Version classiqueVersion mobile

Maires de la Gironde de la Révolution à la Restauration

 | 
Bernard Lachaise
, 
Jean-Claude Drouin

Annexe 4

Texte intégral

NOTICES BIBLIOGRAPHIQUES DES MAIRES DE LA GIRONDE DE 1789 à 1824

171 notices présentent de façon succincte les renseignements qui ont été glanés au cours de l’enquête sur les maires des chefs-lieux de cantons étudiés.

2Les fiches pour l’ensemble des maires et des cantons sont consultables au CESURB-HISTOIRE (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, à Talence). Les sources d’archives et les ouvrages utilisés pour remplir ces courtes notices figurent de façon précise sur le fichier conservé CESURB-HISTOIRE.

3Chaque notice est présentée selon l’ordre figurant sur le questionnaire d’enquête (cf. modèle ci-joint).

AUBERT Honoré, maire de Saint-Ciers sur Gironde de 1793 à 1801

- né en 1765 à Paris, décédé à Paris en 1845

- issu de la petite bourgeoisie : fils de Jean Aubert (marchand limonadier) et de Catherine Cordier

- marié, 1 fille

- intendant du marquis de Lamoignon

- succession : 31 795 F (en 1845)

- chevalier de la légion d’honneur (1814)

- sous-préfet (1801), député au Corps Législatif de 1808 à 1814 puis de 1831 à 1839

- pair de France (1837).

BARBIER-CHARLUS Joseph-François, maire de Bourg de 1815 à 1824

- né à Ussel (Corrèze) en 1766

- marié à Marie Elisabeth Duplessis, 7 enfants

- avocat, propriétaire

- revenu évalué entre 10 000 et 12 000 F sous la Restauration

- conseiller d’arrondissement de Blaye de 1816 à 1819

- conseiller général à partir de 1819.

BARBOUE Jacques, maire de Bassens de 1792 à 1795

- né à Yvrac en 1753

- décédé à Sainte-Eulalie d’Ambarès en 1830

- marié à Marie Massip, 7 enfants

- tonnelier puis cultivateur

- élu maire le 30 décembre 1792 et démissionne le 18 juin 1795 pour cause de pauvreté : il a dû vendre la majeure partie de ses biens pour payer ses dettes.

BATUDE Antoine, maire de Villandraut de 1820 à 1821 et de 1826 à 1831

- né en 1771

- décédé en 1835 à Villandraut

- issu de la bourgeoisie

- marié à Colom Marie, 2 enfants (dont un fils, Christophe, marchand de fer)

- propriétaire et négociant

- 3 000 F de revenus en 1826

- conseiller municipal et adjoint sous la Restauration

- nommé maire en 1820, cesse ses fonctions en 1821 et redevient maire de 1826 à 1831.

BEAUPOIL de SAINT AULAIRE Victor, maire de Blaye de 1819 à 1830

- né vers 1790

- baron

- fils de Anne Beaupoil de Saint-Aulaire, ancien officier d’infanterie de ligne

- marié, 2 enfants

- propriétaire

- conseiller d’arrondissement de Blaye à partir de 1824.

BECQUET Jean Joseph, maire de Bazas en 1792

- né en 1758 à Bazas

- décédé en 1838 à Gans

- fils de Jean Baptiste Becquet (receveur au domaine du roi) et de Anne Bemos

- marié à Marie Lassus, 1 fils

- receveur de l’enregistrement

- conseiller municipal de Bazas de 1803 à 1830 ?

BERNARD Valentin, maire de Bourg de 1792 à 1794

- né à Bourg en 1747

- décédé en 1832 à Bourg

- fils de Jean Bernard, notaire royal, et de Marie-Anne Peychaud

- marié à Marie-Jeanne Laborde, deux enfants

- juge de paix du tribunal du district

- conseiller d’arrondissement en l’an 2

- conseiller municipal de Bourg de 1822 à ?

- conseiller général de Bourg en 1812-1813.

