Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Chapitre 2. Les origines géographiques

Texte intégral

1Il faut, en la matière, commencer par souligner dans l’ensemble la bonne qualité de nos sources. Les recensements livrent le lieu de naissance des fonctionnaires et des employés de l’administration avec précision : rares sont les mentions de la seule provenance départementale et les cas d’identification impossible par déformation orthographique des noms des localités ou par caractère incomplet de l’information sont peu nombreux. Mais il y a des exceptions. Pour Dax en 1872, le défaut d’enregistrement est important (25 %) et la précision est souvent défaillante. Dans le cas de Villeneuve-sur-Lot à la même date, le recensement n’apporte qu’une indication d’origine départementale des habitants. Parmi les natifs du Lot-et-Garonne, la distinction entre les Villeneuvois et les autres ne peut être faite. Pour Agen en 1906, le défaut d’indication est également notable, environ 15 %. Mais les lacunes les plus graves concernent le recensement bordelais de 1872 pour lequel nous devons nous contenter, à quelques exceptions près, de simples indications départementales. Ainsi, nous ne connaissons pas avec précision les lieux de naissance de 529 personnes parmi les 572 Girondins nés en dehors de Bordeaux. Aussi lacunaires sont nos informations concernant les Charentais, les Périgourdins, les Landais et les Lot-et-garonnais employés dans l’administration bordelaise. Ces obstacles ne sont cependant pas fondamentaux ; une approche générale et par secteur de l’origine géographique du personnel administratif aquitain reste possible.

I. une origine régionale

2L’élément majeur qui ressort des données dont nous disposons est la force du recrutement local et régional. Par recrutement local, nous considérons l’ensemble des fonctionnaires et des employés de l’administration nés dans le département où ces agents exercent leur activité. Comme région, nous avons retenu un large Sud-Ouest circonscrit par les départements charentais, la Dordogne, le Lot, le Tarn-et-Garonne, la Haute-Garonne, l’Ariège, inclusivement. De même que pour l’étude des structures administratives, il nous semble nécessaire ici de faire porter nos analyses sur les seules villes pour lesquelles une comparaison 1872-1906 est possible (quitte à évoquer ensuite les cas isolés) et de distinguer Bordeaux des autres cités de l'Aquitaine (tableau 10).

Tableau 10 : Origines géographiques des fonctionnaires et des employés de l’administration publique à Bordeaux et dans les villes du Sud-Ouest en 1872 et en 1906

Tableau 10 : Origines géographiques des fonctionnaires et des employés de l’administration publique à Bordeaux et dans les villes du Sud-Ouest en 1872 et en 1906

* Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot.
** Sondage au 1/10ème.

3Deux conclusions s’imposent. La première est la forte teinte départementale du personnel administratif employé dans les villes de l’Aquitaine et sa couleur sensiblement plus régionale à Bordeaux. Cette double remarque renvoie à la réalité des aires d’attraction : large pour le grand port girondin, plus étriquées pour les autres villes du Sud-Ouest. La comparaison des espaces de recrutement des agents de l’administration révèle ainsi des données plus générales sur l’immigration urbaine. Par ailleurs, si l’on note pour Bordeaux une relative stabilité quant aux origines géographiques des fonctionnaires et des employés entre 1872 et 1906, on ne peut en dire autant pour les autres villes de l’Aquitaine. Ici se dessine entre les deux dates une tendance à la régionalisation : la part des autochtones comme la part de ceux nés en dehors du Sud-Ouest régresse, celle des natifs d’un vaste Sud-Ouest s’accroît. L’administration dans les villes de l’Aquitaine est pendant la Belle Époque, plus nettement qu’en 1872, le fait des Aquitains eux-mêmes.

4Il s’agit là d’une vue d’ensemble ; dans le détail (voir annexe 2), une certaine diversité prime. Dans les villes pour lesquelles un calcul a été possible pour le début de la IIIème République, la part de l’élément local s’étage entre un tiers des effectifs (Bordeaux) et les trois quarts (Villeneuve-sur-Lot). Une forte proportion d’autochtones dans l’administration — environ les deux tiers — s’observe aussi à Dax et à Périgueux. En revanche, à Libourne, la part de l’élément girondin est minoritaire. Mais le cas libournais est particulier en raison de la situation géographique de la ville à la périphérie du département de la Gironde et à proximité de celui de la Dordogne dont sont originaires d’assez-nombreux employés et fonctionnaires locaux. En 1906, c’est encore à Libourne que la part de l’élément départemental est la plus faible, un tiers, tandis qu’elle est presque deux fois plus importante à Villeneuve-sur-Lot et à Dax et atteint près des trois quarts à Pau. A Agen, Bayonne et Mont-de-Marsan elle est supérieure à la moitié.

5En tout état de cause, la situation des villes doit être distinguée de celle des chefs-lieux de canton. Dans les Basses-Pyrénées, à Lagor, Laruns et Morlaas, le personnel en fonction en 1876 est du cru pour les trois quarts. En 1906, les deux tiers des fonctionnaires et des employés administratifs des chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne sont de souche locale. A titre d’exemple, à Puymirol, nous recensons huit fonctionnaires ou employés nés en Lot-et-Garonne ; sept autres sont nés dans les départements voisins et deux seulement ont une origine extra-régionale.

6Précisément, les éléments extérieurs au Sud-Ouest ne comptent vraiment au début de la IIIème République qu’à Agen, Bordeaux, Libourne, Mont-de-Marsan, ensemble de villes dans lesquelles ils représentent entre un cinquième et un quart des effectifs. Ailleurs, leur part est bien maigre ; autour de 10 % à Villeneuve-sur-Lot voire moins (8 %) à Dax. Dans la première liste figurent les villes préfectures, à l’exception de Libourne qui bénéficie en fait ici de la proximité bordelaise. Ces villes paraissent ouvertes sur l’extérieur. A l’inverse, Villeneuve-sur-Lot et Dax, sous-préfectures, n’exercent pas le même attrait. Les données de 1906 confirment et nuancent cette analyse. Avec Libourne, Bordeaux, Agen et Mont-de-Marsan où les individus allogènes sont proportionnellement les plus nombreux, nous retrouverons les premiers éléments de la hiérarchie précédente tandis que Villeneuve-sur-Lot, Bayonne, Pau et Dax, toutes sous-préfectures, sauf Pau, figurent en queue de liste. La situation paloise n’est pas surprenante. La faible part de l’élément extra-régional (11 %) au sein de la population administrative locale est déterminée par la situation géographiquement marginale de la ville par rapport à l’ensemble régional aquitain tel que nous l’avons défini.

7Par ailleurs, il convient de distinguer nettement le cas de fonctionnaires de celui des employés. Nous retiendrons ici l’exemple de Pau en 1906 comme un des plus significatifs (tableau 11).

