Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Chapitre 3. Sociétés d'originaires et migrations administratives

Texte intégral

1Dans les pages précédentes, les secteurs d’administration constituaient le point de départ de nos analyses relatives à l’origine géographique des personnels. En procédant de façon inverse, nous pouvons aborder l’étude des sociétés d’originaires. Par société d’originaires nous entendons l’ensemble constitué par les fonctionnaires et les employés de même origine géographique. Il nous a semblé en particulier opportun de nous interroger, en développant quelques exemples, sur la place des Parisiens, des Bordelais, des Toulousains au sein de l'administration dans les villes du Sud-Ouest mais aussi sur la part occupée par les populations originaires des Pyrénées, du Massif-Central et du Nord-Est de la France.

2Nous avons été ainsi conduit à nous poser la question des itinéraires migratoires. Nous ne pouvons lui apporter qu’une réponse prudente. En effet, le défaut d’indication précise des lieux de naissance, s’il est à peine dommageable lorsqu’on se penche sur l’immigration lointaine, l’est totalement dès lors que l’on cherche à retracer les chemins de l’immigration de proximité. Par ailleurs, les recensements de population ne sont pas la meilleure source pour répondre au problème soulevé.

I. les sociétés d’originaires

3Les Parisiens, entendons les natifs du département de la Seine, comptent peu parmi le personnel administratif des cités de l’Aquitaine, autour de 1 % tant en 1872 qu’en 1906. Au début de la IIIème République, nous observons qu’ils sont relativement plus nombreux à Bordeaux, à Périgueux et à Mont-de-Marsan (1,6 %-1,7 % à Bordeaux et à Périgueux, 2,2 % à Mont-de-Marsan) qu’à Agen (0,9 %) et Libourne (0,4 %). Dans tous les cas, nous restons dans l’infiniment petit, voire l’inexistant comme à Dax et à Villeneuve-sur-Lot. En 1906, c’est à Bordeaux que l’on trouve proportionnellement le plus grand nombre de Parisiens dans l’administration (2,3 %). Ils comptent, à cette date, pour moins de 1 % partout ailleurs, sauf à Pau (1,1 %). La place de Bordeaux, en tête des villes de la région pour ce qui est de la présence administrative parisienne ne surprend pas, elle est dans l’ordre des choses. En revanche, contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, Paris est loin de ne fournir que des cadres aux administrations locales. Sur les 66 personnes originaires de la Seine recensées dans les rangs administratifs urbains du Sud-Ouest en 1872, nous ne comptons que 15 fonctionnaires, soit un cinquième de l’échantillon. En fait cette proportion est très largement déterminée par les chiffres bordelais. Or, à Bordeaux, Paris et son département sont représentés par 44 employés et seulement 4 fonctionnaires. Il est vrai que nous avons rangé dans le premier groupe une douzaine de professeurs dont aucun cependant n’enseigne au lycée ou dans les facultés. A côté d’eux, nous recensons 9 employés des postes et 8 employés municipaux ou de l’octroi. Dans les autres villes de l’Aquitaine au contraire, deux immigrants parisiens actifs dans l’administration sur trois appartiennent au corps des fonctionnaires. Mais, en 1906 et pour l’ensemble des villes, la proportion n’est plus que de deux pour cinq, ce qui est toutefois loin d’être négligeable.

4De même, Girondins et Bordelais, les natifs de la Haute-Garonne et de Toulouse, tous expatriés dans les administrations de l’Aquitaine urbaine occupent au sein de celles-ci des places de choix, assez souvent. Un tiers des Girondins et des Bordelais recensés en 1872 dans les bureaux et les services publics d’Agen, Dax, Périgueux, Mont-de-Marsan, Saint-Sever et Villeneuve-sur-Lot sont à classer parmi les fonctionnaires. Nous observons pour 1906 et pour les mêmes villes, Saint-Sever en moins, Bayonne et Pau en plus, la même proportion. La sur-représentation girondine parmi les fonctionnaires locaux est claire puisque dans ces centres urbains, les fonctionnaires, toutes origines confondues, ne forment que le quart de la population administrative en 1872 et en constituent moins d’un cinquième en 1906. La place des natifs de Toulouse et de sa région parmi les fonctionnaires est proportion-nellement à l’importance du groupe plus forte encore. Près d'un individu sur deux originaires de la Haute-Garonne employés dans l’administration des villes de l’Aquitaine remplit une fonction d’encadrement, sauf à Bordeaux. En effet, dans cette dernière, sur les 106 Hauts-Garonnais recensés en 1872 nous ne comptons que 6 fonctionnaires ! Les principaux postes dans l’administration bordelaise apparaissent sinon comme un domaine réservé aux Girondins (ils n’occupent qu’un quart de ces places), au moins comme un espace fermé aux Toulousains. De façon complémentaire il serait intéressant de connaître le sort fait aux Girondins dans les rangs de l’administration à Toulouse. En fait, les chiffres bordelais démontrent que Bordeaux n’appartient pas à l’aire d’influence de Toulouse, ce qui est évident. L’inverse l’est tout autant. En termes de concurrence, il y a lieu cependant, de noter que les zones de rayonnement des deux métropoles se chevauchent dans l’Aquitaine méridionale. Ainsi, Toulouse, un peu moins représentée que Bordeaux au sein du personnel administratif recensé à Pau en 1906, fournit-elle à la capitale du Béarn plus de fonctionnaires que sa rivale girondine. A Bayonne, les natifs des départements de la Gironde et de la Haute-Garonne occupent dans l’administration les mêmes positions. En revanche, à Mont-de-Marsan, les Girondins qui sont les plus nombreux, sont aussi plus représentés dans les rangs supérieurs de l’administration que les Toulousains. Certes à ce niveau d’analyse, nous raisonnons sur des effectifs très étroits. Les résultats obtenus ne sont pas pour autant dénués de cohérence : ils soulignent combien l'influence toulousaine est concurrente de celle de Bordeaux dans les pays situés au sud de l’Adour et en particulier en Béarn.

