Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Chapitre 1. Croissance et structure d'une micro-société

Texte intégral

  • 1 THUILLIER, G La bureaucratie en France au xix e -xx e siècles. Paris : Economica, 1987, p. X (Préf (...)
  • 2 Annuaire statistique de la France, rétrospectif, édit, de 1966, (72e volume) p. 114.
  • 3 DUPEUX, G. La société française (1789-1970). Paris : A. Colin, 1972, p. 159 cite, pour 1914 aussi, (...)
  • 4 PLESSIS, A. op. cit. (p. 59) évalue à 122 000 le nombre des fonctionnaires vers 1850.
  • 5 Les fonctionnaires sont au nombre de 620 000 en 1936, 1 038 000 en 1946, 2 579 000 en 1982. A ce d (...)

1Comme l'a souligné Jean Tulard — de façon abrupte — la question du nombre des fonctionnaires dans la France du xixe siècle n’est pas simple : "Aucun chiffre précis ne peut être avancé avant 1945. Rien que pour la période 1848-1850, les évaluations varient de 135 000 à 250 000"1. La croissance des effectifs entre la Commune et le début de la Première Guerre mondiale n'est cependant pas contestable. L'Annuaire statistique de la France dans son édition de 1966 fournit pour 1914 le chiffre de 494 000 fonctionnaires2. La plupart des historiens s'accordent sur cet ordre de grandeur, le demi-million, et parlent d'un doublement du corps des fonctionnaires et des employés de l'administration entre la chute du Second Empire et la Grande Guerre3. Cette expansion, qui n'est pas alors nouvelle (selon A. Plessis un premier doublement a lieu entre 1850 et 1870)4 se poursuit, s'accélère même après 19185.

  • 6 Proportions tirés de P. Sorlin, La société française (1840-1914), Arthaud, 1969. p. 162.

2Malgré l'essor des années 1870-1914, la société administrative demeure à la fin de la Belle Epoque en France une micro-société. Fonctionnaires et employés de l'administration publique sont alors deux fois moins nombreux que l'ensemble des personnes employées dans la métallurgie ou le bâtiment, cinq fois moins nombreux que l'ensemble de la main d'œuvre textile. Leur nombre équivaut au douzième de la main d'œuvre industrielle totale6.

I. croissance régionale

3Nous ne disposons d'aucun chiffre précis concernant les effectifs de la fonction publique dans l'Aquitaine des années 1870-1914. Une évaluation de ceux-ci, à partir des données nationales, n'est cependant pas impossible.

4Rapportées aux chiffres de la population française aux recensements de 1872 et de 1906, ces données permettent le calcul d'un taux approximatif d'encadrement de la société (tableau 1).

Tableau 1 - L'encadrement administratif de la société française au début de la IIIe République et à la veille de la Grande Guerre

Années de recensement de la population

Population de la France (hab.)

Evaluations du nombre des fonctionnaires et employés

Pour 1 000 hab.

1872

36 103 000

210 000 (M. Perrot)
265 000 (A. Plessis)

5,8
7,3

1906

39 252 000

410 000 (M. Perrot)
470 000 (G. Dupeux)
494 000 (Annuaire st.)
550 000 (G. Dupeux)

10,4
12
12,6
14

5Il ne faut pas accorder aux taux que nous avons calculés la valeur rigoureuse qu'ils n'ont pas car nous avons affaire à de simples évaluations du nombre d'agents publics. Elles ne correspondent pas toutes, à quelques années près, aux dates des recensements auxquels nous les rapportons. Cependant en prenant pour hypothèse, l'identité de la situation régionale et de la réalité nationale nous obtenons les chiffres suivants (tableau 2).

Tableau 2 - L'encadrement administratif de l'Aquitaine au début de la Ille République et à la veille de la Grande Guerre

Années

Population de l'Aquitaine (hab.)

Nombre de fonctionnaires pour 1 000 hab.

Evaluation numérique des fonctionnaires aquitains

1872

2 231 807

5,8 %
7,3 %

12 945
16 295

1906

2 264 801

10,4 %
12 %
12,6 %
14 %

23 554
27 178
28 536
31 707

6Les cinq départements de l'Aquitaine auraient ainsi compté entre 13 000 et 16 000 fonctionnaires et employés en 1872, entre 23 000 et 32 000 — autour de 27-28 000, chiffre que l’on peut retenir en éliminant les données extrêmes — en 1906. Il serait pour le moins téméraire d'appliquer aux effectifs des populations départementales les taux nationaux. Il faut le souligner : ceux-ci ne peuvent avoir de signification acceptable qu'au seul niveau de l'ensemble régional.