BONNIN Gabriel, maire de Coutras de 1792 à 1795

- né en 1745

- décédé en 1821 à Coutras

- fils de Samson Bonnin (notaire et procureur)

- marié à Marie-Thérèse Rigaud puis à Marie-Paule d’Artos de la Roque, 1 fils

- officier de route

- entre au conseil municipal de Coutras en 1791.

BOUSSIER Antoine Jean, maire de Lesparre en 1824

- né en 1792 à Lesparre

- fils de Jean Boussier, notaire royal et de Jeanne Delacour

- marié à Marie-Antoinette Cellerier, 1 enfant

- avocat

- 2000 F de revenu en 1826.

BOYREAU Louis, maire de La Brède de 1800 à 1812

- né en 1738 à La Brède

- issu de la bourgeoisie

- marié, trois enfants

- marchand (avant 1789) puis cultivateur-propriétaire

- fortune évaluée à 40 000 F en 1807

- nommé maire en 1800.

Il démissionne pour raison d’âge en 1812.

CADIS Jean-Baptiste, maire de La Réole de 1793 à 1795

- né en 1749 à La Réole

- fils de Raymond Cadis (chirurgien) et de Marie Boiseau

- marié à Marie Donnefort, 2 enfants

- contrôleur des actes à La Réole (avant 1789), juge de paix

- membre de la Société Populaire de La Réole en 1790.

CARPENTEY Jean, maire de Cadillac de 1812 à 1817 puis de 1817 à 1826

- né en 1764 à Cadillac

- décédé en 1845 à Cadillac

- issu de la bourgeoisie

- fils de André Carpentey (maire avant 1785) et de Dorothée Guiraud

- célibataire

- propriétaire

- administrateur du district de Cadillac en l’an XII

- nommé maire le 3 octobre 1812, interruption en 1817 (pour raisons de santé).

CASTANIER Jean-Antoine, maire de Belin de 1820 à 1831

- né en 1781 à Genève (Suisse)

- marié avec Suzanne Triayre puis avec Marie-Rose Chartier, 3 enfants

- propriétaire

- nommé maire le 7 janvier 1820, occupe le siège jusqu’au 26 mai 1831.

CAZEAUX Brice Martin, maire de Lesparre de 1800 à 1804

- décédé en 1810 à Lesparre (55 ans)

- célibataire

- médecin

- nommé maire le 10 brumaire an X (1er novembre 1800), cesse ses fonctions en l’an XIII.

CHICOU LAMY Jean, maire de Branne de 1818 à 1826

- né à Grézillac en 1769

- décédé à Grézillac en 1862

- trois enfants

- propriétaire

- nommé maire le 14 juillet 1818, cesse ses fonctions en 1826

- encore conseiller municipal de Branne dans les années 1830.

COMPANS François, maire de Cadillac de 1800 à ?

- né en 1767

- deux enfants

- négociant, marchand de bois

- fortune estimée en 1807 à 95 000 F

- sous la Révolution, administrateur du directoire du district de Cadillac, agent municipal de Cadillac, commissaire du directoire exécutif près de l’administration municipale de Cadillac

- conseiller d’arrondissement de Bordeaux de 1800 à 1808

- nommé maire de Cadillac en l’an VIII.

DELUC de LAGRANGE Antoine, maire de Blaye de 1810 à 1815

- né en 1755 en Charente-Inférieure

- décédé en 1819

- marié, 4 enfants

- capitaine de cavalerie

- conseiller général de la Charente-Inférieure en 1809

- conseiller d’arrondissement de Blaye à partir de 1811.

DESTRAC Benjamin, maire de Pellegrue de 1813 à 1826

- né en 1775 à Pellegrue

- décédé à Pellegrue en 1838

- fils de François Destrac, seigneur de Lugagnac, brigadier des gardes de corps du roy, capitaine de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis et de Jeanne Dupuch

- marié à Marie Perreira de Tachan, 1 fille

- agriculteur, propriétaire

- fortune : 50 000 F (en 1807)

- nommé maire le 25 janvier 1813, cesse ses

fonctions le 5 janvier 1826

- succession : biens mobiliers, 15 900 F, biens immobiliers (château de Lugagnac avec 3 métairies : environ 122 ha)

54 000 F.