5Les départements pyrénéens fournissent cependant d’importants contingents aux administrations bordelaises comme nous avons pu déjà le souligner. Cependant, cette immigration pyrénéenne apparaît comme éminemment populaire. Sur les 481 natifs des Basses-Pyrénées, des Hautes-Pyrénées, de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales recensés dans les services publics à Bordeaux en 1872, nous ne relevons que 13 fonctionnaires (soit 2,7 %). Huit d’entre eux sont originaires des seules Basses-Pyrénées d’où viennent, il est vrai, près des deux tiers des immigrants pyrénéens (soit 297). L’analyse gagne à être portée au niveau des différents secteurs administratifs (série de cartes 34). Frontaliers d’origine, les Pyrénéens se rencontrent en nombre dans l’administration bordelaise des douanes (plus de 23 %) ; 15 % des douaniers bordelais sont ainsi nés dans les Basses-Pyrénées. Plus d’un cinquième des employés municipaux et de l’octroi vient des terres pyrénéennes, la proportion de natifs des Pyrénées occidentales étant ici comparable à celle observée dans l’administration douanière. Les quatre départements de la chaîne donnent encore à Bordeaux un grand nombre de sergents de ville, d’agents de police, de gendarmes (plus de 18 %), d’employés des tabacs (16 %), de facteurs (15 %). Dans tous ces secteurs, les Basses-Pyrénées sont la principale pourvoyeuse. Enfin, si les départements des Pyrénées sont encore fortement représentés parmi les personnels de l’enseignement secondaire et supérieur (13 %), c’est essentiellement parce qu’ils fournissent aux établissements scolaires et aux facultés une grande partie de leur personnel domestique. Sur les 20 professeurs du lycée du cours des Fossés dont nous connaissons le lieu de naissance, nous ne comptons aucun natif des Basses ou des Hautes-Pyrénées tandis qu’un professeur est originaire de l’Ariège. En revanche, sur un total de 18 domestiques, nous comptons 7 individus nés dans les Basses-Pyrénées et 5 autres en Bigorre. Ces mêmes régions comptent peu dans le recrutement des instituteurs bordelais : 10 % d’entre eux en sont originaires avec ici une prépondérance des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège. Enfin, 5 % seulement des fonctionnaires et des employés des administrations financières et des contributions ont vu le jour au pied des Pyrénées.

  • 1 Voir chap. I, les références de la note 7.
  • 2 Ainsi s’éclairent les disparités mises en évidence par le tableau 14.

6Les départements pyrénéens alimentent donc les administrations bordelaises en employés sans grande qualification, d’où la faible part des éléments natifs de ces régions parmi les fonctionnaires, les professeurs et les instituteurs, les magistrats locaux. Le caractère socialement modeste de l’immigration pyrénéenne à Bordeaux constitue une donnée d’ensemble. Ce que nous constatons dans la sphère administrative n’a que valeur d’exemple. G. Dupeux a souligné pour 1906 combien la population originaire des Basses-Pyrénées installée à Bordeaux était composée, prise dans son ensemble, de petites gens et comptait dans ses rangs un grand nombre de domestiques1. Pour ce qui est plus précisément de la population administrative, cette immigration est béarnaise avant tout, ce qui n’est pas surprenant en regard de ce que nous avons dit précédemment des populations basques. S’y ajoutent deux autres traits : son caractère masculin (ce qui est dans l’ordre des choses, la fonction publique n’étant que très peu féminisée) et sa jeunesse. Pour l’essentiel, nous avons affaire à des individus isolés, célibataires et peu âgés ou à des couples formés de conjoints jeunes. L'immigration pyrénéenne présente les mêmes caractéristiques à Mont-de-Marsan. Dans cette dernière, l’immigration administrative girondine peut même se définir en contrepoint du courant venu du Béarn et de la Bigorre puisqu'elle met en mouvement plutôt des fonctionnaires d’âge mûr, rarement isolés, mariés et chargés d’enfants, eux-mêmes nés en Gironde2.

Carte 34 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION, DOMICILIÉS À BORDEAUX EN 1872 (Pour la Gironde, données relatives ; pour les autres départements, données brutes)

Carte 34 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION, DOMICILIÉS À BORDEAUX EN 1872 (Pour la Gironde, données relatives ; pour les autres départements, données brutes)

7L’immigration pyrénéenne, malgré son importance numérique n’est pas la seule digne d’intérêt. Il est utile de s’arrêter un instant sur quelques autres courants et, en premier lieu, sur les migrants originaires du Massif-Central. L’immigration limousine et auvergnate considérée dans son ensemble est de coloration nettement moins populaire que l’immigration pyrénéenne. En effet, sur les 173 Limousins et Auvergnats recensés en 1872 dans les rangs des administrations de l’Aquitaine citadine, nous comptons une proportion de fonctionnaires qui dépasse le quart (45 personnes très exactement soit 26 %). En réalité, au moins dans le cas de Bordeaux en 1872, il faut distinguer les deux composantes de l'immigration à partir du Massif-Central, la limousine et l’auvergnate. Sur les 59 Limousins installés dans l’administration bordelaise, nous comptons en effet seulement 9 fonctionnaires. Pour un effectif d’Auvergnats sensiblement moindre — 56 personnes — nous recensons 15 fonctionnaires. A un niveau numérique bien inférieur nous observons pour l’ensemble des autres villes de l’Aquitaine le même type de différence.

