Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Chapitre 1. Les carrières parlementaires et ministérielles

Texte intégral

1Dans quelles conditions s'opère l'entrée au parlement ? Les élus gagnent-ils les bancs de la chambre des députés dès leur première tentative ? Quelles sont l'importance et la fréquence des échecs préalables ? Autant de questions auxquelles il s'agit de répondre de façon préliminaire. Après quoi, nous nous pencherons sur les structures par âges des nouveaux élus et, au delà, de l'ensemble des parlementaires. Nous essaierons en suivant de dresser une typologie des carrières, de mesurer leur stabilité, d'apprécier le mouvement de renouvellement de la représentation régionale. Enfin, l'analyse des carrières ministérielles des élus aquitains constituera le dernier point de notre propos.

I - L'ENTRÉE DANS LA CARRIÈRE

1 - "Aux Marches du Palais..." : échecs préalables et succes immédiats

  • 1 Respectivement battus deux, deux et trois fois.

2Sous la Troisième République, près d'un quart des 337 parlementaires ont échoué une ou plusieurs fois aux élections législatives ou sénatoriales, générales ou partielles, avant de conquérir un siège. Parmi eux, des hommes politiques célèbres, qui ont marqué l'histoire de l'Entre-deux-guerres, comme Georges Mandel, Auguste Champetier de Ribes ou Adrien Marquet, maire de Bordeaux1. Le record en la matière appartient à Paul Loubradou, élu député communiste de la Dordogne en 1936, après avoir été battu en 1919, 1924, 1928 et 1932. Cependant, 70 % des personnalités étudiées ici n'ont échoué qu'une fois (tableau 4).

Tableau 4 - Une mesure de l'échec préalable

Tableau 4 - Une mesure de l'échec préalable
  • 2 Berdoly, Belhomme, Marquet, Montagut, Pazat, Philippot.
  • 3 Loubradou.

Note 22
Note 33

3Le nombre d'échecs préalables varie également selon les périodes ; la moitié des 81 battus ont échoué avant 1894 (tableau 5).

Tableau 5 - Echecs préalables : tableau par période

Tableau 5 - Echecs préalables : tableau par période

4La situation par étiquette est tout aussi contrastée. Si l'on distingue le bloc des élus de gauche de celui des élus de droite, on s'aperçoit que la gauche représente 75 % des échecs préalables, mais seulement 60 % de l'ensemble des parlementaires. Elle présente donc une fragilité politique beaucoup plus grande (tableau 6).

Tableau 6 - Echecs préalables et tendances politiques

Tableau 6 - Echecs préalables et tendances politiques

5En s'appuyant principalement sur les résultats des législatives, plus représentatives du climat politique de l'époque, on peut esquisser une périodisation des échecs préalables avant de s'interroger sur leurs facteurs.

6Aux élections du 8 février 1871 à l'Assemblée nationale, après les désastres de la guerre franco-prussienne, l'Aquitaine se montre sensible aux arguments pacifistes des conservateurs, les élisant presque partout face aux listes républicaines menant campagne pour la poursuite de la guerre. La répartition par étiquette des échecs préalables confirme ce désaveu (tableau 7).

Tableau 7 - Les échecs préalables en 1871

Tableau 7 - Les échecs préalables en 1871
  • 4 Jean MICHEU-PUYOU, Histoire électorale du département des Basses-Pyrénées sous la IIIème et la IVèm (...)

7Un seul candidat de droite, futur député monarchiste des Basses-Pyrénées, Laborde Noguez, a été battu. Dans ce département atypique, les Républicains ont emporté la majorité des sièges, alors qu'il s'agit d'un bastion traditionnellement catholique et conservateur. C'est principalement l'effet d'un panachage, les notables conservateurs du département s'étant associés pour assurer le succès de leur liste à des républicains très modérés et pacifistes, comme Lacaze, Barthe, Duclerc ou encore l'amiral Jauréguiberry4.

8Les élections partielles du 2 juillet 1871 marquent en Aquitaine, comme partout ailleurs, le déclin des conservateurs, désavoués par une opinion hostile à une possible Restauration. Sur 10 sièges à pourvoir, 9 sont conquis par des candidats de gauche ou d'extrême gauche qui avaient échoué en février. Tous les échecs préalables, lors de ces élections complémentaires, concernent des conservateurs de la Gironde. Les scrutins partiels qui suivent confirment ce renforcement de l'audience républicaine. Deux candidats radicaux, Caduc et Dupouy, sont élus respectivement en octobre 1872 et avril 1873, alors qu'ils avaient échoué le 8 février 1871.

9Cependant, lors des consultations suivantes, la République marque le pas. Aux élections du 20 février et 5 mars 1876, l'Aquitaine manifeste sa personnalité en votant à contre-courant du pays, dans 3 départements sur 5 ; les conservateurs sont majoritaires dans les Landes et en Dordogne, et comptent autant de députés que les républicains dans les Basses-Pyrénées. La répartition par étiquette des échecs préalables illustre ce revers républicain (tableau 8).

Tableau 8 - Les échecs préalables en 1876

Tableau 8 - Les échecs préalables en 1876

10Aux élections anticipées de 1877, les Républicains demeurent majoritaires, ne perdant qu'une quarantaine de sièges. Ce léger reflux se traduit dans la région par une reconquête de la droite, en particulier dans les trois départements précités où son ancrage était déjà solide. Les sept échecs préalables, dont trois en Dordogne, sont à mettre au passif des républicains. Au contraire le comte de Luppé et Maréchal, battus en 1876, sont élus.

11Au terme des six premières années de la République, et après quatre consultations électorales importantes, on dénombre 34 échecs préalables, soit quatre fois plus que lors des quatre consultations postérieures.

12A partir de 1881, le nombre des échecs préalables est faible ; il s'établit en moyenne à quatre par législature. Ce phénomène s'accompagne d'une baisse notable des battus momentanés de gauche. Après la tempête des premières années, la République est définitivement acceptée par l'opinion. La grande majorité des députés et sénateurs entrent alors au Parlement à leur première tentative ; c'est l'œil du cyclone.

13L'Entre-deux-guerres présente des caractères analogues aux dix premières années du régime. Plus de la moitié des échecs de cette période se produisent en 1919. Certes, l'Aquitaine reste à gauche, avec 21 élus en 1919 (dont 8 nouveaux), contre 17 de droite (dont 12 nouveaux). Elle est donc un môle de résistance relative au Bloc National. Mais l'empreinte de la Chambre bleu horizon est visible au niveau des échecs. Les nouveaux candidats de gauche sont provisoirement battus dans plus de 50 % des cas ; ils sont 9 à échouer contre 5 postulants de droite seulement (tableau 9).

Tableau 9 - Les échecs préalables en 1919

Tableau 9 - Les échecs préalables en 1919
  • 5 La campagne électorale des députés sortants de gauche a insisté sur les relations entre les candida (...)
  • 6 Champetier se présentait, il est vrai, sur une liste comprenant des candidats de l'Action Française

14Seules les Basses-Pyrénées, comme en février 1871, sont à contre-courant5, Castagnet et Champetier de Ribes, futur Président du Conseil de la République en 1946, sont battus.6 Mais en Dordogne, trois candidats radicaux socialistes sur quatre échouent : Delbos, Bonnet et Faugère ; même phénomène en Gironde où trois futurs parlementaires de gauche sont battus.

  • 7 La gauche était divisée, des radicaux nationaux s'étant portés sur la liste Bérard, et non sur cell (...)
  • 8 Les raisons en sont locales, ces personnalités n'étant pas encore implantées à l'endroit où elles s (...)

15Les élections de mai 1924 amènent le succès du Cartel des Gauches, en Aquitaine comme presque partout ailleurs, sauf...dans les Basses-Pyrénées7. En Dordogne, la liste cartelliste devient majoritaire en sièges et deux grands ministres de la fin de la Troisième République, Yvon Delbos et Georges Bonnet, sont élus ; dans le même temps, le socialiste Adrien Marquet réussit enfin à conquérir un mandat national après avoir échoué en 1910, 1914 et 1919. Cependant, la répartition par étiquette des échecs préalables n'est pas représentative de la victoire du Cartel, plusieurs futurs élus de gauche ayant été battus lors de ce scrutin.8

16On note que les échecs multiples sont de plus en plus marqués à gauche. En 1932, les communistes Philippot et Loubradou sont battus respectivement pour la troisième et la quatrième fois. Ils sont élus en 1936, au moment où le Front Populaire est porté au pouvoir.

17Au total, la périodisation des échecs préalables laisse apparaître un profil très irrégulier, marqué par cinq pointes sur 17 scrutins, dans les années 1871-77 et en 1919, années déterminantes pour la genèse, puis pour la régénération de la République après le cataclysme de la Grande Guerre.

  • 9 Soit 21,9 %, deux points de moins que la statistique générale des échecs préalables.

18Les raisons de l'échec préalable sont multiples. Avoir un parent qui exerce ou a exercé un mandat électif est un léger avantage qui permet quelquefois d'éviter l'échec préalable. Parmi les 146 parlementaires dans ce cas, 32 seulement ont été battus avant leur élection.9 Les trois quart d'entre eux appartiennent à la première période ; être né dans le sérail n'est pas alors une garantie de succès, en raison du climat politique des années 1870-80, qui se cristallise autour de l'alternative : pour ou contre la République. En revanche, le rôle du lien familial revêt par la suite un caractère plus déterminant, dans la mesure où seulement 10 % des candidats dont un parent est un élu, quelle que soit la période considérée, ont essuyé un revers. Le "coup de pouce" est donc plus efficace après 1893.

  • 10 C'est à dire 37 %, alors qu'un quart à peine de l'ensemble des parlementaires était dans ce cas à l (...)

19L'absence d'implantation locale explique dans bien des cas l'échec préalable. 30 des 81 qui sont restés provisoirement à la porte du Palais-Bourbon et du Sénat n'exercent au moment de leur défaite aucun mandat local.10 Parmi eux, des personnalités comme Georges Bonnet, Adrien Marquet ou Auguste Champetier de Ribes. A fortiori le parachutage est malaisé ; ainsi Georges Mandel, battu en région parisienne en 1910, est candidat dans les Basses-Alpes en 1914 ; il échoue de nouveau. Parachuté encore une fois en Gironde aux législatives de 1919, il est enfin élu, son absence d'enracinement étant compensée par la vague clémenciste, ce qui amène à poser un autre type de problème.

20Un contexte politique défavorable est également une cause majeure d'échec ; ainsi pour Marcel Philippot, communiste, figure locale de longue date dans le Lot-et-Garonne, candidat en 1924. Cet exemple : bonne implantation locale, membre d'un parti à faible audience national, est l'inverse de celui de Georges Mandel. Les atouts locaux ne permettent pas d'éviter l'échec. En revanche, l'explication des succès ultérieurs de Mandel et de Philippot est la même : simplement la vague nationale n'est plus celle du clémencisme mais du Front Populaire. Philippot échoue aux élections de 1924, de 1928, de 1932, à une époque où son parti est marginalisé sur l'échiquier politique, car refusant tout compromis électoral avec les autres partis de gauche. Il est élu en 1936, bénéficiant de la stratégie nouvelle adoptée par Moscou et les instances nationales du parti communiste.

21Au pire, le candidat peut cumuler les handicaps ; quelques personnalités sont dans ce cas, dont Yvon Delbos ; battu à sa première tentative à la députation en 1919, dans le contexte du triomphe du Bloc National, Delbos n'exerce en outre à l'époque aucune fonction locale. Il parvient à gommer ce handicap en devenant conseiller d'arrondissement en 1922, et est élu en 1924, porté par la dynamique du Cartel des Gauches.

22On peut distinguer, pour conclure, les raisons "conjoncturelles" des échecs préalables, liées à la situation politique au moment du scrutin, et les raisons "structurelles", liées à la stature du candidat et à ses origines géographiques et familiales. Les deux types de facteurs se combinent dans bien des cas pour expliquer un revers électoral. Un notable local, même s'il est connu de longue date, n'a pratiquement aucune chance d'être élu s'il n'est pas porté par un courant politique favorable ; au contraire un parachuté appartenant à un courant dominant a des chances réelles, moindres toutefois qu'une figure locale de même famille politique. Si les facteurs structurels constituent un atout favorable, la conjoncture demeure toujours l'élément déterminant.

2 - Jeunes élus, nouveaux élus

23Sur les 337 élus aquitains des années 1870-1940, 312 entament effectivement leur carrière parlementaire après 1870 tandis que 25 ont précédemment siégé dans les assemblées de la Monarchie de Juillet, de la Seconde République ou du Second Empire. S'interroger sur l'âge d'entrée dans la carrière sous la IIIe République revient donc à se pencher exclusivement sur le premier de ces deux groupes. Outre une périodisation inévitable, il est aussi nécessaire de distinguer entre ceux qui font leurs premiers pas parlementaires à la chambre et ceux qui accèdent directement au Sénat (tableau 10).

Tableau 10 - Age moyen des parlementaires aquitains en début de carrière

Tableau 10 - Age moyen des parlementaires aquitains en début de carrière
  • 11 Y compris Lambert Sainte-Croix et Léon Say élus respectivement pour la première fois en Aquitaine e (...)

Note 1111

24L'abaissement de l'âge d'entrée au parlement est sensible entre les débuts de la IIIe République et la Belle Epoque. Il se stabilise à partir de là. Cette évolution a également concerné tant les députés que les sénateurs au point qu’entre les uns et les autres, l'écart d'âge en début de carrière est resté constant, autour de dix ans.

