Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ont participé depuis 1983 au travail de collecte d'informations sur les parlementaires à partir des (...)
  • 2 Il faut se féliciter de l'excellente collaboration qui a toujours existé entre les responsables nat (...)

1L'ouvrage sur Les députés et sénateurs de l'Aquitaine sous la Troisième République est une synthèse sur le personnel parlementaire régional entre 1871 et 1939 à partir de l’exploitation des questionnaires biographiques remplis par divers membres de l'équipe bordelaise au cours des dix dernières années, dans le cadre de l'enquête nationale lancée par le Centre d'histoire du xixe siècle de la Sorbonne1. Les informations collectées ont été enrichies par les recherches de l'équipe parisienne sur les activités nationales des élus2. Après avoir présenté l'enquête menée, nous dirons quelques mots sur l'Aquitaine politique des années 1870-1940.

I - L'EXPLOITATION RÉGIONALE DE L’ENQUÊTE NATIONALE SUR LE PERSONNEL PARLEMENTAIRE SOUS LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE : BUTS, CHOIX, MÉTHODES, DIFFICULTÉS...

  • 3 Les questionnaires concernant le personnel parlementaire de l'Aquitaine sont conservés et consultab (...)

2Le questionnaire exploité n’est autre que celui élaboré par le Centre d'histoire du xixe siècle de Paris I-Paris IV. Il se compose de quinze pages et s'organise en cinq parties concernant la vie du parlementaire : état-civil et réseau familial ; instruction et formation ; activités professionnelles et fortune ; vie associative et culturelle ; carrière politique. Il a été conçu avec deux objectifs principaux : permettre une exploitation statistique et constituer une banque de données3.

  • 4 Comment élaborer avec les moyens de l'enquête la généalogie de l'élu quand la famille est originair (...)

3Malgré la multiplication des collaborations et les années de travail, les questionnaires n'ont pu être totalement remplis. Les raisons en sont multiples et différentes selon les élus. L'une d'elles tient à la trace pratiquement inexistante laissée par un certain nombre de parlementaires d'un jour, d'un mois ou d'une année voire d'une seule législature. L'ambition du questionnaire initial est aussi responsable des non-réponses fréquentes dans quatre domaines : l'état-civil des grands-parents, des collatéraux et des descendants ; la religion des divers membres de la famille ; l'instruction des ascendants et même la formation primaire — voire secondaire — des parlementaires ; les fortunes4. Dans d'autres cas — la vie associative et le travail parlementaire —, les informations collectées se révèlent trop éparses et imprécises, en particulier dans la chronologie, pour être exploitées.

4La synthèse doit pourtant être tentée, malgré les lacunes et les disparités de l'information, car la masse de renseignements collectés pour une grande partie du questionnaire est importante, souvent neuve et il serait regrettable de la laisser inexploitée. Enfin, l'expérience acquise permet de penser — pour les raisons indiquées plus haut et au risque de paraître prétentieux — qu'il est difficile, voire impossible, d'aller beaucoup plus loin dans un grand nombre de cas. Mais une recherche n'est jamais totalement finie et la synthèse que nous publions ne la referme pas définitivement.

5Le cadre retenu pour cet ouvrage ne correspond pas à un découpage administratif de la Troisième République mais à celui réalisé sous la Cinquième République, avec la régionalisation : il s'agit de la région Aquitaine telle qu'elle existe actuellement avec ses cinq départements : la Dordogne, la Gironde, les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques (encore appelées sous la Troisième République, Basses-Pyrénées). La région ainsi délimitée correspond à la partie occidentale de l'Aquitaine géographique ou du Sud-Ouest. Cette région s'imposa aussi parce qu'elle correspond à un des espaces traditionnellement étudiés par les historiens bordelais et palois.

6Au total, le corpus des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République compte trois cent trente-sept personnes soit environ 6 % de l'ensemble des députés et sénateurs français. La répartition départementale fait apparaître le poids de la Gironde au sein de l'Aquitaine. Avec cent-vingt et un parlementaires, la Gironde fournit un gros tiers des élus aquitains. Elle est suivie par deux départements qui occupent une place à peu près équivalente : la Dordogne (soixante-sept élus soit 20 %) et les Basses-Pyrénées (soixante-deux élus soit 18,5 %). Enfin, viennent les Landes et le Lot-et-Garonne qui en comptent respectivement quarante-quatre (soit 13 %) et quarante-trois (soit 12,8 %).