  • 7 DUPEUX, G. “Immigration urbaine et secteurs économiques. L’exemple de Bordeaux au début du xxe siè (...)

7Si nous retenons ces chiffres, nous constatons que l'essor du nombre des fonctionnaires en Aquitaine semble être allé de pair avec celui de la population urbaine (graphique 1). En tous cas, il a été sans commune mesure avec la croissance médiocre de l'ensemble de la population régionale. Cette observation vaut aussi au niveau national. En réalité, l'extension de la société administrative a participé d'un mouvement plus général, celui de l'accroissement rapide de la catégorie des employés de toute nature entre la Commune et la Belle-Epoque. Or, c’est là un point qui n'a peut-être pas été suffisamment souligné : le développement du secteur tertiaire a constitué un facteur important de la croissance urbaine au xixe siècle. L'exemple de Bordeaux dans les années 1900 étudié par Georges Dupeux le montre bien. La croissance bordelaise est alors liée au développement des fonctions spécifiquement urbaines, c'est à dire des fonctions d'échange et de services (privés et publics) et non pas à la conjoncture industrielle7. On pourrait de la même façon mais à une autre échelle évoquer le cas de Mont-de-Marsan. Mais, s'il n'est pas douteux que le développement des fonctions tertiaires, parmi lesquelles la fonction administrative, a constitué un facteur indéniable de la croissance urbaine, il n'est pas contestable non plus qu'en retour l'accroissement du nombre des citadins a stimulé les activités de services. Dans cette perspective on peut écrire que l'essor administratif a correspondu au besoin d'une société de plus en plus urbanisée.

Graphique 1 - Croissance de la société administrative et croissance urbaine en Aquitaine (1872-1911)

Graphique 1 - Croissance de la société administrative et croissance urbaine en Aquitaine (1872-1911)

8Les chiffres tirés des recensements confirment le développement de la fonction administrative des villes de l'Aquitaine durant les premières décennies de la IIIe République. Le tableau 3 est construit à partir des cas urbains pour lesquels nous avons pu procéder à une comparaison 1872-1906.

Tableau 3 - La croissance des effectifs administratifs dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)

Tableau 3 - La croissance des effectifs administratifs dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)

9En termes généraux, nous retrouvons ici la forte croissance des effectifs évoquée plus haut sans que le doublement soit pour autant atteint. Cependant, par-delà un mouvement d'ensemble, diverses évolutions peuvent être observées. La croissance a été particulièrement forte à Bordeaux (x 2). Ailleurs, le coefficient multiplicateur oscille entre 1,3 et 1,6 sauf à Villeneuve-sur-Lot (où l'évolution est comparable à celle observée à Bordeaux) et à Mont-de-Marsan (où les effectifs stagnent). Aucune explication tenant compte des niveaux et du dynamisme démographiques des villes n'éclaire cette diversité d'évolution. Une chose cependant est sûre : les villes absorbent le plus gros des bataillons des fonctionnaires et des employés de la région. Bordeaux rassemble en 1872 entre un cinquième et un quart d'entre eux. En ajoutant les données bayonnaises et paloises de 1906 au chiffre correspondant du tableau 3, nous parvenons à un total de 8 900 personnes sur un nombre d'agents évalué entre 27 000 et 28 000 individus.

II. le poids de la société administrative

  • 8 BONNICHON, J.E. Les hommes du chemin de fer à Périgueux en 1872, mémoire de DEA, dactylographié, U (...)
  • 9 En sens inverse, l’annuaire mentionne 320 fonctionnaires et employés, la liste nominative en porte (...)
  • 10 BONNICHON, J.E. op. cit. p. 44-46.