DRIVET Pierre, maire de Lussac en 1824

- né à Lussac en 1754

- décédé à Lussac en 1839

- marié à Marguerite Queyreau, 1 fils (conseiller à la Cour royale de Bordeaux)

- conseiller à la Cour des Aides, propriétaire

- succession : biens mobiliers, 10 665 F, biens immobiliers : 64 500 F (1839)

- nommé maire le 5 avril 1816

- conseiller d’arrondissement de Libourne de 1826 à 1833

- conseiller général de Coutras-Lussac de 1834 à 1840.

DUFAU Martin Auguste, maire de Libourne de 1815 à 1828

- né en 1757 à Libourne

- décédé en 1828 à Libourne

- issu de la bourgeoisie, fils de Louis Dufau (médecin, ancien maire de Libourne de 1767 à 1771)

- marié, 2 enfants (dont une fille mariée à un conseiller municipal)

- receveur de l’enregistrement puis conservateur des hypothèques

DUPUY Jean-Baptiste, maire de Coutras de 1800 à 1810

- né en 1752

- décédé en 1823 à Coutras

- fils de Antoine Dupuy, notaire

- marié à Marie Bodet puis à Elisabeth Jay, 5 enfants (dont l’un — Benoît — fut conseiller municipal et maire de Coutras à partir de 1832)

- notaire

- membre de la Loge des Frères Unis

- conseiller municipal de Coutras de 1791 à 1810 puis 1811 à 1815 (?)

DUPUY Raymond, maire de Villandraut de 1807 à 1815

- né en 1767 à Noaillan

- décédé en 1835 à Villandraut

- issu de la bourgeoisie, fils de Bernard Dupuy et de Jeanne Lapuyade

- marié à Marie Augey, deux fils (les deux ont siégé au conseil municipal de Villandraut sous la Monarchie de Juillet)

- marchand de bois, propriétaire

- hérite de son père de quatre corps de métairies. En 1830, ses revenus annuels sont de 3 000 F. A sa mort il laisse 90 700 F.

- en 1791, membre de la Société Populaire locale

- conseiller municipal à partir d’août 1800

- nommé maire le 26 décembre 1807 le reste jusqu’au 20 mai 1815.

DURAND-LAGRANGERE Jean-Etienne, maire de Libourne de 1790 à 1791

- né à Libourne en 1748

- décédé à Saint-Aignan en 1834

- issu de la bourgeoisie, fils de Jean Durand et Françoise Barboteau

- marié à Marie Marthe Dupcrrieu, 4 enfants

- avocat

- succession : biens mobiliers 2 584 F, biens immobiliers 32 408 F (1834)

- membre de la Loge de la Fidélité-jurat de Libourne de 1782 à 1790

- conseiller général de Libourne de l’an VIII à 1826.

FAUCHER Constantin, maire de la Réole de 1791 à 1792 puis en 1815

- né en 1760 à la Réole

- exécuté à Bordeaux en 1815

- fils de Jean Etienne Faucher (écuyer, conseiller du roi, chevalier de Saint-Michel et de Saint-Louis...) et de Marie-Françoise Constance Faugeroux

- carrière militaire

- propriétaire

- membre de la Société Populaire de la Réole (1790)

- sous-préfet de la Réole (1800).

FERRAND Jean, maire de Bassens de 1800 à 1805

- né vers 1756, dans une famille de notables

- célibataire

- secrétaire greffier (en 1793) percepteur (en 1807)

- nommé maire le 10 mai 1800, fin de fonction : 5 mai 1805.

FROUIN Bernard, maire de Saint-Ciers sur Gironde de 1801 à 1813

- né en 1758 à Saint-Ciers et mort en 1835

- fils de Jean Frouin (greffier de la juridiction de Vitrezais puis notaire) et de Anne Duclion

- marié à Catherine Hellié, 4 enfants

- juge de paix puis notaire

- succession : 118 651,5 F (en 1835)

- conseiller d’arrondissement de Blaye de 1817 à 1835 (?)