25Au delà des moyennes, il convient de s'intéresser à la répartition des nouveaux élus par catégories d'âges (tableau 11.)

Tableau 11 - Structures par âges des nouveaux élus

Tableau 11 - Structures par âges des nouveaux élus
  • 12 Tricard-Graveron fut en outre le plus jeune ministre de la IIIe République.
  • 13 Sont également élus avant l'âge de 30 ans (à 29 ans précisément) : en Dordogne, François Sarlande e (...)

26Rares ont été tout au long de la période les débuts de carrière précoces. Moins de 3 % des élus aquitains sont entrés au parlement avant l'âge de 30 ans. Les plus jeunes accèdent à la chambre des députés à 26-27 ans : 26 ans pour Pierre Dupuy élu en Gironde en 1902, 27 ans pour Louis Barthou élu dans les Basses-Pyrénées en 1889, pour Georges Chaigne et Pierre Tricard-Graveron12 respectivement élus en Gironde et en Lot-et-Garonne en 1914 et en 192813.

27A l'autre extrémité de la pyramide des âges, en Dordogne, Paul Dupont entre dans la carrière à 80 ans, par la porte du Sénat en 1876 et Léon Fourcand est élu pour la première fois comme député de la Gironde en 1881 à l'âge de 75 ans.

28C’est durant la période 1893-1918 que le recrutement des nouveaux parlementaires s'est effectué parmi les générations les plus jeunes. Durant ces années, un nouvel élu sur trois a moins de 40 ans contre un sur quatre entre 1871 et 1892 d'une part, 1919 et 1940 d'autre part. En sens inverse, les plus de 50 ans qui comptent pour environ 40 % des nouveaux députés et sénateurs au début de la IIIe République comme durant l'Entre-deux-guerres forment moins du tiers de ceux-ci entre 1893 et 1918.

  • 14 Part des 50-59 ans parmi les nouveaux parlementaires : 1871-1892 = 27,9 % ; 1893-1918 = 24,4 % ; 19 (...)

29Plus finement, nous pouvons observer entre 1871 et 1892 d'une part, 1893 et 1918 de l'autre, une régression de moitié (de 15,4 % à 7,3 %) des plus de 60 ans parmi les nouveaux élus, élément majeur qui explique, en terme statistique, l'abaissement de l'âge moyen des nouveaux parlementaires entre le début de la IIIe République et la Belle Epoque. Ce recul, comme celui plus faible, des 50-59 ans (moins 3,5 %) a bénéficié surtout à la génération des trentenaires (sa part passe de 22,9 % à 29,3 % parmi les nouveaux élus) et secondairement à celle des quadragénaires (plus 3,8 %). Ce processus de rajeunissement dans le recrutement des élites parlementaires de la région cesse après la Première Guerre mondiale. Entre 1919 et 1940, les quinquagénaires voient s'accroître leur part parmi les nouveaux venus au delà des positions qu'ils occupaient au début de la IIIe République14.

30Pour ce qui est des seuls députés, les chiffres de l’âge moyen à la première élection, calculés pour chaque législature, font apparaître de sensibles contrastes (tableau 12). Les députés qui entrent dans la carrière au début ou dans le courant de la première législature (1871-1876) ont un peu plus de 50 ans d'âge moyen. Ceux qui débutent en 1914 dépassent à peine 37 ans. Le mouvement de rajeunissement dans le recrutement des membres de la chambre des députés a été presque continu entre les débuts de la IIIe République et la Première Guerre mondiale. Le tableau montre en outre que la tendance au vieillissement, caractéristique de l'après Grande Guerre, est nette dès 1919. 1914-1918 apparaissent bien ici comme des années tournant.

Tableau 12 - Age moyen des députés à la première élection

Députés élus entre ou en

Ensemble des députés

Députés de droite

Députés de gauche

1871-75

50,2

50,3

50,2

1876

47

46,9

47,3

1877-80

46,5

43,7

42,9

1881-84

48,4

*

49

1885-88

44

49,7

41,6

1889-92

46,2

53,1

42,5

1893-97

43,9

44,2

43,8

1898-1901

46,6

45,3

47,5

1902-05

43,4

44,3

42,4

1906-09

41,2

45,3

39,2

1910-13

46,1

51,2

44,2

1914-18

37,1

* *

40,4

1919-23

48,4

47,9

49,1

1924-27

42,9

38

44,4

1928-31

48,9

43,6

51,9

1932-35

46,1

46,1

46,1

1936-40

43,8

* * *

45

* un seul élu : F. Léglise (Landes), 38 ans.
** deux élus seulement : G. Chaigne (Gironde), 27 ans ; J. Ybarnégaray (B.-Pyr.) 31 ans
*** un seul élu : J.-L. Tixier-Vignancour (B.-Pyr.) 29 ans.

31Dans l'analyse de ces chiffres, il faut tout d'abord faire la part de hasards possibles. Par exemple, les nouveaux élus de 1906-1909 ne sont qu'au nombre de 6, ceux de 1914 sont 7 et entre 1898 et 1902, les électeurs aquitains n'ont envoyé au Palais-Bourbon que 8 nouveaux élus. Au sein de groupes aussi étroits, la distribution des caractères, en l'occurrence du caractère démographique, n'est pas toujours normale. Les disparités, gommées lorsque l'on traite une série nombreuse, conservent leur relief lors de l'étude de groupes numériquement étriqués. Cependant, le mouvement d'ensemble décrit par la courbe des âges moyens des nouveaux parlementaires présente assez de cohérence pour que l'on n'ait pas à s'arrêter plus que nécessaire sur les phénomènes de contingence.

32Considérer l'orientation dominante à droite ou à gauche des nouveaux élus, en tenant compte de leurs étiquettes respectives, éclaire les différences que nous observons. Car, selon les tendances d'appartenance, les députés entrent en moyenne à des âges sensiblement différents à la chambre (tableau 13).

Tableau 13 - Etiquette politique des députés aquitains et âge moyen d'entrée à la chambre

Tableau 13 - Etiquette politique des députés aquitains et âge moyen d'entrée à la chambre

33Aux deux extrêmes de l'échiquier politique, les élus entrent moins jeunes à la chambre que leurs collègues qui se situent au centre. Cette opposition du centre et des marges, est un clivage essentiel, l'opposition droite-gauche revêtant un caractère secondaire. Or, si l'on se souvient que les nombreux élus des années 1893-1914 appartiennent au centre-gauche et au centre-droit et que ces étiquettes sont moins fréquentes parmi les nouveaux parlementaires des périodes antérieure et postérieure, on tient ici une des clés d'explication aux disparités et évolutions révélées par le tableau 12.

34Sans perdre de vue ces considérations, il nous semble également important de nous arrêter sur les phénomènes de génération, de rupture ou de changement politique. La notion de génération telle que nous l'entendons n'a pas seulement une signification biologique. Pour être plus précis, disons que les données de l'histoire politique de la IIIe République n'ont pas été sans interférer sur les débuts de carrières, soit en favorisant des débuts précoces, soit en retardant l'accès à la chambre.

  • 15 Il n'y a pas de différence sur ce plan entre légitimistes (8 nouveaux élus, âge moyen 50 ans) et re (...)

35De la sorte, pouvons-nous comprendre que les députés aquitains qui entrent dans la carrière en février 1871 et à l'occasion des scrutins complémentaires suivants sont de tous les nouveaux élus de la IIIe République ceux qui accèdent le plus tardivement à la chambre, à droite (50,3 ans)15 comme à gauche (50,2 ans). Tout se passe comme si un certain nombre de carrières qui auraient dû s'engager avant 1870 ne l'avaient pu jusque-là, compte tenu du malthusianisme parlementaire du régime impérial d’une part, de la reconduction des sortants comme candidats officiels dans le camp du pouvoir d'autre part et enfin, de l'abstention des opposants ou des entraves apportées aux candidatures légitimistes à droite, républicaines à gauche. De la sorte, bien des carrières parlementaires débutent de façon différée, dans le contexte de l'élection d'une assemblée nationale nombreuse, à la faveur de l'effacement des hommes de l'Empire et d'un système politique discrédité par l'échec de Sedan.

36Il est évident que, dès l'élection de 1876 et plus encore lors des scrutins suivants, les effets de l'épisode du Second Empire sur la biographie parlementaire des nouveaux élus, sont d'une incidence de plus en plus réduite. L'âge d'entrée dans la carrière tend donc assez naturellement à diminuer, à droite comme à gauche, pour se stabiliser à 45-47 ans au tournant des années 1880. Le sursaut conservateur de 1885 et le scrutin de 1889 se soldent à droite par l'élection de nouveaux députés atteignant ou dépassant la cinquantaine en moyenne. A peu de chose près, ces parlementaires appartiennent à la même génération que les nouveaux élus de 1876-1877, c'est-à-dire à un groupe d'hommes, qui nés sous la Monarchie de Juillet, avaient mené la lutte contre la république des opportunistes lors de la crise du Seize Mai. Là sont les derniers succès électoraux de cette génération. Dans les années 1890, la question du ralliement qui divise les monarchistes, les démobilise et marque la fin de nombreuses carrières, a aussi pour effet de promouvoir sur le plan parlementaire une nouvelle génération d'hommes de droite, jeunes (44 ans), moins marqués par les luttes du passé que leurs prédécesseurs et à même de reprendre le flambeau "du parti de la Résistance" tout en s'adaptant. Les générations nées dans la décennie 1850 fournissent la droite en nouveaux élus jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale.

  • 16 La poussée radicale de la Belle Epoque explique le rajeunissement du recrutement de l'ensemble des (...)

37À gauche, dans le camp républicain, le passage du témoin parlementaire entre la génération arrivée à l'âge de l'engagement politique avant 1848 et celle née après cette date s'opère à partir de 1885. Le type du nouvel élu de gauche des scrutins de 1889, 1893 et 1898 appartient à ces générations montantes dont certains éléments, tel Louis Barthou, furent appelés à de longues carrières. Entre 1898 et 1914, la poussée du radicalisme s'accompagne de l'élection d'une quinzaine de nouveaux députés de gauche dépassant à peine la quarantaine. Avec eux, les premiers éléments nés sous la IIIe République accèdent au Palais-Bourbon16.

  • 17 Encore cette dernière moyenne inclut-elle Renaud Jean élu en 1920 en Lot-et-Garonne à l'âge de 33 a (...)

38Les élections qui suivent la Première Guerre mondiale en 1919-1920 renforcent à la chambre de députés la place des élus aquitains appartenant à cette génération nouvelle : les nouveaux élus à la chambre bleu horizon ont un peu plus de 48 ans d'âge moyen. À droite et au centre-droit, les nouveaux députés ont en moyenne 47,9 ans. À gauche, les nouveaux venus sont plus âgés, 49,1 ans17. Cette génération de 1870 domine le groupe des nouveaux élus de gauche jusqu'en 1932. Les choses sont en réalité un peu plus complexes. Prenons l'exemple du scrutin de 1924. Les nouveaux députés de gauche (âge moyen, 44,4 ans), au nombre de 13, se rangent en deux groupes. Le premier (48,5 ans) rassemble des figures politiques locales déjà anciennes mais accédant tardivement au Palais-Bourbon, tel Teyssier en Gironde (62 ans). Le second (37,8 ans) se compose de jeunes élus qui accèdent au Palais-Bourbon à la faveur du succès du Cartel, notamment en Dordogne avec le triumvirat Bibié-Bonnet-Delbos (respectivement 33,35 et 39 ans) ou en Gironde avec Adrien Marquet (40 ans). À bien des égards, 1924 répète ici les élections du temps de la République radicale (1898-1914) et figure comme un scrutin de transition. Mais la génération de gauche des années 1880-1890 ne pénètre vraiment en nombre à la chambre que lors des scrutins de 1932 et de 1936 alors qu'à droite le relais entre les générations se fait dès 1924.

  • 18 L’ensemble de ce paragraphe a été rédigé par Eric Bonhomme. 26 parlementaires ont combattu pendant (...)
  • 19 Après déduction de ceux dont la carrière s'interrompt en 1919 et de Georges Chaigne, mort en 1915.
  • 20 Félix Gadaud, Louis Lorin, le communiste Renaud Jean, Robert David, battu en 1914 et réélu en 1919 (...)
  • 21 A trois exceptions près : Filhoud Lavergne, Portmann et La Myre-Mory, tous les anciens combattants (...)

39Notons que 55 parlementaires ont combattu pendant la Grande Guerre ; 3 ont participé aux deux guerres mondiales18. Sur les 55, 39 ont été décorés : Légion d'Honneur ou Croix de Guerre et pour 16 d'entre eux, les deux décorations. Une douzaine ont été promus. Maxence Bibié, parti soldat, revient capitaine comme Auguste Champetier de Ribes, sergent à l'automne 1914. Pierre Chaumié, mobilisé soldat, termine la guerre au grade de lieutenant. Comme partout en France, le poids des anciens combattants est très élevé dans la représentation parlementaire de l'après 1918 (41 %). Mais sur ces 52 élus19, 11 l'avaient été avant août 1914 : 7 seulement entrent au Parlement en 1919, 3 lors d'élections partielles en 1920. Parmi ces dix hommes, la moitié sont de gauche20. Il n'y a donc pas eu d'effet "bleu horizon" massif dans le Sud-Ouest en 1919 ou plutôt celui-ci a été différé, se répartissant dans le temps : 11 anciens combattants entrent au Parlement en 1924 dont 8 sont des élus du Cartel. Près des trois quart des anciens combattants aquitains de la Grande Guerre devenus députés appartiennent ainsi à des formations de gauche, à l'image de Robert Bezos, député des Landes, élu du Front Populaire et président de la Fédération des Combattants Républicains. On est bien loin de la France des ligues21.