10Les recensements dénombrent les habitants de la commune ; les fonctionnaires et les employés actifs dans les villes étudiées mais domiciliés lors des limites communales échappent aux listes nominatives de ces villes. Mais, à l'inverse, peuvent y figurer des agents des services publics ayant leur résidence administrative à l'extérieur des cités et de leur domicile réel intra-muros. Il est impossible d'affirmer que ces deux masses s'équilibrent. On aurait plutôt tendance à penser que la première de ces masses l'emporte sur la seconde car les banlieues n'ont pas de fonction administrative caractérisée. Quoi qu'il en soit, les recensements ne décrivent qu'imparfaitement la société administrative locale. La comparaison entre la liste nominative paloise de 1906 et les listes de fonctionnaires fournies pour la ville par l'annuaire départemental des Basses-Pyrénées de la même année le montre bien. Ces listes sont plus ou moins complètes selon les administrations. Grâce à l'annuaire, il est par exemple possible de reconstituer de façon complète l'organisation des bureaux de la préfecture, du préfet aux simples expéditionnaires : 32 personnes au total dont seulement 20 sont dénombrées par le recensement. Pour le lycée, l'annuaire fournit un organigramme complet de 58 noms dont uniquement 26 ont été retrouvés sur le recensement. Pour les autres services, l'annuaire ne mentionne que l'état-major des administrations8. Nous avons pu aussi dénombrer 5 des 6 fonctionnaires de l'inspection académique signalés par l'annuaire, 14 des 22 fonctionnaires des ponts-et-chaussées, 9 des 13 fonctionnaires municipaux, 7 des 9 fonctionnaires de la trésorerie générale, 20 des 25 fonctionnaires de la direction des postes, 37 des 43 fonctionnaires de la recette principale des postes, 15 des 19 magistrats et employés subalternes de la cour d’appel... Au total ce petit volume qu'est l'annuaire nous restituait 320 noms, nous en avons retrouvé 219 sur le registre de recensement. Un tiers du personnel administratif relevé sur l'annuaire nous échappe donc, en fait un cinquième des fonctionnaires mais 40 % des employés9. Pour le second de ces groupes, c'est l'imprécision du recensement qui est en cause ; pour le premier, on peut avancer l'explication d'une domiciliation extérieure à la ville. Un tel déficit constitue une limite importante pour nos analyses quantitatives que seule une reconstitution des administrations locales permettrait de dépasser. A défaut, il est certain qu'il faut renoncer à la rigueur qui voudrait que l'on associe strictement dans l'étude une ville et ses fonctionnaires10.

11Ces remarques n'enlèvent rien à l’intérêt qu'il peut y avoir à évaluer le poids du personnel administratif par rapport à la population urbaine. Nous avons là (tableau 4) le meilleur indicateur quant à l'importance de la fonction administrative pour chacune des villes.

Tableau 4 - Le poids de la fonction administrative dans les villes du Sud-Ouest

Tableau 4 - Le poids de la fonction administrative dans les villes du Sud-Ouest

* 1876
** 1876 ou 1872 ou 1881
*** 1901

12Les taux, calculés pour mille habitants, n'indiquent pas à proprement parler un niveau d'encadrement des populations urbaines car le rayonnement administratif des villes s'exerce bien sûr au-delà de leurs populations municipales propres. L'essentiel est cependant que les données portées au tableau 4, tant pour 1872 que pour 1906, ne mettent pas en évidence les éléments de la hiérarchie démographique urbaine régionale. Celles de 1906 soulignent la différence de rang administratif entre les villes-préfectures, les sous-préfectures voire certains chefs-lieux de canton. A Bordeaux, Agen, Mont-de-Marsan et Pau, on recense en donnée moyenne 23,4 fonctionnaires et employés pour mille habitants en 1906 contre 20,6 pour mille dans les sous-préfectures de Bayonne, Dax, Libourne, Villeneuve-sur-Lot et 18,1 pour mille dans les 17 chefs-lieux de canton que nous avons étudiés. Au total donc, des différences notables. Une autre discontinuité des taux s'observent entre la ville et la banlieue comme le soulignent les données bordelaises de 1906, entre l'urbain et le rural comme le montre le chiffre des villages et des bourgs des Basses-Pyrénées au début de la Troisième République. Le poids du personnel de l'administration est donc totalement indépendant de la taille des villes ; il ne semble pas l'être de leur rang administratif.

