Version classiqueVersion mobile

Maires de la Gironde de la Révolution à la Restauration

 | 
Bernard Lachaise
, 
Jean-Claude Drouin

III - Un exemple local : les notables de Targon de 1789 à 1830

Jean-Claude Drouin

Texte intégral

  • 1 Voir TUDESQ, André-Jean. Les grands notables en France (1840-1849). Paris : P.U.F, 1964. 2 vol.

1Le terme de notables ou de notabilités a connu une grande fortune aux xixe et xxe siècles1. Dans le cadre d’un canton ou d’un chef-lieu de canton nous ne pouvons rencontrer que des petits notables reconnus par leurs concitoyens comme les plus aptes à les diriger et à les administrer, ces petits notables locaux sont souvent aussi les plus riches. Ils possèdent les propriétés foncières, les “talents” et les “lumières” qui en font les porte-parole naturels d’une collectivité si modeste soit-elle. Il est certain que l’Entre-deux-mers n’a pas fourni sous la Révolution et les régimes qui lui succèdent de nombreux grands notables départementaux, régionaux ou nationaux. Mais dans un cadre restreint il est possible de suivre l’évolution d’un petit groupe de personnes et de familles qui se partagent les fonctions politiques et administratives.

  • 2 CESURB-HISTOIRE, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Esplanade des Antilles, 33405 Talence (...)
  • 3 Le Canton de Targon pendant la Révolution, sous la direction de Jean-Claude Foucher, s.l.n.d., 268  (...)

2Cette étude sommaire est le résultat de deux enquêtes convergentes, la première menée par des chercheurs du Centre d’études des espaces urbains de l’Université de Bordeaux III sur les maires en Gironde de 1790 à 18242, la seconde réalisée par les membres de l’a.s.p.e.c.t. (Association pour la sauvegarde et la protection de l’environnement du canton de Targon) et qui a débouché sur la publication d’une importante monographie : Le canton de Targon sous la Révolution3. Nous remercions donc ici tous les chercheurs ayant contribué à réunir une importante information sur les individus qui ont vécu dans l’Entre-deux-mers.

  • 4 Nous avons consulté aux archives départementales de la Gironde de nombreux dossiers dont nous donn (...)

3Notre but est de montrer à l’aide de références précises puisées dans les documents d’archives4 le rôle déterminant de certains individus, la place de quelques familles dans la vie politique et administrative du canton de Targon dans les trois décennies très lourdes en événements qui s’écoulent de 1789 à la fin de la Restauration. C’est l’époque où apparaissent au premier plan des familles déjà solidement installées et où se manifestent des ambitions nouvelles de promotion sociale. Il ne semble pas que la Révolution marque une rupture profonde, elle n’a fait qu’accélérer un phénomène déjà amorcé auparavant depuis plusieurs générations.

4Le dossier 7 L 67 des archives départementales fournit le tableau des citoyens actifs et éligibles des paroisses composant le canton de Targon pour l’année 1791. La paroisse de Targon en compte 169 sur une population totale de 840 personnes (cf. Annexe 5). Dans cette liste on peut relever les plus imposables, ceux qui paient plus de 100 livres d’impôt. En tête arrive Bernard Monnerie (330 livres) suivi par M. Batailhey (208 livres). Les Saric atteignent les 200 livres tandis que Roustaing verse 164 livres. D’autres familles ont des membres qui paient entre 100 et 150 livres : Pierre Dumont (121), Lompuy (130), Guilhem frères (136), Simon Gillet (142) Martial Jude (123) Drouet jeune (190). C’est parmi ces familles qu’apparaissent les personnages qui furent au devant de la scène de la vie municipale de 1789 à 1830.

5On peut constater que les membres du Comité de surveillance d’octobre 1793 sont issus de familles moins fortunées, la plupart en 1789 était imposée à moins de 100 livres : Massies (99), Pierre Destrac (79), Jean Lhoste (53), Labory père (41), Labory fils (35), Tirard père et fils (18), Jay père (29).