40Ainsi, droite et gauche en Aquitaine ont-elles mobilisé les générations successives dans leur représentation parlementaire selon des rythmes différents, des cadences particulières, inspirées ou imposées par leur propre histoire. Dans chaque camp, le rajeunissement des nouveaux élus a correspondu à une ouverture vers des horizons politiques eux-mêmes nouveaux ou à des adaptations à des circonstances nouvelles : à droite, la disparition du monarchisme comme force politique influente, le ralliement ; à gauche, la percée du radicalisme. Le mouvement général n'a pas été sans incidence sur le contenu du débat contradictoire. L'affrontement droite-gauche dans les années de l'Entre-deux-guerres ne se pose pas autour des mêmes thèmes qu'en 1870-1880. Cela est dû bien sûr à l'évolution politique, socio-économique du pays et au changement de la situation internationale. Mais cela s'explique tout autant par la promotion parlementaire incessante de groupes d'élus aux sensibilités et aux références historiques différentes de celles de leurs prédécesseurs.

41Les données relatives à l'âge d’entrée des nouveaux députés dans la carrière sont à compléter en considérant celles concernant l'ensemble des élus au Palais-Bourbon (tableau 14).

Tableau 14 - Age moyen des députés aquitains (1870-1940)

Chambre élue en

Age moyen (en années)

1871

53,1

1876

50

1877

49,1

1881

50,9

1885

48,8

1889

49,5

1893

46,5

1898

48,9

1902

47,4

1906

49,1

1910

49,4

1914

48,7

1919

50,6

1924

48,8

1928

51,9

1932

50,4

1936

47,1

42L'évolution n'est pas contestable : l'âge moyen des députés aquitains a tendu à s'abaisser entre 1871 (53,1 ans) et la fin du siècle. Il atteint son niveau le plus bas au tournant des années 1900 (46-48 ans) et se relève dès le scrutin de 1906. Le vieillissement du personnel parlementaire local est donc antérieur au premier conflit mondial. Durant l'Entre-deux-guerres, la tendance se confirme et l'on retrouve les niveaux des débuts du régime. Sous réserve d'inventaires régionaux supplémentaires, les chiffres aquitains montrent que l'image d'une IIIe République finissante aux mains d'une gérontocratie parlementaire mérite les plus vives nuances. En matière de comparaison, tout est affaire de références. Les élus de 1919, de 1928 ou de 1932 ne sont pas plus âgés que ceux de 1871, de 1876 ou de 1881 : tous atteignent ou dépassent en moyenne la cinquantaine. La représentation parlementaire aquitaine la plus jeune est celle désignée en 1893 (46,5 ans). Mais les élus de 1936 (47,1 ans) sont à peine plus vieux.

43En outre, l'âge des élus de gauche calculé au début de chaque législature (49,1 ans) est sensiblement inférieur à celui des élus de droite (50,3 ans). Dans le détail (tableau 15), nous ne retrouvons pas, par tendance politique, la distribution originale des âges moyens que nous avons mise en évidence lors de l'étude des débuts de carrières.

Tableau 15 - Tendance politique et âge moyen de l'ensemble des députés en début de législature (en années)

Tableau 15 - Tendance politique et âge moyen de l'ensemble des députés en début de législature (en années)

44L'apport essentiel de notre tableau est cependant de souligner que les députés aquitains de gauche sont durant l'Entre-deux-guerres, aussi âgés, sinon plus que leurs collègues de droite, situation tout à fait nouvelle par rapport aux périodes précédentes. Ainsi donc, le vieillissement relatif de personnel élu à la chambre après 1914 — phénomène que notre tableau montre également — tiendrait uniquement à l'élévation de l'âge moyen des élus de gauche.

45Le tableau 16 permet de nuancer ces chiffres globaux et d'aller plus loin en envisageant le rapport des âges entre élus de droite et de gauche sur l'ensemble de la période 1871-1936. Il fait apparaître des évolutions au profil différent, amples à gauche, plus saccadées à droite. L'inégalité numérique des deux groupes d’élus — rappelons que les députés de gauche sont plus nombreux que ceux de droite — et donc l'effet éventuel d'une distribution anormale ou hasardeuse des âges parmi les seconds ne rendent pas compte de la différence des profils. Pour la période 1871-1889 et deux échantillons d'importance à peu près égale, nous relevons en effet la même opposition d'ensemble. Les deux profils renvoient donc avant tout à deux histoires politiques particulières de la droite et de la gauche.

Tableau 16 - Age moyen des députés aquitains de gauche et de droite (1871-1936)

Chambre élues en

Députés de gauche

Députés de droite

1871

54,2

52,5

1876

52,3

48,6

1877

50,5

48,6

1881

49,3

53,7

1885

47

51,5

1889

46,4

54,3

1893

46

47,8

1898

49,3

45,2

1902

48

46,6

1906

47,7

51.8

1910

48,7

51

1914

49,2

46,8

1919

51,8

49,2

1924

48,3

49,7

1928

53,1

49,9

1932

48,5

56,9

1936

48,2

42,7

46Au début de la IIIe République (scrutins de 1871, 1876 et 1877), les élus de gauche sont assez nettement plus âgés que ceux de droite. Le rapport s'inverse radicalement ensuite (élections de 1881, 1885, 1889). C'est que, de 1871 à 1889, l'âge moyen des élus du "parti du Mouvement" n'a pas cessé de diminuer (54,2 ans en 1871, 46,4 ans en 1889). Cet abaissement s'explique par l'effacement rapide après 1871, soit par décès ou retrait, soit par élection au Sénat de la génération républicaine de 1848-1851 revenue au Palais-Bourbon au lendemain du 4 septembre. Il s'explique aussi par un renouvellement continu des élites républicaines. Ce dernier processus s'observe aussi à droite mais à un rythme plus ralenti : les élus de 1881 appartient à la même génération que ceux de 1877 ; les élus de 1889 à celle de 1885. En revanche, à droite toujours, l'élection de 1893 s'accompagne d’un rajeunissement brutal des élus dont l'âge moyen atteint 48 ans contre 54 ans lors du scrutin précédent. Nous retrouvons ici la césure chronologique majeure que l'étude des débuts de carrière a déjà révélée. Ces élections de 1893 marquent le début d'une période pendant laquelle, d'un scrutin à l'autre, la moyenne d'âge des députés aquitains de droite et de gauche est peu différenciée (élections de 1893, 1898, 1902). A partir de 1906, cette moyenne se relève progressivement et de façon presque continue à gauche, les victoires électorales de 1924, 1932 et 1936 se soldant par un rajeunissement des élus, les défaites — 1919 et 1928 — par un vieillissement. A droite, le relèvement brutal de l'âge moyen des élus en 1906 est suivi d'une phase de rajeunissement relatif (1914) puis de stabilisation (1919, 1924, 1928) : les élus de droite sont alors plus jeunes que ceux de la gauche. Mais la droite parlementaire locale ne se renouvelle guère. En 1932, elle est notamment représentée par deux caciques presque octogénaires, Georges Leygues en Lot-et-Garonne, et Eugène Buhan en Gironde. Leur disparition l'année suivante ouvre la voie à un net rajeunissement qui s'opère en 1936.

47Le rapprochement des tableaux 12 et 14 nous suggère une conclusion : pour une élection donnée, il existe une corrélation étroite entre l'âge d'entrée dans la carrière des nouveaux députés et l'âge de l'ensemble des élus au même moment, au moins jusque vers 1906-1910. La relation est plus lâche au-delà de cette date. La tableau 17 reprend par grande période l'ensemble de ces données.

Tableau 17 - Débuts de carrière et vieillissement du personnel parlementaire aquitain

Tableau 17 - Débuts de carrière et vieillissement du personnel parlementaire aquitain

48L'âge moyen plutôt élevé des élus dans les années 1871-1892 s'explique donc largement par des débuts de carrière tardifs. Et si les députés des années 1893-1914 sont plus jeunes, c'est aussi qu’ils entrent plus tôt dans le métier. En revanche, ce type de relation ne peut être globalement observé pour la période postérieure à la Première Guerre mondiale, loin s'en faut. L'arrivée de nouveaux élus finalement assez jeunes n'engendre pas un rajeunissement de l'ensemble du corps parlementaire local. Ainsi, dans l'analyse des structures démographiques du personnel politique aquitain, la question primordiale est, avant 1914, moins celle de l'âge des élus à un moment précis que celle de leur âge à la première élection. Rajeunissement et vieillissement des députés reflètent essentiellement l'évolution de cette variable. La stabilité des sortants intervient comme variable secondaire. Après 1914, le rapport entre les deux facteurs paraît plus équilibré.

II - "CES MESSIEURS DU PARLEMENT"

49Au sens strict, les parlementaires de la IIIe République sont ceux dont toute la carrière au Palais-Bourbon ou au Palais du Luxembourg s'inscrit dans une séquence comprise entre les deux dates bornes de 1870 et de 1940 : 302 élus aquitains sont dans ce cas ; 25 autres ont entamé leurs carrière antérieurement à 1870 et 10 l'achèvent après la Deuxième Guerre mondiale. L'ensemble des 337 députés et sénateurs forme le corps des parlementaires ayant représenté la région sous la IIIe République.

1 - Rescapés et revenants

  • 22 Il s'agit de Bosredon et de Pierre Magne en Dordogne ; de Béhic, David, Dréolle, Hubert-Delisle, Jo (...)

50Peu nombreux sont les anciens élus du Second Empire, bonapartistes ou non, à figurer parmi les parlementaires aquitains au début de la IIIe République : douze soit 7,5 % des députés et sénateurs des années 1871-189222. 1870 est bien accompagné, comme on pouvait s'y attendre, de l'effacement de la classe parlementaire en place à la fin du régime impérial. Parmi les rescapés du régime défunt, nous trouvons, à côté d'anciens et simples députés au corps législatif, les plus nombreux, et dont certains furent des notabilités municipales tel Labat, maire de Bayonne entre 1852 et 1869, un ex-sénateur (Hubert-Delisle en Gironde), trois anciens ministres (Béhic. David et Magne) et enfin une des grandes figures du légitimisme, Charles Chesnelong, "le pape d'Orthez".

  • 23 Citons ici l'exemple d'Augustin Dariste, un des chefs du bonapartisme local dans les Basses-Pyrénée (...)

51Sur ces 12 parlementaires aquitains de la période impériale ayant politiquement survécu à l'échec de Sedan, 3 sont élus dès février 1871 (Johnston, Larrieu et Magne). Nous pouvons leur ajouter Chesnelong qui accède à la chambre en 1872 à la faveur d'une élection partielle. Les 9 autres retrouvent un siège en 1876 (dont deux, Hubert-Delisle et Noubel au Sénat) après donc une très brève éclipse politique. Leur carrière sous le nouveau régime est plutôt brève : 8,3 ans en moyenne. Les plus longues sont celles de Jules Labat, député de Bayonne de 1876 à 1893 et celle de Chesnelong député d'Orthez (1872-1876) puis sénateur inamovible des Basses-Pyrénées jusqu'à sa mort en 1899. Ces deux cas mis à part, la durée moyenne de la carrière parlementaire des anciens élus de l'Empire s'abaisse à 5,6 ans et aucune, sauf celle de Guilloutet dans les Landes ne va au delà de 1885. À ce moment-là, en Aquitaine, le bonapartisme comme force politique disparaît en même temps que la génération qui l'a porté. Les députés bonapartistes sans passé parlementaire antérieurement à 1870 et élus au début de la IIIe République connaissent le même sort à peu près au même moment23.

52Béhic et Magne avaient siégé sous la Monarchie de Juillet ; à côté d'eux nous trouvons dans les rangs des parlementaires aquitains deux autres élus de la période Louis-Philippe : Daguenet qui représenta les Basses-Pyrénées pendant 12 ans (1836-1848) et Malleville, député de la Dordogne (1837-1845) puis pair (1846-1848). Tous deux retrouvèrent leur fonction de législateur en 1871 après une longue parenthèse de 23 ans, tous deux également achevèrent leur carrière au Sénat, Daguenet au centre-droit (1876-1882) et le marquis de Malleville comme inamovible (1875-1889).

  • 24 A côté d'Hubert-Delisle, de Larrieu et de Magne, la liste des anciens élus de la IIe République com (...)
  • 25 Rentré en France, Baze reprend rang parmi les chefs du parti républicain en Lot-et-Garonne ; aux él (...)
  • 26 En Espagne, Duclerc fut administrateur de la société de canalisation de l'Ebre puis directeur du cr (...)
  • 27 Nous trouvons aussi, bien sûr, des victimes du coup d'Etat de 1851 parmi les élus républicains d'ap (...)

53Dans les assemblées parlementaires du début de la IIIe République, les anciens élus des années 1848-1851 ne sont pas en reste, compte tenu de la distance chronologique séparant le milieu du siècle de la refondation de la république. Nous en dénombrons 14 parmi lesquels Hubert-Delisle, Larrieu et Magne, déjà cités, élus également sous l'Empire24. Les autres avaient vu leur carrière s'interrompre, soit à la suite d'un échec électoral en 1849, soit en raison du coup d'Etat de 1851. Jean Baze est l'archétype des victimes parlementaires du 2 décembre. Député du Lot-et-Garonne depuis 1848, il est en octobre 1851 un des auteurs de la proposition des questeurs visant à protéger l'assemblée contre toute tentative éventuelle de coup de force. Arrêté dans la nuit du 2 décembre, il est conduit à la prison de Mazas où il est détenu pendant un mois avant d'être expulsé du territoire. Réfugié à Liège, il ne rentre en France qu'après l'amnistie d’août 185925. Pour d'autres élus, la période 1852-1870 est celle d'une sorte d'émigration intérieure ou d'un exil volontaire à l'étranger, ainsi de Duclerc, député des Landes (1848-1849), parti faire ses affaires en Espagne26. 1871 est une revanche pour les opposants à l'Empire27 et anciens élus de 1848, légitimistes comme Elie de Dampierre dans les Landes, républicains avancés comme Pascal Duprat dans le même département, républicains d'ordre comme dans les Basses-Pyrénées Jules de Lestapis, partisan de Cavaignac en son temps.