13Le taux bordelais est loin d'être supérieur à ceux observés dans les autres préfectures. Pour 1872, il figure parmi les valeurs les plus basses. Tête de l'Aquitaine, Bordeaux, qui rassemble en données brutes les plus gros contingents de fonctionnaires, n'est pas la grande capitale administrative que l'on s'attendait à découvrir. En réalité, ce constat n'est qu'une demi-surprise. Les attributions administratives régionales du grand port girondin sont des plus restreintes. Comme siège d'une cour d'appel, Bordeaux ne jouit pas d'un statut différent de celui d'Agen ou de Pau. Chef-lieu de département, elle figure avec les mêmes attributions que la capitale de l'Agenais, du Béarn, des Landes ou du Périgord. Comme pour elles, l'essentiel de sa compétence administrative est borné par les limites du département qu'elle dirige. On perçoit ici combien la Révolution en brisant le cadre de la généralité de Bordeaux et en marquetant l'Aquitaine en départements a amoindri considérablement la fonction administrative régionale de l'ancienne capitale de la Guyenne.

14A l'opposé, en 1790, l'Assemblée nationale en consacrant Mont-de-Marsan comme chef-lieu des Landes a indéniablement contribué à l'essor de la fonction administrative de cette ville. Deux fois moins peuplée qu'Agen, Mont-de-Marsan compte en 1872 autant de fonctionnaires et d'employés de l'administration que la capitale du Lot-et-Garonne. Dax, de même taille que Mont-de-Marsan a 40 % de fonctionnaires et d'employés administratifs de moins que sa rivale départementale. En fait, la fonction d'administration apparaît comme essentielle à Mont-de-Marsan par défaut d'autres activités importantes. L'hypertrophie administrative constatée en 1872 n'est que relative, elle résulte d'un déséquilibre local de l'activité. Les recensements antérieurs aux débuts de la Troisième République permettent de suivre la montée des effectifs montois de la fonction publique : autour de 140-150 personnes en 1831-1836, autour de 170-180 en 1851-1856, un peu plus de 310 en 1872... Le Second Empire, période faste pour les Landes bénies par le régime, a donc correspondu au temps fort de la croissance numérique du personnel administratif local. En revanche, entre 1872 et 1906, la progression a été moindre. Pour 1881, nous avons recensé 305 fonctionnaires et employés ; ils sont 339 en 1906. Avec d'autres chiffres, les tableaux récapitulatifs de l'activité des Montois disent, malgré leur incertitude, la même stagnation : 203 fonctionnaires publics en 1872, 170 en 1881, 211 en 1891. Surtout, en 1906, la fonction administrative de la ville n'apparaît plus aussi hypertrophiée que trente ans plus tôt. Dans l'intervalle, le développement de la fonction ferroviaire, de quelques affaires industrielles centrées sur le bois et les produits résineux, l'essor de la garnison y ont diversifié les activités.

15Rappelons que le tableau 4 n'indique que les effectifs des services publics administratifs. Pour apprécier le poids des services publics dans leur ensemble, il nous faudrait considérer d'autres chiffres. Périgueux par exemple compte en 1876 un bon millier d'employés et d'ouvriers de la Compagnie d'Orléans. Pour Bordeaux en 1906, les employés des tramways et omnibus, des chemins de fer, du gaz, de l'électricité et du Grand Théâtre (municipal) sont presque aussi nombreux que ceux de l'administration : 564 personnes contre 597, sondage au dixième. Au total, on peut donc estimer à 12 000 personnes en 1906 l'ensemble des actifs bordelais de la fonction publique, sans compter le personnel hospitalier.

16Dans la même veine, on peut aussi considérer ce que représentent les fonctionnaires et les employés de l’administration, leurs familles et leurs domestiques. En 1872 c'est un peu plus de 10 % de la population à Mont-de-Marsan, entre 5 et 6,5 % dans toutes les autres villes, sauf à Villeneuve-sur-Lot (3,9 %). En chiffres absolus, nous trouvons ainsi 9 300 personnes à Bordeaux, plus de 1 300 à Périgueux, un millier à Agen, environ 900 à Mont-de-Marsan, entre 400 et 600 à Libourne, Dax et Villeneuve-sur-Lot. Pour 1906, les pourcentages se situent autour de 6 et 7 % sauf à Mont-de-Marsan (9,1 %) soit 18 à 19 000 personnes à Bordeaux, 2 200 à Pau (3 200 en comptant les employés des tramways, du gaz, de l'électricité, des hospices et de l’hôpital), 1 800 à Bayonne, 1 600 à Agen, 1 100 à Mont-de-Marsan, entre 600 et 800 à Dax, Libourne et Villeneuve-sur-Lot. Nous n’avons pas là tout à fait les effectifs des individus vivant de la fonction administrative car ces chiffres incluent quelques-uns des parents, conjoints et enfants des fonctionnaires et des employés exerçant une autre activité qu'eux.