6Ces quelques éléments chiffrés permettent de suggérer l’hypothèse suivante : le mouvement de 1789 fut soutenu par la partie supérieure de la petite bourgeoisie des petites villes dont certains membres étaient presque de la noblesse (Lompuy) alors que le mouvement de 1793 de tendance sans-culotte et montagnarde, fut soutenu par la fraction inférieure de la même bourgeoisie targonnaise souvent confondue par le genre de vie avec les cultivateurs et les laboureurs. Finalement l’expérience de 1793 échoua, ce sont les représentants de la première catégorie qui l’emportèrent en 1794 et 1799 : notaires, avocats, chirurgiens, verriers, en même temps que propriétaires. Le niveau de fortune semble donc déterminer deux catégories qui d’abord unies contre les anciens nobles se heurtent en 1793-1794.

7Quelques exemples montrent la part prise dans l’administration par les membres de familles déjà au premier plan de la vie sociale et économique en 1789.

  • 5 Le Canton de Targon, op. cit., p. 261.

8Durant toute la période révolutionnaire les problèmes de subsistance ont entraîné la création de comités particuliers où les responsables communaux sont chargés de se procurer des grains et de les répartir le plus équitablement possible. En mars 1795 le citoyen Roustaing est trésorier aidé en particulier d’Arnaud Saric, Martial Patrouilleau puis de Jean Lompuy et Batailley5.

9La chasse aux déserteurs et insoumis est permanente. Le 25 frimaire an IV on demande de retrouver les soldats qui sont dans leur foyer sans congé ni permission légale. Il est ordonné de requérir les jeunes gens de la première réquisition de rejoindre immédiatement leur corps. En cas de maladie et d’infirmité une commission de santé était chargée de statuer sur leur cas.

10Liée aussi à la guerre, l’établissement d’une taxe extraordinaire de guerre est organisée par de nouveaux percepteurs établis dans chaque commune. Au total 1 595 livres sont demandées au canton en nivôse an IV. Un certain Chatelier négociant et caissier du bureau de subsistance est chargé de récupérer les sommes.

  • 6 Archives départementales 11 358.

11Enfin l’élaboration d’une liste de vingt citoyens formant le jury d’accusation et de jugement permet de voir quels étaient les hommes qui avaient la confiance de leurs concitoyens : Roustaing, Batailley et Deloubis représentent la commune de Targon. On relève aussi deux notaires (Courtiez à Faleyras, France à Bellebat) et le chirurgien à Romagne, Allieu6.

  • 7 Le Canton de Targon, op. cit., p. 117.
  • 8 Cf. Le Canton de Targon, op. cit., p. 116-117. Pour Seinsevin on trouve dans le ‘Tableau des prêtr (...)

12On retrouve certains de ces personnages dans la Garde nationale : Batailley colonel général de Targon, Roustaing lieutenant de la Compagnie de Dumons7, quant au maire de 1790 il s’agit du curé Pierre Seinsevin ancien vicaire de 1773 à 1778 puis curé en 17848. Il refusa ensuite de prêter serment à la Constitution civile du clergé et fut remplacé par le curé constitutionnel, Dupuy, le 25 septembre 1791 mais Seinsevin avait déjà quitté ses fonctions municipales à la fin de janvier 1791. Les questions religieuses ont contribué à la guerre civile idéologique qui a divisé la France pendant de longues années même si Seinsevin ne semble pas avoir quitté sa paroisse avant les arrestations de 1793.

  • 9 La généalogie de Jean Joseph de LOMPUY a été réalisée par Madame Jeannine GUILHON, membre de l’ASP (...)