  • 28 Quatre exceptions à ce schéma : les carrières de David, Hubert-Delisle, Magne et Noubel, tous parle (...)

54Leur carrière sous la seule IIIe République est d'ailleurs sensiblement plus longue que celles des rescapés de l'Empire puisqu'elle dépasse 10 ans en moyenne. La carrière de Marcel Barthe, député des Basses-Pyrénées de 1871 à 1882 puis sénateur jusqu'à sa mort en 1900 mise à part, cette moyenne se situe autour de 8 ans et demi. Au total, rescapés et revenants des diverses assemblées parlementaires antérieures à 1870 ont eu une carrière longue de 15 ans et demi en moyenne dont 10 ans au service de la IIIe République. Les mandats exercés après 1870 correspondent à des fins de carrière, non à des carrières finissantes28. Au demeurant, les députés et les sénateurs qui siégèrent exclusivement entre 1870 et 1940 accomplirent des mandats sensiblement plus brefs.

2 - les hommes de la iiie

55Leur longévité parlementaire excède à peine une décennie en moyenne (10,8 ans). Mais il faut tenir compte à la fois des étiquettes politiques (tableau 18) et des profils de carrière (tableau 19).

Tableau 18 - Etiquettes politiques et durée des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

Tableau 18 - Etiquettes politiques et durée des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

(entre parenthèses : nombre de parlementaires)

56Les carrières des élus de gauche (11,9 ans en moyenne) sont plus longues que celle des parlementaires de droite (9,5 ans). Ce constat est dans l'ordre des choses si l'on considère le tempérament politique aquitain. Orienté à gauche, le corps électoral régional a naturellement tendu à reconduire plus facilement dans leurs fonctions les représentants des "partis du Mouvement" que ceux du "parti de la Résistance". Nous reviendrons plus loin sur cette question du renouvellement des élus.

Tableau 19 - Durée moyenne et types de carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

Tableau 19 - Durée moyenne et types de carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

(Entre parenthèses : nombre de carrières)

57En fonction du profil des carrières, les parlementaires qui successivement siègent à la chambre des députés et au Sénat remplissent les mandats les plus amples, de près de 20 ans de durée moyenne. Ce type de cursus n’est pas le plus fréquent, il n'a été le fait que de 48 parlementaires sur 302 (soit 16 %) ; il n'est pas plus commun à gauche qu'à droite (tableau 20).

Tableau 20 - Le cursus des parlementaires aquitains de la IIIe République

Tableau 20 - Le cursus des parlementaires aquitains de la IIIe République

58En confrontant les tableaux 18, 19 et 20, il est facile de montrer que les plus longues carrières sont celles des députés devenus sénateurs, situés du centre gauche (24,1 ans) et au centre droit (23,4 ans). A ces modèles se rattachent la carrière de Louis Barthou, député d'Oloron puis sénateur des Basses-Pyrénées entre 1889 et 1934 (45 ans) ou celle de Chastenet de Castaing, député puis sénateur de la Gironde pendant 36 ans (1897-1933). Au total, un député devenu sénateur sur cinq (10 sur 48) a une carrière parlementaire égale ou supérieure à 30 ans.

  • 29 Ici, les mandats sénatoriaux sont brefs, un peu moins de 7 ans. Ils sont le plus souvent interrompu (...)
  • 30 Joseph de Gontaut-Biron est élu député en mars 1900 à la faveur d'une élection partielle. Dans les (...)

59En moyenne, l'élection au Sénat a lieu après 8,5 ans passés au Palais-Bourbon, soit l'équivalent de deux mandats de députés. Les députés devenus sénateurs ont donc plus longuement siégé à la chambre haute qu'à la chambre basse. Dans 15 cas cependant (sur 48), nous observons une relation inverse29. Devenus sénateurs, les députés aquitains se montrent fidèles à leur nouvelle chambre à l’exception de trois d'entre eux (de Fourtou en Dordogne, Joseph de Gontant-Biron et Léon Say dans les Basses-Pyrénées) qui, après quelques années passées au Sénat, reviennent au Palais-Bourbon : ces retours suivent un échec électoral devant les grands électeurs30.

60L'attachement à la haute-assemblée est par définition incontestable chez ceux des parlementaires qui n'accomplissent d'autre mandat politique national que celui de sénateur ; ce type d'élus, au nombre de 36, est la minorité (12 %) parmi les parlementaires des cinq départements aquitains. Si leur carrière sénatoriale n'est pas très longue, 12 ans environ — l'équivalent d'un premier mandat plus un tiers du suivant — certains de ces élus jouissent d'une longévité parlementaire tout à fait exceptionnelle, particulièrement en terre landaise. Dans ce département, Raphaël Millies-Lacroix est sénateur de 1897 à 1932 (35 ans), Victor Lourties de 1888 à 1920 (32 ans). Leurs fils et neveu respectifs prennent leurs relais entre 1932 et 1940 sans s'être eux non plus précédemment engagés dans une carrière de député. Chez les Millies-Lacroix et les Lourties, la représentation des intérêts landais au Sénat apparaît comme une affaire de famille. Dans les Landes encore, Arthur Latappy est sénateur, et seulement cela, pendant 22 ans (1897-1919) et Ernest Daraignez pendant 20 ans (1920-1940). Au total et pour l'ensemble de la région, 7 des 36 parlementaires qui sont exclusivement sénateurs effectuent un mandat de plus de 20 ans. Avec cette sorte de parlementaires par ailleurs entrés tardivement dans la carrière, à plus de 55 ans en moyenne, nous avons affaire à un type original de notable politique : un élu au conseil général, un maire de chef-lieu de canton, d'une ville de taille petite ou moyenne, un homme engagé dans le tissu des associations locales les plus diverses et que, de longs services rendus aux intérêts publics finissent par désigner aux grands électeurs comme les représentants-nés du département au Sénat.

61Mais les parlementaires aquitains de la IIIe République les plus nombreux (218 sur 302, soit 72 %) ont été exclusivement députés. Redisons-le car il s'agit d'un démenti au sens commun : le cursus député-sénateur n'est pas le plus répandu parmi la notabilité parlementaire régionale. Pis, il a tendu à devenir un chemin de moins en moins fréquenté : 25 % des carrières commencées entre 1871 et 1892 relèvent de ce type, contre 10 % de celles qui débutent entre 1893 et 1918 et seulement 6 % des carrières entamées après 1918. Il est vrai que la rupture de 1940 met un terme à ces carrières avant même qu'elles aient atteint leur plein développement. Il n'en demeure pas moins que deux tiers des parlementaires entrés en fonction durant les deux premières décennies de la IIIe République et les trois quarts de ceux qui sont élus pour la première fois après 1893 n'ont siégé qu'au Palais-Bourbon. Les parlementaires qui furent exclusivement sénateurs représentent 7 % des parlementaires dont la carrière commence entre 1871 et 1892, 13 % parmi ceux qui débutent entre 1893 et 1918, 18 % des élus entrés en fonction entre 1919 et 1940. Ainsi les carrières de député et celle de sénateur ont-elles tendu à devenir autonomes l'une par rapport à Γ autre.

  • 31 Pour permettre la comparaison en annulant l'effet de l'inégalité en nombre des éléments constituant (...)

62Les carrières des simples députés sont brèves : 8,6 ans en moyenne soit environ deux mandats. Mais 16 % des députés (soit 34) accomplissent moins d'un mandat et 22 % (soit 45) quatre mandats au moins. Vingt et un députés siègent pendant plus de 20 ans au Palais-Bourbon. De tous les parlementaires aquitains, Georges Leygues a la carrière la plus longue, 48 ans. Entre 1885 et 1933, le député du Lot-et-Garonne est élu ou réélu 12 fois ! Réparties en fonction de leur durée, les carrières des simples députés se distribuent d'une manière tout à fait originale par rapport aux deux autres types de carrière parlementaire (graphique 2). Sur le graphique 2, l'allongement de la durée moyenne des mandats d'un type de carrière parlementaire à l'autre, prend la forme d'un glissement des colonnes les plus fournies vers la droite de chaque ensemble31. En outre, c'est parmi la catégorie des députés devenus sénateurs que les contrastes internes sur le plan de la durée des carrières sont les moins marqués contrairement aux deux autres groupes qui rassemblent des données plus hétérogènes.

63Revenons à ceux que nous pouvons appeler, par commodité "les députés exclusifs" : dans leurs rangs, les carrières courtes — c'est-à-dire inférieures ou égales à 4 ans (une législature) — sont surreprésentées dans la période de l'Entre-deux-guerres (graphique 3). La moitié des députés (33 sur 64) qui débutent dans cette période et qui ont siégé uniquement au Palais-Bourbon effectuent ainsi un mandat bref contre 40 % de leurs prédécesseurs de 1871 à 1892 et un tiers des députés qui débutent entre 1893 et 1918. En revanche, les longues carrières (plus de 12 ans) sont deux fois plus fréquentes chez les députés entrés au Palais-Bourbon entre 1893 et 1918 que chez leurs prédécesseurs ou leurs successeurs.

64Ainsi la chance, en terme de probabilité, pour un député donné, d'effectuer un long mandat a varié selon les époques. La conclusion vaut pour l'ensemble des parlementaires. Sont entrés en ligne de compte, non seulement les qualités personnelles des élus, l'âge de leur entrée au parlement et leur résistance biologique propre, mais aussi les circonstances politiques générales — la stabilité ou l'instabilité du corps électoral, l'effondrement de 1940 — et, pour les députés, la possibilité de passer du Palais-Bourbon au Palais du Luxembourg.

65Le tournant des xixe et xxe siècles est le moment où tous ces éléments se sont trouvés dans la conjonction la plus favorable. Les générations de nombreux élus de cette période apparaissent ainsi comme nés sous une bonne étoile. Le graphique 4 (p. 54) le montre bien : tous types de carrières confondus, ce sont les élus des années 1893-1897 d’une part et ceux de la période 1902-1905 d'autre part, qui ont connu en moyenne le destin parlementaire le plus long. Après eux, les vagues successives de nouveaux élus entament des carrières sans cesse plus courtes, une quarantaine d'entre elles s'interrompant brutalement en 1940.

66A la chambre des députés, jamais sous la IIIe République les réélections de députés aquitains n'ont été aussi nombreuses qu'entre 1893 et 1914 (tableau 21).

Graphiques 2 et 3 - DURÉE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Graphiques 2 et 3 - DURÉE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Graphique 4 - DURÉE MOYENNE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Graphique 4 - DURÉE MOYENNE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Tableau 21 - La réélection des députés aquitains : le cadre régional

Périodes

Sortants candidats

Réélus

 %

Scrutins de 1876 à 1889

131

85

64.9 %

Scrutins de 1893 à 1914

187

146

78,1 %

Scrutins de 1919 à 1936

142

92

64,8 %

Ensemble

460

323

70,2 %

67Durant cette période 1893-1914, près de 80 % des sortants-candidats sont réélus contre seulement les deux tiers entre 1876-1889 et 1919-1936. En particulier près de la moitié des sortants de 1876, de 1885, de 1889, de 1924 et de 1928 candidats au renouvellement de leur mandat échouent dans leur entreprise.

  • 32 Il s'agit de Lacaze à Oloron et d'Harispe à Mauléon.
  • 33 Pierre TAUZIA, Aspects du ralliement dans les Basses-Pyrénées. Thèse de 3e cycle, Université de Bor (...)
  • 34 Barthou à Oloron, Lafont à Bayonne I, Quintaa à Pau II.
  • 35 Barthou à Oloron, Berdoly à Mauléon, Harriague à Bayonne II, Quintaa à Pau II.
  • 36 Barthou à Oloron, de Gontaut-Biron à Pau II, Harriague à Bayonne II, Pradet-Ballade à Mauléon.
  • 37 Il s'agit de Louis Barthou.
  • 38 Sur les Basses-Pyrénées, voir Jean MICHEU-PUYOU, Histoire électorale des Basses-Pyrénées sous la II (...)

