Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Chapitre 4. Les caractères démographiques

Texte intégral

1Entre la Commune et la Belle Epoque, les structures par âges de la société administrative connaissent une évolution sensible. Parallèlement s'opère un mouvement de féminisation de la fonction publique. Enfin, l'étude des structures familiales révèle une nette dichotomie sociale entre les fonctionnaires et employés.

I. les structures par ages

2Sur le plan des structures par âges, les groupes administratifs de l'Aquitaine urbaine sont peu différenciés (tableau 24).

Tableau 24 - Age moyen des fonctionnaires et des employés de l’administration dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)

Tableau 24 - Age moyen des fonctionnaires et des employés de l’administration dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)

* 1876

  • 1 L'anomalie dacquoise en 1872 tient à la jeunesse des magistrats du tribunal et des professeurs du (...)
  • 2 Les chiffres concernant Hagetmau ne sont pas significatifs.

3Partout, sauf les exceptions de Dax et de Saint-Sever en 1872, les fonctionnaires sont sensiblement plus âgés que les employés1. L'écart d'âge reste, en moyenne, stable entre 1872 et 1906, autour de 7 ans. 11 correspond pour partie au degré différent d'avancement des carrières. D'une ville à l'autre cependant l'amplitude varie. Elle dépasse 10 ans à Bordeaux en 1872 et à Pau en 1906. Elle avoisine ce niveau à Bayonne à la même date2. En revanche elle n'atteint pas 4 ans à Villeneuve-sur-Lot en 1872 et dépasse à peine un an à Dax en 1906. Enfin, entre la Commune et la Belle-Epoque, nous n'observons qu'un très relatif vieillissement de la société administrative puisque l'âge moyen de l'ensemble formé par les fonctionnaires et les employés passe de 40,9 à 41,2 ans.

4Autant conclure à la stabilité des structures démographiques du groupe. D'une date d'observation à l'autre, la répartition par tranches d'âges ne varie guère non plus (tableau 25).

Tableau 25 - Répartition par tranches d'âges du personnel administratif de l'Aquitaine urbaine en 1872 et en 1906

Tableau 25 - Répartition par tranches d'âges du personnel administratif de l'Aquitaine urbaine en 1872 et en 1906

* Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.
** Sondage au 1/10ème.
*** Agen, Bayonne, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot, Chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne.

  • 3 Pour chacune des villes voir l'annexe 4.

5Dans le détail néanmoins nous observons que la catégorie d'âges la plus jeune, les moins de 20 ans, voit sa part déjà très réduite en 1872, diminuer en 19063. Cette évolution est nette surtout dans les villes de l'Aquitaine autres que Bordeaux. A l'autre extrémité de la pyramide des âges, la place des plus de 60 ans ne change pas, autour de 8-10 %. Les 20-59 ans, l'âge actif par excellence, rassemblent donc entre 85 et 90 % des effectifs. Dans cet ensemble, un glissement interne a lieu entre la Commune et la Belle Epoque. En 1872, les 20-39 ans sont les plus nombreux ; en 1906, les 40-59 ans l'emportent en nombre. Au total, le vieillissement du personnel administratif que nous avons constaté entre les deux dates tient à la régression du nombre relatif des individus les plus jeunes (les moins de 39 ans) et au renforcement du nombre des fonctionnaires et des employés d'âge mûr (40-59 ans). Il convient de le répéter : ce mouvement se réduit à une évolution modeste. Que traduit-il ? Sans doute correspond-il au vieillissement de la société française prise dans son ensemble. Mais ne pourrait-on pas évoquer aussi une croissance des exigences culturelles en matière de recrutement et dont l’effet aurait été de retarder un peu l'âge d'entrée dans l'administration ? A moins que ce vieillissement n'exprime un tassement global du recrutement dans les années précédant le recensement de 1906. Ici, nous sommes réduits à formuler de simples hypothèses.

6En fait, les chiffres dont nous disposons pour la période antérieure à 1872 et concernant les villes de Libourne et de Mont-de-Marsan font apparaître une évolution plus complexe. A Libourne, les moins de 39 ans qui représentent en 1856 50,6 % de l'ensemble des fonctionnaires et des employés, en regroupent 47,1 % en 1872 et 46,9 % en 1906, soit un lent mouvement de vieillissement. Si nous considérons les moins de 25 ans seulement, nous observons les chiffres suivants ; 8,1 % en 1856, 15,2 % en 1872, 5,4 % en 1906. Le mouvement décrit est double avec un rajeunissement du personnel à la fin du Second Empire et un vieillissement marqué ensuite. Certes, au niveau de l’étude d’une seule ville, de petite taille qui plus est, l’analyse des structures démographiques peut être biaisée par un phénomène de hasard dans la distribution des âges. Or, à Mont-de-Marsan, nous observons sensiblement la même évolution qu’à Libourne. En 1831, les moins de 25 ans représentent 6,6 % du personnel administratif, 11,2 % en 1851 ; 14,4 % en 1872 et enfin 10,6 % en 1906. Cette concordance des évolutions libournaise et montoise appelle de nouvelles recherches.

7Par ailleurs, le tableau qui suit met en relief deux structures par âges sensiblement différentes, celle des fonctionnaires et celle des employés (tableau 26).

  • 1 Statistique élaborée sur la même base urbaine que celle du tableau 24.

Tableau 26 - Fonctionnaires et employés de l’administration : deux structures par âges différentes1

Tableau 26 - Fonctionnaires et employés de l’administration : deux structures par âges différentes1

8On le voit, plus de la moitié des fonctionnaires en 1872, près des deux tiers d’entre eux en 1906 ont entre 40 et 59 ans. En revanche, parmi les employés, la catégorie dominante est celle des 20-39 ans. Par ailleurs, la tranche d’âges la plus jeune, les moins de 20 ans, est sur-représentée dans le groupe des employés tandis que les plus de 60 ans sont deux fois plus nombreux parmi l’encadrement administratif qu’au sein du petit personnel. Pourtant, c’est parmi ce dernier que nous rencontrons dans presque toutes les villes les individus les plus âgés. En 1872, le doyen des employés libournais est un porteur de contraintes de 72 ans ; à Mont-de-Marsan c’est un gardien à l’abattoir de 76 ans ; à Agen un sergent de ville de 73 ans. A Périgueux (1876) et, en 1906 à Bayonne, Bordeaux, et Villeneuve-sur-Lot figurent dans l’administration quelques employés octogénaires tel cet agent de ville bordelais, domicilié rue Lagrange, âgé de 89 ans ! Le fait que ce soit aussi parmi les employés que l’on recense les individus les plus jeunes est, en revanche, conforme à l’ordre des choses. En 1872, nous trouvons à Libourne un jeune commis à la sous-préfecture âgé de 15 ans. A la même date, nous avons recensé à Mont-de-Marsan un commis à l’enregistrement de 16 ans ; à Agen, un employé de mairie de 15 ans. A Bordeaux (1872), à Périgueux (1906) et pour 1906 à Bordeaux, Mont-de-Marsan, Pau et Villeneuve-sur-Lot, nous comptons quelques employés âgés de 13 ou 14 ans.