17Enfin, il est évident que l'importance de la fonction administrative dans une ville donnée ne peut être totalement appréciée par le seul comptage du nombre de ses fonctionnaires. Il faut aussi considérer les effets induits par la fonction d'administration. Les principaux sont de nature économique et revêtent une importance capitale dans le cas des petites villes. Mais cette importance économique de la fonction administrative est statisquement inquantifiable. Dans un autre domaine, relevons que les fonctionnaires et les magistrats ont été partout entre 1870 et 1914 les principaux animateurs de la vie culturelle locale.

III. les structures de la société administrative

18Le développement du personnel de l'administration a procédé d'un étoffement des services autour d'un noyau de fonctionnaires (nous entendons par là l'encadrement administratif) numériquement stable (tableau 5) :

Tableau 5 - Fonctionnaires et employés dans les villes du Sud-Ouest

Tableau 5 - Fonctionnaires et employés dans les villes du Sud-Ouest

*1876
**1876 ou 1872 ou 1881

19L’évolution est nette : les fonctionnaires qui en 1872 représentent entre un cinquième et un quart de l’ensemble du personnel public n’en regroupent plus qu’entre 10 et 20 % en 1906. Ce processus que l’on observe ici au tournant des xixe et xxe siècles, s’est en fait engagé antérieurement à l’établissement de la IIIème République. A Mont-de-Marsan par exemple, la part des fonctionnaires au sein de la société administrative a diminué à partir de 1831 au moins : du tiers à cette date, elle passe au quart en 1851. Elle se maintient à ce niveau en 1872 pour s’abaisser au cinquième en 1906. L’évolution en données brutes est plus parlante encore. Nous recensons 54 fonctionnaires montois en 1831, 83 en 1872 et seulement 67 en 1906. Les quelques indications relatives à Libourne dont nous disposons vont dans le même sens. En 1856, les fonctionnaires forment 31 % du corps administratif local, 24 % en 1872 ; 18 % en 1906.

20Cependant, aux deux extrémités de la hiérarchie des agglomérations étudiées, Bordeaux et les villages et bourgs des Basses-Pyrénées présentent des profils originaux. A Bordeaux, les fonctionnaires forment un noyau des plus restreints. Il est, en proportion, deux à trois fois plus étroit que dans les autres villes. La chose n’est pas surprenante. Dans une grande ville, le service administratif nécessite des cohortes d’employés sans qu’il soit pour autant besoin d’accroître leur état-major. Partout, entre 1872 et 1906, le développement de la population urbaine a joué dans le même sens. Quant aux petits villages et aux bourgs des Basses-Pyrénées, le corps des fonctionnaires y est réduit à une minorité exigüe. Les chiffres montrent ici l’absence de fonction de commandement administratif au sein de telles unités humaines.

21Ainsi, le rapport numérique fonctionnaires-employés est loin de constituer un indicateur parfait de la différence de rang administratif entre les divers types de villes. Libourne compte en proportion plus de fonctionnaires que Bordeaux ; Mont-de-Marsan et Dax présentent des répartitions identiques ; la même distribution fonctionnaires-employés s’observe en 1872 entre les chefs-lieux de canton aquitains et Périgueux. Seuls les chiffres calculés pour Agen, Pau, Villeneuve-sur-Lot et Bayonne mettent en évidence le rang de préfecture et de sous-préfecture occupé par les unes et les autres.

22Au-delà, c’est sur la structure administrative et son évolution qu’il convient de se pencher. Ici, il ne pouvait être question de totaliser simplement l’ensemble des données que nous avons recueillies. D’abord parce que la liste des villes étudiées pour 1872 ne coïncide pas avec celle de 1906. Ensuite parce que nos totaux reflèteraient uniquement l’image des structures administratives bordelaises compte tenu du poids démographique du “port de la lune” dans l’ensemble urbain aquitain. Aussi convient-il de distinguer Bordeaux (tableau 6) des autres villes de la région (tableau 7).

Tableau 6 - Evolution des structures administratives bordelaises

Tableau 6 - Evolution des structures administratives bordelaises

* Total inférieur à 3 049 compte tenu de 21 fonctionnaires et employés classés “divers”.
** Total inférieur à 597 compte tenu de 3 fonctionnaires et employés classés divers.