68En revanche, pour un député aquitain de la Belle Epoque, solliciter des électeurs une réélection revient à courir un faible risque d'échec (graphique 4). Assez souvent en effet, la réélection est acquise dès le premier tour sans combat électoral par défaut de candidat. Prenons l’exemple des Basses-Pyrénées. Avant 1893, sur 26 sortants-candidats, 14 sont réélus dont 2 seulement sans concurrent, en 187732. Dans ce département comme ailleurs, le scrutin de 1893 est marqué par la démobilisation de la droite anticonstitutionnelle. Le bonapartisme n’a pas survécu au boulangisme et le royalisme est affaibli par le ralliement. La majorité des monarchistes l'a refusé33. Cette droite "ancienne" restée hostile à la République n'ayant aucune illusion sur les résultats de la compétition électorale ne présente plus de candidat, se désintéresse du scrutin, prêche l'abstention ou le vote blanc : sur les 5 sortants républicains, candidats au renouvellement de leur mandat, 3 sont élus sans adversaires34. En 1898, la démobilisation de la droite ancienne est encore plus forte : les 7 candidats républicains, tous sortants, l'emportent aisément dès le premier tour et 4 d'entre eux sans concurrent35. De même, sur les 6 sortants de 1902 alors reconduits dans leur mandat, 4 le sont avec la même facilité36. À partir de 1900, le gauchissement de la vie politique bas-pyrénéenne est illustré par l'apparition et la multiplication d’étiquettes politiques jusque-là inconnues, radicale, radicale-socialiste, socialiste, annonciatrices de temps nouveaux, de concurrences nouvelles : en 1906, il n'y a plus qu'un seul sortant a être réélu sans adversaire37, il n'y en a plus aucun en 1910. Les conditions générales de la vie politique dans les années 1890-1900 rendent ainsi aisées et fréquentes les réélections. Les carrières sans accrocs qui se déroulent durant cette période acquièrent une certaine ampleur : en 1893, 1898, 1902 et 1906, Louis Barthou est réélu député d'Oloron sans avoir à affronter d'adversaire38. Mais les Basses-Pyrénées offrent un cas limite : durant ces années comme sur l'ensemble de la période 1870-1940 les taux de réélection des sortants-candidats y sont sensiblement plus élevés qu'ailleurs, qu'en Lot-et Garonne et qu'en Gironde notamment (tableau 22). Dans le cas des Basses-Pyrénées, mais aussi des Landes et de la Dordogne, on pourrait parler, si l'on ne redoutait pas d'introduire quelque confusion, d'un certain légitimisme dans le comportement des électeurs.

Graphique 5 - RÉÉLECTION ET RENOUVELLEMENT DES DÉPUTÉS AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Graphique 5 - RÉÉLECTION ET RENOUVELLEMENT DES DÉPUTÉS AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE

Tableau 22 - La réélection des députés aquitains : le cadre départemental

Tableau 22 - La réélection des députés aquitains : le cadre départemental

(Le rapport indique le nombre de réélus parmi les sortants-candidats. Il n’est tenu compte que des élections générales).

69Dans ces conditions, l'on ne saurait être surpris par la faible vitesse de renouvellement de la représentation régionale à la chambre. Sans que cela soit non plus une surprise, la proportion de débutants parmi les élus atteint ses niveaux les plus bas en 1898, 1906 et 1914 et ses plus hauts étiages (1871 étant mis à part bien sûr) en 1876 et en 1924. D'une façon générale, l'on observe un renouvellement un peu plus fort du personnel parlementaire dans les années 1880 et durant l'Entre-deux-guerres qu’au tournant des xixe et xxe siècles.

Tableau 23 - "Coupe géologique" et destin des parlementaires aquitains siégeant à la chambre des députés

Tableau 23 - "Coupe géologique" et destin des parlementaires aquitains siégeant à la chambre des députés

70Lecture du tableau à double sens :

  • horizontal : Ex. sur les 51 élus des années 1871-76, 8 sont réélus en 1876-77, 6 en 1877-81 etc...
  • vertical : sur les 49 députés aquitains des années 1885-89, 3 ont commencé leur carrière entre 1871-1876, 12 en 1876-77, 5 en 1877-81 etc...

71Le tableau 23 confirme sous une forme chiffrée ce que nous savons déjà : la longueur des carrières effectuées au Palais-Bourbon par les nouveaux élus des années de la Belle Epoque. Surtout, procédant pour chaque législature à une "coupe géologique " de la représentation aquitaine, il met en évidence les différentes "strates" qui, à un moment donné, la composent. Sur ce plan, deux ruptures chronologiques apparaissent. La plus nette se situe en 1893-1898 avec la disparition de la chambre des derniers élus des années 1870, disparition dont nous avons précédemment souligné la signification politique. L'autre, moins marquée, se place en 1924-1928 et voit l'éclipse des élus entrés à la chambre des députés dans les années 1880 à l'exception de Georges Leygues.

72Au sénat, le taux de réélection est identique à celui calculé parmi les députés : pour l'ensemble de la période 1870-1940, 76 sénateurs-sortants candidats à un nouveau mandat sur 102 sont réélus. Le suffrage universel n'est donc pas moins ingrat ou plus versatile que le suffrage restreint des notables et des délégués municipaux. Sauf le cas, bien évidement, des inamovibles, le Palais du Luxembourg n'apparaît finalement pas comme ce lieu politique protégé sous les lambris duquel se seraient déroulées de paisibles carrières parlementaires à l'abri de tout risque électoral.

73Il n'en reste pas moins que ce risque est surtout caractéristique des débuts de carrière alors que l'accès au Sénat constitue le plus souvent le prolongement d'une carrière de député bien entamée. La première réélection est un grand moment de vérité dans la carrière d'un élu au Palais-Bourbon. En réalité, les carrières brèves, inférieures ou égales à 4 ou 5 ans — durée d'une législature — s'expliquent essentiellement par des retraits. Le taux de réélection des sortants-candidats à l'issue d'un premier mandat est en effet de 68,6 % soit à peine moins que le taux global. Comme celui-ci, il connaît des variations d'une période à l'autre. Il est de l'ordre de 50 % en 1876 ; en 1889, seuls 3 nouveaux élus de 1885 sur 10 à être à nouveau candidats, passent le cap de la première réélection. Les années de l'Entre-deux-guerres sont pour les nouveaux députés celles des périls les plus grands : la moitié des nouveaux venus de 1919 qui aspiraient au renouvellement de leur mandat ne sont pas réélus en 1924 ; la proportion est la même en 1928 parmi les nouveaux députés de 1924 et en 1932 parmi ceux de 1928. A l'opposé, les scrutins de 1877, 1881, 1893, 1898 et ceux de 1902 à 1910 sont marqués par de forts pourcentages de réélection parmi les parlementaires n'ayant accompli jusqu'alors qu'une seule législature.

  • 39 Voir dans cette étude, les pages de Bernard Lachaise consacrées aux battus.
  • 40 Observant la stabilité des élus à la chambre entre 1870 et 1940, Mattei Dogan conclut d'une belle i (...)

74Après l'exercice de deux mandats consécutifs, le risque d'échec électoral s'amoindrit encore. Très peu nombreux sont les députés à échouer en sollicitant des électeurs une seconde réélection. Ce risque est quasiment nul et assez souvent la réélection est acquise dès le premier tour lorsqu'après avoir représenté son arrondissement pendant trois législatures d'affilée, le député se présente à nouveau devant le suffrage universel. Il est inexistant au-delà de ce bail. Nous touchons là à un des aspects essentiels de la vie électorale, le phénomène de "fief". Il serait intéressant de s'interroger sur le pourquoi du phénomène, ses mécanismes. Pourquoi, ici, la greffe d'un député sur une circonscription prend-elle durablement et pourquoi ailleurs se produit-il un rejet sinon immédiat, du moins rapide ? Mais toutes ces questions échappent à notre propos. Plus largement, se pencher sur l'échec électoral revient à souligner une des vertus majeures du suffrage qui est non seulement de doter en légitimité les représentants du peuple, mais de sélectionner les élites dirigeantes. Les 337 parlementaires aquitains des années 1870-1940 furent élus parmi un nombre de candidats presque triple39. Parmi ces élus, le plus grand nombre n'accomplit qu'un mandat bref, parfois interrompu par une défaite électorale. Enfin, les parlementaires ayant eu les carrières les plus longues constituent la pépinière ministérielle40.

75L'échec électoral n'est pas toujours définitif, il peut être temporaire. Nous nous trouvons alors face à des carrières intermittentes, à éclipses plus ou moins nombreuses, plus ou moins longues. Nous en avons recensé 49 soit 16,2 % des 302 carrières parlementaires intégralement bornées par 1870 et 1940.

  • 41 Selon les termes de la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875 (article 10), "chacune des chambres (...)
  • 42 Sur les 24 invalidations, 6 concernent la Dordogne, 5 la Gironde, 8 les Landes, aucune le Lot-et-Ga (...)
  • 43 Seulement 2 des 24 invalidés ne se représentent pas à l'occasion de la consultation organisée après (...)
  • 44 Donc, dans 8 cas, l'invalidation et l'échec électoral qui suit mettent fin à des carrières parlemen (...)

76Un premier facteur d'instabilité est créé par les invalidations prononcées par la chambre41. Leur répartition dans le temps est très révélatrice de l'évolution des mœurs électorales et plus précisément du recul des pressions ouvertes de l'administration et de l'Eglise sur les électeurs. Sur 24 invalidations, 21 sont prononcées antérieurement à 1893, une en 1902 (aux dépens de Joseph Brisson en Gironde), deux en 1936 (aux dépens de Philippe Henriot en Gironde et de Jean-Louis Tixier-Vignancour dans les Basses-Pyrénées42. Parmi les 21 invalidations enregistrées durant les deux premières décennies de la IIIe République, 9 font suite au scrutin de 1877 et 5 à celui de 1885. L'annulation des élections apparaît à certains égards comme un moyen utilisé par la majorité républicaine alors dominante à la chambre pour régler un certain nombre de comptes en cassant des scrutins pour irrégularité. En décembre 1885, les 5 députés conservateurs des Landes voient leur récente élection dans le cadre du scrutin de liste être invalidée ; tous sont battus en février 1886 et remplacés par des députés républicains. Car le destin le plus fréquent des invalidés (13 fois sur 22) est de ne pas retrouver leur siège, du moins dans l'immédiat, à l'occasion du scrutin provoqué par leur invalidation même43. Dans cinq cas, celle-ci débouche sur un éloignement temporaire de la chambre des députés, le temps d'une législature44.Quelques parlementaires ont cumulé les invalidations. Dans les Landes, le baron Alexandre de Cardenau de Borda, légitimiste, voit ainsi sa carrière deux fois interrompue et finalement brisée par des invalidations successives. En février 1876, il est élu député de la circonscription de Dax I. Invalidé, il est battu deux mois plus tard par le républicain Loustalot. Réélu en octobre 1877 face au même, Cardenau de Borda, invalidé au début de 1878 perd à nouveau son siège, repris par Loustalot en avril. Là ne s'arrête pas ses déboires : ce malchanceux figure parmi les 5 élus conservateurs du département en 1885 invalidés puis battus. Cette dernière péripétie met un terme à la carrière parlementaire mouvementée du baron. Si les invalidations hachent parfois les carrières de ceux qui en sont l'objet, le succès préalable des invalidés puis leur échec segmentent également la carrière de leurs adversaires. A l'image du couple landais Cardenau de Borda-Loustalot, quelques cursus parlementaires s'inscrivent dans un rapport de rivalité-complémentarité.

  • 45 Le nombre total des échecs et retraits momentanés (41) excède celui des députés concernés (35) étan (...)

77L'échec momentané de certains invalidés ne définit qu'un contexte particulier de l'échec électoral temporaire. La plupart des carrières intermittentes s'inscrivent en dehors de ce cadre. Ces interruptions ne résultent d'ailleurs pas toutes d'un échec ; dans quelques cas, elles procèdent d'un retrait volontaire. La situation des invalidés mises à part, 35 députés aquitains ont à la chambre une carrière discontinue. Si nous repérons dans le temps ces échecs (36) ou ces retraits (5) momentanés, nous observons leur concentration au début de la IIIe République : 24 sur 41 se situent entre 1876 et 189345. Plus précisément, 4 députés tous classés à droite, échouent dans leur tentative de réélection en 1881, mais retrouvent leurs fauteuils dans les années suivantes entre 1885 et 1889. En 1885, l'adoption du scrutin de liste départemental combinée dans les Landes à une forte pression électorale, jouent un mauvais tour à 6 députés dont 5 républicains élus précédemment dans le cadre du scrutin uninominal d'arrondissement. Mais les perdants du jour sont réélus le lendemain quand les élus du jour échouent à leur tour. De tels chassés-croisés s'observent encore dans les années 1920. Les défaites momentanées de 1919 (Garat dans les Basses-Pyrénées et Labroue en Gironde) sont rachetées en 1924 par des victoires. Les échecs provisoires de 1924 (au nombre de 4 dont deux concernent des élus girondins, Mandel et Lorin) sont oubliés en 1928. Enfin, 3 des vaincus de la vague poincariste de 1928 (le communiste Jean en Lot-et-Garonne, les radicaux Bonnet en Dordogne et Cayrel en Gironde, reprennent leur place au Palais-Bourbon en 1929 (Bonnet) ou en 1932 (Jean et Cayrel).

  • 46 En ajoutant le cas de Fourtou et de Gontaut-Biron qui après avoir siégé au Sénat ne reviennent pas (...)

78C'est que, en règle générale, la durée d'interruption du mandat de député dans le cadre de carrières discontinues est brève : sur 30 intermèdes, 21 s'étendent sur le temps d'une législative (soit 4 ou 5 ans), 11 sont inférieurs à cet intervalle (dont 10, en raison de l'invalidation des concurrents, n'excèdent pas un an) et 7 sont compris entre 8 et 13 ans46. La plus longue interruption dans une carrière de député est celle que connaît au début de la IIIe République Amédée de Lur-Saluces en Gironde. Elu en 1871, il ne se représente pas lors du scrutin de 1876 ; en 1889, il rejoint le Palais-Bourbon comme député de la circonscription de Bazas. Dans trois cas (Henri Chavoix en Dordogne, Albert Boucau et Gustave Loustalot dans les Landes, nous observons deux ou trois interruptions. La carrière d'Henri Chavoix figure ainsi comme une carrière "à trous". Elu député de Périgueux II en décembre 1881 à l'occasion d'une élection partielle organisée à la suite du décès de son père, Henri Chavoix, battu en 1889 par Antoine Meilhodon, doit abandonner son siège. Mais l'élection de Meilhodon ayant été invalidée, Chavoix rejoint la chambre des députés à l'issue d'un scrutin de revanche organisé en mai 1890. Il perd à nouveau son fauteuil en 1898 face à Napoléon Magne ; le reconquiert en 1902 aux dépens du même ; le perd encore en 1910 au profit de Robert David qui le lui restitue à son corps défendant en 1914. Entre les deux hommes le scrutin de liste de 1919 solde le contentieux en écartant définitivement Henri Chavoix de la vie politique tandis que David achève la sienne, défait en 1924.