9Il est inutile d’insister sur ces données que nos pyramides des âges reprennent (graphique no 3). A date d’observation identique, elles présentent toutes le même profil, à quelques variations près. Celles de 1872 révèlent une répartition relativement peu déséquilibrée des fonctionnaires et des employés dans toutes les tranches d’âge quinquennales situées entre 25 et 59 ans. Celles de 1906 montrent la part tout à fait importante en nombre qu’occupent alors les 35-50 ans dans les rangs de l’administration. La comparaison des pyramides d’Agen pour 1872 et pour 1906 est à cet égard particulièrement frappante. On ne peut tenir l’évolution similaire du profil de la plupart des autres pyramides pour le produit d’un simple hasard. Est posée encore une fois ici la question des flux en matière de recrutement dans l’administration sans que nous puissions lui apporter la moindre réponse.

  • 4 A Périgueux nous recensons en 1876 deux instituteurs âgés de 15 ans. L’un d’eux figure comme “inst (...)
  • 5 Age moyen des instituteurs bordelais en 1906 : 48 ans, des institutrices : 41 ans. Pour Mont-de-Ma (...)
  • 6 PROST, A. L’enseignement en France 1800-1967. A. Colin, 1968, chap. X, “Un nouveau venu : l’enseig (...)
  • 7 Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique et qui fut aussi président du conseil général des (...)
  • 8 A Périgueux, l’âge moyen des professeurs au lycée atteint 39,5 ans en 1876.
  • 9 Au collège de Dax en 1872, les professeurs ont en moyenne 37 ans ; c’est à deux ans près l’âge moy (...)

10Portée au plan de chaque administration, l’analyse démographique permet de dégager une hiérarchie des âges moyens même si, d’un secteur à l’autre les écarts sont faibles (graphique no 4 et annexe 5). Cette hiérarchie est répétée d’une ville à l’autre. Elle est déterminée, mais pour partie seulement, par le rapport interne à chaque branche de l’administration entre le nombre des fonctionnaires et celui des employés. Par là même, la jeunesse relative des domestiques attachés aux établissements scolaires et celle des instituteurs et des institutrices n’est pas pour surprendre4. A Mont-de-Marsan, maîtres et maîtresses d’école ont 29 ans d’âge moyen en 1872 mais à Bordeaux cette moyenne atteint presque 38 ans. Dans cette ville, plus du quart des instituteurs et des institutrices (52 sur 182 soit 28,6 %) ont cependant moins de 25 ans. Les exemples de Bayonne et de Pau en 1906 montrent que les institutrices ne sont ni plus âgés que leurs collègues masculins contrairement à ce que l’on peut observer dans la plupart des cas comme à Bordeaux, Mont-de-Marsan ou Villeneuve-sur-Lot5. Par rapport aux écoles primaires, les établissements d’enseignement secondaire et les facultés bordelaises sont peuplés, dans l’ensemble, de professeurs d’âge plus mûr. En 1872, les professeurs du lycée de Bordeaux ont un peu plus de 44 ans d’âge moyen et ceux des facultés, 43 ans. En 1906, le corps des professeurs du lycée est sensiblement plus jeune (42 ans) mais, dans les facultés, les professeurs sont nettement plus âgés que trente ans plus tôt (51 ans). Cette élévation de l’âge moyen des professeurs de l’enseignement supérieur est peut-être à mettre en rapport avec la véritable renaissance que connaît cet enseignement au début de la IIIème République. La réforme universitaire s’est alors accompagnée de changements qualitatifs parmi le personnel. Savants et spécialistes succèdent au rhéteurs de l’époque précédente, les chaires sont tenues par des maîtres confirmés6. Comment ne pas évoquer ici la personnalité de Camille Jullian ? Ce vieillissement, nous pouvons l’observer aussi aux lycées de Mont-de-Marsan et de Bayonne, le premier ouvert en 1866, le second en 1879. Lors de leur création, ces lycées furent pourvus d’une pléiade de jeunes talents7 dont certains devaient être par la suite appelés à de brillantes carrières. A Mont-de-Marsan, les professeurs du lycée ont ainsi à peine plus de 35 ans d’âge moyen et ceux du lycée Saint-Léon à Bayonne, 26 ans8. En 1906, la moyenne dépasse 47 ans à Mont-de-Marsan et 48 ans à Bayonne. Nous retrouvons là des valeurs voisines de celles observées à Bordeaux ou à Pau (43 ans) en 1906 et une évolution comparable à celle relevée au lycée d’Agen, l’âge moyen des professeurs passant dans cette ville de 35 ans à 43 ans entre 1872 et 1906. Enfin, le phénomène de vieillissement apparaît avec la même amplitude dans les collèges comme le montre l’exemple de Libourne où l’âge moyen des professeurs passe de 32 ans en 1856 à 39 ans en 1872 pour atteindre 47 ans en 19069.

  • 10 Dans les lycées cependant nous rencontrons avec les répétiteurs un personnel jeune : 28 ans d’âge (...)

11Ce mouvement de vieillissement est, comme nous l’avons vu, général dans la fonction publique. Ici, cependant, la tendance est plus appuyée qu’ailleurs. Il est clair que ce vieillissement est à mettre en relation avec l’amélioration de la “condition universitaire” pour reprendre la formule de P. Gerbod. Les professeurs que nous avons recensés sans pouvoir les rattacher à un lycée ou à un collège sont d’ailleurs sensiblement plus jeunes que leurs collègues. A Bayonne, par exemple, la différence d’âge dépasse 11 ans en 190610.

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À PERIGUEUX EN 1876

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À PERIGUEUX EN 1876

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À BORDEAUX EN 1872 ET EN 1906 (Pourcentage des effectifs bruts)

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À BORDEAUX EN 1872 ET EN 1906 (Pourcentage des effectifs bruts)

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À LIBOURNE EN 1856,1872 ET 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À LIBOURNE EN 1856,1872 ET 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À DAX EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À DAX EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1831 ET EN 1851

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1831 ET EN 1851

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À AGEN EN 1872 ET 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À AGEN EN 1872 ET 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DES FONCTIONNAIRES DOMICILIÉS À BAYONNE ET À PAU EN 1906

Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DES FONCTIONNAIRES DOMICILIÉS À BAYONNE ET À PAU EN 1906

Graphique 4 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ÂGE MOYEN DES FONCTIONNAIRES ET DES EMPLOYÉS

Graphique 4 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ÂGE MOYEN DES FONCTIONNAIRES ET DES EMPLOYÉS

1 - Domesticité des écoles. Collèges, lycées
2 - Enseignement primaire
3 - Enseignement secondaire et supérieur, écoles normales, académie
4 - Administration préfectorale
5 - Postes, télégraphes
6 - Police, gendarmerie
7 - Ponts-et-Chaussées, Mines, Eaux-et-Forêts, Douanes, Haras, Administration des contributions et des finances
8 - Administration municipale, octroi
9 – Magistrats
* Insuffisance de données

Graphique 4

  • 11 L’âge moyen des 5 gardes au cimetière recensés en 1872 à Bordeaux est de 65,5 ans.