Tableau 7 - Evolution des structures administratives des villes de l’Aquitaine (Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot)

Tableau 7 - Evolution des structures administratives des villes de l’Aquitaine (Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot)

23Compte tenu des incertitudes quant à l’étendue effective du secteur public dans l’enseignement, il nous a paru utile de classer à part les instituteurs primaires et les professeurs du secondaire. Deux séries de pourcentages ont pu être ainsi calculées. En 1872, les secteurs qui à Bordeaux rassemblent les plus gros effectifs sont les administrations des contributions, celle de la ville et de l’octroi. Nous avons affaire-là à de véritables bataillons. Parmi les premières, nous recensons 390 douaniers, 510 employés aux tabacs et 250 personnes dans les diverses recettes. Parmi les secondes nous comptons quelque 300 employés municipaux et environ 360 préposés et receveurs à l’octroi. En regard, la poste, les ponts et chaussées, la gendarmerie, la police, l’administration judiciaire et pénitentiaire font figure de parents pauvres. Dans les autres villes de l’Aquitaine, le poids des administrations fiscales est moitié moindre qu’à Bordeaux ; la part des autres secteurs administratifs, de la poste à l’enseignement secondaire y est plus grande. Nous ne retrouvons pas dans les villes de l'Aquitaine (car, sauf le cas de Libourne nous n’avons pas affaire à des ports maritimes) la pléthore des employés des douanes observée à Bordeaux, ni non plus les rangs serrés des employés et des ouvrières aux tabacs, deux originalités bordelaises. Mais les services municipaux et de l’octroi y rassemblent encore un cinquième des effectifs contre un quart à Bordeaux Les chiffres de 1906 font apparaître entre la capitale girondine et les villes de la région les mêmes différences qu'en 1872. Dans les deux ensembles, l’évolution des secteurs administratifs a été sensiblement la même, selon des amplitudes différentes (tableau 8).

Tableau 8 - Evolution en indices des secteurs administratifs à Bordeaux et dans les villes de l’Aquitaine entre 1872 et 1906 (1872 = base 100)

Administration

Bordeaux1906

Villes de l’Aquitaine1906

Adm. municipale et octroi

210

111

Contributions

129

77

Poste

325

158

Ponts et Chaus., Eaux et Forêts Haras

259

82

Adm. préfectorale

139

54

Gendarmerie, Police

289

85

Justice

66

87

Enseignement primaire

210

306

Enseignement secondaire

253

90

Ensemble

196

107

24Deux progressions marquées sont révélatrices des préoccupations majeures de l’époque : l’instruction publique et le service postal. Dans le premier cas, l’essor fut peut-être moins important que le tableau ne l’indique. Etant donné le caractère très imparfait de notre méthode de tri, une sous-évaluation du nombre des maîtres de l’enseignement public en 1872 ou une sur-évaluation des effectifs en 1906 ne peuvent être exclues. Par ailleurs, l’évolution des indices traduit l’accroissement numérique des seuls instituteurs publics ou du moins de ceux que nous avons pu recenser comme tels. Cela ne signifie pas pour autant que l’encadrement scolaire urbain se soit développé dans la même proportion. Pour une vue exacte des choses en ce domaine, il faudrait intégrer à nos analyses l’enseignement libre que nous avons laissé de côté. L’ensemble de ces remarques vaut aussi pour l’enseignement secondaire. Dans le cas des postiers, la croissance n'est nullement à nuancer. On l’observe partout (voir les données détaillées figurant dans l'annexe 1 pour chacune des villes). A Bordeaux comme à Agen, le nombre des employés des postes triple entre 1872 et 1906 ; il fait plus que doubler à Libourne et à Villeneuve-sur-Lot. Cette progression n’est pas surprenante. Elle a répondu au gonflement important de la masse du courrier que l’on enregistre en France, à partir du Second Empire. A Bordeaux, une forte progression caractérise aussi les services des ponts-et-chaussées, de la police, et l’emploi municipal. Rien de tel, globalement, dans les autres villes de l’Aquitaine.