7Parmi ces 337 parlementaires sous la Troisième République, 230 ont exclusivement siégé à l'Assemblée nationale de 1871 ou à la Chambre des députés entre 1876 et 1939 (soit 68,2 %), 52 ont siégé uniquement au Sénat (soit 15,4 %) et 55 ont siégé à la fois au Palais Bourbon et au Luxembourg (soit 16,4 %).

8Si l'ouvrage porte principalement sur le personnel parlementaire régional pris dans son ensemble entre 1871 et 1939, il souhaite aussi mesurer les éventuelles disparités géographiques, chronologiques et politiques.

9Quand c'est possible, l'analyse des données globales aquitaines est affinée ou nuancée par une étude départementale.

10Pour apprécier les évolutions dans le temps, la Troisième République a été divisée en trois périodes : de 1871 à 1892 à la longue installation du régime ; de 1893 à 1918 les années de consolidation de la République et enfin, l'Entre-deux-guerres de 1919 à 1939. Le personnel parlementaire est réparti au sein de ces grandes phases en fonction de l'année d'entrée au Parlement. Bien sûr, de nombreux parlementaires mènent une carrière étalée sur deux périodes et certains sur les trois : ils sont alors comptabilisés dans chacune des périodes. Les dates de 1892 et de 1918 ne correspondent pas à des années d'élections législatives mais elles ont été retenues car considérées comme marquant a priori un tournant, la défaite des forces conservatrices au profit des républicains perceptible à travers le scrutin de 1893 d'une part et les conséquences politiques de la Grande Guerre d'autre part.

11Pour examiner les variantes liées à l'orientation politique des élus et permettre une étude comparative que la très grande diversité des étiquettes — et leur évolution — n'aurait pas rendu possible, un classement politique de l'ensemble des parlementaires a été effectué, en six catégories : extrême gauche, gauche, centre-gauche, centre-droit, droite et extrême droite. Certes l'exercice contient une part d'arbitraire et d'approximation dont toute l'équipe est consciente. Tout classement peut ainsi apparaître contestable et certains choix ont dû être effectués. Il a été en particulier décidé de classer le parlementaire selon l'étiquette lors de sa première élection. Bien sûr, les longues carrières ont parfois amené des évolutions politiques non négligeables mais il était difficile de les prendre réellement en compte, en tout cas dans l'étude quantitative et statistique.

12Pour réduire au maximum les erreurs et rendre le classement le plus rigoureux possible, la réflexion sur l'orientation politique des parlementaires a été menée collectivement au début du travail d'exploitation des questionnaires à partir de plusieurs sources : l'étiquette de l'élu, grâce aux dossiers de l'enquête menée autrefois sous la direction de Georges Dupeux ; l'appartenance à un groupe parlementaire ; les principaux votes de l'élu et son éventuelle activité partisane. Afin de permettre ultérieurement une comparaison avec des travaux antérieurs menés sur le personnel politique local, le classement adopté a largement repris celui utilisé par l'équipe de M. Agulhon et L. Girard pour les maires en France du Consulat à nos jours. Pour les extrêmes les difficultés furent surmontées, non sans discussion sur quelques choix : ainsi, au sein des monarchistes, il fut décidé de classer à l'extrême droite les seuls légitimistes ; les bonapartistes furent situés à droite ; les républicains avancés, les radicaux des débuts de la République, les socialistes à la fin du xixe siècle, les communistes furent placés à l'extrême gauche tandis que les radicaux à partir de 1901 sont à gauche et y côtoient dès 1905 la famille socialiste. Les classements les plus laborieux à établir concernent les élus du centre, en particulier la distinction entre "centre-gauche" et "centre-droit" d'une part ou "centre-droit" et droite dans l'Entre-deux-guerres. Dans certains cas, le choix retenu tient aussi compte de l'orientation générale du département et de la position de l'élu face à ses adversaires ou prédécesseurs.

II. L’AQUITAINE POLITIQUE

13Il s’agit ici de présenter à grands traits la physionomie politique de la région, son évolution et d’esquisser les éléments principaux d’une géographie électorale.