Tableau 11 - Origine géographique des fonctionnaires et employés de l’administration publique à Pau en 1906

Tableau 11 - Origine géographique des fonctionnaires et employés de l’administration publique à Pau en 1906

8Il y a relativement trois fois plus de Palois parmi les employés que parmi les fonctionnaires et le même rapport s’observe pour ce qui concerne les individus nés dans le département des Basses-Pyrénées. En revanche, le Sud-Ouest est plus largement représenté dans le recrutement des fonctionnaires. De même, si près d’un fonctionnaire sur deux est né en dehors du Sud-Ouest, la proportion n’est que du dixième parmi les employés. Ainsi, donc, les fonctionnaires sont originaires d’horizons plus éloignés que les simples employés. Ce n’est évidemment pas une surprise.

  • 1 Nous retrouvons là les directions traditionnelle de l’immigration bordelaise ; voir à ce sujet, J. (...)

9En faisant fi des limites de la région, la représentation cartographique permet d’aller un peu plus loin dans l’analyse. Les aires d’attraction des villes se dessinent clairement. En 1872, Bordeaux compte parmi son personnel administratif des représentants de tous les départements (carte 1). Mais le recrutement des fonctionnaires et des employés bordelais est d’abord régional. Après la Gironde, les Basses-Pyrénées fournissent de très loin le plus fort contingent (297 personnes soit 10,2 %). Viennent ensuite la Dordogne (133 personnes soit 4,6 %), les Hautes-Pyrénées (125 personnes soit 4,3 %), les Landes (109 personnes, 3,7 %) et la Haute-Garonne (107 personnes, 3,7 %). Ce recrutement régional est prolongé par deux excroissances ; l’une, atlantique et l’autre, en direction des terres du Massif-Central (Aveyron, Cantal, Corrèze)1. Enfin, il se complète d'un apport parisien non négligeable (nous recensons 48 natifs des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise, soit 1,6 %) et d’un apport alsacien-lorrain, sans doute conjoncturel, de même importance (55 personnes sont originaires des régions annexées par l’Allemagne en 1871, soit 1,9 %). Au niveau régional (carte 2), ce recrutement n'est nullement concentré. L’éparpillement est au contraire la règle. Au mieux discerne-t-on en 1906 en Gironde et dans les départements de la périphérie girondine quelques régions plus fortement pourvoyeuses en employés bordelais que d’autres : la ceinture de Bordeaux, le bassin d’Arcachon, la côte landaise, les confins sud-est de la Gironde. En tout cas, le bassin démographique bordelais n’apparaît pas dans sa configuration classique (prépondérance des bords de la Gironde, de l’axe garonnais, de l’Entre-deux-Mers). Quant à l’immigration libournaise (cartes 3 à 5), son originalité réside dans un apport périgourdin dont nous avons déjà souligné l’importance, particulièrement notable en 1906. A cette date en effet, les natifs de la Dordogne représentent près d’un cinquième (17 %) du personnel administratif local. Les vallées de la Dordogne, de la Vézère, de l’Isle et de la Dronne jouent le rôle de drains. Mais l’essentiel des migrants installés dans l'administration à Libourne vient du Libournais et du Bordelais.

Carte 1 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BORDEAUX EN 1872

Carte 1 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BORDEAUX EN 1872

Carte 2 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BORDELAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bordeaux, sondage au 1/10e)

Carte 2 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BORDELAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bordeaux, sondage au 1/10e)

10Hors du Lot-et-Garonne, Agen (cartes 6 à 8) se tourne pour peupler ses bureaux vers le Lot, le Tarn mais aussi le Gers, la Dordogne et les Hautes-Pyrénées. Il est intéressant de constater que les natifs de la Haute-Garonne et de Toulouse sont dans les rangs de son administration un peu plus nombreux que ceux nés en Gironde et à Bordeaux. Plus largement, Agen tourne le dos à l’Aquitaine atlantique (Bordelais, Landes, Pyrénées occidentales). Il en va de même, mais à une autre échelle de Villeneuve-sur-Lot (cartes 9 à 11). A brève distance cependant, la carte de l’appel administratif villeneuvois se limite au quart nord-est du Lot-et-Garonne, tandis qu’Agen rayonne sur presque tout le département, particulièrement sur un ensemble de villages et de bourgs formant le creux d’un éventail dont le Lot, l’Aveyron, le Gers et la Baise sont les bras.

11De la même façon, la comparaison des aires de recrutement de Mont-de-Marsan et de Dax d’une part, de Pau et de Bayonne d’autre part est riche d’enseignements. Les aires montoise (cartes 12 à 14) et dacquoise (cartes 15 et 16) présentent à bien des égards des ressemblances. Le rapprochement de la carte concernant Mont-de-Marsan en 1831 et Dax en 1906 est particulièrement suggestif. Dans leur presque totalité, les fonctionnaires et les employés de l’administration dans ces deux villes sont originaires des pays de l’Adour : Landes elles-mêmes mais aussi Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées et, dans le cas de Mont-de-Marsan, le Gers. Dax, sensiblement plus méridionale que la capitale du département fait assez peu appel à des fonctionnaires ou des employés d’origine girondine. Mont-de-Marsan, plus septentrionale est également tournée vers la Gironde et le pièmont pyrénéen. Les cartes détaillées des lieux de naissance des fonctionnaires et des employés administratifs montois et dacquois nés dans les Landes et les départements périphériques permettent de préciser ces remarques. A Dax, les Dacquois décomptés, le personnel administratif est pour l’essentiel originaire de l’arrondissement (carte 17). Nous avons là une situation tout à fait comparable à celle observée pour Villeneuve-sur-Lot. En revanche, l’appel administratif montois couvre l’ensemble du département (carte 18).

Carte 3 et 4 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À LIBOURNE EN 1872 ET 1906

Carte 3 et 4 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À LIBOURNE EN 1872 ET 1906

Carte 5 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF LIBOURNAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Libourne)

Carte 5 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF LIBOURNAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Libourne)

Carte 6 et 7 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À AGEN EN 1872

Carte 6 et 7 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À AGEN EN 1872

Carte 8 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF D'AGEN NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Agen)

Carte 8 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF D'AGEN NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Agen)

Carte 9 et 10 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET 1906

Carte 9 et 10 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET 1906

Carte 11- - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF VILLENEUVOIS NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Villeneuve-sur-Lot)

Carte 11- - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF VILLENEUVOIS NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Villeneuve-sur-Lot)

Carte 12, 13 et 14 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À MONT-DE-MARSAN EN 1831,1872 ET 1906

Carte 12, 13 et 14 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À MONT-DE-MARSAN EN 1831,1872 ET 1906

Carte 15 et 16 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À DAX EN 1872 ET EN 1906

Carte 15 et 16 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À DAX EN 1872 ET EN 1906

Carte 17 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF DACQUOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Dax)

Carte 17 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF DACQUOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Dax)

Carte 18 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF MONTOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Mont-de-Marsan)

Carte 18 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF MONTOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Mont-de-Marsan)