25En revanche, à Bordeaux comme dans les autres centres urbains du Sud-Ouest pris ensemble, certaines administrations voient leurs effectifs faiblement s’accroître, stagner ou diminuer parmi la population dénombrée. Ainsi de l’administration préfectorale et de celle des contributions. Quant au nombre de magistrats et à l’importance du petit personnel judiciaire et pénitentiaire, les chiffres soulignent la variété des évolutions. A Bordeaux et à Agen, ils paraissent illustrer, par leur diminution, les coups portés aux cours d’appel à partir de la réforme judiciaire de 1883 laquelle s’est accompagnée d’une réduction du nombre des sièges. Epargnés, les tribunaux civils ont conservé toute leur importance à Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot. Dans cette dernière ville, le nombre des gardiens employés à la colonie pénitentiaire d’Eysses augmente sensiblement entre 1872 et 1906.

26En résumé, le développement administratif tel que nous l’observons dans les villes de l'Aquitaine entre le dernier quart du xixe siècle et le début des années 1900 ne doit rien à l’essor des fonctions régaliennes de l’Etat (administrer, percevoir l’impôt, rendre la justice, assurer l’ordre) bien au contraire. Il tient à la progression d’une attribution alors récemment entrée dans le domaine public, l’enseignement, à une réponse de l’Etat aux besoins sociaux et économiques du moment (d’où le développement de la poste et des ponts et chaussées) et à la croissance des administrations municipales (desquelles relèvent les effectifs de la police). En fait, le phénomène n’est pas nouveau. J.E. Bonnichon l’a bien mis en évidence pour le Périgueux du milieu du xixe siècle en comparant les recensements de 1851 et de 1876. Si, dans cette ville, les bureaux de la préfecture voient leurs effectifs croître sensiblement durant la période, ceux des contributions directes stagnent. Mais aux contributions indirectes et à l’octroi, les gains en personnels sont respectivement de deux-cinquièmes et du tiers. Selon J.E. Bonnichon, ces deux dernières progressions traduisent moins un alourdissement du système fiscal qu’ils ne reflètent le mouvement des affaires. L’auteur constate en outre un quasi-doublement du personnel des bureaux ayant en charge les mines et les ponts et chaussées consécutivement au développement du réseau ferroviaire dont Périgueux est un nœud essentiel. Sous le Second-Empire, la ville voit aussi s’accroître de trois-quarts son personnel enseignant. Le nombre d'employés des postes y est multiplié par 2,5 ; ils ne sont, il est vrai que 65 en 1876.

27Sur une durée plus longue, les données que nous avons recueillies concernant Mont-de-Marsan vont dans le même sens. En 1831, les secteurs de l’administration les plus étoffés correspondent aux fonctions traditionnelles de l’Etat (l’ordre public, la justice, l’impôt). La moitié des agents des services publics sont alors accaparés par ces tâches (76 sur 154), de même qu’une partie de la trentaine d’employés municipaux attachés au service de l’octroi. Ajoutons à cela la préfecture (24 personnes) et nous avons là les grands services administratifs montois. A côté d’eux, les autres secteurs de l’administration publique (ponts et chaussées, postes, enseignement primaire et secondaire) sont embryonnaires et ne regroupent que 15 % des effectifs. Vingt ans plus tard, en 1851, leur part s’élève à 36 %, elle atteint 52 % dès 1872 et se maintient à ce niveau en 1906.

28Croissance des effectifs et complexité des structures constituent deux traits majeurs de l’évolution de la société administrative urbaine. Le second de ces deux traits n’est pas pour autant totalement original. Les structures administratives des chefs-lieux de canton, tels ceux du Lot-et-Garonne en 1906 (tableau 9), s’apparentent fortement à celles des villes.

Tableau 9 - Structures administratives des chefs-lieux de canton du Lot-et-Garonne en 1906

Administration

Nombre

%

%

Adm. municipale et octroi

72

23,1

19,1

Contributions

47

15,1

12,4

Poste

82

26,3

21,7

Ponts & ch., Eaux et Forêts, Haras

33

10,6

8,7

Gendarmerie, Police

58

18,6

15,4

sous-total, sans l’enseign.