14L’étude de l’appartenance politique des élus au Palais Bourbon et au Palais du Luxembourg permet une première approche du tempérament électoral aquitain sous la IIIe République (tableau 1).

Tableau 1 - Tendance politique des parlementaires aquitains (1871-1940)

Tableau 1 - Tendance politique des parlementaires aquitains (1871-1940)

15L'Aquitaine apparaît globalement comme une terre favorable à la gauche ; 60 % de ses parlementaires (soit 202) se classent entre 1871 et 1940 dans ce camp. Mais cette gauche est plutôt modérée. Elle ne comprend, si l’on se réfère à l'étiquette des élus au moment de leur accès au parlement que 47 radicaux-socialistes, 14 socialistes et 3 communistes. Sa composante républicaine est donc d'importance. A droite aussi les extrémistes sont en petit nombre.

  • 5 Après correction fournie par les scrutins d’invalidation le cas échéant.

16Le tableau 1 regroupe par tendance et de façon assez artificielle des parlementaires qui furent élus à des époques diverses. Or, la droite et la gauche de 1871 sont bien différentes de leurs héritières respectives de 1936. Il nous faut donc réintroduire dans l'analyse le facteur chronologique. En nous arrêtant à l'étude des seuls scrutins législatifs généraux5 quatre périodes successives se dégagent (graphique 1).

17La première s'étend de 1871 à 1881. Durant ces années d'établissement de la République, la droite anticonstitutionnelle (bonapartiste ou légitimiste) et la droite républicaine dominent la représentation parlementaire. La première de ces deux composantes, l'anticonstitutionnelle, s'efface très rapidement. L'extrême droite légitimiste qui compte huit élus en 1871 n'en a plus qu'un en 1876. Monarchisme et bonapartisme disparaissent dans les années suivantes en tant que forces politiques mais la droite libérale et conservatrice ne profite pas de ce reflux.

18En effet, avec le scrutin de 1881 qui marque un franc ralliement de l'Aquitaine à la République, s'ouvre une autre époque, une décennie de succès pour une gauche républicaine plus ou moins teintée d'influences radicales. L'élection du gambettiste Raynal en Gironde constitue, parmi d'autres, un signe non équivoque. Le recul de la droite est important : 17 élus sur 33 s'y rattachaient en 1877, 5 sur 35 en 1881, soit un sur sept. La représentation parlementaire de la droite se maintient autour de cette proportion tout au long des années 1880.

19Au début des années 1890, le Ralliement achève sa démobilisation et jusqu'à la Première Guerre mondiale, la gauche domine sans véritable partage : en 1914, 5 députés de droite sont élus contre 29 à gauche. La fin du siècle voit s'apaiser les luttes politiques et religieuses des périodes précédentes ; ce nouveau climat favorise dans les deux camps l'élection de députés centristes, modérés dans leurs convictions. C'est le beau temps du centre. En 1902, l'on recense 27 députés de cette tendance, droite et gauche confondues, sur un total de 35 élus. Après 1900, le renouveau des luttes anticléricales, la question de la séparation de l'Eglise et de l’Etat, le développement d'une agitation sociale en France qui ne fut pas sans écho au plan régional, la percée de la concurrence électorale socialiste ne bouleversent pas cette situation. Tout au plus observons-nous une légère régression dans la représentation des centres de 1906 à 1914.

Graphique 1 - COULEUR POLITIQUE DES DÉPUTÉS AQUITAINS

Graphique 1 - COULEUR POLITIQUE DES DÉPUTÉS AQUITAINS

20Le vote de 1919 s'est soldé en Aquitaine par un rééquilibrage des forces entre la droite et la gauche. Par la place qu'occupent encore les centristes parmi les députés élus, cette élection évoque davantage les scrutins de la Belle Epoque que ceux de l'Entre-deux-guerres. La radicalisation du débat électoral, si sensible après la Première guerre mondiale, s'accompagne dès 1924 d'un laminage du centre, surtout à gauche où l'emportent des élus aux convictions fortes. Le temps est alors de moins en moins à la modération. Les résultats du scrutin d'avril-mai 1936 en sont l'illustration la meilleure : sur 34 élus, nous recensons 4 communistes, 6 socialistes SFIO, un néo-socialiste (Marquet), un républicain socialiste (Bibié en Dordogne) et 9 radicaux-socialistes élus dans le cadre du Front Populaire. Mais dans le même temps, les électeurs désignent ou reconduisent dans leurs mandats Philippe Henriot (URD) en Gironde, Jean-Louis Tixier-Vignancour, Bernard de Coral (tous deux de l'Alliance démocratique) et Jean Ybarnégaray (Union Nationale Républicaine) dans les Basses-Pyrénées.

