Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Chapitre 5. Aspects de l'analyse sociale

Texte intégral

1Trois points retiendront ici notre attention. La domesticité, en ce qu’elle apparaît comme un bon indicateur de la stratification sociale à l’intérieur du groupe des fonctionnaires et des employés de l’administration, nous occupera tout d’abord. Nous évoquerons ensuite, à travers le cas bordelais, la question de la localisation des domiciles dans l’espace urbain et, à partir de quelques exemples, son rapport avec la géographie des établissements publics. Enfin nous tenterons de cerner la place qu’occupe l’exercice d’un emploi public dans les phénomènes de mobilité sociale.

I. la question de la domesticité

  • 1 Agen, Dax, Mont-de-Marsan, Périgueux. Villeneuve-sur-Lot.
  • 2 Agen, Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot.
  • 3 La proportion est la même en 1906. Ainsi à Bayonne nous comptons 50 employés dotés d'un domestique (...)

2La domesticité figure comme un attribut de la strate supérieure de la fonction publique. Sur ce plan cependant, fonctionnaires et magistrats ne sont pas les mieux lotis parmi la haute bourgeoisie. Prenons l’exemple bordelais du cours du Pavé des Chartrons en 1872. Le seul fonctionnaire à y être domicilié est le premier-président de la cour d’appel, Raoûl-Duval. Il ne dispose que de 2 domestiques. Or dans cette prestigieuse rue bordelaise, nous relevons 8 cas de domesticité triple, 4 cas de domesticité quadruple, 3 cas de domesticité quintuple. William Guestier, négociant, y est recensé en compagnie de 6 domestiques particuliers ; René Guestier, négociant aussi, en compte 8 tout comme Edmond Cruse, négociant encore. Par ailleurs, tous les fonctionnaires ne sont pas entourés de domestiques. A Bordeaux, au lendemain de la Commune, 47 % d’entre eux (138 sur 295) en sont totalement privés. La proportion est plus faible dans les autres villes de l’Aquitaine (32 % soit 105 sur 329)1 et elle ne change guère en 1906 (35 % soit 147 sur 417)2. Comment expliquer la différence entre Bordeaux et le reste de l’Aquitaine ? Peut-on évoquer un coût différent de la domesticité entre la capitale girondine et les autres villes de la région ? Partout les fonctionnaires privés de domesticité appartiennent au niveau moyen de la fonction publique. Par exemple, nous trouvons parmi eux à Agen en 1872, 5 professeurs du lycée et 3 chefs de division à la préfecture. De la même façon, à Périgueux, 5 des professeurs au lycée sont dépourvus de domesticité. Mais dans ce cas précis des professeurs comme dans d’autres, il faut tenir compte des structures familiales. L’isolement n’impose pas l’emploi d’un domestique. En revanche, nous recensons des domestiques chez de simples employés. Cette situation est en 1872 deux fois moins fréquente à Bordeaux (5 % des employés sont entourés d’un domestique) que dans les autres cités de l’Aquitaine (autour de 10 %)3. Nous retrouvons là la même opposition que précédemment. Bien évidemment, les employés dotés d’une domesticité se situent au niveau supérieur de cette catégorie : chefs de bureau, conducteurs des ponts et chaussées. Est ici soulevée la question de la pertinence de notre distinction établie a priori entre fonctionnaires et employés. A l’usage, quelques reclassements s’imposent, celui des conducteurs des ponts et chaussées parmi les fonctionnaires nous paraît en particulier incontestable. Mais figurent aussi en nombre parmi les employés entourés de domestiques, des couples d’instituteurs et d’institutrices souvent peu ou pas chargés d’enfants. Ici, la présence de domestiques ne suffit pas à ranger les individus concernés parmi la catégorie des fonctionnaires, au sens social du terme.

3Il reste que la domesticité multiple permet d’isoler l’élite de la fonction publique. Sa part varie très sensiblement d’une ville à l’autre et d’une date à l'autre. En 1872, elle se situe en règle générale autour de 40 % de l’ensemble des domestiques mais à Agen, la domesticité multiple absorbe un peu plus des deux tiers de l'effectif contre à peine un quart en 1906. Nous n’avons recensé pour Bordeaux en 1872 que 2 cas de domesticité quadruple (dont un celui du directeur de la monnaie a déjà été évoqué) et 15 cas de domesticité triple. La moitié d’entre eux (exactement 7) concernent des magistrats de la cour d’appel. Ceux-ci semblent donc occuper le sommet de la société administrative et judiciaire bordelaise. A côté d’eux, nous recensons, disposant également de 3 domestiques, le recteur de l’académie, quelques juges au tribunal civil, des receveurs, inspecteurs et contrôleurs divers. A un niveau inférieur (2 domestiques soit 46 cas), nous trouvons encore en nombre des magistrats de la cour (9) et du tribunal (7) mais aussi un groupe varié de directeurs, inspecteurs, ingénieurs, percepteurs, professeurs. A Périgueux, le plus entouré des fonctionnaires est en 1876 le trésorier-payeur-général du département, Eugène Dussol, qui dispose de 4 domestiques. A Dax en 1872, les mieux lotis — 3 domestiques — sont aussi 3 magistrats dont le président Ciérisse. A Mont-de-Marsan, à la même date, nous comptons 4 domestiques chez le secrétaire-général de la préfecture et au service du préfet Sers lui-même tandis que le trésorier-payeur-général des Landes a 5 personnes à son service. A Agen, nous rencontrons au début de la IIIème République une domesticité double chez le secrétaire-général de la préfecture, un conseiller de préfecture, le proviseur du lycée et quelques autres fonctionnaires comme le directeur des contributions directes ou l’ingénieur en chef des ponts et chaussées. Nous avons recensé 9 cas de domesticité triple ; 6 concernent encore des magistrats de la cour ; enfin ont été repérés deux exemples de domesticité quintuple, chez un magistrat et chez le préfet du Lot-et-Garonne, Charles-Nicolas Welche.