13Les souvenirs de 1793 ont certainement joué un rôle important dans les relations entre les clans et les familles de Targon. Mlle Dutriac a bien montré l’importance des événements de la fin de 1793 où une trentaine de Targonnais et Targonnaises furent détenus dans la maison nationale de La Sauve en particulier des membres des familles Jude, Massies, Lompuy et Roustaing. Parmi les accusés il y avait “Molaire Lompuy” : “Lompuy et sa femme : “cy devant noble et seigneur. Taxé d’office par la municipalité n’ayant rien voulu donner pour le don patriotique”. En fait il s’agit de Jean Joseph de Lompuy (1746-1830)9, ex-écuyer, sire de Molères, seigneur de Braffaneau, issu d’une famille de verriers. Imposé de 22 livres en 1789, de 130 livres en 1791, il était parmi les notables les plus riches. On possède aussi grâce au passeport établi le 23 brumaire an 4 sa description physique “49 ans, 4 pieds, 11 pouces, châtain foncé, sourcils châtain foncé, yeux gris, nez bien fait, bouche moyenne, menton rond, front rond, visage rond”. Lompuy apparaît comme un membre d’une famille de la petite noblesse locale en essor depuis le xviie siècle qui a traversé sans trop de difficulté la tourmente révolutionnaire, s’est ralliée à tous les régimes et accède avec le retour à l’ordre aux fonctions de premier magistrat de la cité.

14Lompuy se maria trois fois : en 1770 à Marie Guerry (morte en 1778) d’où deux fils Pierre (1770) et Jean Baptiste Pierre (1772), en 1779 avec Françoise Milhet (morte en 1790) d’où un fils Jean Lavarie-Lompuy (né en 1782, mort le 28 août 1864), enfin en 1793 à Marie de Maruin (1754-1824).

15Lompuy fut choisi comme maire par la nouvelle administration du Consulat, il occupa ses fonctions de 1802 à 1808. Une affaire compliquée l’opposa en 1807 à son adjoint Martial Jude qui était cependant comme lui un ancien prisonnier de 1793. Jude se présente en 1807 comme “propriétaire marié, 5 enfants, profession avant et depuis 1789 agriculteur, ma fortune est d’environ 30 000 francs”.

16En 1793 ses adversaires l’accusaient de mépriser les prêtres constitutionnels et d’avoir “toujours fraternisé avec les gens suspects, a été taxé d’office pour le don patriotique du quart du revenu”. Il semble que Jude n’ait pas été du tout sans-culotte et montagnard ; le fait qu’il a été choisi comme adjoint sous l’Empire montre qu’il était un partisan du juste milieu et de l’ordre établi.

17Au début de 1807 le préfet de la Gironde demande par deux fois au sous-préfet de La Réole de lui faire un rapport sur le conflit qui oppose à Targon Lompuy à Jude. Le premier “se plaint amèrement de son adjoint, qui non content de le seconder dans l’exercice de ses fonctions municipales s’attache à le décrier dans le public”. Par deux fois (le 25 février et le 2 juin 1807) le préfet demande des précisions à son subordonné : “veuillez me faire un rapport sur cette affaire et me fixer tant sur le mérite des plaintes du Maire de Targon que sur la conduite et la moralité de s(ieur) Jude, son adjoint”.

  • 10 Archives départementales 3 M 356.

18Sur cette affaire qui finalement semble avoir entraîné quelques mois plus tard le départ de Jean Lompuy, les documents sont nombreux et pittoresques10. Le maire dans un long mémoire fait son propre éloge, il se présente comme un individu de “sentiments probes, équitables, humains soulageant l’humanité souffrante et distribuant gratuitement des remèdes pour des plaies de diverse nature et même des poudres pour les épileptiques, dont plusieurs ont été radicalement guéris”. Il noircit au contraire son adjoint Martial Jude, dont il demande la révocation en l’accusant d’avoir acquis une fortune d’une façon malhonnête. Jude aurait deux fois plus de fortune que lui “Dieu sait comment il en a acquis une partie !”. Lompuy suspecte aussi les Jude d’avoir fait des dons à l’Eglise non sur leur fortune mais aux dépens des centimes additionnels. Enfin Jude aurait fait à Mme Lompuy un compliment très malhonnête. Au total “c’est un individu indécrottable !”. Le conflit de personnes est à son intensité maximum en 1807. Martial Jude aurait critiqué le maire devant trente personnes au moment de l’arrestation d’un criminel réfugié à Targon (affaire de l’an X) et aurait écrit une lettre selon laquelle Lompuy n’était pas fait pour être maire. De son côté Lompuy termine sa lettre d’une façon volontairement ironique : “le dit Jude est capable de toutes ces imprécations, étant reconnu suivant le bruit public progressif, fourbe, médisant, bavard, pétulant et égoïste.

