ouvriers réalisent une perçée. Pour la première fois, avec l'élection du mécanicien Gustave Saussot comme député communiste de Dordogne en 1936 et d'ouvriers comme Gabriel Lafaye ou Gaston Cabannes, élus socialistes en Gironde, le monde du travail aquitain est représenté.

99Les fonctionnaires demeurent autour de 20 % quelle que soit la période de la Troisième République mais une étude plus fouillée de l'origine des parlementaires dans la fonction publique fait apparaître de réelles évolutions. Au début de la République, quatre institutions dominent comme voie d'accès au Parlement : la préfectorale, la diplomatie, la magistrature et l'armée. Par la suite, le nombre d’enseignants ne cesse de croître au détriment des militaires (qui passent de douze à un seul entre 1871-1892 et 1919-1940) et des autres emplois publics : les élites du système Ferry font progressivement leur apparition sur les bancs des assemblées. Alors qu'un seul parlementaire (Duprat dans les Landes) est issu de l’enseignement au début de la République, huit enseignants entrent au Parlement à la Belle Epoque et dix-sept dans l'Entre-deux-guerres : la République des professeurs décrite par Thibaudet a existé en Aquitaine aussi. L'augmentation du nombre des enseignants renforce le poids de la fonction publique dont 22,8 % des parlementaires sont issus dans l'Entre-deux-guerres.

100Les professions libérales connaissent une forte poussée à la Belle Epoque : c'est alors leur apogée et 61,5 % des élus en sont issus. Cet essor est dû en grande partie aux médecins et aux avocats de plus en plus nombreux parmi les représentants de l'Aquitaine au Parlement, 14,6 % pour les premiers et 34,6 % pour les seconds. Au temps de la République radicale, triomphent donc les professions typiques des couches nouvelles célébrées par Gambetta : près de la moitié des élus d'Aquitaine sont des avocats et des médecins. Alors que les autres professions médicales sont un peu plus représentées, les autres professions juridiques ne cessent de décliner, tout comme les journalistes dont l'apogée correspond aux années 1870-1880.

101Si le nombre de parlementaires issu des métiers du commerce et de l'industrie reste stable autour de 11 % durant toute la République, les propriétaires et rentiers, nombreux entre 1871 et 1892 (vingt-quatre soit 14,5 %), ne sont plus qu'un petit groupe (huit soit 6 %) dès la fin du xixe siècle. Ce n'est pas la Grande Guerre mais plutôt l'irruption des couches nouvelles qui explique leur déclin.

102Au fil de la Troisième République, une réelle démocratisation du recrutement parlementaire s'effectue en Aquitaine comme en France.

Des différences selon les départements (tableau 35)

103Force est de constater que c'est en Gironde que l'éventail des professions exercées par les parlementaires avant leur élection est le plus large. Dans les départements périphériques, quatre catégories socio-professionnelles (travailleurs agricoles, travailleurs industriels, employés et écclésiastiques) ne sont pas ou fort peu représentées.

104Les professions libérales dominent partout mais elles fournissent moins de la moitié des parlementaires dans deux départements : la Gironde et les Landes. En Dordogne, il faut souligner la forte place des médecins. Alors qu'ailleurs, environ un élu sur dix est un médecin, en Dordogne, c’est près d'un parlementaire sur quatre qui a exercé la médecine avant l'élection.

105Les parlementaires issus des professions juridiques proviennent surtout du Lot-et-Garonne et des Basses-Pyrénées (près d'un sur deux) et il s'agit presque exclusivement d'avocats.

106La diversité, supérieure en Gironde, s'illustre aussi dans l'origine géographique des parlementaires venus du journalisme : 7,5 % des élus de Gironde sont dans ce cas, le fait est rarissime ailleurs.

107Quant aux fonctionnaires, leur poids est à peu près identique dans les départements (aux environs de 20 %), à l'exception des Basses-Pyrénées où il est plus faible. C'est en Gironde que figure le plus grand nombre d'élus enseignants et d'élus issus du monde du commerce-négoce et industrie : cela tient surtout à la place occupée par Bordeaux dans ce département et à ses fonctions administratives et commerçantes. Inversement, les parlementaires propriétaires ou rentiers proviennent principalement de la périphérie aquitaine, la moins dynamique.

Des différences selon l'orientation politique (tableau 36)

108Quelle que soit la tendance politique, les professions libérales et les fonctionnaires sont les plus nombreux.

109Mais les parlementaires médecins sont très majoritairement du côté du "Mouvement" : ainsi, sur les dix-sept médecins de Dordogne devenus député ou sénateur, onze sont à gauche et six au centre gauche. Un petit nombre d'élus aquitains venus du monde médical siège cependant au centre droit et quatre à droite dont Jean Beauchamps (ou Gouyou-Beauchamps), député de l'Action Libérale Populaire en Dordogne de 1912 à 1914 ou Froin en Gironde et Lissar dans les Basses-Pyrénées.