  • 4 A Libourne, nous comptons 2 domestiques chez le sous-préfet, le président du tribunal civil et che (...)

4On le voit, d’une ville à l’autre, la physionomie de l’élite administrative est partout identique. Magistrats, fonctionnaires de la préfecture et de l’administration des finances tiennent le haut du pavé. Au demeurant, la situation au début de la IIIème République ne diffère pas de celle que l’on peut observer à partir de l’étude des listes censitaires pour les périodes de la Restauration et de la Monarchie de Juillet. Elle est encore la même en 1906. Deux exemples à travers l’étude de la domesticité suffisent à le montrer. A Agen, nous recensons à cette date 4 domestiques chez le premier-président de la cour d’appel ; le trésorier-payeur du Lot-et-Garonne dispose d’un valet, d’une femme de chambre et de deux servantes. Nous trouvons encore 2 domestiques au service du préfet, chez deux conseillers à la cour, chez un magistrat du tribunal, un ingénieur des ponts-et-chaussées, un professeur du lycée. A Bayonne, sur 15 cas de domesticité multiple, un concerne le sous-préfet, 3 des magistrats, 7 des fonctionnaires des finances et des contributions dont le receveur-particulier de l’arrondissement4. Dans certains cas, la hiérarchie de la domesticité reproduit celle des fonctions. A Pau, 2 des 4 juges de paix recensés en 1906 sont dépourvus de domestiques et les 2 autres n’ont qu’une servante ; les membres du tribunal civil sont tous dotés mais aucun d’entre eux n’a plus de 2 serviteurs à la différence des magistrats de la cour où un petit nombre de conseillers dispose de 3 domestiques.

  • 5 Nous retrouvons pour 1906 le même phénomène de concentration. A Bayonne sur 97 domestiques, 53 son (...)

5La domesticité des fonctionnaires ne présente par ailleurs aucun caractère particulier. Elle est d’abord féminine. A Pau, en 1906 nous recensons 183 femmes sur un total de 190 domestiques. La domesticité masculine, rare et spécialisée (valets de chambres, cochers, jardiniers) est coûteuse ; elle est asociée à la domesticité multiple et donc aux plus hauts niveaux sociaux. Les domestiques sont de recrutement local. A Agen, en 1872, un tiers d’entre elles sont nées en Lot-et-Garonne ; le Lot, le Tam-et-Garonne, la Dordogne et le Gers fournissent, par ordre décroissant, l'essentiel de l’effectif restant. A Périgueux, en 1876, les trois quarts des domestiques sont natives du Périgord et à Mont-de-Marsan en 1872 elles sont 88 sur 102 à avoir vu le jour dans les Landes5. Bordeaux fait exception à la règle. Sur les 365 domestiques relevées au début de la IIIème République, les Girondines (62 soit 17 %) ne sont pas les plus nombreuses. Les Basses-Pyrénées fournissent le contingent le plus important (81 personnes soit 22 %), les apports des Landes (39 individus) et de la Dordogne (32) ne sont pas négligeables. Au total, la domesticité bordelaise au service des fonctionnaires provient de 43 départements différents. Cette diversité témoigne de l’importance de la domesticité “importée” formée de servantes attachées à quelques individus et ayant suivi ceux-ci dans leurs déplacements. L’origine géographique des domestiques balise ainsi parfois des itinéraires migratoires. Tel sous-directeur des haras à Libourne est en 1906 entouré de 4 domestiques. Deux d'entre elles sont natives de Biaudos (Landes) où ce fonctionnaire résida comme l’atteste la naissance de 2 de ses enfants. De son passage aux haras de Gelos, près de Pau — passage ponctué par 2 autres naissances — le fonctionnaire ramena peut-être à Libourne une troisième domestique, née dans les Basses-Pyrénées et sans doute une nurse anglaise née à Baysswater car à Pau résident encore au début du xxe siècle de nombreux Britanniques : 4 domestiques apparemment recrutés au fur et à mesure des besoins, pour une grande famille.

II. Fonctionnaires et employés dans l’espace urbain

6L’étude de la localisation de la domesticité dans l’espace urbain nous renseigne sur la géographie sociale des villes. Il en va de même de la répartition des fonctionnaires et des employés comme le montre l’exemple bordelais (tableau 32).

Tableau 32 - Fonctionnaires et employés de l’administration dans l’espace urbain bordelais en 1872

Tableau 32 - Fonctionnaires et employés de l’administration dans l’espace urbain bordelais en 1872
  • 6 Cours Saint-Jean (cours de la Marne), cours d’Aquitaine (cours A. Briand), cours Champion de Cicé (...)