12Dans les Basses-Pyrénées, entre Pau et Bayonne, la situation est contraire à celle observée pour Mont-de-Marsan et Dax. Bayonne et Pau présentent à peu près les mêmes aires d’attraction régionale, à cette différence près que l’appel excercé par le port de l’Adour sur les Landes n’a pas son équivalent palois (cartes 19 et 20). Mais tandis que la préfecture des Basses-Pyrénées puise le personnel de ses bureaux presque exclusivement en Béarn et plus précisément aux portes mêmes de la ville — nous avons là l’aire de recrutement la plus concentrée (carte 21) — la sous-préfecture fait appel à des fonctionnaires et des employés originaires de l’ensemble du département (carte 22). Ce constat double traduit la dualité basco-béarnaise du département. Il montre la place particulière de Pau parmi les préfectures de l’Aquitaine (Bordeaux mise à part), lesquelles rayonnent sur l’ensemble de leur département, telle Périgueux par exemple (carte 23). Il souligne aussi et surtout le faible ancrage de Bayonne à son arrière-pays basque. En 1906 à Pau, 38,4 % des fonctionnaires et des employés sont des Béarnais - non palois. A la même date, dans les services administratifs bayonnais, on ne compte que 15,6 % de Basques, bayonnais déduits. Ceux-ci ne sont nombreux que dans l’administration douanière où ils forment le quart des effectifs. Au sein de l’administration municipale de Bayonne, les Basques sont à peine plus nombreux que les Béarnais (18 contre 15). L’obstacle linguistique, ou ce qu’il en reste durant la Belle Epoque, ne peut rendre compte de ce qui s’apparente à une sorte d’abstention à l’égard des services publics. Peut-on évoquer l’échappatoire de la migration transocéanique qui aurait dégagé les campagnes basques du surplus d’une population toute désignée pour les petits emplois administratifs bayonnais ? Cette abstention se fonde-t-elle sur une défiance vis-à-vis des appareils administratifs perçus comme étrangers ? Dans l’affirmative — mais la nature du document que nous utilisons, un recensement, ne permet que d’avancer des hypothèses — une telle attitude soulève la question du degré d’intégration du Pays-Bas que à l’Etat français au début du xxe siècle.

13Il reste à se demander quelle relation les aires d’appel administratif des villes entretiennent avec les zones d’attraction démographique de ces mêmes villes. Pour Bordeaux, nous avons souligné la différence existant entre la carte du bassin démographique de la ville et celle de l’appel administratif local. Tous nos exemples vont dans le même sens. Ils montrent que le groupe des fonctionnaires et des employés de l’administration a un enracinement local moindre que celui de l’ensemble de la population. La comparaison des cartes et des chiffres relatifs à la formation de la population active et de la population administrative de Périgueux en 1876 est, de ce point de vue, éclairante (carte 24 et tableau 12).

Carte 19 et 20 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BAYONNE ET À PAU EN 1906

Carte 19 et 20 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BAYONNE ET À PAU EN 1906

Carte 21 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PALOIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Pau)

Carte 21 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PALOIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Pau)

Carte 22 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BAYONNAIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bayonne)

Carte 22 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BAYONNAIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bayonne)

Carte 23 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PÉRIGOURDIN NÉ EN DORDOGNE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1876 (hors Périgueux)

Carte 23 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PÉRIGOURDIN NÉ EN DORDOGNE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1876 (hors Périgueux)

Tableau 12 - Origines géographiques du personnel administratif et de l’ensemble de la population active à Périgueux en 1876

Tableau 12 - Origines géographiques du personnel administratif et de l’ensemble de la population active à Périgueux en 1876

14Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les non-périgourdins qui représentent plus du tiers des fonctionnaires et des employés administratifs locaux ne rassemblent que le cinquième de la population active dans son ensemble. Les Périgourdins décomptés, la population active locale se recrute dans tous les départements métropolitains, à l'exception du Var. Mais seulement trente-quatre d’entre eux fournissent un contingent notable. Onze fois moins nombreux que l’effectif de la population active, le personnel administratif — natifs de la Dordogne exclus — provient de soixante départements différents.

15L’exemple de Périgueux n’est pas isolé. Pour Agen en 1872 nous parvenons aux mêmes conclusions (carte 25 et tableau 13).

Tableau 13 - Origines géographiques du personnel administratif et de la population active à Agen en 1872

Tableau 13 - Origines géographiques du personnel administratif et de la population active à Agen en 1872

16Enfin nous pouvons dresser un constat similaire pour Mont-de-Marsan sur des bases comparatives pourtant différentes. Ici, nous avons confronté les origines de la population montoise de souche extra-départementale en 1896 à celles de la population administrative non-landaise en 1906, actifs et familles confondus (carte 26). Là encore, d’une carte à l’autre, l’élargissement des horizons est sensible même si, comme à Agen et à Périgueux les espaces comparés ont en commun un caractère régional marqué.

17Cependant, les cartes relatives à Agen et à Mont-de-Marsan révèlent dans le détail un point essentiel qui mérite d’être souligné. Dans les deux villes en effet, la Gironde et la Haute-Garonne pèsent davantage dans le recrutement des fonctionnaires et des employés administratifs que dans celui de la population active ou de la population totale. A Agen, la différence est à peine marquée pour ce qui concerne les immigrants de la Haute-Garonne. Elle l’est plus sensiblement pour ce qui est des immigrants girondins. Ainsi, plus tournée vers Toulouse que vers Bordeaux pour ce qui relève de la formation de sa population active, Agen fait une part plus équilibrée aux deux villes en ce qui concerne le recrutement de son personnel administratif (tableau 14).

Tableau 14 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative d'Agen en 1872

Tableau 14 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative d'Agen en 1872

18Les choses sont encore plus nettes à Mont-de-Marsan qui, elle, comme nous l'avons vu, regarde plutôt vers Bordeaux. Dans les années 1900 nous comptons deux fois plus de girondins parmi la population administrative montoise d'origine extra-départementale qu'au sein de la population de la ville étrangère aux Landes. Les natifs de la Haute-Garonne sont relativement quatre fois plus nombreux parmi la première que parmi la seconde (tableau 15).

Tableau 15 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative de Mont-de-Marsan en 1896 et en 1906

Tableau 15 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative de Mont-de-Marsan en 1896 et en 1906

19A contrario, les départements pyrénéens, principaux pourvoyeurs d'immigrants montois non-landais, pèsent peu dans la formation de la population administrative de la ville. Pour ce qui a trait à Agen, nous relevons de la même façon la sous-représentation des natifs du Tarn-et-Garonne, du Gers et du Lot au sein de la population administrative par rapport à ce que l'on peut observer parmi l'ensemble des actifs. Ce constat n'est pas insignifiant. Il constitue un indicateur sur la place des uns et des autres dans l'encadrement administratif des deux villes. Dans le cas montois, où notre statistique fait référence à des familles complètes et non aux seuls actifs comme pour Agen, le tableau révèle aussi une différence dans les structures démographiques et familiales de l'immigration administrative bordelaise et toulousaine d'une part, pyrénéenne de l'autre. Nous aurons l'occasion de revenir par la suite sur tout cela à travers l'étude des sociétés d'originaires.