8En fait, l’immigration limousine et auvergnate n’a d’importance que dans les villes de Gironde et à Périgueux. Elle y apparaît comme une immigration de proximité réelle (cas de Périgueux) ou traditionnelle (cas de Libourne et de Bordeaux). Dans toutes ces villes, elle présente, au plan des structures administratives, la caractéristique de l’immigration de voisinage : la part des employés l’emporte très largement sur celle des fonctionnaires. Un même constat peut-être fait pour Agen et Villeneuve-sur-Lot pourtant plus lointaines ; en 1906, nous recensons dans ces villes 3 fonctionnaires natifs du Massif-Central pour 17 employés. Mais à la même date, à Dax, Mont-de-Marsan, Bayonne et Pau le rapport est de 6 fonctionnaires venus du Limousin et de l’Auvergne pour 10 employés de la même origine. Dans ces villes de l’Aquitaine méridionale, l’immigration en provenance du Massif-Central s’apparente à une immigration lointaine. Les caractéristiques de l’immigration limousine et auvergnate semblent ainsi variables selon les points d’observation. Mais, globalement, les petits employés l’emportent partout. A Bordeaux, les plus nombreux se rencontrent en 1872 dans l’administration des tabacs, dans celle de l’octroi et de la ville.

9Différent est le profil des migrants originaires du nord-est du pays (Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace, Bourgogne, Franche-Comté). Cependant, comme pour les Limousins et les Auvergnats, un quart de ces immigrants figurent parmi les fonctionnaires. Selon les régions d’origine, cette proportion ne varie guère, sauf le cas des Alsaciens. Sur les 46 natifs du Bas et du Haut-Rhin recensés dans l’administration des villes de l’Aquitaine en 1872, nous ne comptons que 4 fonctionnaires. La dominante populaire de l’immigration alsacienne est ainsi particulièrement marquée.

  • 3 Nous faisons référence ici à toute une série de lois, décrets et arrêtés pris au début du xixe siè (...)
  • 4 PONTET-FOURMIGUÉ, J. Bayonne, Un destin de ville moyenne à l’époque moderne. Biarritz : J. & D. Ed (...)

10Par ailleurs, les natifs du quart nord-est du pays sont sur-représentés dans quelques secteurs administratifs. Le cas bordelais a valeur d’exemple. En 1872, les fonctionnaires et les employés nés dans le Nord et l’Est tiennent de solides positions dans les secteurs de la police, de la gendarmerie où ils regroupent près de 45 % des personnels d’origine extérieure au Sud-Ouest. Sur les 38 commissaires, inspecteurs de police et sergents de ville recensés dans le port girondin et originaires de départements lointains, 20 sont nés à l’est d’une ligne Amiens-Lyon. Parmi eux, 4 viennent du Haut-Rhin, 4 aussi du Nord, 3 ont vu le jour en Moselle, 2 en Meurthe. Dans la gendarmerie bordelaise, nous trouvons 12 gendarmes originaires du Nord et de l'Est sur un effectif total de 60 personnes dont 28 nées dans le Sud-Ouest. Pour l’ensemble des villes de l'Aquitaine, toujours pour 1872, sur 184 gendarmes recensés, nous comptons 82 personnes étrangères au Sud-Ouest ; plus du tiers d’entre elles (soit trente) viennent des départements du nord de la France ou des terres de l’est : 5 sont originaires de Saône-et-Loire, 3 de Côte d’Or, 3 de Moselle, 3 du Doubs. On sait que ces régions fournissent tout au long du xixe siècle l’essentiel des soldats et des officiers qui firent carrière dans l’armée. Or, les textes réglementaires faisaient du milieu militaire une pépinière de recrutement pour la gendarmerie. D’une façon plus générale, un certain nombre d’emplois étaient prioritairement réservés aux militaires retirés ou invalides : dans les haras, les contributions (porteur de contraintes), l’administration municipale (garde-champêtre), les tabacs, les eaux-et-forêts etc...3 Pour l’essentiel, les anciens militaires employés dans l’administration remplissent donc au xixe siècle des fonctions policières, de maintien de l’ordre et de surveillance selon une tradition remontant à l’Ancien Régime. J. Pontet l’a noté pour Bayonne au xviiie siècle. La ville recrutait assez largement parmi les anciens militaires de la garnison locale son personnel de service ou de surveillance, soldats du guet, sergents de quartiers, chasse-gueux, préposés à l’entretien des bâtiments, musiciens4. A considérer les lieux de naissance des sergents de ville comme un indice pertinent, nous retrouverions à Bordeaux en 1872, et moins nettement dans les autres villes de l'Aquitaine, cette tradition de recrutement d’une partie des forces de police parmi les anciens militaires. Cependant, pour 1906, nous sommes loin de pouvoir dresser pareil constat tant pour ce qui concerne la gendarmerie que pour ce qui touche à la police. Sur les 171 gendarmes alors recensés dans les villes d’Aquitaine, nous n’en comptons plus que 4 nés dans le quart nord-est du pays ; parmi les 131 agents de police, dénombrés à la même date, 2 seulement sont dans ce cas. Ainsi, entre 1872 et 1906, les rangs de la gendarmerie et des services de police ont été investis par des individus d’origine locale. Au début de la IIIème République en effet, les natifs du Sud-Ouest rassemblaient 55 % des gendarmes et 69 % des sergents de ville ; en 1906, les chiffres sont respectivement 83 % et 92 %.

  • 5 Ajoutons à cette liste un professeur né en Allemagne et naturalisé français.
  • 6 Les cartes dressées par F. Cadilhon relatives à l'origine géographique dus professeurs des lycées (...)