7En 1872, fonctionnaires et employés de l’administration occupent une place majeure dans les cantons du centre-ville (3ème, 4ème et 5ème cantons). Ici nous trouvons environ 44 % des effectifs de la fonction publique bordelaise. En revanche, dans les quartiers nord et sud de la cité (1er, 2ème et 6ème cantons), le personnel administratif est nettement moins nombreux, tant en chiffres bruts qu’en données relatives (carte 37). La géographie des domiciles des seuls fonctionnaires (carte 38) est beaucoup plus concentrée. Ses limites correspondent grosso modo à celles du Bordeaux de la Monarchie de Juillet. Peu nombreux sont en effet les fonctionnaires recensés dans les espaces gagnés au-delà de la “ligne des cours”6 par la croissance urbaine entre 1840 et 1870 tant au nord et à l’est qu’au sud de la ville ou sur la rive droite de la Garonne. Aussi la répartition de l’élite administrative dans l’espace bordelais agit-elle comme un indicateur d’une géographie sociale de la ville de caractère plus général. Dans la partie la plus septentrionale de celle-ci, soit le quartier Bacalan à dominante ouvrière, les fonctionnaires sont totalement absents. A la limite de ce Bordeaux prolétarien, dans les quartiers bourgeois des Chartrons et du Jardin Public, nous recensons la totalité des fonctionnaires domicilés dans le premier canton. Plus au sud (deuxième canton), les fonctionnaires sont nombreux à résider dans les sections du Palais-Gallien et de Saint-Seurin et jusqu’à la me Judaïque (nord-ouest du 3ème canton), tous beaux quartiers bordelais au début de la IIIème République. La bourgeoisie administrative est absente du vieux Bordeaux, des quartiers Saint-Pierre, de la Rousselle et Saint-Michel, là où nous recensons de très nombreux employés dont certains vivent en garnis. Elle se rassemble en revanche dans les mes situées entre la me Sainte-Catherine et la ligne des cours, autour de l’Hôtel-de-Ville et du Palais de Justice dans ce qui constitue le cœur-même de la cité. Au sud, elle est absente du quartier de la gare et à proximité des boulevards.

  • 7 DUPEUX, G. “La société bordelaise à la Belle-Epoque” dans Bordeaux au xix e siècle, T. VI de l'His (...)

8Nos cartes préfigurent ainsi celles qui ont pu être dressées relativement aux quartiers bourgeois du Bordeaux de la Belle-Epoque. Elles montrent que ce que G. Dupeux appelle le “mouvement centrifuge de la population”, à savoir le glissement de la bourgeoisie du centre de la ville vers l’ouest est déjà entamé autour de 18707. Au demeurant on peut penser qu’en toute logique ce mouvement a accompagné la naissance des nouveaux quartiers péricentraux. Il serait donc bien antérieur à l’époque qui nous préoccupe ici.

9La géographie des domiciles des fonctionnaires et des employés de l’administration est à confronter à celle des établissements publics. A Bordeaux comme ailleurs, la fonction administrative est en effet une fonction de centre-ville. En particulier, de la rue des Trois-Conils à l’hôpital Saint-André et au cours des Fossés se situent un certain nombre de bâtiments publics où l’on recense en bloc de gros bataillons administratifs : 12 gardes municipaux à la caserne municipale (rue des Trois-Conils) ; 49 gendarmes encasernés rue du Palais de Justice ; 5 employés et concierges à la cour d’appel et au tribunal civil, autant à la prison départementale ; enfin 56 professeurs et employés au lycée. Ces formes d’agglutinement participent de phénomènes, plus généraux (tableau 33).

Carte 37 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L'ADMINISTRATION DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 37 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L'ADMINISTRATION DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 38 - L'ÉLITE ADMINISTRATIVE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 38 - L'ÉLITE ADMINISTRATIVE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Tableau 33 - Répartition du personnel administratif dans l’espace bordelais en 1872 (en pourcentages)

Tableau 33 - Répartition du personnel administratif dans l’espace bordelais en 1872 (en pourcentages)
  • 8 Les employés des tabacs forment un quart du personnel administratif recensé dans ces cantons.

10Ainsi les employés des ponts et chaussées sont-ils sur-représentés dans les cantons du nord de la ville, premier et deuxième surtout, quartiers où sont réalisés sous le Second Empire et du début de la IIIème République les principaux aménagements portuaires. De la même façon, un tiers des fonctionnaires de la préfecture résident dans le deuxième canton, plus précisément aux abords de l’Hôtel de la Préfecture (rue Esprit-des-Lois, rue Louis, cours du XXX Juillet) et dans le quartier de l’Eglise-Saint-Seurin. Mais les exemples de regroupements géographiques les plus caractéristiques sont, les cas particuliers des gendarmes et du personnel de lycée mis à part, ceux des agents des tabacs, des douanes et du personnel judiciaire. 91 % des employés aux tabacs résident dans les 4ème, 5ème et 6ème cantons8 avec un très fort regroupement entre la Manufacture des Tabacs et la route d’Espagne, l’actuel cours de la Somme (carte 39). Les ouvrières aux tabacs peuplent en nombre les passages, cités et impasses qui abondent dans ces quartiers. A deux pas du magasin des tabacs en feuilles, la rue Boyer figure comme la rue des cigarières : nous en avons dénombré 24 pour une population de 305 habitants. La géographie des domiciles des douaniers relève de ce même type de répartition (carte 40). Deux îlots principaux apparaissent. Au nord de la ville (1er canton), le personnel des douanes forme 36 % des fonctionnaires et des employés recensés. Leur présence est importante dans le quartier des Chartrons, aux abords des quais. C’est aussi à proximité des quais que sont domiciliés le plus grand nombre des douaniers résidant dans le centre-ville : en arrière de l’Hôtel-des-Douanes, nous en comptons 90 dans le quartier Saint-Pierre ; ils sont une trentaine entre la rue de la Rousselle et les abords du Grand Marché et près de 40 autour de Saint-Michel. Quant aux magistrats et au petit personnel de la cour, des tribunaux et de l’administration pénitentiaire (carte 41), leur distribution dans l’espace urbain révèle une nette opposition. Au nord du Palais de Justice, les magistrats s’éparpillent dans les quartiers les plus bourgeois de la cité : Saint-Seurin, Jardin-Public, place Dauphine. Cinq d’entre eux sont recensés rue Vital-Carles. Au total, dans les premier, deuxième et troisième cantons de la ville, nous comptons 43 magistrats et seulement 5 employés des tribunaux. Le personnel judiciaire et pénitentiaire subalterne se groupe autour du Palais de Justice, de la prison départementale et dans les rues voisines. Dans les quatrième, cinquième et sixième cantons, nous recensons 29 employés de justice et 14 magistrats. Ce constat n’est pas sans intérêt : à la dissociation observée chez les magistrats entre les domiciles et le lieu d’exercice des fonctions répond chez les employés la superposition relative des deux espaces. En fait, cette opposition reflète simplement celle de la texture sociale des différents quartiers bordelais.