12Quarante ans constitue l’âge médian des fonctionnaires et des employés considérés dans leur ensemble. Autour de cette valeur se trouve l’âge moyen du personnel des préfectures, de l’administration des postes et des télégraphes, de la police et de la gendarmerie, des ponts-et-chaussées, des contributions et des finances. Au sein de quelques-uns de ces secteurs nous pouvons noter de sensibles différences comme le montre l’exemple de Bordeaux en 1872. Les gendarmes bordelais (35,5 ans) sont ainsi plus jeunes que les agents de police locaux (41,6 ans) ; dans les tabacs, le personnel (37 ans) est moins âgé qu’à la douane (41 ans) ou dans les autres administrations fiscales et financières (42,6 ans). Ce dernier chiffre est lui-même supérieur à celui que l’on observe dans l’administration municipale et de l’octroi (38,7 ans). Mais ici la situation bordelaise est tout à fait particulière. En règle générale en effet, les administrations municipales et de l’octroi se caractérisent, avec la magistrature, par une moyenne d’âge des plus élevées. Ainsi à Agen, Dax et Villeneuve-sur-Lot en 1872 cette moyenne dépasse 50 ans. Ces cas précis montrent que le rang des fonctions ne suffit pas seul à rendre compte des moyennes d’âge. De tels chiffres soulignent que l’emploi municipal participe partiellement des politiques urbaines d’assistance. Avec un emploi, la ville fournit des moyens d’existence à quelques éléments de la population modeste et souvent âgée de la cité. Ainsi à Dax recensons-nous en 1872 à côté d'un balayeur public de 29 ans, “enfant de l’hospice”, 15 employés à l'octroi âgés de 49 à 71 ans et, en moyenne de 58 ans. A Bordeaux, à la même date, nous trouvons un cantonnier de 72 ans marié à une “mendiante, aveugle” de 70 ans et un garde au cimetière également âgé dont l’épouse est “presque aveugle”11. A Pau en 1906, 16 employés municipaux sur 110 ont au moins 65 ans. A Libourne, à la même date, les 16 journaliers, journalières, manœuvres et balayeurs employés par la ville ont plus de 63 ans d’âge moyen et 4 d’entre eux sont septuagénaires.

  • 12 Tribunaux de Périgueux (1876) et pour 1872 : Bordeaux, Libourne, Dax, Mont-de-Marsan, Saint-Sever, (...)
  • 13 Cours d’appel d’Agen et de Pau, tribunaux civils de Libourne, Dax, Mont-de-Marsan, Agen, Villeneuv (...)

13Reste le cas des magistrats. Pour 1872 et l’ensemble de l’Aquitaine nous pouvons distinguer une hiérarchie à trois éléments : les magistrats des cours (55 ans d’âge moyen pour celles d’Agen et de Bordeaux), les juges de paix (52 ans), les magistrats des tribunaux civils (43 ans)12. Pour 1906, la hiérarchie est strictement la même avec respectivement 58, 53 et 43 ans13. Ce tableau appelle quelques commentaires. Il montre que les cours sont composés comme on pouvait s’y attendre de magistrats confirmés et en fin de carrière pour la plupart, tout au moins pour ce qui concerne les sièges de conseillers et de présidents. Sur les 34 magistrats de la cour bordelaise recensés en 1872, 16 ont plus de 60 ans. Le premier-président Charles Raoûl-Duval est alors âgé de 65 ans ; nous comptons en outre 3 présidents respectivement âgés de 61, 65 et 72 ans et un vice-président de 62 ans. En revanche, au parquet, la moyenne d'âge n’est que de 44,5 ans. Viviers des cours, les tribunaux civils rassemblent des magistrats plus jeunes. Ils n’atteignent pas 38 ans en moyenne à Agen et ont tout juste plus de 39 ans à Dax. Naturellement, il faut aussi distinguer ici entre magistrats debout et magistrats assis. Le cas du petit tribunal civil de Saint-Sever a valeur d’exemple. Nous connaissons pour 1872 l’âge de 4 magistrats : le président Castandet est âgé de 70 ans et un juge a 60 ans tandis que le procureur de la République et son substitut (la fonction de substitut correspond presque toujours à un début de carrière) ont respectivement 29 et 28 ans. Les deux premiers de ces magistrats sont natifs de la ville tandis que les deux autres lui sont étrangers. Le double paramètre formé par les structures par âges et les origines géographiques comme moyen d’identification des deux types de magistrats est donc présent ici jusqu’à la caricature.

  • 14 JOURDAN, J.P., cf note 5 du chapitre 2.
  • 15 La loi du 14 juin 1918 a fixé à 75 ans la limite d’âge d’exercice des magistrats cantonaux.

14Quant aux juges de paix, leur âge moyen relativement élevé ne doit pas surprendre. A partir de l’exemple des Landes, des Basses-Pyrénées et des Hautes-Pyrénées étudié entre 1870 et 1914 nous avons pu montrer le caractère tardif d’entrée dans la carrière de magistrat cantonal14. Pour les juges de paix des Basses-Pyrénées cet âge est de 46 ans. En fait, on ne fait pas carrière dans la magistrature des justices de paix. Les juges de paix entrent tous en effet dans la magistrature cantonale en ayant un passé professionnel, parfois important. Bien des exemples de candidature à la magistrature cantonale expriment des échecs sur des voies professionnelles suivies antérieurement. Parfois la nomination à une telle fonction constitue une planche de salut pour des individus ayant subi des revers de fortune, commerçants et industriels, mais aussi pour des notaires ou des avoués aux talents moyens et aux études de peu de rapport. Ce dernier cas ne doit pas être confondu avec celui d’officiers ministériels ayant cédé leur charge à un fils ou à un gendre. Candidats à une justice de paix, ils cherchent à s’assurer une sorte de retraite indépendante. Enfin, il convient de souligner qu’il n’y a pas, jusqu’à la Première Guerre mondiale, d’âge limite à l’exercice de la fonction de juge de paix alors qu’il en existe une dès 1852 pour les autres magistrats. Ainsi avons-nous rencontré au cours de nos dépouillements un juge de paix de 79 ans15.