79Enfin, le passage de la chambre basse à la chambre haute s'est accompagnée parfois et même souvent (10 cas sur 48) d'une interruption de carrière. A la différence des cas de figure précédents, cette rupture momentanée est longue, 7,2 ans en moyenne. L'exemple extrême et, au fond, atypique, est celui de Fernand Faure de l'union démocratique et radicale ; élu député de la Gironde en 1885, battu en 1889 puis en 1893 il accède au Palais du Luxembourg à la faveur des élections sénatoriales générales de 1924 après une interruption de carrière de 35 ans ! Ce cas mis à part, l'interruption des carrières des députés devenant sénateurs est, lorsqu'elle a lieu, beaucoup plus brève : 5,6 ans. Mais là n'est pas l'essentiel. A l'exception de l'amiral Jauréguiberry, élu à la chambre en 1871, démissionnaire presqu'aussitôt après et qui rejoignit le Sénat comme inamovible en 1879, l'intermède constaté chez tous les autres députés-sénateurs fait suite à un échec électoral soit simple, soit répété. Pour le coup, la carrière de Fernand Faure devient en partie exemplaire. Tout se passe comme si, chez ces parlementaires, l'élection au Palais du Luxembourg était le moyen de donner une suite à une carrière de député plutôt compromise. Nous sommes là très loin de l'analyse traditionnelle du cursus honorum parlementaire selon laquelle le passage au Sénat consacre l'aboutissement et, pour tout dire, la réussite d'une carrière heureuse de député.

80Il nous reste à nous pencher sur la fin définitive des carrières parlementaires. Il nous faut pour l'instant laisser de côté 10 députés et sénateurs dont la carrière connaît un prolongement après 1945. Sur les 327 restants, 44 (30 députés et 14 sénateurs) voient la leur s'achever avec l'effondrement de la IIIe République en 1940. Parmi ces carrières brisées, le point de départ des plus récentes et des plus nombreuses (soit 23) ne remonte pas au-delà de 1928 tandis que la plus ancienne, celle de Pierre Dupuy avait pris racine en Gironde en 1902.

81Le plus grand nombre parmi les carrières parlementaires interrompues définitivement avant 1940 (soit 283) l'ont été à la suite d'un échec (tableau 24).

Tableau 24 - La fin des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

Tableau 24 - La fin des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République

82Mais la différence entre députés et sénateurs est nette. Plus de la moitié des premiers voient leur carrière s'interrompre après un échec électoral contre moins d'un tiers des seconds. Le plus grand nombre parmi les sénateurs qui abandonnent le Palais du Luxembourg le font volontairement en ne sollicitant pas la reconduction de leur mandat. Nous pouvons enfin noter que la mortalité sénatoriale, certes plus marquée que celle des députés, l'est cependant moins que ce que l'on pouvait imaginer.

83Il faut aussi analyser les fins de carrière en fonction de la durée des mandats accomplis (tableau 25).

Tableau 25 - Durée des carrières et fins des mandats des parlementaires aquitains de la IIIe République

Tableau 25 - Durée des carrières et fins des mandats des parlementaires aquitains de la IIIe République
  • 47 Exemple extrême, celui d’Auguste Ferret, maire du Bouscat, élu député de la Gironde le 22 novembre (...)
  • 48 Parmi les retraits, nous avons compté celui d'Armand Fallières qui en 1906 est élu Président de la (...)

84Rien de surprenant ici : les carrières brèves correspondent majoritairement à des échecs électoraux, un quart d'entre elles à des retraits et le reste à des décès47. Les carrières de durée moyenne s'achèvent aussi la plus souvent par des échecs et secondairement par la disparition des élus. Enfin, ce sont surtout les retraits et les décès qui marquent le terme des carrières parlementaires les plus longues48.

  • 49 Etaient absents aussi les deux communistes dissidents Loubradou et Saussot (élus de la Dordogne) qu (...)
  • 50 Bezos, Bihic, Bonnet, Delzangles, Dignac, Gadaud, Gellié, Lourties, Marquet, Portmann, Sireyjol, Th (...)
  • 51 Ce paragraphe ainsi que les deux suivants ont été rédigés à partir des notes d'Eric Bonhomme.

85Sur les 53 parlementaires aquitains en fonction au début de 1940, 43 étaient présents à Vichy, le 10 juillet suivant : Georges Mandel et Yvon Delbos avaient embarqué le 21 juin au Verdon sur le Massilia à destination de Casablanca ; les communistes Renaud Jean et Robert Philippot avaient été déchus de leur mandat le 20 février ; les députés de Dax, Robert Lassalle et de Villeneuve-sur-Lot, Robert de La Mire-Mory étaient tombés lors des combats de mai-juin49. Les trois quart des présents (soit 32) — l'abstention de Marcel Michel décomptée — votèrent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Treize d'entre eux avaient combattu pendant la Première Guerre mondiale50, signe de la confusion mentale qui cache le fossoyeur de la République derrière le héros de Verdun et qui tend à adoucir la douleur de la défaite par le souvenir de la victoire51.

3 - 1940 : le moment du choix

  • 52 Philippe Henriot est abattu par la Résistance le 28 juin 1944. Par représailles, Georges Mandel, ex (...)

86Parmi les 32 parlementaires aquitains qui enterrent la République dans la débâcle, une demi-douzaine passe au service du gouvernement de Vichy, brièvement pour la plupart, à l'intérieur comme Adrien Marquet, à l'information comme Jean-Louis Tixier-Vignancour, Georges Portmann. Vichy fit de Léon Bérard son ambassadeur près du Saint-Siège d'octobre 1940 à août 1944. Le Sud-Ouest a donné au collaborationnisme une de ses figures les plus extrêmes en la personne de Philippe Henriot, ancien député de la Gironde, secrétaire d'Etat à l'information et à la propagande dans le gouvernement Laval et éditorialiste de Radio-Vichy52.

  • 53 Selon l'expression de J.P. Azema, De Munich à la Libération 1938-1944, Le Seuil, 1979, p. 82, note (...)
  • 54 Audeguil, Bedin, Cabannes, Champetier de Ribes, Chaumié, Delom-Sorbé, Luquot, Mendiondou, Odin. Roy
  • 55 Le "non" aux pleins-pouvoirs n'a rassemblé en effet que 13,3 % des 568 parlementaires présents à Vi (...)
  • 56 Sur les 80 parlementaires qui votèrent "non" le 10 juillet 1940, 31 ont été incarcérés ou placés en (...)
  • 57 Jean MARIELLE et Jean SAGNE, Pour la République : le vote des quatre-vingts à Vichy le 10 juillet 1 (...)

87Sur les 80 parlementaires français qui le 10 juillet 1940 conservent la "tripe républicaine"53 en refusant toute alliance au maréchal Pétain, figurent 10 Aquitains54. La représentation parlementaire régionale, marquée par l'héritage du radicalisme a donc résisté au delà de la moyenne française au projet combiné par Laval55. Ces réfractaires ont tous viré ensuite dans une Résistance plus ou moins active. L'hostilité au régime de Vichy vaut à Gaston Cabannes, ancien élu SFIO de la Gironde, d'être révoqué de ses fonctions de maire de Floirac. Arrêté par les Allemands en avril 1943, Yvon Delbos est déporté à Oranienburg ; il y reste deux ans et rentre en France au moment de la capitulation allemande, le 7 mai 1945. Arrêté, Champetier de Ribes, président clandestin du mouvement de Résistance "Combat" dans les Basses-Pyrénées, le fut aussi le 2 décembre 1942. Conduit à Evaux-les-Bains (Creuse), il est interné dix-huit mois56. Plusieurs s'engagèrent dans des réseaux tels Mendiondou à "Combat". Luquot à "Libération", Odin, bien que radical à "Front National" dominé par les communistes. Arrêté lui aussi en 1941, cet ancien sénateur de la Gironde publie en 1943 L'Appel des 80 au Comité de la France Libre, réclamant à De Gaulle, dans la perspective de la libération, un programme commun associant tous les partis et en particulier les héritiers légitimes de la IIIe République57. Audeguil, maire de Bordeaux à la Libération et Bedin, qui fut juré au procès Laval, s'occupent de reconstituer clandestinement la SFIO. Delom-Sorbé fut dans les Basses-Pyrénées un des chefs locaux du mouvement "Combat".

  • 58 Quelques-uns comme Champetier de Ribes, Delom-Sorbé, Delbos, siègent à l'Assemblée consultative ent (...)
  • 59 Le premier ne se représente pas en juin 1946, le second est défait.

88Naturellement ces parlementaires trouvent place en 1944 au sein des Comités Départementaux de Libération (CDL)58 et assez naturellement aussi la carrière politique et parlementaire de 4 des 10 de 1940, auxquels nous pouvons ajouter Delbos, connaît au lendemain de la guerre un nouveau prolongement. Mais à l'exception d'Yvon Delbos, député puis sénateur de la Dordogne de 1945 à 1956, et de Fernand Audeguil, député de la Gironde durant la même période, leur carrière fut courte. En Gironde, Gaston Cabannes ne siège qu'à la première constituante (octobre 1945-juin 1946) tout comme dans les Basses-Pyrénées Maurice Delom-Sorbé59. Député puis sénateur de ce département durant l'Entre-deux-guerres, Auguste Champetier de Ribes est élu en décembre 1946 au Conseil de la République par l'Assemblée Nationale et porté aussitôt à la présidence de la Chambre haute. Mais il meurt dès mars 1947.

89Un seul des parlementaires aquitains ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain retrouve un mandat législatif à la Libération : Gellié, député de la Gironde lors de la première constituante. A partir du milieu des années 1950, deux autres, écartés jusque-là de la scène politique pour cause d'inéligibilité, entament une nouvelle carrière parlementaire. Georges Portmann est élu sénateur en Gironde lors du renouvellement de 1955 et conserve son siège jusqu'en 1971 ; Jean-Louis Tixier-Vignancour, à la tête d'une liste d'extrême droite sur laquelle figure l'ancien député de la Soule, Jean Ybarnégaray, retrouve en janvier 1956 son fauteuil de député des Basses-Pyrénées. Battu en 1958, il quitte définitivement le Palais-Bourbon, ne réussissant pas en 1967 à se faire élire dans le Var. Quant à Georges Bonnet qui avait été membre du Conseil National de Vichy puis du conseil départemental de la Dordogne, il avait dû, inquiété par les Résistants et les Allemands, gagner Paris à la fin de 1943 puis la Suisse en mars 1944 où il resta jusqu'en 1950. Il entame alors sa réimplantation en Périgord. En 1956, il est élu à la tête d'une liste radicale dissidente député de la Dordogne ; il conserve son mandat jusqu'en 1968.

90Au total, les années 1940-1945 ont conduit à un effacement beaucoup plus important de la classe parlementaire régionale en place que celui généré par 1870. L'installation de la IIIe République s'était accompagnée du retour d'anciens parlementaires du temps de la Seconde République ou du régime de Juillet puis de la période bonapartiste. Rien d'équivalent ne se produit après 1945, en très grande partie par la force des choses : dans quel régime antérieur à la IIIe République, la IVe aurait-elle pu recruter son personnel ? Comme en 1871 les hommes de l'Empire, ceux de la IIIe République s'effacent d'eux-mêmes en 1945 ou sont rejetés par le suffrage universel ; quelques uns, grâce à leur attitude en 1940 et dans les années suivantes remettent le pied à l’étrier mais tous ceux qui avaient refusé l'abdication de la République ne le purent, malgré leurs efforts (tel Odin et Roy en Gironde). Notons le cas très original de Defos du Rau, député des Landes entre 1919 et 1924 puis à nouveau de 1945 à 1956. Seule vraie similitude entre le début de la IIIe République et le début de la IVe République : à partir du début des années 1950, le retour parlementaire de quelques élus dont l'étoile avait plus ou moins pâli en raison des liens par eux entretenus avec Vichy n'est pas sans rappeler, mutatis mutandis, celui des bonapartistes en 1876. Aussi, compte tenu de l'ensemble de ces remarques, il nous faut revenir sur la distinction entre parlementaires sous la IIIe République et parlementaires de la IIIe République. Cette nuance a pour elle le mérite de rendre plus commode l'étude des carrières. Mais au vrai, pour l'opinion, au moment du bilan en 1945, hommes et régime du passé sont étroitement confondus.

III - L’AQUITAINE, UN VIVIER DE MINISTRES

  • 60 cf. graphique 10.
  • 61 J. OLLÉ LAPRUNE. La stabilité des ministres sous la Troisième République, 1879-1940, Paris : 1962.
  • 62 Georges Mandel a été six fois ministre, Armand Fallières l'a été neuf fois.