Carte 39 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DES TABACS DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 39 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DES TABACS DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 40 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DES DOUANES DANS L’ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 40 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DES DOUANES DANS L’ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 41 - MAGISTRATS ET EMPLOYES DE LA JUSTICE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

Carte 41 - MAGISTRATS ET EMPLOYES DE LA JUSTICE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872

11On ne peut cependant éviter de s’interroger sur le lien existant entre la présence des services administratifs dans un quartier donné et le recensement dans ce même quartier des employés les desservants. Une première vision des choses est de faire des édifices administratifs des points de fixation. Elle sous-tend l’idée d’une mobilité antérieure des personnels, ceux-ci venant s’installer au plus près de leur lieu de travail. Une autre conception pose la relation inverse. Elle fait la part belle aux opportunités. Les besoins en hommes de la Douane voisine fourniraient un métier tout trouvé aux Bordelais du quartier Saint-Pierre tout comme la Manufacture des Tabacs donnerait un emploi aux femmes en quête de travail et domicilées dans les quartiers l’entourant. La concentration n’indiquerait pas ici un mouvement géographique tendant au regroupement des personnes contrairement au schéma précédent. Naturellement, les deux formules ne s’excluent pas, bien au contraire, elles coexistent. Le second est sans doute plus caractéristique des employés que des fonctionnaires. La différence entre les deux corps renvoie à celle que nous avons pu déceler à travers l’étude des mouvements migratoires.

III. fonction publique et mobilité sociale

  • 9 Par taux de fuite, nous entendons la proportion de fonctionnaires et d’employés ayant disparu des (...)

12Il nous faut revenir sur la notion d’opportunité car elle est au cœur de la question de l’emploi populaire. Elle explique en particulier la forte volatilité du petit emploi administratif. L’exemple de Mont-de-Marsan est à cet égard très parlant et stable tout au long du siècle (graphique 5). Pour cette ville, nous avons dépouillé 9 des 16 recensements auxquels il fut procédé entre 1831 et 1906 et confronté les listes alphabétiques des personnels que nous avons pu ainsi établir (tableau 34). Sur 5 ans (soit un intervalle intercensitaire), le taux de fuite est très élevé9 : 68 % entre 1831 et 1836, 72 % entre 1851 et 1856, 66 % entre 1872 et 1876, 66 % entre 1876 et 1881. Sur 10 ou 15 ans (1872-1881, 1836-1851, 1856-1872) il oscille entre 82 % et 84 %. Sur une période d’observation de 20 ans (1831-1851, 1836-1856, 1851-1872, 1856-1876), c’est autour de 85-90 % des fonctionnaires et des employés qui ont disparu des listes. Les 10-15 % de personnels restants constituent le noyau stable de l’administration. Après 20 années de service, les rangs de ces anciens ne s’éclaircissent que lentement. En 1872, 7 % des agents de l’administration recensés en 1851 sont encore en place. Cette proportion s’abaisse à 5 % en 1876 puis à environ 2 % en 1881. Ces derniers carrés finissent par disparaître en raison des retraites et des décès. Le personnel administratif est ainsi en grande partie renouvelé en 20 ans et totalement en 30 à 40 ans. Les derniers des fonctionnaires et des employés de 1831 ou de 1836 sont recensés en 1876. De l’effectif de 1851 (180 individus) ne subsistent plus que 3 personnes en 1881. En 1906, ils ne sont que 4 à pouvoir déclarer servir l'administration à Mont-de-Marsan depuis les débuts de la IIIème République.

Tableau 34 - Le renouvellement du personnel administratif : l’exemple de Mont-de-Marsan au xixe siècle

Tableau 34 - Le renouvellement du personnel administratif : l’exemple de Mont-de-Marsan au xixe siècle

13Les administrations sont ainsi formées des strates d’individus recensés pour la première fois dans la carrière à des époques différentes. Prenons l’exemple de 1876 : sur les 291 fonctionnaires et employés montois de cette date, un figurait déjà dans les rangs administratifs locaux en 1831 et en 1836, 9 avaient été recensés dès 1851 et 17 en 1856. Près d’un tiers du groupe (105 individus) était en place en 1872. Le restant (très précisément 186 personnes soit 63,9 %) avait rejoint les rangs de l’administration locale dans les quatre années précédant le recensement. Quatre ans plus tard (1881) les trois quarts de l’effectif de 1876 avait déjà fondu. Les notions de volatilité et de renouvellement rapide prennent ici tout leur sens. On pourrait à partir de nos relevés intercensitaires retenir l’image de la vague ou de la marée avec leurs flux et reflux correspondant à l’apport d’éléments nouveaux et au départ d’éléments anciens. En réalité l’image du tourbillon convient mieux car ce mouvement n’est pas périodique mais permanent. Le fait que nous ne puissions procéder qu’à des observations à intervalle régulier ne doit pas nous tromper.