II. les débuts de la révolution féminine des bureaux

  • 16 THUILLIER, G. Les femmes dans l’administration depuis 1900 ; Paris, PUF, 1988, voir du même : La b (...)

15Outre l'évolution sensible des structures par âges du personnel administratif, la comparaison des pyramides de 1872 et 1906 met en évidence un mouvement de féminisation de la fonction publique. Certes, on ne peut encore parler de "révolution féminine des bureaux" pour reprendre la formule que G. Thuillier retient pour les années 1900-194016 ; la progression de la gent féminine n'en est pas moins sensible (voir annexe 6).

16En fait, le mouvement est entamé dès le milieu du xixe siècle. A Mont-de-Marsan la part des femmes dans l'administration qui était de 1,9 % en 1831 atteint 6,1 % en 1851 et 10,2 % en 1872. Cependant, le plus communément, le personnel administratif n'est féminisé qu'à 5 % au tout début de la IIIème République : 4,2 % à Périgueux en 1876 ; 4,1 % à Libourne en 1872 ; 6,5 % à Dax à la même date. Les cas d'Agen (0,9 % de femmes) et de Bordeaux (20 %) sont, dans des directions opposées, aussi exceptionnels l'un que l'autre. Pour ce qui est d'Agen, le faible niveau de la présence féminine s’explique par le sous-enregistrement de l'enseignement primaire lors de notre dépouillement. Dans le cas de Bordeaux (624 femmes pour un total de 3 049 fonctionnaires et employés de l'administration), la forte féminisation tient à la présence dans cette ville d'une manufacture des tabacs employant en nombre des cigarières. Nous en avons compté 418 : elles forment 81,4 % de la main-d’œuvre recensée de la manufacture des tabacs (513 personnes) et regroupent 67 % des femmes employées dans l'administration à Bordeaux. Dans les cantons sud de la ville, quatrième, cinquième et sixième cantons où nous comptons la majeure partie d'entre elles (385 précisément), la part de l'élément féminin parmi le personnel administratif dénombré atteint respectivement 19,2 %, 26,5 % et 40,1 % ! Aussi, les effectifs féminins et masculins de l'administration des tabacs décomptés, la féminisation de la fonction publique bordelaise n'est-elle plus que de 8,1 % en 1872, soit un taux à peine supérieur à celui observé dans la plupart des autres villes de l'Aquitaine à la même époque.

17Le plus surprenant est qu'en 1906, malgré la présence de ces cigarières, le pourcentage bordelais (18,6 %), correspond aux valeurs les plus fréquemment rencontrées parmi les villes de l'Aquitaine. Nous comptons en effet entre 14 % et 19 % de femmes dans les rangs de l'administration à Villeneuve-sur-Lot, Agen, Mont-de-Marsan, Pau et Bordeaux et 12 % à Bayonne. A Libourne (7,5 %) et à Dax (27,4 %) nous relevons des chiffres anormaux. Là encore, les incertitudes des recensements quant à l'extension véritable de l'enseignement public sont en cause. Ceci étant, les valeurs extrêmes éliminées tant pour 1872 que pour 1906, la croissance brute et relative des effectifs féminins est incontestable, cette croissance étant de l'ordre du triplement.

18Cette progression tient essentiellement au développement de l'enseignement primaire et à l'étoffement de l'administration des postes, deux secteurs dans lesquels l'élément féminin est particulièrement représenté. En 1872, à Bordeaux, nous recensons 136 institutrices primaires et seulement 45 maîtres d'école ; à Pau en 1906, les trois quarts des enseignants des écoles élémentaires sont des institutrices. Toutes ces écoles sont-elles publiques ? Dans les 14 chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne dont nous avons étudié le recensement pendant la Belle-Epoque, nous trouvons 21 femmes parmi les 82 fonctionnaires et employés des postes, soit une proportion d'un quart. Les 13 receveurs des postes dénombrés étaient en fait des receveuses ; ces mêmes chefs-lieux comptaient 47 maîtresses d'école et seulement 19 instituteurs.

19Cependant entre 1872 et 1906, l'emploi administratif féminin ne connaît guère de modifications structurelles. Au début de la Troisième République, Bordeaux exclu, la quasi-totalité de l'effectif féminin est formé d'institutrices. Entre la Commune et la Belle Epoque, une certaine diversification s'opère mais le mouvement reste limité. En 1906, les gros bataillons féminins se rencontrent encore dans l'enseignement primaire (environ 73 % des quelques 500 femmes employées dans l'administration, Bordeaux décompté). Pour le reste nous trouvons la poste (13 % parmi lesquelles les receveuses déjà citées et à un niveau subalterne les "dames téléphonistes"), l'enseignement secondaire (environ 5 %), la domesticité et la conciergerie des établissements scolaires (6 %), les divers (2 %). Sauf le cas de quelques professeurs des écoles normales d'institutrices, des lycées et collèges de jeunes filles, sauf aussi celui des receveuses, les femmes occupent encore pendant la Belle Epoque des rangs très modestes dans l'administration. C'est notamment le cas dans l'administration municipale. A Libourne, nous en comptons trois en 1906, deux sont "journalières à la ville" et la troisième balayeuse des rues. Par ailleurs, les administrations financières et fiscales et les cours de justice ignorent les femmes. A Bordeaux en 1872, nous ne recensons en leur sein qu'une tournefeuille au timbre et 3 concierges respectivement à la recette principale du deuxième canton, à l'Hôtel des Douanes sur les quais et au Palais de Justice. En 1906, parmi les 6 femmes employées par le ministère de la justice à Bayonne, Dax, Libourne, Pau et Villeneuve-sur-Lot, nous trouvons 4 surveillantes de prison, une concierge et une institutrice de ces mêmes établissements. Les chiffres bordelais de 1872 comparés à ceux de 1906 (tableau 27) montrent ainsi la stabilité relative de l'emploi administratif féminin durant les premières décennies de la IIIème République.

Tableau 27 - L'emploi administratif féminin à Bordeaux en 1872 et en 1906

Tableau 27 - L'emploi administratif féminin à Bordeaux en 1872 et en 1906

III. les structures familiales

20Les structures par âges ne sont pas sans relation avec la situation familiale du personnel administratif : la proportion de célibataires est plus faible parmi les fonctionnaires plus âgés, que parmi les employés, plus jeunes. Mais à l'inverse, le veuvage est moins fréquent chez les seconds que chez les premiers. Cependant, toutes données confondues, la proportion de célibataires et de veufs atteint en 1872 35 % parmi les fonctionnaires contre 40 % parmi les employés. En 1906 la différence est sensiblement plus marquée avec respectivement 25 % et 34 %.