II. secteurs d'administration et origines géographiques

20En considérant les administrations d'appartenance, l'étude des origines géographiques des personnels permet de distinguer deux types de situation. D'une manière générale, nous recensons une majorité d'individus d'origine locale parmi les instituteurs, les employés municipaux et de l'octroi, le personnel des préfectures, des ponts et chaussées, des haras, des mines et de la poste. Dans les autres secteurs de l'administration (contributions, justice-police-gendarmerie considérées en bloc, enseignement secondaire), la place de l'élément local est moins marquée (annexe 3 et graphique 2).

21Nos données mettent en évidence le fort ancrage départemental des maîtres de l’enseignement primaire. En fait, les pourcentages varient sensiblement d'une ville à l'autre. En 1906 à Pau et à Bayonne, près des quatre cinquièmes des instituteurs et des institutrices sont originaires du département contre les deux tiers à Bordeaux. Un tiers des maîtres et des maîtresses d’école recensés à Pau sont natifs de la ville-même. Pour Bordeaux, nous observons la même proportion tandis qu’à Bayonne, les Bayonnais ne sont qu'un cinquième. A Bordeaux, en 1872, nous comptons seulement 29 Bordelais sur les 183 instituteurs et institutrices des écoles maternelles, primaires et de l’école normale des jeunes filles, soit seulement 16 %. La proportion est apparemment faible. En réalité, le recensement n'opère pas toujours la distinction souhaitable entre Bordelais et Girondins. Au total, ceux-ci représentent la moitié de l'effectif. Compte tenu des incertitudes déjà soulignées quant à l'extension véritable du groupe des instituteurs publics, il n'y a pas lieu d'insister davantage sur ces chiffres. Notons toutefois qu'ils vont dans le sens de ce que nous savons par ailleurs des origines géographiques des maîtres d'école.

22Plus encore que l'enseignement primaire, les administrations municipales et de l'octroi sont peuplées par les hommes de cru. Sur dix fonctionnaires et employés de ces secteurs, nous recensons en 1872 à Agen huit Lot-et-Garonnais. A Dax, la proportion de Landais parmi les employés de la ville est de neuf sur dix en 1872 et en 1906 ; elle est la même à Mont-de-Marsan en 1906. A Périgueux en 1876, neuf employés municipaux et de l’octroi sur dix sont périgourdins. Les natifs du Lot-et-Garonne sont dans la même proportion au sein de l'administration municipale de Villeneuve-sur-Lot en 1872. Enfin à Pau en 1906, les quatre cinquièmes du personnel de la ville et de l'octroi sont originaires des Basses-Pyrénées : sur un total de 108 personnes, 31 sont natives de Pau, 47 de ses abords immédiats, 30 seulement sont nés à plus de vingt kilomètres de la ville (carte 27). En fait, les Palois de naissance sont nettement présents dans les bureaux de la mairie (7 sur 17) et à l'octroi (16 sur 36). En revanche, les emplois municipaux correspondant parfois à des tâches ingrates ou pénibles sont occupés par de petits employés non-palois. Sur les 43 concierges, balayeurs de rue, cantonniers, jardiniers et gardes municipaux, seuls 8 sont nés à Pau.

Graphique 2 - SECTEURS D'ADMINISTRATION ET ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DU PERSONNEU

BORDEAUX 1872,1906

BORDEAUX 1872,1906

LIBOURNE 1872,1906

LIBOURNE 1872,1906

MONT-DE-MARSAN 1872, 1906

MONT-DE-MARSAN 1872, 1906

VILLENEUVE-SUR-LOT 1872,1906

VILLENEUVE-SUR-LOT 1872,1906

23Ce partage des emplois municipaux entre hommes du cru et non-natifs est loin d'être propre à la capitale du Béarn. Il est au contraire une donnée assez générale. Nous l'observons à Agen à la même date. Parmi les 21 individus recensés comme "employés à la mairie", nous trouvons 14 natifs d'Agen, soit les deux tiers. A l'octroi, nous comptons aussi 14 personnes nées à Agen mais sur un effectif de 33 personnes. Enfin, nous avons recensé 6 cantonniers municipaux, un charpentier, 3 plombiers à la mairie, un paveur et 2 gardes-champêtre : aucun d'entre eux n'est originaire d'Agen et le paveur municipal est espagnol. Nous pouvons aussi nous arrêter sur l'exemple de Bordeaux où cependant les fonctionnaires et les employés d'origine départementale pèsent moins qu'ailleurs dans le recrutement du personnel municipal et de l'octroi. En 1872, nous comptons 21 % de Bordelais et autant de Girondins non-bordelais dans les services municipaux. Mais pour l'octroi, les proportions sont respectivement de 11 % et de 16 %. Parmi les seuls fonctionnaires, c'est-à-dire l'encadrement municipal — 34 personnes — nous recensons 12 Bordelais dont 4 chefs de divisions et l'architecte de la ville. S'y ajoutent 8 autres Girondins qui, cependant, occupent dans l'ensemble, des fonctions de rang moins élevé. Figurent enfin 14 personnes étrangères au département. Le sondage de 1906 nous donne 7 Bordelais parmi les 21 "employés à la ville" ; ils sont 9 parmi les 36 concierges, jardiniers, paveurs, journaliers et employés au nettoiement. Un seul Bordelais apparaît parmi les 8 tombeliers municipaux.

24Avec Pau, Agen et Bordeaux, nous avons évoqué l'exemple de grandes villes. Mais le partage des emplois municipaux est aussi caractéristique de cités moins importantes comme Libourne par exemple. En 1906, 21 des 37 employés municipaux recensés sont originaires de la Gironde (dont 17 de Libourne). Dix sont nés dans les autres départements du Sud-Ouest et 6 en dehors de celui-ci. On retrouve à peu de choses près les mêmes proportions à l'octroi. Plus précisément, les Libournais trônent dans les bureaux de la mairie qui constituent leur domaine réservé : 6 des 7 fonctionnaires peuplant ces bureaux sont des enfants de la ville. Parmi eux, nous recensons le secrétaire en chef de la mairie et le receveur municipal. Le balayage des rues, les places de concierges, la surveillance de l'abattoir municipal et du marché sont confiés à des non-libournais de naissance. Parmi les 7 cantonniers de la commune et sur les 13 journaliers, manœuvres et balayeurs municipaux pris ensemble nous ne comptons que 2 Libournais d’origine. Les autres viennent de la Dordogne, des départements charentais, des Basses-Pyrénées, du Lot, de la Corrèze et de la Haute-Vienne. Ce type de partage qui confie les affaires de la ville aux fonctionnaires et aux employés originaires du lieu et les tâches d’exécution plutôt à ceux qui n’y sont pas nés en dit long sur toute une conception de l’emploi municipal et sur la pratique du recrutement administratif local. Au demeurant l’une et l’autre perdurent aujourd’hui.