Tableau 35 - Origine professionnelle des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République par département

Tableau 35 - Origine professionnelle des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République par département

Tableau 36 - Origine professionnelle des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République selon l’orientation politique

Tableau 36 - Origine professionnelle des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République selon l’orientation politique

110Les parlementaires notaires, avoués et surtout journalistes appartiennent le plus souvent à la gauche. Seuls les élus avocats de profession sont plutôt à droite et à l'extrême-droite (30,3 % contre 26,3 %).

111Parmi les fonctionnaires, les différences sont marquées : les enseignants fournissent beaucoup d'élus de gauche et peu d'élus de droite et inversement les militaires sont plus nombreux à droite qu'à gauche. Au début de la République, deux Girondins qui se sont illustrés dans la guerre de 1870-71, incarnent cependant deux forces opposées : l'un, Joseph de Carayon-Latour du côté des légitimistes et l'autre, Henri de Lur-Saluces dans le camp républicain.

112Les contrastes les plus vigoureux dans l'origine professionnelle des parlementaires apparaissent aux extrêmes de la hiérarchie sociale. Ainsi, les élus "propriétaires-rentiers" sont deux fois plus nombreux proportionnellement à droite qu'à gauche et aucun parlementaire de droite n'est issu des professions les plus modestes (travailleurs agricole et industriel ou employé).

113Une comparaison des professions des élus d'Aquitaine et des députés français, possible grâce aux travaux de Mattéi Dogan, peut être esquissée en conclusion. Elle montre :

114■ la domination plus forte, en Aquitaine que dans le pays, des "avocats et hommes de loi" : 36,4 % des parlementaires aquitains contre 33,5 % au début de la République, entre 1871 et 1892 puis 32,2 % contre 25,1 % dans l'Entre-deux-guerres.

115■ la place plus grande en Aquitaine

116* des médecins-pharmaciens (10,9 % et 7,2 % entre 1871-1892 puis 12,1 % contre 8,5 % de 1919 à 1939) ;

117* des propriétaires-rentiers (14,5 % et 9,2 % entre 1871-1892 puis 6 % et 3,2 % entre 1919-1940) ;

118* des fonctionnaires (20,6 % contre 18 % au début de la République et 22.8 % contre 18,3 % dans l'Entre-deux-guerres) ;

et parmi eux

- des militaires, surtout au début de la IIIe République (7,2 % et 5,9 %) ;

- des enseignants (13 % dans l'Entre-deux-guerres en Aquitaine pour 10 % en France) ;

119■ la moindre place occupée, parmi les parlementaires d'Aquitaine, par :

120* des ouvriers (aucun et 1,1 % en France entre 1871-1892 puis 3 % et 5.8 % dans l'Entre-deux-guerres) ;

121* des employés (0,7 % seulement en Aquitaine dans les deux dernières décennies de la République et 3,4 % en France) ;

122* des agriculteurs (1,8 % en Aquitaine et 6,4 % en France de 1871 à 1892 puis 3 % contre 9 % dans l'Entre-deux-guerres) : le fait peut surprendre dans une région rurale mais l'ampleur de la variation tient peut-être à une classification différente (avec, par exemple, le cas difficile des propriétaires, rangés tantôt avec les agriculteurs, tantôt avec les rentiers ?) ;

123* les commerçants, négociants et industriels (mais ici la différence est minime et comme pour les agriculteurs peut être liée à des classements différents).

124Ainsi, il apparaît que l'Aquitaine, sous la Troisième République, est représentée au Parlement par des hommes appartenant aux classes moyennes qui illustrent la domination du monde rural et de l'idéologie radicale-socialiste sur cette terre du Sud-Ouest.

Notes

1 C'est à dire maire, conseiller d'arrondissement conseiller général, sénateur, député, ministre.

2 Ces chiffres sont évidemment à rapporter au nombre des élus de chacune des périodes.

3 Cinq fils députés ou sénateurs à eux deux.

4 Théodore Steeg a été Gouverneur Général de l’Algérie, Résident Général au Maroc, douze fois ministre et deux mois Président du Conseil en 1930/31.

5 Chavoix, Gadaud, Magne, Lamothe-Pradelle et Bels pour la Dordogne ; Cazauvielh, Chaigne, David, Lur-Saluces pour la Gironde ; Lourties, Loustalot et Milliès Lacroix pour les Landes, Fallières pour le Lot-et-Garonne, Delom-Sorbé, Lestapis, Pradet Balade, Vignancour et son neveu Tixier pour les Basses-Pyrénées.

6 Exactement 244, soit 72.4 %.

7 Adrien Beauchamps, député de la Dordogne de 1912 à 1914, est fils et petit-fils de maire ; sa femme est l’arrière-petite-fille d’un maire de Périgueux sous le Consulat ; il est donc trois fois apparenté sans avoir de parlementaire dans sa famille.

8 Un certain nombre de parents ont exercé plusieurs mandats.

9 Pour ces taux de parenté, on a choisi comme élément de référence les débuts de carrière, qui tiennent donc compte des seuls nouveaux ; on obtient un ratio de 1,54 pour la première période, 1,7 pour la période 2 et 1,52 pour la période 3.