GEYNET père, maire de Créon de 1790 à 1791

- né à Créon en 1731

- époux de Marie Murier

- au moins un fils, Mathurin (maire de Créon)

- procureur du roi de la grande prévôté royale d’Entre-deux-mers,

- en août 1789, élu président du conseil municipal de Créon

- élu maire le 7 mars 1790 au second tour avec 51 voix sur 69, cesse ses fonctions le 13 novembre 1791.

GEYNET Mathurin, maire de Créon de 1794 à 1795 et de 1816 à 1826

- né en 1755 à Créon

- fils de Geynet (maire en 1790)

- marié, deux enfants

- avocat et propriétaire

- citoyen actif en 1791

- nommé maire le 6 septembre 1794 par Ysabeau, cesse ses fonctions le 6 juin 1795 et redevient maire en août 1816

- officier municipal le 30 août 1789, en novembre 1795, il est cité comme président de l’administration municipale du canton de Créon

- en 1826, il est mis en cause pour avoir fait célébrer l’anniversaire de la mort de Louis XVI en l’an III.

GIRESSE Guillaume, maire de Bazas de 1801 à 1811

- né en 1752 à Bazas

- décédé à Bazas en 1825

- fils de Jean Hélie Giresse (avocat à la Cour) et de Marie Basterot

- marié à Félicité Fournier, 3 enfants

- avocat, juge au tribunal civil de Bazas, substitut du procureur impérial

- succession : 60 000 F (1825)

- conseiller municipal de Bazas de 1815 à 1830.

GRANGIER Fort, maire de Bazas de 1789 (?) à 1790

- né en 1742 à Bazas

- décédé à Bazas en 1825

- fils de Jérôme Grangier (conseiller au présidial) et de Marie Gauzan

- célibataire

- conseiller à la Cour des Aides de Guyenne puis avocat

- fortune : 300 000 F (en 1807), succession : 96 000 F (en 1825)

- conseiller municipal de Bazas en 1825.

GUARRY Guillaume, maire de Saint-Vivien-du-Médoc de 1794 à 1795 puis de 1800 à 1803 et de 1807 à 1810

- né en 1751 à Saint-Vivien-du-Médoc

- fils de Pierre Guarry, marchand

- marchand, propriétaire

- catholique

- élu maire le 10 mai 1794, cesse de novembre 1803 à août 1807, nommé le 5 août 1807 jusqu’au 7 avril 1810.

HERICE Jean-Jacques, maire de Castillon de 1822 à 1834 puis de 1837 à 1848

- né en 1778 à Saint-Philippe d’Aiguille

- décédé à Castillon en 1860

- fils de Jean Héricé (agriculteur) et de Andrée Maisonnée

- marié à Jeanne Lavaich, 2 enfants

- propriétaire

- revenus évalués à 3 000 F en 1831

- conseiller municipal de Castillon à partir de 1815.

ICHON Guillaume, maire de Branne de 1790 à 1791 puis de 1792 à 1796 et de 1799 à 1806

- né à Branne en 1740

- décédé à Libourne en 1813

- issu de la bourgeoisie ; fils de Pierre Ichon (capitaine d’une compagnie de milice garde-côte en 1740)

- négociant (en 1791), agriculteur (en 1804)

- en 1791, paye le marc d’argent.

JARRIGE Firmin, maire de Pessac de 1809 à 1815 puis de 1816 à 1821

- né en 1762

- habite Bordeaux jusqu’en 1812 puis Pessac et Gradignan

- marié, 4 enfants

- négociant, propriétaire, cultivateur

- 3 000 F de revenu (vers 1810)

- nommé maire en septembre 1809, mandat interrompu le 21mai 1815 repris le 30 mai 1816, en fonction jusqu’au 17 avril 1821.

JAY Jacques, maire de Targon de 1791 à 1794

- décédé en 1811 à Targon

- marié à Françoise Bardier, 2 enfants

- laboureur

- il paie 29 livres d’impôts en 1791.

LABADIE Jean, maire de Bourg de 1800 à 1815

- né à Bourg en 1758

- marié à Elisabeth Laborde, 5 enfants

- propriétaire, juge de paix

- revenu évalué entre 2 500 et 3 000 F sous la Restauration

- conseiller d’arrondissement de Blaye de l’an II à 1816.