Carte 27 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION MUNICIPALE DE PAU EN 1906

Carte 27 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION MUNICIPALE DE PAU EN 1906

25De la même façon, les bureaux des préfectures sont pourvus de fonctionnaires et d’employés nés dans les départements correspondants. Pour Bordeaux, le recensement de 1872 nous livre les noms de 3 chefs de division : tous les trois sont girondins. Il faut leur ajouter 26 employés nés à Bordeaux ou en Gironde sur un total de 40 personnes. A Pau en 1906, les natifs de la ville et du département sont au nombre de 20 sur un effectif de 29 individus et sur ces 20, nous comptons le secrétaire-général, un conseiller de préfecture, 2 chefs de division, 5 chefs de bureau. Parmi les 24 fonctionnaires et employés de la préfecture d’Agen dont nous connaissons pour 1872 le lieu de naissance, figurent 13 natifs du Lot-et-Garonne : 4 d’entre eux sont chefs de division ou de bureau, 2 siègent au conseil de préfecture, un autre remplit la fonction de secrétaire-général. Les données de 1906 vont dans le même sens : les Lot-et-Garonnais sont à la préfecture au nombre de 10 pour un effectif de 23 personnes. A Périgueux en 1876, 2 fonctionnaires et employés de la préfecture sur 3 sont natifs de la ville ou la Dordogne. Mais c’est à Mont-de-Marsan en 1872 que nous enregistrons la plus forte proportion d’autochtones : 19 Landais (dont 10 Montois) figurent parmi les 22 fonctionnaires et employés de la préfecture. En 1906, ils sont encore 12 sur 19 et dominent surtout parmi les simples employés.

26Sauf le cas des villes girondines, l’élément local représente encore plus de la moitié du personnel dans les administrations des ponts et chaussées, de la poste, des haras et des eaux et forêts prises ensemble. Partout ailleurs, il est minoritaire. Dans le lot des secteurs administratifs où les indigènes sont les moins nombreux, il faut faire une place à part à l’ensemble que forment les administrations fiscales. Globalement, les éléments locaux y représentent le plus communément les deux cinquièmes des effectifs. Mais moins que les variations de cette proportion d’une ville à l’autre (dans certains cas elle n’est en effet que d’un quart), ce sont les distinctions internes qui importent comme le montre l’exemple de Bordeaux. Dans cette ville, au début de la IIIème République, les Girondins de naissance composent 31 % du personnel des contributions. Mais la douane (40 % de Girondins) et surtout les tabacs (53 %) ont un recrutement nettement local. Dans les tabacs, les Bordelais rassemblent à eux seuls le tiers du personnel mais tout l’état-major de cette administration est étranger à Bordeaux.

27Pour ce qui concerne l’ensemble justice-police-gendarmerie, il est nécessaire de procéder au même type de distinction. Dans les services de police dominent les éléments d’origine régionale. Les trois quarts des employés de la police bordelaise en 1872 sont originaires du Sud-Ouest ; les non-Girondins sont les plus nombreux. Parmi les 130 sergents de ville et agents de police que nous avons comptés figurent en effet 18 Girondins, 22 natifs des Basses-Pyrénées, 11 des Hautes-Pyrénées, 9 des Landes, pour ne citer que les départements aquitains les plus représentés. Mais sur 18 commissaires et inspecteurs, nous ne trouvons que 7 natifs du Sud-Ouest dont seulement 3 Bordelais. A Bayonne et à Pau, données de 1906 cumulées, l’emportent globalement, comme à Bordeaux, les éléments régionaux : sur un total de 44 personnes, nous ne trouvons que trois individus étrangers à la région.

28Au sein des brigades de gendarmerie, nous observons diverses situations. A Bordeaux, dominent les éléments extérieurs à la région. Un peu plus de la moitié des gendarmes que nous y recensons en 1872 (32 exactement) ne sont pas originaires du Sud-Ouest. Les Girondins ne sont qu’au nombre de trois. A l’inverse, dans les autres villes de l’Aquitaine, les gendarmes nés dans la région sont les plus nombreux. Pour Mont-de-Marsan, les recensements de 1872 et de 1876 nous livrent les origines géographiques de 39 gendarmes, doubles comptes déduits. Sur ce nombre, 10 sont d’origine landaise, 15 sont nés dans le Sud-Ouest, 14 sont venus d’horizons plus lointains. En cumulant les données recueillies pour Agen et Villeneuve-sur-Lot, toujours pour 1872, nous trouvons 6 gendarmes nés en Lot-et-Garonne, 11 autres viennent du quart sud-ouest de la France et 11 encore du reste du pays. A Périgueux, nous comptons pour 1876, 9 gendarmes nés en Périgord, un autre est originaire de la Haute-Garonne, le restant — une douzaine — est étrangère au Sud-Ouest. Mais pour Pau et Bayonne pour lesquelles nous ne disposons pas de recensements au début de la IIIème République, les données recueillies pour 1906 soulignent la place importante des gendarmes d’origine locale au sein de brigades. A Bayonne, sur 16 gendarmes nous relevons 6 natifs des Basses-Pyrénées — presque tous des Béarnais — 5 Landais et un Bigourdan ; les autres sont étrangers au Sud-Ouest ; à Pau 14 gendarmes sur 27 sont d’origine départementale (parmi eux aucun basque) et 7 sont nés dans le reste du Sud-Ouest.

29Reste le cas du personnel judiciaire et en son sein des magistrats. Partout les employés subalternes des cours et des tribunaux sont d’origine locale ou régionale dominante ; de même dans l’administration pénitentiaire. Ainsi, sur les 37 gardiens à la colonie pénitentiaire d’Eysses domiciliés à Villeneuve-sur-Lot dont nous connaissons le lieu de naissance en 1906, nous recensons 9 Lot-et-Garonnais ; 14 gardiens sont nés dans le Sud-Ouest et 14 autres en dehors de celui-ci. En 1872, au Palais de Justice de Bordeaux et dans les prisons de la ville sont employées 32 personnes dont 11 Girondins et 10 individus nés dans le Sud-Ouest.

  • 2 JOURDAN, J.P. “Les magistrats de la cour d’appel de Pau au xixème siècle (1811-1914) : éléments de (...)

30Pour ce qui est des magistrats, il faut d’abord considérer le type de tribunal. La magistrature des cours d’appel est de plus faible coloration locale que celle des tribunaux civils. L’étude des origines géographiques des magistrats du ressort de la cour d’appel de Pau, à partir de leurs notices individuelles, nous avait déjà permis de le noter2. Sur les 216 magistrats qui se succédèrent à la cour entre 1811 et 1914, 84 (soit 39 %) étaient nés en Béarn ou en Pays-Bas que ; 127 au total (soit 59 %) avaient vu le jour dans les trois départements du ressort (Basses et Hautes-Pyrénées, Landes). En revanche, au début de la IIIème République, 75 % des magistrats des onze tribunaux civils que comptait le ressort étaient originaires des “Pays de l’Adour”. Les données que nous avons pu tirer des recensements de 1872 confirment ces remarques. Pour Agen, nous connaissons les lieux de naissance de 27 magistrats de la cour : 9 sont originaires d’Agen, 6 du reste du Lot-et-Garonne ; 9 viennent des autres départements du Sud-Ouest et 3 sont nés en dehors de celui-ci. Des départements du ressort (Gers, Lot et Lot-et-Garonne), seul le Lot n’est pas représenté tandis que 4 Gersois siègent à la cour. La remarque a son importance, le principe d’une représentation équilibrée des départements composant le ressort d'une cour était une préoccupation majeure des notables locaux et de la chancellerie au xixe siècle. Mais le recensement ne nous livre peut-être pas les noms de tous les magistrats agenais. La comparaison avec les origines géographiques des magistrats siégeant au tribunal civil de Villeneuve-sur-Lot n’en est pas moins frappante : ici 6 magistrats sur 7 sont natifs du département. Pour 1872 toujours, nous trouvons à la cour d’appel de Bordeaux 13 Girondins sur 34 magistrats recensés. Le tribunal civil de Libourne en compte 4 pour 7 juges.