Graphique 5 - LE RENOUVELLEMENT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN AU XIXe SIÈCLE

Graphique 5 - LE RENOUVELLEMENT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN AU XIXe SIÈCLE

14Par ailleurs, les diverses administrations sont inégalement affectées par ce processus. Toujours à Mont-de-Marsan, entre 1872 et 1876, c’est au sein du personnel judiciaire, de l’administration préfectorale et de l’administration municipale que nous observons la stabilité la plus forte : 50 à 60 % du personnel reste en place entre les deux dates. Elle est moindre parmi le personnel des administrations financières et des contributions, de la poste, des ponts et chaussées, des eaux et forêts puisqu’elle se situe autour de 30-40 %. Elle est faible dans l'enseignement secondaire (moins de 30 %), la gendarmerie et la police (20 %) ; elle est nulle parmi les instituteurs. Sur une période d’observation décennale (1872-1881), la proportion d’éléments stables dépasse 20 % dans l’administration préfectorale (où elle avoisine un tiers), les ponts et chaussées et les eaux et forêts, l’administration municipale. Partout ailleurs, elle est de l’ordre de 15 % sauf dans les secteurs de la gendarmerie et de la police où elle est moitié moindre et bien entendu dans l’enseignement primaire. Les données montoises que nous avons pu recueillir pour les périodes antérieures à la IIIème République font apparaître une distribution similaire des secteurs administratifs en fonction du degré de fuite du personnel avec cependant de notables variantes. Entre 1831 et 1836, les niveaux de stabilité les plus forts sont observés parmi le personnel judiciaire, celui de la préfecture, des ponts et chaussées et de la poste. La stabilité est plus faible parmi le personnel municipal et de l’octroi, celui des administrations fiscales, les instituteurs. Elle est nulle pour ce qui concerne les professeurs de l’enseignement secondaire et les gendarmes. Nous parvenons à un constat assez voisin lorsque nous comparons les recensements de 1851 et de 1856. Notons enfin que les fonctionnaires ne sont pas plus stables que les employés. Entre 1872 et 1876, le taux de fuite des premiers atteint 64 % contre 67 % pour les seconds. Mais la volatilité des uns et des autres n’a sûrement pas la même signification. Chez les fonctionnaires, l’instabilité participe du principe même de la carrière car la mobilité géographique est une des conditions de la promotion professionnelle. Chez les simples employés, elle correspond sans doute au choix d’une activité nouvelle. Quoique fort rares et de moins en moins nombreux au cours du siècle, les exemples de professions multiples symbolisent bien le balancement des activités qu’opèrent ceux qu’à un instant précis nous pouvons recenser comme agents de l’administration. Ainsi, notons-nous en 1851 à Mont-de-Marsan un “portier à la halle et tailleur d’habits” et un “facteur rural et tourneur sur bois”.

15Les places dans les bureaux de la préfecture sont donc, de toutes, les plus stables. Ce constat fait pour les années 1870 vaut pour l’ensemble du siècle. Sur les 49 fonctionnaires et employés montois de 1831 encore en fonction en 1836 nous trouvons 10 agents de la préfecture auxquels nous pouvons d’ailleurs ajouter l’architecte du département. Restent en place en effet 3 conseillers de préfecture, 2 chefs de division, 1 sous-chef et 4 simples employés. En 1856, sur les 39 agents de l’administration déjà en place en 1851, sept appartiennent à la préfecture... Cette stabilité particulière s’explique par les possibilités de promotion qu’offrent les bureaux préfectoraux. De commis à chef de division quelques employés y gravissent les échelons de la carrière. La meilleure illustration que nous puissions fournir ici est le cas des Pujolle. En 1851, François Pujolle, âgé de 30 ans est recensé comme simple employé. En 1872 et en 1876, nous le retrouvons comme chef de division. Joseph Pujolle (est-ce le fils du précédent ?), commis âgé de 26 ans selon le recensement de 1876 est chef de bureau en 1881. Nous ignorons ce que fut la suite de sa carrière à la préfecture, mais nous le retrouvons en 1906 : il est alors receveur municipal. Au total, nous avons relevé une dizaine de cas comparables à celui des Pujolle dans les rangs des administrations de l’Aquitaine urbaine.

  • 10 Edouard Brettes, recensé comme conseiller de préfecture en 1831 l’est comme président du tribunal (...)

16Privilégier les réussites ne doit pas nous amener à oublier l’essentiel. A court terme évidemment (5 ans) mais aussi à moyen (10, 15, 20 ans) et à long terme, la stabilité au service de l’administration se double d’une stabilité dans la fonction. Sur les 17 fonctionnaires et employés montois de 1831 encore en place en 1851, deux seulement semblent avoir gravi quelques degrés hiérarchiques. Sur les 17 de 1836 retrouvés en 1856, 4 ont monté dans le rang. Encore que l’un d’entre eux, Joseph Henry Duvin, surnuméraire des postes sous la Monarchie de Juillet soit devenu directeur de la même administration au lieu et place de son père. Enfin, 47 des 49 fonctionnaires et employés de 1881 déjà en fonction de 1872 conservent la même place. Peut-être convient-il de nuancer cette impression de stabilité en tenant compte de faux-semblants possibles. Tel recensé répétitivement “employé des contributions” d’un recensement à l’autre n’occupe pas nécessairement tout au long de la période le même rang hiérarchique. Inversement, peut-être convient-il aussi de corriger à la baisse le nombre des promotions apparentes. Tel autre recensé employé au cadastre puis vérificateur dans la même administration a-t-il effectivement connu la progression dans le service que suggère le rapprochement des documents ? Quelle part faire dans tous ces cas à l’imprécision des dénominations ? Quelles que soient les réponses à ces questions, elles n’apparaissent pas de nature à remettre en cause notre conclusion d’ensemble : les formes de stabilité, sauf la stabilité géographique, se conjuguent entre elles. Ajoutons que, dans la même perspective, tout au long du siècle, les formes de passage d'une administration à l’autre sont marginales. Selon un processus que l’on a pu repérer ailleurs qu’à Mont-de-Marsan, quelques magistrats du tribunal civil migrèrent vers le conseil ou le secrétariat général de la préfecture ou inversement10. De même nous observons 3 ou 4 chassés-croisés, d’une administration des contributions à l’autre, de la police à l’octroi. Ainsi, sauf exception, l’horizon social qui s’offre au noyau stable du personnel administratif paraît bien étroit.