19Vu toutes ces brillantes qualité en lui, et toutes ses trames ourdies, ci précitées contre son Maire...”

20Dans sa réponse du 5 juin 1807 le sous-préfet de La Réole a la volonté de ne pas envenimer l’affaire. Il déclare que les plaintes portées par Lompuy contre Jude n’ont aucun fondement et que toutes les difficultés viennent de madame Lompuy.

21“Le fait que le maire a épousé une ex-religieuse qui a pris sur lui un ascendant qui nuit au caractère public de son mari, un banc fut établi dans l’église pour la municipalité, la femme s’y plaça et persista longtemps malgré les représentations de l’adjoint à continuer d’y prendre place, l’adjoint continua ses représentations et voulut même s’opposer à cette inconvenance, inde irae. Depuis et toujours les insinuations de sa femme”.

22L’ex-religieuse est aussi accusée d’avoir semé la zizanie entre les deux hommes à propos d’une question sur l’emploi des centimes communaux.

23Le sous-préfet veut terminer le conflit, pour lui “le maire est un brave homme mais faible avec une femme entière et intéressée, l’adjoint est un très brave et très honnête homme, zélé et intelligent”. Pour finir le sous-préfet rassure son supérieur : “Du reste, la veille de la séance du Conseil de recrutement, le maire vint chez moi et me parle de ses griefs ; je lui en démontrai les torts, il en convient, me promet de ne plus en parler, de bien vivre avec son adjoint, et me pria qu’il fut plus question de ce qui avait eu lieu, en promettant de faire droit réclamations du Conseil municipal pour les centimes communaux. Je pense donc que tout ceci peut être considéré comme non avenu”.

24Cette affaire montre l’importance en 1807 des conséquences de la Révolution. De nombreux Targonnais critiquent le fait que la femme de leur maire soit une ancienne religieuse, mariée en 1793. Cette dernière est accusée d’avoir une mauvaise influence sur son mari. Il est aussi intéressant de souligner que le sous-préfet de 1807 cite comme garantie morale en faveur de Martial Jude l’avocat Louis Monnerie, qui était en 1789 le propriétaire le plus imposé de la paroisse de Targon.

  • 11 Nous avons trouvé le nom de Roustaing dans la quasi-totalité des dossiers des archives département (...)
  • 12 Bertrand Loyet (né vers 1750, mort le 23 mars 1815), sa mère Isabeau Dessignères (née en 1723) éta (...)

25L’autorité morale des notables de la fin de l’ancien régime reste forte sous le premier Empire même s’ils ne jouent pas un rôle de premier plan. D’après les tableaux généalogiques on constate aussi que les Monnerie sont alliés depuis le xviiie siècle à des familles dont les membres apparaissent dans les événements révolutionnaires des Roustaing11, les Massies, les Batailley. C’est parmi eux que l’administration centrale de Napoléon Ier choisit le maire en 1808. Guillaume Roustaing avait déjà collaboré dans l’administration municipale avec Bertrand Loyet qui avait assuré la gestion municipale de 1794 à 1802 avec Martial Patrouilleau. Né vers 1755, Loyet est dit “agriculteur” en 1801 puis ensuite propriétaire. Il a su assurer des fonctions difficiles d’agent municipal et de président de l’administration municipale entre Thermidor et le Consulat. Nommé en 1807 membre du collège électoral de La Réole il resta en place en 1815. Lui aussi était issu d’une vieille famille de Toutigeac qui avait fourni du côté maternel des “bourgeois de Bordeaux”12. Mais les Roustaing restent le meilleur exemple de famille de notables locaux sur une grande période.