31Pour 1906, nos dépouillements ne nous permettent pas de mener une analyse aussi fine. Au début du xxe siècle en effet, l'effectif des cours est nettement inférieur à ce qu’il était au lendemain de la Commune. Nous ne disposons donc que d’un échantillon étroit de magistrats d’autant que pour Bordeaux nous avons procédé par simple sondage. Mais grâce à l'Annuaire de la magistrature de 1905, nous possédons des informations complètes sur l’ensemble des magistrats de l’Aquitaine (tableau 16).

  • 3 Cours d'appel d'Agen, Bordeaux et Pau ; tribunaux civils de Bergerac, Nontron, Périgueux, Ribérac, (...)

Tableau 16 - Origines géographiques des magistrats des cours et des tribunaux de l’Aquitaine en 19053

Tableau 16 - Origines géographiques des magistrats des cours et des tribunaux de l’Aquitaine en 19053

32Ces chiffres ne soulignent plus les nuances que les recensements girondins et lot-et-garonnais de 1872 laissaient entrevoir ou que montrait l’étude des origines géographiques des magistrats du ressort de la cour d’appel de Pau. Ils mettent en évidence néanmoins la forte coloration locale du recrutement du personnel judiciaire.

33Celui des seules cours d’appel du Sud-Ouest apparaît, parmi l’ensemble des cours françaises, des plus régionalisées. Sur ce point, les cours d’Agen, de Bordeaux et de Pau partagent le sort des cours de la France méridionale (cartes 28 et 29 et tableau 17).

Tableau 17 - Origine géographique des magistrats des Cours d’Appel (1905) (par grands ensembles régionaux)

Tableau 17 - Origine géographique des magistrats des Cours d’Appel (1905) (par grands ensembles régionaux)

Carte 28 AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU SUD-OUEST EN 1905

Carte 28 AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU SUD-OUEST EN 1905

Carte 29 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D’APPEL DU SUD-EST EN 1905

Carte 29 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D’APPEL DU SUD-EST EN 1905

34Ainsi se dégage une France du Midi dans laquelle la justice d'appel est plus fortement qu'ailleurs rendue par des hommes du cru. On peut y voir encore en ce début du xxe siècle un signe de fort provincialisme. De fait, la nature régionale du recrutement des magistrats des cours peut s'analyser à travers le prisme des traditions parlementaires d'Ancien Régime comme le montrent, hors de la France méridionale, les exemples de Rennes, Rouen, Douai, Nancy, Dijon, Besançon (cartes 30 à 32). De même, la cour d'appel de Paris recrute-t-elle ses magistrats principalement dans les régions qui formaient le ressort de l'ancien parlement. A l'inverse, les aires de recrutement des conseillers siégeant dans des cours d'appel sans tradition parlementaire pré-existante, Amiens, Bourges, Orléans, Limoges — les cas de Riom, de Bastia et de Poitiers étant particuliers ou exceptionnels — sont beaucoup plus éclatées.

  • 4 ROUSSELET, Marcel. Histoire de la magistrature française. Paris : 1957.

35Il faut ajouter que la nature régionale du recrutement des magistrats des cours comme des tribunaux répond à des nécessités pratiques. Hommes du pays, les magistrats plongent leurs racines dans le terroir local, en connaissent les habitants, les habitudes sociales, le parler. Elle correspond aussi à un choix délibéré. Marcel Rousselet a montré comment à l'occasion des débats législatifs précédant les diverses réorganisations judiciaires, un large courant d'opinion en faveur du recrutement local de la magistrature s’est toujours dégagé4.

36Il convient cependant de distinguer entre magistrature assise et magistrature debout. Sur les 28 conseillers et présidents — premier président compris — de la cour d'appel de Bordeaux mentionnés par le recensement de 1872, nous relevons 6 Bordelais et 5 autres Girondins ; 6 magistrats sont nés en Charente et en Dordogne (les deux autres départements du ressort) ; 5 conseillers sont originaires du reste du Sud-Ouest ; 6 enfin lui sont étrangers. Au parquet, seul le procureur-général est né à Bordeaux. Son substitut vient du Nord et les deux avocats-généraux sont natifs de l'Aube et de l'Isère. Entre 1811 et 1914, la moitié des conseillers qui se succédèrent à la cour d'appel de Pau étaient nés dans les Basses-Pyrénées contre seulement un quart parmi les magistrats du parquet. En sens inverse, un cinquième des magistrats du siège venaient de départements extérieurs au ressort contre la moitié parmi les magistrats debout. Les choses sont moins nettes à Agen où en 1872 le parquet de la cour est pour moitié composé de magistrats lot-et-garonnais. Elles sont, en revanche, fort claires pour l'ensemble des cours et tribunaux de l'Aquitaine en 1905 (tableau 18).

Carte 30 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU CENTRE EN 1905

Carte 30 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU CENTRE EN 1905

Carte 31 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DE L'OUEST EN 1905

Carte 31 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DE L'OUEST EN 1905

Carte 32 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU NORD ET DU NORD-EST EN 1905

Carte 32 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU NORD ET DU NORD-EST EN 1905

Tableau 18 - Origine géographique des magistrats assis et debout des cours et tribunaux de l'Aquitaine en 1905

Magistrats nés

Magistrature assise

Magistrature debout

dans le département

66

8

dans le reste du Sud-Ouest

64

20

hors du Sud-Ouest

45

23

TOTAL

175

51

37Ces différences résultent du jeu "dialectique” de la centralisation et de la décentralisation, le tout tendant vers un point d'équilibre. Juges et conseillers incarnent le principe décentralisateur. A travers eux, c'est l'élite locale qui siège dans les cours et les tribunaux. Dans le cas des cours, joue en outre un phénomène "mécanique". Dans le cursus judiciaire en effet, un siège de conseiller, de président de chambre ou de premier-président marque souvent le couronnement d'une longue carrière passée auprès des tribunaux du ressort. De ce point de vue, il est intéressant de constater que dans les onze tribunaux civils des Basses-Pyrénées, des Landes et des Hautes-Pyrénées, les magistrats en fonction au xixe siècle évoquent le plus souvent au titre des demandes d'avancement un siège de conseiller à Pau. Les plus hardis formulent des vœux circonscrits aux cours méridionales. Or, le recrutement des tribunaux de première instance étant de forte coloration locale, il n'est donc pas étonnant que la magistrature assise des cours le soit aussi alors même que la chancellerie encourageait ce type de promotion. Les cours apparaissent ainsi comme des territoires réservés aux magistrats du ressort et les nominations d'étrangers étaient d'autant moins acceptées qu'elles arrêtaient l'avancement des juges locaux. Mais, face à la magistrature assise qui exprime dans les cours et les tribunaux le principe régional, les magistrats du parquet, représentants du ministère public, incarnent le principe de la centralisation et la règle du recrutement local n'est plus, de fait, justifiée. Notons que cette dialectique de la centralisation et de la décentralisation que nous constatons dans la sphère de l'organisation judiciaire trouve aussi au xixe siècle sa correspondance dans l'organisation administrative avec le couple préfet-sous-préfet, le premier étranger au département qu'il administre, le second, notable local.