LABAT Michel, maire de Langen de 1803 à 1807

- né en 1769 à Bazas

- décédé à Langon en 1807

- fils de Pierre Labat (propriétaire) et de Jeanne Masson

- marié à Delphine Colonge, sans enfants

- homme de loi

- agent municipal en 1795, au conseil municipal à partir de 1800.

LACAZE Mathieu Gaston, maire de Libourne de 1800 à 1815

- né en 1768 à Libourne

- décédé en 1850

- fils de François Lacaze (négociant) et de Elisabeth Proteau

- marié à Victoire Fournier, 3 enfants puis à Thérèse Lafaye, 2 enfants

- chevalier de la Légion d’honneur (1814)

- officier de la Légion d’honneur (1833), décoré du Lys(1814)

- négociant

- revenus : 5 000 F(1813)

- membre de La Loge de la Fidélité à Libourne

- conseiller municipal jusqu’en 1848 (?)

- conseiller d’arrondissement de Libourne de 1822 à 1825

- conseiller général de Libourne de 1825 à 1848.

LAFITTE Jean, maire de Belin de 1801 à 1804

- décédé à Belin en 1804

- marié, un fils (notaire)

- juge de la seigneurie (avant 1789), notaire (1792)

- nommé maire en 1801, cesse ses fonctions le 27 septembre 1804.

de LAFON Jean, maire de Langon de 1807 à 1818 (interruption durant les Cent Jours)

- né en 1777

- fils de Pierre de Lafon, conseiller à la Cour des Aides

- marié, deux enfants

- maire de Langon en 1792

- propriétaire, agriculteur

LAMOIGNON Chrétien-René Auguste (Marquis de), maire de Saint-Ciers-sur-Gironde de 1813 à 1845

- né en 1765 à Paris

- mort en 1845 à Saint-Ciers

- issu de la grande noblesse parlementaire : fils de Chrétien-François de Lamoignon (garde des sceaux) et de Marie Elisabeth Berryer (fille du garde des sceaux)

- marié à Henriette Angerville Daurcher, sans enfants

- conseiller au Parlement de Paris avant 1789

- succession : 130 000 F (en 1834)

- chevalier de l’ordre de Saint-Louis et de la Légion d’Honneur

- conseiller général de Saint-Ciers-sur-Gironde de 1816 à 1840

- pair de France de 1832 à 1845.

LAMOUSNERIE Pierre Rose, maire de Branne de 1791 à 1792 et de 1806 à 1818

- né à Branne en 1754

- décédé à Branne en 1823

- issu de la bourgeoisie

- marié à Marie Masson, sans enfants

- en 1789, négociant, en 1812, cultivateur, en 1823, propriétaire

- en 1790, il a “un valet et deux servantes”, en 1812, ses revenus sont évalués à 8 000 F

- conseiller municipal de Branne jusqu’à sa mort

- maire élu le 18 décembre 1791, cesse ses fonctions en novembre 1792

- nommé en 1806 jusqu’au 14 août 1818.

LASSEGUE Jacques, maire de Bassens de 1790 à 1791

- né en 1735 à Bassens

- décédé à Bassens en 1793

- fils de Jean Lassegue, tonnelier et de Jeanne Dureau

- marié à Jeanne Camus, trois filles

- tonnelier

- élu maire le 22 février 1790, cesse ses fonctions le 27 novembre 1791

LAVAICH Jean Jacques, maire de Castillon de 1781 à 1791

- né à Castillon en 1754

- décédé en 1822 à Castillon

- issu de la bourgeoisie

- marié à Marie Trapaud de Labruyère, 1 fille

- homme de loi, juge de paix

- fait partie des citoyens les plus imposés à Castillon en l’an XI.

de LEOTARD Charles-Joseph, maire de Pessac de 1821 à 1826

- né en 1777 en Guadeloupe

- décédé en 1867 à Pessac

- marié à Marie-Victoire Delamare, 3 enfants

- propriétaire, juge de paix

- revenu : 2 000 F (en 1807)

- nommé maire le 20 avril 1821, fin du mandat le 16 avril 1826.