26Joseph Roustaing est le personnage le plus important de la famille sous la Révolution ; grâce à une demande de passeport (23 brumaire an IV) on possède même de lui un portrait physique “64 ans, 5 pieds 5 pouces, portant perruque, visage long, yeux brun, nez long, menton long”. Un autre Jean Roustaing “tonnelier” est décrit comme ayant un “visage long, un gravé de la petite vérole”. Quant à Pierre Roustaing il est soldat volontaire au 6ème bataillon et sa femme Marguerite Duga reçoit le 17 frimaire an III 38 livres 17 d. 8 s. Il est facile de retrouver le nom de Roustaing dans toutes les affaires de Targon. Ainsi le 8 janvier 1793 (faussement dit an II de la République française) le notaire Joseph Roustaing avait difficilement obtenu un certificat de civisme par 9 voix pour sur 14 votants.

27Grâce aux recherches menées dans les archives par les membres de l’a.s.p.e.c.t. la généalogie de la famille Roustaing est bien connue. Nous ne faisons que résumer leurs recherches.

28Pierre Jean Roustaing (1706-1769) était le fils de Jean Roustaing (mort en 1754) maître chirurgien et d’une demoiselle Massies. Il devint homme de loi, juge de la commanderie de Montarouch et notaire à Targon en 1744.

29Il épousa en premières noces Marie Ursula Penicaut fille d’un procureur au siège présidial de Guyenne. De ce mariage est issu Joseph-Jacques Roustaing (1732-1814) qui succède à son père comme notaire. Joseph Roustaing abandonna à son tour sa charge en 1793 en faveur de son fils Guillaume né en 1769. La tradition continue avec Joseph Amédée (né en 1808) notaire lui aussi et maire en 1840. Après ce dernier son fils Jean Baptiste Adrien (mort en 1900) fut également maire tandis qu’un de ses cousins François Joseph reprenait l’étude de notaire.

30Dès 1791 les Roustaing sont parmi les plus imposés : 164 1. 11 d. 6 s. Un de leurs métayers, Bireau est imposé de 25 1. 4 d. En 1817 le revenu de Guillaume Roustaing est estimé à 2 000 F par an. Lors de son mariage en 1808 sa future femme avait une dot de 25 000 francs. C’est donc une famille solidement installée à Targon qui a fourni le premier magistrat de la cité entre 1808 et 1830 : Guillaume Roustaing fut confirmé dans ses fonctions en 1816, 1821 et 1826. La révolution dite de “juillet” le remplaça.

31Signalons que le neveu de Guillaume Roustaing, le fils de son frère François, négociant, Jean Baptiste Roustaing (1805-1879) devint avocat (1829) bâtonnier à Bordeaux (1848) et fut un disciple fervent du grand spirite Allan Kardec dont il se fit le propagateur dans ses livres et dans son action.

32Au début de la Restauration les listes de notables établies par l’administration permettent de faire le point : l’arrondissement de Bordeaux fournit 942 noms (3 M 72), celui de La Réole 195 noms, pour le canton de Targon nous avons relevé 7 noms en constatant l’absence de Guillaume Roustaing et de Pierre Saric :

33Martial Patrouilleau (1766), Targon

34Arnaud Monnereau (1751), Saint Macaire

35Charles Laporterie (1762), notaire Targon

36Barthélémy Larroque (1756), notaire Targon

37Jean-Justin Ferran (1774), maire d’Escoussans

38Joseph Castagnos (1769), médecin Targon

39Etienne Bonnet (1784), négociant maire de Soulignac

40Il faut dire que la vie politique locale était très calme. Même pendant les Cent Jours, lors de l’élection de représentants à la nouvelle assemblée, les habitants de Targon se sont abstenus presque en totalité. Pierre Saric, adjoint au maire, raconte que malgré une convocation, deux citoyens seulement se sont présentés pour voter le 20 mai 1815, “voyant dit-il l’impossibilité où l’on était de former le bureau”, il a après une attente de 8 h du matin à 4 h de l’après midi, levé la séance, il s’est retiré et a rédigé le procès-verbal (3 M 463). Cet incident est-il la preuve de sentiments antibonapartistes de la part des habitants de Targon ?