  • 6 Voir plus loin, dans le chapitre consacré aux carrières parlementaires, le point intitulé : "1940, (...)

21Ainsi le mouvement politique de la région sous la IIIe République répète-t-il le mouvement national qu'il contribue, bien évidemment, à façonner. Quelques points de l'originalité locale méritent cependant d'être soulignés. Si l'on pose pour les années 1870 l'équation entre gauche et idée républicaine, alors il faut observer que l'adhésion de l'Aquitaine à la République a été plutôt tardive. Mais gagnée à la gauche, la région est demeurée fidèle à son choix. L'échec national de celle-ci en 1919 est ici amorti ; ses succès de 1924 ou de 1936 sont localement amplifiés. Cette fidélité à la gauche et à ses valeurs éclaire l'attitude au 10 juillet 1940 de la représentation parlementaire régionale considérée dans son ensemble6.

22Au delà de ces éléments sommaires d'une histoire politique générale qui reste à écrire, il faut faire la part des évolutions départementales voire intra-départementales tant il est vrai que de nombreux petits pays aquitains ont leur propre histoire électorale. Celle de l'Aquitaine n'est que la résultante de ces histoires émiettées. Il n'entre pas dans notre propos présent de retracer en détail l'évolution politique des cinq départements constitutifs de l'Aquitaine. Nous nous contenterons d'une simple indication. En nous intéressant aux élections générales uniquement et en comptant le nombre de succès de la droite et de la gauche nous avons pu dresser le tableau suivant :

Tableau 2 - Evolution électorale générale des cinq départements de l'Aquitaine sous la IIIe République (d'après la couleur politique des députés élus)

Tableau 2 - Evolution électorale générale des cinq départements de l'Aquitaine sous la IIIe République (d'après la couleur politique des députés élus)

23Dès les premières décennies de la IIIe République, la gauche est plus souvent victorieuse que la droite dans les Landes et en Gironde. Dans ce département, l'adhésion du corps électoral au nouveau régime est acquise lors des Sélections de février 1876. Dans les Landes, la gauche domine dès 1871 mais perd sa prééminence cinq ans plus tard pour ne la retrouver qu'en 1881. Dans les trois départements restants, Dordogne, Lot-et-Garonne et surtout Basses-Pyrénées, la droite l'emporte plus fréquemment que la gauche sur l'ensemble de la période 1871-1889. En Dordogne, la domination de la droite est forte jusqu'en 1877. A cette date, 6 des 8 députés du Périgord se rangent dans le “parti de la Résistance”. Le scrutin de 1881 inverse le rapport des forces, le nouveau déséquilibre gauche-droite est confirmé quatre ans plus tard ; il est un peu atténué en 1889. En Lot-et-Garonne, l'équilibre entre les deux tendances est acquis en 1877, il se prolonge jusqu'en 1893. Enfin, dans les Basses-Pyrénées, la droite ne cesse d'être prépondérante, sauf en 1881 : gauche et centre-gauche ont alors 4 élus, droite et centre-droit, 3. Quatre ans plus tard, la droite conquiert tous les sièges du département.

24Postérieurement à 1893, les départements de l'Aquitaine connaissent des évolutions différentes. En Dordogne et dans les Landes se produit un mouvement de gauchissement qui réduit les élus de droite à la portion congrue : en Dordogne, tous les élus de 1919, de 1932 et de 1936 se rangent au centre-gauche, à gauche ou à l'extrême gauche. Une telle évolution, engagée en Gironde pendant la Belle-Epoque s'interrompt dans ce département avec la Première Guerre mondiale. Ici, l'Entre-deux-guerres est marquée par un rééquilibrage de la représentation parlementaire au profit de la droite et du centre-droit. Le nouveau rapport de force que l'on peut alors observer reproduit celui des années 1871-1889. En Lot-et-Garonne, un nouvel équilibre politique favorable à la gauche s'établit au tournant des xixe et xxe siècles et se fige ensuite. En Béarn et au Pays Basque, le rapport droite-gauche des années 1893-1914, répète le statu quo ante. Dans ces deux petits pays de l'ouest-pyrénéen, la gauche ne parvient qu'à peine à entamer la puissance de la droite et du centre-droit dans les années 1919-1939.

