Version classiqueVersion mobile

Du sans-grade au préfet

 | 
Jean-Paul Jourdan

Avant-propos

Josette Pontet

Texte intégral

1Je me réjouis de voir arriver aujourd'hui à publication les résultats d'une vaste enquête sur le personnel administratif dans les villes d'Aquitaine des débuts de la Troisième République à la Belle Epoque, enquête lancée il y a déjà plusieurs années dans le cadre des programmes de recherche du Centre des Espaces Urbains (Histoire) et que Jean-Paul Jourdan a eu le grand mérite de mener à bien, avec l'aide logistique du centre. La lourdeur du travail explique la durée de la recherche : l'enquête repose sur le dépouillement des recensements de la population de 1872 et 1906 pour les villes de Bordeaux, Périgueux, Agen, Pau, Bayonne, Dax, Libourne, ainsi que pour un certain nombre de chefs-lieux de canton aquitains et de communes du Béarn à partir des listes nominatives, Jean-Paul Jourdan ayant montré clairement le médiocre intérêt des seuls tableaux récapitulatifs à qui voulait procéder à une pesée des effectifs de l'administration par rapport à l'ensemble des actifs. On voit l'ampleur du chantier entrepris, même si le recensement de 1906 n'a fait pour Bordeaux que l'objet d'un sondage au dixième.

2L'apport de la recherche est à la hauteur de l'investissement. Apport méthodologique d'abord : définition claire des échantillons retenus : fonctionnaires employés ; justification du tri : personnes dont l'appartenance à l'administration est clairement indiquée ; mise en évidence des difficultés et des limites de l'exploitation des données voire de leur insuffisance.

3Apport scientifique surtout. Ce travail de très grande qualité comble une lacune importante dans l'histoire d'une des composantes essentielles de la population des villes et d'une manière plus générale de son poids dans l'urbanisation d'un Sud-Ouest aquitain largement sous-industrialisé au xixe siècle. Le développement du secteur tertiaire a constitué un facteur important de la croissance urbaine au xixe siècle mais en même temps l'essor du secteur administratif a correspondu aux besoins d'une société de plus en plus urbanisée.

4Un des intérêts de cette étude est d'établir que le poids du personnel administratif est totalement indépendant de la taille des villes, et qu'il l'est largement de leur rang administratif. La départementalisation mise en place en 1790 a par ailleurs amoindri la fonction d'administration régionale d'une ville comme Bordeaux où le taux de fonctionnaires et d'employés n'est pas supérieur à celui observé dans les autres préfectures. Pratiquement partout on assiste à la croissance des effectifs, mais celle-ci n'est pas due aux fonctions régaliennes traditionnelles de l'Etat, mais à l'entrée d'une nouvelle attribution dans ses fonctions, l'enseignement, ainsi qu'à de nouvelles réponses aux besoins sociaux et économiques du moment (poste, ponts et chaussées) et à la croissance des administrations municipales.

5Jean-Paul Jourdan s'est interrogé sur le jeu entre un système administratif centralisé et un personnel de recrutement local : si l'administration des villes de l'Aquitaine au début du xxe siècle est le fait des Aquitains eux-mêmes, il faut distinguer entre fonctionnaires et employés dont le recrutement local est très majoritaire, alors que celui des fonctionnaires est plus national.

6Etudiant de façon plus précise les données sur les origines géographiques du personnel administratif, Jean-Paul Jourdan arrive également à des conclusions très intéressantes : il y a d'abord une distorsion entre les aires de recrutement des fonctionnaires et des employés et de la population active dans son ensemble : le cas de Bordeaux ou Bayonne est flagrant. Il y a ensuite une pratique du recrutement administratif local bien ancrée : celle de confier les affaires de la ville aux natifs du lieu et de réserver plutôt les tâches d'exécution à ceux qui n'y sont pas nés...

7Il n'est pas question de reprendre ici toutes les conclusions de cette très riche enquête mais de souligner encore tout ce qu'elle apporte à l'histoire du personnel administratif quant à ses origines, ses composantes (par âge, sexe, structures familiales), ses hiérarchies (notamment à travers une étude très fine de la domesticité) et plus largement à l'histoire urbaine et démographique. C'est là à coup sûr, un travail exemplaire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search