21Les données cumulées d'Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan et Pau, pour 1906, permettent d'aller un peu plus loin dans l'analyse (tableau 28).

Tableau 28 - Secteurs administratifs et situation matrimoniale des fonctionnaires et des employés à Agen, Bayonne, Mont-de-Marsan et Pau en 1906

Secteurs administratifs

Nombre

Individus mariés

%

Police, Gendarmerie

158

137

86,7

Adm. municipale, octroi

331

267

86,7

Justice

102

73

71,5

Adm. fin., Eaux et forêts, P-et-Ch, Mines

331

228

68,5

Postes

406

274

67,5

Douanes

110

73

66,4

Adm. préfectorale

82

52

63,4

Ens. secondaire

296

157

53

Ens. primaire

315

106

33,6

  • 17 Le corollaire de ce prestige est une assez forte illégitimité des naissances dans ce milieu comme (...)

22Le célibat est assez peu répandu dans le monde de la police et de la gendarmerie. Notre tableau fournit ici l'illustration statistique d'un phénomène intuitivement perçu par l'opinion populaire évoquant la notion de "prestige de l'uniforme"17. Le gendarme est rarement seul et souvent marié tôt. A l'opposé, le célibat paraît inséparable de la condition des maîtres d'école. Seul un tiers d'entre eux est marié en 1906. A Pau, sur 121 maîtres et maîtresses du primaire nous comptons 2 veufs, 72 célibataires (et peut-être dans ce nombre quelques veufs sans enfants que nous n'avons pas identifiés) et seulement 47 mariés. Les structures par âges ne sont qu'en partie une clé d'explication de ce fort célibat car un instituteur sur dix seulement a moins de 25 ans contre il est vrai, une institutrice sur trois. De fait, le célibat est plus répandu parmi les secondes que parmi les premiers. Or, dans les deux cas, la proportion de célibataires (4 sur 5 pour les institutrices, 1 sur 3 pour les instituteurs) est très nettement supérieure à celle des éléments les plus jeunes. La moyenne d'âge des instituteurs célibataires est de 27 ans, celle des institutrices non-mariées s'élève à 37 ans et un tiers d'entre elles ont plus de 45 ans.

23L'exemple palois de 1906 est loin d'être isolé. Nous pourrions de la sorte multiplier les études de cas ; nous n'évoquerons ici que celui de Bordeaux en 1872. Sur les 135 institutrices que nous y recensons nous comptons 95 célibataires (soit 70 %) ; 25 autres sont mariées et il y a en outre 15 veuves. Mais parmi les instituteurs, la proportion de célibataires n'est que de 40 %. Sur le plan des structures par âges, les différences entre les institutrices célibataires et leurs collègues mariées sont minimes. L'âge moyen des premières dépasse à peine 33 ans, celui des secondes atteint 36,5. Il n'y a pas lieu d'insister davantage : les chiffres bordelais, les données paloises montrent les limites de l'explication du célibat constaté dans l'enseignement primaire par les structures par âges. Cette explication démographique ne semble valoir que pour les instituteurs et en partie seulement pour les institutrices chez lesquelles la statistique révèle l'étendue d'un célibat définitif. Dans ce cas, on peut parler d'un fait de culture sociale, le célibat élément d’une règle d'exigence sacerdotale s'appliquant aux institutrices et ne valant guère pour les instituteurs.

  • 18 Au total le personnel du lycée d'Agen en 1906 se compose de 30 mariés et de 18 célibataires. Au co (...)
  • 19 A l'Ecole Normale d'institutrices de la rue David-Johnston à Bordeaux en 1872, seule la directrice (...)

24Nous observons d'ailleurs pareille différence entre les professeurs des lycées et les institutrices des écoles normales de jeunes filles. Dans les lycées où le personnel est masculin, la proportion de célibataires ne dépasse pas le tiers. Au lycée de Bordeaux, nous comptons en 1872 12 professeurs mariés, proviseur et censeur compris (âge moyen : 45 ans) et seulement 6 professeurs célibataires (âge moyen : 38 ans). En revanche, les 21 répétiteurs et les 3 maîtres-auxiliaires sont tous célibataires, liste à laquelle il nous faut ajouter l’économe, le dépensier, le portier, le veilleur et 15 des 19 domestiques, tous masculins. Au total, parmi l'ensemble du personnel, les célibataires l'emportent en nombre sur les mariés (52 personnes contre 18 et un veuf). Le lycée de Bordeaux est encore en 1872 à l’image des lycées du Premier Empire. Il en va également à la même date de celui de Mont-de-Marsan. Ici les célibataires représentent les trois quarts des personnels (37 personnes sur 48) mais les professeurs mariés l'emportent en nombre sur leurs collègues sans épouse (9 contre 7), comme à Bordeaux. Le sondage bordelais de 1906 nous donne, toujours pour le lycée, les noms de 5 professeurs mariés, de 3 célibataires et d'un veuf. A la même date, à Bayonne, les trois quarts des professeurs du lycée sont mariés (20 sur 26) ; sur le même total, nous en comptons 18 à Pau ; à Agen, ils sont 22 sur 27 dans ce cas18. Rien de tel dans les écoles normales d’institutrices, au personnel féminisé : en 1906 à Caudéran, Mont-de-Marsan et Pau nous comptons dans ces établissements 14 professeurs célibataires sur un total recensé de 16 personnes. Pour Bordeaux à la même date, notre dépouillement fait apparaître 3 femmes professeurs au lycée de jeunes filles : toutes les trois (36 ans, 45 ans et 50 ans) sont célibataires19.

25Si les recensements n'indiquent pas les âges au mariage, la comparaison des âges des époux est toutefois permise. Nous avons pu ainsi calculer un écart moyen, en années, entre les fonctionnaires et les employés de l'administration et leurs conjoints. Naturellement, cet écart est positif, compte tenu de la forte masculinité de la fonction publique et de la règle sociale qui veut qu'en général les époux soient plus âgés que leurs épouses (tableau 29).

  • 20 Voir pour le détail des villes l'annexe 7.

Tableau 29 - Ecart d’âges au sein des couples (en années)20

Catégories

1872*

1906**

Fonctionnaires

+ 8,6

+ 7,4

Employés

+ 5,2

+ 4,6

Ensemble

+ 6,1

+ 5,1

* Agen, Bordeaux, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.
**Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot, chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne.

  • 21 GUILLAUME, P. Permanences et mutations dans la société bordelaise contemporaine. Maison des Scienc (...)
  • 22 GUILLAUME, P. La population de Bordeaux au xix e siècle. Paris : A. Colin, 1972.

