Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Conclusion

Texte intégral

1Aux questions que nous nous posions au début de notre recherche, l'étude des recensements de population apporte des réponses inégales dont nous devons cependant faire ici la synthèse.

2La croissance brute des effectifs de la fonction publique dans les premières décennies de la IIIème République est indéniable. Elle est un peu moins forte que les évaluations dont nous disposons à l'échelle du pays tout entier ne le laissaient prévoir. Peut-être conviendrait-il de corriger à la baisse celles-ci puisqu'il est bien évident que l'écart entre le mouvement que nous avons dégagé et celui que nous supposions ne saurait s'expliquer par le développement, fort médiocre au demeurant, de l'appareil administratif en milieu rural. L'exemple de Mont-de-Marsan montre en outre que la République n'a pas multiplié les fonctionnaires et les employés à un rythme plus soutenu que les régimes qui l'ont précédée. Le cas libournais confirme tout cela : la croissance administrative est de l'ordre de 31 % entre 1856 et 1872, de 26 % entre 1872 et 1906. Encore comparons-nous ici deux périodes d'inégale longueur ! Sur le long terme, des sondages effectués dans les registres paroissiaux et de l'état-civil le montrent encore. Prenons l'exemple dans les Basses-Pyrénées de Pau et de Bayonne (tableau 35).

Tableau 35 - Croissance urbaine et développement de la fonction administrative à Pau et à Bayonne (fin du XVIII-XIXème siècles)

Tableau 35 - Croissance urbaine et développement de la fonction administrative à Pau et à Bayonne (fin du XVIII-XIXème siècles)

*Pau 1750-69, Bayonne et Saint-Esprit 1770-89, 1800-19, 1840-57. Les deux communes fusionnent à cette date.

  • 1 Ces bilans numériques ne permettent en rien de trancher la question de la bureaucratie : la "loi d (...)

3Globalement, dans ces deux villes, l'effectif des fonctionnaires et des employés s'accroît de 35,8 % entre la fin de l'Ancien Régime et le Premier Empire, de 59,2 % entre celui-ci et le milieu du siècle, de 45,6 % entre cette période et les premières décennies de la IIIème République. La Révolution ne fut donc pas, au moins au niveau provincial, la période du plus fort développement administratif contrairement à ce qu'affirme le discours le plus courant. C'est la première moitié du xixe siècle qui fut ce temps faste. Cependant, en données brutes, les effectifs atteignent partout au début de la IIIème République des chiffres jusque-là inégalés1. Mais, en terme d'importance, le poids de la fonction publique dans la société urbaine est demeuré inchangé. A Pau, les actes de mariage ne montrent aucune évolution de niveau entre la fin de l'Ancien-Régime et la fin du xixe siècle ; à Bayonne, ce niveau se stabilise dès le lendemain de la période révolutionnaire et impériale. Les données tirées des recensements font apparaître la même stabilité relative entre 1872 et 1906. Ainsi, le développement administratif a-t-il été, dans un lien très étroit, à la fois un des facteurs de la croissance urbaine et une réponse à celle-ci. En ce sens, il fut davantage le produit d'un déterminisme économique et social que d'une volonté étatique.

4Dans les villes de l'Aquitaine, la fonction administrative occupe une place essentielle. Elle paraît majeure à Mont-de-Marsan au début de la IIIème République et sans doute avant 1872. Mais dans cette ville, une certaine diversification des activités en atténue l'importance dans les décennies suivantes. De son côté, Bordeaux ne figure pas comme une grande capitale administrative. Au total, une certaine unité de situation se dégage entre les villes du Sud-Ouest. De même l’évolution des structures administratives, du rapport numérique fonctionnaires-employés notamment, présente partout à peu près les mêmes traits.

  • 2 Revue Economie et Statistiques no 264, avril 1993. L'intérêt de cette publication est en outre de (...)

5Au plan de ses caractères, la société administrative figure comme un microcosme de la société française, une réduction en miniature de celle-ci. Par-delà une unité relative de statut que confère le service du public, nous y retrouverons les mêmes disparités, la même stratification sociale. Malgré tout, quelques traits originaux apparaissent autour de la notion de mobilité. Les origines géographiques des fonctionnaires et des employés montrent que, globalement, les uns et les autres viennent d'horizons plus lointains que l'ensemble du corps social auquel ils s'intégrent. L'étude des sociétés d'originaires fait apparaître des formes de spécialisation dont il ne faut certes pas exagérer l'importance mais qu'une récente publication de l'INSEE confirme, tout en présentant un tableau géographique sensiblement différent de celui que nous avons pu dépeindre2. Mais la mobilité du personnel de l'administration n'est pas seulement celle que l'étude des itinéraires migratoires permet d'approcher. Elle a aussi une dimension professionnelle ; la volatilité du petit emploi public en est la forme majeure.

6Cette mobilité n'exclut pas les rigidités comme le souligne l’importance des phénomènes de reproduction sociale. En particulier, il nous semble qu’il faille fortement nuancer l'analyse selon laquelle l'exercice d'un petit emploi public constituerait la première étape ou le premier degré d'une ascension sociale sur plusieurs générations. Certes, de telles situations ne sont pas rares, mais on ne peut les élever au rang de la généralité. Le faire correspond à l'adoption d'une perspective incomplète, tronquée, privilégiant les réussites puisque démarrant des générations d’aval pour retrouver les générations d’amont. Or, pour être la plus exacte possible, l'étude de la mobilité sociale suppose de façon principale que l'on parte des générations amont vers celles de l'aval.

7On le voit, l'étude des recensements enrichit notre connaissance du monde administratif et alimente la réflexion méthodologique. Mais on ne peut tout attendre d'eux. Nous avons eu l'occasion de souligner leurs limites notamment à propos des questions démographiques. Leur association à d'autres sources (état-civil, dossiers des personnels, enregistrement etc...) s'avère indispensable.

Notes

1 Ces bilans numériques ne permettent en rien de trancher la question de la bureaucratie : la "loi des bureaux" ne dépend pas, ou du moins pas totalement, de l'extension de ceux-ci.

2 Revue Economie et Statistiques no 264, avril 1993. L'intérêt de cette publication est en outre de montrer que les régions du Sud, du Sud-Ouest, de l'Est (sauf l'Alsace) sont en France les principales pourvoyeuses en agents administratifs alors que les natifs des régions du Nord, du Centre et de l'Ouest sont moins représentées parmi eux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search