11Il faut ajouter que les natifs de la France du nord et de l’est sont également en surnombre relatif parmi le personnel de l’enseignement secondaire. A Bordeaux en 1872, ils représentent dans ce secteur 37 % des personnels non originaires du Sud-Ouest. Ceci s'explique en partie par la place majeure qu'ils tiennent au lycée. Léonce Grenier, proviseur, est originaire de la Somme et son censeur vient du Pas-de-Calais. A côté d’eux, nous trouvons un professeur né dans le Nord, un autre dans la Haute-Saône, un troisième est mosellan d'origine tandis que deux professeurs viennent de l’Aube5 : au total, c'est un tiers des fonctionnaires du lycée qui a vu le jour dans le Nord, la Bourgogne et les provinces perdues en 1871. Hors du lycée, les professeurs nés dans ces mêmes aires géographiques représentent 30 % des maîtres de l'enseignement secondaire d'origine extra-régionale. Notons aussi qu'au lycée de Mont-De-Marsan 6 des 29 professeurs recensés pour 1872 et 1876 sont originaires de Lorraine, du Doubs et du Jura. Déduction faite des natifs du Sud-Ouest, nous retrouvons ici la proportion du tiers. Derniers exemples, ceux des lycées de Bayonne et de Pau en 1906. Dans le premier cité, sur 7 professeurs étrangers à la région, 4 viennent du nord et de l'est et sont nés à Metz, Ribeauvillé, Saint-Pol-sur-Ternoise et Pougy (Aube). A Pau, nous comptons 4 natifs des Ardennes, de la Meuse, des Vosges, et du Bas-Rhin sur 11 professeurs d'origine extrarégionale. La place des professeurs originaires de l'Est dans l'encadrement scolaire secondaire de l'Aquitaine a de quoi laisser le chercheur interrogatif. Il semble cependant qu'elle puisse être mise en relation, au moins en 1872, avec les forts taux d'alphabétisation observés dans les régions situées au-delà d'une ligne Charleville-Mézières Besançon et correspondant avec Paris à la France des diplômés des débuts de la IIIème République6.

II. les itinéraires migratoires

12L'ensemble des remarques que nous venons de présenter relatives aux origines géographiques des fonctionnaires et des employés de l'administration et aux sociétés d'originaires conduit à poser la question des itinéraires migratoires. Sur le plan méthodologique, ces itinéraires peuvent être dessinés en reliant les lieux d'origine de chaque agent de l'administration aux lieux de naissance de leurs enfants successifs. L'origine géographique de l'épouse ne doit pas être considérée de la même façon car elle ne permet pas toujours de baliser un itinéraire. On ne peut pour autant la négliger totalement. La méthode que nous proposons ici est très imparfaite. D'abord parce que les familles que nous considérons à un moment donné, 1872 ou 1906, ne sont pas nécessairement complètes et nous ignorons le lieu de naissance des éventuels enfants qui, devenus adultes, ont quitté le foyer familial. Par ce biais, les fonctionnaires et les employés âgés, mariés ou veufs mais recensés sans enfants n'ont aucune place dans notre étude. Ajoutons que celle-ci laisse de côté les célibataires et les jeunes fonctionnaires mariés, sans enfants. Par ailleurs, notre méthode ne permet pas de reconstituer les itinéraires suivis antérieurement à la première naissance. Enfin, toute résidence administrative n'a pas été nécessairement ponctuée par une naissance.

13A brève distance, soit le cas des individus nés dans le cadre départemental, les itinéraires suivis ne peuvent pas toujours être restitués compte tenu de l'insuffisance des recensements. Tel est le cas notamment pour Bordeaux en 1872. Par ailleurs, lorsque les indications précises ne font pas défaut, les itinéraires reconstitués sont loin de se présenter sous une forme cohérente, ouverte à interprétation. Cette cohérence n'apparaît que lorsque l'on a affaire à des fonctionnaires et à des employés de carrière : magistrats du cru dont on peut suivre les pérégrinations de tribunaux civils en tribunaux civils, fonctionnaires subalternes des grands services de l'Etat se déplaçant d'une sous-préfecture à l'autre, douaniers et gendarmes mutés de brigades en brigades, instituteurs.

14Nous pouvons prendre l'exemple des douaniers recensés à Bayonne en 1906. Nous avons pu reconstituer 43 itinéraires les concernant (carte 35). On observera tout d'abord que la carte de leurs lieux de naissance se calque en partie sur celle de l'implantation des brigades. De fait, nombreux sont les douaniers à être fils de douaniers. Quant aux lieux de naissance de leurs enfants, ils signalent une mobilité géographique relativement forte. Tel douanier, né à Escot en vallée d'Aspe a 5 enfants nés, dans l'ordre, à Laruns (vallée d'Ossau) et à Escot, les 3 derniers ayant vu le jour à Briscous en Pays Basque. Au total nous avons affaire-là à un itinéraire se déroulant du Béarn à Bayonne. Soulignons encore une fois que nous n'en connaissons peut-être pas toutes les stations et rien ne dit que Bayonne en soit le terminus. Ce type d'itinéraire linéaire peut aussi courir sur plusieurs départements et suivre le front pyrénéen. Tel douanier né à Saint-Béat (Haute-Garonne) est passé par Hasparren (Basses-Pyrénées) avant de s'établir à Bayonne ; tel autre né à Salses (Pyrénées-Orientales) est venu par Cerbère, Ainhoa (Basses-Pyrénées) et Aincille (Basses-Pyrénées). De même il existe une migration douanière reliant la côte landaise au pays Basque. Ce préposé des douanes est né à Bennesse (Landes) et ses enfants à Banca dans la vallée des Aldudes et à Biarritz. Cet autre, originaire de Léon (Landes) est au moins passé par Laruns (Vallée d’Ossau), Urrugne et Hendaye (pays Basque) avant de s'installer à Bayonne. Enfin nous pouvons décrire des itinéraires en boucle, ceux de douaniers nés à Bayonne et qui, après un circuit à l'intérieur du pays Basque voire en Béarn sont en 1906 en résidence dans leur ville de naissance. En témoigne l'exemple de ce préposé des douanes né et recensé dans le port de l'Adour et dont les enfants ont vu le jour à Hendaye, Espelette, Urdos ou encore l'exemple de celui-ci, bayonnais également : ses enfants sont successivement nés à Bidarray, Urcuit et Bayonne.