  • 5 JOURDAN, J.P. “Les juges de paix de l'Aquitaine méridionale (Landes, Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrén (...)

38Enfin, il nous faut dire un mot des juges de paix. Leur enracinement local est très fort. Nous connaissons l'origine géographique de 19 d'entre eux au début de la IIIème République : 13 sont nés dans le Sud-Ouest ; 12 sont en fonction dans leur département de naissance. Les chiffres pour 1906 sont encore plus nets. Les 24 juges de paix que nous avons recensés sont tous nés dans la région et 17 occupent une justice de paix dans leur département de naissance. Ces quelques résultats confirment ceux auxquels nous sommes parvenus à l'issue d'une analyse systématique des dossiers individuels de 231 juges de paix de l'Aquitaine méridionale (Basses et Hautes-Pyrénées, Landes) entre 1870 et 19145. Les trois quarts des magistrats cantonaux alors en fonction dans ces trois départements en étaient originaires. Un peu plus des deux-tiers des juges de paix (71 %) étaient natifs du département dans lequel ils passèrent tout ou partie de leurs carrières ; près d'un sur trois fut nommé dans son canton de naissance. Ce caractère fortement local du recrutement des juges de paix est dans la nature même de l’institution conçue dès 1790 dans un cadre décentralisateur sur les modèles anglais et hollandais. Il s'agissait de rapprocher au plus près la justice des plaignants et d’éviter, grâce à la conciliation préalable, l'engorgement des tribunaux supérieurs. Or, la fonction de conciliation suppose une très bonne connaissance des mœurs et usages locaux. Par définition, elle désigne donc pour son exercice des hommes de cru. La comparaison des origines des juges de paix de l’Aquitaine méridionale avec celles des magistrats de la cour d’appel de Pau — laquelle rayonnait sur le même ensemble régional — est, de ce point de vue, sans ambiguité. Pour un effectif presqu’identique (220 magistrats), celle-ci a puisé son personnel au xixe siècle dans 45 départements différents. Le recrutement des juges de paix n’en a sollicité que 20 (carte 33). A la hiérarchie des fonctions judiciaires répond, au moins ici, une hiérarchie des espaces de recrutement : local pour les justices de paix, régional pour la cour d’appel.

39La remarque vaut aussi dans l'instruction publique, pour ce qui est des instituteurs et des professeurs. Nous avons précédemment évoqué le cas des premiers ; il nous faut ici aborder celui des seconds. Parmi les professeurs de l’enseignement secondaire — ou du moins parmi ceux que les dénombrements nous permettent de recenser comme tels — la part de l’élément local se réduit au quart voire au cinquième des effectifs sauf à Pau et à Bordeaux en 1906 (un tiers), à Périgueux en 1876 et à Dax en 1906 (les deux cinquièmes dans les deux cas). Les choses sont encore plus marquées parmi les professeurs des lycées. Pour Bordeaux en 1872 nous avons recensé 20 professeurs au lycée, proviseur et censeur compris. Parmi eux nous ne comptons que deux Bordelais, plus un autre Girondin. Du reste du Sud-Ouest ne sont originaires que trois professeurs seulement. Le plus grand nombre vient donc de départements éloignés. Mis à part un représentant du Tarn — presqu’un voisin — nous trouvons en effet des professeurs originaires de l’Hérault et du Vaucluse, de l’Ailier et du Puy-de-Dôme, du Nord, de la Manche, de l’Aube (ils sont deux), de la Haute-Saône, de la Moselle et même d’Allemagne, de la Somme et du Pas-de-Calais. En regard, les professeurs des facultés bordelaises parmi lesquels figurent quelques noms illustres, ont une origine régionale nettement marquée : 6 d’entre eux sur les 10 que nous avons recensés sont nés dans le Sud-Ouest.

Carte 33 - AIRES DE RECRUTEMENT DES JUGES DE PAIX DE L'AQUITAINE DU SUD ET DES MAGISTRATS DE LA COUR D'APPEL DE PAU

Carte 33 - AIRES DE RECRUTEMENT DES JUGES DE PAIX DE L'AQUITAINE DU SUD ET DES MAGISTRATS DE LA COUR D'APPEL DE PAU

40L'exemple des professeurs du lycée de Bordeaux n'est pas isolé. Grâce aux recensements de 1872 et de 1876 nous connaissons l'origine géographique de 32 professeurs du lycée de Mont-de-Marsan. Sur ce nombre, nous ne relevons qu'un seul Landais ; 10 autres sont nés dans le Sud-Ouest ; les deux tiers restants sont étrangers à la région. Parmi ces derniers, un professeur est né en Autriche, un autre, professeur d'espagnol, est originaire d'Espagne tandis que la langue anglaise est enseignée par un professeur né dans l'Ile de Jersey. Ce type de situation dans l’enseignement des langues est loin d'être d'espèce. A Agen (1872) comme à Périgueux (1876), l'apport régional est plus important ; il concerne la moitié de l'effectif. Pour 1906, nous disposons de renseignements complets sur les lycées d'Agen, de Bayonne et de Pau et de données partielles, en raison des insuffisances du recensement pour Mont-de-Marsan. Sur un total de 78 professeurs, nous comptons 46 natifs du Sud-Ouest. Entre 1872 et 1906, l'évolution vers un recrutement régionalisé est donc incontestable. Cependant, cette coloration régionale du personnel enseignant varie d'une ville à l'autre. Forte à Agen et à Bayonne où les deux tiers des professeurs sont originaires du Sud-Ouest, elle est moindre à Pau où seulement un tiers d'entre eux ont vu le jour dans la région. Mais en 1906, l'état-major des lycées demeure exogène. A Pau, le proviseur est né à Paris et le censeur à Condé-sur-l'Escaut (Nord) ; les trois proviseurs des lycées d'Agen, Bayonne et Mont-de-Marsan sont respectivement natifs de l'Yonne, de Toulouse et de la Loire. Notons que la situation alors observée dans les lycées ne semble pas différente de celle relevée dans les collèges comme le suggère l'exemple libournais : ici, la moitié du corps professoral est originaire du Sud-Ouest.