17De même, la mobilité sociale inter-générationelle n’est-elle qu’assez faible. Les recensements, par leur nature même, n’apportent que de médiocres lumières sur l’origine sociale du personnel administratif. Ainsi, nous ne connaissons la profession des pères que de 6 % des fonctionnaires et des employés bordelais de 1872 et l’information est à peine meilleure (8 %) pour 1906. Elle nous est donnée par la cohabitation sous le même toit de deux générations actives. Cette remarque n’est pas indifférente dans la mesure où nous sommes amenés à comparer deux populations aux structures par âges différentes, des individus situés à des étapes décalées de la vie professionnelle. Oublier l’effet de l’écart chronologique naturel entre les générations, c’est prendre le risque de développer, surtout dans le cas du groupe des fonctionnaires, une analyse biaisée de la mobilité sociale.

  • 11 Agen, Bordeaux, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.
  • 12 Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-L (...)

18Car l’étude ne se pose pas dans les mêmes termes selon que l’on considère la catégorie des fonctionnaires ou celle des employés. Tentons une approche globale. Le petit nombre d’indications pour chaque ville oblige à procéder à des regroupements. Pour 1872, tous recensements confondus11, sur les 280 fonctionnaires et employés pour lesquels nous connaissons l’activité paternelle, ou, à défaut maternelle, 75, soit un peu plus du quart (26,8 %) sont fils ou filles d’agents de l’administration. Dans plus de la moitié des cas, (46 exactement), pères et fils appartiennent au même secteur administratif ; tel employé des douanes est fils d’un douanier retraité, tel piqueur des ponts et chaussées est fils d’un conducteur de la même administration. Les chiffres du début du xxe siècle confirment tout cela : en 1906, un tiers des fonctionnaires et des employés (36 %) est issu du personnel administratif12.

19Doit-on autant parler de continuité professionnelle ? Cette question mérite une réponse nuancée. Dans le cas des fonctionnaires, nous pouvons évoquer le jeu d’une tradition du service de l’Etat, par ailleurs bien connue. C’est particulièrement vrai pour ce qui concerne la magistrature. A Agen en 1872, Charles Bonnet, juge d’instruction est recensé au même domicile que son père, Bernard Bonnet, président à la cour d’appel. A la même date, à Bordeaux, les Bouniceau-Gesmon et les Bourgeade sont représentés au tribunal et à la cour. Dans les autres secteurs de l’administration, le surnumérariat ouvre parfois la voie à cette continuité. Des 20 surnuméraires recensés dans les villes du sud-ouest en 1872 et en 1906, neuf sont fils de fonctionnaires. A Bayonne, en 1906, tel surnuméraire de l’enregistrement est le fils même du receveur des domaines ; à la même date, à Pau, tel surnuméraire aux contributions directes est le fils du directeur de la même administration. De la sorte, un certain nombre de jeunes gens mettent le pied à l’étrier d’une carrière administrative souvent destinée à s’élever comme le montre à Mont-de-Marsan l’exemple de Joseph Henry Duvin, évoqué plus haut. Dans le cas de fonctionnaires soumis au cautionnement, cette continuité s’apparente à celle d'une affaire de famille.

20Rien de tel parmi les employés. Ici frappe le paradoxe entre la continuité apparente de l’activité professionnelle d’une génération à l’autre et la forte volatilité du petit emploi public, telle que nous avons pu précédemment la souligner. C’est qu’à la vérité, chez les employés, la répétition de l’activité entre pères et fils traduit moins un phénomène de continuité qu’un phénomène de simultanéité. En considérant cette dernière notion comme centrale, nous parvenons à réduire le paradoxe constaté. En effet, rien ne permet de présager de la stabilité dans la carrière d’un jeune commis aux contributions recensé en même temps que son père, employé lui-même de la même administration. Au contraire, la statistique montre la fragilité d’une telle situation.

  • 13 On notera les fortes incertitudes de la hiérarchie socioprofessionnelle que nous proposons à trave (...)

21Ce schéma général souffre d’exceptions. La plus notable est celle des maîtres de l’enseignement primaire au sein desquels la tradition familiale est à l’origine de vocations durables. En 1872, sur les 38 instituteurs ou institutrices dons nous connaissons l’origine sociale, 4 sont fils ou filles d’institutrices, 2 d’instituteurs, 2 autres encore comptent à la fois leurs père et mère dans l’enseignement primaire. Poulie reste, instituteurs et institutrices paraissent issus des couches supérieures du monde du travail, (horloger, tapissier, libraire) et de l’artisanat (sculpteur-marbrier...), ainsi que de la petite ou de la moyenne bourgeoisie (voir l’annexe 8 et pour 1906 l’annexe 9)13.