15A partir de tels exemples, nous pouvons parler de migrations administratives dans la mesure où c'est la fonction qui crée la mobilité. En sens inverse et pour la plupart des employés d'origine locale, la migration et l'installation urbaine précédent la fonction et la rendent possible. Bon nombre de migrants girondins sont ainsi devenus à Bordeaux des agents de l'administration comme ils auraient pu trouver à s'employer ailleurs dans d'autres activités. La perméabilité entre le service public et le secteur privé est d'ailleurs réelle comme le montre l'étude des dossiers individuels du petit personnel. Peu de chose sépare au plan des compétences et des qualités les employés de l'un et de l'autre secteur. Qu'est-ce qui distingue fondamentalement un employé de commerce ou de banque d'un employé de l'administration, un manœuvres d'un cantonnier ? Nombreux sont les commis des administrations à ne faire que passer dans les emplois publics après avoir débuté comme employé de commerce ou autre et avant de retourner à ces activités d’origine. Le corollaire d'une entrée souvent fortuite, d'opportunité, dans l'administration pour de très nombreux petits employés est une réelle instabilité sur laquelle nous aurons l'occasion de revenir.

Carte 35 - ITINÉRAIRE MIGRATOIRE DE QUELQUES DOUANIERS RAYONNAIS (d'après le recensement de 1906)

Carte 35 - ITINÉRAIRE MIGRATOIRE DE QUELQUES DOUANIERS RAYONNAIS (d'après le recensement de 1906)

16Tout ceci vaut aussi partiellement pour l'immigration lointaine. Là encore, bien des itinéraires correspondent en effet à des cheminements individuels ou familiaux sans rapport avec le développement d'une quelconque carrière administrative. Par immigration lointaine, il faut entendre celle des agents de l'administration nés en dehors du département. La définition est quelque peu arbitraire : les Périgourdins installés à Libourne et les Landais établis à Bayonne ne viennent pas de très loin. Elle est également insuffisante puisqu'elle néglige le cas d'une immigration précédée d'émigration. Prenons le cas des Girondins de naissance recensés dans l'administration bordelaise et dont une partie de la carrière, au vu des origines géographiques des enfants, s'est déroulée à l'extérieur du département : ils échappent à notre tri en raison de la base même sur laquelle celui-ci est effectué. Ces réserves méthodologiques étant faites, les résultats auxquels nous aboutissons ne sont pas sans intérêt.

17Nous ne retiendrons que quelques exemples urbains et d'abord celui de Bordeaux en 1872. Pour cette ville, 814 situations migratoires ont pu être étudiées. Une migration simple (que nous appellerons de type I) est révélée par l'existence de couples au sein desquels seul le conjoint fonctionnaire ou employé est étranger à la Gironde, l’époux ou l’épouse ainsi que les enfants étant girondins ou bordelais (tableau 19).

Tableau 19 - La migration de type I à Bordeaux en 1872. Origine du conjoint-fonctionnaire ou employé (nombre de cas)

RÉGIONS

NOMBRE

Basses-Pyrénées

21

Lot-et-Garonne

16

Dordogne

14

Charente

11

Hautes-Pyrénées

11

Landes

10

Charente-inférieure

10

Haute-Garonne

10

Lot

5

Gers

4

Ariège

3

France de l'ouest

15

Midi et Sud-Est

15

Nord et Est

11

Centre

10

Région de Paris

4

Etranger

3

TOTAL

173

18La géographie de cette immigration individuelle reproduit celle des origines de l’ensemble du personnel administratif. Nous retrouvons à la fois la même concentration régionale et la même dissémination nationale.

19Un deuxième type de situation migratoire (type II) est donné par l’ensemble des cas où les deux conjoints sont de la même origine géographique étrangère à la Gironde, leurs enfants étant tous d’origine girondine ou bordelaise (tableau 20).

Tableau 20 - La migration de type II à Bordeaux en 1872. Conjoints non-girondins de même origine géographique et ensemble des enfants nés en Gironde (nombre de cas)

RÉGIONS

NOMBRE

Basses-Pyrénées

70

Hautes-Pyrénées

15

Haute-Garonne

14

Charente inférieure

12

Dordogne

12

Landes

9

Ariège

6

Lot

4

Lot-et-Garonne

4

Espagne

4

Charente

2

Vienne

2

Haute Vienne

2

Autres

18

TOTAL

174

20Ce type de situation, à la différence du modèle précédent est particulièrement caractéristique des conjoints aquitains. Cependant, les 174 cas regroupés ici combinent deux situations. La plus commune est sans doute l’immigration de jeunes couples formés antérieurement à une installation girondine. Une bonne illustration nous en est fournie par l’exemple de ce gendarme installé dans le quatrième canton. Né dans les Vosges, il est marié à une vosgienne et son unique enfant a vu le jour à Bordeaux. Dans le même quartier nous pouvons aussi évoquer ce couple d’instituteurs, originaires de la Seine dont les deux enfants sont natifs de la Gironde. Mais à côté de ces couples ayant migré, figurent sur notre tableau des ménages formés de conjoints immigrés séparément, soit seuls, soit dans le cadre d’une installation familiale antérieure et qui ont ensuite convolé à Bordeaux avec des personnes de même origine géographique. On ne peut en effet mésestimer l’importance des phénomènes d’endogamie au sein des sociétés d’originaires.

21Avec l’installation en bloc à Bordeaux de familles dont tous les membres recensés sont nés dans le même département extérieur à la Gironde, nous observons encore un modèle migratoire peu complexe (type III). Il concerne pour l’essentiel des employés originaires de la périphérie girondine. Sans être majeur, ce troisième type de migration n’est pas rare (tableau 21).

Tableau 21 - La migration de type III à Bordeaux en 1872. Origine non-girondine identique des fonctionnaires, employés et de leurs familles (nombre de cas)

RÉGIONS

NOMBRE

Basses-Pyrénées

19

Charente-inférieure

9

Haute-Garonne

8

Hautes-Pyrénées

6

Landes

5

Lot-et-Garonne

4

Dordogne

4

Gers

3

Ariège

3

Ille-et-Vilaine

3

Tarn-et-Garonne

3

Haute-Vienne

3

Charente

2

Lot

2

Bas-Rhin

2

Tarn

2

Autres

15

TOTAL

93

22Comme illustration de ce modèle d’immigration familiale, mentionnons cet employé des contributions recensé dans le quatrième canton, né dans le Bas-Rhin comme sa femme et ses deux enfants mais ayant “opté” pour la France au lendemain de la défaite de 1871.