311

100

Enseignement primaire

66

17,5

Total

377

100

29Ces chiffres permettent de dessiner le profil type d’une administration rencontrée dans un bourg dans les années 1900. On y trouve 4 ou 5 maîtres du primaire, une brigade de gendarmerie, un juge de paix et son greffier, un percepteur, un receveur de l’enregistrement avec son commis, un receveur des postes assisté d'un aide et de 3 ou 4 facteurs. Autour du secrétaire de mairie gravitent un appariteur parfois, quelques cantonniers municipaux le plus souvent. Rien de tel au village. Dans ceux des Basses-Pyrénées, la présence administrative est réduite à sa plus simple expression. Instituteurs-secrétaires de mairie décomptés, elle se limite, au début de la IIIème République, au cantonnier ou au garde-champêtre ou au garde forestier. La figure du facteur y est encore rare. La présence administrative n’y excède trois personnes que rarement. En 1906, la situation est à peine changée. Le nombre des instituteurs s’est accru comme celui des facteurs ruraux. On pourrait parler d’étoffement de l’encadrement administratif villageois, mais en fait ce mouvement est d’abord le résultat de la dépopulation rurale.

Notes

1 THUILLIER, G La bureaucratie en France au xix e -xx e siècles. Paris : Economica, 1987, p. X (Préface).

2 Annuaire statistique de la France, rétrospectif, édit, de 1966, (72e volume) p. 114.

3 DUPEUX, G. La société française (1789-1970). Paris : A. Colin, 1972, p. 159 cite, pour 1914 aussi, deux chiffres ; 550 000 et 470 000 selon deux sources différentes. Michelle Perrot dans Histoire économique et sociale de la France (1880-1914), t. 4, 1er volume, Paris, (p. 462) avance les chiffres de 210 000 fonctionnaires en 1871 et de 410 000 en 1906. A. Plessis dans De la Fête impériale aux murs des fédérés, Paris, Le Seuil, 1973 (p. 59) évalue à près de 700 000 personnes à la fin de l’Empire (compte non tenu des membres du clergé touchant un traitement public) le nombre des serviteurs de l’Etat et des collectivités locales. Si l’on met à part les effectifs de l’armée (environ 360 000 hommes) le personnel des services civils est de 265 000 individus. Le rapport Ballue en 1886 estime ce nombre à 460 962 personnes.

4 PLESSIS, A. op. cit. (p. 59) évalue à 122 000 le nombre des fonctionnaires vers 1850.

5 Les fonctionnaires sont au nombre de 620 000 en 1936, 1 038 000 en 1946, 2 579 000 en 1982. A ce dernier chiffre il faut ajouter environ un million d’agents des collectivités territoriales (dont trois quarts d’agents des communes) et plus de 700 000 agents des hôpitaux, hospices et maisons de retraites publics.

6 Proportions tirés de P. Sorlin, La société française (1840-1914), Arthaud, 1969. p. 162.

7 DUPEUX, G. “Immigration urbaine et secteurs économiques. L’exemple de Bordeaux au début du xxe siècle” dans Annales du Midi, t.85, no 112, 1973 p. 209-220. Voir également de G. Dupeux dans Histoire de Bordeaux, “Bordeaux au xixe siècle”, Bordeaux 1969, livre III, chap. V “La société bordelaise à la Belle Epoque”, p. 423-424 et 432-433.

8 BONNICHON, J.E. Les hommes du chemin de fer à Périgueux en 1872, mémoire de DEA, dactylographié, Université de Bordeaux III, 1991, (p. 28), dresse le même constat à propos de Périgueux en 1851 : pour l’administration des contributions indirectes et des tabacs, la liste nominative livre 16 noms dont 9 apparaissent au Calendrier (annuaire du Périgord) ; pour la poste : 19 dont 13 désignés au Calendrier...

9 En sens inverse, l’annuaire mentionne 320 fonctionnaires et employés, la liste nominative en porte deux fois plus (693).

10 BONNICHON, J.E. op. cit. p. 44-46.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Croissance de la société administrative et croissance urbaine en Aquitaine (1872-1911)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 3 - La croissance des effectifs administratifs dans les villes de l'Aquitaine (1872-1906)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4 - Le poids de la fonction administrative dans les villes du Sud-Ouest
Légende * 1876** 1876 ou 1872 ou 1881*** 1901
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 5 - Fonctionnaires et employés dans les villes du Sud-Ouest
Légende *1876**1876 ou 1872 ou 1881
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 6 - Evolution des structures administratives bordelaises
Légende * Total inférieur à 3 049 compte tenu de 21 fonctionnaires et employés classés “divers”.** Total inférieur à 597 compte tenu de 3 fonctionnaires et employés classés divers.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 7 - Evolution des structures administratives des villes de l’Aquitaine (Agen, Dax, Libourne, Mont-de-Marsan, Villeneuve-sur-Lot)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search