22Plus généralement, les phénomènes de reproduction sociale l’emportent. Magistrats et fonctionnaires sont originaires des classes aisées de la société. La pépinière des employés et des commis est constituée par les classes populaires. Au bas de l’échelle de par leurs origines sociales, se trouvent les cigarières bordelaises : 14 d’entre elles sur 59 sont au début de la IIIème République filles de manœuvre ou de journalier. Le père de celle-ci est journalier et sa mère portanière ; cette autre est fille d’un tailleur de pierres et d’une marchande-ambulante.

  • 14 Même liste de villes qu’à la note 11.
  • 15 Même liste de villes qu’à la note 12.
  • 16 Sur ces 21 étudiants nous comptons en effet 5 étudiants en droit, 2 en théologie et un polytechnic (...)

23Inversons les termes de l’analyse : que deviennent les fils et les filles des fonctionnaires et des employés ? Pour 1872, nous connaissons la descendance active de 382 d’entre eux soit 511 individus. Sur ce nombre, 92 (18 %) se classent parmi le personnel de l’administration publique14. Les chiffres de 1906 sont sensiblement du même ordre de grandeur : 322 fonctionnaires et employés comptent auprès d’eux des enfants engagés dans la vie professionnelle, très exactement 437 : 83 (19 %) appartiennent à l’administration15. D’une façon plus large, les phénomènes de reproduction sociale sont ici encore très forts (pour le détail voir les annexes 10 et 11). Prenons l’exemple de 1872 (annexe 10). En fonction de leur activité, les fils des fonctionnaires peuvent être classés parmi les strates supérieures de la société. Dans leurs rangs figurent 11 avocats ; parmi ces derniers 6 sont fils de conseillers à la cour et d’un avocat-général et forment sans doute eux-mêmes des magistrats en puissance. De même, parmi la descendance des fonctionnaires et des employés nous avons recensé 27 étudiants : 21 sont issus de fonctionnaires, la filière du droit paraissant la plus suivie16. A côté d’eux et issus du même groupe social, nous comptons quelques clercs ou aspirants au notariat, des négociants, quelques fonctionnaires moyens et supérieurs mais aussi beaucoup d’employés de l’Etat, du commerce ou de la banque. En tous cas, rares sont ceux absorbés par des activités manuelles.

24Très différente est bien sûr la situation des fils d’employés quoique l’atavisme social soit ici encore fortement marqué. Les contingents les plus importants se rangent dans le monde des employés de toute nature mais nombreux également sont ceux qui figurent dans les activités de production. Dans ce domaine, le recensement de 1872 ne permet pas de distinguer entre artisans et ouvriers. Quant aux filles, nous les trouvons en masse dans les petits métiers. Elles se font lisseuses et lingères (37), tailleuses de robes (44), couturières (22), etc... Aussi, l’exercice d’un petit emploi public n’est qu'en de très rares cas (4 % environ), le prélude d'une promotion sociale à la génération suivante. Les chiffres de 1906 traduisent les mêmes réalités (annexe 11), à ceci près que les fils des employés de l’administration sont moins représentés dans les rangs des artisans et des ouvriers que trente-quatre ans plus tôt. Le monde des employés paraît s’être entre temps détaché de celui du travail, s’être partiellement autonomisé en quelque sorte. Mais cette apparente promotion n’est peut-être que le produit de la modification structurelle de l’emploi pendant la Belle Epoque ; les besoins en employés ont cru plus vite que les besoins en ouvriers.

  • 17 Mais aucun de la Creuse.
  • 18 Ajoutons à cette liste non exhaustive une “marchande de café au lait”, épouse d'un employé municip (...)

25L’impression dominante d’une faible capillarité sociale doit être cependant nuancée et ce, doublement. D’abord parce que, comme nous l’avons précédemment relevé, nous comparons l’activité de deux générations d’âges différents. Ensuite, parce que notre étude se fonde sur le classement de simples dénominations professionnelles. Elle ignore les différences de statut social et les situations économiques réelles. Il reste que notre conclusion d’ensemble n’est pas contestable. De son côté, l’analyse de la composition des couples souligne l’importance variable des phénomènes d’homogamie. Le faible niveau de l’activité féminine réduit le nombre de cas d’observation. Les indications relatives à l’activité de l’épouse ne concernent que les employés, ce qui, en soi, constitue un signe. L’activité féminine est plus fréquente à ce niveau-là qu’à celui des fonctionnaires. Evoquons seulement deux exemples, ceux de Bordeaux en 1872 et de Pau en 1906 (annexes 12 et 13). Les couples au sein desquels les deux conjoints prennent rang parmi le personnel administratif sont peu nombreux à Bordeaux, 47 sur 447 (10,5 %) contre environ un tiers à Pau (27 sur 82). Dans ces cas, nous ne pouvons à proprement parler d’endogamie. Au sens strict, celle-ci ne peut être observée qu’au moment du mariage. Or les recensements nous livrent des situations matrimoniales dont on ne peut être assuré qu’elles répètent fidèlement la situation professionnelle des époux au moment de leurs noces. Ceci noté, quelques points méritent attention. Sur les 47 couples bordelais que nous qualifierons malgré tout et par commodité d’endogames, 7 concernent des instituteurs et des institutrices ou des professeurs. A Pau, les chiffres sont de 17 sur 27. A Bordeaux, nous relevons aussi un nombre important de couples formés d’employés des tabacs et de cigarières (24 couples sur 42 dans lesquels figure un employé des tabacs et sur les 225 dans lesquels nous trouvons une cigarière). D’une façon plus générale, aucune alliance dissonante n’est observée. Professeurs, chefs de division et de bureau, rédacteurs, instituteurs, commis principaux ont semble-t-il trouvé conjoint dans les rangs de la petite voire de la moyenne bourgeoisie à laquelle ils appartiennent eux-mêmes. De la même façon, le caractère populaire des ménages s’étendant des employés des postes aux cigarières et aux concierges ne fait pas de doute. Prenons l’exemple des cigarières, déjà évoqué : 25 d’entre elles sont mariées à de simples manœuvres ou journaliers, 20 à des tailleurs de pierres et à des maçons parmi lesquels un certain nombre sont originaires de la Haute-Vienne17. Telle autre est l’épouse d’un frotteur venu du Cantal ; celles-ci sont mariées à des menuisiers et à des tonneliers (11), des employés des chemins de fer (11), des portefaix (7), des chaudronniers (7), des forgerons (6), des cordonniers (5), des charretiers, marins, emballeurs et sacquiers, fabricants de caisses... Le tableau est de même nature pour ce qui relève des employés masculins : couturières, tailleuses, lisseuses et petites marchandes de fleurs, de beurre, d’oranges...18 fournissent l'essentiel des épouses.