23Une variante de cette situation familiale apparaît lorsque l'installation sur les bords de Garonne est suivie de nouvelles naissances. Nous nous trouvons alors face à des familles hybrides mi-immigrées, mi-autochtones rappelant celles du type I ou II. Témoin la famille de ce douanier d’origine corse et domicilié dans le cinquième canton : marié à une insulaire, deux de ses enfants ont vu le jour sur “l’île de beauté” et le troisième à Bordeaux. Ce type familial est assez peu fréquent (24 cas). Par ailleurs, il est essentiellement illustré par des couples originaires du Sud-Ouest : Basses-Pyrénées (8), Lot-et-Garonne (4), Charente (2), Hautes-Pyrénées (2)...

24Enfin, à la migration en bloc se rattache le cas de familles (au nombre de 26) dans lesquelles le chef de ménage et ses enfants sont de même origine extra-girondine, l’épouse étant née en Gironde (5 cas) ou ailleurs. Exemple, cet employé natif de Charente-Inférieure : ses deux enfants sont nés dans le même département et son épouse est corrézienne. Parfois, ici aussi, l’installation à Bordeaux est suivie de naissances supplémentaires.

25Les modèles migratoires que nous venons de présenter sont construits, quel que soit le nombre d’individus composant les familles, à partir d’une référence géographique unique (type III) ou double (type I et II, variantes de type III). Dans ce second cas, la Gironde constitue une des deux références. La lecture des modèles ainsi élaborés ne soulève pas de problèmes majeurs dès lors que l’on tient compte, comme nous l’avons fait, d’un certain nombre d’incertitudes. A partir du moment où nous avons affaire à des conjoints d’origine extra-girondine différente dont les enfants sont tous nés à Bordeaux ou en Gironde (type IV), l’interprétation en terme migratoire devient plus délicate (tableau 22).

Tableau 22 - La migration de type IV à Bordeaux en 1872. Origine non-girondine différente des deux conjoints et enfants nés à Bordeaux ou en Gironde

RÉGIONS D’ORIGINE DES CONJOINTS

NOMBRE

Couples aquitains

70

Couples non-aquitains

31

Couples mixtes

67

TOTAL

168

26Par couples aquitains, nous entendons l’ensemble des ménages dont les conjoints sont originaires des départements du Sud-Ouest tel que nous l’avons défini au début de notre étude, à l’exclusion de la Gironde. Le tableau suivant détaille le type d’alliance que nous avons rencontré.

Tableau 23 - Les conjoints aquitains parmi le personnel administratif bordelais en 1872

Tableau 23 - Les conjoints aquitains parmi le personnel administratif bordelais en 1872

A : AQUITAINE SEPTENTRIONALE
B : AQUITAINE MOYENNE
C : AQUITAINE MERIDIONALE

27Le tableau permet de distinguer les alliances de voisinage de celles qui ne le sont pas et, par-là, de régler en partie la question d’une immigration familiale ou individuelle. Nous pouvons retenir l’exemple des fonctionnaires et des employés originaires de l’Aquitaine méridionale car ils sont les plus nombreux à figurer sur notre grille. Dix-sept ont pour époux un conjoint de même origine régionale ; 6 se sont mariés avec des natifs de l’Aquitaine moyenne et 12 ont des épouses nées dans le nord de la région. La probabilité pour que l’immigration bordelaise des deux premiers groupes ait été une immigration de couples est donc grande, réserve faite, encore une fois du phénomène d’endogamie au sein des sociétés d’originaires. En revanche, il y a tout lieu de penser que le troisième type d’alliances correspond à des rencontres bordelaises entre des personnes venues d’autres horizons extra-girondins et témoigne donc d’une immigration individuelle.

28On peut en dire autant pour ce qui concerne les couples mixtes formés d’un conjoint aquitain mais non-girondin et d’un conjoint étranger à la région, soit au total 67 cas. Dans quarante-trois cas, l’étranger à l’Aquitaine est le conjoint-fonctionnaire ou employé ; l’épouse ou l’époux étant natif des Basses-Pyrénées (13 fois), de la Dordogne (7 fois), de Charente-inférieure, des Landes et de Hautes-Pyrénées (5 fois chacun), etc... Sur ces 43 cas, nous ne relevons que 6 alliances de voisinage, du type Aveyron-Lot ou Corrèze-Dordogne, qui peuvent correspondre à des couples formés avant un établissement à Bordeaux. Pour les autres, le dépareillement des origines indique une migration individuelle du fonctionnaire jusqu’en Gironde sans doute mais peut être aussi préalablement jusqu’au lieu de naissance de l’épouse. Ainsi de ce fonctionnaire né dans la Marne, marié à une gersoise et dont toute la progéniture est bordelaise. Dans les vingt-quatre cas restants, nous observons des fonctionnaires ou des employés d’origine aquitaine mariés à des conjoints extérieurs à la région. Ici encore, les alliances de proximité sont peu nombreuses, trois ou quatre, l’immigration bordelaise paraît avoir massivement précédé le mariage sauf à imaginer un premier déplacement jusqu’au département de naissance du conjoint.

29On le voit, nous nous perdons ici en conjectures par défaut d’éléments assurés. Il en va de même lorsque nous essayons de reconstituer l’itinéraire migratoire de la trentaine de couples non-aquitains, tous chargés d’enfants girondins uniquement et au sein desquels les conjoints sont eux-mêmes d’origine différente. Les hypothèses les plus diverses peuvent être envisagées. D’une façon générale, les situations familiales présentées jusqu’ici ne permettent guère de baliser des itinéraires. Au mieux, notre étude souligne l’importance des migrations individuelles et montre combien la ville apparaît à travers le prisme que constitue le monde des fonctionnaires et des employés comme un lieu de brassage de populations venues d’horizons divers. Mais tout cela n’est pas à proprement parler une découverte.