41La Restauration surveille comme le régime précédent les administrateurs des communes. En 1822 le sous-préfet propose comme conseillers municipaux trois propriétaires : Jean Lacroix (1787), Théophile Saric (1796) et Jacques Maurin (1765) pour remplacer deux conseillers disparus, Martial Patrouilleau et Jean Dussaut, ou changeant de domicile, Nicolas Dupont-Lahitte nommé juge de paix à Cadillac. Le revenu du premier est estimé à 500 francs, celui des deux autres à 200 francs.

42Le maire, nommé depuis le 25 janvier 1813 reste le notaire Guillaume Roustaing (1769), il fut successivement confirmé en juillet 1816, mai 1821 et janvier 1826. Roustaing fit une brève apparition au conseil d’arrondissement en 1816, il fut élu pour remplacer un certain Labatut démissionnaire ; il avait pour concurrent Jean Justin Ferrand (1774) agriculteur, le maire d’Escoussans et le maire de Cessac, Jausselin (1780). A cette occasion on note les revenus des différents candidats. Roustaing : 2 000 F, Ferrand 2 500 F, Jausselin 6 000 F alors que Gui de Tauzia de la Roquette (1760) propriétaire de Pellegrue a un revenu de 8 000 F. En mars 1817 Roustaing fut remplacé par Ferrand au conseil d’arrondissement. Le système pyramidal permettait aux élites locales de participer à l’élection des députés au Corps législatif puis à la Chambre des députés dans les collèges électoraux de l’arrondissement de La Réole. Une assemblée cantonale élisait des représentants également au collège de département. En 1807, 1812, 1815, Guillaume Roustaing et Bertrand Loyet siégeaient au collège d’arrondissement.

43L’élection de 1812 permet de connaître le nombre de votants dans le cadre du canton : 640. Thomas Hubert Cirly, de La Réole fut alors élu au collège de département par 491 voix. Les résultats pour le collège d’arrondissement furent les suivants :

Roustaing

390

Loyet

388

Barbier

381

Patrouilleau

352

Garrineau

346

44Lors de la même assemblée Roustaing jeune fut proposé comme suppléant du juge de paix (par 402 suffrages).

45Si l’on prend comme hypothèse l’opposition de 1793 entre montagnards et modérés, les premiers comprenaient Tirard, Labory, Loyet, Dupuy juge de paix et le maire Jay, les seconds Martial Jude, Laroque, Lompuy, les Roustaing. Déjà ces noms étaient apparus lors des élections municipales de 1790 avec Jean Tirard menuisier, Pierre Dupuy chirurgien, Jacques Jay laboureur, Labory fils, tous officiers municipaux. Ces hommes entrés dans la vie politique en 1789 semblent en être sortis après 1794 au profit du second groupe qui l’emporte sans difficulté jusqu’en 1830. La réconciliation semble avoir été réalisée sous la Monarchie de Juillet lorsqu’un Pierre Tirard devient en 1840 l’adjoint de Joseph Amédée Roustaing. Une nouvelle génération qui n’est plus divisée par les querelles de la Terreur s’impose progressivement. Mais il semble que les descendants de Loyet et Dupuy n’aient joué au xixe siècle aucun rôle politique, alors que les Lompuy, Roustaing, Saric ont été en essor sur plusieurs décennies.