26L'évolution entre 1872 et 1906 est incontestable ; elle se situe dans le sens d'une diminution des écarts d'âges entre époux, tant pour ce qui concerne la catégorie des fonctionnaires que pour ce qui touche à celle des employés. Nous retrouvons là une illustration d'un mouvement déjà souligné par Pierre Guillaume dans son étude de la population bordelaise au xixe siècle : "Après avoir atteint un maximum au milieu du xixe siècle, l'écart d'âge des époux lors d'un premier mariage, n'avait cessé de diminuer jusqu'en 1914"21. Le même a souligné qu'au xixe siècle, cet écart était plus important dans les milieux aisés que dans les milieux populaires, opposition à laquelle renvoie notre distinction fonctionnaires-employés22.

27Notons que la diminution des écarts d'âges a été plus sensible chez les premiers que chez les seconds, le "comportement" matrimonial des employés, compte tenu de leur nombre, contribuant fortement à façonner celui de l'ensemble du groupe.

  • 23 A Agen en 1872, 31 épouses de fonctionnaires sur 59 sont au moins de 10 ans les cadettes de leurs (...)
  • 24 Agen : 28 sur 71 ; Mont-de-Marsan : 14 sur 45 ; Pau : 26 sur 95.

28Les épouses des fonctionnaires sont assez exceptionnellement plus âgées que leurs maris. Une telle situation ne s'observe que dans 11 couples sur 197 à Bordeaux en 1872 (soit 5,5 %) ; dans 3 cas sur 193 (1,5 %) à Agen, Dax, Mont-de-Marsan, Périgueux, Villeneuve-sur-Lot — toutes données confondues — au début de la Troisième République. Les chiffres de 1906 décrivent la même situation : pour l'ensemble des villes de l'Aquitaine, la proportion dépasse à peine 3,5 %. En revanche, les cas où les épouses sont au moins de 10 ans les cadettes de leurs conjoints-fonctionnaires sont particulièrement fréquents. 45 % des ménages des fonctionnaires bordelais présentent un tel déséquilibre en 1872, l'amplitude maximale atteignant 31 ans. La situation bordelaise n'est en rien exceptionnelle. A Périgueux en 1876, un fonctionnaire sur deux (31 sur 63) est marié à une épouse nettement plus jeune que lui : l'épouse du proviseur du lycée a 14 ans de moins que celui-ci ; les épouses du trésorier-payeur-général et du directeur des contributions directes ont respectivement 17 et 22 ans de moins que leurs maris. Nous pourrions de la sorte multiplier les exemples urbains23. Si de tels écarts subsistent encore en 1906, ils sont cependant moins fréquents que trente-quatre ans plus tôt. Les chiffres bordelais de la Belle Epoque n'ayant pas grande signification, nous retiendrons ici les exemples d'Agen, de Mont-de-Marsan et de Pau : dans ces villes, un fonctionnaire sur trois a pour épouse un conjoint plus jeune d'au moins 10 ans24. Par ailleurs, l'étude de ces amplitudes, en fonction de l'administration de rattachement des fonctionnaires n'est pas sans portée (tableau 30).

Tableau 30 - Ecarts d'âges au sein des couples et administrations de rattachement des fonctionnaires en 1872 et en 1906

Tableau 30 - Ecarts d'âges au sein des couples et administrations de rattachement des fonctionnaires en 1872 et en 1906

*Fonctionnaires mariés recensés à Agen, Bordeaux, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Saint-Sever, Villeneuve-sur-Lot.
**Fonctionnaires mariés recensés à Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot.

29Naturellement, les résultats auxquels nous parvenons sont de valeur statistique inégale compte tenu de la dimension de certains échantillons. A cet égard, les chiffres de 1872 calculés sur un nombre de couples supérieur à celui de 1906 ont aussi une signification plus grande. Les deux séries apparaissent comme la contre-épreuve l’une de l’autre et dégagent les éléments majeurs d’une hiérarchie. En considérant en effet les écarts d’âges au sein des couples comme indice de bourgeoisie, nous pourrions conclure qu’en 1872 les plus hauts fonctionnaires des postes, des ponts et chaussées, des mines, des douanes, que les magistrats des cours d’appel appartiennent aux strates élevées de la bourgeoisie administrative tandis que les fonctionnaires de police, les officiers de gendarmerie, les professeurs des lycées et des facultés, les magistrats des tribunaux civils et des justices de paix se rattachent à la moyenne ou à la petite bourgeoisie. La conclusion n’est que partiellement fondée. Les amplitudes les plus fortes concernent des fonctionnaires dépassant la quarantaine, voire la cinquantaine et, dans ces cas, les alliances révélées par les recensements peuvent tout aussi bien être des remariages. L’objection n’introduit cependant qu’une correction mineure.

30Les forts écarts d’âges ne sont pas par ailleurs inexistants parmi les couples formés par les simples employés de l’administration et leurs conjoints. Prenons l’exemple de Bordeaux en 1872 : dans 23 % des ménages d’employés, nous observons un écart égal ou supérieur à 10 ans. Cette proportion est, rappelons-le, du double (45 %) chez les fonctionnaires. Mais le plus caractéristique chez les employés est qu’assez souvent le conjoint est plus âgé : dans 22 % des cas à Bordeaux au début de la Troisième République, dans 10 à 14 % des couples ailleurs. La différence entre Bordeaux et les autres villes de l’Aquitaine reflète celle des taux de féminisation de la fonction publique, les employés moins âgés que leurs conjoints étant presque toujours des femmes. L’exemple général est ici celui des maîtres de l’enseignement primaire. A Pau en 1906, ils ont en moyenne un an de moins que leurs conjoints mais ces maîtres sont pour l’essentiel des femmes. Les instituteurs sont plus âgés que leurs épouses quelle que soit l’activité de celles-ci (écart : 2,4 ans) mais ont 4,4 ans de plus qu’elles lorsque celles-ci sont institutrices. La formule du mariage d’un instituteur et d’une institutrice appartenant à la même génération est donc plutôt rare. Pour Bordeaux s’ajoute le cas particulier des cigarières et autres ouvrières aux tabacs. L’importance des “écarts négatifs” explique qu’au total les employés bordelais ne sont seulement et en moyenne que 3,5 ans plus âgés que leurs conjoints en 1872 tandis que dans les autres villes la différence est plus marquée (voir l’annexe 7).

31La structure par âges des couples apparaît en fin d’analyse comme un révélateur de la place occupée par les fonctionnaires et les employés dans la stratification sociale. Il en va de même de la taille des ménages. Les ménages nombreux se rencontrent dans une plus forte proportion parmi les fonctionnaires que parmi les employés. Ils caractérisent donc les ménages bourgeois et non les ménages populaires (tableau 31).