30Les itinéraires directs, les seuls que nous ayons dégagés jusqu’ici, sont sans doute les plus nombreux parmi l’ensemble des mouvements migratoires. A côté d’eux, les binômes père-enfants signalant des lieux de naissance situés dans au moins deux départements extérieurs à la Gironde révèlent des migrations plus complexes (type V). Certes, tous ces binômes ne peuvent être retenus. Il faut éliminer par prudence les cas où les mentions concernent deux départements voisins seulement dans la mesure où ce type de combinaison (soit 29 cas) n’indique pas nécessairement qu’il y a eu migration antérieurement à une installation à Bordeaux. Ce toilettage effectué nous observons 127 itinéraires. De leur analyse ressortent quelques points principaux (carte 36).

31En premier lieu, peu nombreux sont les exemples d’une migration intra-régionale ou “aquitaine” (douze cas seulement). Ainsi, de ce receveur des contributions : il est né dans le Lot, son épouse est gersoise ; son aîné a vu le jour dans les Hautes-Pyrénées et deux autres enfants sont nés dans les Landes. Autre cas, celui de Martin Hirigoyen, dont l’ascendance basque ne fait pas de doute. Sans doute son père était-il aussi douanier car Martin est né à Ax-les-Thermes en Ariège. Son épouse est originaire de Saint-Jean-Pied-de-Port (également une station de brigade des douanes) au pays Basque. Deux enfants sont nés dans les Basses-Pyrénées, nous ne savons pas où, et tous sont domiciliés à Bordeaux.

32En second lieu, un certain nombre d’itinéraires (24 au total) dont le point de départ se situe dans la région (ainsi que le point d’arrivée au moment de notre observation) sont balisés d’étapes extra-régionales. Tel est le cas de ce cantonnier, né dans les Basses-Pyrénées comme son épouse : le premier de leurs enfants recensés en 1872 est né dans ce même département, le second en Corrèze, les deux derniers à Bordeaux. Tel employé au télégraphe est originaire de la Haute-Garonne et son épouse des Bouches-du-Rhône. Leur aîné a vu le jour dans la Drôme, les deux enfants suivants dans le Tarn. En décrivant cet itinéraire, on perçoit combien le désir de retour au pays, en l’occurence la région toulousaine, peut guider durablement ou non des cheminements.

33Quant aux itinéraires restants (soit 91), ils ont tous un point de départ extra-régional. Vingt-six d’entre eux sont exclusivement balisés par une et plus rarement plusieurs étapes aquitaines avant l’installation à Bordeaux à l’exemple de ce couple corrézien dont les deux enfants sont nés en Lot-et-Garonne. Deux autres seulement combinent étapes extra et intra-régionales. Citons cet ingénieur des ponts et chaussées né dans la Meuse marié à une Allemande originaire de Stuttgart : ses enfants ont vu le jour à Strasbourg et à Bayonne. Si l’on dresse la liste des départements “d’entrée” ou “de retour” dans la région, nous trouvons 6 mentions pour la Charente-Inférieure, 5 pour la Charente, 4 pour le Lot-et-Garonne, 3 pour la Haute-Garonne et autant pour les Basses-Pyrénées. Ces quelques éléments, certes trop peu nombreux, signalent les relais aquitains de l'immigration bordelaise et montrent en particulier l’importance sur ce plan d’un axe orienté nord-ouest-sud-est et correspondant à l’axe garonnais et girondin.

Carte 36 - L'IMMIGRATION ADMINISTRATIVE À BORDEAUX : TYPES D'ITINÉRAIRES (d'après le recensement de 1872)

Carte 36 - L'IMMIGRATION ADMINISTRATIVE À BORDEAUX : TYPES D'ITINÉRAIRES (d'après le recensement de 1872)

34Mais la majorité des itinéraires (soit 63) dont le point de départ est extérieur au sud-ouest ne comportent aucune étape régionale. Le proviseur du lycée de Bordeaux dont nous avons déjà parlé est né dans la Somme ; son épouse est originaire de la Seine. L’aîné de leurs enfants a vu le jour dans le Puy-de-Dôme et les deux plus petits à Bordeaux. Entre l’Auvergne et la Gironde, aucune étape, apparemment. La plupart de ces itinéraires sont dénués de cohérence géographique, tel celui de ce directeur des tabacs né dans la Seine-et-Oise, marié à une parisienne et dont les deux enfants sont nés à Lille et à Metz. L’exception notable est constituée par ce que l’on peut appeler “les itinéraires parisiens” (au nombre de 19). Paris figure ainsi comme un relais de l’immigration vers Bordeaux. Tel employé natif du Tarn a une épouse originaire de Lorraine : 8 enfants sont recensés au domicile parental. Les aînés (18 et 16 ans) sont originaires de la Seine, les 6 autres (de 14 à 2 ans) sont bordelais. Grâce à ces naissances nombreuses et rapprochées, il nous est possible de situer approximativement la date de l’installation à Bordeaux, vers 1856-1858. Il s’agit ici d’un modeste employé alors que les “itinéraires parisiens” concernent plutôt des fonctionnaires comme ce professeur au lycée né dans la Haute-Saône marié à une jeune femme originaire de la Haute-Loire et dont l’unique enfant a vu le jour dans le département de la Seine.

35Les schémas migratoires agenais et palois étudiés pour 1906 répètent les grandes lignes du modèle bordelais. Dans le cas d'Agen, nous avons recensé 24 situations migratoires de type V (binôme père-enfants signalant des lieux de naissances situés dans au moins deux départements extérieurs au Lot-et-Garonne). Dans 16 cas, nous avons affaire à des fonctionnaires et dans les 8 autres, à des employés. Ces cas révèlent l'existence d'itinéraires garonnais que l'étude de l'exemple bordelais ne faisait que suggérer. Une illustration nous en est donnée par les pérégrinations de ce facteur, originaire du Gers et dont les deux enfants sont successivement nés à Bègles en Gironde et à Toulouse. Par ailleurs, ici aussi, divers itinéraires montrent le rôle de relais de l'immigration joué par Paris. Tel est le cas pour cet employé des postes, natif de Verdun dans la Meuse et dont l'unique enfant recensé à Agen en 1906 est né à Paris. Enfin, comme à Bordeaux, à côté de ces deux types d'itinéraires clairement balisés s'en dessinent d'autres, complexes et divers, sans cohérence géographique et donc irréductibles en modèles. Les uns se déroulent dans le cadre de la région, les autres sont à l'échelle de l’espace national selon des logiques qui nous échappent.