LOUSTEAU Joseph, maire de Pessac de 1792 à 1796 et de 1803 à 1809

- né en 1749

- marié, 2 enfants

- officier de santé, chirurgien-accoucheur (membre du collège royal de chirurgie depuis 1783)

- fortune : 20 000 F (en 1807)

- élu maire le 16 décembre 1792, interruption de mandat de 1795 à 1803

- nommé en 1803 et démission en avril 1809.

LOYET Bertrand, maire de Targon de 1794 à 1802

- d’une vieille famille de Toutigeac, né vers 1755-décédé en 1815

- marié à Jeanne Catherine Dalbusset

- agriculteur-propriétaire

- maire de 1794 à 1802.

MARCON Antoine, maire de Castillon de 1800 à 1817

- né en 1762

- marié à Angélique de Moulinier, 2 enfants (son fils fut conseiller municipal de Castillon de 1817 à 1821)

- capitaine de gendarmerie

- revenu évalué à 5 000 F (en 1812)

- conseiller municipal de Castillon jusqu’en 1822.

MONTAUGE Arnaud, maire de la Réole de 1804 à 1812

-né en 1755 à la Réole

- fils de Jean André Montauge (lieutenant criminel de la Réole) et de Marie Mosnier

- propriétaire, juge de paix

- conseiller municipal au moins jusqu’en 1815.

MONTFORT (DELPECH de) Jacques, maire de Bazas de 1811 à avril 1815 puis de septembre 1815 à 1826

- né à Aillas en 1770

- décédé en 1850 à Bazas

- fils de Michel Delpech du Montfort (capitaine d’infanterie) et de Jeanne Latour de Castellanne

- marié à Marie-Angélique Pons-Raulin, 4 enfants

- propriétaire, juge de paix (1826)

- fortune : 200 000 F en 1807

- chevalier de la Légion d’honneur

- conseiller municipal à partir de l’an XI.

PATACHON Jean, maire de Belin de 1792 à 1797

- né en 1763 à Belin

- décédé à Belin en 1830

- fils de Jean Patachon, laboureur et de Jeanne Rablade

- marié à Marguerite Brun, sans enfants

- laboureur

- maire de 1792 à 1797.

PERINGUEY Christophe, maire de Belin de 1800 à 1801 et de 1804 à 1812

- né en 1769 à Hostens

- décédé à Belin en 1812

- fils de Michel Peringuey et de Marie Dutrenit

- marié à Marie Lafont, deux enfants (le fils aîné a été maire de Belin de 1835 à 1846)

- clerc de notaire (avant 1789), propriétaire-fortune : 20 000F(1807)

- nommé maire en 1800, interruption de mandat de 1801 à 1804 ; à nouveau maire jusqu’à sa mort.

PEYRAUD Elie, maire de Bassens de 1791 à 1792

- né à Bassens en 1731

- décédé en 1806 à Bassens

- marié à Claire Bertrand, une fille

- boulanger (1750) puis agriculteur et propriétaire

- vit de ses revenus en 1791

- élu maire le 27 novembre 1791 et reste en fonctions jusqu’au 30 décembre 1792.

PORTEPAIN Clément, maire de Villandraut de 1800 à 1804

- né en 1756 à Villandraut

- décédé à Villandraut en 1831

- issu de la bourgeoisie. Fils de Raymond Portepain, marchand, receveur des fermes du roi et de Jeanne La Sauvagerie

- marié à Jeanne de Grenier, deux enfants (dont l’aîné François, sellier et conseiller municipal de Villandraut de 1820 à 1830)

- marchand, propriétaire

- en 1826, fortune évaluée à 30 000 F

- conseiller municipal en 1790

- pendant la Révolution, il est capitaine, commandant de la Garde Nationale en juillet 1792, il adhère à la société républicaine et montagnarde de Villandraut

- nommé maire le 8 août 1800, démissionne en mai 1804.