Tableau 31 - Taille des ménages des fonctionnaires et des employés de l’administration en (%)

Tableau 31 - Taille des ménages des fonctionnaires et des employés de l’administration en (%)

*Agen, Dax, Libourne, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.
**Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot, chefs-lieux de cantons du Lot-et-Garonne,

  • 25 Par ailleurs, les ménages comprenant plus d’un fonctionnaire ou d'un employé n’ont évidemment été (...)
  • 26 Cette proportion d’isolés parmi les employés se comprend si l’on considère notamment le classement (...)
  • 27 DUCROHET, A. "Le scandale Delebecque et la fermeture de l’Hôtel des Monnaies de Bordeaux" dans Rev (...)
  • 28 Voir notre article déjà cité "Recherches..." dans Revue de Pau et du Béarn, no 17, 1990, p.181-201
  • 29 Jacques Bertillon, un des fondateurs de l’Alliance Nationale pour l’accroissement de la population (...)

32Les fonctionnaires et les employés recensés comme pensionnaires chez des particuliers ont été classés avec les individus isolés ce qui gonfle très légèrement l’importance de cette catégorie. Naturellement, notre tableau ne prend pas en compte les individus recensés en bloc, instituteurs, professeurs et personnels de service des établissements scolaires pour l’essentiel25. En 1872, 20 % des fonctionnaires vivent dans des ménages de plus de 5 personnes et 20 % des employés sont des individus isolés26. Entre la Commune et la Belle Epoque, la part des isolés parmi les employés régresse cependant très sensiblement. Peut-on évoquer comme explication le recul de la jeune génération dans les rangs de l’administration ? Il s’ensuivrait que là où nous avions en 1872 des jeunes célibataires, souvent isolés, nous trouverions en 1906 des couples avec ou sans enfants. A Bordeaux, en 1906, plus de la moitié des employés isolés vivent dans des garnis contre seulement 3 fonctionnaires. La plupart d’entre eux sont des émigrants. Encore une fois, ce constat renvoie à des réalités sociales plus générales. Quant aux fonctionnaires, il faut ajouter que la présence d’un ou de plusieurs domestiques autour de la famille accroît d’autant et artificiellement la taille du ménage puisque cette domesticité intégrée lui est étrangère. Rue du Palais-Gallien, Henri-Archange Delebecque, directeur de la monnaie, entouré de son épouse et de ses 4 enfants dispose ainsi de 4 domestiques ; au total le ménage compte 10 personnes27. L’exemple de Bayonne en 1886 et de Pau en 1906 montre que la domesticité décomptée, les ménages de fonctionnaires demeurent plus chargés que ceux des employés28. En outre, si la domesticité introduit un biais dans la comparaison de la taille des ménages entre fonctionnaires et employés, il en va de même, mais en sens inverse, de la présence de collatéraux, parents ou pensionnaires dans les familles. La famille nucléaire stricte, dominante partout, l’est sensiblement plus chez les fonctionnaires que chez les employés. Il est certain également que la durée d’existence des couples n’est pas sans effet sur la dimension des familles et la mortalité sociale différentielle pourrait constituer, à défaut de pouvoir se prononcer sur le malthusianisme des uns et des autres, un élément d’explication aux différences observées29. Est aussi posée, au delà de la question de la solidité biologique des couples celle de leur cohésion. Cette réflexion nous est suggérée par l’exemple des cigarières bordelaises. En 1872, dans le quatrième canton, où elles sont particulièrement nombreuses, 7 % (soit 8 sur 112) des ouvrières aux tabacs mariées sont recensées sans leur conjoint ; à l’inverse un quart des cigarières dénombrées comme célibataires (9 sur 42) sont chargées d’un ou de plusieurs enfants.

33On le voit, les listes nominatives ne peuvent répondre à toutes les questions — celle des régimes démographiques notamment — que le démographe est légitimement en droit de se poser. Par ailleurs, sur d’autres thèmes de la recherche chers aux démographes, les recensements n’apportent que des éclairages imparfaits. Cependant, outre la question de la féminisation, l’apport de la piste démographique à l’histoire administrative est sensible. Derrière des données démographiques telles que les structures par âges, les écarts d’âges au sein des couples, le célibat, nous entr’apercevons différents types sociaux. A partir de ces données se dessinent en profil les portraits de quelques fonctionnaires et employés : le magistrat, l’instituteur, la cigarière. Apparaissent aussi des modes de vie, tel le logement en garni. La pente naturelle de l’étude démographique est ainsi inclinée vers l’étude sociale.

Notes

1 L'anomalie dacquoise en 1872 tient à la jeunesse des magistrats du tribunal et des professeurs du collège. Ceux-ci décomptés, l'âge moyen des fonctionnaires atteint 44 ans.

2 Les chiffres concernant Hagetmau ne sont pas significatifs.

3 Pour chacune des villes voir l'annexe 4.

4 A Périgueux nous recensons en 1876 deux instituteurs âgés de 15 ans. L’un d’eux figure comme “instituteur-adjoint”.

5 Age moyen des instituteurs bordelais en 1906 : 48 ans, des institutrices : 41 ans. Pour Mont-de-Marsan, les chiffres sont respectivement de 40 et 30 ans. A Villeneuve-sur-Lot en 1872, les institutrices ont un peu moins de 29 ans en moyenne et les instituteurs, 36 ans.

6 PROST, A. L’enseignement en France 1800-1967. A. Colin, 1968, chap. X, “Un nouveau venu : l’enseignement supérieur”, p. 223 et suivantes.

7 Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique et qui fut aussi président du conseil général des Landes mit un soin particulier à choisir les professeurs du lycée de Mont-de Marsan.Voir Louis PAPY. “L'œuvre de Victor Duruy à Mont-de-Marsan” dans Actes de l’Académie de Bordeaux T.IX 1984, Bordeaux, 1985.

8 A Périgueux, l’âge moyen des professeurs au lycée atteint 39,5 ans en 1876.

9 Au collège de Dax en 1872, les professeurs ont en moyenne 37 ans ; c’est à deux ans près l’âge moyen des professeurs du collège de Libourne à la même date.

10 Dans les lycées cependant nous rencontrons avec les répétiteurs un personnel jeune : 28 ans d’âge moyen à Bordeaux en 1872 (26 ans, sans compter un répétiteur de 72 ans). 22 ans à Périgueux en 1876, 21 ans à Bayonne en 1886, 29 à Pau en 1906.

11 L’âge moyen des 5 gardes au cimetière recensés en 1872 à Bordeaux est de 65,5 ans.

12 Tribunaux de Périgueux (1876) et pour 1872 : Bordeaux, Libourne, Dax, Mont-de-Marsan, Saint-Sever, Agen et Villeneuve-sur-Lot.

13 Cours d’appel d’Agen et de Pau, tribunaux civils de Libourne, Dax, Mont-de-Marsan, Agen, Villeneuve-sur-Lot, Bayonne et Pau. Pour ce qui concerne les juges de paix notre statistique porte sur 25 magistrats dont 11 des chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne.