10 De 10 % à 20 %.

11 Dupuy, Bonnet, Milliès-Lacroix, Chaumié et Fallières.

12 60 % à droite, 50 % à l'extrême droite contre 10 % à l'extrême gauche et 40 % à gauche.

13 42 % d'apparentés à gauche, 44 % à droite.

14 Soit un quart.

15 C'est le pourcentage le plus faible après l'extrême-gauche, qui ne compte qu'un héritier : Louis Mie, l'avocat radical proche de Gambetta.

16 Toutes étiquettes confondues pour chaque catégorie.

17 Pour la première période, le rapport de forces est de 55/45 en faveur de la gauche ; pour la troisième période, il est passé à 67/33, toujours en faveur de la gauche.

18 Soit 30,6 %.

19 Sur les âges de début de carrière, cf. l'étude de Jean-Paul JOURDAN.

20 C'est-à-dire à des sénateurs.

21 Le taux moyen est de 1 mandat pour les Landes, de 1,05 pour la Dordogne, de 1,18 pour la Gironde.

22 Le contraste est frappant pour la Gironde d'une part, les Landes et le Lot-et-Garonne d'autre part. La situation en Dordogne et dans les Basses-Pyrénées est plus complexe et ne se laisse pas interpréter facilement.

23 33 sur 36, soit 94,2 %, pour la période charnière.

24 Raymond GUINODIE, Histoire de Libourne et des autres villes et bourgs de son arrondissement, Libourne, 1876, tome III, p. 378 et suivantes.

25 Micheline DUPUY, Un homme, un journal, Jean Dupuy, Paris : 1959.

26 Annuaire du Tout-Sud-Ouest, Edouard Féret, édité entre 1904 et 1914 ; divers annuaires mondains : annuaire des châteaux, bottin mondain, Tout-Paris.

27 Pierre MELLER Armorial du Bordelais, sénéchaussée de Bordeaux, Bazas et Libourne, Paris-Bordeaux, 1906.

28 Nous souhaitons distinguer dans la bourgeoisie la plus élevée deux catégories : celle dont le rayonnement et la puissance sont à l'échelle nationale, même si elles ont une région d'origine et de prédilection, comme les Carnot, Casimir-Périer, Fould, etc., la grande bourgeoisie ; celle dont l'influence se limite à une région déterminée et qu'elle ne dépasse qu'exceptionnellement, la haute bourgeoisie. Il s'agit ici d'introduire une nuance entre la bourgeoisie élevée qui ne peut s'assimiler à la moyenne bourgeoisie ni à la plus puissante et prestigieuse.

29 Christophe CHARLE, Les élites de la république, 1880-1900, Paris : 1987, p. 29, citant l'opinion de Maurice Agulhon et Pierre Levêque.

30 Candidat malheureux aux élections législatives de 1962, Gabriel Dufoussat de Bogeron était le fils d'Henri Dufoussat de Bogeron (1848-1921), propriétaire, ancien sous-préfet, conseiller général de la Gironde de 1887 à 1895, maire de Bossugan, et le petit-fils d'Alphonse Dufoussat (1812-1881), avocat, propriétaire, conseiller général de la Gironde de 1852 à 1857 et de 1860 à 1861, adjoint au maire de Libourne, battu aux élections législatives de 1876.

31 Baron du FOUSSAT, À travers huit siècles, Bordeaux : 1930, p. 201.

32 C.-L. ROBIN, Le personnel politique municipal à Libourne (Gironde) de 1800 à 1914 : pouvoir local et réseaux familiaux. Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, tome XXXIV, p. 129.

33 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la IIIe République, Annales du midi, tome 100, no 183, juillet-septembre 1988, p. 265-287, p. 268.

34 Gérard BELLOIN, Renaud Jean, le tribun des paysans, Paris : les éditions de l'atelier, 1993, p. 13.

35 Daniel HAYET, Les parlementaires des Basses-Pyrénées sous la Troisième République, mémoire de maîtrise, Université de Pau et des pays de l'Adour, p. 16.

36 Michel PAPY (sous la dir. de), Barthou, un homme une époque, Pau : 1986, p. 18.

37 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la troisième République, op. cit., p. 268.

38 Joël DUBOS, Les députés élus en Gironde entre 1876 et 1902, mémoire de maîtrise. Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 1986, p. 76.
Voir également Olivier FORCADE, Les députés girondins de l'Entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

39 Marie-Andrée CAZAUBON, Victor Lourties, 1844-1922, biographie d'un philanthrope libéral, mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 1993, p. 11.

40 Bernard LACHAISE, Les parlementaires de la Dordogne sous la Troisième République, Annales du Midi, op. cit., p. 265-286.

41 Bernadette SUAU (sous la dir. de). Dictionnaire biographique, Mémoire des Landes, Millau : Imprimeries Maury, 1991. p. 93.

42 Marie-Andrée CAZAUBON, op. cit., p. 12.

43 Bernard LACHAISE, Yvon Delbos, 1885-1956, Périgueux : Fanlac, 1993, p. 25.

44 Voir notamment la mise au point de Jean EL GAMMAL, Le monde parlementaire (1871-1914). Historiens et géographes, no 328, décembre 1992, p. 97-104.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search