RAMUZAT François, maire de Villandraut en 1790, de 1791 à 1792, de 1792 à 1794 et de 1804 à 1807

- né à Nîmes en 1733

- décédé à Villandraut en 1807

- issu de la bourgeoisie

- marié, deux enfants : l’aîné, François, est devenu curé et sous la Révolution, il prête serment à la Constitution civile du clergé à Uzeste)

- formation juridique

- avant 1789, juge ; après 1789, propriétaire cultivateur à Villandraut

- fondateur de la Société Populaire des Amis de la Constitution le 18 octobre 1789 à Villandraut

- colonel du régiment patriotique de Villandraut en janvier 1790

- élu le 11 février 1790 ; démissionne le 3 août 1790, de nouveau maire du 20 novembre 1791 au 9 décembre 1792 puis réélu (date ?) jusqu’en décembre 1794, enfin, de mai 1804 à décembre 1807.

de RANCY Jean Raymond, maire de Langon en 1790 puis de 1830 à 1835

- né en 1755 à Langon

- décédé en 1840

- marié à Marie Philotée Salager, 4 enfants

- propriétaire, employé de finances

- succession : 50 000 F (1835)

- conseiller municipal de Langon de 1789 à 1795 puis de 1834 à 1840

- conseiller général de Langon de 1800 à 1812.

RAYNAUD Bertrand, maire de Libourne de 1793 à 1795

- né en 1736

- célibataire

- agriculteur

- maire de Libourne d’octobre 1793 à mars 1795

-jurat de Libourne de 1774 à 1782

- élu député de la ville de Libourne représentant le Tiers Etat en 1789.

REY Thomas François, maire de Créon de 1791 à 1794

- né en 1751 à Créon

- médecin

- citoyen actif en 1791

- officier municipal de Créon du 7 mars 1790 jusqu’au 14 novembre 1790

- élu maire au troisième tour le 13 novembre 1791, il démissionne car il est réquisitionné comme officier de santé le

12 mai

1794.

ROUSTAING Guillaume, maire de Targon en 1808

- né en 1769

- décédé à Targon en 1850

- fils de Joseph Roustaing, notaire et de Marie Bichon

- marié en 1808 à Jeanne Gourssies, 3 enfants

- notaire

- nommé maire en 1808

- conseiller d’arrondissement de 1816 à 1817.

SAMBELLIE Jean-Pierre, maire de Sainte Foy la Grande, de 1792 à 1794 et 1799 à 1809

- né en 1776

- décédé en 1809

- marié à Marie-Antoinette Lacoste, 7 enfants

- avocat puis agriculteur

- fortune : 80 000 F en 1807.

de SARRAU Louis Isaac, maire de Bassens de 1808 à 1816 et de 1821 à 1826

- né en 1768 à Pons

- décédé à Bordeaux en 1836

- fils de Elie de Sarrau, lieutenant colonel d’infanterie, chevalier de Saint-Louis, et de Pélagie Bardon

- marié en 1791, à Angélique de Caussea de Mauvoisin, 11 enfants

- propriétaire

- revenus évalués à 6 000 F en 1814 et à 5 000 F en 1818

- chevalier de l’ordre de Saint-Louis

- nommé maire le 14 mai 1808, cesse ses fonctions le 14 février 1816 nommé à nouveau le 8 mai 1821 jusqu’au 15 avril 1826. Il reste au conseil municipal jusqu’en 1834 (il est devenu aveugle)

- conseiller d’arrondissement de Bordeaux de 1814 à 1833.

SECONDAT de MONTESQUIEU Joseph Cyrille, maire de La Brède de 1816 à 1826

- né en 1748 à Agen

- décédé en 1826 à Bordeaux

- fils du baron Godefroy de Secondat de Montesquieu et de Denise de Montesquieu

- marié en 1789 à Jacqueline de Menon, deux enfants

- études au collège Oratorien de Condom

- officier de cavalerie, chef d’escadron

- propriétaire

- revenus estimés à 25 000 F en 1824

- chevalier de l’ordre de Saint-Louis

- conseiller municipal de Bordeaux de 1809 à 1815

- émigré pendant la Révolution, ultra-royaliste, il est nommé maire le

28 janvier 1816 et le reste jusqu’à sa mort.