14 JOURDAN, J.P., cf note 5 du chapitre 2.

15 La loi du 14 juin 1918 a fixé à 75 ans la limite d’âge d’exercice des magistrats cantonaux.

16 THUILLIER, G. Les femmes dans l’administration depuis 1900 ; Paris, PUF, 1988, voir du même : La bureaucratie au xix e et xx e siècle, op. cit., p. 549 et suivantes.

17 Le corollaire de ce prestige est une assez forte illégitimité des naissances dans ce milieu comme aussi dans celui des douaniers. Le montrent les nombreuses reconnaissances d’enfants à l’occasion des mariages.

18 Au total le personnel du lycée d'Agen en 1906 se compose de 30 mariés et de 18 célibataires. Au collège de Libourne nous comptons 8 professeurs mariés (dont le principal) et 10 célibataires. A Dax, 17 des professeurs au collège sur 18 (principal compris) sont en 1872 recensés en bloc, tous semblent célibataires.

19 A l'Ecole Normale d'institutrices de la rue David-Johnston à Bordeaux en 1872, seule la directrice est mariée, à la différence des 5 institutrices et adjointes, toutes célibataires et âgées de 21 ans en moyenne.

20 Voir pour le détail des villes l'annexe 7.

21 GUILLAUME, P. Permanences et mutations dans la société bordelaise contemporaine. Maison des Sciences de l’Homme d'Aquitaine, 1978 p. 17.

22 GUILLAUME, P. La population de Bordeaux au xix e siècle. Paris : A. Colin, 1972.

23 A Agen en 1872, 31 épouses de fonctionnaires sur 59 sont au moins de 10 ans les cadettes de leurs maris et à la même date, 16 sur 40 sont dans ce cas à Mont-de-Marsan : nous retrouvons ici les proportions observées à Bordeaux et à Périgueux.

24 Agen : 28 sur 71 ; Mont-de-Marsan : 14 sur 45 ; Pau : 26 sur 95.

25 Par ailleurs, les ménages comprenant plus d’un fonctionnaire ou d'un employé n’ont évidemment été comptés qu’une seule fois. Dans le cas où existent au sein de la famille un fonctionnaire et un employé, le ménage a été considéré comme un ménage de fonctionnaires.

26 Cette proportion d’isolés parmi les employés se comprend si l’on considère notamment le classement des instituteurs et des institutrices parmi cette catégorie.

27 DUCROHET, A. "Le scandale Delebecque et la fermeture de l’Hôtel des Monnaies de Bordeaux" dans Revue Historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1976.
Au début des années 1870, Henri-Archange Delebecque menait grand train de vie. Il possédait notamment 2 voitures, 4 chevaux et disposait de 6 domestiques (le recensement de 1872 n’en mentionne que 4 comme nous l’avons vu) et dépensait entre 40 et 45 000 francs par an. Un tel faste intrigua ; on découvrit que le directeur de la monnaie s’était procuré des revenus illicites en jouant sur la fonte de lingots d’argent transformés après deux opérations successives en cuivre recuit et argenté. La révélation du scandale eut entre autres conséquences d’aboutir à la fermeture définitive de l’Hôtel et des Monnaies de Bordeaux qui avait été fermé une première fois en 1869.

28 Voir notre article déjà cité "Recherches..." dans Revue de Pau et du Béarn, no 17, 1990, p.181-201.

29 Jacques Bertillon, un des fondateurs de l’Alliance Nationale pour l’accroissement de la population française, fondée en 1896 relevait en 1900 dans le Bulletin de l’Alliance Nationale l’extrême faiblesse de la fécondité parmi les diverses catégories de fonctionnaires et en particulier ceux de rang inférieur : 39 % d’un échantillon de 3 443 instituteurs étaient dépourvus d’enfants ; dans d'autres catégories, l’enfant unique était de règle. J. Valette et A.Wahl, Les Français et la France (1859-1899), Paris : Cedes, 1986, citant Maurice Garden évoquent le commentaire d’une caricature de 1888, qui illustre bien la mentalité néo-malthusienne du personnel administratif. A la question : "Je vous croyais trois enfants", l’interlocutrice répond : "Non, deux seulement. Nous avions l’intention d’avoir le troisième quand mon mari eut de l’avancement ; mais au jour d’aujourd’hui, on révoque si facilement les fonctionnaires que nous y avons renoncé".

Notes de fin

1 Statistique élaborée sur la même base urbaine que celle du tableau 24.

Table des illustrations

Titre Tableau 24 - Age moyen des fonctionnaires et des employés de l’administration dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)
Légende * 1876
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 25 - Répartition par tranches d'âges du personnel administratif de l'Aquitaine urbaine en 1872 et en 1906
Légende * Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.** Sondage au 1/10ème.*** Agen, Bayonne, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot, Chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tableau 26 - Fonctionnaires et employés de l’administration : deux structures par âges différentes1
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À PERIGUEUX EN 1876
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À BORDEAUX EN 1872 ET EN 1906 (Pourcentage des effectifs bruts)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À LIBOURNE EN 1856,1872 ET 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À DAX EN 1872 ET EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1831 ET EN 1851
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À MONT-DE-MARSAN EN 1872 ET EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À AGEN EN 1872 ET 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 3 - PYRAMIDES DES ÂGES DES FONCTIONNAIRES DOMICILIÉS À BAYONNE ET À PAU EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 4 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ÂGE MOYEN DES FONCTIONNAIRES ET DES EMPLOYÉS
Légende 1 - Domesticité des écoles. Collèges, lycées2 - Enseignement primaire3 - Enseignement secondaire et supérieur, écoles normales, académie4 - Administration préfectorale5 - Postes, télégraphes6 - Police, gendarmerie7 - Ponts-et-Chaussées, Mines, Eaux-et-Forêts, Douanes, Haras, Administration des contributions et des finances8 - Administration municipale, octroi9 – Magistrats* Insuffisance de données
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau 27 - L'emploi administratif féminin à Bordeaux en 1872 et en 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 30 - Ecarts d'âges au sein des couples et administrations de rattachement des fonctionnaires en 1872 et en 1906
Légende *Fonctionnaires mariés recensés à Agen, Bordeaux, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Périgueux (1876), Saint-Sever, Villeneuve-sur-Lot.**Fonctionnaires mariés recensés à Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Tableau 31 - Taille des ménages des fonctionnaires et des employés de l’administration en (%)
Légende *Agen, Dax, Libourne, Périgueux (1876), Villeneuve-sur-Lot.**Agen, Bayonne, Bordeaux (sondage au 1/10ème), Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Pau, Villeneuve-sur-Lot, chefs-lieux de cantons du Lot-et-Garonne,
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19624/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search