46La Révolution de 1830 ne marque pas une véritable rupture. Certes Guillaume Roustaing, le maire, doit laisser sa place en septembre 1830 à Thomas Monteil (1794) confirmé dans ses fonctions en avril et décembre 1831, en mars 1835 et août 1837, mais en août 1840 le gouvernement de juillet nomme Joseph Roustaing. Il apparaît que les contemporains eux-mêmes y compris les sous-préfets confondaient souvent les différents membres de la famille Roustaing. Ainsi en 1840 il est question souvent de Guillaume ou de Joseph Roustaing né en 1794 (sic). En réalité Joseph Amédée Roustaing est né en 1808. Existerait-il un autre Joseph Roustaing né en 1794, issu d’un premier mariage de Guillaume né en 1769 ?

47Au total, il semble que la Révolution n’a fait qu’accélérer un processus déjà engagé depuis quelques générations. L’exemple des personnes étudiées montre qu’elles sont issues de familles déjà fortement implantées dans la vie économique et sociale de la région : les membres des familles de Lompuy, Loyet, Roustaing, Patrouilleau, Saric, Jude ont conforté leur prestige politique et social en assumant des fonctions de maire, conseiller municipal, membre des différents collèges électoraux. Certaines de ces familles sont connues depuis les xvie et xviie siècles. Elles ont élargi leur patrimoine par des alliances. Au moment de la Révolution leurs membres participent activement aux institutions nouvelles — la Garde nationale en particulier où un Roustaing est lieutenant et Arnaud Saric porte-drapeau — et à l’effort de recrutement (cinq Roustaing sont incorporés en 1792-1793 dans le bataillon du Gers, l’armée du Midi ou la Marine). Après une alerte en 1793, les notables se rallient sans difficulté aux différents régimes qui ramènent la paix sociale et l’ordre. Napoléon, Louis XVIII, Charles X et Louis Philippe les confirment dans leur supériorité sociale en choisissant parmi eux les maires et les adjoints. Dans le cadre local ces petits notables ont possédé grâce à leur fortune foncière et leur réseau d’alliances matrimoniales les trois pouvoirs analysés par Jean Lhomme : la puissance économique, le prestige social et le pouvoir politique.

48En fait Targon est une toute petite unité à la veille de la Révolution : 840 habitants dont 167 actifs comprenant 33 citoyens actifs et non éligibles, 119 éligibles aux municipalités et 15 éligibles à l’Assemblée nationale. Les petits notables sont quelques dizaines mais, parmi eux, se manifestent plus particulièrement des membres de familles fortement implantées par leurs fonctions. Par des alliances complexes se créent des réseaux d’influence qui s’étendent dans tous les domaines pendant plusieurs décennies.

49Le cas de la ville de Targon n’est certainement pas unique. Nous avons déjà deviné le même phénomène à Sauveterre-de-Guyenne. Nous pensons donc que l’Entre-Deux-Mers a été, comme le reste de la Gironde, le théâtre d’une montée progressive d’un nouveau groupe social constitué dès le xviie siècle par des marchands verriers, apothicaires, chirurgiens, notaires, hommes de loi devenus propriétaires fonciers. Ce groupe a profité des événements nationaux pour assurer les principales charges municipales. Le phénomène a été peut être plus marqué dans l’Entre-Deux-Mers central où les nobles et bourgeois bordelais avaient relativement peu investi, à la différence du Médoc, du Bec d’Ambès et des coteaux. L’Entre-Deux-Mers central a donc sécrété ses propres élites, issues de familles installées depuis longtemps et qui connaissaient parfaitement les problèmes spécifiques de la région. Le pouvoir central représenté par le sous-préfet de La Réole a confié finalement à ces élites le pouvoir municipal en n’intervenant que rarement dans les conflits locaux.

50Si l’identité de l’Entre-Deux-Mers existe au début du xixe siècle il faut la chercher dans sa volonté de gérer ses propres affaires en se référant certes aux lois nationales mais en manifestant une certaine distance vis-à-vis de Bordeaux et de La Réole. Les notables de Targon se sont ralliés successivement à la République, à l’Empire et à la Monarchie, en partie par opportunisme, en partie parce que les règles essentielles de l’ordre et de la propriété ont été finalement respectées par tous les régimes. Un esprit de conservation sociale, un mélange d’activités agricoles et de préoccupations juridiques sont les caractéristiques dans la petite et moyenne bourgeoisie d’un chef-lieu de canton en grande partie rural. On retrouverait le même esprit à Créon, Monségur et Sauveterre-de-Guyenne et peut-être à Libourne, Bazas, Blaye et Bourg.