91Ils sont 51 parlementaires de l'Aquitaine, 15 % de l'ensemble, à avoir exercé des responsabilités gouvernementales, comme ministres ou sous-secrétaires d'État, proportion éloquente qui rappelle que les représentants du Sud-Ouest exercèrent souvent le pouvoir. 38, plus d'un sur dix, ont été ministres en titre, dont la moitié a exercé cette fonction deux fois au moins. Au total, 102 portefeuilles ont ainsi été occupés60. Ceci confirme au plan régional l'analyse de J. Ollé Laprune : l'instabilité ministérielle de la Troisième République s'accompagne d'une grande stabilité des personnels gouvernementaux.61 Ce phénomène doit pourtant être nuancé dans le cas de l'Aquitaine : cinq hommes ont été au moins six fois ministres,62 dont trois à plus de dix reprises : Georges Bonnet, Georges Leygues et Louis Barthou qui détient le record absolu avec 15 portefeuilles.

Graphique 6 - LES FONCTIONS MINISTÉRIELLES DES PARLEMENTAIRES D’AQUITAINE

Graphique 6 - LES FONCTIONS MINISTÉRIELLES DES PARLEMENTAIRES D’AQUITAINE

92Quelques figures majeures de la République, sans lesquelles il fut souvent difficile de former un gouvernement, ont monopolisé la moitié des portefeuilles attribués à la région en soixante-dix ans ; l'importante représentation gouvernementale des parlementaires de l'Aquitaine est donc en partie due à quelques individualités omniprésentes. Les cinq sont des modérés, les étiquettes allant du centre droit (Georges Leygues) au radical socialisme (Georges Bonnet). De même qu'elle est administrée par des modérés, la République puise ses ministres les plus fidèles au centre de l'échiquier politique ; un peu plus de la moitié des 51 ministres issus de l'Aquitaine en sont originaires.

  • 63 Le Basque Jauréguiberry a exercé quatre fois la fonction, mais les autres titulaires sont périgourd (...)
  • 64 Cf. graphique 5.

93Députés et sénateurs du Sud-Ouest dédaignent les "petits ministères". Ce sont les tâches consubstantielles à l'État qui les occupent le plus ; ils ont été 14 fois ministre de l'Intérieur, 12 fois ministre de la Justice et de l'Instruction Publique. Douze fois également ils ont occupé le portefeuille de la Marine, dont curieusement Monis et Chaumet ont été les seuls girondins titulaires.63 Ils sont moins tentés par les Affaires étrangères ou par les missions d'ordre économique : Finances et Travaux publics (7 portefeuilles chacun). Au total, ces sept grands ministères représentent les trois quart des présences au Gouvernement. Une seule fonction d'importance manque le plus souvent à l'appel : la Guerre ; si l'on enlève Boulanger, élu de la Dordogne mais invalidé, seuls Leygues et Barthou ont exercé cette responsabilité64.

94L'appartenance à la fonction publique favorise l'accès au pouvoir : 55 % des ministres élus de l'Aquitaine ont été fonctionnaires : les deux tiers des membres des grands corps, près de la moitié des diplomates, un tiers des directeurs de cabinets, de ministères ou de services publics devenus députés ou sénateurs de la région sont entrés au gouvernement ; ils sont encore quatre à venir de la préfectorale et autant de l'université.

  • 65 Les proportions pour l'ensemble sont de 43 % d'apparentés et de 56 % de carrières parentales nation (...)

95Les ministres sont un peu plus solidement apparentés que la moyenne : 47 % d'entre eux ont un parent homme politique ; deux fois sur trois, celui-ci a exercé une fonction nationale65. La moitié de ceux qui ont eu un père, un oncle ou un aïeul au gouvernement sont devenus ministres à leur tour.

  • 66 A peu près les deux tiers de conseillers généraux, mais les ministres sont nettement au-dessus de l (...)
  • 67 Un tiers seulement ont été maires, 8 ans seulement, en moyenne.

96A contrario, les carrières locales des ministres témoignent d'un enracinement médiocre, en fréquence comme en durée. Si l'appartenance au conseil général est exactement dans les normes,66 les hommes de gouvernement sont moins souvent conseillers municipaux, et surtout maires, que la moyenne des parlementaires. Ils le sont aussi moins longtemps, puisqu’ils ne restent maires qu'une quinzaine d'années. Il faut cependant distinguer deux situations : les ministres apparentés effectuent de superbes carrières locales ; ils restent en moyenne 28 ans au conseil municipal et 24 ans au conseil général ; à deux exceptions près, tous ont effectué une carrière locale. L'enracinement dans le terroir fait donc partie intégrante de l'héritage, il ne s'y substitue pas comme stratégie d'ascension politique ; au contraire les hommes nouveaux ont une implantation faible,67 à une exception près : ils sont aussi présents que leurs collègues dans les conseils généraux ; on note, une fois de plus, l'importance de ceux-ci comme antichambre du pouvoir.

  • 68 Ils restent parlementaires 17,7 ans contre 10,8 ans pour l'ensemble.

97Si les ministres sont impliqués moins que la masse de leurs confrères dans la vie politique locale, les électeurs ne leur en tiennent pas rigueur. Ils réalisent en moyenne de remarquables parcours parlementaires. Carrières précoces et durables tout d'abord : les parlementaires devenus ministres entrent au Parlement à quarante-deux ans, cinq ans avant les autres élus, et ne quittent les Chambres qu'à soixante ans passés, soit un an et demi plus tard. Ils siègent donc plus de quatre législatures, contre un peu moins de trois en moyenne68. Quatre sur dix entrent au Parlement avant quarante ans, un tiers poursuivent leur carrière au-delà de soixante-dix ans, une proportion identique reste au Parlement plus de 20 ans Cette durabilité signale le prestige que la fonction ministérielle exerce sur les électeurs ; 23 % des carrières seulement se terminent par un échec électoral, contre le double pour l'ensemble des parlementaires.

98Carrières de qualité ensuite, marquées par la fréquentation successive des deux Chambres et une forte implantation sénatoriale. Un ministre sur deux a été sénateur, un sénateur sur quatre a été ministre. Dans le personnel gouvernemental, on recense un tiers de députés devenus sénateurs, alors que ce groupe ne constitue que 16 % des parlementaires. L'importance des carrières ministérielles croît avec la longévité parlementaire : Barthou et Leygues ont dépassé 45 ans au Parlement, Fallières y a siégé 30 ans ; encore n'a-t-il démissionné que pour entrer à l'Élysée.

99Le pourcentage de ministres fournis par l'Aquitaine par rapport au nombre de ses élus s'élève avec le temps ; alors que 14 % seulement des parlementaires aquitains du début de la République ont accédé au pouvoir, ils sont plus de 20 % dans l'Entre-deux-guerres. Le Sud-Ouest devient progressivement une zone privilégiée de recrutement ministériel. Cette croissance s'accompagne, après la Grande Guerre, d'une bipolarisation politique qui offre un microcosme de la situation nationale. La gauche et le centre-droit fournissent alors 80 % des ministres aquitains ; le centre-gauche, si influent avant 1914, s'efface progressivement, alors que seul le pyrénéen Ybarnegaray représente encore la droite, comme ministre de Paul Reynaud.

  • 69 Elle s’observe par le retour des Périgourdins dans les ministères après l'étiage d'avant 1914 : 5 m (...)
  • 70 Les Basses-Pyrénées sont le département qui fournit en Aquitaine la part de ministres la plus const (...)

100Cette analyse est confirmée par l'étude départementale ; la Gironde, département qui reflète le plus nettement cette bipolarisation, les Basses-Pyrénées, où le centre-droit est dès 1890 la principale force politique, donnent 6 ministres chacun. Malgré la poussée globale de la gauche69, le centre-droit reste le principal fournisseur de ministres issus de l'Aquitaine70.

  • 71 Dans les deux départements, 38 % des parlementaires ont l'étiquette radicale.
  • 72 11,5 % des parlementaires girondins ont été ministres, contre 23,81 % des parlementaires du Lot-et- (...)

101L'autre phénomène important est le poids du Lot-et-Garonne, qui fournit une proportion de ministres de 50 % supérieure à son influence parlementaire (19,6 % de ministres d'origine régionale contre 12,5 % des élus). Ce n'est pas lié au radicalisme, car celui-ci est tout aussi influent dans les Landes, qui n'ont fourni que peu de ministres.71 Faut-il y voir le rôle d'Armand Fallières, compte tenu de son ancienneté dans la vie politique ? Des dix ministres issus du département, il avait été le premier, Étienne Faye excepté, à entrer au Parlement. Député dès 1876, puis sénateur, Président du Conseil dès 1883, il joue les premiers rôles jusqu'à la fin de son mandat présidentiel en 1913. Si l'historiographie insiste sur son effacement, il a tout de même dû tisser un réseau de relations politiques propre à favoriser ses amis lot-et-garonnais. La modération du département, 6 des 10 ministres issus de l'Agenais sont centristes, peut fournir un complément d'explication, tout comme la puissance de la dynastie Chaumié, ou encore l'influence de Georges Leygues. Il faut signaler le cas exceptionnel de ce département, où près d'un quart des parlementaires a accédé au gouvernement. A titre de comparaison, la Gironde s'est contenté de fournir un ministre pour dix parlementaires72. Cela prouve en tous cas que la politique d'ancrage de la République dans les campagnes a réussi pleinement dans le Sud-Ouest.

102Ils sont encore six à avoir accédé aux plus hautes charges de l'État, tous d'une façon brève qui souligne l'instabilité ministérielle du temps, à l'exception bien sûr d'Armand Fallières, Président de la République de 1906 à 1913. Barthou, Duclerc, Fallières, Leygues et Monis ont été Présidents du Conseil ; Trarieux, fondateur de la Ligue des Droits de l'Homme, Vice-Président. Au sommet encore Champetier de Ribes, Président du Conseil de la République au début de la Quatrième République ; en mai 1931, Marraud avait été candidat malheureux à l'Élysée, face à Paul Doumer. Incontestablement, la région est devenue un vivier gouvernemental, d'où émergent quelques grandes figures.

Notes

1 Respectivement battus deux, deux et trois fois.

2 Berdoly, Belhomme, Marquet, Montagut, Pazat, Philippot.

3 Loubradou.

4 Jean MICHEU-PUYOU, Histoire électorale du département des Basses-Pyrénées sous la IIIème et la IVème Républiques, Paris, Pichon et Durand Auzias, 1965, p. 127 et 128.

5 La campagne électorale des députés sortants de gauche a insisté sur les relations entre les candidats de droite et les milieux royalistes conservateurs. Par ailleurs il faut distinguer le Pays Basque, où la droite triomphe, du Béarn, où la gauche l'emporte, cf. MICHEU-PUYOU, op. cit., p. 181-182.

6 Champetier se présentait, il est vrai, sur une liste comprenant des candidats de l'Action Française.

7 La gauche était divisée, des radicaux nationaux s'étant portés sur la liste Bérard, et non sur celle du Cartel.

8 Les raisons en sont locales, ces personnalités n'étant pas encore implantées à l'endroit où elles se présentent ; cf. infra à propos de Georges Mandel.

9 Soit 21,9 %, deux points de moins que la statistique générale des échecs préalables.

10 C'est à dire 37 %, alors qu'un quart à peine de l'ensemble des parlementaires était dans ce cas à la veille de leur élection.

11 Y compris Lambert Sainte-Croix et Léon Say élus respectivement pour la première fois en Aquitaine en 1885 et 1889 mais dont la carrière avait débuté précédemment ailleurs.

12 Tricard-Graveron fut en outre le plus jeune ministre de la IIIe République.

13 Sont également élus avant l'âge de 30 ans (à 29 ans précisément) : en Dordogne, François Sarlande en 1876 ; en Lot-et-Garonne, Georges Leygues en 1885 et Jacques Chaumié en 1906 ; dans les Basses-Pyrénées, Pierre Lamazou-Betbéder en 1924 et Jean-Louis Tixier-Vignancour en 1936.

14 Part des 50-59 ans parmi les nouveaux parlementaires : 1871-1892 = 27,9 % ; 1893-1918 = 24,4 % ; 1919-1940 = 29,8 %.

15 Il n'y a pas de différence sur ce plan entre légitimistes (8 nouveaux élus, âge moyen 50 ans) et représentants de la droite orléaniste (24 nouveaux élus, 50,5 ans).

16 La poussée radicale de la Belle Epoque explique le rajeunissement du recrutement de l'ensemble des nouveaux parlementaires aquitains lors des scrutins précédant immédiatement la Première Guerre mondiale.

17 Encore cette dernière moyenne inclut-elle Renaud Jean élu en 1920 en Lot-et-Garonne à l'âge de 33 ans. Jean décompté, l'âge moyen des élus de gauche s'élève à 51,8 ans.

18 L’ensemble de ce paragraphe a été rédigé par Eric Bonhomme. 26 parlementaires ont combattu pendant la guerre franco-prussienne et 5 en 1940.

19 Après déduction de ceux dont la carrière s'interrompt en 1919 et de Georges Chaigne, mort en 1915.

20 Félix Gadaud, Louis Lorin, le communiste Renaud Jean, Robert David, battu en 1914 et réélu en 1919 et le sénateur du Lot-et-Garonne Gaston Carrère.

21 A trois exceptions près : Filhoud Lavergne, Portmann et La Myre-Mory, tous les anciens combattants du Sud-Ouest qui entrent au Parlement à partir de 1928 sont de gauche.

22 Il s'agit de Bosredon et de Pierre Magne en Dordogne ; de Béhic, David, Dréolle, Hubert-Delisle, Johnston et Larrieu en Gironde ; de Guilloutet dans les Landes ; Noubel en Lot-et-Garonne et Chesnelong et Labat dans les Basses-Pyrénées.