41Bien entendu, il en est autrement pour ce qui concerne le petit personnel des établissements de l'enseignement secondaire. Il nous faut cependant considérer à part le cas des répétiteurs et autres maîtres d'études. Le plus surprenant est en effet la faiblesse de leurs attaches locales. Au lycée de Bordeaux en 1872 nous ne trouvons aucun maître d'études ou répétiteur né en Gironde. Dominent les origines régionales (20 cas) tandis que 13 autres sont originaires de départements plus lointains, des Alpes Maritimes à l'Aisne en passant par l'Hérault, le Cher, le Jura, etc... Le tableau est à peu près identique ailleurs. Nous évoquerons seulement l'exemple du lycée de Mont-de-Marsan en 1872 et 1876 : sur 25 maîtres répétiteurs recensés nous relevons 5 Landais ; 14 autres sont nés dans le reste de la région ; enfin 6 ont vu le jour dans le Tarn, les Pyrénées-Orientales, la Loire-Atlantique, la Lozère et l'Aude (ils sont deux dans ce cas). En revanche, la domesticité employée dans les lycées est de recrutement régional. A Bordeaux, les départements des Basses et des Hautes-Pyrénées qui fournissent à la ville un très grand nombre de domestiques donnent également au lycée la plupart de ses employés de service : 12 sur 18 en 1872. A Mont-de-Marsan, 30 des 34 domestiques employés au lycée au début de la IIIème République sont nés dans le département des Landes. La proportion de natifs du département des Basses-Pyrénées parmi le personnel de service des lycées en 1906 est de 9 sur 14 à Bayonne et de 8 sur 14 à Pau.

42Au total, toutes ces remarques sur les origines géographiques du personnel administratif sont à mettre en relation avec la structure des différentes administrations et plus précisément avec les rapports internes entre le nombre des fonctionnaires et celui des employés. En règle générale, plus un service public fait appel à des fonctionnaires de rang moyen ou supérieur, plus son aire de recrutement entrevue à partir des lieux de naissance est large. Les administrations fortes surtout d'employés et de commis mobilisent sur place. Deux espaces de recrutement au moins se superposent et se recoupent partiellement, le second plus large que le premier : un espace départemental voire local pour les simples emplois, un espace de caractère plus national pour les fonctions plus importantes. La région définie dans une large extension géographique constitue l'intersection de ces deux espaces. Ce schéma vaut pour les villes petites et moyennes de l'Aquitaine. Dans le cas de Bordeaux, c'est l'aire régionale qui est essentielle quel que soit le niveau des fonctions. A côté d'une exception géographique, ce schéma souffre aussi d'exceptions sectorielles. La plus remarquable est celle de la magistrature.

Notes

1 Nous retrouvons là les directions traditionnelle de l’immigration bordelaise ; voir à ce sujet, J.P. Poussou. Bordeaux et le Sud-Ouest au xviii e siècle, croissance économique et attraction urbaine. Paris : Touzot, 1983 et G. Dupeux. Bordeaux au xix ème siècle (t. VI de Histoire de Bordeaux dirigée par Ch. Higounet), Bordeaux : 1969, p. 418 et suivantes.

2 JOURDAN, J.P. “Les magistrats de la cour d’appel de Pau au xixème siècle (1811-1914) : éléments de sociologie” dans Revue de Pau et du Béarn, 1988, p. 233-260.

3 Cours d'appel d'Agen, Bordeaux et Pau ; tribunaux civils de Bergerac, Nontron, Périgueux, Ribérac, Sarlat ; Bazas, Blaye. Bordeaux, La Réole, Lesparre. Libourne ; Dax, Mont-de-Marsan, Saint-Sever ; Agen, Marmande, Nérac, Villeneuve-sur-Lot ; Bayonne, Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Pau, Saint-Palais.

4 ROUSSELET, Marcel. Histoire de la magistrature française. Paris : 1957.

5 JOURDAN, J.P. “Les juges de paix de l'Aquitaine méridionale (Landes, Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées) de 1870 à 1914” dans Annales du Midi, t. 100 no 183, juillet-septembre 1988, p. 287-306.

Table des illustrations

Titre Tableau 10 : Origines géographiques des fonctionnaires et des employés de l’administration publique à Bordeaux et dans les villes du Sud-Ouest en 1872 et en 1906
Légende * Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot.** Sondage au 1/10ème.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 11 - Origine géographique des fonctionnaires et employés de l’administration publique à Pau en 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Carte 1 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BORDEAUX EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Carte 2 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BORDELAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bordeaux, sondage au 1/10e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Carte 3 et 4 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À LIBOURNE EN 1872 ET 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 5 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF LIBOURNAIS NÉ EN GIRONDE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Libourne)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Carte 6 et 7 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À AGEN EN 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Carte 8 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF D'AGEN NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Agen)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 9 et 10 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À VILLENEUVE-SUR-LOT EN 1872 ET 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Carte 11- - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF VILLENEUVOIS NÉ DANS LE LOT-ET-GARONNE ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Villeneuve-sur-Lot)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Carte 12, 13 et 14 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À MONT-DE-MARSAN EN 1831,1872 ET 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Carte 15 et 16 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À DAX EN 1872 ET EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Carte 17 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF DACQUOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Dax)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Carte 18 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF MONTOIS NÉ DANS LES LANDES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Mont-de-Marsan)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Carte 19 et 20 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DOMICILIÉ À BAYONNE ET À PAU EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Carte 21 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PALOIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Pau)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Carte 22 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF BAYONNAIS NÉ DANS LES BASSES-PYRÉNÉES ET LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1906 (hors Bayonne)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte 23 - LE PERSONNEL ADMINISTRATIF PÉRIGOURDIN NÉ EN DORDOGNE ET DANS LES DÉPARTEMENTS PÉRIPHÉRIQUES EN 1876 (hors Périgueux)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Carte 24
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Tableau 12 - Origines géographiques du personnel administratif et de l’ensemble de la population active à Périgueux en 1876
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 13 - Origines géographiques du personnel administratif et de la population active à Agen en 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Carte 25
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Carte 26
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau 14 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative d'Agen en 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 15 - Les départements aquitains, la formation de la population active et de la population administrative de Mont-de-Marsan en 1896 et en 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre PERIGUEUX 1876
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre BORDEAUX 1872,1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre LIBOURNE 1872,1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre DAX 1872,1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre MONT-DE-MARSAN 1872, 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre AGEN 1872,1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre VILLENEUVE-SUR-LOT 1872,1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre BAYONNE 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre PAU 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Carte 27 - ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES FONCTIONNAIRES ET EMPLOYÉS DE L’ADMINISTRATION MUNICIPALE DE PAU EN 1906
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Tableau 16 - Origines géographiques des magistrats des cours et des tribunaux de l’Aquitaine en 19053
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 17 - Origine géographique des magistrats des Cours d’Appel (1905) (par grands ensembles régionaux)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Carte 28 AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU SUD-OUEST EN 1905
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Carte 29 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D’APPEL DU SUD-EST EN 1905
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Carte 30 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU CENTRE EN 1905
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Carte 31 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DE L'OUEST EN 1905
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Carte 32 - AIRES DE RECRUTEMENT DES MAGISTRATS DES COURS D'APPEL DU NORD ET DU NORD-EST EN 1905
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Carte 33 - AIRES DE RECRUTEMENT DES JUGES DE PAIX DE L'AQUITAINE DU SUD ET DES MAGISTRATS DE LA COUR D'APPEL DE PAU
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19618/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search