Notes

1 Agen, Dax, Mont-de-Marsan, Périgueux. Villeneuve-sur-Lot.

2 Agen, Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot.

3 La proportion est la même en 1906. Ainsi à Bayonne nous comptons 50 employés dotés d'un domestique sur 496 ; à Dax, ils sont 22 sur 208 dans ce cas, à Pau 64 sur 575...

4 A Libourne, nous comptons 2 domestiques chez le sous-préfet, le président du tribunal civil et chez deux autres magistrats ; 2 domestiques encore chez le receveur-particulier, le conservateur des hypothèques mais aussi chez un professeur au collège ; 3 enfin chez le directeur des haras. A Mont-de-Marsan, le préfet des Landes est entouré d'un valet, d’une femme de chambre et d'une cuisinière. Le trésorier-payeur a le même nombre de personnes à son service et l’on compte 2 domestiques chez le président du tribunal, le procureur de la république, un conseiller de la préfecture, un contrôleur des contributions directes, un inspecteur des eaux et forêts, un ingénieur des ponts et chaussées et un professeur. Enfin, à Pau, nous rencontrons 2 domestiques chez le chef de cabinet du préfet, chez un conseiller de préfecture, 5 magistrats de la cour et 3 conservateurs des hypothèques ; nous trouvons 3 domestiques chez le premier-président et 2 conseillers à la cour, le conservateur en chef du château, l’ingénieur en chef des ponts et chaussées, le garde général des forêts, le trésorier-payeur-général.

5 Nous retrouvons pour 1906 le même phénomène de concentration. A Bayonne sur 97 domestiques, 53 sont nées en Pays Basque et 10 à Bayonne. A Pau, sur 183 domestiques, 144 viennent de la campagne béarnaise, 4 de Pau, 17 du Pays Basque, des Landes, des Hautes-Pyrénées et un nombre plus petit encore du Gers, de la Dordogne et de la Gironde.

6 Cours Saint-Jean (cours de la Marne), cours d’Aquitaine (cours A. Briand), cours Champion de Cicé (cours de la Libération et A. France), rue Dauphine (rue Nancel-Pénard), cours de Tourny (cours Clemenceau), cours du Jardin Public (cours de Verdun).

7 DUPEUX, G. “La société bordelaise à la Belle-Epoque” dans Bordeaux au xix e siècle, T. VI de l'Histoire de Bordeaux (dirigée par Ch. Higounet), Bordeaux : 1969, p. 438.

8 Les employés des tabacs forment un quart du personnel administratif recensé dans ces cantons.

9 Par taux de fuite, nous entendons la proportion de fonctionnaires et d’employés ayant disparu des listes censitaires par rapport à une situation de départ donnée.

10 Edouard Brettes, recensé comme conseiller de préfecture en 1831 l’est comme président du tribunal en 1836 et en 1851. Vital Sentetz, est dénombré comme substitut du procureur du roi (1836), conseiller de préfecture (1851), puis secrétaire-général (1856).

11 Agen, Bordeaux, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.

12 Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot.

13 On notera les fortes incertitudes de la hiérarchie socioprofessionnelle que nous proposons à travers nos annexes 8 et 9 : tous les rentiers n'appartiennent pas à la bourgeoisie, le groupe de marchands et des négociants est économiquement très bigarré ; quant aux métiers du bois, du textile, du cuir, etc... ils rassemblent des artisans et des ouvriers dont la situation sociale est sûrement très diverse.

14 Même liste de villes qu’à la note 11.

15 Même liste de villes qu’à la note 12.

16 Sur ces 21 étudiants nous comptons en effet 5 étudiants en droit, 2 en théologie et un polytechnicien. Pour les autres, les recensements n'apportent aucune précision.

17 Mais aucun de la Creuse.

18 Ajoutons à cette liste non exhaustive une “marchande de café au lait”, épouse d'un employé municipal et une “plumeuse de volailles” mariée à un sergent de ville.

Table des illustrations

Titre Tableau 32 - Fonctionnaires et employés de l’administration dans l’espace urbain bordelais en 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Carte 37 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L'ADMINISTRATION DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Carte 38 - L'ÉLITE ADMINISTRATIVE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 33 - Répartition du personnel administratif dans l’espace bordelais en 1872 (en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 39 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DES TABACS DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Carte 40 - FONCTIONNAIRES ET EMPLOYES DES DOUANES DANS L’ESPACE BORDELAIS EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Carte 41 - MAGISTRATS ET EMPLOYES DE LA JUSTICE DANS L'ESPACE BORDELAIS EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 34 - Le renouvellement du personnel administratif : l’exemple de Mont-de-Marsan au xixe siècle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 5 - LE RENOUVELLEMENT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN AU XIXe SIÈCLE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19627/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search