25Les Basses-Pyrénées figurent ainsi comme une exception dans cette terre aquitaine plutôt favorable à la gauche. Pour s'en convaincre, il suffit de considérer la répartition par tendance des parlementaires élus de ce département et de la comparer à celle observée dans les départements voisins (tableau 3).

Tableau 3 - La couleur politique des parlementaires des départements aquitains (1870-1940)

Tableau 3 - La couleur politique des parlementaires des départements aquitains (1870-1940)

26Les deux tiers des élus des Basses-Pyrénées se classent à droite contre un tiers dans les autres départements de la région. En revanche, à l'ouest des Pyrénées, les députés de gauche et d'extrême gauche ne sont qu'au nombre de 6 sur un total de 62 parlementaires, soit moins d'un dixième. Dans le Lot-et-Garonne et les Landes, départements aquitains les plus à gauche, cette proportion est de l'ordre de la moitié ; elle est sensiblement inférieure à ce niveau en Dordogne et en Gironde.

27Droite et gauche ont ainsi leurs zones de force et de faiblesse. Les vicissitudes du découpage électoral (carte 1) rendent difficile leur représentation cartographique sur un document unique. Au reste, nous ne pouvons nier la dimension historique de la nature même de la droite et de la gauche ni ignorer la périodisation que nous avons retenue dans le cadre de cette étude sur les parlementaires aquitains. Pour construire nos cartes(cartes 2 à 4), nous avons considéré l'étiquette politique des élus à la chambre à chacune des élections législatives générales ayant eu lieu au scrutin d'arrondissement comprises entre 1876 et 1898 (6 scrutins), 1902 et 1914 (4 scrutins), 1928 et 1936 (3 scrutins). Pour chaque période, le profil politique des circonscriptions a pu être précisé : les couleurs reportées occupent une surface proportionnelle à la fréquence des étiquettes relevées.

28Partons des données relatives aux scrutins de 1876-1898. En Dordogne, nous pouvons assez schématiquement distinguer l'est du département (circonscriptions de Nontron, de Périgueux II, de Sarlat), particulièrement favorables à la gauche, de celle de l'ouest (Ribérac et Bergerac) plus partagées. En Gironde, nous pouvons regrouper dans un même ensemble les circonscriptions bordelaises, celles des landes girondines et du Libournais acquis à la gauche d'une part et d'autre part celles de Lesparre, de Blaye, de La Réole et de Bazas (dont le baron David et le marquis de Lur-Saluces furent longtemps les élus) où droite et gauche font jeu égal. Sauf dans la circonscription de Mont-de-Marsan I, longtemps représentée par Guilloutet, la gauche domine dans les Landes ; en Lot-et-Garonne, Agenais et Villeneuvois penchent à droite, Néracais et Marmandais à gauche. Dans les Basses-Pyrénées, les circonscriptions labourdine de Bayonne II, navarraise et souletine de Mauléon figurent en Pays-Basque comme une zone de force de la droite et les circonscriptions béarnaises comme une terre beaucoup plus disputée. A ce tableau d'ensemble et de caractère très général, les enseignements cartographiques que l'on peut tirer de l'analyse des scrutins postérieurs à 1893 n'apportent que de simples retouches. Globalement, les mêmes clivages ou nuances géographiques peuvent être observés à ceci près que la dualité droite-gauche s'est quelque peu édulcorée durant les années 1902-1914 dans un partage entre un centre-droit et un centre-gauche dominants pour tendre ensuite à se radicaliser dans une opposition peu nuancée entre circonscriptions de droite et circonscriptions de gauche.

29Une fois acceptée, la République dans le Sud-Ouest a été une République voulue, mais une République modérée fondée sur une prépondérance du centre-gauche et de la gauche. Les extrémistes n'ont qu'exceptionnellement fait fortune en Aquitaine entre 1871 et 1940. C'est la carrière de ce personnel parlementaire régional qu'il s'agit maintenant d'étudier.