51Il ne faudrait plus parler alors d’une identité de l’Entre-Deux-Mers mais d’un esprit des petites villes qui se méfient autant des grandes métropoles régionales considérées comme despotiques que des masses paysannes environnantes jugées arriérées. Membres de la petite noblesse locale, hommes de loi et de science, artisans divers, tous encore très liés à la terre forment depuis plus d’un siècle une élite locale qui profite de la Révolution pour prendre la place des organismes de l’Ancien Régime. Le changement n’a pas été brutal, il était préparé depuis des siècles. Les grandes familles locales fournissant les notables ont contribué à façonner du xviie au xxe siècle l’identité de l’Entre-Deux-Mers, esprit d’entre deux extrêmes, manifestation d’un juste milieu entre conservatisme et révolution, juste milieu dont 1830 représente l’avènement.

Notes

1 Voir TUDESQ, André-Jean. Les grands notables en France (1840-1849). Paris : P.U.F, 1964. 2 vol.

2 CESURB-HISTOIRE, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Esplanade des Antilles, 33405 Talence-Cedex (sous la direction de Bernard Lachaise).

3 Le Canton de Targon pendant la Révolution, sous la direction de Jean-Claude Foucher, s.l.n.d., 268 p. (tirage limité). Nous avons surtout utilisé les contributions de Maurice Friot “Les élections municipales de 1790”, pp. 103-129 et la contribution de Mademoiselle Dutriac “Targon et son passé”, pp. 235-262.

4 Nous avons consulté aux archives départementales de la Gironde de nombreux dossiers dont nous donnons les principaux : 11 L 358 à 361, 7 L 26-39-67, pour la période révolutionnaire ; 3 M 49-72 302-398-410-456-459-463-498 pour la période de 1802-1830.

5 Le Canton de Targon, op. cit., p. 261.

6 Archives départementales 11 358.

7 Le Canton de Targon, op. cit., p. 117.

8 Cf. Le Canton de Targon, op. cit., p. 116-117. Pour Seinsevin on trouve dans le ‘Tableau des prêtres non assermentés du 12 août 1791”, “il n’a pas prêté le serment mais il n’occasionne aucun trouble ni escandale”. Emigré à Hambourg il revint à Targon en 1802 puis il regagna vite l’Allemagne où il mourut en 1804, âgé de 55 ans environ.

9 La généalogie de Jean Joseph de LOMPUY a été réalisée par Madame Jeannine GUILHON, membre de l’ASPECT, nous l’en remercions vivement.

10 Archives départementales 3 M 356.

11 Nous avons trouvé le nom de Roustaing dans la quasi-totalité des dossiers des archives départementales. En outre le testament et l’inventaire des biens de Guillaume Roustaing sont inventoriés dans la sous série 3 E 16377. Nous remercions encore Mme Guilhon qui nous a fourni des informations considérables sur la famille Roustaing.

12 Bertrand Loyet (né vers 1750, mort le 23 mars 1815), sa mère Isabeau Dessignères (née en 1723) était la petite fille de Guilhaume D. Bourgeois de Bordeaux (1640-1710) et l’arrière-petite-fille du marchand Jean D. (1608-1678).
De son mariage avec Jeanne Catherine Bizou-Dalbusset (1770-1845) Bertrand Loyet eut trois enfants : Jeanne (morte en 1836 à l’âge de 44 ans), Catherine Delphine (morte en 1848 à l’âge de 52 ans) et Jean Baptiste Alexis “propriétaire sans profession” habitant le château de Toutigeac, mort à 38 ans le 24 décembre 1848. Il laissa de son mariage avec Jeanne Aimée Ducaut un fils Louis Edgar Pierre Auguste.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search