SEINSEVIN PIERRE, maire de Targon de 1790 à 1791

- issu d’une famille de Soulignac

- vicaire de Targon (1773-1778) puis curé en 1784

- élu maire en 1790

- il paie alors 109 livres d’impôt

- il prête le serment de fidélité le 20 février 1791 puis se rétracte

- émigré à Hambourg (sans doute en 1793) il revient à Targon en 1802, il regagne l’Allemagne en 1803 où il décède en 1804 âgé d’environ 55 ans.

SOIZEAU SAINT-MARTIN Jean-Jacques, maire de La Réole de 1800 à 1803

- né en 1735

- décédé à La Réole

- fils de Jean-Baptiste Saint-Martin (bourgeois-marchand) et de Marie-Rose Dupin, 3 enfants

- propriétaire

- ancien jurat

- conseiller municipal de la Réole en 1803.

SOUBIROUX Jean, maire de la Réole de 1821 à 1830 puis de 1845 à 1848

- né en 1766

- décédé à la Réole en 1850

- fils de François Soubiroux (bourgeois et jurat de La Réole) et de Marie Lafon

- marié à Jeanne Ursule Emma Patarin.

- agriculteur et propriétaire

- brève suspension de la carrière de maire en 1826

- conseiller d’arrondissement de La Réole de 1836 à 1841

- conseiller général en 1847

SOULIE Bernard, maire de La Brède de 1790 à 1791

- né en 1751 à La Brède

- issu de la bourgeoisie

- marié, 8 enfants

- études au collège de Guyenne

- notaire et juge de paix

- fortune évaluée à 50 000 F en 1807

- élu maire le 31 janvier 1790 démissionne le 25 mai 1791. Mais membre du conseil municipal jusqu’en 1811 puis nommé premier adjoint en 1812 et révoqué en 1820.

TAUZIA Guy du, maire de Pellegrue en 1794

- né en 1760 à Pellegrue

- décédé à Pellegrue en 1839

- fils de Jacques du Tauzia et de Anne Sageran

- marié à Anne Carrière-Monvert, deux enfants

- propriétaire

- conseiller municipal en 1816

- conseiller d’arrondissement de La Réole de 1816 à 1833

- succession : biens mobiliers 5 144 F, biens immobiliers 70 000 F.

TESTARD Michel, maire de Langon de 1818 à 1824

- né en 1769 à Bordeaux

- décédé en 1824

- fils de Jean-Louis Testard (écuyer) et de Catherine Sentuary

- marié, 2 enfants

- propriétaire

- ancien maire de Toulenne.

TRANCHERE Arnaud, de maire de Guîtres de 1813 à 1831

- né en 1763 à Bordeaux

- décédé en 1842 à Guîtres

- fils de Arnaud de Tranchère (trésorier de France en Guyenne, procureur syndic de la ville de Bordeaux) et de Marie Anne Bevard de Verzel

- licencié “ès loix”

- sous-officier dans l’armée de Condé

- propriétaire, avocat au Parlement de Bordeaux, conseiller en la Cour des aides et finances de Guyenne

- revenus : 4 000 F en 1825

- nommé maire le 25 janvier 1813 : il occupe le siège jusqu’en mai 1831

- conseiller d’arrondissement de Libourne de 1816 à 1833

- sous-préfet de Libourne par interim en septembre 1817.

VACHER Pierre, maire de Coutras de 1810 à 1815

- né à Coutras en 1750

- décédé en 1825 à Coutras

- fils de Pierre Vacher (conseiller du roi, receveur des consignations de la sénéchaussée de Libourne) et de Jeanne Dupuy

- marié à Anne Joyeux, 3 enfants

- propriétaire, juge de paix

- succession : biens mobiliers (500 F), biens immobiliers (11 700 F)

- membre de la loge des Frères Unis (il en fut le Vénérable)

- destitué après les Cent Jours en 1815

VIDAL Charles, maire de Coutras de 1821 à 1832

- né en 1776

- décédé à Coutras en 1834

- marié à marie Camille Bordier, 2 filles

- propriétaire

- succession : biens mobiliers (12 000 F), biens immobiliers (2 110 F), capital :40 200 F

- fin de mandat pour cause de “démence”.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search