Carte 1 – LES CIRCONSCRIPTIONS ÉLECTORALES DE L’AQUITAINE

Carte 1 – LES CIRCONSCRIPTIONS ÉLECTORALES DE L’AQUITAINE

30Les circonscriptions législatives de l'Aquitaine (1875-1940)

31Loi du 30 novembre 1875
(tableau du 24 décembre 1875)

32Dordogne : 8 circonscriptions

33no 1 : Bergerac 1

34no 2 : Bergerac II

35no 3 : Nontron

36no 4 : Périgueux I

37no 5 : Périgueux II

38no 6 : Ribérac

39no 7 : Sarlat I

40no 8 : Sarlat II

41Landes : 5 circonscriptions

42no 1 : Dax I

43no 2 : Dax 2

44no 3 : Mont-de-Marsan I

45no 4 : Mont-de-Marsan II

46no 5 : Saint-Sever

47Gironde : 10 circonscriptions

48no 1 : Bazas

49no 2 : Blaye

50no 3 : Bordeaux I

51no 4 : Bordeaux II

52no 5 : Bordeaux III

53no 6 : Bordeaux IV

54no 7 : Lesparre

55no 8 : Libourne I

56no 9 : Libourne II

57no 10 : La Réole

58Lot-et-Garonne : 4 circonscriptions

59no 1 : Agen

60no 2 : Marmande

61no 3 : Nérac

62no 4 : Villeneuve-sur-Lot

63Basses-Pyrénées : 6 circonscriptions

64no 1 : Bayonne

65no 2 : Mauléon

66no 3 : Oloron

67no 4 : Orthez

68no 5 : Pau I

69no 6 : Pau II

70Modifications en 1881 (tableau du 28 juillet)

71Gironde : 11 circonscriptions

72no 1 : Bazas

73no 2 : Blaye

74no 3 : Bordeaux I

75no 4 : Bordeaux II

76no 5 : Bordeaux III

77no 6 : Bordeaux IV

78no 7 : Bordeaux V

79no 8 : Lesparre

80no 9 : Libourne I

81no 10 : Libourne II

82no 11 : La Réole

83Basses-Pyrénées : 7 circonscriptions

84no 1 : Bayonne I

85no 2 : Bayonne II

86no 3 : Mauléon

87no 4 : Oloron

88no 5 : Orthez

89no 6 : Pau I

90no 7 : Pau II

91Loi du 13 février 1889
(tableau du 13 février 1889)

92Dordogne : 8 circonscriptions (idem 24 décembre 1875, nouvelle délimitation Bergerac I - Bergerac II).

93Gironde : 11 circonscriptions (idem 28 juillet 1881)

94Landes : 5 circonscriptions (idem 24 décembre 1875).

95Lot-et-Garonne : 4 circonscriptions (idem 24 décembre 1875).

96Basses-Pyrénées : 7 circonscriptions (idem 28 juillet 1881).

97Dordogne : modifications en 1898 et en 1914.

98- unicité de l'arrondissement de Sarlat (tableau du 6 avril 1898).

99- unicité de l'arrondissement de Bergerac (tableau du 27 mars 1914)

100Gironde : modifications en 1902 (tableau du 30 mars 1902).

101no 1 : Bazas

102no 2 : Blaye

103no 3 : Bordeaux I

104no 4 : Bordeaux II

105no 5 : Bordeaux III

106no 6 : Bordeaux IV

107no 7 : Bordeaux V

108no 8 : Bordeaux VI

109no 9 : Lesparre

110no 10 : Libourne I

111no 11 : Libourne II

112no 12 : La Réole

113Loi du 21 juillet 1927 (tableau du 21 juillet 1927)

114Gironde : 13 circonscriptions

115no 1 : Bazas

116no 2 : Blaye

117no 3 : Bordeaux I

118no 4 : Bordeaux II

119no 5 : Bordeaux III

120no 6 : Bordeaux IV

121no 7 : Bordeaux V

122no 8 : Bordeaux VI

123no 9 : Bordeaux VII

124no 10 : Lesparre

125no 11 : Libourne I

126no 12 : Libourne II

127no 13 : La Réole

128Dordogne : 6 circonscriptions

129no 1 : Bergerac

130no 2 : Nontron

131no 3 : Périgueux I

132no 4 : Périgueux II

133no 5 : Ribérac

134no 6 : Sarlat

135Landes : 4 circonscriptions

136no 1 : Dax

137no 2 : Mont-de-Marsan I

138no 3 : Mont-de-Marsan II

139no 4 : Saint-Sever

140Lot-et-Garonne : 4 circonscriptions

141(idem tableau 24 décembre 1875)

142Basses-Pyrénées : 7 circonscriptions

143(idem tableau 28 juillet 1881).