23 Citons ici l'exemple d'Augustin Dariste, un des chefs du bonapartisme local dans les Basses-Pyrénées. Elu député pour la première fois en février 1876, il est réélu en octobre 1877 mais perd la circonscription qu'il représentait (Pau II) en 1881. Réélu au scrutin de liste en 1885, il ne parvient pas à retrouver son fief en 1889 dans le cadre du scrutin d'arrondissement.

24 A côté d'Hubert-Delisle, de Larrieu et de Magne, la liste des anciens élus de la IIe République comprend : Richier et Simiot en Gironde ; Dampierre, Duprat, Lefranc et Sourrigues dans les Landes ; Baze dans le Lot-et-Garonne ; Barthe, Duclerc, Lestapis et Renaud dans les Basses-Pyrénées.

25 Rentré en France, Baze reprend rang parmi les chefs du parti républicain en Lot-et-Garonne ; aux élections de 1863 et de 1869, il est battu par le candidat officiel du gouvernement.

26 En Espagne, Duclerc fut administrateur de la société de canalisation de l'Ebre puis directeur du crédit mobilier espagnol.

27 Nous trouvons aussi, bien sûr, des victimes du coup d'Etat de 1851 parmi les élus républicains d'après 1870 sans passé parlementaire, tel Achard, proscrit au 2 décembre, élu en Gironde en 1879.

28 Quatre exceptions à ce schéma : les carrières de David, Hubert-Delisle, Magne et Noubel, tous parlementaires sous le Second Empire, sont pour l'essentiel antérieures à 1870. Notons aussi que parmi les 10 sénateurs inamovibles issus de l'Aquitaine, et désignés au début de la IIIe République, 5 avaient commencé leur carrière parlementaire antérieurement à 1870 (Baze, Chesnelong, Duclerc, Lefranc et Maleville). Les 5 autres sont : Joseph Carayon-Latour, Paul de Chadois, Emile Fourcand, Léon Fourichon et l'amiral Jauréguiberry.

29 Ici, les mandats sénatoriaux sont brefs, un peu moins de 7 ans. Ils sont le plus souvent interrompus (8 fois) par le décès du sénateur en fonction. Un exemple extrême nous est donné par la carrière de Justin Quintaa, député de la circonscription de Pau II à partir de 1889. En janvier 1900, il est élu au Palais du Luxembourg mais il meurt dès le mois de juillet suivant, à l'âge de 57 ans. Moins souvent (5 fois), l’échec électoral vient mettre un terme à une carrière sénatoriale fréquemment entamée depuis peu. Raoul-Duval en Gironde et Bastard d'Estang en Lot-et-Garonne, tous deux députés de 1871 à 1875, échouent lors du renouvellement sénatorial de 1879 après seulement trois ans passés sous les lambris du Palais du Luxembourg. Ils avaient eu la malchance d'appartenir à la première série départementale tirée au sort et dont les sénateurs furent soumis à renouvellement sans avoir rempli un mandat complet. De la même façon, la défaite de 1940 met prématurément un terme aux carrières sénatoriales de deux anciens députés, André Fallières en Lot-et-Garonne et Léon Bérard dans les Basses-Pyrénées, qui, de la sorte, passèrent plus de temps au Palais-Bourbon qu'à celui du Luxembourg.

30 Joseph de Gontaut-Biron est élu député en mars 1900 à la faveur d'une élection partielle. Dans les mêmes conditions, il accède au lendemain du décès du sénateur Cassou au Palais du Luxembourg en mars 1906. Mais battu lors du renouvellement de 1909, il retrouve l'année suivante son siège de député qu'entre temps, son frère, Bernard de Gontaut-Biron avait occupé (1906-1910). En Dordogne, Oscar Bardi de Fourtou est élu représentant à l'Assemblée Nationale en 1871 puis député de Ribérac (1876-1880). Devenu sénateur en mars 1880, il échoue lors du renouvellement de 1885, retrouve son siège de député en 1889 et le conserve jusqu'en 1893. Député de la Seine entre 1871 et 1876, Léon Say est élu sénateur de l'Oise en 1876 et représente ce département au Palais du Luxembourg jusqu'en 1889. Il préside la haute assemblée entre 1880 et 1882. En 1889, il est élu député des Basses-Pyrénées ; il conserve son siège jusqu'à sa mort en 1896.

31 Pour permettre la comparaison en annulant l'effet de l'inégalité en nombre des éléments constituant nos trois groupes typologiques, nous avons adopté pour nos graphiques deux échelles différentes, calculées dans un rapport de un à six égal au rapport entre le nombre d'éléments du type le plus représenté (218) et le nombre d'éléments du type le moins représenté (36).

32 Il s'agit de Lacaze à Oloron et d'Harispe à Mauléon.

33 Pierre TAUZIA, Aspects du ralliement dans les Basses-Pyrénées. Thèse de 3e cycle, Université de Bordeaux III, 1975, dactylographiée.

34 Barthou à Oloron, Lafont à Bayonne I, Quintaa à Pau II.

35 Barthou à Oloron, Berdoly à Mauléon, Harriague à Bayonne II, Quintaa à Pau II.

36 Barthou à Oloron, de Gontaut-Biron à Pau II, Harriague à Bayonne II, Pradet-Ballade à Mauléon.

37 Il s'agit de Louis Barthou.

38 Sur les Basses-Pyrénées, voir Jean MICHEU-PUYOU, Histoire électorale des Basses-Pyrénées sous la IIIème et la IVème Républiques, op. cit. et sur Louis Barthou : Jean BOUSQUET-MELOU, Louis Barthou et la circonscription d'Oloron (1889-1914). Paris, 1972.

39 Voir dans cette étude, les pages de Bernard Lachaise consacrées aux battus.

40 Observant la stabilité des élus à la chambre entre 1870 et 1940, Mattei Dogan conclut d'une belle image : "Le renouvellement du personnel de la chambre pourrait être comparé au mouvement des dunes de sable. C'est le sable qui est en surface qui est remué par le vent. De même, à chaque élection générale, ce sont les députés qui siègent depuis relativement peu de temps, surtout ceux qui avaient été mandatés une seule fois, qui sont écartés. Les députés siégeant depuis longtemps constituent un "sable cimenté" qui n'est pas disloqué par le tourbillon électoral", in "La stabilité du personnel parlementaire sous la IIIème République", Revue Française de Science Politique, P.U.F., no 2, avril-juin 1953, p. 332. On regrettera que l'auteur n'ait pas distingué parmi les "écartés" les vaincus et les retraits.
Sur la carrière ministérielle des parlementaires aquitains, voir dans cette étude les pages d'Eric Bonhomme.

41 Selon les termes de la loi constitutionnelle du 16 juillet 1875 (article 10), "chacune des chambres est juge de l’éligibilité de ses membres et de la régularité de leur élection, elle peut, seule, recevoir leur démission".

42 Sur les 24 invalidations, 6 concernent la Dordogne, 5 la Gironde, 8 les Landes, aucune le Lot-et-Garonne, 5 les Basses-Pyrénées.

43 Seulement 2 des 24 invalidés ne se représentent pas à l'occasion de la consultation organisée après l'annulation de leur élection ; il s'agit de Jean Raynaud à Périgueux II en 1878 et de Martin de Laborde à Saint-Sever en 1878 également.

44 Donc, dans 8 cas, l'invalidation et l'échec électoral qui suit mettent fin à des carrières parlementaires.

45 Le nombre total des échecs et retraits momentanés (41) excède celui des députés concernés (35) étant entendu qu'un même élu a pu connaître à des périodes diverses plusieurs interruptions provisoires de carrière.

46 En ajoutant le cas de Fourtou et de Gontaut-Biron qui après avoir siégé au Sénat ne reviennent pas immédiatement à la chambre des députés, nous retrouvons notre total de 41 intermèdes.

47 Exemple extrême, celui d’Auguste Ferret, maire du Bouscat, élu député de la Gironde le 22 novembre 1896 et décédé le jour même.

48 Parmi les retraits, nous avons compté celui d'Armand Fallières qui en 1906 est élu Président de la République après trente années passées à la chambre des députés et au Sénat.

49 Etaient absents aussi les deux communistes dissidents Loubradou et Saussot (élus de la Dordogne) qui avaient quitté le P.C. après la signature du pacte germano-soviétique, Pierre Fully, député de Saint-Sever et Ernest Daraignez, sénateur des Landes.

50 Bezos, Bihic, Bonnet, Delzangles, Dignac, Gadaud, Gellié, Lourties, Marquet, Portmann, Sireyjol, Thorp, Ybarnégaray.

51 Ce paragraphe ainsi que les deux suivants ont été rédigés à partir des notes d'Eric Bonhomme.

52 Philippe Henriot est abattu par la Résistance le 28 juin 1944. Par représailles, Georges Mandel, extrait de la Santé où il était interné, est tué par des miliciens le 7 juillet en forêt de Fontainebleau.

53 Selon l'expression de J.P. Azema, De Munich à la Libération 1938-1944, Le Seuil, 1979, p. 82, note 1.

54 Audeguil, Bedin, Cabannes, Champetier de Ribes, Chaumié, Delom-Sorbé, Luquot, Mendiondou, Odin. Roy.

55 Le "non" aux pleins-pouvoirs n'a rassemblé en effet que 13,3 % des 568 parlementaires présents à Vichy ; un quart des parlementaires aquitains (10 sur 43) a voté dans le même sens.

56 Sur les 80 parlementaires qui votèrent "non" le 10 juillet 1940, 31 ont été incarcérés ou placés en résidence surveillée ; 10 d'entre eux ont été déportés, 5 sont morts en déportation.

57 Jean MARIELLE et Jean SAGNE, Pour la République : le vote des quatre-vingts à Vichy le 10 juillet 1940, Paris : CNDP. 1993.

58 Quelques-uns comme Champetier de Ribes, Delom-Sorbé, Delbos, siègent à l'Assemblée consultative entourant le GPRF. Bedin, Chaumié, Luquot, Mendiondou n'ont pas de carrière parlementaire après 1945.

59 Le premier ne se représente pas en juin 1946, le second est défait.

60 cf. graphique 10.

61 J. OLLÉ LAPRUNE. La stabilité des ministres sous la Troisième République, 1879-1940, Paris : 1962.

62 Georges Mandel a été six fois ministre, Armand Fallières l'a été neuf fois.

63 Le Basque Jauréguiberry a exercé quatre fois la fonction, mais les autres titulaires sont périgourdins ou lot-et-garonnais, comme Georges Leygues, également quatre fois ministre.

64 Cf. graphique 5.

65 Les proportions pour l'ensemble sont de 43 % d'apparentés et de 56 % de carrières parentales nationales (députés, sénateurs ou ministres).

66 A peu près les deux tiers de conseillers généraux, mais les ministres sont nettement au-dessus de la norme pour les présidences de conseil général (8 titulaires sur un total de 35).

67 Un tiers seulement ont été maires, 8 ans seulement, en moyenne.

68 Ils restent parlementaires 17,7 ans contre 10,8 ans pour l'ensemble.

69 Elle s’observe par le retour des Périgourdins dans les ministères après l'étiage d'avant 1914 : 5 ministres dans l'Entre-deux-guerres, 1 républicain socialiste, Bibié, 2 socialistes, dont Delbos, et deux du centre-gauche.

70 Les Basses-Pyrénées sont le département qui fournit en Aquitaine la part de ministres la plus constante, quelle que soit la période.

71 Dans les deux départements, 38 % des parlementaires ont l'étiquette radicale.

72 11,5 % des parlementaires girondins ont été ministres, contre 23,81 % des parlementaires du Lot-et-Garonne.

Table des illustrations

Titre Tableau 4 - Une mesure de l'échec préalable
Légende Note 22Note 33
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 5 - Echecs préalables : tableau par période
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 6 - Echecs préalables et tendances politiques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 7 - Les échecs préalables en 1871
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 8 - Les échecs préalables en 1876
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 9 - Les échecs préalables en 1919
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 10 - Age moyen des parlementaires aquitains en début de carrière
Légende Note 1111
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau 11 - Structures par âges des nouveaux élus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 13 - Etiquette politique des députés aquitains et âge moyen d'entrée à la chambre
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 15 - Tendance politique et âge moyen de l'ensemble des députés en début de législature (en années)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 17 - Débuts de carrière et vieillissement du personnel parlementaire aquitain
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 18 - Etiquettes politiques et durée des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République
Légende (entre parenthèses : nombre de parlementaires)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Tableau 19 - Durée moyenne et types de carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République
Légende (Entre parenthèses : nombre de carrières)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 20 - Le cursus des parlementaires aquitains de la IIIe République
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphiques 2 et 3 - DURÉE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Graphique 4 - DURÉE MOYENNE DES CARRIÈRES DES PARLEMENTAIRES AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 5 - RÉÉLECTION ET RENOUVELLEMENT DES DÉPUTÉS AQUITAINS DE LA IIIe RÉPUBLIQUE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Tableau 22 - La réélection des députés aquitains : le cadre départemental
Légende (Le rapport indique le nombre de réélus parmi les sortants-candidats. Il n’est tenu compte que des élections générales).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 23 - "Coupe géologique" et destin des parlementaires aquitains siégeant à la chambre des députés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Tableau 24 - La fin des carrières des parlementaires aquitains de la IIIe République
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 25 - Durée des carrières et fins des mandats des parlementaires aquitains de la IIIe République
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6 - LES FONCTIONS MINISTÉRIELLES DES PARLEMENTAIRES D’AQUITAINE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19693/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540