36Si nous nous penchons sur les 36 itinéraires balisés des fonctionnaires palois de 1906 nés à l'extérieur du premier cercle départemental ceignant les Basses-Pyrénées (c'est-à-dire au-delà des Landes, du Gers et des Hautes-Pyrénées), nous ne relevons pas une situation différente de celle observée à Agen. Paris joue encore ici un rôle de relais migratoire (7 itinéraires) tout comme Bordeaux (3 itinéraires passent par cette ville) et Toulouse (3 passages par cette ville également). Paris, Bordeaux, Toulouse constituent par ailleurs les pôles d'une immigration vers Pau apparemment directe. Enfin, et c'est là une donnée propre à la capitale du Béarn, les itinéraires reconstitués mettent en évidence l'existence d'un flux pyrénéen avec parfois un prolongement languedocien, voire méditerranéen. Observons en effet la liste des départements de dernière étape avant l'arrivée à Pau. A côté de la Seine, de la Gironde et de la Haute-Garonne déjà citées, nous trouvons : les Hautes-Pyrénées (5 mentions), les Pyrénées-Orientales et l'Hérault (2 mentions pour chacun), l'Ariège, l'Aude, le Gard, (une mention). Pas d'étape landaise, pas d'étape gersoise. Deux fonctionnaires palois sont nés dans les Hautes-Alpes et sont passés l'un par la Haute-Garonne, l'autre par les Pyrénées-Orientales. Ce flux migratoire est-ouest qui traverse la France la plus méridionale peut être comparé à un maigre filet à peine grossi d'apports successifs figurant comme des itinéraires déviés. Ainsi de ce fonctionnaire originaire de la Vienne : l'aîné de ses enfants a vu le jour dans le département de l'Hérault ; les naissances suivantes sont paloises. Celui-ci, né en Charente, est passé par l'Ariège ; tel savoyard compte un enfant né dans les Pyrénées-Orientales.

37Redisons-le : les insuffisances de la méthode et, dans le cas des exemples d'Agen et de Pau, le caractère étriqué de nos échantillons doivent nous conduire à une certaine prudence dans l'interprétation de nos résultats. Il est évident que les dossiers individuels et les notices biographiques récapitulant les postes successivement occupés par les fonctionnaires constituent la source la plus appropriée à l'étude des migrations administratives. Ceci étant, les conclusions auxquelles nous atteignons sont loin d'être dépourvues de cohérence. Elles soulignent une certaine logique dans la géographie des migrations ; il n'y a pas lieu d’être surpris par l'existence d’itinéraires garonnais ou d'une circulation au pied des Pyrénées. De la même façon, et à partir de 16 cas seulement, nous pouvons déceler pour Bayonne en 1906 une immigration atlantique répondant aux fonctions portuaire et douanière de la ville. Ainsi, la géographie des migrations administratives ne présenterait aucune originalité par rapport à celle plus globale de l'ensemble des migrations s'organisant autour d'une ville donnée. Si une telle conclusion paraît s'imposer, c'est parce qu'en fait les itinéraires que nous avons mis en évidence ne relèvent certainement pas tous de la migration administrative. S'agissant des employés les plus modestes, nous ne pouvons être assuré d'avoir toujours affaire à ce type migratoire dans l'ignorance où nous sommes de l'activité des intéressés antérieurement à leur recensement. Conclure à l'identité des structures entre immigration globale et immigration administrative revient sans doute à surestimer dans la première de ces deux composantes migratoires la place de Paris pour l'ensemble des villes de l'Aquitaine, celle de la capitale, de Bordeaux et de Toulouse pour les villes de la région occupant un rang second.

Notes

1 Voir chap. I, les références de la note 7.

2 Ainsi s’éclairent les disparités mises en évidence par le tableau 14.

3 Nous faisons référence ici à toute une série de lois, décrets et arrêtés pris au début du xixe siècle. Voir notamment le décret du 8 mars 1811 qui affecte divers emplois civils aux militaires admis à la retraite ou réformés pour cause d’infirmités ou de blessure.

4 PONTET-FOURMIGUÉ, J. Bayonne, Un destin de ville moyenne à l’époque moderne. Biarritz : J. & D. Editions, 1990, p.203.

5 Ajoutons à cette liste un professeur né en Allemagne et naturalisé français.

6 Les cartes dressées par F. Cadilhon relatives à l'origine géographique dus professeurs des lycées de l'Aquitaine en 1853 et en 1870 décrivent la même géographie : F. CADILHON. L’enseignement secondaire à Bordeaux et dans le Sud-Ouest aquitain de la fin de l’Ancien Régime au début de la III République, thèse d’université, Paris IV, 1988.

Table des illustrations

Titre Carte 34 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION, DOMICILIÉS À BORDEAUX EN 1872 (Pour la Gironde, données relatives ; pour les autres départements, données brutes)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Carte 35 - ITINÉRAIRE MIGRATOIRE DE QUELQUES DOUANIERS RAYONNAIS (d'après le recensement de 1906)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 23 - Les conjoints aquitains parmi le personnel administratif bordelais en 1872
Légende A : AQUITAINE SEPTENTRIONALEB : AQUITAINE MOYENNEC : AQUITAINE MERIDIONALE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Carte 36 - L'IMMIGRATION ADMINISTRATIVE À BORDEAUX : TYPES D'ITINÉRAIRES (d'après le recensement de 1872)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search