CARTE 2. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1876 - 1898

CARTE 2. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1876 - 1898

CARTE 3. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1902 - 1914

CARTE 3. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1902 - 1914

CARTE 4. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1928 - 1936

CARTE 4. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1928 - 1936

Notes

1 Ont participé depuis 1983 au travail de collecte d'informations sur les parlementaires à partir des archives nationales, départementales, municipales ou privées et de la bibliographie — publiée ou inédite — et à la confection des questionnaires, par ordre alphabétique : pour la Dordogne, Alain David, Bernard Lachaise et Lysiane Reddad ; pour la Gironde, Marie-Christine Bouillare-Bouneau, Jean-Claude Drouin, Joël Dubos, Thomas Flipo, Olivier Forcade, Sylvie Guillaume, Lysiane Reddad et Jean Valette ; pour les Landes, Jean-Marc Battesti, Jean-Claude Drouin, Sylvie Lacoste, Lysiane Reddad, Rodolphe Rizzetto ; pour le Lot-et-Garonne, Jean-Pierre Dorian, Bernard Lachaise, Laure-Agnès Loubet, Lysiane Reddad ; pour les Basses-Pyrénées, Daniel Hayet, Jean-Paul Jourdan, Jean-François Saget. Que tous soient remerciés ici pour un travail long et souvent fastidieux.

2 Il faut se féliciter de l'excellente collaboration qui a toujours existé entre les responsables nationaux de l'enquête et l'équipe régionale et remercier en particulier Rosemonde Sanson, Anne-Marie Sohn et surtout, ces dernières années, Arlette Schweitz.

3 Les questionnaires concernant le personnel parlementaire de l'Aquitaine sont conservés et consultables — avec autorisation — à Bordeaux (Bibliothèque de l'E.R.H.P.C. — Equipe de recherche en histoire politique contemporaine. UFR d'Histoire. Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. 33405 Talence Cedex) et à Paris (Bibliothèque du Centre d'Histoire du xixe siècle. Universités de Paris I-Paris IV. 17 rue de la Sorbonne. 75231 Paris Cedex 05). La constitution d'un fichier informatisé n'a pas été réalisée.

4 Comment élaborer avec les moyens de l'enquête la généalogie de l'élu quand la famille est originaire d'un autre département et parfois fort mobile ? Comment suivre au cours de leur vie des collatéraux ou descendants dont seule la naissance-avec parfois indication du mariage en mention marginale — est connue ? Comment connaître l'appartenance religieuse de toute la famille alors que la religion n'est plus mentionnée dans les dénombrements de population depuis 1851 ? Comment retrouver les traces du cursus primaire — voire secondaire — de la famille sans accès aux archives privées ? Comment apprécier la fortune des élus alors que la règlementation des archives limite l'accès aux documents antérieurs à cent ans et que les dérogations sont accordées avec parcimonie et obligation d'établir un traitement collectif et anonyme des informations collectées ?

5 Après correction fournie par les scrutins d’invalidation le cas échéant.

6 Voir plus loin, dans le chapitre consacré aux carrières parlementaires, le point intitulé : "1940, le moment du choix".

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Tendance politique des parlementaires aquitains (1871-1940)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 1 - COULEUR POLITIQUE DES DÉPUTÉS AQUITAINS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau 2 - Evolution électorale générale des cinq départements de l'Aquitaine sous la IIIe République (d'après la couleur politique des députés élus)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 3 - La couleur politique des parlementaires des départements aquitains (1870-1940)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Carte 1 – LES CIRCONSCRIPTIONS ÉLECTORALES DE L’AQUITAINE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre CARTE 2. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1876 - 1898
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre CARTE 3. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1902 - 1914
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre CARTE 4. LE TEMPÉRAMENT POLITIQUE DE L’AQUITAINE 1928 - 1936
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 483k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540