Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la IIIème République (1870-1940)

 | 
Sylvie Guillaume

Avant-propos

Sylvie Guillaume

Texte intégral

1Cet ouvrage Députés et sénateurs de l'Aquitaine sous la Troisième République, 1870-1940 est une œuvre collective de l'Equipe de Recherche en Histoire Politique Contemporaine, ERHPC. Créée en 1991, cette équipe rassemble des enseignants-chercheurs de l'UFR d'histoire de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III et de l'Institut d'Etudes Politiques (Bordeaux I). La participation de nombreux étudiants de maîtrise et de DEA en histoire contemporaine permet ainsi d'enrichir la réflexion sur l'étude du personnel politique, axe de recherche prioritaire de l’Equipe. Un premier ouvrage sur Les élites fins de siècles xix e- xx e siècles fut publié en 1992 par la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine grâce à l'appui de son directeur Jean Dumas.

2Députés et sénateurs de l'Aquitaine sous la Troisième République s'inscrit donc dans le même cadre de réflexion sur les élites à partir d'enquêtes prosopographiques.

3Citons tout d'abord l'enquête prosopographique nationale sur "Les parlementaires de la IIIe République". Son origine remonte à 1983 lorsque les professeurs Maurice Agulhon (Paris I) et Jean-Marie Mayeur (Paris IV) ont soumis ce projet au CNRS dans le cadre du Centre d'histoire du xixe siècle. Alain Corbin a pris ensuite la succession de Maurice Agulhon. L'enquête avalisée par le CNRS (URA 1016) est en voie d'achèvement en ce qui concerne la récolte des données.

4Devant l'ampleur du corpus de plus de 6 000 personnes, l'équipe parisienne a en effet coordonné les travaux d'équipes régionales, chargées de fournir les renseignements demandés à partir d'un modèle de fiche commun. Un traitement informatique national des données est envisagé mais cela n'exclut pas les premiers travaux de synthèse sur les régions les plus avancées dans leur enquête. Qu'il nous soit permis de remercier ici l'équipe parisienne pour ses encouragements à publier nos résultats.

5En effet, l'équipe aquitaine dispose actuellement des 337 fiches correspondant au nombre des élus aquitains sous la IIIe République et malgré la disparité de certaines données difficilement perfectibles, elle est en mesure d'élaborer une réflexion d'ensemble.

6Aux données relevant de l'enquête du Centre d'histoire du xixe siècle, ont été ajoutées celles de l'enquête menée par Georges Dupeux sur les élites politiques de l'ensemble des départements français, enquête incomplète et inachevée en raison de l'ampleur de la tâche et du départ à la retraite du professeur bordelais qui a bien voulu confier les fiches de son enquête à notre équipe. Le dernier chapitre de l'ouvrage sur "les battus", rédigé par Bernard Lachaise utilise l'enquête de Georges Dupeux.

7Les problématiques d'ensemble découlent de la structure des fiches originales qui comportent cinq rubriques :

  • l'Etat civil et réseau familial ;
  • instruction et formation ;
  • activités professionnelles et fortune ;
  • vie associative et culturelle ;
  • carrière politique.

8Une dernière rubrique est un rappel des sources d'archives et bibliographiques utilisées pour la confection de la fiche ainsi que les publications éventuelles du parlementaire.

9Nous disposons ainsi d'une mine de renseignements biographiques qui permettent une vue d'ensemble sur les parlementaires aquitains. Peut-on à l'issue de ces travaux brosser un portrait type du parlementaire aquitain ? Existe t-il une identité régionale alors que l'Aquitaine n'avait au xixe siècle aucune existence administrative ? La prise en compte des variables départementales dans toutes les contributions permet de souligner certaines convergences par delà des sensibilités politiques et culturelles différentes.

10Le premier chapitre, rédigé par Jean-Paul Jourdan, Eric Bonhomme, Emmanuel Paintaud-Sallée traite des carrières parlementaires proprement dites, rythmées par une conjoncture nationale ou régionale (les débuts de la IIIe République, le 10 juillet 1940) mais la carrière parlementaire a des phases propres à l'individu : le début de carrière peut être précédé d'échecs ou marqué par des succès immédiats, la longévité de la carrière, le cumul des mandats sont autant de caractères pris en compte.

11Le second chapitre tente de distinguer la part de l'héritage qui favorise une carrière parlementaire et celle des qualités intrinsèques de l'individu acquises grâce à sa formation et à sa profession. Olivier Drault et Eric Bonhomme soulignent l'incidence du milieu familial. Etre fils ou neveu de parlementaire, de maire ou de conseiller général est un facteur favorable. Christophe Robin s'attache davantage à l'étude des généalogies pour montrer l'importance des dynasties. Par delà cet héritage, Sylvie Guillaume constate que les parlementaires sont des diplômés de l’enseignement supérieur pour la plupart puis des avocats et hommes de loi ajoute Bernard Lachaise mais d'autres études et d'autres professions sont également présentes. L'enracinement est également un thème important qui explique le succès et la longévité d'une carrière. Dans le troisième chapitre, Jean-Paul Jourdan analyse l'enracinement géographique et Eric Bonhomme l'enracinement politique. Jean-Claude Drouin dans le quatrième chapitre tente de souligner l'importance de la sociabilité malgré le caractère très fragmentaire des sources. Une analyse toute particulière et qui s'imposait pour la Ille République est celle de l'appartenance à la franc-maçonnerie. Jacqueline Herpin dans le cinquième chapitre s'interroge sur les fortunes, étude qui ne peut être exhaustive en raison de la règlementation des archives mais qui permet à partir d'exemples choisis de montrer si la carrière parlementaire est source ou non d'enrichissement.

12Le dernier chapitre, écrit par Bernard Lachaise est une contribution originale car il traite d'individus oubliés de l'histoire parce que "battus” aux élections. Le profil du battu est-il bien différent de celui de l'élu ? Telle est l'interrogation centrale de cette contribution.

13Enfin, cet ouvrage s'il est effort de réflexion se veut aussi outil de travail d'où l’importance quantitative des annexes constituées des listes des parlementaires et des battus et de la bibliographie exhaustive ou qui tend à l’être sur l'Aquitaine.

14Ainsi, si l'équipe peut souligner sans fausse modestie l'ampleur du travail ne serait-ce que par l'importance des données sur les parlementaires, elle est tout aussi consciente de ses limites. Ampleur du travail car il s'agit de la première synthèse du genre sur la prosopographie des parlementaires mais les limites sont celles qui découlent de la fragilité des données ; il est évident que les fiches des parlementaires connus et reconnus sont plus complètes que celles des parlementaires plus obscurs qui appartiennent à ces élites modestes mais que l'historien se doit de faire revivre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540